Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Domenico Losurdo, Le péché originel du XXe siècle

Condé-sur-Noireau, Éditions Aden, 2007, 86 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Domenico Losurdo, Le péché originel du XXe siècle. Condé-sur-Noireau, Éditions Aden, 2007, 86 p.

Notes de la rédaction

Ce compte rendu est initialement paru sur dissidences.net

Texte intégral

1La traduction de ce court opus de Domenico Losurdo survient tardivement. Comme sa version italienne, il s’inscrit dans le sillage de son ouvrage sur Le révisionnisme en histoire, problèmes et mythes (Albin Michel, 2005). Ce dernier, écrit en 1996, a été traduit en 2005. Le péché originel du XXe siècle date lui de 1998 et il paraît cette année seulement en français. Dans leur contexte initial, ces deux ouvrages valent prise de position face au Livre noir du communisme et dans les débats qu’il suscita. Cette traduction par les éditions Aden verse donc a posteriori une nouvelle pièce au débat. Cependant, Le péché originel du XXe siècle importe aussi pour ce qu’il souligne des configurations historiographiques actuelles. Sa lecture rappelle certes des analyses antithétiques à celles du Livre noir comme à celles développées naguère par François Furet dans Le passé d’une illusion (1995). Mais elle convoque surtout des développements postérieurs à l’écriture de ces deux ouvrages, au premier rang desquels l’hypothèse d’une guerre de Trente ans (1914-1945), ou la problématique des guerres coloniales dans l’horizon des démocraties libérales.

2Pour Domenico Losurdo, le procès fait au communisme qui résumerait le siècle – et ce jusque dans la variante radicale de ce procès incarnée par les travaux d’Ernst Nolte où le nazisme apparaît comme une réplique du bolchevisme (La guerre civile européenne, 2000 (1987) – efface la tradition coloniale, c’est-à-dire la violence des massacres outre-mer qui prépare le génocide. Cet argument généalogique, repris et systématisé sous forme d’essai par Enzo Traverso (La violence nazie, une généalogie européenne), reprend finalement les intuitions d’Hannah Arendt pour qui l’impérialisme précède le nazisme. Travaillant lors l’hypothèse d’une tradition coloniale refoulée, Domenico Losurdo note le paradoxe d’un progrès démocratique en Europe assorti de l’argument d’une « lutte des races » qui hante le XIXe siècle et la civilisation européenne, argument assumé ensuite par les élites européennes et américaines à la Belle Époque. Pour celles-ci, le sauvage des confins vaut le barbare des faubourgs : tout deux apparaissent comme des dangers pour la civilisation libérale. Le consensus démocratique en Occident se maintient par le paradoxe d’une évolution discontinue du suffrage censitaire vers le suffrage universel, assortie d’une exclusion politique par le genre, la race, la classe dans des pratiques politiques que la réécriture spéculative de cette histoire par le néo-libéralisme obère. Ces quelques courtes pages reprennent alors l’essai de Domenico Losurdo sur Démocratie ou bonapartisme : triomphe et décadence du suffrage universel (2003). La Grande Guerre est dans cette perspective un moment de basculement, puisque les problématiques et les pratiques coloniales font irruption sur le sol européen : massacres, génocides, barbarisation et anima-lisation de l’adversaire typent la civilisation occidentale au XXe siècle en tous points du globe. Dans cette configuration, Octobre 1917 est pour l’auteur un épisode fondateur puisqu’il unit la revendication sociale à l’émancipation des peuples colonisés, retournant ainsi contre les dominants la violence endurée jusqu’alors par les classes populaires, les peuples colonisés. Ce danger pour les démocraties libérales légitime des pratiques exceptionnelles aux seules fins d’une répression. Dans le creuset de 1914-1918 naît le totalitarisme. Il s’épanouit au cœur des deux pays formant l’épicentre de la guerre civile européenne : l’Allemagne, l’URSS stalinienne, mais irradie nombre de sociétés. La translation de la tradition coloniale sur le sol occidental ne s’arrête pas en 1945, au terme de la « guerre de Trente ans ». Pour Domenico Losurdo, la politique américaine lors de la première guerre du Golfe présente une version postmoderne des pratiques totalitaires.

3Il faut entendre ce court essai, par le retard même de sa traduction française, comme un symptôme, comme le signe d’une historiographie qui se déploie à partir du procès fait au communisme par l’historiographie libérale, pour s’opposer à celle-ci. La configuration qui s’esquisse marque le cheminement de la question du communisme à celle de la violence et de la guerre, au colonialisme. Depuis 1998, l’exploration des pistes tracées par Domenico Losurdo nourrit les pages d’Enzo Traverso (A feu et à sang, 2006), et tisse des ponts avec d’autres points polémiques en histoire (Olivier Lecour-Grandmaison, Coloniser/exterminer, 2004). Une nouvelle historiographie critique s’ébauche. Demeure le regret d’une traduction aussi tardive de ce court opus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Domenico Losurdo, Le péché originel du XXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/610

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page