Navigation – Plan du site
DOSSIER

Académies et encyclopédies : l’exemple méconnu d’une académie des sciences à Lyon (1736-1758)

Pierre Crépel
p. 33-50

Résumé

On sait que l’Encyclopédie a été liée à l’Académie des sciences de Paris et à quelques autres, notamment à celle de Montpellier. On connaît moins les liens avec celles de Lyon. Or, il a existé à Lyon une académie des sciences, entre 1736 et 1758, sous le nom de « Société des conférences » de l’Académie des beaux-arts, puis sous le nom de « Société royale » à partir de 1748. Cette compagnie a fusionné en 1758 avec une académie littéraire, baptisée à moitié par antiphrase « Académie des sciences et belles-lettres ». Nous donnerons d’abord un aperçu des travaux de cette académie des beaux-arts : mathématiques, astronomie, physique, chimie, pharmacie, médecine, chirurgie, histoire naturelle, architecture, peinture, machines. Nous présenterons les soixante académiciens titulaires (lyonnais) et les cinquante-trois associés (résidant ailleurs). Nous insisterons ensuite sur les liens que cette compagnie a entretenus avec l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, mais aussi avec les jésuites et leur célèbre revue active dans les sciences, les Mémoires de Trévoux.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Lyon, France

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert et les académies

  • 1 . Marie Jacob a relevé, dans un document de travail qu’elle ne prétend pas absolument exhaustif, 65 (...)
  • 2 . Frank et Serena Kafker, The Encyclopedists as individuals : a biographical dictionary of the auth (...)

1Avant même sa conception, l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert (1751-1772) a eu partie liée avec l’Académie royale des sciences de Paris. En effet, cet ouvrage n’est au départ que la traduction améliorée de la Cyclopaedia anglaise d’Ephraïm Chambers (1728 et éditions ultérieures), laquelle a fortement puisé dans le Dictionnaire de Trévoux (édition de 1721). Les emprunts aux mémoires de l’Académie des sciences sont nombreux dans ces modèles et l’Encyclopédie les prolonge1. Vu sous un autre angle, on constate que cet ouvrage a eu comme contributeurs de nombreux membres (titulaires ou correspondants) de cette académie, et bien d’autres qui auraient souhaité l’être (à commencer par Diderot, Montesquieu, Rousseau ou Voltaire). Parmi les 139 collaborateurs recensés par Frank et Serena Kafker2, on compte douze titulaires (outre D’Alembert, Louis Daubenton, Jean-Baptiste Le Roy, Malouin, rédacteurs principaux : La Condamine, Guillaume Le Monnier, Sauveur François Morand, Perronet, Petit, Quesnay, Tressan, Tronchin, auteurs de quelques articles), auxquels il faut ajouter trois autres auteurs qui ont été ultérieurement académiciens (Barthez, Berthoud, Desmarest) et sept correspondants (Bourgelat, l’un des principaux auteurs ; Bordeu, les deux Bouillet, Ch. Le Roy, G.L. Le Sage, de Ratte). L’un des deux co-directeurs, D’Alembert, est une figure marquante de l’Académie des sciences ; celui qui avait été chargé précédemment de la mise en œuvre de l’Encyclopédie, l’abbé De Gua de Malves, également.

  • 3 . Jacques Proust, L’Encyclopédie dans le Bas-Languedoc au XVIIIe siècle, Montpellier, Centre d’étud (...)
  • 4 . Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-178 (...)

2Quant aux relations avec l’Encyclopédie des autres académies disséminées en France ou même en Europe, elles ont fait l’objet de  quelques études : qu’il s’agisse de la « filière montpelliéraine », étudiée notamment par Jacques Proust3, ou, plus généralement, de l’ensemble des cénacles savants provinciaux, analysé par Daniel Roche4. Telle ou telle étude a mis en évidence la participation ponctuelle, éventuellement importante, d’un membre d’une académie locale. Nous allons nous attacher ici au cas de Lyon.

Une académie en partie niée

3Il faut se méfier des noms : une académie « des beaux-arts » semblerait exclusivement consacrée aux beaux-arts, c’est-à-dire surtout à la peinture et à la sculpture ; une académie « des sciences et belles-lettres », d’abord aux sciences, accessoirement à la littérature. Ici, c’est tout le contraire. De 1736 à 1758, à Lyon, c’est en effet l’Académie des beaux-arts qui est une académie véritable des sciences, très active, couvrant à peu près tout le spectre de celles-ci. Elle a comporté en tout 60 membres titulaires et 53 associés, dont certains fort prestigieux, et a entretenu des relations intéressantes et inattendues avec l’Encyclopédie.

  • 5 . Cet ouvrage en deux tomes, accessible en ligne, comporte beaucoup d’informations et de transcript (...)

4Si le fait est peu connu, c’est d’abord à cause de l’ouvrage classique sur l’histoire de l’Académie de Lyon, à savoir celui de Jean-Baptiste Dumas, paru en 18395. Cet auteur (littéraire) a en effet considéré à tort que le seul ancêtre de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon (toujours existante) était l’Académie des sciences et belles-lettres, c’est-à-dire la compagnie littéraire.

D’abord la musique, ensuite les sciences

  • 6 . Léon Vallas, La Musique à l’Académie de Lyon au XVIIIe siècle, thèse de l’université de Lyon, 22  (...)
  • 7 . Le Grand Motet dans les pratiques musicales lyonnaises (1713-1773), université Lyon 2, 7 juillet (...)

5L’Académie des beaux-arts est, en fait, fondée en 1713, apparemment principalement en vue d’organiser des concerts publics et de favoriser la création, la diffusion et la réflexion en matière de musique. Elle a été étudiée par Léon Vallas6 et, plus récemment par Bénédicte Hertz dans sa thèse7. Elle ne tient pas de registres, du moins à notre connaissance, et ses activités sont surtout connues par le journal de Léonard Michon. Un moment important à Lyon, non seulement pour la musique en général mais aussi pour les théories scientifiques de cet art, est le séjour de Rameau dans la décennie 1710. L’Académie des beaux-arts reçoit, conjointement avec l’Académie des sciences et belles-lettres, des lettres patentes en 1724, puis elle se fait construire un bâtiment en 1727, place des Cordeliers (donc dans la presqu’île, près du Rhône). Ce « bâtiment du concert », démoli en 1858, mais pour lequel on dispose de représentations, comporte essentiellement deux salles, l’une assez grande pour les concerts publics, l’autre plus petite pour les séances privées. Quelques conférences ont été organisées au cours des vingt premières années, à propos desquelles on ne sait pas grand chose. En revanche, à partir du 12 avril 1736 se met en place en son sein, de façon formelle et très bien organisée, une « société des conférences », qui est de fait une académie des sciences. Celle-ci se réunit toutes les semaines, tient des registres, conserve ses mémoires et discours, que nous possédons toujours. On peut donc suivre son activité de façon concrète.

6Jean-Pierre Christin (1683-1755), qui est l’âme de cette académie, en expose les motivations à diverses reprises dans les registres en 1736-1737. Vu la concurrence et la jalousie latentes de l’autre académie, l’Académie des sciences et belles-lettres, il est un peu difficile de démêler ce qui est réel de ce qui est convenu dans ces écrits, il en ressort toutefois que l’objectif est de fonder un lieu de réflexion, de recherche et d’échange sur toutes les sciences et tous les arts. Il est délicat de savoir si la place de la musique dans les activités de cette compagnie est encore centrale, mais elle semble se diluer vite dans d’autres activités plus diversifiées.

Les douze fondateurs

  • 8 . On pourra évidemment lire leurs notices dans Dominique Saint-Pierre (dir.), Dictionnaire…, op. ci (...)

7Les douze fondateurs de cette Société des conférences se répartissent en deux classes d’âge bien distinctes : cinq ont entre 53 et 68 ans, les sept autres entre 22 et 36 ans. Socialement, leurs familles et leurs états ne sont pas très différents de ceux des membres de l’Académie des sciences et belles-lettres. Dans « l’ordre d’ancienneté », ce sont Christin, Bollioud, Grollier, Ruolz, Besson, Joannon, Cheynet, Mathon, Delorme, Borde, Moyroud, Delamonce8. Les derniers sont annoncés comme architectes ou mécaniciens, Besson est géomètre, les autres sont des notables, dont l’activité doit laisser certains loisirs. Certains d’entre eux touchent à tout, d’autres ont leurs spécialités et en sortent assez peu.

La répartition des trente titulaires

8Les membres de la compagnie sont répartis assez vite (dès le 21 février 1737) en trois classes : mathématiques, physique et arts, mais les séances sont communes et hebdomadaires. Il faut recruter, on atteint 19 membres en février 1737, et les 30 prévus (plus le secrétaire) en 1739. Les termes sont un peu trompeurs pour le lecteur d’aujourd’hui. La classe des mathématiques comporte deux places pour « la géométrie », deux pour « les méchaniques », deux pour « l’astronomie » et quatre « libres » ; celle de physique, deux pour « l’anatomie », deux pour « la botanique », deux pour « la chymie » et quatre « libres » ; celle des arts, deux pour « la musique », quatre pour « l’architecture, la peinture & la sculpture », quatre « libres ».

  • 9 . Voici, à titre informatif, un aperçu de leurs âges de décès : un seul meurt avant 40 ans ; six en (...)
  • 10 On peut trouver facilement tous ces almanachs en ligne par le « Gazetier universel ».

9L’académie est vite complétée par des jésuites savants, puis (28 janvier-25 novembre 1737) par des médecins, chirurgiens et pharmaciens. Les âges des élus (non fondateurs) se répartissent ainsi : quatre anciens (51, 57, 63 et 74 ans); les quinze autres entre 25 et 43 ans (moyenne 32 ans), ce sont donc des gens assez jeunes et dynamiques. Un seul académicien meurt au cours des premières années : Pierre Guilhaumat, chirurgien (le 15 novembre 1738). Bien entendu, à partir du moment où le nombre prévu de 30 membres est atteint, les nouveaux élus ne peuvent être agrégés qu’en remplacement des morts et de ceux qui sont partis. Au cours des 22 années d’existence de cette académie, il y a eu en tout 60 personnes, uniquement des hommes, qui ont été titulaires9. Les listes, spécialités, états et adresses sont consignés dans l’Almanach de la ville de Lyon à partir de 174210. Certains d’entre eux sont membres des deux académies. Les notices du dictionnaire de l’Académie fournissent un aperçu de « l’état » (profession, charge, sinécure, etc.) de chaque académicien et de celui de son père (tel que consigné dans l’acte de baptême). Ces informations ne sont pas toujours parfaitement limpides et l’état d’un personnage peut varier au cours de sa vie, il faut donc les manier avec une certaine prudence. Une comparaison rapide entre les états des membres de l’Académie des sciences et belles-lettres et ceux de la Société royale au moment de la fusion (qui intervient en 1758) ne laisse pas apparaître de différences flagrantes. Les milieux sociaux correspondant à l’Académie des sciences et belles-lettres sont peut-être un peu plus élevés, mais ce n’est pas trop disproportionné. Parmi les 60 titulaires de l’Académie des beaux-arts, un certain nombre occupent la fonction de « conseiller à la cour des monnaies, sénéchaussée et présidial », il y a moins de dix nobles, deux intendants (Pallu et Bertin) et une douzaine d’ecclésiastiques : cinq jésuites (Duclos, Morand, Tolomas, Béraud, Dumas), tous professeurs au collège de la Trinité, et sept autres divers (Dugaiby, Cayer, Lacroix, Valernod, Godin, Audra, Greppo).

Le collège de la Trinité et les jésuites

10On sait que Lyon n’a pas d’université : pour obtenir des diplômes de droit ou de médecine, les jeunes Lyonnais doivent se déplacer à Paris, à Montpellier, à Toulouse, à Besançon... Il existe certes une université à Valence, mais sa réputation n’est pas excellente. Il ne faudrait pas croire pour autant que la vie intellectuelle lyonnaise soit lamentable au XVIIIe siècle. La formation juridique, médicale ou scientifique (initiale ou continue, dirions-nous) ne se résume pas aux universités, elle a lieu aussi dans les grandes classes des collèges et autour de la vie professionnelle, par exemple avec les hôpitaux, dans une école de droit, dans le Collège de médecine, chez les maîtres chirurgiens jurés.

  • 11 Pour une première approche, voir Patrice Béghain, « Séminaire Saint-Irénée », dans Patrice Béghain, (...)

11Un mot, pour commencer, sur un centre d’enseignement de bon niveau de cette ville : le séminaire Saint-Irénée, tenu par les sulpiciens. Malheureusement, les contenus précis des enseignements, des bibliothèques, des activités de recherche, et encore plus des débats, ne peuvent être appréhendés que par des voies un peu détournées et en naviguant entre les sources originales, les témoignages et les études historiques existantes. C’est seulement en 1721 qu’une classe de philosophie ouvre à Saint-Irénée, il s’y forme en moyenne trente-cinq prêtres par an au XVIIIe siècle. Le séminaire est agrégé à l’université de Valence pour la collation des grades11. Nous avons trouvé peu de relations entre ce séminaire et les académies de Lyon.

  • 12 . Sauf en partie à Rome, Archives romaines de la Société de Jésus, province de Lyon (mais nous n’av (...)
  • 13 . On peut consulter les ouvrages classiques : Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de J (...)
  • 14 . Voir le chapitre I, de Sébastien Maronne, dans Pierre Crépel et Christophe Schmit (dir.), Autour (...)

12L’établissement phare de Lyon, c’est le collège de Trinité, tenu par les jésuites, l’un des plus prestigieux du royaume. Il n’existe pas, à notre connaissance12, de registres, de répertoires systématiques des enseignants, des élèves, de listes de cours, d’examens, d’ouvrages de référence utilisés dans les enseignements. On dispose, en revanche, d’informations éparpillées sur tous ces sujets, ce qui a permis de nombreuses études13. Le collège a des hauts et des bas entre le XVIe siècle et l’expulsion des jésuites en 1762, mais on peut dire qu’au milieu du XVIIIe siècle, au moment de l’Encyclopédie, il est plutôt en bonne forme. Parmi ses maîtres célèbres dans la seconde moitié du XVIIe siècle et au début du suivant, citons le P. Ménestrier (1631-1705), le P. de la Chaise (1624-1709), futur confesseur de Louis XIV, puis le P. de Colonia (1660-1741), historien de Lyon. Parmi les scientifiques, on note le P. Paul Hoste (1652-1700), le P. Jean de Saint-Bonnet (1652-1702), à l’origine de la construction de l’Observatoire, membre de l’ASBL, les P. Claude Rabuel, diffuseur et commentateur de la Géométrie de Descartes14, Bimet, Lombard...

  • 15 . Nous renvoyons à l’ouvrage récent cité à la note précédente. Voir également Marie-Hélène Froeschl (...)

13Ces jésuites sont évidemment en contact avec les rédacteurs des Mémoires de Trévoux. Cette revue créée en 1701 est de très bon niveau et les sciences y sont assez présentes. Parmi les célébrités de ce journal, citons le P. Castel, qui est rapidement en relation avec l’Académie des beaux-arts (avec Christin, Mathon, Joannon, etc.). Contrairement à quelques jugements hâtifs, les jésuites ne sont pas rétrogrades, ni attachés aux traditions contre la modernité. Par exemple, leurs positions, dans les débats entre « cartésiens » et « newtoniens », présentent une grande diversité d’avis15. L’Académie des beaux-arts fait vite rendre compte de ses assemblées publiques (deux par an) dans les Mémoires de Trévoux, cela à l’initiative du P. Jean-Baptiste Duclos, un remarquable enseignant, partisan des théories de Descartes.

La politique d’association avec les autres académies

  • 16 . Voir notamment les chapitres III, IV et VI, de Hugues Chabot, Fabrice Ferlin et Christophe Schmit (...)

14Une académie, même dite « de province », ne vit jamais en vase clos, elle n’est pas repliée sur la cité. Ses membres correspondent avec d’autres savants en France et en Europe. De plus, de nombreuses académies lancent des concours, et des savants liés aux autres compagnies y participent souvent : ce sont les académies de Paris et de Bordeaux qui sont les plus précoces à cet égard dans le royaume ; des Lyonnais y concourent16. C’est seulement à partir de 1758, grâce au legs Christin, à peu près au moment de la réunion des deux académies, que Lyon va lancer également des prix scientifiques.

  • 17 . Bibliothèque de l’Académie, Ms 271. Ces relevés contiennent peu d’erreurs, même si les indication (...)

15Les académies ont aussi une politique d’association. En d’autres termes, elles élisent, en plus des « ordinaires » (ou titulaires), des « associés » qui, en général, n’habitent pas la ville et sont souvent membres d’académies d’autres villes. L’Académie des beaux-arts a, à cet égard, une politique bien plus dynamique que l’Académie des sciences et belles-lettres. D’après les relevés de Bollioud-Mermet17, cette dernière ne nomme que 8 associés de 1700 à 1735, et 10 de 1736 à 1758), tandis que l’Académie des beaux-arts en élit 54 de 1736 à 1758. François Quesnay, qui n’était pas Lyonnais (il vivait alors à Mantes), a été nommé associé de l’Académie des sciences et belles-lettres en 1735, probablement à l’instigation du duc de Villeroy, gouverneur de Lyon, protecteur de l’Académie, qui lui a procuré une sinécure comme « commissaire des guerres » à Lyon. Quesnay est peu venu dans cette ville, mais il a lu occasionnellement des mémoires à l’Académie et lui a envoyé des ouvrages. Il a ensuite été élu également associé de l’Académie des beaux-arts, le même jour que Voltaire, le 24 novembre 1745. Nous verrons plus loin l’importance de ce fait pour l’Encyclopédie.

  • 18 . Sur ces questions, voir Pierre Crépel, « Comment Condorcet et La Tourrette organisent l’activité (...)

16À l’Académie des beaux-arts, les premiers associés, après 1736, participent activement à la vie académique par leur correspondance. Ensuite, certains sont vraiment liés à la société, d’autres doivent être considérés plutôt comme des membres d’honneur et n’ont qu’un lien ponctuel au moment de leur association. Après la fusion de 1758, l’Académie réunie prolonge la politique de l’Académie des beaux-arts et élit 151 associés jusqu’à la Révolution, nous en rencontrerons quelques-uns ci-après18.

La circulaire envoyée aux collaborateurs de l’Encyclopédie

  • 19 . Voir en particulier Élisabeth Badinter, Les Passions intellectuelles, t. I, Paris, Fayard, 1999, (...)
  • 20 . Michel Dürr, Robert Favre, « Un texte inédit de l’abbé De Gua de Malves concernant la naissance d (...)

17Quand commence l’aventure encyclopédique, vers 1745, on sait que les libraires-imprimeurs sollicitent, pour diriger l’ouvrage, l’abbé Jean-Paul De Gua de Malves (1710-1786), adjoint géomètre de l’Académie des sciences de Paris depuis 1741. C’est un mathématicien d’une certaine valeur, il signe son traité avec les libraires le 27 juin 1746, mais il est négligent et va être limogé le 3 août 1747 au profit de Diderot et D’Alembert (nommés le 16 octobre 1747), jusque-là simples collaborateurs19. La première tâche du directeur (et des libraires) était de réunir des auteurs, généralistes ou spécialistes de toutes sortes de disciplines (D’Alembert, Diderot, Daubenton, Tarin sont parmi les premiers) et de leur donner des instructions pour adapter, amender, corriger ou remplacer les articles de la Cyclopaedia. Une circulaire a été envoyée à ces auteurs, mais elle était considérée comme perdue (bien qu’elle figure dans le Catalogue de Delandine des manuscrits des bibliothèques de Lyon en 1812). C’est en 1999 que Michel Dürr l’a retrouvée et publiée20.

18Comment cette circulaire est-elle arrivée à l’Académie des beaux-arts de Lyon ? Elle accompagne une lettre de l’abbé De Gua adressée au secrétaire de l’Académie, Jean-Pierre Christin, le 8 mars 1747 ; elle est lue le 15, en remerciement de son élection comme associé le 27 juillet 1746. Le registre précise ceci pour la séance précédente (20 juillet) : « On a lû une Lettre de M. Quesnay du 20 juin dernier par laquelle il demande une place d’Academicien associé pour M. l’Abbé De Gua de Malves de l’Academie Royale des Sciences ». C’est donc Quesnay, lui-même associé depuis le 24 novembre 1745 (et qui vient de faire élire associé son gendre Prudent Hévin) qui introduit De Gua à l’Académie des beaux-arts, une semaine avant la signature du traité de celui-ci avec les libraires de l’Encyclopédie. De Gua s’excuse de son retard dans sa lettre de remerciement du 8 mars 1747. Le début de cette missive est instructif :

  • 21 . Ms 268-I, f. 250. Elle est publiée dans les références précédentes.

« Il est de la nature des grands ouvrages de ne se faire qu’avec un peu de lenteur et c’est ce qui a ete cause que je n’ay pu vous envoyer plustost le plan que j’ay fait pour l’edition de l’Encyclopedie dans laquelle M. Quesnay a bien voulu engager l’Academie de Lyon a m’aider de ses conseils. »21

  • 22 . Frank et Serena Kafker, op. cit., p. 232, qui n’indiquent pas de source à l’appui de cette affirm (...)

19Si on lit attentivement ce passage, on constate donc que François Quesnay, le chirurgien, le médecin, le père de la physiocratie, connu pour avoir écrit, mais seulement plus tard, cinq articles célèbres dans l’Encyclopédie (dont trois seulement ont été publiés alors), a joué un rôle moteur tout au début de l’aventure encyclopédique et qu’il a cherché à associer l’Académie des beaux-arts de Lyon à sa confection. Nous ne savons pas pourquoi Quesnay n’a pas été chargé lui-même d’articles de médecine ou de chirurgie, il était disciple de La Peyronie, comme Antoine Louis (1723-1792). C’est ce dernier qui a commencé à rédiger les articles de chirurgie dans l’Encyclopédie à partir de 1747, sur recommandation de La Peyronie, alors que De Gua était encore directeur, d’après Frank et Serena Kafker22. Quant à la médecine, au début, elle n’a pas vraiment de référent bien identifié, partagée entre Vendenesse (qui va mourir vite), Jaucourt et des compilateurs.

  • 23 . On notera que l’abbé De Gua a eu un contact beaucoup plus tardif avec l’Académie de Lyon, à propo (...)

20Pourquoi Quesnay a-t-il suggéré à De Gua d’ « engager l’Academie de Lyon a [l]’aider de ses conseils », et cela a-t-il été suivi d’effets ? Aucun document ne nous donne de réponse claire, mais il suffit de dépouiller les registres et de voir l’activité de l’Académie des beaux-arts pour se rendre compte qu’il existe au sein de cette compagnie de nombreuses ressources dans les sciences et les arts23. Est-ce que les jésuites y furent peu favorables ? Nous ne le savons pas.

D’autres liens avec l’Encyclopédie

  • 24 . Frank et Serena Kafker, op. cit., p. 67-71. Il existe plusieurs études récentes intéressantes sur (...)

21Claude Bourgelat (1712-1779) est un personnage important pour l’Encyclopédie, son contenu, sa défense et sa diffusion. Lyonnais, il est à partir de 1740 le « chef » de l’Académie du roi, c’est-à-dire d’une académie d’équitation pour jeunes nobles (rien à voir, donc, avec une académie société savante), mais il est aussi proche de Bertin (intendant de Lyon de 1754 à 1757 et contrôleur général des finances de 1759 à 1764) et de Malesherbes (haut personnage du royaume, directeur de la Librairie, défenseur de l’Encyclopédie), son correspondant à l’Académie des sciences de Paris à partir de 1752, son adjoint pour le livre à Lyon (c’est-à-dire pour la censure et la répression). En 1761, il fonde à Lyon la première école vétérinaire d’Europe (trois ans avant d’aller fonder celle d’Alfort, à côté de Paris). C’est donc un personnage considérable et influent dans la deuxième ville de France, c’est aussi un proche de D’Alembert et de Voltaire. Les historiens n’ont pas su expliquer pourquoi il n’a jamais été membre d’aucune des deux académies lyonnaises. Dans les premiers volumes de l’Encyclopédie, les articles sur les chevaux, le manège et la maréchalerie sont des compilations assez médiocres. Tout change quand Bourgelat devient collaborateur régulier de l’ouvrage, à partir de 1754 seulement24. Les articles deviennent à la pointe des connaissances sur le sujet. Nous verrons au paragraphe suivant que Bourgelat joue aussi un rôle central dans l’affaire Tolomas.

  • 25 . T. IV (1754), p. 459a.
  • 26 . Il en existe deux copies à l’Académie : Ms 123bis, f. 55-56 et Ms 218, f. 159-166.

22Dans le quatrième tome de l’Encyclopédie (paru en octobre 1754), D’Alembert signe le petit article « Crétins », à propos des goitreux, et l’auteur ne parle que de ceux du Valais. Il termine par cette indication de source : « Ce détail est tiré d’un mémoire de M. le comte de Maugiron, dont l’extrait nous a été communiqué & qui a été lu à la société royale de Lyon25 ». Il s’agit d’un mémoire26 du marquis de Maugiron lu à la séance du 22 juillet 1750. Dans cette relation d’un voyage en Suisse, l’auteur décrit effectivement au passage les goitreux du Valais. À l’époque, on ne savait pas qu’il s’agissait d’un déficit en iode ; l’article a fait polémique, notamment de la part de gens originaires de cette région, et D’Alembert a dû s’en excuser dans la préface du sixième tome (édité en 1756). Nous en reparlerons ci-dessous. Mais une question se pose : qui a « communiqué » à D’Alembert ce mémoire manuscrit inédit ? Il ne le dit pas, on peut émettre deux hypothèses : Bourgelat (non académicien mais qui savait tout) ou Montucla.

  • 27 . Pierre Crépel, « Montucla, Jean Étienne (1725-1799) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. ci (...)
  • 28 . Ceci a été récemment démontré par Alexandre Guilbaud : voir le site ENCCRE.

23Montucla27 est surtout connu pour son Histoire des mathématiques, dont la première édition en deux volumes date de 1758 et la seconde, en partie posthume, de 1798 à 1802. C’est un Lyonnais, qui ne se fixe à Paris qu’à 25 ans, en mars 1750, où il vit environ une décennie dans l’intimité de D’Alembert, Diderot, De Gua, etc., notamment lors des réunions qui ont lieu chez les libraires Jombert. Or, sa formation se fait au collège de la Trinité, auprès des P. Béraud et Tolomas. Il est élu le 6 mars 1748 à l’Académie des beaux-arts, où il présente régulièrement des mémoires de mathématiques (y compris après son départ pour Paris), dont la plupart seront insérés (donc sous forme imprimée) dans le Dictionnaire universel de mathématiques et physique de Savérien, paru en 1753, mais dont le visa du censeur Clairaut est de 1750 (donc avant l’Encyclopédie). L’Histoire des mathématiques de Montucla est citée, avant sa parution dans l’Encyclopédie, à l’article « Géométrie » (1757). De plus, Alexandre Savérien (1720-1805), auteur d’ouvrages sur la navigation et sur toutes sortes de sujets, infatigable compilateur, est associé de la Société royale de Lyon et très attaché à cette compagnie, la seule qu’il évoque à la tête des livres. Une grande partie des articles de marine et de navigation de l’Encyclopédie sont issus de ses travaux, sans que ce soit toujours si explicite28. Il existe donc clairement ici une « filière » Montucla-Savérien importante, fait habituellement passé inaperçu.

L’affaire Tolomas-D’Alembert

  • 29 . <http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/enc_dossiers_thematiques.php#dossier_Tolomas>. Voir aussi Pierre Crépel, « Tolomas, Charles Pierre Xavier (1706-1762) », dans Dominique Saint-</http> (...)

24Nous serons très brefs ici, parce que la question est connue29. En quelques mots, voici l’affaire. Lors de la séance de rentrée du collège de la Trinité, le 30 novembre 1754, le père Tolomas prononce un discours en latin où il défend l’enseignement des jésuites attaqué par D’Alembert dans l’article « Collège », au tome III de l’Encyclopédie (paru en 1753). Tolomas aurait profité de l’occasion pour insulter le savant parisien en le traitant notamment de « bâtard ». Bourgelat, Voltaire (qui est à Lyon ces semaines-là) s’indignent, informent leurs correspondants et plusieurs membres de la Société royale (Goiffon, Devillers, l’abbé Audra, Alléon-Dulac, Bertaud de la Vaure et Montucla) démissionnent. Soufflot, qui vient d’émigrer à Paris, partagerait aussi leur sentiment. L’affaire prend une certaine proportion, puis retombe. Il reste de nombreux points obscurs à cet égard, notamment le rôle de l’archevêque de Lyon, le cardinal de Tencin, soutien des jésuites et qui n’est autre que l’oncle de D’Alembert, celui de l’intendant Bertin, les relations entre l’Académie des sciences et belles-lettres et la Société royale, les conflits idéologiques chez les notables lyonnais, etc. En tout cas, l’Encyclopédie et l’un de ses co-directeurs se trouvent au centre de cette polémique.

Intermède : l’Encyclopédie et les deux académies de Lyon

  • 30 . Pernetti, Ms 301 p. 32.
  • 31 . En tout cas en 1734, disent Frank et Serena Kafker dans leur notice, p. 261-263.
  • 32 . Dominique Saint-Pierre, « Gautier de Montdorge, Antoine (1701-1768) », dans Dominique Saint-Pierr (...)

25On a déduit de l’affaire Tolomas une différence de comportement, vis-à-vis de l’Encyclopédie, entre la Société royale et l’Académie des sciences et belles-lettres : hostilité pour la première, appui pour la seconde. M. Dürr et R. Favre, dans leur présentation (déjà citée) de la circulaire de l’abbé De Gua, attribuent cette remarque à J. Proust et en donnent pour preuve que l’Académie des sciences et belles-lettres aurait fourni deux contributeurs à l’Encyclopédie : l’abbé de la Chapelle et Antoine Gautier de Montdorge. Mais cet argument ne tient pas. Tout d’abord, l’abbé de la Chapelle, résidant à Paris, est associé de l’Académie des beaux-arts et non de l’Académie des sciences et belles-lettres : il y est élu le 15 mars 1747 sur la proposition de Jacques Annibal Claret de Fleurieu de la Tourrette (lui-même membre des deux académies) et n’a pas de rapports particuliers avec Lyon. Ensuite, Montdorge a certes été reçu le 17 décembre 1726 à l’Académie des sciences et belles-lettres30, mais nous ne l’avons vu présent qu’une fois à partir des années trente (à l’assemblée publique du 25 novembre 1732) ; et surtout, il quitte vite Lyon pour Paris31, où il devient « maître de la chambre aux deniers du roi » (tous les almanachs indiquent que c’est à Paris et non à Lyon). Il apparaît alors comme « honoraire » sur les listes de l’Académie des sciences et belles-lettres et ne semble plus avoir aucun rapport avec Lyon, bien avant les débuts de l’Encyclopédie dans laquelle il écrit seulement quelques articles de gravure dans le t. VII (1757). Il est vrai qu’il est aussi apparenté à Fleurieu32. Donc rien de tout cela ne nous permet de considérer que l’Académie des sciences et belles-lettres aurait été plus favorable que l’autre à l’Encyclopédie.

Épilogue 1 : les relations avec l’Encyclopédie après 1758

  • 33 . Pierre Crépel, « Brisson, Antoine François (1728-1796) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. (...)
  • 34 . Jacques Hochmann, « Willermoz, Pierre Jacques (1735-1798) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), (...)

26À notre connaissance, seuls deux membres titulaires des académies de Lyon ont signé des articles de la première édition de l’Encyclopédie : Brisson33 et Willermoz34. Ce sont deux figures très différentes du monde intellectuel lyonnais.

27Brisson, moins connu que son successeur Roland de la Platière, né à Paris, formé à Beauvais, est inspecteur des manufactures (surtout textiles) dans le Beaujolais, puis à Lyon. Il est considéré comme « colbertiste », voulant unir la liberté et la bonne foi dans l’industrie et le commerce. Il signe deux articles, parus en 1765 (après l’interdiction) dans les tomes XV et XVI : « Suisses, privilèges des Suisses en France pour leur commerce » et « Toilerie », probablement écrits au début de la décennie 1760. On ne sait pas s’il s’agit de contributions spontanées ou si Brisson a été sollicité par Diderot ou Jaucourt.

28Quant à Willermoz, personnage éclectique, moins connu que son frère Jean-Baptiste, il ne rédige que « Phosphore », paru aussi en 1765 dans le tome XII. Cette participation ponctuelle à l’Encyclopédie est probablement en rapport avec la filière montpelliéraine, l’auteur ayant étudié et enseigné dans cette ville et étant lié à Barthez, Charles Le Roy, etc. Dans les deux cas, il s’agit de contributions tardives, rédigées selon toute vraisemblance après la fusion des deux académies en 1758, mais dans l’esprit du travail de l’Académie des beaux-arts.

29Comme nous l’avons dit, l’Académie réunie de Lyon poursuit essentiellement la même politique que l’Académie des beaux-arts ou la Société royale. Non seulement elle élit comme associés de nombreux savants, mais elle cherche aussi dès le début (c’est-à-dire entre 1758 et 1760) à créer un réseau plus systématique avec plusieurs académies dynamiques, notamment celles de Rouen, de Nancy et, dans une moindre mesure, d’Angers. Elle associe des personnages prestigieux et, simultanément, acquiert elle-même un prestige grandissant qui pousse des savants sans relation particulière avec Lyon à solliciter leur association.

  • 35 . Frank et Serena Kafker, op. cit, p. 88-93.
  • 36 . Ms 222, f. 26-37.
  • 37 . Ms 225, f. 5-9.

30C’est le cas de Pierre Daubenton (1703-1776), auteur des articles de l’Encyclopédie sur les arbres, subdélégué d’intendant à Montbard, frère de Louis Daubenton (1716-1800, l’adjoint de Buffon), lui-même auteur de quantité d’articles d’histoire naturelle35. Pour donner un échantillon de ses talents, Pierre Daubenton envoie trois « mémoires » qui sont en fait des articles de l’Encyclopédie : « Hêtre », « Houx », « Jasmin36 ». Ils sont présentés le 8 juillet 1760 par La Tourrette, qui lit le second (un résumé figure dans le registre) ; puis le 5 août, La Tourrette annonce un nouvel envoi, comprenant l’article « Marcotte37 » et il informe l’Académie que son auteur demande une place d’associé, ce à quoi la compagnie acquiesce à l’unanimité le jeudi 7 août. Ni le registre ni le manuscrit ne signalent qu’il s’agit d’articles de l’Encyclopédie, mais il est facile de vérifier que ces copies manuscrites sont conformes à ce qui va être publié en 1765 dans les tomes VIII et X. Les textes ont probablement été rédigés à peu près au moment de l’interdiction de l’ouvrage. L’Académie réunie a donc ces articles, encore inédits, cinq ans avant parution.

  • 38 . Voir sa notice, p. 16-18.
  • 39 . Pierre Crépel, Jean-Pierre Hanno Neidhardt, « Rast de Maupas, Jean-Baptiste (1732-1810) », dans D (...)
  • 40 . Ms 262, f. 41-52.
  • 41 . Cet article « Ictère » sera bientôt mis en ligne sur le site ENCCRE, avec des commentaires de Jea (...)

31Il se passe un phénomène analogue avec Arnulphe d’Aumont (1721-1800), auteur de nombreux articles de médecine entre la mort de Vandenesse (1753) et l’interdiction de 1759, alors que l’Encyclopédie a publié le tome VII (en 1757), qui finit la lettre G, et que se préparent les lettres du milieu de l’alphabet H-M. D’après Frank et Serena Kafker38, D’Aumont prend peur, se retire et autorise seulement Diderot à publier des articles déjà prêts, de façon anonyme. Il est alors remplacé par Ménuret de Chambaud. C’est Jean-Baptiste Rast de Maupas (1732-1810) qui propose d’Aumont comme associé le 11 janvier 1759 à l’Académie de Lyon. Rast est un personnage étonnant, éclectique, très dynamique : originaire de La Voulte, médecin ayant pris ses grades à Montpellier, il a un réseau très étendu dont fait partie Haller, par exemple, et fait élire de nombreux associés39. Sa proposition d’association de d’Aumont n’est pas agréée tout de suite, puisqu’elle est renouvelée le 8 juin 1762 et que l’élection a lieu le 22 juin. Entre-temps, Rast a présenté ou lu plusieurs mémoires de son protégé, dont un (le 8 juin) « sur la jaunisse, les concretions bilieuxes, les Caractères différents qui les distinguent, & les causes d’où elles dérivent ». Lorsqu’on examine ce mémoire40, on voit tout de suite qu’il s’agit d’un article « Ictère » préparé pour l’Encyclopédie. Mais dans le tome VIII, s’il existe un article « Ictère », c’est juste un renvoi à « Jaunisse », au contenu analogue sur le fond, signé de Ménuret. L’hypothèse la plus probable, pour ce tome VIII « intermédiaire » de l’Encyclopédie, préparé avant l’interdiction mais publié après (en 1765), est que Diderot et Jaucourt ont reçu les deux articles qui se chevauchaient et qu’ils ont choisi celui de Ménuret (soit pour des raisons personnelles, soit parce qu’il était trois fois plus court). L’Académie réunie de Lyon possède donc un exemplaire manuscrit d’un article inédit de l’Encyclopédie, explicitement recyclé en mémoire pour l’Académie. Soyons francs, aucun de ces deux articles n’est bien extraordinaire, les plans en sont un peu confus, mais chacun fournit un témoignage sur l’état de la médecine dans ce domaine, avec beaucoup d’érudition41, y compris ancienne. D’Aumont est bien conscient de tout cela, il s’en excuse lui-même à la fin de l’article. La rature (que nous avons exprimée ici par des crochets) montre bien le « recyclage », l’auteur ayant dû apprendre que son article n’était pas inséré dans l’ouvrage prévu :

« Au reste, pour supplément, à ce qui ne peut pas se trouver, d’une maniere détaillée, dans cet article deja trop long pour [un dictionnaire] un simple mémoire et point asséz, pour le sujet, il faut consulter ce qui est dit de l’ictêre, dans les œuvres des plus celebres médecins, tels que [...] ».

Épilogue 2 : les métamorphoses de l’Encyclopédie

32Ce n’est pas le lieu de parler des éditions étrangères de l’Encyclopédie, ni des nombreuses tentatives d’éditions réduites ou périphériques. En 1775 et 1776 paraissent cinq volumes de suppléments, sous la direction de Robinet, à l’initiative du libraire-imprimeur Panckouke. Nous ne connaissons pas de « filière lyonnaise » pour ce Supplément, même s’il faut remarquer que Jérôme Lalande, originaire de Bourg-en-Bresse et toujours lié à cette ville, est un ancien élève du collège de la Trinité, encore en contact avec le P. Béraud (1702-1777), son professeur de mathématiques et d’astronomie.

  • 42 . Voir la notice de Denis Reynaud, « La Serre, Jean Antoine (1736-1782) », dans Dominique Saint-Pie (...)
  • 43 . Voir en particulier Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie, Paris, Perrin, 1982. Nous compt (...)
  • 44 . Dijon, Fr. Des Ventes, 1766, 6 vol. Il y a une autre édition, Paris, Delalain, 1770, la descripti (...)
  • 45 . Ms 352, f. 522-525. Sur La Tourrette, voir sa notice par Christian Bange et Louis David, « Claret (...)
  • 46 . « Recherches et observations sur le carpeau de Lyon », Observations sur la physique, etc., octobr (...)

33Peu après, diverses initiatives sont prises pour des éditions regroupant l’Encyclopédie de départ et le Supplément, sous format plus petit (in-4° ou in-8° et non plus in-folio). L’une d’entre elles est publiée conjointement par le libraire-imprimeur lyonnais Joseph Duplain et la Société typographique de Neuchâtel, déjà éditrice des volumes VIII à XVII de celle de Diderot après l’interdiction (1765). Le maître d’œuvre, c’est-à-dire celui qui est chargé de regrouper les articles des 17 volumes de la première et ceux du Supplément (et de diminuer drastiquement le nombre de planches) est l’abbé de la Serre, membre de l’Académie réunie42. L’Académie est tenue au courant, au fur et à mesure, de l’avancée des volumes, dont elle reçoit des exemplaires, comme le montrent les registres. Cette nouvelle édition de l’Encyclopédie a été un peu étudiée, mais pas de manière systématique43. Or, il est intéressant de regarder quelques différences avec les deux ouvrages qu’elle réunit. C’est par exemple le cas pour l’article « Crétins », que nous avons évoqué ci-dessus, et pour lequel il y a ici une note complémentaire avec des informations nouvelles, citant la Description historique et critique de l’Italie, de l’abbé Richard44. Notre attention a été aussi attirée sur l’article « Carpeau », non signé, qui n’existe pas dans les ouvrages précédents. Nous sommes aidés par le fait que le manuscrit original, avec ses ratures et ajouts, existe (circonstance rare pour l’Encyclopédie) et est conservé dans les papiers de La Tourrette à l’Académie45. La « filière lyonnaise » est ici très explicite : en effet, ces variantes un peu mystérieuses des carpes n’existent que dans la région lyonnaise et « La Toursette » (sic) venait de publier une recherche46 à ce sujet dans le Journal de l’abbé Rozier, autre académicien lyonnais dont l’influence dans le monde savant à partir des années 1770 est considérable et en général sous-estimée.

Conclusion

34En d’autres termes, alors que Lyon n’a même pas d’université et que rien ne semble relier cette ville à D’Alembert, à Diderot, à Jaucourt ni aux quatre libraires-imprimeurs parisiens Le Breton, David, Durand et Briasson, on peut néanmoins constater une participation multiforme de cette cité et de ses académies au processus encyclopédique. D’abord, elle est associée à la phase de mise en place de l’ouvrage. Elle en fournit également l’un des principaux contributeurs, facilitateurs et diffuseurs, à savoir Bourgelat. Elle est ensuite au cœur de plusieurs polémiques, avec Tolomas, les jésuites, puis le marquis de Maugiron. Il faut également noter que les travaux de membres actifs de son académie, comme Montucla et Savérien, nourrissent des articles importants (sans que ce soit toujours vraiment proclamé). De plus, les membres de l’Académie lisent des articles avant parution, notamment ceux de Pierre Daubenton et D’Aumont. Dans sa phase tardive, elle voit même paraître quelques contributions techniques (certes limitées) originales, avec Brisson et Willermoz. Enfin, l’Académie joue un rôle majeur pour une réédition in-4° de l’Encyclopédie et du Supplément, grâce à La Serre et au libraire-imprimeur Joseph Duplain, avec divers ajouts, dont ceux d’une grande figure lyonnaise, La Tourrette.

35L’affaire Tolomas mise à part, tous ces liens étaient assez peu connus et l’on peut légitimement se demander si d’autres villes ont également joué un rôle plus important qu’on ne croit dans le processus encyclopédique. Des recherches complémentaires nous le diront.

Haut de page

Notes

1 . Marie Jacob a relevé, dans un document de travail qu’elle ne prétend pas absolument exhaustif, 659 occurrences de citations des mémoires de l’Académie des sciences.

2 . Frank et Serena Kafker, The Encyclopedists as individuals : a biographical dictionary of the authors of the Encyclopédie, Oxford, Voltaire Foundation (Studies on Voltaire and Eighteenth Century [SVEC] 257), 1988. Il existe de nombreux instruments de travail remarquables sur l’Encyclopédie, forgés progressivement depuis environ un demi-siècle, ainsi qu’une revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, qui paraît depuis 1986. Pour tout cela, nous renvoyons au site ENCCRE de l’Académie des sciences, où toutes les références sont explicitées : <http://enccre.academie-sciences.fr/>.

3 . Jacques Proust, L’Encyclopédie dans le Bas-Languedoc au XVIIIe siècle, Montpellier, Centre d’études du XVIIIe siècle et Centre d’études occitanes de la faculté des lettres et sciences, 1968.

4 . Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, École des hautes études en sciences sociales, La Haye, Mouton, 1978.

5 . Cet ouvrage en deux tomes, accessible en ligne, comporte beaucoup d’informations et de transcriptions de documents originaux, en général exacts, mais pas toujours, et dont les sources ne sont pas forcément bien précisées. Elles proviennent essentiellement des registres et fonds de manuscrits des académies de Lyon. Dumas a travaillé essentiellement à partir de 1824 (Ms 270, f. 19-20). Mais, auparavant, à la fin de l’Ancien Régime, Louis Bollioud-Mermet (1709-1794) avait effectué un relevé de tous les académiciens titulaires et associés tant de l’Académie des sciences et belles-lettres que de l’Académie des beaux-arts, puis de la réunion de ces deux compagnies à partir de 1758, à savoir l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Ce document, qui n’a jamais été publié, existe sous forme de copies, notamment l’une d’entre elles faite par Achard-James et offerte à l’Académie en juin 1836, où elle porte la cote Ms 271. Dumas en a eu connaissance, mais trop tardivement pour en tenir compte dans son ouvrage. D’autres ouvrages importants évoquent l’histoire de l’Académie de Lyon, on se reportera en particulier aux deux plus récents, où l’on trouvera toutes les références : Louis David (dir.), 1700-2000. L’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Trois siècles d’histoire lyonnaise, Lyon, ELAH, 2000 ; Dominique Saint-Pierre (dir.), Dictionnaire historique des académiciens de Lyon (1700-2016), Lyon, Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, 2017.

6 . Léon Vallas, La Musique à l’Académie de Lyon au XVIIIe siècle, thèse de l’université de Lyon, 22 décembre 1908. Voir en particulier la notice que lui consacre Philippe Lebreton dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit., p. 1307-1310.

7 . Le Grand Motet dans les pratiques musicales lyonnaises (1713-1773), université Lyon 2, 7 juillet 2010, 2 vol.

8 . On pourra évidemment lire leurs notices dans Dominique Saint-Pierre (dir.), Dictionnaire…, op. cit.

9 . Voici, à titre informatif, un aperçu de leurs âges de décès : un seul meurt avant 40 ans ; six entre 40 et 50 ans ; sept entre 50 et 60 ans ; onze entre 60 et 70 ans ; 33 (plus de la moitié) après 70 ans, le record étant détenu par Cheynet (94 ans) ; pour deux d’entre eux, nous n’avons pas trouvé de façon sûre la date de décès. On constate donc une certaine longévité.

10 On peut trouver facilement tous ces almanachs en ligne par le « Gazetier universel ».

11 Pour une première approche, voir Patrice Béghain, « Séminaire Saint-Irénée », dans Patrice Béghain, Bruno Benoît, Gérard Corneloup, Bruno Thévenon, Michel Kneubühler (dir.), Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, Stéphane Backès, 2009, p. 1218b-1219a. Nous espérons que les travaux en cours de James Evans permettront bientôt d’y voir plus clair. Le répertoire de la sous-série 8G des AD du Rhône (175 cotes), dédiée au séminaire, donne des renseignements y compris sur les fonds complémentaires ; cette sous-série contient divers documents, dont un catalogue de la bibliothèque (8 G 141). Voir aussi le Cursus philosophicus, 1753-1754, 827 p. + pl. (cote à la BM de Lyon : SJ Mss 4/235).

12 . Sauf en partie à Rome, Archives romaines de la Société de Jésus, province de Lyon (mais nous n’avons pas eu la possibilité de consulter ces documents). La sous-série 1D des AD du Rhône, relative à l’époque jésuite du collège, comprend 196 cotes mais il s’agit surtout des biens et propriétés de l’établissement, de ses affaires, etc.

13 . On peut consulter les ouvrages classiques : Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles et Paris, Schepens et Picard, 1890-1898, ouvrage en huit volumes, sous forme de dictionnaire bio-bibliographique par ordre alphabétique, avec en outre des suppléments (il faut chercher en divers endroits aux noms des jésuites étant passés à Lyon) ; Auguste Demoment et Pierre Delattre, « Le Collège de la Trinité, 1565-1762 », dans Pierre Delattre (dir.), Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, t. II :1502-1567, Enghien, Institut supérieur de théologie, Wettern, De Meester, 1953 ; François de Dainville, « L’enseignement scientifique dans les collèges des jésuites », dans René Taton (dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 1986, p. 27-65 ; Georges Guitton, Les Jésuites à Lyon sous Louis XIV et Louis XV. Activités-Luttes-Suppression, 1640-1768, Lyon, Procure, 1953 (en particulier le chapitre XVI, p. 150-162). Comme travaux récents, signalons en premier lieu Stéphane Van Damme, Le Temple de la sagesse, Paris, EHESS, 2005, où l’on trouvera une abondante bibliographie à jour (mais cet ouvrage traite surtout de la période 1630-1730) ; Pierre Guillot, Les jésuites et la musique : le Collège de la Trinité à Lyon, 1565-1762, Liège, Mardaga, 1991 ; Marion Bertin, Le Collège de la Trinité. Histoire d’une bibliothèque et de son cabinet de curiosités, mémoire de master, Villeurbanne, ENSSIB, 2014 [en ligne].

14 . Voir le chapitre I, de Sébastien Maronne, dans Pierre Crépel et Christophe Schmit (dir.), Autour de Descartes et Newton, Paris, Hermann, 2017.

15 . Nous renvoyons à l’ouvrage récent cité à la note précédente. Voir également Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Michel Froeschlé, « Sciences et arts dans les Mémoires de Trévoux (1701-1762) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 48-1, 2001, p. 30-49.

16 . Voir notamment les chapitres III, IV et VI, de Hugues Chabot, Fabrice Ferlin et Christophe Schmit, dans Pierre Crépel et Christophe Schmit (dir.), op. cit.

17 . Bibliothèque de l’Académie, Ms 271. Ces relevés contiennent peu d’erreurs, même si les indications biographiques sont sommaires ou approximatives.

18 . Sur ces questions, voir Pierre Crépel, « Comment Condorcet et La Tourrette organisent l’activité scientifique », dans Nicolas Rieucau (dir.), La correspondance scientifique de Condorcet avec les provinces françaises (1772-1791), Ferney-Voltaire, CIEDS, 2017 (préface de Daniel Roche).

19 . Voir en particulier Élisabeth Badinter, Les Passions intellectuelles, t. I, Paris, Fayard, 1999, p. 318-331.

20 . Michel Dürr, Robert Favre, « Un texte inédit de l’abbé De Gua de Malves concernant la naissance de l’Encyclopédie », Mémoires de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts, 3e série, t. 55 (pour l’année 2000), p. 50-68. La cote du manuscrit est Ms 144, f. 103-115. Ce manuscrit a été republié avec une autre présentation par Loïc Charles et Christine Théré, « Un nouvel élément pour l’histoire de l’Encyclopédie : le “Plan” inédit du premier éditeur, Gua de Malves », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, vol. 39, 2005, p. 104-123. C’est, à notre connaissance, le seul exemplaire existant.

21 . Ms 268-I, f. 250. Elle est publiée dans les références précédentes.

22 . Frank et Serena Kafker, op. cit., p. 232, qui n’indiquent pas de source à l’appui de cette affirmation.

23 . On notera que l’abbé De Gua a eu un contact beaucoup plus tardif avec l’Académie de Lyon, à propos de mines du Languedoc : il a envoyé une brochure présentée par l’abbé Pernetti le 21 août 1764.

24 . Frank et Serena Kafker, op. cit., p. 67-71. Il existe plusieurs études récentes intéressantes sur Bourgelat et le livre, mais elles n’entrent pas dans notre propos ici.

25 . T. IV (1754), p. 459a.

26 . Il en existe deux copies à l’Académie : Ms 123bis, f. 55-56 et Ms 218, f. 159-166.

27 . Pierre Crépel, « Montucla, Jean Étienne (1725-1799) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit, p. 911-913. Voir aussi les références qui y sont citées, car ce savant a fait l’objet de diverses études par des historiens des mathématiques. Nous préparons un article sur la jeunesse de Montucla, à partir des archives de l’Académie, et sur ses relations avec Savérien.

28 . Ceci a été récemment démontré par Alexandre Guilbaud : voir le site ENCCRE.

29 . <http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/enc_dossiers_thematiques.php#dossier_Tolomas>. Voir aussi Pierre Crépel, « Tolomas, Charles Pierre Xavier (1706-1762) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit, , p. 1275-1278.

30 . Pernetti, Ms 301 p. 32.

31 . En tout cas en 1734, disent Frank et Serena Kafker dans leur notice, p. 261-263.

32 . Dominique Saint-Pierre, « Gautier de Montdorge, Antoine (1701-1768) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit, p. 569-570.

33 . Pierre Crépel, « Brisson, Antoine François (1728-1796) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit, p. 234-238. Voir aussi Frank et Serena Kafker, op  cit., p. 71-73.

34 . Jacques Hochmann, « Willermoz, Pierre Jacques (1735-1798) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit, p. 1360-1364. Voir aussi Frank et Serena Kafker, op. cit., p. 400-403.

35 . Frank et Serena Kafker, op. cit, p. 88-93.

36 . Ms 222, f. 26-37.

37 . Ms 225, f. 5-9.

38 . Voir sa notice, p. 16-18.

39 . Pierre Crépel, Jean-Pierre Hanno Neidhardt, « Rast de Maupas, Jean-Baptiste (1732-1810) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit, p. 1096-1099.

40 . Ms 262, f. 41-52.

41 . Cet article « Ictère » sera bientôt mis en ligne sur le site ENCCRE, avec des commentaires de Jean-Pierre Neidhardt.

42 . Voir la notice de Denis Reynaud, « La Serre, Jean Antoine (1736-1782) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit., p. 735-736.

43 . Voir en particulier Robert Darnton, L’aventure de l’Encyclopédie, Paris, Perrin, 1982. Nous comptons explorer l’affaire plus précisément pour le colloque de l’Académie de Lyon relatif aux dictionnaires, le 16 novembre 2017 (jour du tricentenaire de la naissance de D’Alembert).

44 . Dijon, Fr. Des Ventes, 1766, 6 vol. Il y a une autre édition, Paris, Delalain, 1770, la description se trouve au tome I, p. 12-14, dans un passage consacré à la Savoie.

45 . Ms 352, f. 522-525. Sur La Tourrette, voir sa notice par Christian Bange et Louis David, « Claret de Fleurieu de La Tourrette, Marc Antoine (1729-1793) », dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit., p. 327-329.

46 . « Recherches et observations sur le carpeau de Lyon », Observations sur la physique, etc., octobre 1775, p. 271-280. Sur l’abbé, animateur de cette revue, auteur d’une nouvelle édition des tables de l’Académie des sciences de Paris, second directeur (après Bourgelat) de l’École vétérinaire de Lyon, auteurs de travaux remarquables en histoire naturelle et d’agronomie, voir déjà la notice de Jack Bost et Claude Jean-Blain, dans Dominique Saint-Pierre (dir.), op. cit., p. 1182-1185.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Crépel, « Académies et encyclopédies : l’exemple méconnu d’une académie des sciences à Lyon (1736-1758) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 33-50.

Référence électronique

Pierre Crépel, « Académies et encyclopédies : l’exemple méconnu d’une académie des sciences à Lyon (1736-1758) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6099

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page