Navigation – Plan du site
DOSSIER

Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés à l’époque moderne

Essai bibliographique
Jérôme Lamy
p. 11-32

Résumé

L’époque moderne se caractérise par une articulation nouvelle des rapports entre sciences, techniques, pouvoirs et sociétés. Le sujet d’agrégation et de CAPES portant sur ce terme peut être traité dans une perspective critique, dont cet article fixe quelques traits principaux. C’est d’abord la question des grandes structurations sociales, économiques, politiques et religieuses qui nourrit la problématique : des approches marxistes aux analyses des formes de gouvernement par la science et la technique, ce sont des modalités singulières de captation et/ou de développement des connaissances qui émergent à l’époque moderne. Ensuite, les liens entre savoirs, lieux et corps rappellent l’importance de la matérialité des opérations de connaissance : les espaces comme les somatismes sont toujours pris dans des rapports de force qui se superposent aux orientations épistémiques. Enfin, la circulation des savoirs ainsi que leur marchandisation organisent l’espace de partage des connaissances selon des hiérarchies particulières. Au final, l’approche critique, parce qu’elle permet de ressaisir toutes les formes de production des sciences et des techniques à l’aune des pratiques de pouvoir et des formes d’organisation sociales de l’Ancien Régime, recompose la carte des points d’accumulation du capital cognitif comme ses zones de subversion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Pour des panoramas classiques, voir Dominique Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle d (...)
  • 2 . Parmi les ouvrages de synthèse les plus intéressants sur le sujet des concours, on peut citer : L (...)
  • 3 . Pour un dépassement de la question internaliste, voir Steven Shapin, « Discipline and bounding. T (...)
  • 4 . Brian Martin a ainsi fait remarquer, en 1993, que l’ambition critique qui animait les études soci (...)

1L’histoire des sciences modernes a contenu de profonds changements depuis une quarantaine d’années. À partir des années 1970, et sous l’impulsion des Science and Technology Studies (STS)1, les problématiques de recherche ont été profondément remodelées, les méthodologies ont connu de notables inflexions et les cadres théoriques se sont multipliés. C’est en prenant acte de ces transformations historiographiques majeures que le thème d’histoire moderne de CAPES et d’agrégation d’histoire externe pour les années universitaires 2016-2017 et 2017-2018 a été centré sur « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, du XVIe au XVIIIe siècles (période de la Révolution française exclue) en Angleterre, France, Pays-Bas/Provinces Unies et péninsule italienne2 ». Nous proposons dans ce dossier des Cahiers d’histoire une série d’enquêtes sur cette articulation des façons de connaître aux manières de gouverner et d’organiser le corps social. L’enjeu est d’importance, puisque ce nouage problématique continue d’être intensément mobilisé dans les débats contemporains. Il est donc crucial d’en connaître les structurations historiques profondes, ainsi que les orientations successives. Bien sûr, il est impossible, dans un seul dossier, de couvrir l’ensemble des questions qu’ouvre le sujet des concours. L’ampleur des problèmes à aborder et la géographie envisagée (France, Angleterre, Pays-Bas, Italie) interdit un traitement exhaustif en cinq articles. Cependant, nous proposons dans les objets traités d’aborder des points aveugles de la thématique (notamment l’importance des académies provinciales ou le rôle de la sociabilité de cour) ou bien des angles spécifiques sur des problèmes classiques (comme la place des lieux de savoir dans la politique de connaissance ou le rôle des arènes dialogiques pour faire advenir un discours savant). C’est en outre, sous l’empire d’une perspective critique que nous envisagerons ce panorama de l’histoire des sciences modernes : l’analyse des rapports de force, des configurations agonistiques, des dominations (sociales, politiques, genrées) permet de renouveler doublement l’approche. Il s’agit d’une part de se tenir à distance des débats purement internalistes qui n’envisagent la production de connaissances savantes que dans sa composante cognitive3, et d’autre part il importe de se déprendre des réflexes d’une histoire culturelle des sciences indifférente à l’ambition critique4.

2En introduction de ce dossier, nous proposons un essai bibliographique qui s’envisage comme un moyen de se repérer dans une historiographie foisonnante. Nous avons fait le choix de considérer le thème des concours dans le nouage serré des rapports entre sciences, techniques, pouvoirs et sociétés. C’est-à-dire que nous avons volontairement laissé de côté les développements sur l’évolution des savoirs, ainsi que les grands débats épistémologiques qui ont scandé l’époque moderne. L’enjeu est tout autre : il s’agit de rendre compte de la variété des arrangements, des frictions et des oppositions entre les manières d’appréhender rationnellement le monde naturel (par des opérations de connaissance et d’instrumentation) et des façons de structurer le corps social, de le gouverner et de l’organiser politiquement.

  • 5 . Stéphane Van Damme, « Un ancien régime des sciences et des savoirs », dans Dominique Pestre (dir. (...)
  • 6 . Pascal Duris soutient très justement que les évolutions des sciences de la vie à l’époque moderne (...)

3Le cadre historiographique général dans lequel se situe notre approche est celui d’un « ancien régime des sciences et des savoirs5 », tel que l’a récemment caractérisé Stéphane Van Damme pour l’époque moderne. Prenant acte des derniers développements dans la façon d’appréhender la production des connaissances à l’époque moderne, les historiens des sciences ont remis en question l’importance accordée à la révolution scientifique, considérée comme un point de focalisation obérant toutes les autres transformations et saturant l’espace interprétatif6. L’ancien régime de sciences est défini, d’après Stéphane Van Damme, par quatre grandes inflexions : l’attention portée aux opérations de traçage des frontières entre ce qui relève de la science et ce qui n’en relèverait pas, le souci d’appréhender l’acte savant dans sa dimension anthropologique, le soin apporté aux formes d’appropriation et de diffusion des savoirs dans l’épaisseur du corps social, enfin la géographie des sciences, de leur localisation et de leurs circulations. Nous ferons nôtre ce cadrage pour y déployer les éléments les plus marquants de l’historiographie. L’enjeu est de signaler un parcours critique possible dans les références les plus importantes.

4Nous avons dégagé trois grands ensembles de questions qui, à chaque fois, spécifient ces modalités d’articulation entre sciences, techniques, pouvoirs et sociétés. Pour chacune de ces problématiques générales, nous proposons un balisage bibliographique qui éclaire les enjeux historiographiques et signale les inflexions épistémologiques.

5Les structurations sociales, politiques et religieuses ont constitué, dès les années 1930 et 1940, les premiers objets d’investigation d’une histoire critique des sciences modernes : analyse de classes, pénétration idéologique, affinités religieuses, les angles d’attaque ont été nombreux et ne cessent d’être, aujourd’hui encore, renouvelés.

6Ensuite, ce sont les lieux de savoir et les investissements somatiques qui ont focalisé l’attention, notamment à partir des années 1970 et 1980 : discipline sociale des laboratoires et asservissement des « corps vils » constituent les points d’appui d’un investissement politique discret mais puissant.

7Enfin, les récentes approches concernant la circulation des savoirs, des objets techniques et des manières de faire ont fourni les bases d’un rapprochement fécond des problématiques de l’histoire critique des sciences avec l’histoire connectée. Ce sont là les enjeux coloniaux et capitalistes qui ont trouvé de nouvelles relances heuristiques.

Structurations sociales, politiques et religieuses des savoirs et des techniques

  • 7 . Boris Hessen, Les racines sociales et économiques des « Principia » de Newton, Paris, Vuibert, 20 (...)
  • 8 . Edgar Zilsel, « The Sociological Roots of Science », American Journal of Sociology, vol. 47, n° 4 (...)

8La place des pratiques scientifiques dans l’ordre social, politique et religieux a constitué l’une des questions les plus importantes de l’histoire des sciences, au point que les clivages historiographiques se sont durablement organisés autour de franches oppositions. C’est l’approche marxiste qui, la première, a documenté l’intrication socio-épistémique donnant corps aux manières de connaître. Lors du congrès d’histoire des sciences de 1931 à Londres, Boris Hessen, représentant de la délégation soviétique, discute de la position bourgeoise de Newton. Il assure en particulier que les Principia sont une réponse scientifique aux problèmes concrets de la classe dominante : importance de la navigation pour le commerce et maîtrise des forces hydrauliques pour les sources d’énergie7. Les propositions marxistes de Hessen (qui réordonnent les questions scientifiques autour de la lutte des classes) connaissent, jusque dans les années 1940, de nombreux développements. Edgar Zilsel, marxiste du « cercle de Vienne », philosophe et sociologue des sciences, envisage ainsi, dans un article de l’American Journal of Sociology de 1942, l’émergence de la science moderne comme la conséquence d’une nouvelle tripartition dans les activités intellectuelles : les universitaires et les humanistes disposent d’un important capital scientifique qui ne se confond pas avec les expériences et les observations concrètes ; un certain nombre d’artisans (notamment dans l’univers de la marine et de la chose militaire) construisent une rationalité pratique en s’équipant d’instruments performants, mais ils ne dominent pas la méthode scientifique. Zilsel soutient que c’est une division sociale qui organise le travail scientifique. La science moderne émerge quand, autour de 1600, dans le contexte d’une montée en puissance des intérêts capitalistes, les pratiques des artisans intègrent le corpus des savants8.

  • 9 . Voir notamment : Alexandre Koyré, « Galileo and Plato », Journal of the History of Ideas, vol. 4, (...)

9Un certain nombre d’historiens des sciences se sont opposés à cette nouvelle perspective sociologique sur le développement des sciences modernes. Alexandre Koyré, en particulier, réfute l’idée d’un lien possible entre des avancées cognitives et des positionnements sociaux9.

  • 10 . Franz Borkeneau, « The Sociology of the Mechanistic World-Picture », Science in Context, vol. 1, (...)
  • 11 . Henryk Grossmann, « The Social Foundations of Mechanistic Philosophy and Manufacture », Science i (...)

10Parmi les autres travaux marxistes d’histoire sociale des sciences modernes, il faut prêter une attention particulière à ceux de Franz Borkeneau et Henryk Grossmann. Dans les années 1930, ces deux historiens se sont affrontés sur la question des articulations entre pratiques savantes et origines du capitalisme. Borkeneau tentait de montrer comment la science mécanique du XVIIe siècle s’appuyait sur des procédés manufacturiers10. Grossmann répliquait que cette perspective revenait à projeter des catégories de l’ère industrielle sur une époque antérieure11.

  • 12 . Steven Shapin, Simon Schaffer, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et poli (...)
  • 13 . Steven Shapin, Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du XVIIe(...)
  • 14 . Steven Shapin, « The Invisible Technician », American Scientist, vol. 77, 1989, p. 554-563.
  • 15 . Voir notamment : Pamela H. Smith, The Body of the Artisan. Art and Experience in the Scientific R (...)
  • 16 . Pamela O. Long, Artisan/Practitioners and the Rise of the New Sciences, 1400-1600, Corvallis, Ore (...)
  • 17 . Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au (...)
  • 18 . Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, (...)
  • 19 . Pascal Brioist, Léonard de Vinci, homme de guerre, Paris, Alma, 2013.
  • 20 . Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.
  • 21 . Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences, Montreuil, L’Échappée, 2011 (et tout particu (...)

11Si l’approche marxiste est démonétisée dans l’après-Seconde Guerre mondiale, la thématique sociale émerge à nouveau dans les années 1970 et 1980, à la faveur du renouveau impulsé par les STS. La matrice marxiste n’est pas totalement abandonnée. C’est ainsi que le « livre-parangon » des études sociales des sciences, Léviathan et la pompe à air de Steven Shapin et Simon Schaffer, paru en 1985, interroge l’émergence du témoignage dans l’administration de la preuve. S’appuyant sur la controverse entre Hobbes et Boyle au XVIIe siècle, les deux historiens montrent que le travail de probation passe par « la multiplication des témoignages » orchestrée à partir d’un « espace social » spécifique, le « laboratoire12 ». La déposition de témoins aux profils socialement importants participe d’une redistribution des logiques sociales au sein des lieux de sciences. Steven Shapin montre d’ailleurs que la quête de vérité dans les arènes académiques est indexée sur les valeurs morales de la classe aristocratique13. Dans cette logique d’autorité épistémologique, la présence des opérateurs d’expériences ou des assistants devient spectrale. Shapin parle de « témoins invisibles14 » pour caractériser l’effacement de ces travailleurs oubliés de la preuve. Les enquêtes de Pamela H. Smith15, de Pamela Long16 et de Liliane Hilaire-Pérez17 prolongent cet intérêt pour le monde artisanal dans l’émergence d’une rationalité moderne : les liens entre les pratiques des artisans et les valeurs de la science nouvelle (fondée sur l’expérience et l’expérimentation) sont nombreux. L’émergence des pratiques d’ingénieurs18, l’importance des techniques de guerre19 et la structuration du domaine des innovations20 témoignent de l’importance des connaissances pratiques dans l’ordre savant de la modernité. Les peintres, les potiers, les architectes et les marins constituent un ensemble hétérogène d’acteurs développant des techniques d’appréhension du monde, qui percolent dans les arènes académiques au point de parfois les reconfigurer. Cette thèse forte est développée par Clifford D. Conner dans son maître ouvrage, Histoire populaire des sciences21.

  • 22 . Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France (...)
  • 23 . Mario Biagioli, Galileo Courtier. The practice of science in the culture of absolutism, Chicago, (...)
  • 24 . Mario Biagioli, « Galilée bricoleur », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 94, 1992, (...)
  • 25 . Ibidem, p. 102.
  • 26 . Ibidem, p. 102.

12L’effort de démarcation socio-épistémique qui caractérise la science moderne s’étend jusqu’aux lieux du pouvoir22. C’est ainsi que, dans son ouvrage Galileo Courtier, Mario Biagioli met en évidence la façon dont Galilée, à la cour des Médicis, tente de concilier ses recherches savantes et la nécessité d’un patronage princier23. L’astronome et physicien italien avait compris qu’ « il avait besoin d’un potentat car ses exploits merveilleux ne pouvaient acquérir de la valeur et lui apporter une légitimation sociale que s’ils étaient adaptés au discours dynastique d’un tel souverain24 ». La culture de cour supposait, pour le savant, de constituer lui-même un lien entre ses découvertes et celui qui supportait son travail : les satellites de Jupiter, observés par Galilée en 1610, seront baptisés « médicéens » pour mieux le situer « non pas comme découvreur mais seulement comme l’intermédiaire d’une rencontre25 ». Pour être légitimé, Galilée devait « effacer son rôle prédominant dans la découverte26 ».

  • 27 . Yves Gingras, La sociologie des sciences, Paris, Presses universitaires de France, 2013, p. 40-41

13L’importance des rapports de dépendance entre le pouvoir politique et les savants a mis en tension l’exigence d’autonomie des connaissances qui émerge avec la science moderne. Les académies sont très tôt apparues comme des espaces de légitimation des pratiques savantes (parce qu’elles organisaient la collégialité des débats et le regard croisé sur les expériences) et d’autonomisation vis-à-vis des acteurs politiques et religieux27.

  • 28 . Andrea Ubrizsy-Savoia, « Federico Cesi (1585-1630) and the correspondance network of his Accademi (...)
  • 29 . William E. Knowles-Middleton, The Experimenters. A Study of the Accademia del Cimento, Baltimore, (...)
  • 30 . Yves Gingras, « What did Mathematics do to Physics ? », History of Science, vol. XXXIX, n° 4, 200 (...)

14L’une des premières académies, celle des Lincei à Rome, a été créée en 1603 et a accueilli Galilée. Son fondateur, Federico Cesi, a très tôt pointé la nécessité de développer un réseau géographique dense et étendu de savants en correspondance28. L’Accademia del Cimento, créée en 1657 à Florence, entreprend un travail de délimitation épistémique. William E. Knowles-Middleton a bien montré que les membres de ce cénacle savant avaient pour premier objectif de se démarquer des aristotéliciens et de défendre une science expérimentale29. L’application de règles internes et l’instauration d’un droit d’entrée (comme la mathématisation de la physique et la capacité à maîtriser les outils de calcul30) fixent progressivement une autonomie épistémique relative.

  • 31 . Roger Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique. L’Académie des sciences de Paris, 1666-180 (...)
  • 32 . Ibidem, p. 13.
  • 33 . Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en Franc (...)
  • 34 . Ibidem, p. 125.

15La distance avec le pouvoir politique est souvent difficile à établir. En France, l’Académie des sciences, fondée sous le patronage de Louis XIV, doit servir l’action du gouvernement ainsi que la gloire du monarque31. Comme l’a noté Roger Hahn dans sa magistrale étude de l’institution, l’État absolutiste, « à condition qu’il pût tirer parti des recherches scientifiques, était prêt à dépenser s’il le fallait des sommes considérables destinées à pourvoir à (sic) l’Académie en personnel et en équipement32 ». Mais cette saturation politique contrevient à l’affirmation d’une autonomie savante. Christian Licoppe, en examinant les pratiques expérimentales, a montré que cette double contrainte obligeait les savants parisiens à recourir à un « mode de preuve » très spécifique, puisqu’il est le produit « d’une superposition de deux processus, avec d’un côté la circulation d’un texte écrit dans une communauté érudite, et de l’autre une transaction avec le groupe patricien, matérialisé par le spectacle expérimental33 ». À partir du XVIIIe siècle, le critère d’utilité devient déterminant dans les démonstrations savantes, au détriment du critère de curiosité. Cette évolution témoigne d’une « intensification des médiations entre science et société par l’intermédiaire de l’État absolutiste34 ». Ajoutons, à la suite de Mario Biagioli, que la puissance royale de Louis XIV lui interdisait une trop grande proximité avec les savants, sous peine de miner leur aspiration à l’autonomie.

  • 35 . Steven Shapin, Simon Schaffer, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et poli (...)
  • 36 . Ibidem, p. 339.
  • 37 . Voir également John Gascoigne, « The Royal Society and the Emergence of Science as in Instrument (...)

16À l’opposé de la centralisation étatique française, l’Angleterre constitue, à l’époque moderne, le modèle d’une configuration plus souple entre science et État. L’activité savante, notamment au sein de la Royal Society, vise en priorité à répondre à des besoins économiques et commerciaux. Il s’agit donc, pour les scientifiques, de convaincre les différents secteurs de la société que leur expertise est indispensable à leur développement et à leur prospérité35. Cette configuration du rapport science-société semble a priori ignorer le rôle de l’État. En fait, remarquent Steven Shapin et Simon Schaffer, « l’activité scientifique, le rôle de l’homme de science et de la communauté scientifique (…) n’existent, ne sont valorisés et soutenus que dans la mesure où l’État et ses organes y voient un intérêt36 ». Moins directif, l’État anglais est toutefois lié à l’activité scientifique, en ce qu’il autorise son déploiement dans la société civile37.

  • 38 . Robert Halleux, « Aux origines des politiques scientifiques », Archives internationales d’histoir (...)
  • 39 . Charles C. Gillispie, Science and Polity in France at the end of the Old Regime, Princeton, Princ (...)
  • 40 . Éric Brian, La mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Mich (...)
  • 41 . Jérôme Lamy, « L’État et la science. Histoire du régime régulatoire (France, XVIe-XXe siècles), C (...)

17On peut donc se demander si, à l’époque moderne, il est possible de parler de « politiques scientifiques38 », au sens d’une direction impulsée par les gouvernants pour développer un domaine spécifique de recherche ou pour mobiliser des connaissances aux fins d’une action publique déterminée. Les travaux de Charles C. Gillispie39 et d’Éric Brian40 tendent à souligner l’importance des implications scientifiques et techniques dans l’administration du royaume. J’ai montré récemment que le souci d’une régulation par les savoirs se structurait, à l’époque moderne, autour des problèmes de frontières, de cartographie et de richesse du sous-sol41.

  • 42 . Robert K. Merton, « Science, Technology and Society in Seventeenth Century England », Osiris, vol (...)
  • 43 . Ibidem, p. 474.
  • 44 . Ibidem, p. 474.
  • 45 . Ibidem, p. 474.
  • 46 . Voir notamment : Bernard Cohen (dir.), Puritanism and the Rise of Moderne Science. The Merton The (...)
  • 47 . Charles Webster, The Great Instauration. Science, Medicine and Reform, 1626-1640, Londres, Duckwo (...)

18La religion constitue l’autre grande structure socioculturelle à partir de laquelle peut s’évaluer l’autonomie scientifique. La problématique la plus centrale dans ce domaine est celle déployée par le sociologue américain Robert K. Merton. C’est dans sa thèse, intitulée Science, Technique, Society in Seventeenth Century England, soutenue en 1935 et publiée en 1938, que Merton aborde la question du rapport entre science et protestantisme dans l’Angleterre du début de l’époque moderne. Il s’agit bien sûr d’une reprise et d’une extension des propositions wéberiennes : le sociologue ne cherche pas, en effet, de strictes relations de causalités entre les deux grands ensembles de pratiques, mais il signale des proximités dans l’imprégnation morale. Merton, en étudiant les discours des membres de la Royal Society, soutient que c’est tout « l’esprit originel de la société qui est fortement influencé par les conceptions puritaines42 ». Le sociologue montre que la « corrélation d’intérêt (…) entre science et religion (…) était un aspect cohérent de l’omniprésence de l’éthique protestante43 » : l’accent mis sur l’utilité, le contrôle de soi et du monde extérieur, a « impliqué une préférence pour le visuel, le manuel concrètement manipulable plutôt que la pure logique et le verbe44 ». Pour décrire la dynamique sociologique à l’œuvre, Merton précise qu’il ne s’agissait pas d’un « processus raisonné », mais d’un « cercle consistant de sentiments et de croyances liés en une chaîne de diverses activités non-logiques ». Il ajoutait que « pour les personnes imprégnées de telles attitudes, la poursuite de la science est une valeur évidente ». Il ne faut donc pas déduire l’émergence de la Royal Society d’un travail de sanction qu’aurait mené la pratique religieuse, mais qu’au contraire ce sont des « attitudes positives » qui ont encouragé son développement45. La thèse de Merton a été, et est encore, largement discutée aujourd’hui46 : elle sert de point d’appui pour comprendre les mouvements d’articulation entre la pratique scientifique et le comportement religieux. Dans les années 1980, Charles Webster a, en quelque sorte, complété les propositions de Merton en soulignant l’importance de l’« eschatologie millénariste » et du « renouveau de l’apprentissage » dans le puritanisme anglais47 devant l’appréhension du monde naturel.

  • 48 . John L. Heilbron, Astronomie et églises, Paris, Belin, 2003.

19Cependant, le protestantisme n’est pas la seule religion à travailler le rapport au savoir. Le catholicisme, dans ses puissants effets de censure (de Giordano Bruno à Galilée, en passant par le De Revolutionibus de Copernic finalement mis à l’index en 1616), a joué un rôle structurant pour les sciences européennes. Il n’est cependant pas strictement négatif. John L. Heilbron montre parfaitement qu’au XVIIe siècle, dans un certain nombre d’églises, des astronomes construisent, avec le soutien de l’Église, des méridiennes dans le corps même des bâtiments sacrés afin de fixer le jour de Pâques48.

Lieux de savoirs et investissements somatiques

  • 49 . Voir : Peter Galison, Emily Thompson (dir.), The Architecture of Science, Cambridge (Mass.), MIT (...)

20Le « tournant géographique » a transformé le champ des études sociales des sciences. La prise en compte des lieux, des espaces, des structures matérielles dans lesquels s’organisait la recherche savante a mis au jour des dynamiques socio-épistémiques particulières49. Articulée à cet intérêt pour les cadres physiques de l’expression scientifique, l’implication des corps dans les observations et les expériences a renouvelé les façons d’envisager la science à l’époque moderne.

  • 50 . Adi Ophir, Steven Shapin, « The Place of Knowledge. A Methodological Survey », Science in Context(...)
  • 51 . Ibidem, p. 10.
  • 52 . Ibidem, p. 11.
  • 53 . Ibidem, p. 13. Voir Michel Foucault, Les corps utopiques. Les hétérotopies, Paris, Éditions Ligne (...)

21Adi Ophir et Steven Shapin ont jeté les bases d’une analyse longitudinale des sites savants (place of knowledge). Dans un article à valence méthodologique, ils rappellent l’importance de la spatialité dans la production des connaissances : anthropologues, géographes et spécialistes de l’interactionnisme symbolique ont tous souligné la structuration sociale des lieux50. La clôture ou l’ouverture d’un espace savant renseigne sur les usages culturels de la science51. Ophir et Shapin recourent aux analyses de Michel Foucault pour signaler les logiques de pouvoir qui saturent la circulation dans un lieu de science52. Ils retiennent de l’auteur de L’archéologie du savoir ses propositions sur les hétérotopies, ces lieux autres qui condensent et retournent dans une architecture donnée les symboles et les hiérarchies d’une société53.

  • 54 . Voir : Antoine Schnapper, Le Géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosités en France (...)
  • 55 . Steven Shapin, « The House of Experiment… », op. cit., p. 373-404.
  • 56 . Chris Philo, A Geographical History of Institutional Provision for the Insane from Medieval Times (...)
  • 57 . David N. Livingstone, Putting Science in Its Place. Geographies of Scientific Knowledge, Chicago, (...)

22David Livingstone a rassemblé, dans un ouvrage de synthèse intitulé Putting Science in Its Place, toutes les approches géographiques des pratiques scientifiques. Il évoque notamment ce qu’il nomme les sites savants, qui renvoient à des espaces construits et organisés pour la pratique scientifique : cabinets54, laboratoires55, jardins des plantes, zoos, hôpitaux56, bateaux d’exploration, espace public de démonstration, tous configurent des rapports sociaux et culturels singuliers57.

  • 58 . Paula Findlen, Possessing Nature. Museums, Collecting and Scientific Culture in Early Modern Ital (...)
  • 59 . Ibidem, p. 98.

23Dans sa magistrale étude sur les muséums et les collections scientifiques dans l’Italie du début de l’époque moderne, Paula Findlen consacre un chapitre aux « sites of knowledge ». Elle montre que les espaces d’accumulation des curiosités de la nature émergent « dans les maisons des élites urbaines et dans les cours des princes de la Renaissance58 ». La collecte d’éléments naturels et leur mise en série dans des espaces savants dédiés fait partie d’une manière de vivre qui traduit une double assignation sociale et épistémique59.

  • 60 . En particulier : Bruno Latour, Steeve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits sci (...)
  • 61 . Owen Hannaway, « Laboratory Design and the Aim of Science : Andreas Libavius versus Tycho Brahe » (...)
  • 62 . Ibidem, p. 590.
  • 63 . Ibidem, p. 594.
  • 64 . Ibidem, p. 597.
  • 65 . Ibidem, p. 597.
  • 66 . Ibidem, p. 597.
  • 67 . Ibidem, p. 598.
  • 68 . Ibidem, p. 599.
  • 69 . Jole Shackelford reviendra sur cette opposition en tentant de montrer que le laboratoire de Tycho (...)

24Les lieux de science se construisent donc, tout au long de l’époque moderne, autour de cette catégorisation duale : l’appartenance à des groupes sociaux spécifiques et le souci de créer les conditions idéales pour une administration de la preuve orientent les édifications architecturales. La lecture des plans de certains espaces savants a constitué, dans les années 1980 et 1990, un moment historiographique important, à la suite des études ethnographiques de laboratoires contemporains60. En 1986, Owen Hannaway rédige un article sur la différence d’organisation des laboratoires entre Andreas Libavius et Tycho Brahé à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Libavius est un « chimiste inhabituel ». Ce « physicien saxon et pédagogue » est un « produit de l’humanisme scholastique luthérien de la fin du seizième siècle ». Il s’est surtout illustré comme un opposant aux « partisans de Paracelse61 ». Tycho Brahé, quant à lui, est un astronome qui, outre des observations célestes très précises, a produit un modèle cosmologique à mi-chemin entre celui d’Aristote et celui de Copernic. Le laboratoire de Libavius est fonctionnel et inclus dans sa maison62. Tycho Brahé dispose lui d’un observatoire sur l’île de Hven. Il s’agit d’un lieu prestigieux, baptisé Uraniborg, auquel il adjoindra Stellaeburg en 158463. L’astronome dispose « dans le sous-sol voûté » d’un « laboratoire de chimie64 ». Il est, note Hannaway, « influencé par les écrits de Paracelse65 ». De manière générale, un schéma philosophique structure « la chimie de Brahé, à la fois cosmologique et médicale, à savoir la croyance en une correspondance entre les pouvoirs et les effets des phénomènes dans le ciel et ceux des choses qui poussent sur et dans la terre66 ». S’il consent à révéler ses expériences chimiques aux puissants, Tycho Brahé souhaite, le plus possible, les conserver secrètes ; Libavius, au contraire, envisageait la chimie « comme un art véritablement libéral basé sur l’accès ouvert et l’information partagée67 ». Précisément, dans sa description du laboratoire de chimie et de son organisation, Libavius remet en cause les choix de Tycho Brahé, notamment sa distance avec le monde. « Dans ses plans, la frontière entre le privé et le public existe certainement, mais elle peut être franchie ; si ce n’était pas le cas, il ne pourrait pas y avoir de société civile68 ». L’astronome a, quant à lui, préféré l’isolement sur une île. L’opposition est non seulement épistémique (et se cristallise autour des positions de Paracelse), mais également politique, puisque l’architecture engage un référentiel de valeurs quant à l’accès (ou non) aux connaissances69.

  • 70 . Steven Shapin, « The House of Experiment… », op. cit., p. 373-404.

25Ce texte de Hannaway est important parce que, dans la même veine que celui de Steven Shapin sur la maison de Boyle70, il insiste sur la saturation sociale et culturelle des arrangements immobiliers.

  • 71 . Emma C. Spary, Utopia’s Garden. French Natural History from Old Regime to Revolution, Chicago, Th (...)
  • 72 . Jérôme Lamy, L’observatoire de Toulouse aux 18e et 19e siècles. Archéologie d’un espace savant, R (...)
  • 73 . John Robert Christianson, On Tycho’s Island. Tycho Brahe, Science and Culture in the Sixteenth Ce (...)

26D’autres études historiques se sont concentrées sur des lieux de sciences beaucoup plus vastes que les laboratoires ou les cabinets de curiosités. C’est le cas notamment d’Emma C. Spary dans ses recherches concernant le Jardin du roi au XVIIIe siècle. Elle insiste en particulier sur la fonction nodale de l’établissement dans la construction d’un réseau de correspondants alimentant l’espace savant71. Dans l’histoire reconstituée sur la longue durée de l’observatoire de Toulouse, j’ai insisté, en ce qui concerne le siècle des Lumières, sur l’importance des ressources personnelles des astronomes pour construire un lieu de recherche, le doter d’instruments et imprimer le résultat des examens célestes72. Mais l’étude des espaces savants est aussi l’occasion de saisir les logiques sociales de la communauté scientifique en action. Ainsi, John Robert Christianson, en examinant les collaborateurs de Tycho Brahé dans son observatoire de l’île de Hven, met en lumière l’importance des collectifs de travail dans l’émergence de la science moderne73.

27Je n’ai donné ici qu’un bref aperçu d’une vaste bibliographie. Mais il faut insister sur cet élan de recherche concernant les lieux de sciences : il a permis de mieux saisir les enjeux architecturaux dans leurs contraintes sociales, politiques et culturelles de l’époque moderne.

  • 74 . On consultera avec profit l’ouvrage synthétique de Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir. (...)

28Conjointement à ces recherches sur les sites, l’intérêt pour les gestes et les corps a permis d’entreprendre une histoire sensible des sciences74. Je retiendrai ici deux grandes options historiographiques qui déclinent une approche critique, la première concerne le corps féminin dans le rapport aux savoirs et la seconde se concentre sur les corps utilisés pour les expériences. Dans les deux cas, ce sont des formes spécifiques de disqualifications et d’asservissements somatiques qui sont en jeu.

  • 75 . Carolyn Merchant, The Death of Nature. Women, Ecology and the Scientific Revolution, New York, Ha (...)
  • 76 . Ibidem, p. 148.
  • 77 . Ibidem, p. 163.
  • 78 . Carolyn Merchant, « The Scientific Revolution and The Death of Nature », Isis, vol. 97, n° 3, 200 (...)

29À la croisée des études sur le genre, de l’histoire des sciences et de l’environnement, l’ouvrage de Carolyn Merchant, The Death of Nature, paru initialement en 1980, ouvre une voie historiographique importante. Merchant ausculte l’importance des sciences mécaniques au XVIIe siècle dans la dépréciation simultanée de la nature et des femmes. Elle soutient notamment que « le mécanisme comme métaphore a ordonné et structuré la réalité dans une direction nouvelle, éliminant un certain type d’idées et de problèmes de son champ d’explication (…). L’une de ses grandes forces a été de servir non pas seulement comme réponse au problème de l’ordre social et cosmique, mais il a aussi fonctionné comme une justification du pouvoir et de la domination sur la nature75 ». Parallèlement, la nature, conçue comme un chaos désordonné, doit être contrôlée76 ; la fonction reproductrice est « utilisée pour inférer et justifier l’économie féminine de la dépendance77 ». Comme Carolyn Merchant l’a elle-même noté78, son ouvrage a constitué le foyer d’analyses écoféministes déconstruisant les formes de domination appuyée sur le biologique.

  • 79 . Pour une perspective critique particulièrement saisissante de la transformation générale des rapp (...)
  • 80 . Mary Terral, « Émilie du Châtelet and the Gendering Science », History of Science, vol. XXXIII, 1 (...)
  • 81 . Ibidem, p. 303.
  • 82 . Ibidem, p. 303.

30De nombreuses analyses ont densifié et étendu les thématiques explorées par Carolyn Merchant79. Ainsi, Mary Terral, dans l’article qu’elle consacre à Émilie du Châtelet, interroge l’évolution du rapport homme-femme, sa « flexibilité » et sa « complexité » : elle soutient que « l’attention portée aux catégories culturelles telles que le genre et la classe » peut permettre de dépasser la « chronique de l’exclusion des femmes des institutions de science » pour tendre vers une meilleure compréhension des « idéologies et des codes de comportement sous-jacents à cette exclusion80 ». Le cas d’Émilie du Châtelet, traductrice de Newton au XVIIIe siècle, lui permet de mettre en exergue les formes de résistance et de subversion possibles : déni de « l’identité féminine » et adoption de codes masculins dans les discussions81. Pour autant, Émilie du Châtelet reste relativement ambiguë quant à une participation générale des femmes aux pratiques savantes82.

  • 83 . Lisbet Koerner, « Women and Utility in Enlightenment Science », Configurations, vol. 3, 1995, p.  (...)
  • 84 . Paula Findlen, « Becoming a Scientist : Gender and Knowledge in Eighteenth-Century Italy », Scien (...)
  • 85 . On pourra également consulter : Sara Stidstone Gronim, « What Jane Knew : A Woman Botanist in the (...)

31Apparition de modèles alternatifs de l’implication des femmes dans les activités scientifiques83 ou encore importance des fictions dans l’affirmation des femmes comme scientifiques84, les études contemporaines sur le genre rééquilibrent l’historiographie et documentent non pas seulement des formes de domination, mais aussi des résistances, des contournements et des subversions en actes85.

  • 86 . Grégoire Chamayou, Les corps vils. Expérimenter sur les êtres humains aux XVIIIe et XIXe siècles, (...)
  • 87 . Ibidem, p. 385.

32Les « corps vils », étudiés par Grégoire Chamayou, permettent de souligner que ce sont bien « les condamnés à mort, les bagnards, les détenus, les orphelins, les prostituées, les internés, les patients de l’hôpital, les paralytiques, les esclaves, les colonisés, les moribonds qui ont historiquement servi de matériel expérimental pour la constitution de la science médicale moderne86 ». Ces somatismes préemptés pour la cause de la science sont des « doublures du corps du roi ou des Grands. Le droit d’expérimenter dérive par délégation du droit de vie et de mort du souverain, la peine pouvant être commuée en expérience et l’exécution en expérimentation87 ». Ainsi, la pratique scientifique réclame des territoires d’investigation qui sont ceux des relégués politiques, sociaux et moraux de la société. Ce faisant, les savants prennent place dans l’appareillage général de contrôle construit par le pouvoir moderne.

33L’historiographie critique a connu des développements conséquents dans le domaine des lieux de savoir, du genre et de la mobilisation des corps. Les points d’appui des dominations, leurs jonctions également, ont mis à l’épreuve des problématiques désormais orientées sur les dépassements ou les subversions des points de blocage par le pouvoir.

Circulation des savoirs et des techniques

34Bien que le sujet de l’agrégation et du CAPES se limite au territoire européen, il est essentiel de souligner que les travaux concernant la circulation des savoirs et des techniques connaissent une extraordinaire vitalité. La constitution de réseaux (lato sensu) de communication au sein desquels transitent des données, des objets, des instruments liés à la pratique savante, ainsi que les processus de capitalisation opérée à l’échelle de certaines métropoles, dessinent les grandes lignes d’un maillage savant du monde. Le commerce et la colonisation ont également favorisé la diffusion et la dissémination des procédures marchandes : comment et par qui les savoirs sont-ils transformés en objets commerciaux et de quelles façons les connaissances sont-elles arrachées aux territoires coloniaux ? Pour toutes ces options de recherche, l’approche par le versant critique est des plus fructueuses.

  • 88 . Sur l’importance, par exemple, des livres techniques, voir Liliane Hilaire-Pérez, Valérie Nègre, (...)
  • 89 . Elizabeth L. Eisenstein, La révolution de l’imprimé à l’aube de l’Europe moderne, Paris, La Décou (...)
  • 90 . Ibidem, p. 248.
  • 91 . Adrian Johns, The Nature of the Book. Print and Knowledge in the Making, Chicago, The University (...)

35La première des ressources pour que circulent des connaissances est l’imprimerie. La mécanisation pour la reproduction des écrits à grande échelle a considérablement transformé les manières de connaître88. Elizabeth Eisenstein a montré que si les manuscrits anciens comportaient de nombreuses erreurs, notamment dans le domaine de la géographie, la multiplication des imprimés n’a pas immédiatement supprimé ces imperfections. Toutefois, « avant que la configuration d’une carte du monde exhaustive et uniforme puisse émerger, il fallait que des images inexactes fussent reproduites en quantité assez grande pour qu’en deviennent possibles la juxtaposition, la comparaison et la mise en opposition89 ». L’historienne remarque d’ailleurs que la révolution copernicienne doit être mise en rapport avec le temps dégagé qu’offre l’imprimerie : il n’est en effet plus utile de « consacrer des heures à la “copie servile” », les « outils bibliographiques rudimentaires90 » permettant de se repérer dans l’ensemble des références disponibles. Les thèses d’Eisenstein ont été contestées notamment par Adrian Johns, qui a soutenu que chez l’historienne « l’impression elle-même est en dehors de l’histoire. La presse est quelque chose de “sui generi91 ».

  • 92 . Owen Gingerich, Le livre que nul n’avait lu. À la poursuite du « De Revolutionibus » de Copernic, (...)

36La circulation des ouvrages, même lorsqu’ils ont été interdits par l’Église, est conséquente. Owen Gingerich a cherché, dans les bibliothèques du monde entier, l’ensemble des copies disponibles du De Revolutionibus de Copernic92. Il a montré que les lecteurs de l’époque moderne ont très souvent annoté le texte, ce qui témoigne d’une lecture informée. Les historiens ont longtemps cru que le célèbre livre théorisant l’héliocentrisme n’avait pas connu une importante diffusion ; il n’en est rien, l’imprimé a consacré une expression scientifique étendue.

  • 93 . Adam Mosley, Nicholas Jardine, Karin Tybjerg, « Epistolary culture, editorial practices and the p (...)
  • 94 . Bryce Allen, Jian Qin, F. W. Lancaster, « Persuasive Communities : A Longitudinal Analysis of Ref (...)

37Outre les ouvrages, les premiers périodiques savants émergent à l’époque moderne : Tycho Brahé publie ainsi en 1596 l’Epistolae astronomicae93. Au XVIIe siècle, les Philosophical Transactions de la Royal Society stabilisent un format de revue dans laquelle la critique par les pairs organise les conditions de publication94.

  • 95 . Hans Bots, François Waquet, La République des lettres, Paris, Belin, 1997.
  • 96 . Irène Passeron, René Sigrist, Siegfried Bodenmann, « La République des sciences. Réseaux des corr (...)
  • 97 . Ibidem, p. 15.

38C’est une république des sciences qui naît donc dans l’Europe moderne : ses contours, ses règles, les circulations qui la structurent sont proches de ceux de la république des lettres95, mais ne s’y substituent pas complètement. Irène Passeron, Siegfried Bodenmann et René Sigrist ont ainsi mis en évidence la coagulation, au XVIIIe siècle, de « réseaux épistolaires », de « journaux parlant de sciences » et d’« encyclopédies96 » ; il faut y ajouter les académies et toutes les formes de médiations savantes97.

  • 98 . René Sigrist, « Les communautés savantes européennes à la fin du siècle des Lumières », M@ppemond (...)
  • 99 . Ibidem.

39La circulation des savoirs, condition de l’existence même des communautés scientifiques, ne se déploie pas dans un espace socio-épistémique statique, homogène et uniforme. Comme l’a parfaitement montré René Sigrist, il existe des hiérarchies et des dynamiques historiques dans la géographie des sciences modernes : « Ainsi, la France, qui avait la communauté d’astronomes la plus considérable à la fin du XVIIe siècle, époque de la mise en service de l’Observatoire royal de Paris, a peu à peu perdu cette avance dans le premier tiers du XVIIIe siècle. Elle a ensuite connu quatre décennies d’expansion continue, qui lui ont permis de distancer la Grande-Bretagne, voire l’ensemble des États germaniques, dans les années 1760 et 177098 ». En ce qui concerne « la dynamique de l’astronomie britannique, (…) la progression des effectifs de la première moitié du siècle est suivie d’un affaiblissement dans les années 1760 et 177099 ».

  • 100 . Stéphane Van Damme, « La grandeur d’Édimbourg. Savoirs et mobilisation identitaire au XVIIIe sièc (...)
  • 101 . Voir l’ouvrage important dirigé par Pilar González Bernaldo et Liliane Hilaire-Pérez, Les savoirs (...)
  • 102 . Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Mo (...)
  • 103 . James E. McClellan, François Regord, The Colonial Machine : French Science and Overseas Expansion (...)
  • 104 . Daniela Bleichmar, Paula De Vos, Kristin Huffine, Kevin Sheeha, « Preface », dans Daniela Bleichm (...)
  • 105 . Daniela Bleichmar, Visible Empire. Botanical Expeditions & Visual Culture in Hispanic Enlightenme (...)
  • 106 . Ibidem, p. 191.
  • 107 . Ibidem, p. 187.

40Ces travaux (fondés sur des cartographies des savants et des points de fixation des pratiques scientifiques) confortent les approches en termes de « villes-mondes » engagées notamment par Stéphane Van Damme. Dans son étude de la ville d’Édimbourg, l’historien met en exergue la polarisation intellectuelle de la capitale écossaise à partir de la concentration d’équipements, la structuration universitaire et le déploiement d’espaces dédiés à la recherche. Mais cette transformation s’est opérée en lien avec la « mobilisation des réseaux savants européens et coloniaux qui passe aussi par le soutien fervent des diasporas écossaises100 ». L’échelle du monde est d’ailleurs indispensable pour penser la captation des savoirs101 dans la perspective d’une histoire critique. Ainsi, Samir Boumediene a bien montré que les connaissances sur les plantes venues des colonies se trouvaient peu à peu prises dans des réseaux marchands et politiques qui organisaient l’asservissement des populations et des territoires tout au long de l’époque moderne102. Dans le cas de la France, James E. McClellan et François Regourd parlent d’une « machine coloniale » qui, tout particulièrement sous le règne de Louis XIV, articule la puissance étatique aux ressources cartographiques, médicales et botaniques pour asseoir une domination impérialiste103. L’idée que les rapports entre les pays colonisateurs et les terres colonisées ne se réduisent pas à une pure dialectique centre/périphérie a été particulièrement développée à propos des empires espagnol et portugais : dans l’ouvrage collectif Science in the Spanish and Portuguese Empires, l’enjeu est bien de saisir la façon dont « le monde naturel des Amériques a servi à compliquer et altérer les catégories européennes du savoir et les méthodes de détermination de la vérité104 ». Parmi toutes les ressources matérielles et cognitives mobilisées pour dominer les colonies, Daniela Bleichmar a mis en évidence l’importance de la culture visuelle dans la constitution scientifique des empires coloniaux : « l’histoire naturelle a été fondée sur l’épistémologie visuelle. (…) Soigneusement formés comme observateurs experts, les naturalistes embarquaient pour les voyages avec des ordres explicites d’observation105 ». Mais cette « visibilité » ne va pas sans certaines formes d’« invisibilité » : c’est ainsi que, parfois, les « conventions des illustrations scientifiques ne sélectionnaient seulement que certains éléments », d’autres fois ce tri était « accidentel106 ». Mais l’ensemble participe à la construction de l’Empire colonial hispanique « comme une machine à images107 ».

  • 108 . Parmi les nombreuses références, voir : Carlo Ginsburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un me (...)
  • 109 John Henry, « Doctors and healers : popular culture and the medical profession », dans Stephen Pumf (...)
  • 110 Ibidem, p. 201.

41La circulation des savoirs n’est pas seulement épistémique et matérielle. Elle est aussi et surtout sociale et politique. Ce ne sont pas seulement les cours, les académies ou les laboratoires qui sont striés par l’impératif de connaissances sur le monde, d’autres lieux (des places publiques aux échoppes) élargissent les espaces de transactions cognitives. Depuis longtemps, les historiens ont démontré l’inadéquation d’un modèle de transmission des connaissances top-down108. La production de savoirs populaires a fait l’objet d’études importantes qui reprennent les éléments problématiques de l’histoire culturelle. C’est ainsi que John Henry constate, dans l’Angleterre du début de l’époque moderne, « qu’un certain nombre de membres de la population générale possède un haut niveau de connaissances médicales109 ». Non seulement, la pratique médicale n’est pas professionnelle au XVIe siècle, mais les « ouvrages populaires » permettent de se faire une idée des maladies potentielles110. Clifford C. Donner, dans sa remarquable Histoire populaire des sciences, que j’ai déjà évoquée, tient quant à lui à renverser la perspective. Après avoir examiné l’importance des contributions apportées par les marchands, les arpenteurs (dans l’application des mathématiques), les artistes (pour le développement des techniques de perspective), les herboristes populaires, les artisans (concernant les arts mécaniques et chimiques), les mineurs et tous les assistants des expériences scientifiques, Donner conclut que

  • 111 Clifford D. Conner, op. cit., p. 329.

« la production du savoir scientifique est une activité sociale collective, que des contributions essentielles ont été réalisées par des travailleurs exerçant ce qui était pour eux un gagne-pain, et que les théoriciens qui constituent l’élite se voient souvent indûment attribuer tout le mérite de trouvailles qui sont le fruit d’un grand nombre de têtes et de mains » 111.

  • 112 . Marie Thébaud-Sorger, « Spectacles de sciences », dans Dominique Pestre (dir.), op. cit., p. 139.
  • 113 . John R. Millburn, « The London Evening Courses of Benjamin Martin and James Ferguson, Eighteenth (...)
  • 114 . Marie Thébaud-Sorger, L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Renn (...)

42Si, comme nous l’avons vu, la réalisation des expériences et l’observation de la nature sont peu à peu codifiées par une série de procédures d’autonomisation tout au long de l’époque moderne, un mouvement parallèle étend les espaces d’exposition et de démonstration savante. La spectacularisation de la science mobilise des « entrepreneurs de sciences112 » qui diffusent leurs connaissances sous forme de cours, de présentations et d’expériences publiques113. À la fin du XVIIIe siècle, la dramaturgie des envols aérostatiques, étudiée par Marie Thébaud-Sorger, a institué une certaine forme d’expression publique de la performance technique114.

  • 115 . Terry Shinn, « Axes thématiques et marché de diffusion : la science en France, 1975-1999 », Socio (...)
  • 116 . James A. Bennett, « Shopping for instruments in Paris and London », dans Pamela H. Smith, Paula F (...)
  • 117 . Liliane Hilaire-Pérez, Christelle Rabier, « Self-Machinery ? Stell Trusses and the Management of (...)
  • 118 . Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste…, op. cit.

43La production de connaissances vise une meilleure appréhension des éléments naturels et une plus grande efficacité dans leur exploitation. Les savoirs « utilitaires115 » s’insèrent dans l’économie capitaliste naissante de l’époque moderne. Ils configurent un certain type de rapport aux objets et aux instruments. Jim Bennett a ainsi mis en évidence la vitalité du marché des instruments scientifiques en France et en Angleterre au XVIIIe siècle116 ; le cas de bandages herniaires permet à Liliane Hilaire-Pérez et Christelle Rabier de repérer les contours d’une « culture opérationnelle » qui articule « innovation technologique », « service individuel », « instruments de vente » et « recherche de nouveaux marchés117 ». Cette circulation marchande des savoirs fait donc émerger un ensemble spécifique de pratiques innovantes, qui fixera au XIXe siècle les grandes lignes de l’industrialisation118.

44Au final, les relations entre sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, dont je n’ai donné ici qu’un aperçu sous l’angle de l’histoire critique, sont pour l’époque moderne organisées selon de grands mouvements socio-épistémiques : l’autonomisation des pratiques de recherche passe par une séparation des cénacles académiques d’avec les acteurs politiques, mais dans le même temps, les sciences de l’anatomie se servent des « corps vils » pour reproduire le geste de préservation du somatisme royal. De la même façon, les lieux de savoir organisent une recomposition permanente des rapports socio-épistémiques, l’administration de la preuve s’ancrant d’abord dans la fiabilité sociale des témoins. Enfin, colonisation et marchandisation visent une certaine expansion des connaissances, mais leurs effets de domination (comme l’éradication de certains savoirs dans le processus de conquête impériale) sont aussi manifestes. L’époque moderne construit donc un rapport complexe entre les grands ensembles de pratiques savantes et les structurations sociales. L’historiographie récente, qui a fait prévaloir les enquêtes circonstanciées et finement documentées sur les grands schémas d’ensemble, gagne à être ressaisie sous l’angle de la critique. En effet, les rapports de force, les dissymétries dans les positions sociales et épistémiques, les dominations politiques, sociales et genrées, ainsi que l’inégale distribution des capitaux épistémiques et marchands, donnent à voir des pratiques savantes et techniques pleines de reliefs, de dissensus et d’oppositions.

Haut de page

Notes

1 . Pour des panoramas classiques, voir Dominique Pestre, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 50, n° 3, 1995, p. 487-522 et Stéphane Van Damme, « De la vie du laboratoire à la théorie cyborg. Trajectoires de l’anthropologie des sciences aux États-Unis (1979-2007) », L’Homme, n° 187-188, 2008, p. 393-412.

2 . Parmi les ouvrages de synthèse les plus intéressants sur le sujet des concours, on peut citer : Liliane Hilaire-Pérez, Fabien Simon, Marie Thébaud-Sorger (dir.), L’Europe des sciences et des techniques. Un dialogue des savoirs, XVe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016 ; Lorraine Daston (dir.), The Cambridge History of Science, t. 3 : Early Modern Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2006 ; Peter Dear, Revolutionizing the Sciences : European Knowlegde and Its Ambitions (1500-1700), Princeton, Princeton University Press, 2011 ; Peter Burke, A Social History of Knowlegde, t. I : From Gutenberg to Diderot, Cambridge, Polity Press, 2000 ; Peter Burke, A Social History of Knowledge, t. II : From the Encyclopaedia to Wikipedia, Cambridge, Polity Press, 2012.

3 . Pour un dépassement de la question internaliste, voir Steven Shapin, « Discipline and bounding. The history and sociology of science as seen through the externalism-internalism debate », History of Science, vol. XXX, 1992, p. 333-360.

4 . Brian Martin a ainsi fait remarquer, en 1993, que l’ambition critique qui animait les études sociales des sciences était devenue essentiellement académique : Brian Martin, « The critique of science becomes academic », Science, Technology & Human Values, vol. 18, n° 2, 1993, p. 247-259. Pierre Bourdieu envisageait la critique comme la « combinaison de l’autonomie et de l’engagement théorico-politique » : l’enjeu est donc de faire valoir les règles d’une histoire soucieuse du respect des normes méthodologiques ainsi que les procédures de dévoilement des rapports de force et des effets de domination qui ne se donnent pas immédiatement dans la lecture des événements (Pierre Bourdieu, « Instituer efficacement l’attitude critique », dans Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, Marseille, Agone, 2002, p. 473).

5 . Stéphane Van Damme, « Un ancien régime des sciences et des savoirs », dans Dominique Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, t. 1 sous la dir. de Stéphane Van Damme : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 2015, p. 19-40.

6 . Pascal Duris soutient très justement que les évolutions des sciences de la vie à l’époque moderne ne cadrent pas avec une révolution scientifique principalement pensée depuis les sciences physiques et mathématiques : Pascal Duris, Quelle révolution scientifique ? Les sciences de la vie dans la querelle des Anciens et des Modernes (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Hermann, 2016. Pour un aperçu bibliographique sur la révolution scientifique : Steven Shapin, The scientific revolution, Chicago, The University of Chicago Press, 1996.

7 . Boris Hessen, Les racines sociales et économiques des « Principia » de Newton, Paris, Vuibert, 2006.

8 . Edgar Zilsel, « The Sociological Roots of Science », American Journal of Sociology, vol. 47, n° 4, 1942, p. 544-562.

9 . Voir notamment : Alexandre Koyré, « Galileo and Plato », Journal of the History of Ideas, vol. 4, n° 4, 1943, p. 401, note 6.

10 . Franz Borkeneau, « The Sociology of the Mechanistic World-Picture », Science in Context, vol. 1, n° 2, 1987, p. 109-127.

11 . Henryk Grossmann, « The Social Foundations of Mechanistic Philosophy and Manufacture », Science in Context, vol. 1, n° 1, 1987, p. 129-180. Pour une discussion autour de cette controverse : Valeria E. Ruse, « Henryk Grossmann and Franz Borkeneau. A Bio-Bibliography », Science in Context, vol. 1, n° 1, 1987, p. 181-191 ; Rick Kuhn, « Henryk Grossmann and the Recovery of Marxism », Historical Materialism, vol. 12, n° 3, 2005, p. 57-100 ; Rick Kuhn, « Introduction to Henryk Grossmann’s Critique of Franz Borkenau and Max Weber », Journal of Classical Sociology, vol. 6, n° 2, 2006, p. 195-200 ; Gideon Freudenthal, Peter MacLaughlin, « Classical Marxist Historiography of Science : The Hessen-Grossmann Thesis », dans Gideon Freudenthal, Peter MacLaughlin (dir.), The Social and Economic Roots of the Scientific Revolution, Dordrecht, Springer, 2009, p. 1-40.

12 . Steven Shapin, Simon Schaffer, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte, 1991, p. 60. Voir également Steven Shapin, « The House of Experiment in Seventeenth-Century England », Isis, vol. 79, n° 3, 1988, p. 373-404.

13 . Steven Shapin, Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du XVIIe siècle, Paris, La Découverte, 2014.

14 . Steven Shapin, « The Invisible Technician », American Scientist, vol. 77, 1989, p. 554-563.

15 . Voir notamment : Pamela H. Smith, The Body of the Artisan. Art and Experience in the Scientific Revolution, Chicago, The University of Chicago Press, 2004 ; Pamela H. Smith, Amy R. W. Meyers, Harold J. Cook (dir.), Ways of Making and Knowing. The Material Culture of Empirical Knowledge, Chicago, The University of Chicago Press, 2014.

16 . Pamela O. Long, Artisan/Practitioners and the Rise of the New Sciences, 1400-1600, Corvallis, Oregon State University Press, 2011.

17 . Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2013.

18 . Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

19 . Pascal Brioist, Léonard de Vinci, homme de guerre, Paris, Alma, 2013.

20 . Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

21 . Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences, Montreuil, L’Échappée, 2011 (et tout particulièrement le chapitre 5, p. 241-329).

22 . Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

23 . Mario Biagioli, Galileo Courtier. The practice of science in the culture of absolutism, Chicago, The University of Chicago Press, 1994.

24 . Mario Biagioli, « Galilée bricoleur », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 94, 1992, p. 91.

25 . Ibidem, p. 102.

26 . Ibidem, p. 102.

27 . Yves Gingras, La sociologie des sciences, Paris, Presses universitaires de France, 2013, p. 40-41.

28 . Andrea Ubrizsy-Savoia, « Federico Cesi (1585-1630) and the correspondance network of his Accademia dei Lincei », Studium, vol. 4, n° 4, 2011, p. 105-209.

29 . William E. Knowles-Middleton, The Experimenters. A Study of the Accademia del Cimento, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1971.

30 . Yves Gingras, « What did Mathematics do to Physics ? », History of Science, vol. XXXIX, n° 4, 2001, p. 383-416.

31 . Roger Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique. L’Académie des sciences de Paris, 1666-1803, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 1993, p. 11.

32 . Ibidem, p. 13.

33 . Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte, 1996, p. 85.

34 . Ibidem, p. 125.

35 . Steven Shapin, Simon Schaffer, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte, 1991, p. 339.

36 . Ibidem, p. 339.

37 . Voir également John Gascoigne, « The Royal Society and the Emergence of Science as in Instrument of State Policy », The British Journal for the History of Science, vol. 32, n° 2, 1999, p. 171-184.

38 . Robert Halleux, « Aux origines des politiques scientifiques », Archives internationales d’histoire des sciences, vol. 62, p. 439-450.

39 . Charles C. Gillispie, Science and Polity in France at the end of the Old Regime, Princeton, Princeton University Press, 1980.

40 . Éric Brian, La mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

41 . Jérôme Lamy, « L’État et la science. Histoire du régime régulatoire (France, XVIe-XXe siècles), Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 134, 2017, p. 89-94.

42 . Robert K. Merton, « Science, Technology and Society in Seventeenth Century England », Osiris, vol. 4, 1938, p. 472 (ma traduction, y compris pour les citations suivantes).

43 . Ibidem, p. 474.

44 . Ibidem, p. 474.

45 . Ibidem, p. 474.

46 . Voir notamment : Bernard Cohen (dir.), Puritanism and the Rise of Moderne Science. The Merton Thesis, New Brunswick, Rutgers University Press, 1990. Et pour un aperçu complet sur le travail sociologique de Merton : Arnaud Saint-Martin, La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte, 2013.

47 . Charles Webster, The Great Instauration. Science, Medicine and Reform, 1626-1640, Londres, Duckworth, 1976, p. 1.

48 . John L. Heilbron, Astronomie et églises, Paris, Belin, 2003.

49 . Voir : Peter Galison, Emily Thompson (dir.), The Architecture of Science, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1999 ; Christian Jacob (dir.), Les lieux de savoirs, t. 1 : Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2007 ; Christian Jacob (dir.), Les lieux de savoirs, t. 2 : Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel, 2011.

50 . Adi Ophir, Steven Shapin, « The Place of Knowledge. A Methodological Survey », Science in Context, vol. 4, n° 1, 1991, p. 9 (ma traduction, y compris pour les citations suivantes).

51 . Ibidem, p. 10.

52 . Ibidem, p. 11.

53 . Ibidem, p. 13. Voir Michel Foucault, Les corps utopiques. Les hétérotopies, Paris, Éditions Lignes, 2009.

54 . Voir : Antoine Schnapper, Le Géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosités en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2012 ; Krysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 1987.

55 . Steven Shapin, « The House of Experiment… », op. cit., p. 373-404.

56 . Chris Philo, A Geographical History of Institutional Provision for the Insane from Medieval Times to the 1860s in England and Wales. The Space Reserved for Insanity, Lampeter, The Edwin Mellon Press, 1984 ; Leslie Topp, James E. Moran, Jonathan Andrews (dir.), Madness, Architecture and the Built Environment. Psychiatric Spaces in Historical Context, New York, Routledge, 2007.

57 . David N. Livingstone, Putting Science in Its Place. Geographies of Scientific Knowledge, Chicago, The University of Chicago Press, 2003, p. 17-86.

58 . Paula Findlen, Possessing Nature. Museums, Collecting and Scientific Culture in Early Modern Italy, Chicago, The University of Chicago Press, 1994, p. 97.

59 . Ibidem, p. 98.

60 . En particulier : Bruno Latour, Steeve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1986 ; Michael Lynch, Art and Artifact in Laboratory Science : A Study of Shop Work and Shop Talk in A Research Laboratory, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1985.

61 . Owen Hannaway, « Laboratory Design and the Aim of Science : Andreas Libavius versus Tycho Brahe », Isis, vol. 77, n° 4, 1986, p. 587 (ma traduction, y compris pour les citations suivantes).

62 . Ibidem, p. 590.

63 . Ibidem, p. 594.

64 . Ibidem, p. 597.

65 . Ibidem, p. 597.

66 . Ibidem, p. 597.

67 . Ibidem, p. 598.

68 . Ibidem, p. 599.

69 . Jole Shackelford reviendra sur cette opposition en tentant de montrer que le laboratoire de Tycho Brahé n’est pas totalement inaccessible et que l’idée d’ouverture des lieux de science est d’abord un idéal à l’époque moderne : Jole Shackelford, « Laboratory Design, and the Aim of Science : Reading Plans in Context », Isis, vol. 84, n° 2, 1993, p. 211-230.

70 . Steven Shapin, « The House of Experiment… », op. cit., p. 373-404.

71 . Emma C. Spary, Utopia’s Garden. French Natural History from Old Regime to Revolution, Chicago, The University of Chicago Press, 2000, chapitre 2.

72 . Jérôme Lamy, L’observatoire de Toulouse aux 18e et 19e siècles. Archéologie d’un espace savant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

73 . John Robert Christianson, On Tycho’s Island. Tycho Brahe, Science and Culture in the Sixteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

74 . On consultera avec profit l’ouvrage synthétique de Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, XVIe-XXe siècles, Paris, CNRS Éditions, 2015 ; le volume collectif dirigé par Christopher Lawrence et Steven Shapin, Science Incarnate. Historical Embodiments of Natural Knowledge (Chicago, The University of Chicago Press, 1998) est une référence sur le sujet. Voir également Harold J. Cook, « Body and Passions : Materialism and the Early Modern State », Osiris, vol. 17, n° 1, p. 25-48. Sur la découverte du corps en Occident à l’époque moderne, voir notamment Rafael Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Le Seuil, 2003.

75 . Carolyn Merchant, The Death of Nature. Women, Ecology and the Scientific Revolution, New York, HarperOne, 1990, p. 215 (ma traduction, y compris pour les citations suivantes).

76 . Ibidem, p. 148.

77 . Ibidem, p. 163.

78 . Carolyn Merchant, « The Scientific Revolution and The Death of Nature », Isis, vol. 97, n° 3, 2006, p. 513-533.

79 . Pour une perspective critique particulièrement saisissante de la transformation générale des rapports aux corps féminins sous l’empire de la modernité, voir Silvia Federici, Caliban et la Sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, Marseille, Senonevro, Genève, Entremonde, 2004.

80 . Mary Terral, « Émilie du Châtelet and the Gendering Science », History of Science, vol. XXXIII, 1995, p. 283 (ma traduction, y compris pour les citations suivantes).

81 . Ibidem, p. 303.

82 . Ibidem, p. 303.

83 . Lisbet Koerner, « Women and Utility in Enlightenment Science », Configurations, vol. 3, 1995, p. 233-255.

84 . Paula Findlen, « Becoming a Scientist : Gender and Knowledge in Eighteenth-Century Italy », Science in Context, vol. 16, n° 1-2, 2003, p. 59-87.

85 . On pourra également consulter : Sara Stidstone Gronim, « What Jane Knew : A Woman Botanist in the Eighteenth Century », Journal of Women’s History, vol. 19, n° 3, 2007, p. 33-59 ; Mary Terrall, « Gendered Spaces, Gendered Audiences : Inside and Outside the Paris Academy of Sciences », Configurations, vol. 2, n° 2, 1995, p. 207-232.

86 . Grégoire Chamayou, Les corps vils. Expérimenter sur les êtres humains aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, La Découverte, 2008, p. 7.

87 . Ibidem, p. 385.

88 . Sur l’importance, par exemple, des livres techniques, voir Liliane Hilaire-Pérez, Valérie Nègre, Delphine Spicq, Koen Vermeir (avec la collaboration de Konstantinos Chatzis) (dir.), Le livre technique avant le XXe siècle. À l’échelle du monde, Paris, CNRS Éditions, 2017.

89 . Elizabeth L. Eisenstein, La révolution de l’imprimé à l’aube de l’Europe moderne, Paris, La Découverte, 1991, p. 246.

90 . Ibidem, p. 248.

91 . Adrian Johns, The Nature of the Book. Print and Knowledge in the Making, Chicago, The University of Chicago Press, 1998, p. 19. Pour une confrontation entre Eisenstein et Johns, voir : Elizabeth Eisenstein, « An Unacknowledge Revolution Revisited », The American Historical Review, vol. 107, n° 1, 2002, p. 87-105 ; Adrian Johns, « How to Acknowledge A Revolution », Ibidem, p. 106-125 ; Elizabeth Eisenstein, « Reply », Ibidem, p. 126-128. Pour une autre approche des thèses d’Eisenstein, voir Anthony Grafton, « The Importance of Being Printed », The Journal of Interdisciplinary History, vol. 11, n° 2, 1980, p. 265-286. Pour une approche en termes d’histoire de l’information, voir Ann M. Blair, Too Much to Know. Managing Scholarly Information before the Modern Age, New Haven, Yales University Press, 2010.

92 . Owen Gingerich, Le livre que nul n’avait lu. À la poursuite du « De Revolutionibus » de Copernic, Paris, Dunod, 2008.

93 . Adam Mosley, Nicholas Jardine, Karin Tybjerg, « Epistolary culture, editorial practices and the propriety of Tycho’s Astronomical Letters », Journal for the History of Astronomy, vol. XXXIV, n° 3, 2003, p. 422-451.

94 . Bryce Allen, Jian Qin, F. W. Lancaster, « Persuasive Communities : A Longitudinal Analysis of References in the Philosophical Transactions of the Royal Society, 1665-1990 », Social Studies of Science, vol. 24, n° 2, 1994, p. 279-310.

95 . Hans Bots, François Waquet, La République des lettres, Paris, Belin, 1997.

96 . Irène Passeron, René Sigrist, Siegfried Bodenmann, « La République des sciences. Réseaux des correspondances, des académies et des livres », Dix-huitième siècle, n° 40, 2008, p. 8.

97 . Ibidem, p. 15.

98 . René Sigrist, « Les communautés savantes européennes à la fin du siècle des Lumières », M@ppemonde, n° 110, 2013 (<http://mappemonde.mgm.fr/num38/articles/art13204.html>).

99 . Ibidem.

100 . Stéphane Van Damme, « La grandeur d’Édimbourg. Savoirs et mobilisation identitaire au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 55-2, 2008, p. 172.

101 . Voir l’ouvrage important dirigé par Pilar González Bernaldo et Liliane Hilaire-Pérez, Les savoirs-mondes. Mobilités et circulation des savoirs depuis le Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

102 . Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Les Éditions des mondes à faire, 2016.

103 . James E. McClellan, François Regord, The Colonial Machine : French Science and Overseas Expansion in the Old Regime, Turnhout, Brepols, 2011.

104 . Daniela Bleichmar, Paula De Vos, Kristin Huffine, Kevin Sheeha, « Preface », dans Daniela Bleichmar, Paula De Vos, Kristin Huffine, Kevin Sheeha (dir.), Science in the Spanish and Portuguese Empires, 1500-1800, Stanford, Stanford University Press, 2009, p. XXI (ma traduction).

105 . Daniela Bleichmar, Visible Empire. Botanical Expeditions & Visual Culture in Hispanic Enlightenment, Chicago, The University of Chicago Press, 2012, p. 189.

106 . Ibidem, p. 191.

107 . Ibidem, p. 187.

108 . Parmi les nombreuses références, voir : Carlo Ginsburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1980 ; Roger Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (XIVe-XVIIIe siècles), Paris, Albin Michel 1996 ; Natalie Z. Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, Aubier, 1979.

109 John Henry, « Doctors and healers : popular culture and the medical profession », dans Stephen Pumfrey, Paolo L. Rossi, Maurice Slawinski (dir.), Science, culture and popular belief in Renaissance Europe, Manchester, Manchester University Press, 1991, p. 198.

110 Ibidem, p. 201.

111 Clifford D. Conner, op. cit., p. 329.

112 . Marie Thébaud-Sorger, « Spectacles de sciences », dans Dominique Pestre (dir.), op. cit., p. 139.

113 . John R. Millburn, « The London Evening Courses of Benjamin Martin and James Ferguson, Eighteenth Century Lecturers on Experimental Philosophy », Annals of Science, vol. 40, 1983, p. 437-455 ; Simon Schaffer, « Natural Philosophy and Public Spectacle in the Eighteenth Century », History of Science, vol. XXI, n° 1, 1983, p. 1-43 ; Roger Cooter, Stephen Pumfrey, « Separate Spheres and Public Places : Reflections on the History of Science Popularization and Science in Popular Culture », History of Science, vol. XXXII, n° 3, 1994, p. 237-267.

114 . Marie Thébaud-Sorger, L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; Larry Stewart, « Other Centres of Calculation, or, Where the Royal Society Didn’t Count : Commerce, Coffee-Houses and Natural Philosophy in Early Modern London », The British Journal for the History of Science, vol. 2, n° 2, 1999, p. 133-153.

115 . Terry Shinn, « Axes thématiques et marché de diffusion : la science en France, 1975-1999 », Sociologie et sociétés, vol. 32, n° 1, 2000, p. 60.

116 . James A. Bennett, « Shopping for instruments in Paris and London », dans Pamela H. Smith, Paula Findlen (dir.), Merchants & Marvels. Commerce, Science and Art in Early Modern Europe, New York, Routledge, 2002, p. 370-395.

117 . Liliane Hilaire-Pérez, Christelle Rabier, « Self-Machinery ? Stell Trusses and the Management of Ruptures in Eighteenth-Century Europe », Technology and Culture, vol. 54, n° 2, 2013, p. 497.

118 . Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés à l’époque moderne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 11-32.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés à l’époque moderne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6083

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

CNRS, CERTOP (UMR 5044), Université Toulouse Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page