Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Jérôme Lamy (dir.), « Sciences et politiques », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 1 (...)

1Les Cahiers d’histoire sont heureux de s’associer à nouveau au profond mouvement de renouvellement des travaux concernant les sciences et les techniques. Nous avons ouvert nos pages à ces nouvelles pistes de réflexions dès 20071. Il s’agit donc de retrouvailles. Mais quelle activité en dix années dans ce champ de la pensée ! Scientifiques, sociologues, historiens, politistes, philosophes ont diversifié les interrogations, les angles d’approches et ont posé les termes de multiples débats sur les significations sociales à travers le temps et l’espace de ces productions intellectuelles. C’est une heureuse présence des chercheurs à leur temps. Que les élaborations scientifiques, leurs mises en œuvre, ce que les sciences et les techniques font aux sociétés soient aujourd’hui des champs particulièrement dynamiques en histoire ne peut que réjouir les tenants de la compréhension globale que nous sommes. Traversées par des enjeux très vifs, aussi bien sur la démocratie que sur l’environnement, les recherches en histoire des sciences et des techniques sont devenues des actrices à l’échelle internationale de la pensée du social à travers parutions d’ouvrages, création de revues, de chaires universitaires, mais aussi comme initiatrices de débats publics. Au niveau de la société française, on sait que le choix d’un sujet de concours pour les enseignant-es du secondaire est toujours significatif. Ainsi, les futur-es enseignant-es auront goûté aux savoirs et aux débats concernant l’histoire des sciences et des techniques à l’époque moderne, dans une perspective sociale englobante visant à penser ces dernières dans leurs articulations avec les pouvoirs. Le choix 2017 des « Rendez-vous de l’histoire » de Blois a donné lui aussi de la visibilité à ces dimensions du réel social en rassemblant les historien-nes autour de la thématique des « découvertes ». Le dossier conçu par Jérôme Lamy pour les Cahiers d’histoire présente un solide état des lieux historiographiques et des exemples de fonctionnement de ces rapports sciences/pouvoirs dans des domaines scientifiques différents, autant d’apports qui, pensons-nous, pourront efficacement aider les étudiant-es dans leur préparation des concours. Ce dossier témoigne aussi de la diversité des méthodes, de la proposition théorique de Jérôme Lamy de rassembler dans un paradigme englobant, qu’il nomme « le régime régulatoire » les différentes modalités d’interactions entre sciences et pouvoirs, à des analyses de faits sociaux dont les singularités sont a contrario valorisées. Les débats internes à ce monde académique sont suggérés, notamment entre approches dites « internalistes » et « externalistes », la première délaissée aujourd’hui par les chercheurs en sciences sociales, pouvant se réfugier dans l’histoire que font les savants eux-mêmes. Mais le dossier fait comprendre ce que ces oppositions peuvent avoir de stériles et invite à des échanges entre des chercheurs de formations et compétences différentes, comme y appelle l’historien des mathématiques Pierre Crépel dans quelques remarques sur les attendus du sujet de concours qu’il développe dans « Transmettre ». Pascal Brioist, historien des sciences de l’époque moderne et l’un des promoteurs du sujet, donne sa propre lecture des enjeux de la thématique dans la rubrique « Débats ».

2La thématique nous a donc emportés au-delà du dossier lui-même, par souci d’explicitation favorisant l’appropriation des analyses par un vaste public pas nécessairement encore aguerri aux problématiques de ce champ de l’histoire sociale.

  • 2 Notamment, Guillaume Roubaud-Quashie (dir.), « Quel autre sport ? », Cahiers d’histoire. Revue d’hi (...)
  • 3 Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), « Les empires africains, des origines au XXe siècle », Cahiers (...)
  • 4 L’exposition se termine le 12 novembre 2017. En restera le beau catalogue, L’Afrique des routes, Ac (...)

3Les curieux d’autres objets d’histoire trouveront néanmoins de quoi cheminer par d’autres voies du social. Fabien Sabatier nous fait retrouver des pistes que nous parcourons régulièrement, elles aussi en intense renouvellement. Les lecteurs et lectrices savent que l’histoire des sports est devenue un objet de recherches important, répondant aux déplacements d’ampleur des enjeux sociaux des pratiques sportives, aux passions sociales puissantes et multiples qu’elles développent dans notre temps2. Enjeux éducatifs vifs, que traduisent les demandes d’inscription des étudiant-es qui submergent des structures universitaires aux moyens comme on sait limités, enjeux économiques, dont les débats autour des prochains jeux olympiques français ne sont pas des moindres, enjeux politiques aussi, comme le rappelle l’article que nous publions ici, étudiant les « organisations sportives communistes ». De ce fait, l’article de « Chantiers » vient rappeler aussi l’importance des recherches neuves en histoire du communisme, devenue en une décennie l’un des objets d’investigation les plus travaillés. L’ampleur de l’incroyable mouvement de revendication d’égalité sociale et des tentatives d’organisation de sociétés tout entières sur les bases de cette aspiration devient à n’en pas douter plus présente aux consciences contemporaines au fur et à mesure que les mises en œuvre sociales et politiques tournent le dos à cette ambition d’appropriation collective et de partages des richesses. Les lecteurs et lectrices trouveront ici l’écho de la volonté des Cahiers d’échapper à une vision gallo-centrée, voire européo-centrée, en faisant notamment de l’histoire de l’Afrique une constante de nos publications. Nous avons témoigné de l’importance que nous attachons à cette histoire en publiant en 2015 un dossier consacré aux « Empires africains », dans un temps long qui ne peut être celui de la seule colonisation. Catherine Coquery-Vidrovitch nous a fait partager son expertise en coordonnant ce dossier3. Nous la retrouvons ici nous présentant l’exposition du musée du Quai Branly, « L’Afrique des routes » dont elle a été co-organisatrice avec Gaëlle Beaujean, responsable des collections Afrique du musée. Belle exposition d’histoire, illustrant à travers cartes et objets combien l’Afrique a été constamment insérée dans des circulations qui en ont fait à différentes époques un espace crucial des échanges internationaux4. Nous poursuivrons dans de futurs dossiers ce fil rouge de nos publications afin de contribuer à rendre à l’Afrique la place qui doit être la sienne dans l’histoire de notre monde.

  • 5 « Les Révolutions russes vues de France, 1917-1967 », Musée de l’histoire vivante, Montreuil, Expos (...)
  • 6 Cinquièmes Rencontres d’histoire critique : « Révolution(s ) », 23-24-25 novembre 2017, Cinéma Jean (...)

4Nos projets immédiats nous portent avec bien d’autres vers l’histoire des révolutions. Ces ébranlements toujours surprenants des ordres sociaux établis n’en finissent pas de susciter la recherche de compréhension. L’immense choc provoqué par la révolution russe et l’arrivée au pouvoir des bolchéviques, communistes se réclamant de Marx et voulant abolir l’appropriation privée des moyens de production, est redevenu avec le centième anniversaire une interrogation vive. Les historiens ont ouvert de nouvelles archives, posé de nouvelles questions. Comme sur le communisme de façon générale, les travaux se multiplient. Deux belles expositions sont en cours à Montreuil et à Paris, qui permettent à travers affiches, photos, journaux, de bien comprendre ce processus inouï de mobilisation collective et de stratégie politique5. Sans doute, dans le chaos de notre société régressive qui voit chaque jour davantage s’éloigner la question globale de la finalité de l’organisation sociale, l’interrogation sur ce qui finit par provoquer des révolutions s’impose-t-elle de façon nouvelle. Les Cahiers ont choisi de participer à ce travail collectif de réflexion en plaçant les révolutions au cœur des cinquièmes « Rencontres d’histoire critique » qu’ils initient fin novembre à Gennevilliers, en partenariat avec l’Université populaire des Hauts-de-Seine6. On y discutera des modalités et des enjeux ouverts par les révolutions qui ont favorisé le développement des sociétés, de l’époque moderne à nos jours. On y retrouvera notamment la révolution de 1917 et de façon plus générale l’onde des révolutions qui secoue alors une Europe dont les élites ont fait par la guerre un tombeau des peuples. Un dossier des Cahiers d’histoire, coordonné par le spécialiste des socialismes de l’Europe du Nord Maurice Carrez, apportera sa contribution à ces échanges.

5Rendez-vous donc, ami-es lecteurs et lectrices, à ces tables rondes, à ces publications à venir, dont nous espérons qu’elles fourniront des jalons utiles à la construction des pensées critiques, pensées scrutant les effets de domination comme leurs oblitérations, et contribuant à secouer la chape aliénante des représentations dominantes.

Haut de page

Notes

1 Jérôme Lamy (dir.), « Sciences et politiques », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 102, 2007.

2 Notamment, Guillaume Roubaud-Quashie (dir.), « Quel autre sport ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, 2013.

3 Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), « Les empires africains, des origines au XXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 128, 2015.

4 L’exposition se termine le 12 novembre 2017. En restera le beau catalogue, L’Afrique des routes, Actes Sud, 2017.

5 « Les Révolutions russes vues de France, 1917-1967 », Musée de l’histoire vivante, Montreuil, Exposition du 29 avril au 31 décembre 2017 ; « Et 1917 devient Révolution… », Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Musée des Invalides, Paris-7e, Exposition du 18 octobre 2017 au 18 février 2018.

6 Cinquièmes Rencontres d’histoire critique : « Révolution(s ) », 23-24-25 novembre 2017, Cinéma Jean-Vigo, Espace Grésillons, Théâtre de Gennevilliers, <https://www.facebook.com/pg/chrhc/events/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 136 | 2017, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6082

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page