Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alexandre Koyré, De la mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962

Paris, Éditions EHESS, 2016, coll. « En temps & lieux », 333 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Alexandre Koyré, De la mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962, nouvelle édition revue et augmentée par Pietro Redondi, Paris, Éditions EHESS, 2016, coll. « En temps & lieux », 333 p., 26 €.

Texte intégral

1La nouvelle publication des cours et conférences de l’historien des sciences Alexandre Koyré permet de reconstituer non seulement la trajectoire intellectuelle d’un pionnier français de sa discipline, mais elle offre aussi des éléments historiographiques majeurs. Le travail remarquable de présentation et de mise en contexte de Pietro Redondi offre une vue d’ensemble sur les enjeux épistémologiques auxquels Koyré a dû faire face durant toute sa carrière. Je m’attarderai moins ici sur la carrière professionnelle de l’historien des sciences (de l’École pratique des hautes études aux universités américaines où il était régulièrement invité à la fin de sa carrière) que sur son passage de l’histoire des religions à l’histoire des sciences. Car c’est dans cette transition que l’on repère les contraintes heuristiques qui ont pesé sur la conception qu’avait Koyré de son travail et du type de restitution des pratiques savantes qu’il souhaitait produire.

2Pietro Redondi rappelle que Koyré, même s’il laisse une œuvre écrite conséquente, a surtout transmis ses connaissances à l’oral (p. 21). C’est donc tout l’intérêt de retrouver les notes de cours et les résumés de séminaires, comme autant de captations parcellaires et fragmentaires d’une pensée qui s’est d’abord prononcée en public. Les premiers cours de Koyré dans les années 1920 abordent notamment « le mysticisme spéculatif en Allemagne » (p. 61) sur le très long terme. L’historien montre qu’il existe une certaine continuité de Boehme (dont le mysticisme puise aux sources des théories de Paracelse) à Hegel (qui multiplie les strates de sens dans son emploi du terme médiation, en particulier). Dans les années 1930, Koyré aborde de front un certain nombre de problématiques relatives à l’histoire des sciences : il s’interroge, dans une conférence de 1935, sur « l’évolution et la formation de la pensée de Galilée » (p. 82). Il montre en particulier que le savant italien a proposé une physique mathématisable, ce qui constituait une rupture avec la théorie de l’impetus qui ne peut faire l’objet d’une formalisation. Koyré mène en parallèle un enseignement sur Calvin (et tout spécialement la notion de justice chez le théologien protestant), un autre sur Galilée et sa position de rupture dans l’histoire des sciences (p. 88). C’est au cours de cette période que Koyré fait dialoguer ces deux grands ensembles de problématiques. Dans un cours centré sur « la critique religieuse au XVIIe siècle », il met en perspective les transformations qui accompagnent cette remise en cause du dogme : critique de la tradition, critique du miracle et critique scientifique travaillent un siècle qui apporte « peu d’idées neuves », mais reste marqué par une « laïcisation profonde des esprits » (p. 97). Au cours des années 1940, Koyré approfondit un cycle d’enseignement qui porte désormais sur l’histoire de la pensée. Il alterne les panoramas assez larges (notamment « l’âge de la raison : de Bacon à Voltaire [p. 118]) et les études plus restreintes (par exemple son souci de restituer la métaphysique cartésienne avec un luxe de précisions). Il montre en particulier, concernant Descartes, que son principal apport a consisté en une réforme des mathématiques qui permettent l’éclosion « d’un nouveau type de pensée » (p. 133). Surtout, Koyré parvient à montrer que la physique cartésienne visant une construction théorique du réel a échoué (en raison de la faiblesse des mathématiques mobilisées par Descartes). L’historien des sciences maintient, encore à la fin des années 1940 et au début des années 1950, une attention aux articulations entre pensée théologique et pensée scientifique. Le XVIIe siècle s’offre comme une période particulièrement féconde pour étudier la façon dont la géométrisation de l’espace (initiée par Giordano Bruno) a débouché sur une conception infinie du cosmos. Toutefois, cette histoire des rapports entre science et religion n’a rien de linéaire. Et Koyré montre parfaitement que « Newton et les newtoniens » développent une science « solidaire d’une théologie naturelle » (p. 229).

3Koyré s’est opposé à une histoire des sciences qui fasse droit aux déterminations sociales. Mais il faut ressaisir son parcours à l’aune de ses propres avancées épistémologiques. En contrastant les pratiques scientifiques et les pensées religieuses de chaque époque étudiée, Koyré a produit une histoire des sciences qui quittait une certaine forme d’internalisme pour adjoindre des facteurs théologiques aux explications produites. Ce n’était qu’un premier pas vers une prise en compte plus globale de l’ensemble des critères qui peuvent intervenir dans les différentes pratiques scientifiques. D’autres historiens et sociologues des sciences (marxistes notamment, je pense ici à Boris Hessen et Edgar Zilsel) avaient accompli des pas supplémentaires pour comprendre les forces sociales, politiques et économiques sous-tendant l’activité de connaissance. Ces différentes progressions épistémiques ont permis peu à peu l’émergence d’une histoire des sciences plus attentive aux connexions entre les grands secteurs des activités humaines. Koyré a fourni des éléments probants pour comprendre comment l’histoire de la pensée a produit des types spécifiques de partage entre science et religion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Alexandre Koyré, De la mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6072

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page