Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron

Paris, Fayard, 2016, coll. « L’épreuve de l’histoire », 266 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard, 2016, coll. « L’épreuve de l’histoire », 266 p., 20,90 €.

Texte intégral

1La politisation des questions savantes est bien souvent difficile à saisir. Entre le cours labile des inflexions politiques et la constitution des savoirs, les temporalités sont la plupart du temps fort différentes et les plans d’affrontement parfois très éloignés. Or, c’est précisément un de ces moments rares, où il est permis de suivre l’encastrement des cadres politiques et scientifiques, que Jean-Luc Chappey reconstitue à travers l’histoire de Victor de l’Aveyron.

2En 1799, un enfant est capturé près du village de Lacaune, alors qu’il semble vivre dans la forêt depuis quelques années (il a été signalé dès 1797). La situation politique est alors très instable : la « république directoriale se trouve menacée non seulement par l’avancée des armées européennes (…) mais aussi, et surtout par les attaques menées, au cœur des institutions, par les républicains conservateurs (…) » (p. 25). Placé à l’hospice de Saint-Affrique, le jeune garçon est rapidement qualifié de « sourd et muet » par les autorités locales (p. 28). Cette dénomination n’est pas neutre dans un moment où la question de l’« inclusion » des personnes sourdes et muettes dans le corps social est prise à bras le corps par le député Pierre-Louis Prieur de la Marne (p. 31-32). Ce qui sous-tend cette philosophie politique, c’est l’idée d’une égalité fondamentale entre les êtres, tous susceptibles d’accéder à un régime de communication. Mais l’enfant sauvage de l’Aveyron est rapidement pris dans d’autres systèmes de représentation : il est l’objet d’une comédie, jouée dès 1800. Ce qui intrigue et suscite une large curiosité, c’est la réactivation de la figure du « sauvage », qui a suscité un grand intérêt tout au long du siècle des Lumières (p. 47-55). La Révolution a actualisé les débats sur la « régénération » et la « civilisation » dans l’ordre politique (p. 56). L’idée des révolutionnaires est d’éduquer le peuple ; elle a partie liée avec la représentation du sauvage. Mais l’idée de régénération n’est pas adoptée uniformément : certains acteurs politiques l’imaginent rapide et « radicale », d’autres « se montrent au contraire prudents et sceptiques » (p. 59). Les thermidoriens travaillent à transformer l’idéal révolutionnaire. Ils imaginent un apprentissage du « jugement politique » (p. 61) et, voulant rompre avec la Terreur, ils souhaitent adjoindre à la nécessaire éducation du peuple un traitement médical « du corps social et politique » lorsqu’il est soumis « à des passions et des violences » (p. 62). La question du langage – en tant qu’elle constitue un critère de la rationalisation des comportements politiques – structure les débats autour de la sauvagerie. Le partage politique entre « démocrates » et « républicains conservateurs » (p. 78) se joue précisément sur la possibilité donnée à tous les individus d’évoluer et de se transformer.

3Localement, l’enfant a été pris en charge par Bonnaterre, qui a souligné les « effets de son isolement » (p. 79). À Paris, l’abbé Sicard s’en occupe, dans le cadre de ses travaux sur les sourds et muets. L’ecclésiastique est cependant dans une position difficile : situé parmi les « adversaires de la Constitution » (p. 82), il a été enfermé en 1792. Louvoyant entre les changements de régimes, il parvient « à retrouver sa place de directeur de l’Institut national des sourds-muets » (p. 85). L’arrivée dans l’établissement du jeune Victor est l’occasion pour Sicard de consolider sa position. L’appui de la toute jeune Société des observateurs de l’homme lui est, de ce point de vue, très précieux. Édifiée comme l’espace socio-épistémique où s’élabore une « science générale de l’homme » (p. 91), cette Société est dominée par les catholiques et l’abbé Sicard y joue un rôle central, « sans apparaître au premier plan » (p. 92). L’enfant de l’Aveyron est, littéralement, transformé en « objet d’expériences », à même de « servir de matériau pour réformer la pédagogie, support du développement social et politique » (p. 93).

4La publicité faite autour de Victor lors de son arrivée à Paris en 1800 nourrit une controverse autour de sa qualification de sauvage. Feydel s’emploie, dans la presse, à critiquer les prétentions républicaines à l’éducation « du genre humain » (p. 103) ; il doute également de la sincérité du jeune Aveyronnais, qui se contenterait de tenir un rôle (p. 104). Cette polémique met en lumière, de façon crue, la construction de Victor en enfant sauvage : le regard porté sur lui, les ambitions politiques et épistémiques auxquelles il sert de terrain d’expression, organisent et structurent la catégorie de sauvage.

5Le travail de distribution et d’assignation dans le grand répertoire nosographique du début du XIXe siècle participe de cette fixation d’une figure de l’altérité. Le célèbre aliéniste Philippe Pinel, après avoir examiné l’enfant, le classe parmi les idiots (p. 109) : tous les espoirs de le sortir de sa condition seraient vains. Jean-Marc-Gaspard Itard, médecin membre de la Société des observateurs de l’homme, entend montrer au contraire qu’il est possible « à un sauvage d’accéder à la civilisation » (p. 109). Il est soutenu dans sa démarche par Joseph-Marie de Gérando, « proche des idéologues » sans toutefois être « un républicain convaincu » (p. 130). Ce front en faveur d’une pédagogie à même d’intégrer Victor de l’Aveyron dans le corps social est aussi constitué par des « réseaux philanthropiques » (p. 131). Itard soutient que l’enfant, initialement privé de contacts avec d’autres êtres humains, n’a pu développer l’ensemble de ses capacités. La mobilisation de ses sens et la focalisation sur le langage sont les deux angles d’approche de la pédagogie d’Itard. Accompagné jusqu’à sa mort en 1828 par une gouvernante, madame Guérin, Victor semble, dans un premier temps, répondre aux attentes du médecin.

6Ce qui se joue dans cette éducation publicisée et mise en débat, c’est une rupture entre deux conceptions de l’humanité. Il y a d’une part « ceux qui pensent que la civilisation est synonyme de progrès » et, d’autre part, « ceux qui pensent que la civilisation est, au contraire, synonyme de corruption » (p. 140). Entre les progressistes et les conservateurs, l’enfant sauvage de l’Aveyron opère comme un révélateur de projets politiques fondateurs, dans une période de remaniement complet des socles ontologiques et épistémologiques. Au moment même où le régime autoritaire impérial dissipe les dernières tentatives de reconstruction républicaine, les manifestations d’un projet de civilisation « évolutionniste » (p. 154) sont contestées. L’Empire impose des distinctions et des hiérarchies : races, genres, élitismes. L’ordre social et politique n’est plus fondé sur une égalité de principe. Les savoirs produits dans ces nouveaux cadres institutionnels reconduisent et consolident les « allant-de-soi » du régime en place.

7Peu à peu, le regard administratif sur l’enfant sauvage se transforme : il faut renoncer à l’inclure dans le corps social et se contenter « de le secourir » (p. 166). La « perfectibilité » comme principe pédagogique, et donc comme horizon politique, devient alors « anachronique » (p. 167). Victor n’est plus un enfant isolé qu’il faut aider ; il devient le « seul responsable de sa maladie » (p. 174). Jean-Luc Chappey montre bien comment joue ce renversement des valeurs en prenant l’exemple des voyages de deux navires, le Géographe et le Naturaliste, partis en 1800 vers les terres australes. Le contact avec des « populations primitives » doit permettre de définir les « différents stades des progrès de la civilisation » (p. 175). S’éloignant des discours sur les bénéfices de l’état de nature, les savants du début du XIXe siècle tentent de construire des standards d’humanité en usant du dynamomètre et redoublent les « jugements négatifs » portés sur les populations rencontrées. Les catholiques contraient les progrès techniques et scientifiques en valorisant la nature, les savants explorateurs investissent donc le discours de la science salvatrice et de la supériorité de la civilisation. La catégorie de « sauvage » se trouve donc dépréciée dans l’ordre savant, alors même que l’espace politique se structure précisément autour de valeurs conservatrices.

8L’histoire politique de l’enfant sauvage aveyronnais témoigne des « mutations rapides et profondes qui caractérisent ces quelques années allant de la fin du Directoire à l’Empire » (p. 220) : au désir républicain de fonder la communauté humaine sur l’égalité, succède le monde fixe et hiérarchisé des conservateurs.

9Le beau livre de Jean-Luc Chappey met au jour un processus complexe, labile et pourtant fondamental pour comprendre comment s’articulent les pratiques savantes et les modes d’organisation politique. À rebours de toutes les vaines tentatives proclamant l’hybridité des catégories de savoir et de pouvoir, les analyses ici présentées montrent que l’autonomie des manières de connaître constitue un horizon ; ce sont donc des degrés d’indépendance relative qui peuvent être repérés. La tension croissante entre l’aspiration à une science républicaine, rompant avec les déterminismes supposés de l’évolution humaine, et le désir politique de figer les individus dans des hiérarchies « naturalisées » pour accroître leur efficacité politique sourd dans la façon dont Victor de l’Aveyron a été perçu par ses contemporains. Objet d’expériences, instrument politique, l’enfant a servi de surface d’expression des transformations en cours. Sa brève existence aura été rythmée par des changements aussi brutaux que radicaux. C’est tout l’intérêt du livre de Jean-Luc Chappey que de montrer avec rigueur et précision l’affrontement entre des perspectives politiques et savantes fondamentalement divergentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6071

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page