Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Stéphane Van Damme, Sciences en société de la Renaissance à nos jours

Paris, La Documentation française, coll. « Documentation photographique. Histoire », n° 8115, janvier-février 2017, 64 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Stéphane Van Damme, Sciences en société de la Renaissance à nos jours, Paris, La Documentation française, coll. « Documentation photographique. Histoire », n° 8115, janvier-février 2017, 64 p., 11,90 €.

Texte intégral

1Ce volume très illustré des dossiers de la Documentation photographique constitue une introduction particulièrement réussie à l’histoire des sciences. Stéphane Van Damme s’efforce, tout au long de son propos, de resituer les débats historiographiques, leurs inflexions et leurs renouveaux. Il envisage également les grandes scansions d’une histoire des savoirs qui ne se cantonne pas aux espaces scientifiques les plus immédiatement saisissables. La richesse iconographique (tout particulièrement dans la section « Thèmes et documents ») offre une série de points d’appui pour l’analyse, qui complètent avantageusement la présentation longitudinale ouvrant le volume.

2Stéphane Van Damme reprend l’ensemble des transformations épistémiques qui affectent l’histoire des sciences modernes. Il signale notamment la fin des « grands récits » (p. 2) concernant la modernité. La « double fonction descriptive et normative » à laquelle renvoie la révolution scientifique a été largement remise en cause : ni sa périodisation, ni sa valeur (c’est-à-dire « la science comme progrès » [p. 3]) ne font désormais l’unanimité. Il n’est plus possible de caractériser la période moderne à partir du « couple tradition/nouveauté » (p. 3), puisque l’innovation existe au Moyen Âge, ni de passer sous silence la singularité de certains savoirs exclus a priori du gabarit historiographique centré sur la révolution scientifique.

3Les historiens des sciences insistent désormais sur « les formes et les normes qui régissent les ordres de savoirs scientifiques » (p. 3). Le jeu des valeurs morales qui organisent la pratique savante a connu des évolutions temporelles, qui rappellent la trame historique proposée par Norbert Elias à propos de la « civilisation des mœurs ».

4Poursuivant l’inventaire des ruptures d’une nouvelle « histoire sociale des sciences » d’avec le sens commun historiographique, Stéphane Van Damme remarque que l’idée même des « génies solitaires » de la science a fait long feu (p. 5) : les noms illustres du chronope scientifique se rapportent toujours à des logiques collectives d’action. La prise en compte de la matérialité des pratiques scientifiques constitue un autre renversement épistémique d’importance : l’intérêt pour les « savoir-faire, les savoirs incorporés ou les savoirs tacites dans l’élaboration des dispositifs expérimentaux » (p. 6) permettent de mieux saisir les articulations entre sciences et techniques. La stratification sociale se trouve complexifiée et densifiée par l’attention portée aux connaissances des « artisans et des ouvriers qualifiés » (p. 6) : la chimie et les « arts mécaniques » sont tout particulièrement nourris de savoirs marchands, pratiques et empiriques. Ce déplacement vers des objets moins immédiatement visibles s’est accompagné d’un souci de rendre compte du « poids de l’instrumentation » (p. 6) ainsi que des « archives intellectuelles » (p. 7) dans la recherche scientifique.

5Stéphane Van Damme rappelle combien les espaces savants ont permis de repenser l’histoire des pratiques de connaissance : les « lieux de savoirs » (pour reprendre l’expression forgée par Christian Jacob) sont à la fois les points nodaux de la production d’énoncés scientifiques, mais aussi des territoires épistémiques à consolider, des arènes de discussion et de controverse, des architectures d’expression sociale et politique. Ces lieux sont aussi conçus dans une perspective d’ouverture plus ou moins grande à des publics élargis (p. 8).

6Le dernier déplacement historiographique que Stéphane Van Damme met en exergue concerne la globalisation des savoirs : si les « sciences mondiales » concernent les XIXe et XXe siècles, les efforts de circulation, d’échange et de transferts de connaissances sont bien plus anciens (p. 8).

7Trois grands ensembles chronologiques permettent de situer les scansions d’une histoire sociale des sciences attentive à la richesse des pratiques les plus diverses.

8L’« ancien régime de sciences » caractérise la période qui court du XVIe au XVIIIe siècle. La principale remise en question historiographique concernant cette époque a consisté, pour les historiens, à se déprendre du « paradigme physico-mathématique » qui confortait une approche « intellectualiste ou idéaliste » des pratiques (p. 9). Les plans d’analyse se sont multipliés, permettant une approche plus diversifiée et plus large des façons de faire science. Il y a d’abord le « décentrement géographique de l’Europe » (p. 9), avec les expéditions vers le Nouveau Monde, puis le « décentrement astronomique » avec Copernic, et enfin le « décentrement des sciences de la nature vers les sciences de l’homme » (p. 10). Dans cette perspective renouvelée, les « cultures expérimentales » retrouvent une place prépondérante : l’« expérimentalisme » se codifie peu à peu, notamment avec la formalisation progressive des méthodes d’attestation de la vérité et la solidification du laboratoire comme espace privilégié de l’exploration et de la reproduction des phénomènes (p. 22). De la même façon, la collection s’impose comme le mode privilégié d’ordonnancement du monde naturel : de la récolte à la description en planches illustrées, c’est une culture épistémique singulière qui émerge tout au long de l’époque moderne (p. 24).

9Stéphane Van Damme repère encore deux inflexions majeures dans la modernité savante. D’une part, il remarque la montée en puissance d’une certaine inquiétude concernant le « pouvoir des sciences » (p. 10) (notamment dans son hubris potentielle) ; d’autre part, il souligne la domination d’un mode naturaliste de conception du monde (p. 11).

10Le XIXe siècle se signale par le « triomphe de la méthode analytique » (p. 11) et la réorganisation complète des disciplines qui s’ensuit. C’est la mathématisation d’une grande partie des secteurs de la connaissance qui transforme les approches épistémiques. L’« exposition analytique » (p. 12) réorganise la façon d’envisager les savoirs. Les sciences du vivant s’intéressent (de Lamarck à Darwin) aux processus d’évolution des espèces. Dans le même temps, l’homme – qui n’était pas un objet central d’interrogation – s’impose comme une entité à connaître, notamment du point de vue des formations sociales qu’il développe : les travaux de Le Play inaugurent la recherche des lois d’une « physique sociale » (p. 46) à même de décrire les comportements humains. La chimie et la physique sont marquées par des évolutions sensibles : le passage à la « chimie synthétique » signale une rupture avec un ordre supposé naturel des choses et la physique devient la discipline centrale des systèmes d’enseignement et de recherche allemand et britannique (p. 13). Globalement, ce processus de « disciplinarisation » est sous-tendu par la recherche d’une « unité des phénomènes physiques » (p. 13). Le XIXe siècle est aussi le moment d’une structuration forte des institutions scientifiques : les « cathédrales de savoir » s’imposent comme des points nodaux d’une culture savante visible dans des architectures monumentales (comme celles des musées de South Kensington et d’Oxford) et marquée par l’industrialisation des pratiques (p. 38).

11Les XXe et XXIe siècles caractérisent une science en « croissance exponentielle » (p. 13) : gigantisme des instruments, mobilisation financière massive des États, domination de la physique, « explosion des publications » (p. 15) et montée en puissance de la Chine signalent des changements importants dans l’organisation des pratiques de science. L’emprise marchande sur les savoirs comme les tentatives parfois hésitantes de démocratisation des moyens de connaître (comme les « usagers innovateurs » [p. 16]) mettent en tension, sous le coup d’une néolibéralisation englobante, le modèle moderne des sciences fondé sur leur relative autonomie. Cependant, les ressources de la « critique des sciences » (p. 60) comme celles fournies par l’écologie scientifique (p. 62) permettent de réintroduire des axes réflexifs dans les débats sur les formes de dominations (qu’elles soient techniques, industrielles ou scientifiques).

12Ouvrage accessible, cette introduction illustrée à l’histoire des sciences en société constitue un aperçu très large des débats historiographiques les plus récents (et parfois les plus vifs). Surtout, tout en tenant compte de la complexité des dynamiques savantes à long terme, Stéphane Van Damme ne renonce pas à proposer des schémas d’interprétation et des marqueurs temporels qui offrent des prises concrètes pour penser les rapports entre savoirs et pouvoirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Stéphane Van Damme, Sciences en société de la Renaissance à nos jours », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6069

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page