Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Pascal Brioist, Léonard de Vinci, homme de guerre

Paris, Alma, 2013, 358 p.
François Brizay
Référence(s) :

Pascal Brioist, Léonard de Vinci, homme de guerre, Paris, Alma, 2013, 358 p., 24 €.

Texte intégral

  • 1 Bertrand Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Hermann, 1964 (rééd. Seuil, 1978).
  • 2 Pietro Marani, L’architettura fortificata negli studi di Leonardo da Vinci, Florence, Olschky, 1984

1Les travaux de Bertrand Gille sur les ingénieurs de la Renaissance1 ont souligné l’extraordinaire curiosité et inventivité de Léonard de Vinci, et ceux de Pietro Marani sur l’architecture militaire2 ont rappelé combien Léonard s’intéressait à la guerre. L’étude que propose Pascal Brioist approfondit ces recherches en faisant découvrir au lecteur un homme bien éloigné de l’image méditative que peut donner de lui la délicate Joconde ou la tête de l’ange représenté sur Le baptême du Christ de Verrocchio. Le peintre raffiné, qui excellait dans le sfumato, était passionné par les armes et fasciné par la mécanique guerrière, au point de consacrer la majeure partie de son temps à la guerre.

2Dans sa biographie, Pascal Brioist adopte un plan chronologique qui permet de suivre la carrière d’ingénieur militaire de Léonard de Vinci, qui comprit très jeune, dans l’atelier de Verrocchio à Florence, que la formation de dessinateur-artisan permettait de devenir architecte et technicien militaire, comme le prouvait la carrière du charpentier Francesco di Giovanni, dit « le Francion ». Pascal Brioist met l’accent sur deux étapes décisives de la formation d’ingénieur de Léonard : il lut d’abord attentivement les ouvrages des ingénieurs siennois : le De rebus militaris du Taccola (Mariano di Jacopo) ; le Trattato di architettura civile e militare de Francesco Di Giorgio Martini ; le De re militari de l’humaniste romagnol Roberto Valturio, où étaient décrits des tours mobiles, des mantelets, des machines d’assaut, des trébuchets, des chars à faux, des pièces d’artillerie. Puis il fit à Milan un séjour décisif, de 1482 à 1499. Dans la capitale des Sforza, qui abritait l’une des plus grandes manufactures d’armes et d’armures d’Italie, il rencontra de nombreux techniciens et des capitaines, comme Biagino Crivelli, qui le renseignèrent sur l’art de la guerre. En outre, il s’y familiarisa avec les armes légères à poudre et au contact des experts en fonderie, maître Zanin et maître Albergeto, il imagina des procédés de fabrication de bombardes et conçut un canon à vapeur dont il emprunta le concept à Valturio.

3Pascal Brioist ne propose pas seulement une étude technique de l’œuvre militaire de Léonard ; il replace ce dernier dans le contexte social, politique et culturel dans lequel il vécut. Il rappelle ainsi les stratégies sociales de l’Italie de la Renaissance, où des hommes ingénieux, à la fois artistes et techniciens, s’employaient à faire reconnaître leurs talents par des mécènes et des princes. Les exemples de Filippo Brunelleschi ou de Francesco Di Giorgio Martini inspirèrent Léonard, qui se mit au service de princes ou d’États désireux de protéger leurs possessions ou de conquérir des territoires. Il travailla donc successivement pour le duc de Milan, Ludovic le More (1482-1499), Louis de Luxembourg, comte de Ligny (1499-1500), César Borgia (1502-1503), Florence (1503-1506), le prince de Piombino Jacques IV d’Appiani (1504), les Français (1506-1514), les Médicis (1514-1516), puis François Ier (1516-1519). Pour eux, il multiplia les projets militaires et techniques : il releva des cartes de la région d’Arezzo, de la ville d’Imola, du cours de l’Oglio et du lac d’Iseo, car il savait que faire la guerre consiste d’abord à se rendre maître des espaces en les représentant sur papier. Il envisagea des exemples de défenses en éperon, dessina un projet de port au débouché d’un canal de Porto Cesenatico, ainsi que les murailles et la forteresse de Cesena, la capitale de César Borgia. Il contribua aussi à l’effort de guerre de ses maîtres en participant à la défense de Gênes en 1495, en inspectant des forteresses, notamment en Romagne, en fortifiant Piombino (1504) et en travaillant en 1515 à un projet de fortification de Civitavecchia.

4Deux exemples développés par Pascal Brioist témoignent particulièrement de l’originalité des conceptions techniques de Léonard de Vinci. Pendant le siège de Pise par les Florentins en 1503-1504, il travailla au projet de détournement de l’Arno. Il s’agissait de dériver le fleuve par un fossé initial creusé légèrement plus bas que l’Arno et débouchant en fourche sur deux fossés secondaires, et à édifier un barrage sur le cours principal de l’Arno pour tarir le chenal allant vers Pise. Léonard alla même jusqu’à imaginer des excavatrices pour accélérer le creusement des chenaux. Le projet ne fut cependant pas réalisé, car l’ingénieur nommé commissaire au creusement, un certain Colombino, renonça pour des raisons budgétaires à creuser un fossé principal et deux fossés secondaires, et préféra creuser deux fossés reliés au fleuve. En outre, les pluies diluviennes qui tombèrent début octobre 1504 obligèrent les Florentins à lever le siège.

5La réflexion de Léonard de Vinci sur la défense des villes évolua. À la fin de l’année 1502, il envisagea une défense concentrique autour d’un donjon ou d’un édifice circulaire panoptique, et imagina des édifices en étoile avec, dans leurs angles, des canonnières servies par des galeries profondément enfouies dans la maçonnerie. Il hésitait alors entre une défense verticale à commandement central et une défense horizontale correspondant à la solution du front bastionné, qui se développa dans les décennies suivantes. Puis, deux ans plus tard, il élabora pour Jacques IV d’Appiani deux plans de rectification du circuit de fortification de Piombino. En imaginant de compléter la citadelle avec deux lignes de défense et d’améliorer le projet de la tour orientale de la citadelle en construisant à sa base une douzaine d’éperons triangulaires et en aménageant entre chaque éperon des ouvertures de tir desservies par une galerie circulaire dissimulée dans l’édifice, il répondait aux attentes d’une époque où les assiégeants faisaient porter leurs attaques sur les courtines.

6Les talents d’ingénieur de Léonard de Vinci frappent par leur diversité, mais ils ne sont pas simplement l’expression d’un esprit hors du commun : ils s’inscrivent dans une histoire des sciences et des techniques dont il est l’héritier. Ses connaissances en physique étaient celles d’un homme de son temps : il a longtemps cru en la théorie de l’antipéristase, mais il dessina pourtant des trajectoires paraboliques, sans doute en observant attentivement le mouvement des projectiles. En tout cas, vers 1508, il remit en cause cette théorie, qu’il finit par invalider. En outre, il n’a pas inventé tous les prototypes de machines et d’armes, comme le char de guerre et l’espingarde à forme d’orgue, dont une historiographie complaisante et quasi hagiographique lui attribue la paternité. En général, son innovation résidait dans les détails. Il n’a pas inventé les équipements de plongée sous-marine avec tubas et lunettes étanches, par exemple, mais il imagina en 1499 une attaque contre une base navale ottomane au moyen d’une opération de destruction de vaisseaux et de prise d’otages, ainsi que des nageurs de combat pénétrant dans le port pour couler les navires ennemis.

7Léonard de Vinci acquit des compétences dans des domaines aussi variés que la balistique ou la construction d’armes à feu et d’engins de poliorcétique, grâce à ses lectures savantes et à une pratique expérimentale. On peut cependant s’interroger sur le réalisme de certains de ses projets. Il tenta d’améliorer le char couvert, que l’on connaissait déjà au xive siècle, si l’on se fie au dessin qu’en fit Guido da Vigevano dans un traité intitulé Tesaurus regis Francie. Il lui donna une forme de cône aplati, protégé sur sa circonférence par une trentaine de bouches à feu, et envisagea de le rendre automoteur grâce à huit hommes ou deux chevaux qui l’auraient fait avancer. On reste aujourd’hui étonné par l’irréalisme de ce prototype : aucune force humaine n’aurait pu déplacer cette masse de plusieurs tonnes, et la fumée dégagée par les salves aurait asphyxié les passagers. Certaines de ses intuitions eurent cependant une postérité : la platine à rouet qu’il imagina aboutit après 1520 à la fabrication du pistolet d’arçon à rouet.

8Un tel intérêt pour la guerre, que Léonard qualifie pourtant de « pazzia bestialissima », peut d’abord surprendre, mais Pascal Brioist rappelle que l’Italie de la Renaissance était violente : les exemples de citadins et de soldats sadiques n’y manquent pas. Son livre s’inscrit donc dans le courant historiographique qui met aujourd’hui l’accent sur la violence des guerres d’Italie : Jean-Marie Le Gall, dans L’honneur perdu de François Ier. Pavie, 1525 (Paris, Payot, 2015) et Nicolas Le Roux, dans Le crépuscule de la chevalerie. Noblesse et guerre au siècle de la Renaissance (Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015), mettent l’accent sur l’extrême brutalité des combats et le comportement impitoyable des soldats sur le champ de bataille. Pascal Brioist rappelle en outre que Léonard de Vinci vit pendant l’été 1502 des scènes de pillage, des sièges, des razzias, notamment dans la région d’Arezzo et de Borgo San Sepolcro, où sévissait le condottière Vitellozzo Vitelli ; il assista en 1503 au siège de Ceri qui, avant de capituler le 6 avril, fut pilonnée par des milliers de boulets lancés par les hommes de César Borgia ; en octobre 1512, il fut le témoin du sac de Pergola et de Fossombrone, près de Pesaro, par les troupes d’Ugo de Mancada et de Michelotto Corella.

9Léonard avait donc une conception très réaliste de la guerre et il avait compris que désormais, pendant le combat, dominait le chaos à cause de l’introduction des armes à feu et des armes légères. Sur la fresque – aujourd’hui disparue – représentant la bataille d’Anghiari, que les autorités de Florence lui demandèrent de peindre dans la grande salle du Palazzo Vecchio, il ne s’agissait plus pour lui de représenter une bataille édifiante mais de souligner la violence de la mêlée et de montrer la réalité de la guerre : les cadavres, les hommes en train d’agoniser, leur souffrance. C’est ce qu’il explique dans son Traité de peinture, qui fut publié au xviie siècle.

10L’étude de Pascal Brioist, qui croise plusieurs champs de la recherche historique – les sciences et les techniques, la guerre, les relations internationales, les mobilités sociales – dépasse le cadre de la biographie de Léonard de Vinci. Elle est une réflexion sur la Renaissance italienne, et plus particulièrement sur les années 1494-1515, qui correspondent à la première phase des guerres d’Italie et où la péninsule devint le champ de bataille des ambitions françaises et espagnoles. Dans ses dernières pages, Pascal Brioist montre un Léonard de Vinci sans doute las de la guerre pendant les deux dernières décennies de sa vie. Il invite finalement le lecteur à regarder les schémas, les croquis, les projets d’armes et de fortifications de l’ingénieur comme un témoignage de l’idée sombre qu’il se faisait de son époque, et l’on ne peut s’empêcher de songer que ses désillusions sur la nature humaine et l’exercice du pouvoir le rapprochent alors de Machiavel, qu’il aurait peut-être croisé entre 1502 et 1504 (Patrick Boucheron, Léonard et Machiavel, Lagrasse, Verdier, 2008) et dont il partage le pessimisme.

Haut de page

Notes

1 Bertrand Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Hermann, 1964 (rééd. Seuil, 1978).

2 Pietro Marani, L’architettura fortificata negli studi di Leonardo da Vinci, Florence, Olschky, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Brizay, « Pascal Brioist, Léonard de Vinci, homme de guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6064

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page