Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Joël Chandelier, Catherine Verna, Nicolas Weill-Parot (dir.), Science et technique au Moyen Âge, (XIIe-XVe siècles)

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Temps & Espaces », 2017, 436 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Joël Chandelier, Catherine Verna, Nicolas Weill-Parot (dir.), Science et technique au Moyen Âge, (XIIe-XVe siècles), Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Temps & Espaces », 2017, 436 p., 25 €.

Texte intégral

1Si, pour les périodes modernes et contemporaines, l’articulation entre science et technique a été largement problématisée, les choses sont moins évidentes pour l’époque médiévale. Cet ouvrage collectif entend faire le point sur les avancées historiographiques dans ce domaine. Comme le suggèrent Joël Chandelier, Catherine Verna et Nicolas Weill-Parot en introduction, le danger « d’anachronisme » (p. 7) n’est jamais loin lorsqu’il s’agit d’appliquer des catégories comme « science » et « technique », dont l’épaisseur conceptuelle et pratique s’est constituée à partir de la révolution scientifique du XVIIe siècle. Toutefois, les médiévistes peuvent se prévaloir, pour dénouer cette difficile question, des recherches solides menées par Guy Beaujouan, dans le sillage duquel se place l’ouvrage. Trois lignes de force organisent donc le propos. D’abord, la connaissance du « geste technique » (p. 13) qui peut être pensé « comme un élément essentiel de la science » (p. 14), pour peu qu’on ne lui dénie pas sa part de rationalité. Les « savoirs tacites » (p. 14) s’appréhendent par des techniques spécifiques (comme « l’archéométrie »), qui interrogent la matérialité des objets ou des sites construits et permettent de reconstituer les mouvements de la main et les outils employés. Ensuite, le corpus de « la scolastique », dans « ses limites [et] ses contraintes » (p. 15), n’a pas à être négligé. La charge théorique qu’elle porte n’est pas toujours incompatible avec une pratique concrète et un emploi direct des techniques. Enfin, « les sources » (p. 16) sont une voie importante de renouvellement des problématiques du rapport science/technique au Moyen Âge. Outre les sources universitaires, il faut compter avec « les consilia » ou encore « la masse imposante de la littérature pharmacologique » (p. 18). Certaines sources (comme les « actes notariés » [p. 20]) ne se donnent pas immédiatement comme des objets de savoir ; « c’est donc l’histoire qui doit, à partir des mots, reconstituer les choses » (p. 20). Joël Chandelier, Catherine Verna et Nicolas Weill-Parot soulignent à bon droit que l’intérêt d’interroger les rapports entre science et technique au Moyen Âge est précisément de « revenir à des types de problèmes dont les hommes du Moyen Âge, savants ou artisans, avaient eux-mêmes pleinement conscience » (p. 21).

2Je ne donnerai ici qu’un aperçu des importants travaux réunis dans l’ouvrage, en pointant les saillances épistémologiques les plus importantes.

3Danielle Jacquart propose de revenir sur le travail de Guy Beaujouan dans son approche de la relation science/technique pour l’époque médiévale. Davantage qu’une mise en perspective historiographique, il s’agit de penser la constitution d’un territoire épistémique conséquent. L’intérêt de Beaujouan pour l’arithmétique se heurte à la difficulté de trouver des sources capables de restituer la longue chaîne qui mène des calculs aux gestes : « le rapport laissé par l’expert du chantier de la cathédrale de Milan en 1391 demeure un cas exceptionnel » (p. 31). Beaujouan avait noté que « les années 1260 » constituaient un point d’inflexion fondamental puisqu’elles coïncidaient avec la promotion de « l’aptitude à innover » (p. 32). Dans ses réflexions sur la musique, l’historien avait tenté de saisir comment s’articulaient des corpus théoriques antiques et des pratiques médiévales fort disjointes.

4Cette pensée des interactions entre les différentes sphères des activités humaines est illustrée par le travail très méticuleux de Dietrich Lohrmann, qui consacre un chapitre aux propositions hydrauliciennes de Konrad Gruter, « clerc et technicien allemand » du XVe siècle (p. 95). Formé à l’université de Cologne, passé par Rome, Modène, Padoue et Florence, il est l’auteur d’un traité de mécanique que l’on croyait anonyme (p. 97). Gruter expose notamment ses réflexions sur les « questions hydrauliques » (p. 99). Son propos est fondé sur les théories d’Aristote à propos du « mode naturel » pour faire monter l’eau (p. 99). L’hydraulicien semble connaître la « fameuse fontaine d’Héron d’Alexandrie » (p. 100). Il met également au point une taxonomie des pompes pour élever l’eau. De cet ensemble de connaissances, empreintes de savoirs antiques mais frottées d’expérimentation, Dietrich Lohrmann conclut qu’il ne fait pas de Gruber « un technicien au sens moderne » (p. 105). Les contraintes de la scolastique se font parfois sentir. Mais l’influence des connaissances byzantines, arabes et chinoises est notable (p. 106).

5La description concrète des techniques et des pratiques médiévales se donne à voir dans des secteurs cruciaux de la vie sociale et économique. Ainsi, Ricardo Córdoba de la Llave rapporte toutes les procédures d’alliage des métaux précieux en Espagne, en pointant l’association de l’arithmétique et de la métallurgie. Les connaissances mobilisées dans les ateliers d’orfèvrerie et les hôtels de monnaie concernent « le domaine du système des poids et mesures », des « règles arithmétiques » parfois difficiles, « la préparation des matériaux employés pour la fusion » (p. 175) et tout ce qui a trait, précisément, à la production du métal. L’activité principale des producteurs de monnaie consiste dans la réutilisation de métaux anciens et la création d’alliages dont la qualité et l’exactitude pouvaient être garanties. L’une des techniques « consistait à utiliser des métaux fins, c’est-à-dire à combiner de l’argent fin (…), avec de l’or 23 ¾ carats et du cuivre pur » (p. 178). Simple pour les calculs, cette manière de faire exigeait toutefois « la pureté du métal pour pratiquer la combinaison » (p. 178). Une autre technique (la plus usitée semble-t-il) consistait à établir « la teneur » des alliages récupérés puis, « grâce à l’application de calculs très précis, on calculait quelle quantité de chaque métal il fallait ajouter pour obtenir, par fusion de l’ensemble, l’or ou l’argent avec un titre déterminé » (p. 178). Ces techniques arithmétiques complexes sont associées à des connaissances et des instruments relevant de la métallurgie : fours, creusets et lingotières sont indispensables à la production d’alliages. C’est donc une impressionnante gamme de savoirs qui est mobilisée dans les ateliers des monnaies : leurs compositions et leurs articulations sont au cœur du processus de production.

6Cette association de corpus très hétérogènes de savoirs est manifeste également dans le parcours de Bertrand Boysset, arpenteur et borneur d’Arles au XIVe siècle, dont Pierre Porter retrace le parcours. Auteur de traités d’arpentage, Boysset est également chroniqueur et poète. Ses connaissances portent sur le droit, le calcul et la géométrie (p. 254). Ses ouvrages, La siensa de destrar et La siensa d’atermenar, sont complémentaires d’une pratique concrète « d’expertises de bornes » (p. 255).

7Piero Falchetta explore, quant à lui, les transformations des savoirs cartographiques sur la Méditerranée au Moyen Âge. Il note tout d’abord que trois traditions existent, en parallèle, à l’époque médiévale : les mappaemundi, qui sont une représentation de l’espace « intellectuel des érudits du temps » (p. 262) ; les cartes nautiques, qui pour la première fois rendent compte d’une métrique du monde ; la Géographie de Ptolémée, imposante matrice de connaissances. Pour comprendre comment s’opère, à partir de ces trois modèles, une recomposition de la science cartographique à l’époque médiévale, Piero Falchetta commence par explorer le travail du navigateur Andrea Bianco, qui rédige en 1436 un atlas comprenant toutes sortes de représentations géographiques du monde : la « superposition » (p. 267) des formes du monde proposées ne constitue pas alors un problème pour le public. Avec « le camadule Fra Mauro » (p. 267), les choses sont différentes : son travail cartographique consiste en une réactualisation et une refonte de la géographie ptoléméenne. Par-delà cette diversité des approches, Piero Falchetta remarque que la diffusion difficile des savoirs nautiques s’explique, en grande partie, par « l’infériorité » supposée des « métiers pratiques par rapport à la production des idées » (p. 269). Toutes les connaissances par corps, quand bien même elles supposeraient un certain degré de théorisation, sont minorées. C’est au XVe siècle que la séparation commence à se dissoudre, et l’auteur illustre ce changement en détaillant le traité De navigatione (1464-1465) écrit « par le marchand Benedetto Cotrugli » (p. 271).

8Les opérations médicales sont particulièrement intéressantes pour explorer les articulations entre théorie et pratique. Ainsi, Danielle Jacquart consacre un chapitre à cette jonction. Elle prend l’exemple de deux productions parisiennes (qui sont plutôt rares) : l’Instructio de Jean Le Lièvre et des consultations rapportant des méthodes de maîtres universitaires. Le traité de Jean Le Lièvre « précise l’aspect le plus concret des gestes » qui doivent conduire à la fabrication des médicaments (p. 298). De même, les consultations détaillent les « frictions », « onguents » et autres « emplâtres » (p. 300).

9Enfin, l’étude que Franck Collard consacre au mercure « dans les écrits vénéologiques » de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle montre une certaine cohérence savante dans l’approche du « vif-argent ». Les auteurs distinguent régulièrement le produit naturel et le produit artificiel. La complexion toxique du mercure fait l’objet de discussions importantes, de même que l’appartenance du vif-argent naturel au règne des poisons. Le mercure semble avoir embarrassé plus que passionné les savants du Moyen Âge ; les connaissances ne font consensus que pour reconnaître sa toxicité.

10Au final, la somme éditée par Joël Chandelier, Catherine Verna et Nicolas Weill-Parot constitue un repère historiographique important : en conservant tout au long du livre l’obsidionale question du rapport science/technique, les auteurs donnent à voir un tracé de frontière certes malléable entre deux ordres d’activités, mais dont l’efficace reste manifeste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Joël Chandelier, Catherine Verna, Nicolas Weill-Parot (dir.), Science et technique au Moyen Âge, (XIIe-XVe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 136 | 2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6060

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page