Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christian Delporte, Claude Pennetier, Jean-François Sirinelli et Serge Wolikow (dir.), « L’Humanité » de Jaurès à nos jours

Nouveau Monde, Paris, 2004, 420 p.
Dominique Laurent
Référence(s) :

Christian Delporte, Claude Pennetier, Jean-François Sirinelli et Serge Wolikow (dir.), « L’Humanité » de Jaurès à nos jours. Nouveau Monde, Paris, 2004, 420 p.

Notes de la rédaction

Cette note de lecture a été publiée sur le site H-France de la Society for French Historical Studies (Dominique Laurent, Dickinson College, États-Unis H-France Review, vol.6, October 2006, No 133 http://www.h-france.net/vol6reviews/laurent.html). Nous la publions ici en version française avec l’aimable autorisation de l’auteur et des animateurs du site, notamment David K. Smith. Nous les remercions les uns et les autres de cette collaboration.

Texte intégral

1Il y a un peu moins d’un siècle, Jean Jaurès décida d’abandonner le journal auquel il collaborait et d’en créer un nouveau, consacré à la cause du socialisme. Las des divisions profondes et parfois antagonistes à l’intérieur du mouvement ouvrier – à savoir entre les socialistes révolutionnaires et réformistes – Jaurès demanda à son journal de rassembler tous ceux qui luttaient pour la justice, l’égalité et l’abolition des classes sociales. A ses yeux, c’était la seule voie par laquelle L’Humanité pourrait vraiment devenir unie. De là le titre qu’il choisit : L’Humanité serait une tribune où tous les socialistes pourraient exposer leurs vues, chacun dans le respect de l’autre. Il assurerait ainsi une « communion constante » entre le prolétariat et le mouvement syndical. Par la publication de nouvelles libres et impartiales, le journal de Jaurès se proposait de contribuer au vaste mouvement de libération des travailleurs. Conscient du fait qu’une véritable indépendance était une condition essentielle à la mise en œuvre de son projet, Jaurès s’assura que son journal serait protégé financièrement de l’influence d’un groupe de pression quelconque.

2Ainsi commença l’histoire de L’Humanité, histoire marquée par des bouleversements dramatiques, des difficultés financières, des victoires et des défaites. Depuis l’apogée de la Libération, où il atteignit sa plus large diffusion, le journal eut à faire face à un déclin régulier de son lectorat. Malgré cette érosion, L’Humanité reste encore un monument dans la presse politique française après plus de cent ans d’existence. En fait, en raison de ses liens profonds avec les partis socialiste et communiste en France, beaucoup considèrent que le journal occupe une place unique dans l’histoire de la presse française. Ce caractère exceptionnel fut la question fondamentale soumise au colloque qui se tint à la Bibliothèque Nationale de France les 1er et 2 avril 2004, moment choisi pour coïncider avec le centenaire du 1er numéro du journal. La rencontre, intitulée « L’Humanité de Jaurès à nos jours » était organisée conjointement par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines), le Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle (CHEVS), la Fondation nationale des Sciences politiques, le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris-I) et l’Institut d’histoire contemporaine (université de Bourgogne). La rencontre réunit des universitaires français d’une grande diversité de disciplines. Chercheurs en sciences politiques, historiens du champ culturel, spécialistes de la presse et sociologues portèrent leur attention sur des aspects divers de L’Humanité et des épisodes de son histoire tumultueuse. Les exposés présentés à ce colloque ont été publiés ensuite sous la direction de Christian Delporte, Claude Pennetier, Jean-François Sirinelli et Serge Wolikow dans le volume dont il est rendu compte ici, « L’Humanité » de Jaurès à nos jours.

3La richesse de ce livre, comme Christian Delporte l’expose dans son introduction, est due non seulement à la diversité des approches érudites, mais aussi à la richesse des documents récemment rendus accessibles aux chercheurs après l’ouverture des archives de L’Humanité et leur dépôt aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis. Tous les articles tournent autour de quatre champs de recherche majeurs : les relations entre L’Humanité et les partis politiques ; les personnes impliquées dans la publication du journal, de ses administrateurs jusqu’aux simples militants qui le vendaient au porte à porte ; son rôle politique en France tout au long du vingtième siècle ; les rapports entre L’Humanité et le reste de la presse française. Les chapitres sont organisés de façon chronologique.

  • 1  La SFIO, acronyme pour Parti Socialiste, Section française de l’Internationale ouvrière, était le (...)

4Le premier chapitre porte sur les luttes que le journal eut à soutenir pour survivre financièrement. Deux ans seulement après la publication de son premier numéro, L’Humanité se trouva aux prises avec de si sévères problèmes financiers que des mesures drastiques durent être prises : de nouvelles actions furent émises, la société initiale fut dissoute et remplacée par une autre, plus large, en 1907. Jaurès eut à convaincre nombre de sceptiques à la SFIO, peu enthousiastes à l’idée de soutenir L’Humanité aux dépens d’autres publications socialistes 1. Au cours de ce processus, le parti accrut son contrôle sur le journal. Afin d’attirer plus de lecteurs, Jaurès dut accepter des compromis sur le contenu du journal et adopter un style plus attrayant en s’ouvrant comme le reste de la presse à des nouvelles à sensation, crimes, scandales, accidents, catastrophes (les « faits divers »). Anne-Claude Ambroise-Rendu montre cependant qu’à la différence de la presse populaire, L’Humanité traitait ces sujets d’un point de vue politique, s’en servant pour dénoncer les injustices du système capitaliste.

5L’entre-deux-guerres fut une période de bouleversements pour le mouvement socialiste. L’influence des événements d’alors est étudiée dans les chapitres deux à quatre. Après le congrès du Parti Socialiste à Tours, en décembre 1920, L’Humanité passa sous le contrôle du parti communiste nouvellement constitué (SFIC, plus tard PCF). Alexandre Courban montre comment cette transformation se refléta dans les titres divers du journal, de Journal socialiste à Journal communiste et finalement Organe central du Parti Communiste, ainsi que l’imposèrent les règles strictes de Moscou pour « bolcheviser » les partis communistes à travers le monde dans la seconde moitié des années 1920. Serge Wolikow et Annie Burger-Roussenac étudient comment deux figures dominantes de L’Humanité dans cette période, Marcel Cachin et Paul Vaillant-Couturier, composèrent avec la ligne dure dictée par le Komintern. Bien que marginalisé pour son manque d’orthodoxie, Cachin parvint à rester son directeur jusqu’à sa mort en 1958. Les efforts de Vaillant-Couturier pour transformer L’Humanité en journal politique majeur furent couronnés de succès dans le milieu des années trente, après que Moscou eut opéré une volte-face et ordonné aux partis communistes de former des fronts populaires avec les autres partis de gauche pour contrer la menace du fascisme.

6Après la signature du pacte de non-agression germano-soviétique en août 1939, les communistes, sur l’ordre de Moscou, changèrent cependant de ligne et adoptèrent une position pacifiste. Son soutien apporté au pacte valut à L’Humanité d’être interdite par le gouvernement de Daladier à la fin du mois. Elle dut rester un journal clandestin jusqu’à la Libération. Dans son article sur cette période, Yves Santamaria étudie l’organisation clandestine de L’Humanité et ses relations avec Moscou, où quelques-uns des dirigeants communistes français avaient trouvé refuge. Santamaria montre comment le journal, sous l’influence du Komintern, minora le rôle des États-Unis dans le combat contre l’Axe. Plus grave est son accusation que le silence de L’Humanité sur l’Holocauste serait un reflet de l’antisémitisme du Parti communiste français dans son ensemble.

7Le combat victorieux de l’Armée Rouge contre l’Allemagne nazie et le rôle joué par les communistes dans la Résistance à partir de 1941 augmentèrent le prestige du parti et grossirent la diffusion de L’Humanité, qui atteignit le niveau le plus élevé de son histoire, 423 000 exemplaires en 1945. Depuis, ce tirage a subi une érosion régulière et le chapitre six examine les causes et les conséquences de ce déclin. Patrick Eveno soutient que l’hégémonie communiste fut victime de son propre succès et de son obstination à coller à la ligne stalinienne tout au long de la Guerre froide. Au lieu de s’adapter aux attentes de son lectorat, L’Humanité conserva un ton dogmatique et donna trop d’importance à l’idéologie. D’une façon qui peut paraître paradoxale, 1956 fut une année relativement bonne pour L’Humanité, malgré la dénonciation des crimes de Staline par Khrouchtchev au XXe Congrès du Parti soviétique et la brutale répression de l’insurrection de Budapest par les troupes soviétiques. Le journal profita de deux crises internationales, la guerre d’Algérie et l’expédition franco-anglaise contre le canal de Suez, et de la manne venue de Moscou sous la forme d’une souscription pour 10 000 abonnements. Malgré cette aide, la situation continua à se détériorer pour les communistes et leur presse, particulièrement après le retour de De Gaulle au pouvoir en 1958. Seuls les bénéfices annuels de la Fête de L’Humanité, qu’Eveno considère comme un moyen de blanchir l’argent venu de l’Est, apporta un certain soulagement au journal.

8Avec la chute de l’Union soviétique et la disparition de ses subsides, L’Humanité fut forcée d’ouvrir son capital aux investisseurs privés et de prendre elle-même ses distances à l’égard du PCF. L’article de Gérard Bonnet sur André Stil, rédacteur en chef de L’Humanité de 1950 à 1958, appuie la thèse d’Eveno en montrant comment la ligne stalinienne fut préjudiciable pour le journal. Après une ascension fulgurante dans les rangs du Parti, Stil fut progressivement marginalisé par le journal pour ses positions, en particulier ses articles incendiaires pour saluer l’arrivée du nouveau commandant de l’OTAN, le général Ridgway, en 1952, et sa défense de la répression de Budapest. L’étude comparée de L’Humanité et du Canard Enchaîné par Laurent Martin souligne aussi l’effet destructeur de la ligne stalinienne pendant la Guerre froide. Malgré une longue histoire de solidarité entre les deux journaux, la défense par L’Humanité de l’intervention soviétique en Hongrie provoqua une rupture avec Le Canard. Les tensions se sont quelque peu atténuées aujourd’hui, depuis que L’Humanité a abandonné sa ligne dure et a pris quelque distance avec le PCF. Malgré ces changements et le recrutement de journalistes plus professionnels, le Parti exerce toujours une forte influence sur le journal, comme le montre Eugénie Saitta dans son analyse de la couverture par L’Humanité des élections au Parlement européen de 1999.

9La guerre d’Algérie fut une période d’activité politique intense pour le journal. En raison de son opposition à la guerre, il fut de loin plus exposé que tout autre journal français à la répression gouvernementale. Cependant, l’analyse de Frédérick Genevée montre que les diverses mesures prises par les autorités françaises contre L’Humanité furent dans une grande mesure inefficaces. En fait, Genevée soutient que la répression gouvernementale lui fut profitable en ce qu’elle rompit l’isolement que la ligne stalinienne avait provoqué de la part du reste de la presse. Ludivine Bantigny est plus critique sur le rôle joué par L’Humanité pendant la guerre d’Algérie. Son analyse de la façon dont le journal traita de l’armée française en Algérie la conduit à conclure que le journal communiste aurait pu faire davantage pour mobiliser la population contre la guerre. Elle suggère que la peur de la répression fut probablement un facteur déterminant dans la réserve observée par le journal, conclusion qui contredit quelque peu les vues de Genevée.

  • 2  La CSCE, ou Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe, était une organisation créée (...)

10Un autre terrain pour l’action politique de L’Humanité pendant la même période fut la lutte contre la Quatrième République. Jean Garrigues étudie comment le journal utilisa plusieurs scandales politiques et financiers pour ébranler le régime. Il montre comment ces scandales furent habilement exploités pour discréditer toutes les autres forces politiques du pays et présenter le PCF comme le seul choix contre un régime corrompu et ses compromissions, particulièrement après le début de la Guerre froide et l’appel de Moscou pour une dénonciation tous azimuts des partis bourgeois en septembre 1947. L’attention portée par le PCF à l’appel de Staline et de Jdanov est clairement illustrée dans l’analyse par Christian Beuvain des caricatures anti-américaines publiées par L’Humanité au plus fort de la Guerre froide. Beuvain montre comment l’anti-américanisme atteignit son paroxysme au début de la guerre de Corée, lorsque les forces des Nations Unies conduites par les États-Unis empêchèrent l’invasion de la Corée du Sud. La machine communiste de propagande déchaîna une série d’attaques violentes contre le gouvernement américain et la nation américaine en général. Ces attaques reposaient sur quelques thèmes, manifestes dans les caricatures choisies par Beuvain : l’Amérique, avatar de l’Allemagne nazie ; l’Allemagne, danger pour la paix ; l’Amérique, société raciste ; l’Amérique, favorable à la guerre biologique. Paradoxalement, pendant les deux décennies suivantes, qui virent reculer la rhétorique de guerre froide entre les deux superpuissances, L’Humanité parut manquer d’enthousiasme pour suivre la politique de détente adoptée par Moscou. Se concentrant sur la couverture de la CSCE2dans le journal communiste, Laurent Rucker suggère que le tiède soutien de L’Humanité à la détente est la preuve que le journal s’adressait aux cadres du PCF restés figés dans leur weltanschauung stalinienne et, de ce fait, très méfiants quant à l’amélioration des relations entre l’Est et l’Ouest.

11Le chapitre neuf porte sur la fonction sociale que L’Humanité jouait pour les militants communistes de base. Paul Boulland explique comment la lecture du journal et/ou la part prise dans un aspect quelconque de sa diffusion constituaient des éléments fondamentaux dans la construction d’une identité communiste. S’intéressant aux Almanachs publiés par L’Humanité entre 1926 et 1992, Yolène Dilas-Roberieux arrive à la même conclusion et soutient que, malgré la chute du communisme et la disparition de ces almanachs, une communauté communiste émotionnelle a été ainsi créée. Elle soutient que, par le biais de ces almanachs, L’Humanité suscitait parmi ses lecteurs un sentiment d’identité qui allait bien au-delà du simple engagement idéologique. Béatrice Fleury-Vilatte et Jacques Walter étudient également le rôle joué par L’Humanité dans l’élaboration d’une identité communiste, mais leur conclusion atténue le rôle du journal. Étudiant les pratiques de lecture de deux familles communistes et leurs rapports avec le Parti sur deux générations, Fleury-Vilatte et Walter montrent que l’identité familiale était effectivement influencée par l’idéologie, mais qu’elle évolua avec le temps et fut aussi déterminée par d’autres facteurs, tels que la culture et la religion. Dans le cas des familles interviewées, le judaïsme représentait une influence déterminante qui rendait difficile la conciliation avec l’antisionisme du PCF.

12Par suite de la richesse de sa documentation, ce livre est assurément une étape importante dans l’historiographie de L’Humanité et du PCF. Les différentes approches se complètent l’une l’autre et jettent une lumière nouvelle sur le sujet. On découvre en particulier la complexité des relations entre le journal et les partis politiques (SFIO et SFIC) au cours des années. Les communications dissipent ici quelques mythes qui ont entouré le mouvement depuis ses débuts et dévoilent les dynamiques à l’œuvre dans ce journal unique. L’ouvrage représente L’Humanité comme une identité à multiples dimensions et en constante évolution, presque un organisme vivant, le lieu où des forces rivales et parfois antagonistes s’affrontent. Malgré l’absence d’index et de bibliographie, il constitue un travail utile pour qui s’intéresse au sujet. En outre, comme Serge Wolikow l’écrit dans la conclusion, il s’agit seulement d’un début, parce que toutes les archives n’ont pas encore été analysées. De plus, il est à espérer que ce travail inspirera une approche analogue sur les autres journaux français.

Liste des communications

13– Madeleine Rebérioux, « Jaurès à L’Humanité »

14– Pierre Albert, « Les sociétés de L’Humanité, de 1904 à 1920 »

15– Anne-Claude Ambroise-Rendu, « L’autre information dans L’Humanité : le crime, la catastrophe, le sensationnel (1904-1914) »

16– Alexandre Courban, « L’Humanité, du socialisme au communisme (1918-1923) »

17– Jean-Yves Mollier, « André Tardieu et la tentative d’interdiction de L’Humanité »

18– Sylvain Boulouque, « La Vie ouvrière (1921-1935), relais de L’Humanité communiste ? »

19– Serge Wolikow, « La figure de Cachin »

20– Annie Burger-Roussenac, « Paul Vaillant-Couturier, journaliste communiste et rédacteur en chef de L’Humanité »

21– Yves Lavoinne, « Le fait-divers : ironie et point de vue de classe. L’entrée d’Aragon à L’Humanité (1933) »

22– Marie-Cécile Bouju, « L’Humanité, le livre et la lecture (1921-1939). Enjeux autour d’un regard militant »

23– Tangui Perron, « L’Humanité et ses images dans le cinéma communiste du Front Populaire »

24– Yves Santamaria, « La chaîne de vérité : L’Humanité clandestine (1939-1944) »

25– Patrick Eveno, « L’Humanité, une entreprise politique »

26– Gérard Bonet, « André Stil, rédacteur en chef de L’Humanité (1950-1958) »

27– Eugénie Saitta, « L’Humanité, de l’organe de parti au journal politique (1999-2000) »

28– Laurent Martin, « Regard extérieur sur une évolution : le cas du Canard Enchaîné »

29– Frédéric Genevée, « La répression : poursuites et saisies de L’Humanité (1949-1962) »

30– Ludivine Bantigny, « Appelés et rappelés en guerre d’Algérie vus par L’Humanité »

31– Jean Garrigues, « L’Humanité face aux affaires de la IVe République »

32– Jean Vigreux, « La Terre, un complément de L’Humanité ? »

33– Christian Beuvain, « La caricature est une arme de combat ! Les dessins anti-américains dans L’Humanité des années cinquante (1947-1954) »

34– Laurent Rucker, « L’Humanité et la détente »

35– Paul Boulland, « Les militants et la presse communiste : fabriquer, diffuser, lire L’Humanité, de la Libération aux années 1970 »

36– Yolène Dilas-Rocherieux, « Appartenance idéologique et communauté émotionnelle : le rôle des almanachs de L’Humanité »

37– Béatrice Fleury-Vilatte, Jacques Walter, « La mémoire de L’Humanité, une affaire de famille »

38– Serge Wolikow, « Conclusions ».

Documents

39– Alexandre Courban, « L’Humanité, 1904-2004 : repères chronologiques »

40– Jean Jaurès, « Notre but », dans L’Humanité, 18 avril 1904

Haut de page

Notes

1  La SFIO, acronyme pour Parti Socialiste, Section française de l’Internationale ouvrière, était le nom officiel donné au Parti socialiste en France après le congrès de la Deuxième Internationale en août 1904, dans l’intention d’unifier les différents mouvements socialistes dans le pays. Malgré ses divisions intestines, le parti réussit à préserver son unité jusqu’au congrès du parti à Tours en 1920. A ce moment, une majorité des délégués décida de rejoindre la Troisième Internationale – ou Internationale Communiste (Komintern) – fondée par Lénine en 1919 et forma la Section française de l’Internationale communiste (SFIC), par la suite rebaptisée Parti Communiste Français (PCF). La minorité des délégués socialistes conservèrent le nom de SFIO, qui fut finalement modifié en Parti Socialiste (PS), après le congrès d’Issy-les-Moulineaux en 1969.

2  La CSCE, ou Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe, était une organisation créée en 1973 à Helsinki (Finlande), dans l’intention de réduire les tensions Est-Ouest en Europe. La CSCE encouragea une série de négociations entre les représentants de trente-cinq nations pour promouvoir une coopération économique entre pays communistes et non-communistes. Sa dernière réunion insista pour l’inclusion des droits humains dans les négociations. La CSCE culmina avec la signature des accords d’Helsinki en août 1975. Après la chute du communisme, la CSCE fut réorganisée et rebaptisée OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Laurent, « Christian Delporte, Claude Pennetier, Jean-François Sirinelli et Serge Wolikow (dir.), « L’Humanité » de Jaurès à nos jours », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/606

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page