Navigation – Plan du site

EN SOUSCRIPTION : Le n° 136 des Cahiers d’Histoire, « Une histoire critique des sciences, XVIe-XVIIIe siècles

Le n° 136 Cahiers d’Histoire, intitulé « Une histoire critique des sciences, XVIe-XVIIIe siècles », paraîtra début novembre.

Ce numéro est directement en rapport avec le sujet d’histoire moderne aux concours de recrutement 2018.

Il est proposé en souscription jusqu’au 31 octobre 2017, au prix de 13 € (au lieu de 17 €), port compris. Les souscripteurs le recevront immédiatement à sa parution, en même temps que les abonnés à la revue.

Bon de commande à télécharger au bas de cette page.

   

Image 100002010000025800000340AE4509B5.png

   

Pour une histoire critique des sciences (XVIe-XVIIIe siècles)

Dossier des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 136

Ce dossier est consacré au sujet du CAPES et de l’Agrégation d’histoire portant sur « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, du XVIe au XVIIIe siècle. Les rapports entre pratiques savantes et formes de gouvernement sont cruciaux pour comprendre comment s’organise une société dans le temps. Il en va des décisions politiques appuyées sur des connaissances scientifiques comme de l’encadrement de certaines recherches, le nouage entre l’action et le savoir est étroit, mais aussi changeant selon les époques.

Le dossier s’ouvre sur un bilan historiographique qui permettra aux candidats aux concours de saisir les développements de la recherche en histoire des sciences sous l’empire d’une perspective critique. Les travaux les plus marquants dans ce domaine permettent de fixer trois grands axes de réflexion. D’abord, les structurations politiques, économiques et religieuses ont fait l’objet d’intenses débats : la place des artisans, le gouvernement politique de la science, l’irruption du protestantisme sont autant de points d’appui pour comprendre les transformations scientifiques de l’époque moderne. Ensuite, les lieux de savoir et la place des corps dans l’ordre savant ont intéressé les historiens qui ont souhaité rappeler que les pratiques scientifiques étaient d’abord des pratiques éminemment matérielles et concrètes. Enfin, l’intensité des circulations savantes permet de mieux comprendre les formes de marchandisation des connaissances à l’œuvre sous l’Ancien Régime.

Le dossier comprend quatre articles qui sont autant de prises sur le nouage science/société.

Simone Mazauric explore ainsi les débats au sein des Conférences du Bureau d’adresse qui, marque, au début du XVIIe siècle, l’essor académique. Si la proximité de ce cénacle avec Richelieu est notoire, la liberté des exposés relativise cette dépendance au pouvoir.

Dalia Deias consacre un article à la dénomination de l’Observatoire de Paris. Cet espace est certes destiné à la production de connaissances astronomiques nouvelles, mais sa désignation révèle également l’investissement monarchique de Louis XIV dans sa construction.

Pierre Crépel relate, quant à lui, l’implication de l’Académie des sciences de Lyon au XVIIIe siècle dans le projet de l’Encyclopédie : les savoirs circulent dans l’Europe des Lumières, ils alimentent les débats politiques et philosophiques du moment.

Enfin, Jérôme Lamy examine la place de la cour de Versailles dans l’économie savante de la modernité : de l’implication du roi à la spectacularisation des démonstrations, c’est une modalité singulière du gouvernement par et pour les sciences qui s’organise au cœur du pouvoir monarchique.

Ce dossier est complété par un entretien avec Pascal Brioist, qui revient sur les enjeux pédagogiques de la question aux concours, ainsi que par un texte d’intervention de Pierre Crépel sur la place des scientifiques dans l’histoire des sciences.

   

Image 10000201000002F6000003619D2E86F1.png