Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Thomas Bouchet, Un jeudi à l’Assemblée. Politiques du discours et droit au travail dans la France de 1848

Québec, Éditions Nota Bene, 2007, 195 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Thomas Bouchet, Un jeudi à l’Assemblée. Politiques du discours et droit au travail dans la France de 1848. Québec, Éditions Nota Bene, 2007, 195 p.

Texte intégral

1L’intitulé l’indique : ce qui importe à Thomas Bouchet, c’est ce jeudi – 14 septembre 184 – à l’Assemblée. Ce jour-là, on débat de l’inscription du droit du travail dans la Constitution ; ce jour-là, une part de l’idéal de Février 1848 s’éteint. La République ne sera pas sociale. Toutefois l’essentiel du livre réside ailleurs. Le droit du travail en constitue sans doute le motif – l’ornement ? – mais les politiques du discours en tissent la trame. Comment faire entendre une journée à l’Assemblée, soit une atmosphère, des sons, une écoute, des silences, des impressions, des désillusions ? Pour l’auteur, les voix et les rythmes de l’Assemblée, saisis par dix-sept orateurs, composent l’enjeu du livre.

2Comment cerner une atmosphère quand il ne reste que des traces écrites ? Marqué par un goût de l’archive qui paraît surtout un goût de l’écrit, Thomas Bouchet trouve dans Le Moniteur et la presse nationale et régionale ce qu’Arlette Farge traque dans l’archive judiciaire : des sons, des corps… Pourtant, malgré les sources de presse, et l’ampleur des mémoires consultés, l’essentiel du livre puise ailleurs son fonds propre. Il emprunte à Victor Hugo (Choses vues), s’inspire implicitement d’Alain Corbin lorsqu’il s’agit d’évoquer un paysage sonore. S’il semble, par l’approche biographique, procéder d’une lecture du politique où le temps court du discours – de son absence – s’inscrit dans l’épaisseur d’une trajectoire et d’un engagement, la qualité de ces remarques biographiques paraît seconde une fois l’ouvrage refermé. Plus que des discours articulés, ce sont des impressions, des bruits que l’on retient. L’Assemblée acquiert ici une épaisseur que peu d’ouvrages jusqu’alors ont tenté de restituer. L’Assemblée de 1848 « sent le provisoire, résonne du moindre son » (p. 113), elle a la forme d’un fer à cheval selon Maurice Agulhon. Souvent, Thomas Bouchet l’évoque comme un chaudron, pour l’impétrant qui prononce son premier discours comme pour le parlementaire aguerri. Victor Hugo, qui fut naguère de la Chambre des pairs, s’y sent peu à l’aise. L’éloquence parlementaire s’accorde alors mal de l’écrit, comme des théories bien ficelées. L’un signifie au mieux le poète égaré en politique (Hugo), sinon la première fois à l’image de Martin Bernard auquel le Constitutionnel assène, rappelant sa péroraison, un assassin : pas d’idée, pas de talent, pas même de voix ; l’autre évoque l’esprit de système des utopistes, absent (Louis Blanc), défait et abattu ce jour comme Victor Considérant. Celui-ci souffre d’ailleurs de maux de gorge le 14 septembre. Car discourir dans ce chaudron relève d’abord et avant tout d’une épreuve physique : celle du contact avec les 900 députés, celle surtout d’une voix qui doit s’imposer, convaincre dans le brouhaha et s’efforcer de résister aux interruptions, à la moquerie et la cruauté des flèches. Le ministre Goudchaux n’y parvient pas, confessant à la tribune : « je ne suis pas maître de ma parole ». Il y a, plus qu’une éloquence parlementaire, une politique du discours qui compose avec le lieu, ses rythmes, ses rites.

3Pour croquer ce jeudi à l’Assemblée, Thomas Bouchet rompt consciemment avec une logique synthétique qui offrirait à l’aune de l’issue du débat le récit d’un échec à imposer la constitutionnalité du droit du travail. Il propose un court récit polyphonique tressé autour des dix-sept parlementaires. Tous n’interviennent pas, car les silences disent autant que les discours (ainsi en va-t-il de Thiers). A ces hommes, il ajoute des voix, échos discontinus des précieuses indications du Moniteur quant aux interpellations faites aux orateurs. Construit en quatre temps (tensions, décalages, maîtrises, absences), le récit vise finalement à privilégier le bruit/le silence sur l’écoute. La réception importe davantage alors que l’argumentation. S’il signale l’éloquence et le brio de l’art oratoire de quelques-uns (Dufaure, Ledru-Rollin) brossant ainsi une analyse des pratiques parlementaires, le récit doit surtout se lire dans sa longueur pour cerner l’originalité du projet. Alors seulement, le titre trouve toute sa vertu paradoxale. Un jeudi à l’Assemblée dit, plus que l’exceptionnalité d’une journée qui vit mourir l’idéal d’une République sociale, l’ordinaire d’une journée parlementaire. Le livre refermé, la lecture achevée, demeure comme première impression un bruit, celui des travées dissipées, des formules heureuses. Ensuite émergent quelques figures. Pour ma part, celles de Louis Blanc, de Victor Considérant, soit le droit d’association lié au droit du travail, vaincus alors.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Thomas Bouchet, Un jeudi à l’Assemblée. Politiques du discours et droit au travail dans la France de 1848 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/604

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page