Skip to navigation – Site map
LES CAHIERS RECOMMANDENT

Les Cahiers recommandent...

Anne Kienast, Frank Noulin and Jean-François Wagniart
p. 209-222

Full text

FILMS

Le cinéma aux prises avec le fanatisme et le mal : victimes et bourreaux de l’Armée de résistance du Seigneur (Ouganda)

1Wrong Elements (« Mauvais éléments »), un film documentaire franco-germano-belge de Jonathan Littell, 2016, 133 min, sortie DVD prévue au 2e semestre 2017.

2Nous sommes quelque part dans la savane soudanaise, dans ce qui reste d’un village. Voici Geoffrey qui s’avance, un sympathique jeune homme qui travaille comme moto-taxi. Face à lui, une vieille femme, seule avec sa douleur, dont Geoffrey vient implorer le pardon pour les exactions qu’il a commises, pour les vies qu’il a prises. La scène est pathétique. Que faire, sinon pardonner tant bien que mal à ce « mauvais élément », à la fois victime et bourreau, en qui s’entremêlent le deuil et la culpabilité ? Car Geoffrey est un ancien enfant-soldat, tout comme Mike qui l’accompagne dans ce cheminement douloureux les ramenant sur les lieux de leurs méfaits et souffrances passés.

3Tous deux ont été enlevés à leur famille et incorporés de force à la sinistre Lord’s Resistance Army (Armée de résistance du Seigneur), qui les a dressés à piller, maltraiter, tuer. Libérés, ils ont bénéficié d’une loi d’amnistie qui les a considérés comme victimes avant tout. Mais le mal reste, qui les hante, le mal subi comme le mal perpétré. Peut-être ce retour sur eux-mêmes, ces retrouvailles poignantes avec cet autre barbare qu’ils furent, entre les mains de criminels de guerre, leur permettra de trouver la paix et d’aborder avec sérénité leur vie d’adultes. Déjà le regard de Geoffrey s’éclaircit, ses cauchemars s’atténuent.

4À eux se joint Nighty, jeune femme décidée qu’une tristesse sourde ronge. Elle a été enlevée toute jeune elle aussi, pour servir d’esclave sexuelle à Joseph Kony, le chef de la LRA, psychopathe dont elle a eu un enfant. Dans une scène étonnante, tous trois, revenus sur les traces d’un ancien camp de la LRA, revivent ensemble leur vie d’alors, évoquant aussi bien des souvenirs triviaux que des émotions refoulées. Violent, vibrant exorcisme, au cœur d’une brousse autrefois saturée de tortionnaires et de crimes, maintenant vouée aux fantômes.

5Lapisa, autre « épouse de guerre », ne saurait les accompagner tant la brousse est restée ancrée en elle, au point que la folie la guette. Un cen (un esprit) la tourmente, qu’une séance d’exorcisme essaie d’amadouer. Tragique Lapisa, saccagée au plus profond d’elle-même.

6Quatre jeunesses ruinées donc, quatre chemins vers l’apaisement, voire la rédemption, que Jonathan Littell capte avec empathie mais sans complaisance. Quatre destins singuliers, foudroyés par leur rencontre avec ce mal absolu qui pousse à faire d’autrui un simple objet, voué aux appétits et aux pulsions, à en nier l’humanité, jusqu’à perdre la sienne.

7Car la question du mal taraude Jonathan Littell depuis Les Bienveillantes, prix Goncourt 2006, qui portait sur le nazisme. Le sujet des enfants-soldats avive la réflexion sur la responsabilité : certes ils ont été, tout jeunes, conditionnés et drogués (de substances, croyances, haines), abusés, bernés ; certes ils ont aussi agi pour sauver leur vie, par peur. Mais cela les dédouane-t-il complètement de leurs actes, au point qu’on pourrait effacer d’un coup d’éponge les tueurs, violeurs qu’ils furent et les renvoyer à la vie civile sans plus de procès ? Où commence et s’arrête la responsabilité ? Peut-on la mesurer, déterminer une graduation ? Une solution courante consiste à faire la distinction entre « décisionnaires » et simples « exécutants ». C’est une subtilité que n’a pas saisie le cinquième protagoniste du film, Dominic Ongwen, ancien enfant-soldat de la LRA lui aussi, mais devenu chef d’une brigade redoutée. Comptant bien bénéficier à son tour de l’amnistie, Ongwen se rend à la force interafricaine constituée en 2012 (seulement) pour traquer la LRA. La caméra capte la stupeur affolée dans son regard quand il comprend qu’il n’échappera pas au mandat d’arrêt émis à son encontre par la Cour pénale internationale. Pour les uns, victimes autant que bourreaux, qui ont retrouvé sens moral et écoute d’autrui, l’espoir d’une vie nouvelle, malgré le remords et l’amertume. Pour Ongwen, bourreau plus que victime, dont on ne sait ce qu’il lui reste d’humanité, un long séjour en prison s’annonce. Fort sagement, Jonathan Littell n’apporte pas de réponse tranchée : à chacun de se faire une opinion. Cependant on sent son attachement pour ces quatre jeunes, qu’il nous fait connaître dans leur vérité humaine, complexe, voire indéchiffrable, tout en restant à la bonne distance. Cela donne force et beauté au film, qui évite la pitié malsaine qu’un tel sujet aurait pu susciter.

8En revanche, focalisé sur ses « personnages », Jonathan Littell ne revient guère sur l’histoire de la LRA, les circonstances de son émergence puis de son expansion, et c’est peut-être une limite du film. En effet, la trajectoire sanglante de la LRA, qui mêle religiosité, conflits ethniques et tensions géopolitiques, mérite d’être connue tant elle souligne les maux dont souffre l’Afrique. En Ouganda, une fracture sépare les Nilotiques au nord et les Bantous au sud depuis l’indépendance. Les « nordistes » dominent jusqu’à la dictature bouffonne et sanglante d’Idi Amin Dada (1971-1979), à la chute duquel éclate une guerre civile. La prise du pouvoir par le « sudiste » Yoweri Museveni en 1986 suscite alors diverses rébellions au nord. Parmi elles, le Holy Spirit Movement (Mouvement du Saint-Esprit), mené par la médium Alice Auma « Lakwena », dont les fulgurances syncrétiques mêlent références à la Bible, magie et animisme. L’esprit Lakwena l’incite à la guerre sainte, l’esprit mauvais wrong, à purifier la société des « mauvais éléments ». Son eau bénite détourne les balles ennemies, ses pierres magiques rendent invisible, ce qui explique sans doute que ses troupes n’aient été vaincues qu’à 50 km de la capitale, Kampala. Du chaos surgit alors la LRA, fondée par Joseph Kony, un parent d’Alice, illuminé cruel et sanguinaire, qui sème la désolation dans le nord de l’Ouganda au nom des Dix Commandements. La loi du talion est bien pratique pour qui veut déchaîner sa cruauté : tortures, mutilations, massacres. De plus, la « guerre sainte » a besoin de chair fraiche : 60 000 enfants enlevés en 30 ans, violentés, transformés en esclaves ou en combattants. Pendant plus de dix ans, le Soudan, frontalier, abrite et ravitaille la LRA, par rétorsion à l’égard de l’Ouganda qui soutient les séparatistes du Sud-Soudan. Puis il diminue son aide après 2001, par crainte des États-Unis, d’autant plus que Kony et ses lieutenants sont recherchés par la Cour pénale internationale. La LRA se réfugie alors au Congo et en Centrafrique, déliquescents, où elle poursuit ses exactions. La force spéciale de l’Union africaine n’est créée qu’en 2012 avec l’appui des États-Unis ; sa traque est cependant un succès et la LRA se réduit maintenant à quelques groupes isolés, braconnant et rançonnant pour survivre. Pour autant, Donald Trump retire au printemps 2017 le soutien des États-Unis, trop cher, alors que les intérêts américains ne sont pas en jeu.

9Tant pis si Kony, un des pires criminels de notre époque, reste introuvable et impuni. Les deux millions de déplacés, les 100 000 morts, les centaines de milliers de personnes martyrisées et traumatisées dont il est responsable réclament toujours justice et viennent s’ajouter à la litanie millénaire des victimes du fanatisme.

10On trouvera sur Internet divers articles et vidéos sur Joseph Kony et la L.R.A. Consulter notamment les sites de R.F.I., France 24, Le Monde, Jeune Afrique

11Le projet « LRA Crisis Tracker », initié par l’ONG étatsunienne Invisible Children, s’efforce d’alerter l’opinion publique sur les méfaits de la LRA. On peut lire son rapport L’état de la LRA en 2016 : <www.lracrisistracker.com>.

Power to the people : Captain fantastic, film américain de Matt Ross, 2016, 118 min (disponible en DVD).

12Entre hippies reconvertis à l’altermondialisme et zadistes activistes, la famille Cash vit dans une cabane au milieu de la forêt, en rupture avec une société de consommation qu’elle considère comme opprimante, mensongère et hypocrite. Ben, le père, remarquablement interprété par Viggo Mortensen, fait donc lui-même l’école avec au programme un entraînement physique extrême et une formation intellectuelle impressionnante, revue à l’aune des théories pédagogiques libertaires de Reich (aucun tabou sur la sexualité) et évidemment de Chomsky (contre la servitude), héros fêté par la famille dans un remarquable « Noam Chomsky Day ». Ben est parfois autoritaire, mais il s’agit de développer chez ses enfants toujours plus d’endurance, de résistance, d’esprit critique et même de révolte contre cette société matérialiste et aussi contre lui-même.

13La mère, bipolaire, finit par craquer. Victime d’une dépression violente, elle se suicide à l’hôpital et la famille va devoir, pour faire respecter ses derniers souhaits – elle est bouddhiste et veut se faire incinérer –, affronter l’autre monde, « capitaliste et fasciste ». Ce contact de Ben avec sa famille et surtout son beau-père, qui ne l’a jamais admis et rejette en bon chrétien le virage mystico-écolo-libertaire de sa fille, est violent. À bord du vieux bus (dénommé Steve), la famille Cash se confronte donc à l’ennemi au cri de « mort aux vaches », pratiquant à défaut de la chasse la mission « Libération alimentaire » dans un supermarché, variante moderne de la reprise individuelle des anarchistes. Après un moment de désespoir et d’abandon, les enfants poussent le père à aller jusqu’au bout de ses idées et à lancer l’opération « Sauver maman ». Elle sera libérée de ses entraves funéraires et tout finira par ce qu’elle avait tant désiré : « une célébration du cycle de la vie avec de la musique et de la danse ».

14Le beau film de Matt Ross, à la fois comique et dramatique, porte un regard acerbe sur le capitalisme et incite à repenser constamment l’utopie sans chercher à imposer un modèle alternatif. Ben n’incarne pas une perfection révolutionnaire. Bien au contraire, plusieurs séquences du film remettent en cause ses principes d’éducation. S’il n’a pas de modèle à opposer à l’aliénation, le personnage de Ross fait naître de l’humanité et un espoir de liberté lancinant, qui nous incite à méditer cette phrase de Chomsky qu’adresse l’enfant, libéré et instruit, à son père désemparé : « Si vous présumez que l’espoir n’existe plus, alors vous vous assurez qu’il n’y en aura jamais. Si vous présumez qu’il existe un sentiment de liberté, alors vous aurez la possibilité de changer les choses ».

Rodin, film français de Jacques Doillon, 2017, 119 min.

15On peut s’étonner de voir Jacques Doillon s’atteler à la réalisation d’un film historique, à costumes, au budget important, lui qui est plus familier des mises en scène légères autour d’un trio amoureux, de héros enfants ou adolescents. Ici, nous avons un sculpteur à la maturité de sa vie, Rodin, interprété par un Vincent Lindon lourd et taiseux, saisi dans la période de sa vie la plus productive : entre la Porte de l’Enfer, une commande de l’État, le creuset de toute son œuvre à venir, et le Balzac, une commande de la Société des gens de lettres, qui fera scandale.

16Ce qui intéresse Doillon dans ce sujet, c’est l’homme à l’œuvre. L’atelier reconstitué, où se croisent modèles, assistants, élèves, critiques, commanditaires, est une entreprise dont Rodin est le patron, dispensant ordres ou conseils, et fait penser à l’atmosphère d’un plateau de cinéma qui gravite autour d’un metteur en scène. C’est d’ailleurs une véritable mise en scène que la composition des figures de la Porte de l’Enfer. Parfois, le sculpteur est seul ; on le voit modeler un visage, un corps, cherchant à reproduire le mouvement, la courbe ; car Rodin est avant tout un modeleur : c’est malaxer la terre pour donner vie à une forme humaine qui l’intéresse. Ce sont sans doute les passages les plus intéressants du film.

17Rodin se débat aussi dans sa vie sentimentale, entre Camille Claudel, sa jeune et brillante élève, pleine d’intelligence et de vivacité (Izia Higelin), et Rose (Séverine Caneele), sa maîtresse-gouvernante : incapable de choisir entre le confort d’un amour ancillaire et la passion exigeante de Camille, l’homme apparaît dans toute sa médiocrité et fait le malheur des deux femmes. On retrouve les scènes de ménage orageuses du cinéma de Doillon, où se mêlent l’amour, la haine, le désir.

18Mais le film saisit aussi l’époque – le début de la Troisième République – autour de la figure d’Octave Mirbeau. De façon un peu académique, Doillon met en scène le grand critique d’art qui encourage et soutient les artistes novateurs contre le goût commun : on voit passer notamment un jeune Cézanne, refusé du Salon, tout bouillant d’indignation.

19Ce film, attachant et imparfait, vaut surtout pour les scènes d’atelier, qui montrent de façon précise et captivante le travail, la recherche d’un maître.

20La société Octave-Mirbeau célèbre le centième anniversaire de la mort du grand écrivain anarchiste. Voir le calendrier des actions et festivités sur le site <mirbeau.org>.

LIVRES

Lucile Champion-Vallot, Une Déesse à Dijon, « Autour d’une œuvre de François Rude », Éditions universitaires de Dijon, 2016.

Tête de La Marseillaise (1835), modèle en plâtre provenant de l’atelier de Rude, musée du Louvre

21À propos d’atelier de sculpteur, en voici un autre : celui de François Rude, artiste surtout connu pour son haut-relief La Marseillaise qui orne l’Arc de triomphe. Lucile Champion-Vallot, auteure d’une thèse à l’école du Louvre sur Rude et sur ses élèves, a composé un petit livre qui met en scène, de façon narrative, la vie d’un atelier de sculpteurs à Paris dans les années 1850-1857. Rude, autant pédagogue qu’artiste, est à la tête d’un atelier fameux qui forme une importante génération de sculpteurs. Dijon, sa ville natale, lui commande une statue qui devra orner son musée : Rude se lance dans la réalisation du groupe de marbre Hébé et l’aigle de Jupiter, qui sera sa dernière œuvre. L’auteure raconte comment se fabrique une statue : d’abord le modelage de la pièce par le maître, puis le moulage du modèle en plâtre, ensuite le choix d’un bloc de marbre, enfin le passage à la taille, faite par des praticiens selon la technique de la mise-aux-points. Rude dialogue avec ses élèves, les fait participer à son travail. Reproduire le corps humain par le modelage, c’est observer l’anatomie du modèle, mais l’art du sculpteur est aussi d’imaginer une pose expressive, composer un groupe harmonieux, qui fasse sens. Lucile Champion-Vallot met son érudition à la portée de tout amateur d’art statuaire, en lui faisant saisir de façon vivante (et pédagogique) la vie d’un atelier au milieu du xixe siècle.

22Si vous vous promenez en Côte-d’Or, vous pouvez admirer trois grandes œuvres de François Rude : son groupe Hébé et l’aigle de Jupiter est toujours au musée des Beaux-Arts de Dijon ; à Beaune se trouve sa statue en bronze de Gaspard Monge ; enfin, c’est dans le parc de Fixin qu’il faut aller chercher son impressionnant Réveil de Napoléon.

« Retrouver le bonheur volé » : Enzo Traverso, Mélancolie de gauche, la force d’une tradition cachée (xixe-xxie siècles), Paris, La Découverte, 2016.

L’image par excellence du deuil révolutionnaire : Käthe Kollwitz, In Memoriam Karl Liebknecht, 1920.

Mémorial des socialistes (Gedenkstätte der Sozialisten), cimetière central de Berlin-Friedrichsfelde. Une commémoration officielle et obligée à l’époque de la RDA, qui prend aujourd’hui un sens de résistance.

Dans son film Land and Freedom (1995), Ken Loach revisite la mémoire des vaincus du POUM tombés sous les balles staliniennes : un espoir pour demain.

23L’histoire de la gauche est remplie de défaites, pas seulement, mais celles-ci occupent une place privilégiée dans notre mémoire, tout comme ceux qui ont lutté et perdu. C’est sur ce point que s’interroge Enzo Traverso dans ce beau livre largement illustré, riche de références à la peinture, à la photographie ou au cinéma.

24L’histoire des vaincus est difficile à faire. Elle est trop souvent occultée, déformée, cachée et souterraine (pour reprendre le sous-titre du livre de Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la liberté, une histoire souterraine du xixe siècle en France, La Découverte, 2016), ou au contraire sublimée, c’est-à-dire encore déformée. Walter Benjamin, en 1940, peu de temps avant sa fin tragique, avait déjà abordé la question dans Sur le concept de l’histoire et analysé le risque pour l’historien de ne plus se préoccuper des vaincus, qu’il dénomme acédie. L’empathie se dirige par facilité vers les vainqueurs.

25Michel Foucault, dans « La torture, c’est la raison » (Literaturmagazin, n° 8, décembre 1977, Dits et Écrits, Gallimard, 1994, tome 3, p. 390-398) milite, comme beaucoup d’auteurs de l’époque, pour l’histoire des vaincus. Mais il signale deux difficultés majeures. D’abord, on a privé les vaincus de la parole ou imposé la langue des vainqueurs. Ensuite se pose une question fondamentale de la pensée foucaldienne : l’histoire peut-elle être abordée comme « un processus de guerre » avec ses victoires et ses défaites ? Comme l’a montré Foucault au sujet de la folie ou de l’incarcération, les processus de domination sont plus complexes et ne peuvent se résumer à une guerre avec des camps clairement définis. Une partie des pauvres appelle de ses vœux et soutient les pratiques de l’enfermement et de la domination en général, intègre le langage et les normes des oppresseurs.

26D’après Traverso, la mélancolie a été trop oubliée pour retracer cette histoire des opprimés. Elle peut être une forme de résistance, nourrie d’une sensibilité réflexive. Elle a pris, sous la forme iconographique du deuil, une charge subversive et révolutionnaire exceptionnelle, déclinée par les plus grands peintres et des réalisateurs comme Eisenstein, Marker, Loach ou Guzman. Mais, surtout, l’étudier est source de savoirs, de connaissances du passé permettant d’intervenir dans le présent. On est loin des commémorations compassionnelles, du souvenir institutionnalisé par les partis, ou pire encore par les gouvernements, voire de cette historicisation qui nie le caractère dévastateur de ces défaites, préférant voir dans ceux qui ont lutté pour l’émancipation des victimes plutôt que des combattants : une histoire des vaincus devenue terriblement plate et dépolitisée, accumulant les dates comme autant de symboles lénifiants. De même que Riot-Sarcey, Traverso retrouve cette idée de discontinuité des ruptures révolutionnaires et de l’expression des vaincus qui redonne sens aujourd’hui à l’analyse de leur combat.

27Certes, le conservatisme (libéral ou non) l’emporte et écarte les expériences révolutionnaires et les formes d’utopie, au point de parfois les nier, comme la révolution de 1830. Ainsi que le montre Traverso, l’histoire de ces dernières décennies accentue cette tendance, les conséquences idéologiques de l’effondrement du communisme semblent donner raison à sa théorie de la désillusion : l’espérance dans le devenir humain « se rétracte dans un éternel présent » et bloque l’émergence de toute utopie libératrice nouvelle. Le naufrage du communisme soviétique engloutit finalement avec lui les autres courants dissidents (communistes antistaliniens, libertaires) qui l’ont combattu et ont payé dans leur chair cette opposition : l’histoire du communisme se réduit implacablement à sa dimension totalitaire. Se rajoute la difficulté de penser l’avenir pour les nouveaux progressistes qui se heurtent aux cloisonnements nationaux. Ils ne s’adressent plus – comme le communisme léniniste – à l’humanité entière. Face à un capitalisme mondialisé et triomphant, la voix des opprimés est non seulement bloquée par les discours dominants, mais elle ne s’entend plus.

28Cet ouvrage n’est pas seulement un bilan mélancolique ou, pire, un constat cruel d’échec des luttes passées, il a un caractère heuristique, pédagogique même. Face à une gauche sans mémoire qui, en voulant tout réinventer et faire table rase des luttes passées, commet de ce fait une grave erreur épistémologique et ontologique expliquant en partie l’aporie paralysante dont elle souffre, il faut aujourd’hui retrouver les idées d’autogouvernement : celles de la Commune, des expériences autogestionnaires et libertaires de la révolution espagnole ou des années 1960 ou 1970, qui nous parlent du présent et s’inscrivent dans la démarche encore hasardeuse des nouveaux mouvements de gauche (Podemos, Insoumis…) qui tentent de renouer le fil de la révolte, fouillant dans cette histoire discontinue afin de retrouver les points d’appui nécessaires à leur espérance de changement.

29Les communards, comme les militants de ces nouveaux mouvements, ne ressemblent en aucun point au prolétariat classique, défini par la pensée marxiste orthodoxe. Ce sont pour la plupart des précaires, des artisans, des groupes sociaux menacés par la « modernisation » économique, auxquels se joignent des artistes et des intellectuels déclassés, non médiatisés. Ce qui les unit, ce n’est pas la croyance en des leaders charismatiques, chère aux oublieux de la gangrène totalitaire, c’est la volonté de retrouver le lien fondamental entre communisme et liberté individuelle dans le souci de la participation de toutes et tous.

30On peut reprocher à Traverso certains de ses choix, plus personnels qu’objectifs, liés à ses engagements militants passés, ses oublis, son manque d’appareil critique des sources utilisées et son approche trop vingtièmiste. L’intérêt de ce livre n’en reste pas moins considérable, ses analyses souvent très pertinentes et stimulantes permettent de comprendre, face aux défis considérables du temps présent, l’importance de transmettre cette mélancolie de gauche, faite de combats et de défaites, pour inventer les utopies du xxie siècle.

Anna Gavalda, Fendre l’armure, éditions Le Dilettante, 2017, 284 p.

31Le dernier ouvrage paru d’Anna Gavalda est un exemple remarquable de son art de styliste. Il s’agit d’un recueil de nouvelles : chacune est le monologue intérieur d’un personnage à un moment particulier de sa vie. C’est une jeune fille qui rencontre un garçon lors d’une fête ; un homme qui va faire euthanasier son chien ; un autre qui emmène sa petite fille au MacDo ; une mère veuve et alcoolique qui découvre qu’elle peut aider une autre femme, plus paumée qu’elle ; un garçon et deux filles dans un train...

32Ce sont des instants de vie, fugaces et ordinaires, mais dont la banalité est transfigurée par le récit : Gavalda adopte un style différent pour chaque nouvelle, style qui correspond à l’identité de chaque narrateur-personnage. La « tchatche » hilarante de la « beurette » perdue dans une fête d’étudiants parisiens est une arme contre son sentiment d’exclusion ; le parler bourru du routier qui voit dépérir son chien cache un abîme de tendresse frustrée ; les pensées brutales d’un jeune homme dans un train face à deux filles (« la belle et la moche ») se transforment peu à peu. Ce sont des regards aussi : celui d’un père maladroit sur sa petite fille ; celui d’une femme malheureuse qui s’extrait un temps de son malheur en écoutant passionnément le récit d’une autre femme rencontrée dans un café.

33Comme Pierre Michon, Anna Gavalda est un écrivain de « vies minuscules » : son art se cache, presque invisible, derrière son sujet apparemment banal, un art humaniste qui rend leur dignité aux petites gens.

Top of page

List of illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6016/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.8M
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6016/img-2.jpg
File image/jpeg, 468k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6016/img-3.png
File image/png, 2.7M
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6016/img-4.png
File image/png, 1.6M
Caption Tête de La Marseillaise (1835), modèle en plâtre provenant de l’atelier de Rude, musée du Louvre
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6016/img-5.png
File image/png, 2.2M
Caption L’image par excellence du deuil révolutionnaire : Käthe Kollwitz, In Memoriam Karl Liebknecht, 1920.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6016/img-6.png
File image/png, 403k
Caption Mémorial des socialistes (Gedenkstätte der Sozialisten), cimetière central de Berlin-Friedrichsfelde. Une commémoration officielle et obligée à l’époque de la RDA, qui prend aujourd’hui un sens de résistance.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6016/img-7.png
File image/png, 1.3M
Caption Dans son film Land and Freedom (1995), Ken Loach revisite la mémoire des vaincus du POUM tombés sous les balles staliniennes : un espoir pour demain.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/6016/img-8.png
File image/png, 843k
Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Kienast, Frank Noulin and Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent... », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 209-222.

Electronic reference

Anne Kienast, Frank Noulin and Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent... », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://chrhc.revues.org/6016

Top of page

About the authors

Anne Kienast

By this author

Frank Noulin

By this author

Jean-François Wagniart

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page