Skip to navigation – Site map
LIVRES LUS

Guillaume Bourgeois, La véritable histoire de l’Orchestre rouge

Paris, Nouveau Monde, 2015, 300 p.
Magali Delaloye
Bibliographical reference

Guillaume Bourgeois, La véritable histoire de l’Orchestre rouge, Paris, Nouveau Monde, 2015, 300 p.

Full text

  • 1 Gilles Perrault, L’Orchestre rouge, Paris, Fayard, 1964.

1S’il y a un domaine de l’histoire qui éveille l’intérêt d’un large public, c’est bien celui de l’espionnage, essentiellement durant la période de la Seconde Guerre mondiale. Le manque de sources, dû à l’activité clandestine, laisse une place importante à l’imagination et à la construction de mythes sur lesquels il devient difficile de revenir. C’est le cas notamment de l’Orchestre rouge, réseau transnational, d’obédience communiste. Ce groupe de résistance à l’occupation nazie en France et en Belgique fait son entrée de manière fracassante dans l’histoire grâce au journaliste Gilles Perrault, qui enquête sur les réseaux d’espionnage en Europe durant la Seconde Guerre mondiale. Alors qu’il mène ses investigations pour un livre qu’il publie en 19641, il a alors l’occasion de rencontrer Léopold Trepper, qui dirigeait l’Orchestre rouge et qui, dans les entretiens, donne une image héroïque et totalement surestimée de son rôle et de l’importance de son réseau. En ce temps de guerre froide, le récit plaît et entre dans la culture populaire. Un film de Jacques Rouffio en 1989 parachèvera ce succès. C’est sur cette histoire que se propose de revenir Guillaume Bourgeois, maître de conférence à l’université de Poitiers, dans un ouvrage tiré de son habilitation à diriger les recherches. Par un travail de longue haleine dans les archives allemandes et soviétiques, il décortique les sources, plus nombreuses que ce que l’on peut penser de prime abord, principalement des protocoles d’interrogatoires, et défait cette véritable mystification née de l’imaginaire fertile d’un survivant et qui trouve, au temps de la guerre froide, des oreilles attentives.

2Dans le lacis des relations complexes qui se nouent entre les acteurs historiques et avec une description précise des actions de ces derniers, l’auteur suit pas à pas l’Orchestre rouge, de sa création à sa disparition. Dans une démarche qui remet au centre de l’attention les individus face à l’histoire et montrant ainsi la complexité et l’épaisseur des champs d’action, il inscrit son analyse à la croisée de plusieurs thèmes (p. 16) : géostratégique et militaire pour ce qui est du renseignement, politique en ce qui concerne l’engagement communiste, idéologique et culturel pour ce qui relève des représentations. Et à cela s’ajoute la dimension fondamentale de la judaïté. Si Guillaume Bourgeois propose de déconstruire la mystification autour de l’Orchestre rouge, il n’en offre pas moins une micro-histoire d’un petit groupe de résistance formé de simples militants communistes, souvent juifs, prenant à cœur leur mission. Né dans les années trente et dissous au moment de la victoire alliée, le réseau connaît des hauts – rattachement au GRU (service de renseignement de l’armée de l’URSS) et mise en place d’émetteurs qui permettent aux militants de se rendre utiles aux yeux du « grand frère soviétique » – et des bas – retournement par les forces de l’Abwehr, qui donneront son nom, Rote Kapelle, à ce groupe. L’auteur découpe alors la période en sept étapes, qui sont autant de parties qu’il serait fastidieux ici de parcourir précisément, mais dont on se contentera de sortir des points saillants.

  • 2 Sur la politique de renseignement de l’URSS, voir en particulier Robert W. Stephan, , Stalin’s Secr (...)

3Dans ce livre, on apprend comment, suivant sa politique internationale habituelle s’appuyant notamment sur les structures du Komintern2, l’Union soviétique étend son influence sur le mouvement communiste français, mais aussi met en place un système de récolte des informations dans les « pays ennemis ». Pour ce faire, elle mandate des officiers du GRU, chargés de constituer des réseaux à partir des connaissances de militants locaux expérimentés : réseaux d’hommes et de femmes, aidés dans leur mission par un système de communication sophistiqué, formés par des émetteurs (« les pianos »). C’est ainsi qu’interviennent les personnages centraux de cette histoire : Léopold Trepper, « grand chef » ; Henri Robinson, résident de la GRU en France, qui élargit le réseau à la Belgique et à la Suisse ; Anatoli Gourevitch, qui accomplit des missions risquées et tente de faire le lien avec le réseau berlinois, pour ne citer que les plus importants. L’auteur décortique les mécanismes de récolte d’informations et de financement. Par l’analyse de ce montage, l’importance de l’Orchestre rouge est déjà mise à mal : Trepper et ses camarades mettent en place un système de firmes, dont la Simex est la succursale française, pour tenter de recueillir des informations sur les infrastructures ennemies et récolter de l’argent. Alors que le public fait du groupe un lieu important de récolte de renseignements, Guillaume Bourgeois montre que la qualité de ces derniers laisse à désirer. À part la transmission de l’information sur le plan Barbarossa, qu’ils ne sont pas les seuls à transmettre à Staline, peu de renseignements stratégiques émanent des appareils de l’Orchestre depuis Bruxelles ou Paris.

4Dès 1941, l’Abwehr, service de renseignement du régime nazi, découvre les lieux d’émission des messages. Après une longue surveillance des personnes impliquées, de nombreuses personnes du réseau bruxellois sont arrêtées, en particulier Rita Bloch, une « pianiste », qui sous l’affolement avoue rapidement son implication et donne des informations essentielles sur le fonctionnement du GRU à Bruxelles. Ces arrestations ouvrent une période de quelques mois où les structures de l’Orchestre rouge sont mises à mal. Les nazis mettent alors la main sur nombre d’émetteurs et « retournent » certains membres : c’est le début d’un Funkspiel qui permet aux nazis d’envoyer des informations fallacieuses en Union soviétique. Ce sont des mois de double jeu et de trahisons au sein du réseau, y compris pour le « grand chef » Trepper, qui donne son réseau en novembre 1942. Jeu de dupes ? Trepper est persuadé, dans ses mémoires, d’avoir trompé l’ennemi. Mais dans les faits il fait tomber le réseau, en particulier Robinson, qu’il n’apprécie que peu. Et la liste est longue. L’année 1943 voit l’arrestation d’un nombre important de camarades. Nombreux sont ceux condamnés à mort et conduits à Berlin-Plötzensee pour être guillotinés. D’autres sont déportés en tant que juifs, et peu reviendront des camps. Si le réseau de l’Orchestre rouge est dans la ligne politique et idéologique du communisme, il ne représente pas officiellement le Parti communiste français. Cependant, par accointances, des liens de clandestinité se tissent. Des informations sont échangées. Quand Trepper est arrêté, son double jeu met en danger le réseau du PCF, qui avait encore des émetteurs non découverts pouvant transmettre des renseignements en Union soviétique. Mais ce ne sont pas seulement les émetteurs qui sont en danger : les responsables aussi, comme Fernand Pauriol, qui dirige le centre de communication et qui tombe alors dans les mains de la gestapo. Il mourra fusillé à Fresnes en 1944.

5Au moment de la défaite nazie en France, parmi les membres de l’Orchestre rouge encore en vie, certains – dont Léopold Trepper, qui s’était enfui en 1943 – parviennent dès janvier 1945 à rejoindre Moscou. S’ils pensaient être accueillis en héros, ils déchantent vite : à peine descendus de l’avion, ils sont interrogés par les forces du Smersh, littéralement « Mort aux espions ! », organe de répression contre les « traîtres » au sens large et dirigé par le terrible Viktor Abakoumov. Grâce à l’ouverture des archives soviétiques, les historiens ont accès désormais à ces sources. Elles nous montrent, grâce à Guillaume Bourgeois, le travail d’enquête du côté soviétique. Les acteurs de cette histoire cherchent à cacher certaines lâchetés, mais ils font face à des agents bien informés qui savent croiser les documents. Trepper, notamment, finit par être condamné à dix ans de camp. Le même sort est réservé à Gourevitch. Ainsi se clôt l’histoire de l’Orchestre rouge.

  • 3 Pour un autre exemple de ce type d’engagement, voir Annette Wieviorka, Maurice et Jeannette. Biogra (...)

6Cette enquête sans concession est un apport important à la révision d’un mythe qui, durant cinquante ans, a marqué l’histoire de l’espionnage durant la Seconde Guerre mondiale. S’appuyant sur un corpus de sources des plus fournis – et utilement discutées dans une section consacrée –, croisant les interrogatoires tant allemands, américains que soviétiques, l’auteur parvient à dénouer les nœuds d’une histoire complexe et parfois difficile à suivre. La chronologie en début de chaque partie, ainsi que les encarts biographiques, sont ainsi d’une aide des plus précieuses pour suivre le déroulement de l’intrigue. Dans cette enquête fouillée, l’auteur remet totalement en cause le récit post-guerre du « héros » de l’Orchestre rouge, Léopold Trepper, dans une posture parfois de dénonciation. Mais cette démarche permet principalement de mettre en lumière le rôle et le destin de personnages oubliés de cette histoire. En particulier, il est heureux de constater que les femmes sont remises sur le devant de la scène, elles qui sont présentes par leur rôle d’épouse, mais également comme militantes3. Le cas de Lucie Arrouaix et son mari Robert Giraud, ainsi que celui de Sara Goldberg, en sont des exemples. Cependant, on peut regretter l’absence d’une analyse plus approfondie du phénomène de mémoire, pourtant annoncée dans l’introduction. Dans quel contexte et comment une telle mystification a-t-elle été possible ? Quel rôle a joué ce récit dans les enjeux idéologiques liés à la guerre froide ? Comment se fait-il que ce récit ait perduré, alors que les archives allemandes sont ouvertes depuis longtemps ? Répondre à ces questions aurait permis de donner une dimension plus synthétique à la micro-histoire de ce réseau, par ailleurs captivante.

Top of page

Notes

1 Gilles Perrault, L’Orchestre rouge, Paris, Fayard, 1964.

2 Sur la politique de renseignement de l’URSS, voir en particulier Robert W. Stephan, , Stalin’s Secret War : Soviet Counterintelligence Against the Nazis, 1941-1945, Lawrence, University Press of Kansas, 2003.

3 Pour un autre exemple de ce type d’engagement, voir Annette Wieviorka, Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Paris, Fayard, 2010.

Top of page

References

Electronic reference

Magali Delaloye, « Guillaume Bourgeois, La véritable histoire de l’Orchestre rouge », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 23 August 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5992

Top of page

About the author

Magali Delaloye

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page