Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Alain Gras, Oil. Petite anthropologie de l’or noir

Paris, Éditions B2, 2015, 164 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Alain Gras, Oil. Petite anthropologie de l’or noir, Paris, Éditions B2, 2015, 164 p.

Texte intégral

1Le pétrole est une ressource naturelle totalement intégrée dans ce qu’Alain Gras appelle une « civilisation thermo-industrielle » (p. 33). Le livre qu’il consacre à son histoire (malgré des lourdeurs de style parfois rebutantes) offre une vue ample sur ce que la société capitaliste a essentialisé, à savoir une infrastructure complexe pour acheminer cette matière première ainsi qu’une géopolitique configurée pour le bénéfice de quelques grandes sociétés.

2L’ouvrage s’ouvre sur une préface d’Hugo Micheron consacrée à la situation actuelle des prix bas du pétrole. Le pari fait par l’Arabie Saoudite de contrer l’émergence des huiles de schiste américaines par une baisse des tarifs des fluides fossiles s’est révélé catastrophique pour la monarchie wahhabite. Comme une sorte de synthèse de l’histoire longue des relations commerciales ayant donné naissance à l’industrie pétrolière, les stratégies capitalistes contribuent à une redéfinition du « paysage énergétique » (p. 28).

3Alain Gras ouvre son analyse par un rappel historique essentiel : les Indiens d’Amérique du Nord se servaient du pétrole (notamment pour « leurs peintures rituelles » [p. 40]) et surtout le bitume était parfaitement connu des peuples de Mésopotamie et de Méditerranée. Le graissage des bateaux et le feu grégeois ont constitué les premiers usages des fluides fossiles.

4En construisant sa réflexion historique autour des systèmes techniques permettant l’extraction et la circulation des huiles de pétrole, Alain Gras démontre parfaitement la solidité de la thèse de l’historien américain Thomas P. Hughes qui soutient que « le système est premier » (p. 36). C’est bien par l’histoire des infrastructures que l’on peut comprendre pourquoi un fluide connu depuis très longtemps s’est trouvé pris dans un dispositif de captation capitaliste. En fait, la première demande – qui a suscité les forages des réserves repérées – ne se rapporte pas au moteur à explosion mais aux besoins d’éclairage par les lampes à pétrole au XIXe siècle. La fourniture en huile de roche devient alors un marché bientôt monopolisé par la Standard Oil, compagnie dirigée par Rockefeller. Ce dernier, note Alain Gras, s’est concentré non pas sur la production mais sur le système de distribution qui, du derrick à la lampe, construisait un circuit fluide et robuste pour les usagers. Il résulte de cette stratégie une très forte « intégration sociale, économique et technologique régulant les flux de pétrole à longue distance au sein d’un seul et grand système » (p. 67). Toutefois, l’invention des oléoducs échappe à Rockefeller et c’est une autre configuration systémique qui se met alors en place. L’électricité aurait pu constituer – dans le régime capitaliste de la concurrence technologique – un obstacle à la mondialisation des huiles de roche. Mais l’invention du moteur à explosion a fourni le point d’appui pour l’économie du pétrole.

5Alternant les analyses centrées sur les systèmes techniques et celles se fixant sur les reconfigurations géopolitiques, Alain Gras revient sur les partages successifs de la zone caucasienne et mésopotamienne en lien avec les gisements pétrolifères. Autour de Bakou, les ressources en huile de roche sont connues depuis longtemps et leur exploitation commence dès les années 1880 (notamment grâce à l’aide du frère d’Alfred Nobel, Robert Nobel). La zone qui s’étend du Caucase à la Mésopotamie forme un « couloir du pétrole » qui ne va jamais cesser de connaître des mouvements politiques profonds et violents, en lien précisément avec la forte concentration de gisements qui s’y trouvent. Avant la Première Guerre mondiale, les acteurs capitalistes occidentaux (comme Rockefeller) sont présents dans la région. Les compagnies françaises, anglaises et hollandaises sont également impliquées.

6Alain Gras fait coïncider la « mise en place de la civilisation du pétrole » (p. 87) avec le premier conflit mondial. Le « moteur thermique de la guerre » (p. 88) a radicalement changé la façon d’envisager les déplacements et donc d’organiser le monde social. La guerre a constitué un point d’inflexion dans l’intégration, toujours plus profonde et complète, du système d’exploitation et de distribution des fluides fossiles. La recherche de la vitesse, la montée en puissance des machines et la « concentration de la puissance » (p. 91) ont été des conditions favorables à la domination des fluides fossiles. Pour les chars (qui commencent à émerger), les navires et plus globalement les « machines à feu » (p. 92), le pétrole est l’énergie qui convient. Un triangle de relations se met alors en place entre l’extraction, le stock et le transfert. Le conflit met au jour les conditions infrastructurelles qui permettent l’exploitation (lato sensu) des huiles fossiles.

7La structuration capitaliste du secteur pétrolier s’opère à travers un oligopole qui profite de toutes les occasions géopolitiques dans le « couloir du pétrole » pour asseoir sa puissance. Les sept principales compagnies (les « sept sœurs » [p. 96]) se partagent littéralement l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale. Le second conflit planétaire confirme et renforce le système techno-capitaliste autour du pétrole. La consommation du carburant fossile (par les chars, l’aviation, les navires) devient un enjeu à l’intérieur même de la guerre (et Alain Gras de saisir de façon très convaincante les combats au Moyen-Orient sous cet angle). Si la plupart des usages possibles du pétrole pour la vie quotidienne (textiles, matériaux plastiques…) sont déjà envisagés avant la Seconde Guerre mondiale, c’est après 1945 que leur généralisation mobilise davantage encore l’industrie du pétrole.

8Alain Gras termine sa démonstration sur l’implication géopolitique constante des Occidentaux dans le « couloir du pétrole » et les conséquences de cette présence dans les chocs pétroliers des années 1970. Il souligne, pour la période la plus récente, que « le pétrole de schiste constitue (…) une grande inconnue socio-économique » (p 156). En conclusion, il s’interroge sur le devenir anthropologique d’une civilisation « thermo-industrielle » (p. 159) dont la survie écologique est désormais engagée, notamment en raison de la surabondance de rejets carbonés.

9Ce petit livre d’anthropologie historique des techniques et des énergies constitue, malgré quelques passages amphigouriques, une analyse très pertinente des enjeux politiques d’un dépassement du modèle capitaliste industriel actuel. Il permet de replacer la question des infrastructures et des systèmes technologiques au centre des problématiques de dépassement des apories marchandes contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Alain Gras, Oil. Petite anthropologie de l’or noir », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 135 | 2017, mis en ligne le 23 août 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5984

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page