Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Judy L. Klein, Rebecca Lemov, Michael D. Gordin, Lorraine Daston, Paul Erickson, Thomas Sturm, Quand la raison faillit perdre l’esprit. La rationalité mise à l’épreuve de la guerre froide

Bruxelles, Zones sensibles, 2015, 313 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Judy L. Klein, Rebecca Lemov, Michael D. Gordin, Lorraine Daston, Paul Erickson, Thomas Sturm, Quand la raison faillit perdre l’esprit. La rationalité mise à l’épreuve de la guerre froide, Bruxelles, Zones sensibles, 2015, 313 p.

Texte intégral

1À bien des égards, la guerre froide a constitué une période hors normes. L’affrontement à vide de deux puissances hégémoniques sur le globe terrestre a fourni la matrice d’une série de situations géopolitiques totalement inédites. Les auteurs de l’ouvrage (historiens des sciences, économiste et philosophe) proposent d’étudier les débats suscités par la question de la rationalité pendant cette époque cruciale. Les risques d’escalade, doublés d’une menace nucléaire permanente, ont reconfiguré la question des comportements humains, de leur prévisibilité et de leur sens du raisonnable. L’ouvrage entreprend une archéologie de la raison sous tension, celle-là même que les événements politiques et stratégiques entre l’URSS et les États-Unis ne vont jamais cesser de façonner comme objet de recherche. Car c’est bien de sciences (au pluriel) qu’il est question : mathématiciens, psychologues, économistes, sociologues, politistes s’emparent de la question, débattent, échangent, s’opposent sur les campus des universités américaines principalement et dans les organismes de réflexion (comme la Research And Development [RAND]) où l’argent de l’armée afflue sans discontinuer. Leurs trajectoires ont en commun une circulation fluide entre le monde de l’université et les cercles politiques. Par exemple, Thomas Schelling, qui obtient un doctorat d’économie à Harvard, travaille un temps « au bureau du plan Marshall » (p. 23) avant de conseiller l’administration du président Truman, puis d’intégrer l’université de Yale en 1953. Là, il travaille sur les problèmes de décision. Schelling passe ensuite par la RAND avant de terminer sa carrière à Harvard. Entre la côte Est et la côte Ouest, sur les campus ou dans les salles de séminaire des think tanks, ces experts ont constitué, pendant une trentaine d’années, la trame d’une nouvelle façon d’envisager les comportements humains et de jauger de leur rationalité. Tous étaient persuadés de l’imminence potentielle d’une guerre nucléaire, qu’ils voulaient repousser en examinant avec soin les possibilités d’éviter des conduites dangereuses.

2Les auteurs justifient la fixation de leurs propos sur les États-Unis en signalant « la moindre importance des notions de rationalité dans les sciences humaines qui émergeaient en Union soviétique » (p. 33). La théorie des jeux n’y connut pas le même succès qu’en Amérique.

3Le premier chapitre de l’ouvrage fait défiler une longue chronologie, qui relie la raison des Lumières à la rationalité de la guerre froide. La place des mathématiques a largement évolué : Condorcet, par exemple, admettait que la « mathématique des jeux » puisse servir à des calculs raisonnables, mais il n’était pas question qu’elle soit suivie aveuglément (p. 50). La mécanisation des calculs (par la machine de Babbage notamment) n’impliquait pas un idéal élevé de rationalité, mais bien plutôt la possibilité d’exploiter des travailleurs non qualifiés. Il s’agit d’une « dévalorisation du calcul » (p. 57), qui n’était pas générale, loin s’en faut. C’est par la voie des « fondations logiques » des mathématiques (celles de Frege, Hilbert, Russell, Gödel) et par celle de la « validation des théorèmes du minimax » (empruntée par Borel et Von Neumann) (p. 59) que la question de la rationalité se retrouve au centre d’intérêts divers. La rationalité par le calcul gagne les sciences sociales à partir du moment où le New Deal multiplie les réglementations gouvernementales.

4Dans un deuxième chapitre éclairant, Klein, Lemov, Gordin, Daston, Erickson et Sturm fournissent un premier exemple de l’émergence pratique d’une rationalité par le calcul pendant la guerre froide. La gestion du blocus de Berlin, notamment l’organisation des vols réguliers de ravitaillement, reposait sur une standardisation des procès (p. 71). Pour assurer ce pont aérien, l’armée américaine mobilise un groupe de mathématiciens autour du « Project for the Scientific Computation of Optimum Program » (SCOOP). La planification des tâches passe par la construction d’algorithmes « capables de déterminer le meilleur déploiement du personnel et des ressources (…) » (p. 71). L’opération Vittles fut organisée par William H. Turner à partir de 1948. Des protocoles mathématiques ont été mis au point pour optimiser le rythme des décollages et des atterrissages des avions. L’algorithme du simplex, élaboré au Pentagone par le National Applied Mathematics Laboratory, mais dont l’initiative revenait à George Dantzig, était fondé sur un modèle de « programmation linéaire » (p. 82) intégrant la plus grande quantité possible d’outputs dans un temps limité. La difficulté dans l’usage de l’algorithme du simplex résidait dans « la capacité de calcul limitée du projet SCOOP » (p. 85). Il fallait absolument diminuer le nombre de multiplications à faire faire aux machines pour obtenir des résultats satisfaisants. Finalement, c’est moins la maximisation du processus qui peut être recherchée que son optimisation. Dantzig tira de cette expérience des leçons sur la « rationalité procédurale », c’est-à-dire une rationalité qui intègre la limitation des calculs possibles (p. 103).

5Dans le troisième chapitre de l’ouvrage, c’est un autre épisode de la guerre froide qui sert de toile de fond à des transformations profondes des manières de considérer la rationalité. La crise des missiles à Cuba en 1962 a constitué l’archétype d’un moment de tension et d’escalade dont les conséquences (nucléaires) pouvaient être désastreuses. Les spécialistes du comportement se demandaient « pourquoi la théorie orthodoxe de la dissuasion avait-elle échoué à empêcher les Soviétiques d’installer ces missiles, tandis qu’une mesure de quarantaine modérée avait permis de sortir de l’impasse sans provoquer d’escalade de la tension ? » (p. 108).

6Deux études servent de point d’entrée pour comprendre la réévaluation de ce type de rationalité pratique. D’une part, la « stratégie de désarmement unilatérale mise au point par le psychologue de l’université de l’Illinois Charles Osgood (…) » et la « notion de “pensée de groupe” » développée par le psychologue Irving Janis (p. 109). Osgood part du principe que la rationalité est limitée. Janis voyait, quant à lui, le groupe comme un élément pouvant réduire la capacité rationnelle des individus. Osgood pensait que dès que les armes nucléaires étaient en jeu, la rationalité des individus était affectée. Il préconisait donc une réduction des tensions par un comportement d’apaisement. Plusieurs exemples historiques (notamment l’arrêt américain unilatéral des essais nucléaires dans l’atmosphère, qui a entraîné l’arrêt de la fabrication des bombardiers soviétiques) venaient appuyer sa démonstration. Janis, quant à lui, tenta d’appliquer son modèle de « pensée de groupe » à des cas concrets de géopolitique. Sa conclusion était sans appel : « les groupes trahissaient une nette tendance à produire des décisions biaisées, du fait même de la structure du groupe » (p. 131).

7Le quatrième chapitre aborde la question des sciences du comportement et s’intéresse à la notion de « situation ». Les îles de Micronésie jouent, dans cette perspective, un rôle tout à fait particulier. Elles ont été le centre « d’essais nucléaires intensifs pour les sciences physiques » et le point d’application possible pour des « tests psychosociaux » menés par des spécialistes des « sciences comportementales » (p. 140). Les résultats ethnographiques recueillis ne visaient pas une compréhension profonde des populations locales. Les anthropologues Thomas Gladwin, Alice Joseph, Melford Spiro cherchaient des résultats rapides en multipliant les batteries de tests pour saisir les « formes » et les « fonctions potentielles des relations humaines » (p.143). Le concept de « situation » naît de cette expérimentation micronésienne pour désigner « un mécanisme voué à apporter une cohérence aux phénomènes étudiés » (p. 146). Intégrée aux méthodes des sciences comportementales, la situation devient le point nodal des expériences sur les pratiques rationnelles. Par exemple, Robert Bales, à Harvard, conçut une « salle spéciale » dans laquelle toutes les conditions d’expérimentation étaient maîtrisées. Les interactions qui s’y déroulaient étaient notées en temps réel par des observateurs. Il s’agissait moins de déterminer une rationalité optimale que de conceptualiser les éléments comportementaux participant d’une attitude rationnelle. Au sein de la RAND, Bales tenta d’affiner plus encore son modèle, pour déterminer des niveaux quasi-anthropologiques de communication.

8Le cinquième chapitre de l’ouvrage s’intéresse à la théorie des jeux et tout particulièrement au dilemme du prisonnier, censé évaluer la capacité des individus à faire des choix rationnels sous contrainte. Les matrices tirées du dilemme du prisonnier ont été employées dans de nombreuses disciplines et ont constitué le point de rencontre de spécialistes des sciences humaines et sociales pendant la guerre froide. Toutefois, les exigences expérimentales des psychologues étaient telles qu’elles épuraient totalement les situations observées, ne laissant que peu de place à des comportements « réels ». Anatol Rapaport et Morton Deutsch tendaient à tirer des leçons générales de politique internationale à partir de leurs expériences de laboratoire. Le dilemme du prisonnier, quant à lui, pénétrait jusqu’au domaine de la biologie, témoignant ainsi de la popularité d’un schème mathématisable proposant une réconciliation (superficielle) des comportements égoïstes et altruistes.

9L’ultime chapitre du livre s’efforce de discerner les points de faiblesse qui affectent, à partir des années 1970, le grand domaine scientifique constitué autour de la rationalité. Daniel Kahneman et Amos Tversky ont introduit l’idée d’une série d’heuristiques qui conditionnaient les réponses des individus (notamment la représentativité, l’ancrage et l’ajustement). Peu à peu l’idée même d’une rationalité inhérente aux comportements humains cessa de faire l’unanimité. Même si les critiques furent nombreuses pour contrer l’idée d’une irrationalité irréductible, la fracture du consensus signalait, en même temps que la fin de la guerre froide, l’épuisement d’une problématique.

10Et c’est d’ailleurs précisément cette capacité à saisir la façon dont une époque traversée de questionnements divers est restée centrée sur des enjeux assez généraux, que l’ouvrage met en exergue. Les auteurs ont moins tenté de faire une histoire de la guerre froide par les sciences qui ont bénéficié de ses nombreux et capiteux financements que de reconstituer les points de passage entre des attentes politiques variées (de la désescalade à la compréhension des comportements économiques) et des problématiques scientifiques débordant de cadres disciplinaires stricts. C’est dans cet alignement de l’agir et du connaître qu’apparaissent les formes contemporaines d’une rationalité auscultée et disséquée pour éviter la maximisation des tensions nucléaires. Cette association a laissé une empreinte déterminante dans le champ économique, au point que le néolibéralisme des années Reagan et Thatcher a largement puisé dans les froides combinaisons matricielles des comportements pseudo-rationalisés pour constituer sa grammaire simpliste et destructrice des rapports sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Judy L. Klein, Rebecca Lemov, Michael D. Gordin, Lorraine Daston, Paul Erickson, Thomas Sturm, Quand la raison faillit perdre l’esprit. La rationalité mise à l’épreuve de la guerre froide », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 135 | 2017, mis en ligne le 23 août 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5978

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page