Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Les arpenteurs romains. T. III : Commentaire anonyme sur Frontin

Paris, Les Belles Lettres, 2014, 154 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Les arpenteurs romains. T. III : Commentaire anonyme sur Frontin, Paris, Les Belles Lettres, 2014, 154 p.

Texte intégral

1Ce troisième volume des Arpenteurs romains constitue une pièce importante dans l’histoire de la mesure territoriale. Au carrefour du droit, de la géométrie et de la géographie, la pratique de l’arpentage offre une coupe quasi stratigraphique sur l’Antiquité tardive et/ou le haut Moyen Âge. Traduit et très précisément présenté par Jean-Yves Guillaumin, le Commentaire anonyme sur Frontin est un texte difficile d’approche. D’abord, l’auteur est inconnu, même si son appartenance à la sphère chrétienne paraît acquise. Ensuite, la datation est complexe : le VIe siècle ap. J.-C. semble le plus probable, même si le « chaos de l’Italie » (p. XI) pendant cette période paraît peu compatible avec le travail impressionnant de formalisme cadastral. Jean-Yves Guillaumin note la très grande érudition de l’auteur anonyme : il connaît les textes gromatiques et assume pratiquer une discipline (au sens d’un savoir de spécialistes parfaitement codifié). L’auteur a fait un « montage ou un collage de la littérature gromatique » (p. xviii) dans lequel on retrouve des éléments de Frontin, d’Hygin le Gromatique, d’Agennius Urbicus, de Balbus, de M. Junius Nypsius.

2Le texte lui-même se divise en plusieurs parties. Il y a d’abord le commentaire lui-même, dans lequel l’auteur revient sur les « catégories de terre » (p. 1) : celles qui sont divisées et assignées, les terres aux extrémités et les terres arcifinales, qui renvoient aux terres occupées sur les prises ennemies. Les terres divisées et assignées sont soumises à un strict quadrillage. Decimani et cardines fournissent un ensemble de repères. Les terres « limites » sont marquées par toute une série de signes paysagers : « bornes », « pierres à cartouche », « cours d’eau »… (p. 4). Il en va de même pour les terres arcifinales dont les limites composent avec la topographie naturelle.

3La deuxième partie du texte se centre sur les controverses. Elle donne à voir comment la pratique de l’arpentage suit des modalités concrètes qui sont finement décomposées selon les cas. Les frottements avec le droit sont nombreux, mais l’auteur tient systématiquement à préciser les limites de son art et à se distinguer des juristes. Les controverses peuvent naître à propos de « la position des bornes entre deux ou plusieurs voisins » (p. 9). La question de la limite des terres oblige à préciser la matérialité des frontières saisies par l’arpenteur : bornes, arbres marqués, fossés, ruisseaux, voies, buissons… « Tous ces genres de limitations, on doit penser qu’il est possible, sans aucun doute, de les trouver dans une seule terre » (p. 11). La science de l’arpenteur suppose également de devoir trancher en cas de désaccord, même s’il n’y a aucun document pour fonder une expertise. La lecture du paysage (arbres, vignes) se conjugue ici à la connaissance des coutumes. La question des pâturages communs est difficile à cerner : des terres ainsi réservées à cet usage se trouvent cultivées par un détournement de la loi. L’« alluvionnement » (p. 15) constitue un cas sur lequel le commentaire de Frontin s’explique longuement. Il s’agit des terres parfois submergées et emportées par les eaux. La règle qui s’applique est simple dans son principe : quel que soit l’état du terrain, chacun doit retrouver une portion équivalente à celle qu’il possédait avant les incidents. La propriété incertaine de quelques terres particulières (les « lieux laissés » ou les « lieux exclus » [p. 18]) relève également de la compétence de l’arpenteur, même si elles n’ont pas été arpentées. Le paragraphe final de cette partie consacrée aux controverses constitue une sorte de guide de bonne conduite des arpenteurs : on y dénonce les incompétents et les ignorants, on y loue la justesse et la sobriété.

4La dernière partie du Commentaire, le diazographus, rassemble les représentations graphiques associées au texte. La somme des détails représentés et la précision des figures donnent à voir une science de la mesure en pleine constitution dans cette période de l’Antiquité tardive.

5Ouvrage précieux par le volume des informations techniques qu’il apporte sur une véritable discipline, le Commentaire anonyme sur Frontin renseigne sur un savoir pratique articulé tout à la fois à la connaissance des lieux, à la lecture fine des coutumes locales et à la rigueur du droit. Les notes comme la présentation de l’œuvre éclairent admirablement le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Les arpenteurs romains. T. III : Commentaire anonyme sur Frontin », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 135 | 2017, mis en ligne le 23 août 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5969

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page