Navigation – Plan du site
DÉBATS

Trous de mémoire, silences, relectures apologétiques et histoire de colonisation : du bon usage du terme « négationnisme »

En mémoire d’Yves Benot
Sébastien Jahan
p. 121-129

Résumé

Prolongeant le débat organisé par les Cahiers sur les relectures de l’histoire coloniale, cet article questionne la pertinence du terme « négationnisme » appliqué à l’entreprise de réhabilitation du passé impérial de la France. L’existence de points communs entre le projet des négateurs des génocides du XXe siècle et celui des apologistes de la présence française outre-mer n’autorise pas pour autant la banalisation d’un vocable que le contexte actuel de « judiciarisation » de l’histoire rend d’autant plus périlleuse.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. Un Eichmann de papier et autres essais sur le ré (...)
  • 2  François Bédarida, Comment est-il possible que le « révisionnisme » existe ?, Presses de la Comédi (...)
  • 3  Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, Paris, Seuil, collection « Points Histoire », 1990 (1ère éd. 1 (...)
  • 4Le Grand Robert de la langue française, 2e édition, 2001
  • 5 P. Vidal-Naquet, Les assassins…, op. cit., p. 32-41.

1Les mots ont leur histoire. Celle du vocable « négationnisme » surgit avec la lutte contre ces « assassins de la mémoire », dont l’entreprise, dirigée contre une communauté, ciblée sur « les mille fibres encore douloureuses qui la relient à son propre passé »1, s’est, comme on sait, affublée du qualificatif respectable de « révisionniste ». Ce faisant, ces affabulateurs jetaient l’infamie sur un mot et une démarche que tout historien pourrait légitimement reprendre à son compte, tant il est vrai que revenir sur le passé, le déroulement des faits, leur interprétation, fait partie de sa mission naturelle dès lors que de nouvelles sources ou de nouveaux paradigmes y invitent 2. Pour éviter de qualifier cette secte d’un terme choisi par elle-même et de donner ainsi à son discours falsificateur le crédit d’une thèse parmi d’autres, Henry Rousso créait en 1987 le mot de « négationnisme »3.Apparaissait mieux, de la sorte, la véritable polarité d’un projet qui, sous couvert d’affirmer ce droit de l’historien à revisiter le passé, niait la réalité des événements et avec elle l’histoire, tant dans ses fondements déontologiques (la recherche de la vérité) que scientifiques (sa capacité à établir des faits). Depuis, les dictionnaires ont validé le néologisme dans une acception précise : le négationnisme est pour le Petit Robert une « position idéologique qui consiste à nier l’existence des chambres à gaz utilisées par les nazis dans les camps d’extermination »4. Cette définition reste cependant insatisfaisante, dans la mesure où elle suggère que le négationnisme s’en prend plus aux moyens utilisés pour exterminer qu’à la réalité même de l’extermination. Or comme Pierre Vidal-Naquet l’a montré, la contestation de la réalité des chambres à gaz est avant tout une façon de dire que le judéocide n’a jamais eu lieu et que la solution finale se limita à l’expulsion des Juifs vers l’Europe de l’Est 5. Et c’est bien en ce sens aujourd’hui que le mot négationnisme est entendu.

  • 6  Vladimir Jankélévitch, « L’imprescriptibilité », Revue administrative, n° 103, janvier-février 196 (...)
  • 7  Lire notamment l’entretien que cet historien a accordé au journal Le Monde le 16 novembre 1993. Be (...)
  • 8  En Belgique, le secrétaire d’État socialiste Émir Kir est ainsi accusé d’avoir signé en 2003 une p (...)

2Dès lors, toute extraction du terme de ce contexte peut poser problème. Car le mot négationnisme est, on le voit, en partie tributaire de la mémoire de la Shoah, perçue comme événement unique et sacralisé. Si l’on considère, comme Vladimir Jankélévitch l’écrivait en 1965, que « rien n’est la même chose qu’Auschwitz »6, en nier la réalité devient du coup une sorte d’absolu du mensonge. Pourtant, la singularité du négationnisme est aujourd’hui aussi malmenée que celle du génocide. Le terme négationnisme s’étend de plus en plus à tout refus d’admettre la réalité de faits criminels massifs et avérés, particulièrement lorsqu’il s’agit des autres cas de génocide reconnus par le droit international. L’exemple le plus parlant est sans nul doute celui du génocide arménien. Devant la multiplication des preuves rassemblées par les chercheurs, on n’hésite plus de nos jours à taxer de négationnistes ceux qui persistent à nier l’intention criminelle du régime ottoman de l’époque, des autorités d’Ankara à quelques rares historiens (comme l’orientaliste anglo-américain Bernard Lewis 7), en passant par certaines personnalités belges ou néerlandaises issues de l’immigration turque 8. Ceux-là s’appuient sur un argumentaire construit par les responsables politiques et militaires d’alors qui souhaitaient dissimuler les preuves du génocide en même temps qu’ils le commettaient.

  • 9  Le génocide rwandais a été reconnu par l’ONU dès le rapport de la Commission des Droits de l’Homme (...)
  • 10  Jean-Claude Gayssot, « Ne pas se tromper de combat », L’Humanité, 17-18 décembre 2005.

3Face à l’obstination dans la mauvaise foi des négationnistes, le chercheur doit s’épuiser en démonstrations stériles, le plus souvent sans effets sur un interlocuteur qui ne joue jamais le jeu de la controverse mais préfère tenter de renverser l’accusation en endossant les habits de la victime de la falsification ou de l’idéologie. Fallait-il pour autant faire du négationnisme un délit passible de peines d’emprisonnement ? La loi sanctionnant le négationnisme du génocide arménien, votée par le Parlement français le 12 octobre 2006, a ainsi alarmé ceux qui redoutent la judiciarisation de la controverse historique et l’inévitable surenchère : pourquoi ne pas imaginer des lois similaires réprimant la négation des autres génocides reconnus par le droit international (Rwanda, Srebrenica 9), voire de tous les crimes contre l’humanité (dont l’esclavage, selon les termes de la loi Taubira) ? C’est du coup l’article 9 de la loi Gayssot, première de ces législations dites « mémorielles », qui pour avoir ouvert une brèche se retrouverait en ligne de mire. Contestée par certains historiens, défendue par d’autres, elle s’inscrit cependant dans un objectif précis : celui de « condamner les propos, les écrits et les actes racistes, antisémites et xénophobes ». A la tribune de l’Assemblée nationale, le 2 mai 1990, son concepteur, le communiste Jean-Claude Gayssot, se défendait face aux attaques de la droite et de l’extrême droite d’avoir voulu instaurer une « conception officielle de l’Histoire » (une accusation qui chez certains n’est pas exempte de sous-entendus visant à faire passer Gayssot pour un nostalgique des pratiques staliniennes) : « Il s’agit, sur un point précis, de ne pas remettre en cause l’existence de faits, de faits absolument horribles, pour servir de justification soi-disant scientifique à l’antisémitisme militant. Aller jusqu’à nier l’existence de ces camps d’extermination nazis où des millions de juifs ont été sauvagement assassinés, considérer ce fait comme un détail n’entre pas dans le champ de la controverse normale et nécessaire en matière historique. C’est donner à comprendre, par une négation de l’Histoire, que ces faits qui ont une origine antisémite évidente ne sont pas de l’ordre du condamnable, de l’horrible, et que, tout compte fait, l’antisémitisme dans ses réalités actuelles est de l’ordre du banal, du détail, de l’acceptable. » 10

  • 11  Rony Brauman, Alain Finkielkraut, La Discorde. Israël-Palestine, les Juifs, la France. Conversatio (...)
  • 12  Ibidem, p. 256.

4Si, dans un dialogue récent avec Rony Braumann, le philosophe Alain Finkielkraut prend la défense de la loi Gayssot, c’est à mon sens pour de mauvaises raisons 11 : « le réarrangement de la texture factuelle de la réalité » n’incombe pas comme il le prétend à la loi mais bien à l’histoire. C’est d’ailleurs ce que lui fait remarquer Rony Braumann. Mais ce dernier n’est pas mieux inspiré lorsqu’il laisse entendre que punir la négation de la Shoah serait du même ordre que d’embastiller celui qui assure que « Jules César n’a pas existé » 12. Car, qu’on le veuille ou non, il ne s’agit pas ici tant de garantir la liberté d’exprimer n’importe quel point de vue anodin ou fantaisiste que de protéger les membres d’une communauté et la société tout entière d’une façon, déguisée sous les apparences de la science, de réhabiliter le nazisme tout en proclamant sa haine du juif. Le négationnisme n’est pas une opinion, mais bien une insulte à caractère antisémite et, à ce titre, constitue évidemment un délit.

  • 13 « Noi storici contro la legge che punisce chi nega la Shoah », L’Unità, 23 janvier 2007.
  • 14 Le MRAX est le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Il a été créé en Belg (...)
  • 15  Enzo Traverso, Le passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique, La Fabrique éditions, Paris (...)
  • 16  Alain Finkielkraut, conscient du risque de persécution de la recherche par le désir de reconnaissa (...)
  • 17  Il Corriera della sera, 26 janvier 2007

5Ce débat a récemment ressurgi en Italie à la faveur d’un projet de loi visant à pénaliser le négationnisme. Des historiens transalpins (parmi lesquels les fondateurs de la microstoria Carlo Ginzburg et Giovanni Levi) se sont alors émus et ont rédigé un texte qui a fait reculer le gouvernement. Parmi les arguments apportés, l’un retient particulièrement notre attention : une telle loi pourrait, selon eux, « accentuer l’idée, très discutée y compris parmi les historiens, de l’unicité de la Shoah, non pas tant comme événement singulier que comme événement incommensurable, incomparable à nul autre événement historique, la situant de ce fait au-delà de l’histoire et au sommet d’une classification présumée des maux absolus du monde contemporain » 13. Or dès lors que cette unicité-là se retrouve contestée, on voit, a contrario, se profiler un autre danger : celui de la compétition et de la surenchère mémorielles. Pourquoi seul le judéocide mériterait-il une telle faveur ? C’est au nom d’un tel souci d’équité qu’un mouvement comme le MRAX a, en Belgique, demandé à ce que la loi réprimant la négation de la Shoah s’étende à celle du génocide arménien et du génocide rwandais… 14 Soit l’on sanctionne le seul négationnisme antisémite et l’on accentue le sentiment d’une « mémoire de la Shoah comme religion civile » 15, soit l’on s’en prend à tous les négationnismes à tonalité raciste, et l’on devra composer alors avec le risque de l’inflation des revendications victimaires, de la dislocation d’une mémoire nationale et partagée en mémoires singulières et concurrentes, de la soumission du débat historique à la menace de la loi et des décisions d’un tribunal 16. En Italie, face à la fronde des historiens, le gouvernement Prodi a fini par renoncer à introduire dans le code pénal le délit de négationnisme de la Shoah : le texte adopté en conseil des ministres se contente de prévoir des peines de prison pour « quiconque diffuserait de quelque manière des idées fondées sur la supériorité ou la haine raciales ou ethniques, ou encore inciterait à commettre ou commettrait des actes de discrimination » 17.

6Dans ce contexte, est-il bien pertinent d’appliquer ce mot à la version de l’histoire que proposent les nostalgiques de la colonisation ? Les polémiques récentes autour de la loi du 23 février 2005, les stèles érigées en hommage aux anciens de l’OAS ou le discours convenu des chantres de l’anti-repentance laissent penser que la tentation est grande, pour une certaine France, d’imposer une image d’épinal de cette période de notre histoire, pour des raisons souvent variées qui vont de l’esprit de revanche au patriotisme fanatique, en passant par la défense d’une idéologie interventionniste à façade humanitaire mais bel et bien d’inspiration néo-coloniale. De là à parler de « négationnisme », il n’y a qu’un pas, que beaucoup de militants ont franchi, scandalisés par l’outrance de cette offensive de réhabilitation du colonialisme, à un moment où l’on commençait plutôt à voir se lever les tabous entourant les massacres et cruautés commis tout spécialement en Algérie (les tueries de 1945 en Constantinois ou la pratique de la torture par l’armée française durant la guerre d’indépendance). Dans l’éditorial de Libération du 30 novembre 2005, Gérard Dupuy affirmait, par exemple, que la réécriture de l’histoire de la colonisation à partir « des quelques stéthoscopes » qui « ont effectivement atterri dans les douars » relevait du « négationnisme franchouillard, du faurissonnisme à la portée des électeurs de l’UMP comme du FN ».

  • 18  Elle avait réuni, le 29 mars 2005, dans les locaux d’Espaces Marx, boulevard Blanqui à Paris, Fran (...)
  • 19  Cet intérêt pour la conquête de l’Ouest inspira fortement la politique du Lebensraum : pour la pro (...)
  • 20  Enzo Traverso, La violence nazie. Une généalogie européenne, La Fabrique éditions, Paris, 2002, p. (...)
  • 21  Domenico Losurdo, Le révisionnisme en histoire. Problèmes et mythes, Paris, Albin Michel, 2006, pp (...)

7Le travail des historiens ne saurait cependant se réduire à ce genre de coups de crocs médiatiques, fussent-ils donnés sous l’effet d’une émotion ou d’une exaspération légitimes. Nous avions, dans le contexte de ces débats de l’année 2005, organisé une journée d’études pour essayer de définir ces formes nouvelles d’instrumentalisation du passé impérial de la France, d’en identifier les sources et d’en comprendre les motifs 18. Le terme de « négationnisme », mis en discussion pour qualifier cette vague philocoloniale, ne suscita pas vraiment d’opposition. Probablement parce que ces réhabilitateurs et nostalgiques de la mission civilisatrice se recrutent dans les mêmes milieux que les négateurs antisémites, dont ils partagent les idées racistes et le goût pour la manipulation des faits. Il reste que nombre d’historiens répugneront à parler de « négationnisme colonial ». Par crainte d’abord d’une assimilation du colonialisme au nazisme, qui reviendrait à relativiser l’horreur des crimes de l’Allemagne hitlérienne en les amalgamant à d’autres, commis dans d’autres circonstances, en vertu de desseins et avec des méthodes qui ne sont pas comparables. Il est pourtant bien tentant de jeter quelques passerelles. Pourquoi s’interdire, par exemple, de remarquer, comme le fait le biographe d’Hitler, John Toland, que le Führer se plaisait en privé à faire « l’éloge de l’efficacité de l’extermination américaine – par la famine et le combat inégal – des Peaux Rouges primitifs qui n’avaient pas pu être domptés par la captivité » ? 19 La généalogie de la violence du IIIe Reich trouve ainsi sans nul doute, comme le souligne Enzo Traverso, ses racines dans le principe darwinien « d’extinction des races inférieures », le même qu’on trouve à l’œuvre dans ces massacres d’indigènes aux États-Unis, mais aussi en Australie ou encore dans l’extermination des Hereros en Namibie par le général allemand Von Trotha en 1904 20. Enfin, à la suite de Domenico Losurdo dénonçant les théories de ceux qui font remonter le totalitarisme à la révolution d’Octobre ou à la Terreur révolutionnaire, il n’est pas sans fondement de s’interroger sur le refoulement par l’historiographie révisionniste de la question coloniale. Car, selon le philosophe italien, oublier que les bolcheviques de 1917 ont appelé les peuples colonisés à mener des guerres de libération nationale, c’est se priver d’une clé importante pour comprendre certaines facettes du fascisme nazi : Hitler considérait aussi la puissance coloniale britannique comme un modèle dont il s’inspira pour placer les états occupés de l’Europe orientale sous le « protectorat » du Reich ou rêver d’un « nouvel Empire des Indes » en Ukraine. Et Losurdo de citer des propos de Nehru pendant la seconde Guerre mondiale, à l’appui de l’idée que « tout antifascisme conséquent signifie refuser aussi l ’impérialisme et le colonialisme » : « Une victoire du fascisme en Europe ou ailleurs – affirme le leader indépendantiste indien – renforcera l’impérialisme, un recul l’affaiblira. De même, le triomphe du mouvement de libération dans un pays colonial ou asservi est un vent contraire pour l’impérialisme et le fascisme. » La Résistance devrait du coup être lue comme « un phénomène international » qui, issu de la lutte des peuples européens contre l’occupant nazi, se prolonge au-delà de 1945 « en un mouvement impétueux de lutte anticoloniale qui touche tous les continents » 21.

  • 22  Ces derniers ont été comparés « aux fours crématoires des nazis » par le président algérien Boutef (...)
  • 23  L’expression est utilisée par Alban Bensa à propos des Kanak en Nouvelle-Calédonie, Chroniques kan (...)

8Quels que soient les points communs entre le nazisme et le colonialisme, la comparaison achoppe toutefois sur la dimension génocidaire que suggère l’usage du mot négationnisme. Or, il existe une réelle propension des « descendants de colonisés » à assimiler les massacres perpétrés dans le cadre de la conquête coloniale ou de la répression des insurrections indépendantistes à des génocides. Les « enfumades » de Pélissier puis les massacres du Constantinois et les fours à chaux de Guelma 22 ne suffisent pourtant pas à autoriser l’expression de « génocide algérien », quand bien même ces épisodes relèveraient des crimes de guerre les plus effroyables. De la même façon, la déportation de onze millions d’esclaves ne correspond pas à la définition du génocide, qui suppose une intention exterminatrice absente de la traite négrière. Partant, si les conquérants ont pu se représenter les peuples soumis comme inaptes au progrès et donc sans destin sur la terre dont on les spolie, si un véritable « racisme d’anéantissement » 23 a pu parfois justifier la destruction de populations entières (les Hereros, les Aborigènes, les Indiens caraïbes, etc.), la colonisation échappe largement à l’équation qui voudrait la ramener à une seule entreprise d’extermination, du simple fait de l’existence d’un projet missionnaire – évangélisateur ou « universaliste civilisateur » – et surtout de sa fonction de pillage des ressources en exploitant la main-d’œuvre indigène dont il fallait du coup bien garantir la survie.

  • 24  Sidi Mohammed Barkat, Le corps d’exception. Les artifices du pouvoir colonial et la destruction de (...)

9Un autre obstacle à l’utilisation du terme « négationnisme » en matière d’histoire de la colonisation est qu’il n’existe pas vraiment dans ce domaine de discours de type strictement faurrisonnien, allant jusqu’à réfuter la réalité des crimes commis par la France impériale, alors même que ces faits sont établis par la recherche historique et confirmés par des témoignages nombreux, fiables et concordants. La négation ne porte pas tant, en effet, sur les faits eux-mêmes que sur leur portée et leur gravité. Ce déni-là est toutefois sournois, qui rogne sur les marges de l’événement, discutant le nombre de victimes (s’agissant de l’esclavage ou, jusqu’à une date récente, du 17 octobre 1961), leur appartenance, ou encore l’implication de la France avec, en arrière-plan, une propension à l’auto-exonération, c’est-à-dire le plus souvent l’idée que les victimes sont les premières responsables de leur propre malheur. On minimise aussi les actes répréhensibles du colonisateur en en attribuant la responsabilité à « une minorité non représentative de l’État et de la Nation », pour mieux les dissocier des dispositifs institutionnels qui les ont permis 24. Le déni porte enfin sur les conséquences de ces crimes, assumés mais relativisés au regard d’une sorte d’appréciation téléologique qui les inscrirait dans un bilan finalement positif, qui leur trouverait une raison d’être validée par le jugement de la longue durée historique. On touche là, enfin, aux liens complexes entre négation et apologie qui sont bien deux déclinaisons d’un même projet. Car légitimer les actes et l’idéologie d’un système criminel peut s’opérer de deux manières en apparence contradictoires : soit en optant pour le nettoyage ou l’atténuation de ses taches les plus visibles, soit en assumant ces dernières, justifiées comme les « dégâts collatéraux » d’un projet utile ou à l’intention généreuse, en vertu d’une morale du pragmatisme et de la nécessité. Le discours défendant l’idée d’une quelconque positivité de la colonisation ne doit, qu’elle qu’en soit la forme, pas être considéré à la légère, comme s’il s’agissait de l’ultime baroud d’honneur d’une poignée de nostalgiques aigris. Le fait que ces propos soient aujourd’hui audibles, exprimés de manière ouverte et décomplexée, et relayés complaisamment dans une partie de la classe politique ou des milieux intellectuels, est un symptôme inquiétant de la diffusion d’un mode de pensée qui persiste à croire en la vocation de l’Occident blanc à dominer le reste du monde.

  • 25  C’est ce que prétend Claude Ribbe sur son site officiel (http///www.claude-ribbe.com/ouvrages.htm) (...)
  • 26  La dimension métissée de la révolte de 1802 est occultée par un certain nombre d’historiens nation (...)

10Nonobstant, nous ne plaiderons pas ici pour la généralisation de l’étiquette « négationniste » à tous ceux qui pensent que la France n’a pas à avoir honte de son passé colonial. D’abord, parce que, comme nous venons de le voir, le mot est impuissant à rendre compte de la diversité de cette famille désunie qui se décline en « réhabilitateurs », apologistes et autres relativistes. Ensuite, parce que la banalisation du mot induit une inquiétante progression de la vision théologisée de l’histoire. Cette dernière devient aujourd’hui le temple d’une mémoire meurtrie dont les gardiens sont souvent les premiers à taxer de « révisionniste » ou de « négationniste » toute version des faits qui irait à l’encontre de leur credo. Or nous n’entendons pas mêler notre voix à ces autres falsificateurs qui voudraient faire croire que Napoléon a gazé des esclaves noirs 25 ou que les chefs de la révolte guadeloupéenne de 1802 étaient noirs et non métis 26. Ceux qui tiennent ces discours ont beau s’ériger en défenseurs de causes oubliées et bafouées, ils n’en sont pas moins malhonnêtes dans leurs propos et contre-productifs dans leur volonté de transformer l’histoire en tribunal du passé et d’en substituer une vision normative à une autre. Car, finalement, ils nuisent à la cause qu’ils prétendent servir en donnant du grain à moudre aux glorificateurs de la France impériale.

  • 27  On songe ici au texte de Daniel Lefeuvre récemment publié dans l’Histoire (« Halte à la repentance (...)
  • 28L’Humanité, mercredi 7 décembre 2005.
  • 29  Cité dans Alain Gresh, Israël, Palestine. Vérités sur un conflit, Paris, Fayard, 2002, p. 137.

11Mais il ne s’agit pas non plus de se tromper de combat et de renvoyer dos à dos, drapé dans les nobles parures de l’impartialité, de la neutralité, du détachement critique, toutes les formes de manipulations du passé colonial. Le discours, très médiatisé parce que fort confortable à entendre, de l’anti-repentance prend bien trop souvent l’allure du cache-sexe d’une pensée réactionnaire qui ne s’assume pas. Et les invocations solennelles aux mânes des fondateurs des « Annales », pour rappeler aux historiens qu’ils ne doivent pas juger mais comprendre, en deviennent à ce compte ridicules 27… Au nom de quoi un universitaire devrait-il s’interdire de quitter sa tour d’ivoire pour prendre position – comme le ferait n’importe quel citoyen – sur un sujet comme la colonisation ? Et surtout, en quoi le fait qu’il condamne ce processus, dont la violence et l’injustice ne sont d’ailleurs plus à démontrer, lui ôterait-il l’envie et la faculté de le comprendre ? Il incombe aussi à l’historien de rester à l’écoute des mémoires offensées. Elles sont le moyen de prendre conscience des lacunes et des iniquités qui habitent sa propre discipline. Sa tâche « militante », légitimée par l’exemple d’autres figures tutélaires, récemment disparues, comme Pierre Vidal-Naquet ou Jean-Pierre Vernant, consiste à lutter contre les mensonges d’État et les vérités officielles, tout en maintenant cet équilibre entre la pulsion empathique et l’exigence critique, sans rien abdiquer de cet amour de la vérité, sans privilégier une souffrance humaine sur une autre. A l’occasion du voyage finalement annulé de Nicolas Sarkozy en Martinique, Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau lui avaient adressé une lettre ouverte, où figurent ces mots : « Aucune mémoire ne peut endiguer seule les retours de la barbarie : la mémoire de la Shoah a besoin de celle de l’esclavage, comme de toutes les autres, et la pensée qui s’y dérobe insulte la pensée. » 28 Cette belle phrase sonne comme un écho aux propos d’Edward Saïd apostrophant certains de ses compatriotes palestiniens attirés par les thèses négationnistes de Roger Garaudy : « Pourquoi attendons-nous du monde entier qu’il prenne conscience de nos souffrances si nous ne sommes pas en mesure de prendre conscience de celles des autres ? » 29

Haut de page

Notes

1  Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. Un Eichmann de papier et autres essais sur le révisionnisme, La Découverte, Paris, 1987, p. 8.

2  François Bédarida, Comment est-il possible que le « révisionnisme » existe ?, Presses de la Comédie de Reims, Reims, 1993, p. 4.

3  Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, Paris, Seuil, collection « Points Histoire », 1990 (1ère éd. 1987), p. 176.

4Le Grand Robert de la langue française, 2e édition, 2001

5 P. Vidal-Naquet, Les assassins…, op. cit., p. 32-41.

6  Vladimir Jankélévitch, « L’imprescriptibilité », Revue administrative, n° 103, janvier-février 1965.

7  Lire notamment l’entretien que cet historien a accordé au journal Le Monde le 16 novembre 1993. Bernard Lewis est, par ailleurs, un partisan actif de la politique israélienne et un conseiller écouté des néo-conservateurs américains, Alain Gresh, « Bernard Lewis et le gène de l’Islam », Le Monde diplomatique, août 2005).

8  En Belgique, le secrétaire d’État socialiste Émir Kir est ainsi accusé d’avoir signé en 2003 une pétition rejetant « l’allégation injuste et irréaliste de génocide arménien » (Le Soir, 24 novembre 2006). Aux Pays-Bas, en septembre 2006, trois candidats turcs négationnistes aux élections de novembre ont été exclus des listes chrétienne-démocrate (CDA) et sociale-démocrate (PvdA) (De Volkskrant, 4 octobre 2006).

9  Le génocide rwandais a été reconnu par l’ONU dès le rapport de la Commission des Droits de l’Homme du 28 juin 1994. Le 26 février 2007, la Cour internationale de Justice, suivant les conclusions du TPIY, a confirmé la qualification de génocide pour le seul massacre de Srebrenica, commis en 1995 durant la guerre de Bosnie (environ 8000 musulmans tués) : la responsabilité en a été attribuée à l’armée de Republika Srpska (République serbe de Bosnie-Herzégovine) et non à l’État serbe de Milosevic.

10  Jean-Claude Gayssot, « Ne pas se tromper de combat », L’Humanité, 17-18 décembre 2005.

11  Rony Brauman, Alain Finkielkraut, La Discorde. Israël-Palestine, les Juifs, la France. Conversations avec Elisabeth Lévy, Paris, Mille et une nuits, 2006, p. 252-259. Je partage, en revanche, son opinion qui prend le contre-pied des arguments avancés par les signataires de la pétition « Liberté pour l’histoire », inquiets de la menace que la loi Gayssot, comme les autres lois mémorielles, ferait peser sur le travail de l’historien : « [la loi Gayssot] protège d’abord la pratique érudite et critique des historiens de sa caricature. Elle n’intimide pas le savoir, elle poursuit sa contrefaçon », (Ibidem, p. 252).

12  Ibidem, p. 256.

13 « Noi storici contro la legge che punisce chi nega la Shoah », L’Unità, 23 janvier 2007.

14 Le MRAX est le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Il a été créé en Belgique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. « Le MRAX tient à rappeler sa position de principe : dès lors qu’aucun parti politique démocratique ni association œuvrant en matière de droits fondamentaux, ne demandent aujourd’hui l’abrogation de la loi du 23 mars 1995 réprimant le seul négationnisme du génocide des juifs pour bien légitimement ne pas adresser à l’opinion publique un message extrêmement négatif en matière d’antisémitisme, le MRAX demande, par égalité de traitement, l’élargissement de la loi de 1995 au génocide des Arméniens commis par le régime jeune-turc ottoman pendant la Première Guerre mondiale et au génocide des Tutsis commis par le régime hutu power rwandais en 1994 », communiqué de presse du MRAX, 12 octobre 2006.

15  Enzo Traverso, Le passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique, La Fabrique éditions, Paris, 2005, p. 80.

16  Alain Finkielkraut, conscient du risque de persécution de la recherche par le désir de reconnaissance, en vient à souhaiter « tristement », la mise en jachère de la mémoire juive, sa restitution « au silence, à la discrétion, au recueillement de ceux qui ne seront jamais quittes avec l’événement de l’Extermination », (La Discorde, op. cit., p. 259).

17  Il Corriera della sera, 26 janvier 2007

18  Elle avait réuni, le 29 mars 2005, dans les locaux d’Espaces Marx, boulevard Blanqui à Paris, Francis Arzalier, Catherine Coquio, Marcel Dorigny, Jean-Luc Einaudi, Raphaël Granvaud, Frédéric Régent et Alain Ruscio. Cinq de ces communications ont été publiées dans le dossier « Relectures d’histoires coloniales » du n° 99 des Cahiers d’Histoire-Revue d’Histoire critique (avril-juin 2006).

19  Cet intérêt pour la conquête de l’Ouest inspira fortement la politique du Lebensraum : pour la propagande, l’espace vital d’Europe de l’Est était décrit comme un « immense désert », et face aux exigences militaires de la conquête, comme peuplé d’indigènes qu’il conviendrait d’exterminer, ou de déporter et de confiner, (John Toland, Adolf Hitler, New York, 1976, p. 702).

20  Enzo Traverso, La violence nazie. Une généalogie européenne, La Fabrique éditions, Paris, 2002, p. 73-78.

21  Domenico Losurdo, Le révisionnisme en histoire. Problèmes et mythes, Paris, Albin Michel, 2006, pp. 130-133.

22  Ces derniers ont été comparés « aux fours crématoires des nazis » par le président algérien Bouteflika en 2005.

23  L’expression est utilisée par Alban Bensa à propos des Kanak en Nouvelle-Calédonie, Chroniques kanak. L’ethnologie en marche, volume 10, n° 18-19, Ethnies, Paris, 1995.

24  Sidi Mohammed Barkat, Le corps d’exception. Les artifices du pouvoir colonial et la destruction de la vie, Paris, Amsterdam, 2006, p. 9-10.

25  C’est ce que prétend Claude Ribbe sur son site officiel (http///www.claude-ribbe.com/ouvrages.htm) : « Cent quarante ans avant la Shoah, Napoléon a utilisé les gaz pour exterminer la population civile des Antilles […]. Napoléon a créé des camps de concentration en Corse et à l’île d’Elbe où sont morts des milliers de Français d’outre-mer. »

26  La dimension métissée de la révolte de 1802 est occultée par un certain nombre d’historiens nationalistes guadeloupéens (cf. Frédéric Régent, « Le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, mémoire, histoire et “révisionnisme”, 1802-2002 », Cahiers d’Histoire-Revue d’histoire critique, n° 99, avril-juin 2006, p. 31‑36).

27  On songe ici au texte de Daniel Lefeuvre récemment publié dans l’Histoire (« Halte à la repentance », n° 318, mars 2007, p. 54-55).

28L’Humanité, mercredi 7 décembre 2005.

29  Cité dans Alain Gresh, Israël, Palestine. Vérités sur un conflit, Paris, Fayard, 2002, p. 137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Jahan, « Trous de mémoire, silences, relectures apologétiques et histoire de colonisation : du bon usage du terme « négationnisme » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 101 | 2007, 121-129.

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Trous de mémoire, silences, relectures apologétiques et histoire de colonisation : du bon usage du terme « négationnisme » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/595

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Historien, enseignant à l’université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page