Skip to navigation – Site map
DÉBATS

Roma aeterna : l’Antiquité romaine et l’extrême droite française

Gwladys Bernard
p. 147-166

Abstract

Les références à l’Antiquité, et notamment à Rome, font partie depuis Maurras d’un langage devenu habituel à l’extrême droite française. La quête des origines de la France amène en effet les nationalistes de la fin du XIXe siècle à revendiquer l’héritage de la puissance romaine, qui civilise les anciens Gaulois, pacifie le bassin méditerranéen, puis fait du christianisme la religion de l’Empire. Rome serait donc la matrice directe de la France. Si la vision d’une Rome autoritaire, impériale et chrétienne a pu assez naturellement inspirer les penseurs d’extrême droite, certains romanistes eux-mêmes fascinés par l’impérialisme et le colonialisme, comme Jérôme Carcopino ou Léon Homo, ont largement contribué à l’essor de ce mythe de la Rome éternelle dont la France serait issue.

Top of page

Full text

  • 1 « Les nouvelles Jeanne d’Arc », Lyon-Capitale n° 738, nov. 2014 ou encore Leïla Miñano, « Les Carya (...)
  • 2 Voir les premières réactions sur Tweeter de Mathilde Larrère et Laurence De Cock : « Deux profs d’h (...)

1Depuis le début de notre décennie, deux débats politiques intenses ont favorisé l’éternel retour des références à l’Antiquité. Les dispositions législatives autour du mariage pour tous ont suscité une renaissance de mouvements d’extrême droite, dont certains, comme les collectifs féminins nés en 2013 « les Antigones » ou « les Caryatides », revendiquent l’ancrage dans une Antiquité européenne blanche et conservatrice, vue comme un rempart solide contre « l’invasion multiculturelle » et « la théorie du genre1 ». La question de l’identité nationale a également conduit les intervenants à s’interroger sur les origines de la France : en septembre 2016, en meeting à Franconville, Nicolas Sarkozy lançait une petite phrase explicite : « Quand vous devenez français, vos ancêtres sont gaulois », mêlant ainsi un critère d’origine historique contrôlée à l’exigence d’assimilation identitaire. Cette phrase, qui a suscité un tollé politique, n’a pas vraiment eu de large écho parmi les historiens, encore moins parmi les antiquisants2. La communauté historique semble souvent démunie face à des récupérations caricaturales et grossières : les historiens ne voient pas comment défendre de ces fantasmes les porteuses de l’Érechthéion, pourtant probablement bien bariolées lors de leur élévation, ou les Celtes de la Tène récente, victimes de caricatures depuis César. Cependant, l’enjeu est de taille : si les antiquisants ne veulent pas voir leurs terrains d’études investis par des idées reçues nauséabondes ou des mythes tenaces, un travail de rappel des faits s’impose, mais aussi et surtout de déconstruction de ces références. En effet, le choix de l’Antiquité comme réservoir de dénominations et de parallèles n’est pas dû au seul hasard : la quête des origines en Europe passe fatalement par les chemins d’Athènes et de Rome. Comme le rappelle Florence Dupont :

  • 3 Florence Dupont, Rome, la ville sans origine, Paris, Gallimard, 2011, p. 10.

« L’Antiquité, plus que tout autre période historique, conforte les idéologies, qu’elles soient de gauche comme de droite, donnant ainsi aux penseurs européens le sentiment confortable que leurs idées ont toujours été là. Ils se projettent dans les Anciens, qui ainsi modernisés, leur servent d’origine. » 3

  • 4 L’extrême droite catholique lefèbvriste, en rupture avec Vatican II (et donc avec l’utilisation des (...)

2L’extrême droite en France n’a bien entendu pas dérogé à cette tentation de projection dans l’Antiquité romaine, d’autant plus que le « nationalisme intégral », constante des nombreux mouvements de cette famille politique, exige une référence et une défense des origines de la nation, voire de la « race française ». Cette quête de racines présuppose un passage quasiment obligé par Rome, puissance civilisatrice des obscurs Gaulois et premier empire chrétien. Mais si cette référence à Rome apparaît aujourd’hui comme évidente, au moins dans l’onomastique des mouvements d’extrême droite4, elle n’a pas été explicitement revendiquée avant la séparation de l’Église et de l’État : la Rome républicaine et païenne a longtemps senti le soufre pour les mouvements monarchistes. Il a fallu qu’elle soit explicitement rejetée par certains Républicains pour devenir un étendard. En outre, les mouvements d’extrême droite ont vu fortement évoluer les contenus de cette référence à Rome, qui, en termes de « civilisation originelle » de la France, a pu subir la concurrence d’autres peuples. D’autre part, quels sont les aspects de l’histoire de Rome qui ont pu séduire les nationalistes et les conservateurs ? Enfin, l’influence de ces références à Rome a pu dépasser le simple cadre politique pour atteindre la construction même des savoirs : comment et pourquoi Rome a-t-elle pu être ainsi « récupérée », sans ferme démenti des romanistes ?

  • 5 Ariane Chebel d’Appolonia, L’Extrême Droite en France de Maurras à Le Pen, Paris, Complexe, 1996, p (...)
  • 6 Jean-Christian Petitfils, L’extrême droite en France, Paris, PUF, 1987, p. 7-8.

3Ariane Chebel d’Appolonia a donné du terme d’extrême droite une définition simple et générale, certes peu explicite à première vue, mais qui a le mérite d’englober toute la galaxie des mouvements appartenant à cette mouvance complexe : « le terme générique donné aux groupes qui, opposés au régime, choisissent de se constituer en partis politiques ou en groupes de pression, afin d’exprimer et de défendre certaines valeurs, et à long terme de faciliter l’établissement ou d’imposer un ordre global nouveau conforme à leurs vœux5 ». Ce cadre doit être immédiatement précisé pour devenir une définition opératoire. Il convient de souligner la relativité de cette notion d’extrême droite, qui ne se comprend que comme une droite de refus et de combat, et de développer les valeurs que ces mouvements défendent : amour de la patrie (définie comme nation ou comme peuple), revendication d’un pouvoir fort, recherche d’une nouvelle spiritualité collective et désir d’une plus grande justice sociale. Le différent « dosage » de ses composantes programmatiques, ainsi que la diversité de ses moyens d’action, entraîne la constitution de plusieurs courants assez hétérogènes au sein de l’extrême droite, qui se divise entre traditionalisme, nationalisme et fascisme, sans que ces catégories soient closes ni étanches6. Il faut noter également que la plupart des mouvements d’extrême droite en France refusent cette étiquette, lui préférant « droite de combat » ou « droite dure ». Bien souvent, les références historiques employées (Jeanne d’Arc, la Révolution Nationale ou encore Pie X) permettent de distinguer ces mouvements identitaires en quête d’immuabilité et refusant toute évolution collective, de la République à Vatican II en passant par la loi Taubira.

  • 7 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Amsterd (...)
  • 8 Les fouilles de Pompéi, depuis les découvertes du comte d’Elbeuf en 1709, excitent les passions des (...)
  • 9 Louis-Napoléon III fait rechercher et éditer les manuscrits des Commentaires de la guerre des Gaule (...)

4Au XIXe siècle, l’héritage romain, avec son cortège de sénateurs, de lois et d’administrateurs, n’avait au départ rien pour plaire aux monarchistes ni aux catholiques conservateurs. Depuis Montesquieu7, la Res Publica a servi de point de référence central aux révolutionnaires et aux inventeurs du nouveau régime républicain, tandis que César fournissait au consul Bonaparte le modèle d’accession au pouvoir impérial. Du Sénat au Code civil en passant par la libertas du citoyen, l’arsenal idéologique, institutionnel et législatif des nouveaux régimes de la République et de l’Empire était en partie inspiré par la cité de Rome, dont les écrits et les vestiges suscitèrent un intérêt multiple et renouvelé. Qu’il s’agisse de fouiller Pompéi8 ou de localiser Alésia9, l’engouement des bonapartistes pour l’histoire romaine lors du Premier comme du Second Empire a des buts limpides : ancrer le césarisme dans le paysage politique français, lui donner des origines plus anciennes et plus glorieuses que la monarchie d’Ancien Régime. Jusqu’en 1871, et même au-delà, se référer politiquement à Rome en France est un signe d’allégeance soit au césarisme impérial, soit à la République, dont les valeurs, le langage et les symboles, du faisceau au bonnet phrygien en passant par le glaive et les couronnes de laurier ou de chêne de Marianne, elle-même syncrétisme entre Marie et la déesse Raison, sont directement issus de la Res Publica romana. Pour les contre-révolutionnaires ou les monarchistes qui composent alors cette « droite de refus », la Rome du Sénat et des Césars représente donc un repoussoir : les débuts de la monarchie capétienne sont en revanche régulièrement exaltés comme « le beau siècle de Monseigneur Saint-Louis ».

Maurras et Rome

  • 10 Charles Maurras, Anthinéa, d’Athènes à Florence, Paris, Honoré Champion, 1901, éd. électronique 201 (...)
  • 11 Ibidem, Athènes Antique, chap. XV, p. 49.

5Il faut attendre la mise en place et la consolidation de la IIIe République pour que le socle, les valeurs et les références de cette extrême droite se transforment, après l’échec de Boulanger et l’affaire Dreyfus. En effet, après l’échec de l’aventure boulangiste, certains nostalgiques du césarisme rompent avec la République parlementaire. Le nationalisme et la défense de la patrie, autrefois apanages des milieux républicains, deviennent des valeurs essentielles pour les antidreyfusards dans les vingt dernières années du XIXe siècle. La référence à Rome, associée étroitement aux discours nationalistes et reniée par certains radicaux comme Clemenceau, suit en quelque sorte cette trajectoire de la gauche à l’extrême droite pour devenir en 1905 un héritage revendiqué par Maurras lui-même. Le cheminement idéologique que suit le fondateur de l’Action française à propos de sa vision de Rome est significatif de ce ralliement tardif mais essentiel de l’extrême droite française à la cause de la cité romaine. Le jeune Charles Maurras montre au départ un mépris esthétique et idéologique certain vis-à-vis de Rome. Dans les premières impressions issues de son voyage à Athènes à l’occasion des Jeux Olympiques de 1896, réunies par la suite et éditées plusieurs fois dans son ouvrage Anthinéa10, Maurras souligne son dégoût devant les salles du musée d’Athènes consacrées aux époques hellénistique et romaine. Ces salles ne sont pour lui qu’un « vestibule » à « l’atticisme », c’est-à-dire à l’époque classique, dont les œuvres peuvent seules être mises au rang d’art parfait et véritable, entre les ébauches primitives de l’âge archaïque et les boursouflures décadentes des siècles postérieurs à Périclès. Le jugement devant l’art hellénistique et romain est alors sans appel11. Pour le jeune Maurras, les sculptures réalisées à l’époque romaine, même sur des modèles grecs, ne sont au sens propre qu’une pourriture de l’art classique, des « boursouflures » de « fruit en déshiscence (sic) », vouées à « se dégonfler ». La perfection esthétique, qui résiderait pour l’école néoclassique dans la simplicité et l’harmonie des proportions, ainsi que dans la liberté des choix des thèmes, se serait irrémédiablement perdue à l’époque romaine pour Maurras. La statuaire romaine serait vouée à la lourdeur, la disproportion, la prétention dont la foule est friande, mais aussi à l’imitation servile des Grecs, dans un « atticisme d’école », ou encore à un orientalisme jugé hideux. Le cosmopolitisme, la démesure et le déséquilibre ruinent l’harmonie classique. Rustres, gauches et scolaires, les Romains n’ont rien compris à l’art grec et ne méritent que l’admiration du vulgaire pour le monumental. Ce jugement esthétique, guidé par un élitisme aristocratique et un néoclassicisme sans nuances, se convertit sans surprise en programme politique, suivant le précepte du kalos kagathos, du « beau qui traduit le bon », de la beauté fidèle miroir de la vertu. Les Romains, comme le révèle leur production artistique jugée défaillante, sont des élèves impuissants et médiocres voués dès l’origine à la destruction :

  • 12 Ibid., chap. XV, p. 50.

« Tout compte fait, le monde romain s'acquitta mal auprès de la Grèce. À quoi pensaient-ils donc, ces administrateurs modèles, qui ne sauvèrent pas  leur éducatrice des pièges que lui ouvraient son intelligence et son ouverture d'esprit ? Ce furent de mauvais tuteurs. Non seulement ils ne surent point la guérir des lèpres sémites, mais tout le mal qu'Alexandrie n’avait pu faire au monde grec, Rome (...) le fit. Il est vrai que Rome, à son tour, périt du même mal, en entraînant son lot d’hellénisme et d’humanité. »12

  • 13 Ibid, chap. XVI, p. 51.
  • 14 Ibid., chap. XV, p. 50, n. 113.
  • 15 Charles Maurras considère que la grandeur de l’Athènes démocratique est tout entière héritée de l’â (...)
  • 16 Christian Amalvi, « Charles Maurras et l’Antiquité (1895-1952) », dans Olivier Dard, Michel Leymari (...)

6Suit un dernier chapitre éclairant, qui décrit la vague de désespoir qui saisit le jeune Maurras, visiteur du musée d’Athènes, à la vue d’une statue de jeune homme souffreteux censé être le Christ, ce « Nazaréen par qui tout l’ancien (monde) s’écroula », par la croix duquel « la nuit s’était répandue sur l’âge moderne13 ». Le narrateur n’est sauvé de sa crise de désespoir crépusculaire que par la vision salutaire du mot XOPOS, la danse, le chœur antique, inscrit opportunément sur un fragment de marbre rose. Ce chapitre, Maurras le sacrifie lui-même après 1912, en pensant à ses amis catholiques vivants ou morts ainsi qu’à « la grande âme du pape Pie X14 ». Pour le jeune Maurras, l’Athènes classique représente un idéal de perfection et de mesure, que Rome n’a pas été capable de conserver ni de transmettre. L’Athènes du IIe siècle, déjà affaiblie par la démocratie15 comme par son ouverture excessive aux influences hellénistiques, c’est-à-dire orientales et égyptiennes, corruptrices, a été précipitée dans sa chute par la conquête romaine. Rome, cette patrie « d’administrateurs modèles », a en effet imité sans comprendre le génie attique et n’a pas empêché, voire a servi de Cheval de Troie à l’expansion du christianisme, « lèpre sémite » qui fait basculer le monde ancien dans la faiblesse de la destruction16. Cette vision crépusculaire d’un jeune esprit aristocratique fasciné par la beauté classique et par l’ordre ancien disparu n’est pas sans rappeler les chagrins décadentistes des romantiques, qu’il exècre pourtant. Mais tant sur le christianisme que sur sa conception de Rome, Maurras opère une conversion significative dans les premières années du XXe siècle, sans renier son amour de l’atticisme. C’est cette « deuxième Rome » qui fait autorité ensuite parmi les proches de l’Action française et qui alimente une vision de l’histoire et de l’identité romaine, désormais résistante ou plutôt résiliente au déclin.

  • 17 Sur l’attitude contrastée de Clemenceau face à la Grèce et à Rome, voir Jean-Baptiste Duroselle, Cl (...)
  • 18 Cette interrogation a été transmise par la réponse de Maurras dans son discours « Barbares et Romai (...)

7Cette vision positive de Rome se développe aussi en réaction à un rejet des républicains anticléricaux. En effet, Clemenceau, lui aussi philhellène, mais qui considère Rome, la ville impériale des Césars et des papes, comme une abjection17, aurait lancé au cours des débats sur le Concordat qui agitent la Chambre en 1902 une question rhétorique : « Serons-nous la France de Rome ou celle de la Révolution18 ? ». Pour les anticléricaux qui remettent profondément en cause l’influence temporelle de l’Église catholique, Rome devient le symbole d’un empire autoritaire, belliciste et théocratique : aux yeux de Clemenceau, le tyrannicide Brutus, le philosophe Marc Aurèle et l’empereur Julien dit l’Apostat sont les seuls Romains acceptables, puisqu’ils auraient lutté contre la monarchie et l’instauration du christianisme. La France, digne héritière de la Révolution, doit s’affranchir de Rome, symbole de l’empire clérical. Maurras répond à cette fameuse interrogation en affirmant à la fois sa romanité et son nationalisme :

« Jamais barbare (Clemenceau) aussi complet ni destructeur aussi sincère. Jamais non plus même pouvoir de réveiller ou de rassembler contre lui les consciences qu’il menace. Je dois le confesser pour ma part : sans vouloir le surfaire ni m’illusionner sur sa force, (...) c’est en somme à lui que je dois de m’être réveillé un matin les mains jointes, les genoux tout à fait ployés devant la vieille et sainte figure maternelle du catholicisme historique. Ce suppôt de Genève et de Londres m’a fait clairement sentir que je suis Romain. Par lui, j’ai récité le symbole attaché à mes deux qualités de citoyen français et de membre du genre humain.

« Je suis Romain parce que Rome, la Rome des prêtres et des papes, a donné la solidité éternelle du sentiment, des mœurs, de la langue et du culte à l’œuvre politique des généraux, des administrateurs et des juges. Je suis Romain parce que si mes pères n’avaient pas été Romains comme je le suis, la première invasion barbare, entre le Ve et le Xe siècle, aurait fait aujourd’hui de moi une espèce d’Allemand ou de Norvégien. Je suis Romain parce que n’était ma romanité tutélaire, la seconde invasion barbare, qui eut lieu au XVIe siècle, l’invasion protestante, aurait tiré de moi une espèce de Suisse. Je suis Romain dès que j’abonde en mon être historique, intellectuel et moral. Je suis Romain parce que si je ne l’étais pas, je n’aurais à peu près plus rien de français.

« Je suis Romain dans la mesure où je me sens homme : animal qui construit des villes et des États, non vague rongeur de racines, cet animal qui, voyageur ou sédentaire, excelle à capitaliser les acquisitions du passé et même à en déduire une loi rationnelle. Je suis Romain par tout le positif de mon être, par tout ce qu’y joignirent le plaisir, le travail, la pensée, la mémoire, la raison, la science, les arts, la politique et la poésie des hommes vivants et réunis avant moi. Je suis Romain, je suis humain : deux propositions identiques. »

  • 19 Michel Winock, « L’Action française », dans l’Histoire de l’extrême droite en France, Paris, Seuil, (...)
  • 20 Cette « double Rome », antique et catholique, a dispersé la culture hellène « dans l’univers, d’abo (...)
  • 21 La première éducation littéraire et politique de Maurras s’est faite dans les rangs du Félibrige, m (...)
  • 22 Catherine Valenti, « L’Action française et le Cercle Fustel de Coulanges à l’école de l’Antiquité ( (...)

8L’évolution maurrassienne, dix ans après l’ironie mordante du jeune esthète, est désormais complète : romanité, civilisation française et humanité sont des synonymes, des valeurs ontologiques à défendre contre la barbarie, qu’elle soit germanique, protestante ou anticléricale19. Rome a transmis et défendu l’héritage hellène ; la romanité, ce mélange entre une intelligence positive de l’État et la puissance du sentiment catholique20, a forgé la France, qui en est la continuité logique. Pour Maurras, Rome comme la France se vivent comme des identités présentes, vivantes, mais éternellement menacées dans leur foi, leur culture et leur existence. Le catholicisme, bien loin d’être le témoignage souffreteux d’une « lèpre sémitique », est devenu pour le fondateur de l’Action française une religion d’État, puissamment structurée, grâce à Rome, par un culte et un clergé essentiels. La langue et la culture latine, répandues tout autour de la Méditerranée, et notamment en Provence, cette région natale si chère au félibre Maurras21, représentent un héritage inestimable à défendre contre les influences délétères du Nord, le protestantisme, le romantisme ou encore le capitalisme22.

Les Français : Gaulois, Romains, Germains ?

9Défendre Rome, c’est défendre la France : cette identité entre latinité et nationalisme fait floruit pendant le début du XXe siècle dans les milieux proches de l’Action française. Même si les Français ne sont pas de « sang romain », ils ont hérité des institutions romaines imposées en Gaule après la conquête. Bien sûr, les Gaulois autochtones sont reconnus comme les premiers occupants du territoire national ; le courage, le sens militaire et le sacrifice au nom du bien commun de Vercingétorix font du chef arverne un modèle consolateur de vaincu magnifique, utile après la défaite de 1870.

  • 23 Jacques Bainville, Les moments décisifs de l’histoire de France, Paris, Robert Cayla, 1949, p. 67.

10Cependant, pour les nationalistes du début du XXe siècle, les Celtes indépendants ne font pas figure d’origine essentielle de la civilisation française : personne n’exalte la figure de Brennus, le meneur du sac de Rome en 390 av. J.-C., au contraire de celle de Vercingétorix, pourtant illustration d’une défaite. Plusieurs raisons à ce désintérêt initial pour les Gaulois : la proximité culturelle entre peuples gaulois et germaniques dérange des nationalistes profondément antigermanistes ; le paganisme des Gaulois, leurs coutumes décrites comme barbares par César (notamment les sacrifices humains), leur absence d’unité comme de vestiges monumentaux, expliquent également ce moindre attrait. Les Gaulois ont davantage d’intérêt romanisés qu’indépendants, et la Gaule ne serait pas la France si « le grand capitaine (César) ne l’avait pas emporté », comme le formule Bainville, l’historien de l’Action française23. D’autre part, les Gaulois, peuple de paysans et d’artisans apparemment non monarchique et peut-être attaché à des structures d’assemblées, courageux et résistants guerriers qui font face à Rome, font déjà figure de référence originelle pour le camp opposé, celui des républicains, notamment celui des anticléricaux. Certains auteurs proches des milieux d’extrême droite prennent alors soin de distinguer les « bons » Gaulois, soumis aux chefs et au clergé, des mauvais barbares païens. En 1937, un roman consacré à Vercingétorix décrit de façon éloquente une assemblée gauloise en 52 av. J.-C. dans la forêt des Carnutes :

« Aujourd'hui le pays des Ancêtres est en danger. Dieux le veulent ! Dieux le veulent ! guerre contre les Romains !

« Alors, les bardes s'effaçant, procède le Druide des Druides, le Vénérable indépendant de toutes autorités, chef suprême élu à vie en dehors et au-dessus des peuples, le “Roi des sacrifices” de cette Gaule, sanctuaire de la religion du Sacrifice.

« II dit, écouté avec l'aveugle obéissance que la nation entière – État d'Église – voue au Sacerdoce : “Vous savez tous quelle servitude attend le pays insurgé et les chefs : sur le Pays, après le pillage, s'abattront l’impôt, les exactions, l’oppression ; sur les chefs, la mort, le supplice ou la prison perpétuelle ; sur les combattants, l’esclavage. IL FAUT FAIRE LA GUERRE DÉSESPÉRÉE [...]” ».

  • 24 Un débat proche aura lieu dans l’Allemagne nazie : si Himmler et les néo-païens les plus radicaux s (...)

11Le patriotisme jusqu’au-boutiste, le discours belliciste, sont bien entendu frappants dans cet extrait, d’autant plus dans le contexte de 1937. Le sens profond de la hiérarchie qui anime ces Celtes de pure fiction, la vision organiciste de la société gauloise et l’identité indissoluble entre nation et religion « du Sacrifice » – les fameux sacrifices humains celtes rappelant le sacrifice suprême, celui du Christ – montrent combien les valeurs des nationalistes intégraux et cléricaux peuvent se projeter sur les Gaulois résistants de 52 av. J.-C. Enfin les Gaulois, pour les républicains anticléricaux comme pour le camp diamétralement opposé, présentent un avantage pour l’élaboration des mythes nationaux : leur histoire, contrairement à celle de Rome, est encore très peu connue. Les idéologies peuvent donc laisser libre cours à leur imagination sur le terrain gaulois. Mais Rome présente l’avantage de la monumentalité historique et archéologique : à de rares exceptions près, la référence permanente et éclairante de l’extrême droite française pendant l’entre-deux-guerres reste donc la cité latine et son vaste empire24.

  • 25 Yves-Marie Hilaire, « 1900-1945 : L’ancrage des idéologies », dans Jean-François Sirinelli (dir.), (...)

12Si les Français sont des Gallo-Romains, qu’en est-il de leur rapport avec la monarchie franque ? Dans un contexte désormais républicain, les nationalistes et contre-révolutionnaires, s’ils s’approprient progressivement le passé romain jusqu’à le revendiquer comme fondateur, ne peuvent pas non plus laisser de côté la question des invasions dites barbares et donc de l’origine franque de la monarchie française. Est-ce qu’exalter Rome, c’est renoncer aux Francs ? Rome doit-elle faire oublier « les quarante rois qui en mille ans firent la France25 » ?

  • 26 Cahiers du Cercle Fustel de Coulanges, 1ère année, n° 1, octobre 1928.
  • 27 On lui prête la formule : « Le patriotisme est une vertu, l’histoire une science ».
  • 28 Claude Nicolet, La Fabrique d'une nation. La France entre Rome et les Germains, Perrin, Paris, 2003 (...)
  • 29 Catherine Valenti, « L’Action française... », art. cit., p. 57-59.
  • 30 Ibid., p. 56.
  • 31 Fustel de Coulanges, Leçons à l’impératrice sur les origines de la Constitution française, 1930, p. (...)

13C’est un historien qualifié de libéral qui permettra à l’extrême droite de sortir du dilemme. Les écrits de Fustel de Coulanges sont récupérés à titre posthume par une organisation d’enseignants proches de l’Action française qui cherchent à réformer l’école républicaine, minée selon eux par « la glorification de l’esprit révolutionnaire qui ne va pas (...) sans le dénigrement systématique de tout l’esprit national et même humain26 ». Ce Cercle Fustel de Coulanges, fondé en 1926, se place sous le patronage posthume de l’auteur de la Cité antique, qui n’avait pourtant guère donné de gages à un quelconque engagement politique27 et qui avait combattu l’idée d’un fondement racial aux distinctions sociales. Mais la position de Fustel de Coulanges, pour qui la France serait une héritière de l’Empire romain et ne devrait rien à une conquête franque inexistante28, a séduit les milieux proches de l’Action française, qui en fait le « grand historien national29 ». Fustel de Coulanges a en effet combattu la « querelle des races », ce débat sur les origines de la France, et notamment les origines de la monarchie française, qui durait depuis le XVIe siècle. Dans ce débat, plusieurs théories s’affrontent : les « germanistes » croient voir dans les invasions barbares, et notamment franques, l’origine de la noblesse d’Ancien Régime, tandis que les « romanistes » font descendre les nobles français des grandes familles romaines30. Cette querelle a pris un tour polémique pendant la Révolution : si les origines de la noblesse française sont à chercher parmi les chefs francs, et si la féodalité est une institution germanique, le tiers état serait l’héritier du peuple gaulois, enfin libéré en 1789 du joug des héritiers des envahisseurs. Fustel de Coulanges s’est lui placé « en surplomb » de cette querelle des races : pour lui, les distinctions entre les peuples n’expliquent aucune des différences sociales contemporaines, puisque seules comptent les institutions, non le « sang ». Les institutions françaises sont directement héritées de celles de Rome, et la Gaule romaine n’a pour lui pas été conquise ou envahie par les Francs ; ces derniers, qui représentaient une minorité de combattants fédérés à Rome, auraient adopté les institutions romaines en s’implantant dans les provinces gauloises31. Cette théorie de continuité des institutions entre Antiquité et Moyen Âge a pour l’extrême droite française du début du XXe siècle trois mérites :

14- elle défend l’importance de l’héritage latin, socle essentiel des institutions françaises pour l’Action française ;

15- elle nie toute origine franque, donc germanique : cette vision de l’histoire sert parfaitement l’antigermanisme des nationalistes intégraux ;

16- elle présente une vision irénique, harmonieuse et équilibrée des origines de la France.

  • 32 Charles Maurras, Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance, 1895-1905, Vers (...)

17Contrairement à la vision des républicains, qui ont tendance à exalter les conflits entre noblesse franque envahisseuse et peuple de la Gaule romaine injustement asservi, ce qui donne à la Première République une image de juste retour de l’histoire de « revanche des Gaulois », la vision continue et pacifiée de fusion entre les races, d’adoption commune d’institutions héritées de Rome universellement reconnues comme nécessaires, permet de dépasser le « temps où les Français ne s’aimaient pas32 ».

18Les Français sont donc issus d’une continuité de peuples nobles : ils sont à l’origine des Gaulois que Rome a civilisés et convertis au christianisme, qui à leur tour assimilent des Francs et leur font adopter le latin et les institutions romaines. Une fois réglée la question des origines, c’est celle des choix politiques qui s’imposent : la Gaule romaine a fait partie d’un vaste ensemble supranational, l’Empire romain. Dans quelle mesure la France doit-elle revendiquer l’héritage impérial ?

Rome, impérialisme, colonialisme et antiparlementarisme

19Rome, petite République du Latium lors de sa fondation au VIIIe siècle av. J.-C., a progressivement conquis à partir du IIIe siècle un empire immense, en réussissant à s’imposer face à des cités et des royaumes bien plus anciens et plus illustres. Depuis Polybe, les historiens tentent de comprendre les raisons du succès de cette entreprise et de percer les mystères de cette politique impérialiste. Pour des nationalistes intégraux, persuadés de l’équivalence absolue entre identité française et civilisation classique, cet impérialisme romain est non seulement rassurant, mais également programmatique. Rassurant, car la défaite de Vercingétorix, qui vient plusieurs décennies après celle des rois hellénistiques et qui précède celle de Cléopâtre, s’inscrit ainsi dans une continuité logique et glorieuse : Rome était amenée à s’emparer de l’ensemble du bassin méditerranéen, dont les provinces gauloises, jusqu’aux frontières « naturelles » du Rhin, des Alpes ou du Danube. Le projet impérial de Rome se confond avec les frontières du monde (digne d’être) habité et connu, dont la Gaule fait pleinement partie : au-delà de cet œkoumène règne la barbarie. Cette conquête romaine est également une protection : au sein de leurs frontières, les empereurs luttent pour maintenir la fameuse « paix romaine » contre les séditions, les invasions, les dissensions. La propagande augustéenne, relayée par le fameux Memento Romane de Virgile, fonctionne à plein sur l’historiographie de la première moitié du XXe siècle.

  • 33 Stéphanie Corcy-Debray, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, L’Harmattan, 2001, et « Jérô (...)

20Certes, l’apologie de la paix romaine est un trait répandu de l’air du temps, à la fois empreint de classicisme et de conquêtes coloniales. Il ne saurait constituer un délit, ni un signe d’appartenance à l’extrême droite. Cependant, alors qu’à la fin du XIXe siècle les jeunes intellectuels nationalistes comme Maurras s’abreuvaient aux sources antiques et lisaient avec avidité les travaux des archéologues, on observe à la période suivante un mouvement réciproque de la part des historiens, qui cherchent à lire dans les phénomènes contemporains d’impérialisme ou de colonialisme la confirmation de leurs propres recherches scientifiques. Les y incitent une certaine vision de l’histoire comme perpétuel recommencement, comme un Nihil noui sub sole (rien de nouveau sous le soleil), ainsi qu’un décadentisme et un pessimisme qui aboutissent à une vision magnifiée de la Rome éternelle. La trajectoire d’un Carcopino est à cet égard exemplaire : jeune romaniste idéologiquement proche des milieux de l’Action française, mais désireux de faire carrière, il reste fidèle à la République dans l’entre-deux-guerres sans faire mystère de son attrait pour les régimes autoritaires, de son colonialisme ou de son christianisme, ainsi que d’un esprit profondément réactionnaire. Le régime de Vichy lui permettra de résoudre le dilemme entre légalisme républicain et conservatisme assumé, en lui offrant le poste de recteur intérimaire de Paris en novembre 1940, puis celui de secrétaire d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse entre février 1941 et mars 194233.

  • 34 Jérôme Carcopino, Souvenirs romains, p. 22, cité par Sarah Rey, « Jérôme Carcopino, un historien da (...)
  • 35 Jérôme Carcopino, Sylla ou la monarchie manquée, Paris, L’Artisan du livre, 1931, 248 p.
  • 36 Id., « César », dans Gustave Glotz (dir.), Histoire ancienne, 3e partie. Histoire romaine. II. 2. L (...)
  • 37 Lettre de 1941 citée par Sarah Rey, Écrire l’histoire ancienne à l’École française de Rome, CEFR 46 (...)
  • 38 Id., Les Secrets de la correspondance de Cicéron, Paris, L’Artisan du livre, 1947, 2 vol., 446 p.
  • 39 Pour un développement précis du réquisitoire carcopinien, voir Sarah Rey, Écrire l’histoire ancienn (...)
  • 40 Henri-Irénée Marrou, « Défense de Cicéron », Revue historique, 177, 1936, p. 51-73.
  • 41 André Piganiol, « Un ennemi de Cicéron (à propos d’un livre récent) », Revue historique, 201, 1949, (...)
  • 42 « Observations sur le De Suppliciis », Mélanges Fernand de Visscher, Bruxelles, 1950, III, p. 229-2 (...)
  • 43 Claude Nicolet, La Fabrique de la Nation, op. cit., p. 206.

21Sans céder à l’illusion rétrospective, ni à la sanction a posteriori, il faut remarquer combien l’œuvre de cet historien érudit et formé par le positivisme d’un Fustel de Coulanges ou d’un Anatole France est pétrie d’une vision partisane assumée de Rome. L’apologie de l’impérialisme romain constitue l’un des premiers traits de cette vision. C’est la grandeur impériale qui est à la source de sa vocation de romaniste : à l’helléniste Georges Perrot, directeur de l’École normale, qui déplore son choix d’abandonner l’étude d’Athènes, Carcopino prétexte une faiblesse en grec pour masquer la vraie raison de son élection : « Je m’abstins d’invoquer l’attrait que, comparée aux luttes locales dont sont remplies les annales grecques, l’étonnante expansion de la puissance romaine en un empire universel avait exercé sur ma vocation34 ». Ce rejet des « luttes locales », pourtant germes du régime démocratique, au profit de l’intérêt pour l’impérialisme est très significatif, comme la capacité du jeune normalien à jouer les faux modestes pour motiver son refus sans risquer de compromettre sa carrière. Le goût de Carcopino pour le régime monarchique s’affirme ensuite : il est l’auteur d’un Sylla ou la monarchie manquée35, puis d’un César36, qui montrent une fascination prononcée pour le pouvoir personnel et la naissance des régimes autoritaires. Marc Bloch et Lucien Febvre le surnomment même « Sylla » dans leur correspondance de 194137. Si ces biographies ne suffisent bien sûr pas à ranger Carcopino dans l’extrême droite dès les années 1930, « l’Affaire Cicéron » représente une sorte de revanche sur les figures du parlementarisme honni. Pour résumer le débat, Carcopino, dans les deux biographies citées plus haut et surtout dans un volume consacré à la correspondance de Cicéron, qui serait pour lui une sorte de montage politique posthume, fait un portrait politique et moral particulièrement noir et appuyé de l’homme d’État romain, accusé à la fois de faiblesse et d’hypocrisie majeure, d’opportunisme confinant à la perversité, de bassesse, d’avidité38. L’ensemble de ses manipulations, conjugué à sa grande influence politique, expliquerait son rôle central dans la crise de la République39. Cicéron a déjà été l’objet de critiques dans les précédentes biographies de Carcopino, mais ce dernier ouvrage sur sa correspondance est un coup de grâce : Cicéron serait un véritable contresens de l’histoire romaine. En 1936 déjà, Henri-Irénée Marrou avait tenté de sauver Cicéron des griffes de son ancien maître40 ; André Piganiol, ancien condisciple de Carcopino à Rome et père du résistant Pierre Piganiol, répond vigoureusement après-guerre dans le compte rendu du livre de Carcopino, pour défendre Cicéron et sa « passion de la liberté41 ». Carcopino réplique l’année suivante, en allant même jusqu’à reprendre l’étude des Verrines, qu’il avait pourtant lues avec un regard moins sévère, pour achever de convaincre son lectorat de l’hypocrisie insoutenable de Cicéron42. Personne n’ignore l’arrière-plan idéologique de l’affrontement entre l’ancien secrétaire d’État sous Vichy et les romanistes proches de la Résistance, mais l’érudition scientifique, la qualité rhétorique de la charge carcopinienne comme le refus de sortir explicitement du champ romain obligent ses nombreux détracteurs à s’affronter sur le terrain de la Rome républicaine, sans pouvoir simplement disqualifier la polémique. L’acharnement de Carcopino contre Cicéron s’expliquerait à la fois par un réflexe de ténor du barreau défendant son « client » César, comme par une volonté d’attaquer en miroir Édouard Herriot, modèle du parlementaire accompli de la IIIe République, qui a réussi à survivre à Vichy comme à l’épuration sans perdre sa stature de sage43. Le plus étrange – ou le plus logique – dans cette « Affaire Cicéron », ce sont sans doute les nombreux parallèles qui apparaissent entre Carcopino lui-même et l’homme nouveau d’Arpinum, tous deux rhéteurs accomplis et légalistes convaincus, mais aussi flatteurs habiles et ambitieux perdus dans des époques troublées.

  • 44 Jérôme Carcopino, Points de vue sur l’impérialisme romain, Paris, Le Divan, 1934, p. 16.
  • 45 Ibid., p. 31.

22Jérôme Carcopino voit en l’Empire un régime autocratique fort, qui régénère la République romaine finissante. Plus largement, son admiration à l’égard de la politique impériale romaine est sans failles. Son ouvrage Points de vue sur l’impérialisme romain, paru en 1934, s’ouvre sur une apologie de la paix romaine, héritage des Césars, qui « au lieu d’étendre autour de soi la solitude des déserts et le silence des nécropoles, a rayonné comme une réalité active et bienfaisante, perpétuellement fécondée et ennoblie de tous les apports matériels et moraux qui, de Rome, se répandaient sur les provinces, en même temps que des provinces, comme la Gaule, ils convergeaient vers Rome44 ». Cette vision irénique de l’impérialisme romain montre, après un bref rappel des violences nécessaires des conquêtes et de la rapacité des premiers gouverneurs, l’établissement d’une balance positive de bienfaits entre Rome et ses provinces comme la Gaule. Selon Carcopino, la Gaule romaine a aussi contribué à la grandeur de l’Empire par un « impérialisme inversé » : les apports de la Gaule à la romanité, richesse agricole, intégration de ses élites, fidélité militaire. Inversement, les résistances militaires aux Romains opposées par certains peuples, non grecs ni gaulois, sont analysées comme des soubresauts inutiles de barbares voués à la disparition : la reine illyrienne Teuta, qui mène la guerre de 229-228 contre la puissance romaine, est dépeinte comme une « reine barbare d’une ignorance et d’un orgueil insensé » car elle ne se plie pas aux revendications « légitimes » du Sénat romain45. Elle continue de se livrer à des « attentats » sur ses « pirogues », en fait des lemboi, des vaisseaux de guerre légers également utilisés par le roi de Macédoine, dont la flotte ne se voit pas cependant qualifiée de « pirogues ». Certes, le mépris des indigènes et la misogynie sont loin de constituer l’apanage de l’extrême droite, et des républicains convaincus font eux aussi l’apologie de la paix romaine dans une approche de justification du colonialisme français. Cependant, dans la conclusion de l’ouvrage, Carcopino se rapproche nettement de la théorie du « bloc latin » chère à l’Action française, qui appelle à un rapprochement avec l’Italie fasciste, l’Espagne franquiste ou encore le Portugal de Salazar, pour encourager les politiques coloniales de ces États et conjurer la montée du péril germain, sans pactiser avec les « barbares » anglo-saxons.

  • 46 Ibid., p. 269.
  • 47 Ibid., p. 273.
  • 48 Jérôme Carcopino se montre intéressé par l’Action française, quoique parfois critique. Sa réserve à (...)
  • 49 Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux, les voyageurs français dans l’Italie des chemises noi (...)

23Cette conclusion était au départ une communication adressée au congrès Volta, organisé en novembre 1932 à l’initiative de l’Académie italienne des sciences, qui avait pour thème « l’Europe ». Dans sa communication, Jérôme Carcopino ne se livre pas à une apologie de la politique de l’Italie contemporaine. Tout au plus une discrète louange aux travaux de relèvement de la basilique de Leptis en Libye est-elle formulée. Mais, toujours en se livrant à une louange de la paix romaine et de la « guerre juste et sacrée », il exalte toutes les passions et les vertus qui rassemblent les pays européens, héritiers de cette Europa latine et qui justifient toutes leurs entreprises coloniales pour « européaniser le monde ». Contre les tentations pacifistes et humanistes, il appelle à la paix armée et à la défense de cette Europe puissante, en dénonçant l’indifférence pour le recrutement des soldats et le désengagement du service militaire, qui ont conduit l’Empire romain à sa perte. Les adversaires de l’Europe ne sont pas vraiment nommés, mais la formule « tel peuple que les Européens considèrent comme inférieur acquiert leurs canons avant leur culture46 » semble désigner un danger « barbare » extra-européen, peut-être soviétique. Le rappel de l’épisode de l’Empire gaulois constitué à la fin du IIIe siècle « pour lutter contre le péril germain » laisse entendre que la France doit toujours protéger sa frontière rhénane. Il conclut par un ferme appel à l’union avec l’Italie : « Unissons-nous, Italiens et Français, et tous tant que nous sommes à nous émouvoir de cette parole latine, pour en recueillir pieusement la vraie signification, et vivifier par nos actes la leçon qui descend sur l’Europe à venir de Rome éternelle47 ». Cette bienveillance envers l’Italie et ce soutien à la politique du « bloc latin » sont des thèmes de campagne partagés notamment avec l’Action française : Jérôme Carcopino signe en 1935 la pétition contre les sanctions prises à l’égard de la politique coloniale mussolinienne en Afrique, dont l’audience est large mais qui a été lancée par des intellectuels proches du Cercle Fustel de Coulanges48. Ce message clair d’unité avec l’Italie explique sans doute la bienveillance romaine à l’annonce de la nomination de Jérôme Carcopino comme directeur de l’École française de Rome en 193749 : les fascistes ne voient pas en lui un ennemi de leur politique de récupération de l’héritage romain.

  • 50 Michel Christol, « L’Empire romain en Afrique : aspects et résonances d’un impérialisme », Cahiers (...)
  • 51 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1949, p. 21.
  • 52 Il convient de comprendre ici le terme comme synonyme de « culture musulmane ».
  • 53 Stéphane Gsell, Leçon d’ouverture de la chaire d’histoire de l’Afrique du Nord au Collège de France(...)
  • 54 Clémentine Gutron, L’archéologie en Tunisie, XIXe-XXe siècles. Jeux généalogiques sur l’Antiquité, (...)
  • 55 De multiples exemples de ces parallèles dans Sarah Rey, Écrire l’histoire ancienne..., op. cit., p. (...)
  • 56 Ibid., p. 176, n. 319 ; Archives de l’EFR, dossier « Tunisie ».
  • 57 Archéologue, membre de l’École française de Rome, Léon Homo, deux décennies plus tard, fait partie (...)

24Un dernier thème de référence, qui prolonge celui de l’impérialisme, rapproche également les nationalistes de l’exemple romain : celui du colonialisme. Bien sûr, les historiens et les savants qui s’intéressent à la constitution de l’Empire romain sont légion dans cette première moitié du XXe siècle, et les thuriféraires de la Pax Romana appartiennent à tous les bords politiques. Les nationalistes voient cependant dans l’expansion romaine un programme pour la politique française, notamment en Afrique du Nord. Si la France est l’héritière de Rome, elle a une mission essentielle, celle d’apporter les lumières de la civilisation outre-mer, dans son empire colonial. Antiquisants et admirateurs de la colonisation se rejoignent souvent, leurs écrits s’influencent et, à propos de l’Afrique principalement, jugements moraux et parallèles contemporains fleurissent dans les œuvres des historiens de l’Antiquité. Comme le note Michel Christol, c’est d’ailleurs dans le contexte du « coup d’Agadir » et de l’expansion française au Maghreb qu’est créée en 1912 pour Stéphane Gsell la chaire « Histoire de l’Afrique du Nord » au Collège de France : l’expression même d’Afrique du Nord romaine, qui ne traduit ni le latin Africa, ni le grec Libuè, est une création française inspirée par la justification des conquêtes coloniales contemporaines50. La leçon d’ouverture de Stéphane Gsell, dont la singulière « manie du jugement » est dénoncée par Marc Bloch51, prend parti « contre cet islamisme52 fataliste qui tue l’énergie, méprise le travail et professe que la civilisation ne vaut pas les efforts qu’elle coûte53 ». Des travaux récents ont souligné l’abondance de parallèles faits entre colonisation française et assimilation à la romanité par les archéologues et historiens français en Afrique du Nord54. L’insistance sur l’assimilation à Rome des populations indigènes, le rappel du rôle positif de la « colonisation » romaine et les parallèles faits avec la colonisation française, les poncifs sur la « permanence » de « l’âme africaine » ou de « l’esprit berbère » se multiplient, encouragés par les exemples venus « du haut », du Collège de France, des universités parisiennes ou des inspections nationales des antiquités55. Certains archéologues eux-mêmes se conduisent même en parfaits colons : dans une lettre de 189956, l’archéologue Léon Homo57, qui fouille à Dougga en Tunisie, raconte comment il a fait lui-même procéder à l’expropriation d’une maison en faisant évacuer par les spahis « le propriétaire, ses femmes, son mobilier, etc. », et que, « la chose ne se faisant pas toute seule », il a fait enfermer le fils aîné de la famille expropriée dans la prison de Tébourzouk. L’anecdote commence par cette mention cynique : « Les Arabes de Dougga se sont montrés aussi malveillants que possible ». En l’absence de toute étude exhaustive à notre connaissance, on espère que ces brutalités d’archéologues constituent des actes isolés ; ils sont toutefois révélateurs de ce sentiment de supériorité coloniale qui n’épargne pas les savants au contact avec le terrain africain.

25Il convient toutefois de rappeler ici que dans la première moitié du XXe siècle, le colonialisme est alors un trait politique partagé par des milieux divers, notamment républicains, et n’est pas alors constitutif de cette « droite de refus » qu’est l’extrême droite. Le colonialisme est dans l’air du temps : si les antiquisants y sont sensibles, c’est que l’Afrique du Nord française leur fournit un terrain de fouilles immense, libre des concurrences allemande et anglaise. L’extrême droite s’empare du colonialisme progressivement après la Seconde Guerre mondiale, après les guerres de décolonisation. La référence à l’Empire romain vient alors au secours de la sauvegarde de l’Empire colonial. Elle est encore agitée aujourd’hui par les militants de l’Action française, comme on peut le lire sous la plume de Pierre Pujo en 2005 :

  • 58 Pierre Pujo, « Vive la colonisation », L'Action française 2000, 15 décembre 2005 : <http://www.actionfrancaise.net/presse-editoriaux-edito2691.htm>.

« La gauche a oublié la mission qu’un Jules Ferry ou un Albert Sarraut avaient, sous la IIIe République, assigné à la colonisation : apporter aux peuples d’outre-mer la “civilisation” démocratique. (...) Il est permis de critiquer cette conception idéologique qui conduisait à nier les cultures et l’organisation sociale des territoires sur lesquels la France établissait sa souveraineté. Il n’en reste pas moins que le positif l’a largement emporté sur le négatif. Les peuples parmi lesquels les Français se sont installés ont bénéficié des progrès matériels de la vie moderne, d’équipements médicaux et de soins dont ils ignoraient tout auparavant, de la possibilité d’enseignement pour leurs enfants et d’accès à la culture. Surtout, la colonisation a permis aux colonisés de faire l’apprentissage du français, une langue de communication universelle au contenu civilisateur. De la même façon, les Gaulois ont eu la chance d’être colonisés par Rome, même si les méthodes de César furent brutales. Par Rome, la Gaule s’est enrichie de tout le patrimoine de la civilisation antique. »58

  • 59 Sur ce point, voir Jean-Baptiste Picard, « Les victimes civiles de la guerre des Gaules de César », (...)

26La comparaison finale reprend la comparaison classique avec Rome, qui civilise la Gaule, même au prix de quelques brutalités, ce qui ouvre le droit et le devoir pour les Français, Gaulois romanisés, de civiliser à leur tour l’Afrique du Nord. On retrouve, presque inchangé et à peine nuancé, l’arrière-plan idéologique des admirateurs de l’Empire romain du début du XXe siècle : l’inégalité fondamentale des civilisations qui justifie la colonisation, le rôle éminemment positif de la colonisation, la civilisation des colonisés par la langue, qu’elle soit française ou latine, la vision réductrice des violences de la conquête, présentées comme un mal nécessaire59. Le colonialisme est devenu, depuis les années 1980, une des valeurs refuges de l’extrême droite, après avoir été l’une des politiques de la IIIe et de la IVe Républiques.

  • 60 Florence Dupont, Rome, la ville sans origine, op. cit.

27Dans cette histoire mêlée de la Rome ancienne et de la France contemporaine, toutes deux qualifiées « d’éternelles », il devient difficile de distinguer l’histoire romaine du mythe des origines de la France, d’autant que certains romanistes ont pris soin de multiplier des parallèles mystifiants plus qu’édifiants. Les Romains n’ont pas été de simples autocrates colonisateurs, et leur histoire peut donner prise à des lectures diamétralement différentes : là où Fustel de Coulanges faisait de l’Énéide une sorte de « roman national » de l’identité romaine, Florence Dupont y voit au contraire la démonstration d’une « absence d’origines » palliée par un récit fictionnel de non-fondation de Rome60. Sans doute convient-il de se méfier des visions fixistes d’une Rome éternelle seulement peuplée de légionnaires et d’empereurs autocrates, vouée à ne connaître que des périodes d’expansion ou de décadence : loin de cette lecture si rassurante, parce que facile et apparemment si familière, la réflexion sur la fiction juridique qu’est l’origo, ce point d’ancrage commun à tous les Romains, quelle que soit leur origine, ou sur l’image d’Énée, ce Troyen fugitif qui n’a pas fondé Rome, montre l’irréductibilité fondamentale de Rome à toute récupération identitaire.

Top of page

Notes

1 « Les nouvelles Jeanne d’Arc », Lyon-Capitale n° 738, nov. 2014 ou encore Leïla Miñano, « Les Caryatides, pétainistes en jupons », Causette n° 48, août 2014.

2 Voir les premières réactions sur Tweeter de Mathilde Larrère et Laurence De Cock : « Deux profs d’histoire détricotent les propos de Nicolas Sarkozy sur les Gaulois », blog de la rédaction du Monde, 20 septembre 2016.

3 Florence Dupont, Rome, la ville sans origine, Paris, Gallimard, 2011, p. 10.

4 L’extrême droite catholique lefèbvriste, en rupture avec Vatican II (et donc avec l’utilisation des langues vernaculaires pour l’administration des sacrements), est friande de dénominations latines faisant référence à l’Empire chrétien : on pense notamment à Civitas (la cité, mais aussi le siège de diocèse) ou aux fréquents « légionnaires », « centurions » et autres « milices » gravitant dans l’entourage de la Fraternité Saint-Pie X.

5 Ariane Chebel d’Appolonia, L’Extrême Droite en France de Maurras à Le Pen, Paris, Complexe, 1996, p. 12.

6 Jean-Christian Petitfils, L’extrême droite en France, Paris, PUF, 1987, p. 7-8.

7 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Amsterdam, 1734, édité par Catherine Volpilhac-Auger et Catherine Larrère, Paris, Gallimard, 2008. Loin d’une réflexion hagiographique ou décadentiste, le philosophe propose une interprétation systémique et interne de la crise de Rome : le succès des conquêtes et la paix de l’Empire ont finalement eu raison de la recherche du bien commun, raison d’être d’une petite République perpétuellement en guerre. Montesquieu, contrairement à Tacite ou Bossuet, refuse de voir dans l’Empire l’apogée de Rome, mais plutôt le début de son affaiblissement. Dans le discours en vers latins qu’il prête au chef breton Calgacus, la charge contre l’expansionnisme romain se fait virulente : « Voler, égorger, piller, c’est l’Empire sous ses faux noms ; là où ils ont créé un désert, ils appellent cela la paix ». Voir notamment Philippe Cibois, « Rome : histoire brisée ou décadence (1) : Montesquieu », dans La question du latin, Carnet Hypothèses, 2012 : <https://enseignement-latin.hypotheses.org/5520>.

8 Les fouilles de Pompéi, depuis les découvertes du comte d’Elbeuf en 1709, excitent les passions des souverains européens. Le premier consul Bonaparte n’est pas en reste : dès la proclamation de la République parthénopéenne en 1799, le général Championnet fait mener des campagnes de fouilles. Les rouleaux de papyrus découverts dans la villa dite de Pison à Herculanum font l’objet d’une négociation particulière, entre 1802 et 1803, entre Ferdinand IV et Napoléon : le premier accepte d’en envoyer six en France comme cadeau diplomatique. Joachim Murat, devenu roi de Naples en 1808, favorise également la recherche : paraissent alors les deux premiers volumes de l’ouvrage Les ruines de Pompéi, de l’architecte François Mazois.

9 Louis-Napoléon III fait rechercher et éditer les manuscrits des Commentaires de la guerre des Gaules et fouiller le site d’Alise-Sainte-Reine entre 1861 et 1866 pour écrire son ouvrage Histoire de Jules César, dont les deux premiers volumes sont parus en 1865 et 1866 à Paris, chez Plon, mais qui est resté inachevé.

10 Charles Maurras, Anthinéa, d’Athènes à Florence, Paris, Honoré Champion, 1901, éd. électronique 2013 par Maurras.net et l’association des Amis de la maison du chemin de Paradis : <http://maurras.net/pdf/maurras_athenes-antique.pdf>.

11 Ibidem, Athènes Antique, chap. XV, p. 49.

12 Ibid., chap. XV, p. 50.

13 Ibid, chap. XVI, p. 51.

14 Ibid., chap. XV, p. 50, n. 113.

15 Charles Maurras considère que la grandeur de l’Athènes démocratique est tout entière héritée de l’âge précédent : « Mon ami Maurice Barrès s'est publiquement étonné que j’eusse rapporté d’Attique une haine aussi vive de la démocratie. Si la France moderne ne m’avait persuadé de ce sentiment, je l’aurais reçu de l'Athènes antique. La brève destinée de ce qu’on appelle la démocratie dans l'Antiquité m’a fait sentir que le propre de ce régime n'est que de consommer ce que les périodes d'aristocratie ont produit ». Ibid., Préface, p. VI.

16 Christian Amalvi, « Charles Maurras et l’Antiquité (1895-1952) », dans Olivier Dard, Michel Leymarie, Neil Macwilliam (éd.), Le Maurrassisme et la culture. L’Action française, culture, société, politique (III), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 185-196.

17 Sur l’attitude contrastée de Clemenceau face à la Grèce et à Rome, voir Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Paris, Fayard, 2012, p. 572-574.

18 Cette interrogation a été transmise par la réponse de Maurras dans son discours « Barbares et Romains », paru dans l’Action française du 15 décembre 1906, repris dans l’introduction au « Dilemme de Marc Sangnier », paru dans La Démocratie religieuse, Paris, Nouvelles études latines, 1906, p. 26.

19 Michel Winock, « L’Action française », dans l’Histoire de l’extrême droite en France, Paris, Seuil, 1994, p. 130 ; Jacques Prévotat, L’Action française, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2004, p. 17.

20 Cette « double Rome », antique et catholique, a dispersé la culture hellène « dans l’univers, d’abord avec les légions de ses soldats et de ses colons, ensuite avec les missionnaires de sa foi chrétienne » : Maurras, article « Civilisation », Œuvres capitales : essais politiques, Paris, Flammarion, 1954, p. 179.

21 La première éducation littéraire et politique de Maurras s’est faite dans les rangs du Félibrige, mouvement de promotion de la langue d’oc fondé en 1854 par Frédéric Mistral : Charles Maurras félibre. L’itinéraire et l’œuvre d'un chantre, Louis de Montalte, Les Amis de la langue d'Oc, Paris, 1995.

22 Catherine Valenti, « L’Action française et le Cercle Fustel de Coulanges à l’école de l’Antiquité (première moitié du XXe siècle) », Anabases [En ligne], 4, 2006, p. 49-64, not. p. 53-54.

23 Jacques Bainville, Les moments décisifs de l’histoire de France, Paris, Robert Cayla, 1949, p. 67.

24 Un débat proche aura lieu dans l’Allemagne nazie : si Himmler et les néo-païens les plus radicaux soutiennent l’importance des recherches sur les Germains, Hitler et les « philoclassiques » ironisent sur les « fouilles de fonds de cabane » et souhaitent concentrer les efforts archéologiques sur la Grèce – le terrain romain étant bien évidemment occupé par Mussolini – afin de prouver scientifiquement l’identité entre Germains et Hellènes : Johann Chapoutot, Le nazisme et l’Antiquité, Paris, PUF, 2008, p. 236-244.

25 Yves-Marie Hilaire, « 1900-1945 : L’ancrage des idéologies », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Paris, Gallimard, 1992, tome 1, p. 530.

26 Cahiers du Cercle Fustel de Coulanges, 1ère année, n° 1, octobre 1928.

27 On lui prête la formule : « Le patriotisme est une vertu, l’histoire une science ».

28 Claude Nicolet, La Fabrique d'une nation. La France entre Rome et les Germains, Perrin, Paris, 2003, p. 218-221.

29 Catherine Valenti, « L’Action française... », art. cit., p. 57-59.

30 Ibid., p. 56.

31 Fustel de Coulanges, Leçons à l’impératrice sur les origines de la Constitution française, 1930, p. 146.

32 Charles Maurras, Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance, 1895-1905, Versailles, Bibliothèque des œuvres politiques, 1928 [1913], p. 66.

33 Stéphanie Corcy-Debray, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, L’Harmattan, 2001, et « Jérôme Carcopino et les lois d'exception », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2002, 49-4, p. 91-100.

34 Jérôme Carcopino, Souvenirs romains, p. 22, cité par Sarah Rey, « Jérôme Carcopino, un historien dans Rome », Anabases, 5, 2007, p. 191-206, p. 192.

35 Jérôme Carcopino, Sylla ou la monarchie manquée, Paris, L’Artisan du livre, 1931, 248 p.

36 Id., « César », dans Gustave Glotz (dir.), Histoire ancienne, 3e partie. Histoire romaine. II. 2. La République romaine de 133 à 44 avant J.-C., Paris, PUF, 1936, p. 489-1060.

37 Lettre de 1941 citée par Sarah Rey, Écrire l’histoire ancienne à l’École française de Rome, CEFR 462, Rome, EFR, 2012, p. 310, n. 194.

38 Id., Les Secrets de la correspondance de Cicéron, Paris, L’Artisan du livre, 1947, 2 vol., 446 p.

39 Pour un développement précis du réquisitoire carcopinien, voir Sarah Rey, Écrire l’histoire ancienne..., op. cit., p. 370-376.

40 Henri-Irénée Marrou, « Défense de Cicéron », Revue historique, 177, 1936, p. 51-73.

41 André Piganiol, « Un ennemi de Cicéron (à propos d’un livre récent) », Revue historique, 201, 1949, p. 224-234.

42 « Observations sur le De Suppliciis », Mélanges Fernand de Visscher, Bruxelles, 1950, III, p. 229-266.

43 Claude Nicolet, La Fabrique de la Nation, op. cit., p. 206.

44 Jérôme Carcopino, Points de vue sur l’impérialisme romain, Paris, Le Divan, 1934, p. 16.

45 Ibid., p. 31.

46 Ibid., p. 269.

47 Ibid., p. 273.

48 Jérôme Carcopino se montre intéressé par l’Action française, quoique parfois critique. Sa réserve à l’égard de tout soutien public à des mouvements politiques jusqu’en 1940 et son refus de tout « engagement » rendent plus difficile la lecture de ses opinions politiques. Mais ce « dégagement politique » est significatif en lui-même... Carcopino participe cependant aux déjeuners Hervieu, où il rencontre Philippe Pétain : voir Sarah Rey, Écrire l’histoire ancienne..., op. cit., p. 396-397. Nous ne partageons toutefois pas les prudentes réserves de l’auteure (p. 397, n. 183) sur la thèse de Stéphanie Corcy-Debray, dont certaines interprétations sont considérées comme « peut-être excessivement sévères » sur le rôle de Jérôme Carcopino à Vichy.

49 Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux, les voyageurs français dans l’Italie des chemises noires, CEFR 499, Rome, École française de Rome, 2014, p. 547.

50 Michel Christol, « L’Empire romain en Afrique : aspects et résonances d’un impérialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 128, 2015, p. 19-35.

51 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1949, p. 21.

52 Il convient de comprendre ici le terme comme synonyme de « culture musulmane ».

53 Stéphane Gsell, Leçon d’ouverture de la chaire d’histoire de l’Afrique du Nord au Collège de France, p. 28.

54 Clémentine Gutron, L’archéologie en Tunisie, XIXe-XXe siècles. Jeux généalogiques sur l’Antiquité, Paris, Tunis, Karthala/IRMC Éditions, 2010, 327 p.

55 De multiples exemples de ces parallèles dans Sarah Rey, Écrire l’histoire ancienne..., op. cit., p. 165-177.

56 Ibid., p. 176, n. 319 ; Archives de l’EFR, dossier « Tunisie ».

57 Archéologue, membre de l’École française de Rome, Léon Homo, deux décennies plus tard, fait partie des Français qui ont demandé et obtenu une audience à Rome auprès de Mussolini en 1935 : Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux, op. cit., p. 788.

58 Pierre Pujo, « Vive la colonisation », L'Action française 2000, 15 décembre 2005 : <http://www.actionfrancaise.net/presse-editoriaux-edito2691.htm>.

59 Sur ce point, voir Jean-Baptiste Picard, « Les victimes civiles de la guerre des Gaules de César », Camenulae en ligne, n° 2, juin 2008.

60 Florence Dupont, Rome, la ville sans origine, op. cit.

Top of page

References

Bibliographical reference

Gwladys Bernard, « Roma aeterna : l’Antiquité romaine et l’extrême droite française », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 147-166.

Electronic reference

Gwladys Bernard, « Roma aeterna : l’Antiquité romaine et l’extrême droite française », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5947

Top of page

About the author

Gwladys Bernard

Université de Paris-8, EA 1571, membre associée AnHiMA (UMR Anthropologie et histoire des mondes antiques)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page