Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

De Châtellerault à l’Asie : les archives d’un itinéraire communiste

Entretien avec Paul Fromonteil, militant et élu communiste, réalisé par Héloïse Morel, février 2017
Paul Fromonteil et Héloïse Morel
p. 129-136

Résumé

Après avoir été lycéen membre de l’UJRF, Paul Fromonteil mène depuis l’âge de 17 ans une vie de militant au sein du Parti communiste français. Il a été aussi militant étudiant et opposant à la guerre en Algérie. Il a débuté dans les responsabilités politiques au sein du Parti communiste comme secrétaire fédéral dans le département de la Vienne, puis comme secrétaire politique de Georges Marchais de 1976 à 1986. Dans ce cadre, il a assuré des missions internationales, notamment en Chine et au Vietnam. Il a été élu municipal à la mairie de Châtellerault, maire adjoint avec Édith Cresson. Enfin, il a été élu au Conseil régional du Poitou-Charentes, vice-président dès 1983, lors de la mise en place des régions, puis réélu et vice-président avec Ségolène Royal jusqu’à sa retraite politique en 2010. En 2013, l'élu et militant communiste a décidé de remettre toutes ses archives personnelles à diverses institutions publiques.

Haut de page

Texte intégral

1Quel est votre parcours et quelles réflexions ont nourri votre acte de donation des archives d'une vie ?

  • 1 Paul Fromonteil a publié en 2015 un livre retraçant sa vie militante : Paul Fromonteil, Mémoires d’ (...)

2J’ai vécu une vie militante qui s’est déroulée durant toute une partie du siècle dernier jusqu’à aujourd’hui1. Je me situe à une charnière de l’histoire dont j’ai été l’acteur. Actuellement, nous vivons une période de mutations considérables de notre civilisation, donc de l’histoire globale. En tant que communiste, je considère que le capitalisme a épuisé tout son souffle, nous avons besoin d’une révolution copernicienne, même s’il est difficile de savoir comment elle va s’engager. Pour qu’un nouveau chemin soit possible, il me semble essentiel de comprendre comment ont été vécus les enjeux considérables du siècle dernier, marqué par la violence avec les deux grandes guerres mondiales. C'est d'ailleurs à cette période que je me suis engagé dans le monde de la politique. J’étais lycéen à Tours, en Indre-et-Loire, au moment de la Seconde Guerre mondiale, et j’ai été marqué par l’occupation nazie ; l’Union soviétique proposait une alternative politique à laquelle j’ai adhéré. Je me souviens que nous étions six lycéens sur 140 à apprendre l’anglais. Cela démontre à quel point la bourgeoisie tourangelle était totalement sur la ligne de la collaboration avec les nazis ; c’est un phénomène politique significatif. J’ai pris ma carte au Parti communiste le jour où le socialiste Paul Ramadier a renvoyé quatre ministres communistes du gouvernement. Cela remettait en cause les valeurs de la Résistance portées par le gouvernement de 1947.

3Mes documents d’archives constituent soixante années de militantisme et de vie politique ; j'ai accumulé des témoignages, des documents qui peuvent être intéressants pour les chercheurs qui souhaitent comprendre les enjeux, les affrontements vécus par un militant, par des militants, par la société. Comment cela se traduisait-il concrètement ?

4J’ai été constamment, en tant qu’élu et communiste, à la charnière des questions locales, nationales, et lorsque j’étais secrétaire politique de Georges Marchais, j’ai participé aux grands débats politiques nationaux, de ceux qui ont précédé 1981 jusqu’à ceux des années 1990. Les enjeux étaient internationaux et nationaux.

  • 2 « Paul Fromonteil livre ses archives à l'histoire », La Nouvelle République, publié le 11/06/2014.

5Au moment de la donation de mes archives, j’ai trouvé symptomatique l’intérêt de la presse locale et de la télévision régionale. Ils savent que la région Poitou-Charentes ainsi que la société française de cette époque ont été marquées par le communisme. À mon sens, ces archives vont plus loin qu’une histoire politique régionale, elles sont représentatives des questions qui se posent actuellement face à la crise et à la mondialisation. Il s’agit de comprendre le passé pour préparer les réponses de l’avenir. Les deux pages de La Nouvelle République en juin 2014 sont significatives et montrent que ce don rendant accessible les archives n’est pas un acte anodin2.

6Vous avez décidé de déposer vos archives dans trois lieux différents : aux archives de la communauté de communes de Châtellerault, aux archives départementales de la Vienne et enfin aux archives nationales à Paris. Pourquoi avoir choisi ces trois lieux ?

7Je dispose de documents qui concernent à la fois mon rôle de militant comme secrétaire de la fédération communiste de la Vienne et secrétaire régional du parti pour le Poitou-Charentes. Mais également ma vie d’homme politique, comme élu à la mairie de Châtellerault avec Édith Cresson et comme vice-président de la région Poitou-Charentes avec Ségolène Royal.

8C’est la raison pour laquelle les documents concernant la vie politique locale iront aux archives de la communauté de communes du Châtelleraudais. Ces archives mettent en exergue les liens qui s’établissent, durant cette période, entre les luttes politiques et le mouvement social. La ville de Châtellerault est en plein cœur de la lutte ouvrière et possède une forte tradition sociale, ainsi qu’une originalité du mouvement syndical avec la manufacture d’armes et les industries technologiques de pointe (aéronautique, automobile…). Des recherches ont déjà été menées sur ce sujet, notamment par deux sociétés de recherche historique : le Centre de documentation et de recherche de la manufacture d’armes de Châtellerault et le Centre Châtelleraudais Histoire Archives (CCHA).

9D’autre part, les documents concernant la région et le département iront aux archives départementales de la Vienne à Poitiers. Plusieurs sujets d’études sont possibles à partir de ces archives, notamment sur le rapport entre les évolutions de la société, les mouvements sociaux et les luttes politiques. Pendant les décennies 1970-1980, les communistes étaient incontestablement la grande force politique dans le Châtelleraudais, au travers de la lutte avec la droite centriste et les socialistes.

  • 3 À propos des élections partielles de 1975 : Édith Cresson est battue mais elle déstabilise Pierre A (...)

10En 1975, la ville a vécu un événement politique important avec l’élection partielle de 1975, durant laquelle s’est jouée la montée au pouvoir du Parti socialiste en 1981. Mitterrand venait de signer le Programme commun en assurant à l’Internationale socialiste que cela lui permettrait de prendre deux millions de voix aux communistes. C’est dans ce contexte qu’eut lieu l’élection partielle suite à la démission de Pierre Abelin du gouvernement. Le Parti socialiste décidA alors de faire de cette élection la preuve de son succès dans une région de forte implantation communiste. À cette époque, je faisais 32 % au premier tour, tandis que le Parti socialiste faisait 5 %. Cette élection a été regardée en France et dans le monde entier. C’est alors une centaine de députés socialistes qui viennent dans chaque commune faire du porte à porte pour distribuer des tracts, accompagnés par des « taxis marseillais » qui transportaient les militants. Face à cela, j’ai mené une campagne habituelle très forte, traditionnellement communiste, toujours en rapport avec le terrain. Mais cette démonstration de force s’est traduite positivement dans les urnes, puisque j’ai été devancé de 70 voix par Édith Cresson3. C’est suite à cet événement que s’enclenche la négociation du Programme commun, qui entraînera la victoire de François Mitterrand en 1981 et la participation au gouvernement de quatre ministres communistes.

11Un autre aspect concerne la paysannerie rouge du sud du département, qui est semblable à celle du Limousin ou de l’Allier. On trouve également une spécificité en Charente, puisque la paysannerie rouge concerne les métayers du Confolentais. Dans le Montmorillonnais, la paysannerie rouge est importante car elle est liée à l’évolution des paysans de couche moyenne d’une tradition radicale et républicaine vers le communisme.

12Enfin, il est envisageable d’étudier l’exemple de Poitiers, qui est une ville de la fonction publique et d’enseignants. On y trouve une forte implantation du communisme dans ce milieu important de la fonction publique, notamment parmi les cheminots, les universitaires… Poitiers possède des caractéristiques particulières, comme lors de Mai 68, qui n’est pas à l’image du mouvement national. Toutes les facultés étaient occupées, ainsi que les administrations, les centres EDF et SNCF. Cependant, à la différence de Paris, on ne trouve pas de barricades et aucun affrontement n’a eu lieu entre les gauchistes et les communistes. L’originalité de Poitiers se trouve également au sein de la fédération du PCF qui ne pratique aucune exclusion et intègre les étudiants gauchistes.

13Quant au troisième et dernier niveau, il correspond à mes archives nationales et internationales. Je suis devenu le secrétaire politique de Georges Marchais en 1976, avec Jean-Claude Lefort, député d’Ivry-sur-Seine. J’étais au cœur des débats politiques, j’ai vécu la montée vers la victoire de l’Union de la gauche en 1981, ainsi que les trois ans de gouvernement de gauche à participation communiste. Cette période de secrétariat est pointue et riche. Durant cette période, nous voulions construire l’eurocommunisme en dessinant une voie originale et démocratique au socialisme. C’est à cette époque que Georges Marchais rencontre Santiago Carrillo, du Parti communiste espagnol, et Enrico Berlinguer, du Parti communiste italien, venu à Paris pour un meeting. Je me souviens qu’il y avait une foule immense. Une des missions qui m’a le plus marqué fut celle que j’ai effectuée en Pologne, où je suis resté un mois pendant toute la période de passage de pouvoir entre Wojciech Jaruzelski et Lech Walesa. C’était l’époque de Gorbatchev, et cette passation s’est faite sans affrontements. Elle a précédé d’un an la chute du mur de Berlin.

14J’ai conservé, comme il se doit, tous mes cartons contenant les documents préparatoires des discours de Georges Marchais. J’ai quitté le secrétariat en 1983 car dans l’évolution des choses, sur certains points, il n’y avait plus une totale compatibilité.

15Ces archives sont importantes pour bien comprendre ce qui se passe en profondeur. C’est pour cela qu’il y a les trois niveaux : le niveau local (comment vivait une section forte ayant une activité importante, un lien avec la population), le niveau régional et départemental avec des questions politiques qui méritent d’être éclairées (Mai 68, paysannerie rouge, l’élection partielle) et enfin le troisième niveau, national et international, avec la recherche d’un socialisme à la française, d’une voie nouvelle qui sorte le Parti communiste français d’une conception stalinienne des choses et ensuite la confrontation avec tous les grands mouvements nationaux.

16Vous distinguez vos archives personnelles de celles de la fédération. Quelle est la différence de contenu entre les deux ?

17Il n’y a pas seulement mes archives personnelles, les fédérations ont également des archives. En ce qui concerne la fédération de la Vienne, il existe 180 dossiers qui ont été remis aux archives départementales à la fin de l’année 2016. Il est nécessaire de faire un travail de repérage et de classement. On trouve dans mes archives différents éléments : le matériel édité concernant les questions locales, les luttes et combats ; les éléments sur la vie interne du Parti (les comptes rendus de réunions de section, de cellule) ; les informations sur l’organisation, sur la composition sociale du Parti. Il est évident que ces documents offrent une vision unilatérale, qui ne peut se suffire à elle-même. Ils permettent néanmoins d’appréhender les événements tels qu’ils sont vécus par des hommes et des femmes militants.

18Quant aux archives de la fédération, elles ont été bien conservées depuis 1950 grâce au travail d’archivage de l’imprimeur. Il en est de même pour les archives deS sections à Poitiers et Châtellerault, mais ce travail de conservation n’a pas été fait partout. Il reste à réaliser un travail important de collecte des archives personnelles ou familiales des militants.

19Mes archives concernant le niveau national ont déjà fait l’objet d’un classement. Plusieurs thèmes peuvent faire l’objet de travaux de recherche, comme les éléments des discours de Georges Marchais ainsi que les thèmes de discussion généraux. J’ai été plusieurs fois directeur de l’École nationale du Parti communiste français pour la formation des cadres et je suis intervenu sur différents sujets dont j’ai conservé des archives. Cette école durait quatre mois et elle n’était pas seulement un lieu de formation, mais surtout d’échanges et de débats. C’était donc une institution ouverte où on n’enseignait pas de dogmes ; c’était l’inverse, on questionnait nos idéaux politiques confrontés aux réalités sociales. Pour les militants qui venaient à cette école, c’était une pause dans l’activité quotidienne, mais une pause active où l’on se ressourçait par la réflexion.

20Selon vous, quels sont les projets qui émergeront suite au dépôt et au classement de vos archives ?

21Lorsque les archives locales, départementales et nationales vont recevoir l’ensemble des dossiers, elles devront fournir un travail de classement afin de faciliter les travaux d’analyse. L’ensemble de mes archives, couplées avec celles de la fédération, représente environ 140 cartons. L’historien Guillaume Bourgeois, directeur actuel du Centre de recherche interdisciplinaire d’histoire, d’histoire de l’art et musicologie (CRIHAM) de l’université de Poitiers, a d’ores et déjà inventorié les archives dans une vingtaine de répertoires.

22Concernant les recherches à venir, il faut préciser qu’il ne sera malheureusement pas possible d’étudier le Parti communiste avant la Libération en 1944-1945. Toutes les archives antérieures ont été détruites pour des raisons de sécurité. Les archives d’avant-guerre représentent la moitié de l’histoire du Parti, c’est donc un pan entier d’analyses qui échappe aux historiens. Il existe néanmoins sur cette période les archives de la police et celles de l’État, mais elles sont évidemment orientées. Le travail de l’historien est donc de confronter ces archives à celles du Parti, afin de comprendre en profondeur la réalité. Il reste à réaliser un travail de collecte des témoignages oraux et d’archives individuelles, ce qui est difficile car la plupart des acteurs ne voient pas l’intérêt et l’importance de témoigner. Si j’ai fait don de mes archives de mon vivant, c’est pour éveiller les consciences, inciter les autres militants communistes et socialistes à faire de même. Sur un sujet comme la paysannerie rouge du Montmorillonnais, il me semble essentiel de recueillir des témoignages concernant les maires et les paysans communistes. La plupart sont décédés ou sont très âgés, il y a donc un travail d’accompagnement urgent à effectuer.

  • 4 Maxime Vallée, La Fédération de la Vienne du Parti communiste français, de la mort de Maurice Thore (...)

23C’est la raison pour laquelle l’université de Poitiers, à l’initiative des historiens du CRIHAM, veut créer une association qui aura un triple objet : susciter des travaux de recherche en master et en doctorat, impulser des enquêtes sur le terrain pour recueillir témoignages et documents et créer les conditions de travaux historiques sur un certain nombre de problématiques. Ce projet est déjà en marche, puisqu’une série de mémoires ont été fait sur la fédération de la Vienne4, sur l’élection de 1975, sur les communistes de la Vienne, les communistes en Algérie et sur certains aspects de la paysannerie rouge. Il reste beaucoup de sujets à aborder, comme celui de l’échec de l’eurocommunisme, le meeting de Georges Marchais et Enrico Berlinger, ou l’échec du socialisme dans les pays d’Europe de l’Est, ou encore le rôle de l’Asie, de l’Afrique (je suis allé en particulier à Madagascar) et de l’Amérique latine hier comme aujourd’hui, la question du communisme dans les pays émergents de façon générale. À partir de mes archives, on pourrait aussi travailler sur l’École nationale du PCF, où j’ai évoqué mes interventions. L’ensemble de ces sujets peut donner lieu à des colloques et des expositions, ce qui a déjà débuté avec une journée d’étude le 14 février 2013. D’autres projets sont en cours.

24Quelle est la place du PCF hier et aujourd’hui ?

25J’ai vraiment le sentiment que le Parti communiste français a participé au patrimoine historique et culturel de la nation, c’est pour cela que je livre mes archives. Nous avons besoin de connaître la vérité et le Parti ne craint pas cette vérité. Sur les problèmes que nous avons croisés et les contradictions qui ont pu être les nôtres, je pense que le bilan est positif. Le PCF a apporté et apporte encore beaucoup au mouvement social, à la société et au monde. Notre contribution à l’enrichissement des valeurs révolutionnaires et républicaines est incontestable. C’est au nom de cette volonté d’ouverture que je cherche, ainsi que le PCF, à établir une coopération avec des associations, des organismes et des centres de recherche. Nous devons, dans les fédérations et les sections, aider la recherche en questionnant nos rôles en tant qu’individus dans un parti. Il faut parfois convaincre les militants de rassembler les souvenirs et les documents comme étant une nécessité pour l’histoire. C’est en particulier l’un des objectifs de l’Amicale des vétérans du Parti, qui doit convaincre que la mémoire ne concerne pas qu’eux et le passé car nous avons besoin de ces éléments de compréhension des luttes, des mouvements, pour comprendre aujourd’hui et demain.

Haut de page

Notes

1 Paul Fromonteil a publié en 2015 un livre retraçant sa vie militante : Paul Fromonteil, Mémoires d’un militant communiste et d’un élu républicain, 2015, disponible chez l’auteur (fromonteil.paul@laposte.net).

2 « Paul Fromonteil livre ses archives à l'histoire », La Nouvelle République, publié le 11/06/2014.

3 À propos des élections partielles de 1975 : Édith Cresson est battue mais elle déstabilise Pierre Abelin et finit par remporter les élections législatives en 1981 et les élections municipales en 1983.

4 Maxime Vallée, La Fédération de la Vienne du Parti communiste français, de la mort de Maurice Thorez à la signature du Programme Commun (1964-1972) : essai d’histoire du communisme local au prisme des archives de la Fédération de la Vienne du PCF, mémoire de Master 2, sous la direction de Guillaume Bourgeois, 2011-2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Fromonteil et Héloïse Morel, « De Châtellerault à l’Asie : les archives d’un itinéraire communiste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 129-136.

Référence électronique

Paul Fromonteil et Héloïse Morel, « De Châtellerault à l’Asie : les archives d’un itinéraire communiste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 135 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5926

Haut de page

Auteurs

Paul Fromonteil

Héloïse Morel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page