Navigation – Plan du site
DOSSIER

Faire de l’Exposition de 1937 une occasion de révolution urbanistique : Morizet et le rêve du « Grand Paris »

Pascal Guillot
p. 53-69

Résumé

Une exposition universelle ou internationale, par sa manière ambitieuse d’occuper l’espace, entraîne ipso facto un remaniement urbain. André Morizet, sénateur-maire socialiste de Boulogne-Billancourt, chantre du « Grand Paris », s’engage très tôt avec ses collègues sénateurs dans la relance d’un projet d’une nouvelle exposition internationale à Paris au début des années 1930. Préoccupé par les intérêts de la banlieue et soucieux d’un urbanisme rationnel et moderne, il n’accepte pas que l’Exposition se réduise au cœur parisien et ignore la banlieue. Il souhaite que son périmètre s’élargisse, qu’elle ait des effets sur l’urbanisation, qu’elle soit ambitieuse dans son propos en bénéficiant d’une nette rallonge budgétaire. Or, il se heurte à l’administration parisienne et même à celle de l’État, en particulier et paradoxalement sous le Front populaire. Ce parti pris finit par lui nuire dans sa carrière politique et notamment dans son dessein d’aménagement de la région parisienne en formation.

Haut de page

Texte intégral

1Né en 1876 à Reims, le provincial André Morizet, bourgeois déclassé, s’investit dès ses études de droit dans la politique. Engagé dans le combat dreyfusard, germanophile, il fait sa thèse sur les secrétariats ouvriers, organisation de base de la classe ouvrière allemande, alors sans équivalent dans le reste de l’Europe. Militant de gauche devenu journaliste socialiste, notamment à l’Humanité, homme de revues, telles Le Mouvement socialiste ou Le Courrier européen, un temps propagateur du syndicalisme révolutionnaire, hostile à l’État, profondément antimilitariste, il devient en 1919, à l’instar de son père, élu radical de Reims, maire socialiste de Boulogne-sur-Seine. Première ville de la banlieue parisienne sur le plan démographique, l’une des plus peuplées de France dès les années 1920, ville industrielle où s’implantent les industries aéronautique et mécanique, la blanchisserie, elle représente une ville limitrophe de la capitale, jamais éloignée des lieux de pouvoir et au cœur des projets d’aménagement de la région en formation. Morizet exerce aussi d’autres mandats électifs : conseiller général de la Seine en 1925, puis sénateur de 1927 à 1940. Ralliant le communisme dès le congrès de Tours, il prend vite ses distances avec la Troisième Internationale et cofonde en 1923 un parti hybride, l’Union socialiste communiste (USC), auquel se rallient essentiellement des élus de la Seine et des intellectuels à la recherche d’une unité ouvrière sans Moscou. L’USC veut s’imposer comme une composante déterminante de l’échiquier politique et comme une force incontournable dans la gestion municipale en banlieue. Mais, faute de pouvoir créer un parti de masse et efficace, Morizet revendique de nouveau l’étiquette socialiste quand il devient sénateur.

  • 1 Voir l’ouvrage d’André Morizet, Du vieux Paris au Paris moderne. Haussmann et ses prédécesseurs, p (...)
  • 2 Emmanuel Bellanger, « La traversée du Grand Paris », Mouvements, 2013/2, n° 74, p. 52-62. Voir aus (...)

2Voulant dépasser les étiquettes partisanes, favorable à la professionnalisation de l’action municipale, exerçant quatre mandats successifs, Morizet réunifie en 1925 les deux parties de sa ville, la populaire Billancourt et la bourgeoise Boulogne, créant ainsi Boulogne-Billancourt. Il veut faire de la ville un laboratoire de l’architecture moderne en confiant à de grands architectes, tel Tony Garnier ou Le Corbusier, la réalisation d’équipements municipaux. En faisant percer de nouvelles avenues dans la ville réunifiée, il a l’ambition d’être le « nouvel Haussmann » du XXe siècle : il réhabilite d’ailleurs le baron de l’Empire et le perçoit comme l’homme du changement d’échelle1. Il agit en technicien de l’action municipale et pense le « Grand Paris » dès les années 1910. Le vocable est utilisé dès 1910 par Louis Dausset, conseiller municipal modéré et rapporteur général du budget de la ville de Paris. Repris en 1913 par la Commission d’extension de Paris, son adoption et sa diffusion par le monde des élites urbaines « marquent un tournant dans l’histoire des relations de la capitale avec les communes suburbaines2 ». Morizet, avec d’autres élus du département de la Seine, comme le maire de Suresnes, Henri Sellier, est l’un des promoteurs du Grand Paris dans l’entre-deux-guerres, partisan de rapports de solidarité et d’intégration entre Paris et la totalité de la banlieue.

3Avec ses collègues sénateurs de la Seine, il relance en 1934 le projet d’une exposition internationale (et non pas universelle, car cette exposition était destinée à faire découvrir un domaine particulier, à savoir les arts et techniques) pour l’année 1937, tricentenaire du Discours de la méthode de Descartes. Le projet était dans les cartons depuis le tournant des années 1930, mais quelque peu tombé en sommeil. Or, les règles du jeu d’une exposition internationale sont désormais codifiées depuis la Convention de Paris de novembre 1928, rendue nécessaire par la multiplication des expositions et le besoin de garantie pour les exposants. Pour obtenir l’enregistrement du Bureau international des expositions (BIE) – organisation intergouvernementale qui encadre et réglemente les expositions depuis 1931 –, il faut que l’État invitant promeuve sa candidature.

4Quelle est pour Morizet l’ambition d’une telle manifestation ? Comment la conçoit-il dans le cadre qu’il souhaite promouvoir du « Grand Paris » ? Dans quelle mesure cette exposition peut-elle permettre l’expression de la banlieue et plus largement des classes populaires ? Pourquoi une figure du mouvement ouvrier qui contribue à relancer le projet d’exposition internationale, tant préoccupée d’urbanisme moderne et rationnel, finit-elle par se désintéresser d’une manifestation qui a une vocation culturelle et universaliste au moment où le Front populaire parvient au pouvoir ? Voici quelques-unes des questions auxquelles nous souhaitons répondre à travers cet article.

La relance du projet de l’Exposition internationale

  • 3 Journal officiel, Sénat, débats, 25 février 1932. Voir sur cette question la contribution de Madel (...)
  • 4 Le Bureau international des expositions (BIE dans la suite du texte) a été créé en 1931 et existe (...)
  • 5 Madeleine Rebérioux, « L’Exposition de 1937… », op. cit., p. 29.
  • 6 Voir sur ce point la contribution de Jean-François Pinchon, « La conception et l’organisation de l (...)
  • 7 Le territoire de Boulogne, fief électoral de Morizet, situé dans un méandre de la Seine, sur la ri (...)

5Après le semi-échec – sauf au plan technique – de l’Exposition coloniale de 1931, le 19 janvier 1932, une centaine de sénateurs, en particulier ceux de la Seine, proposent dans le cadre de la discussion budgétaire, non pas l’Exposition des arts décoratifs et industriels initialement prévue, mais une Exposition internationale de la Civilisation. La proposition est à l’ordre du jour de la séance du 25 février 1932 ; à l’unanimité, le Sénat adopte cette résolution3. Pour Morizet, il est logique que l’initiative revienne au Sénat, car il conçoit précisément celui-ci comme l’espace idéal de la subordination du politique à l’administratif, hors de toute considération partisane. Peu à peu se met en place une fusion de trois types d’exposition : une exposition de la vie ouvrière et paysanne – résolution du député socialiste de la Seine, Eugène Fiancette –, une exposition des arts décoratifs et une exposition d’art moderne. Dès le 7 octobre 1932, le ministre du Commerce remet au BIE un programme qui est accepté le 25 octobre4. Le décret du 16 janvier 1933, dû au ministre du Commerce d’Édouard Herriot, Julien Durand, obstiné de l’Expo, marque la naissance du projet – que l’on peut certes faire remonter à l’année 1929, sur proposition de ce même Julien Durand, alors député radical du Doubs. L’Expo est fixée à 1935. Mais en janvier 1934, le gouvernement de Camille Chautemps, plus à droite, renonce à la manifestation. Comme l’écrit Madeleine Rebérioux, « la conception financière des radicaux l’emporte sur les leviers traditionnels de gauche5 ». Certes, la pression exercée par les commerçants et par l’Union corporative des artistes français convainc le très conservateur conseil municipal de Paris (dont Pierre Taittinger) de relancer le processus, mais le mérite en revient surtout aux conseillers généraux et sénateurs de la Seine6. Ce département de la Seine, à cette époque le plus petit et le plus peuplé de France, englobe la capitale et les quatre-vingts communes la ceinturant7. Ils viennent trouver dès mars 1934 le radical Aimé Berthod, ministre de l’Éducation nationale du cabinet Doumergue et commissaire démissionnaire de la future exposition, ainsi que Lucien Lamoureux, ministre de l’Industrie et du Commerce, puisqu’il est le ministre chargé de l’exécution de la loi permettant l’organisation de la manifestation. En effet, en France, contrairement aux États-Unis notamment, la gestion des expositions est entièrement assurée par l’État. La démarche contribue à faire reprendre un projet en voie de disparition. Grâce à la démarche insistante des élus, le 15 mai 1934, une convention entre l’État et la ville de Paris est signée, aboutissant à l’enregistrement final de l’Exposition auprès du BIE le 23 octobre 1934. Le but clairement avoué par les sénateurs est de revigorer le commerce et de procurer du travail aux artistes et artisans, dans le contexte d’une France touchée à son tour par la crise économique. L’Exposition est donc conçue comme un remède à la crise : elle stimulera l’activité économique, en procurant notamment deux millions de journées de travail, et constituera une pièce importante des grands travaux vus comme un moyen de redressement du pays.

  • 8 Journal officiel, Sénat, débats, 26 juin 1934, intervention d’André Morizet, p. 816.

6Morizet et ses collègues de la Seine votent la ratification de la convention malgré les lacunes et les imperfections de cette dernière. Morizet ne présente pas d’amendement pour que la loi soit votée le plus rapidement possible. Pourtant, déjà, le projet ne lui donne pas totale satisfaction. Comme le révèle Morizet : « Le projet de l’Exposition s’est réduit de jour en jour, aussi bien en qualité qu’en quantité, subissant l’histoire de la peau de chagrin, que vous connaissez tous ; il s’est amenuisé petit à petit. En qualité, l’Exposition va se réduire finalement à une exposition des arts décoratifs, et elle ne sera guère qu’une exposition parisienne8 ». L’État n’attribue qu’une subvention de 15 millions de francs (en liquidant notamment l’Exposition coloniale) alors que la ville s’engage davantage, autour de 22 millions de francs. Or, selon Morizet, l’engagement financier de l’État ne peut demeurer modeste dans la mesure où le mode de financement particulier par la loterie nationale perdure (700 millions de recettes) et que toutes les expositions tenues depuis 1889 à Paris ont eu un excédent de recettes (obtenues à la fois par les entrées, la concession et la revente des matériaux).

Pour un périmètre élargi de l’Exposition et un urbanisme moderne et rationnel

  • 9 Pascal Ory, Les Expositions universelles de Paris, Paris, Ramsay, 1982, 158 p.
  • 10 Avant 1928, n’importe quel État peut, s’il le désire, organiser une exposition. Ce n’est qu’à part (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 Journal officiel, Sénat, séance du 12 mai 1933, intervention d’André Morizet, p. 1020. Sur l’Expos (...)

7Comme l’écrit Pascal Ory, l’utilité sociale des expositions se décline dans leurs huit fonctions. Outre celle d’exhibition économique et de foire commerciale, elles constituent un « levier urbanistique9 ». Morizet met particulièrement en avant cette fonction. Il fait de nombreuses fois référence aux expositions ayant eu lieu récemment et qui constituent selon lui des exemples à suivre ou, au contraire, de véritables ratages. Les références sont nombreuses dans la mesure où, avant 1928, la périodicité des expositions est fréquente10. Mais selon André Morizet, l’Exposition occupera un espace tout à fait médiocre et ne donnera que de faibles résultats au point de vue de l’urbanisation de la région parisienne. « C’est là, à mon sens, un vice fondamental11 ». Il cite comme contre-modèle l’Exposition de Düsseldorf, qui a permis l’aménagement des quais de la ville. De même, l’Exposition prévue en 1935 à Bruxelles imagine un vaste projet d’extension urbaine, qui fait pâlir d’envie certains architectes français. En effet, comme l’Exposition de Bruxelles de 1910, celle de 1935 anticipe un développement futur de la ville et laisse en place des infrastructures qui en constitueront le noyau. Toutefois, l’expérience se révèle assez malheureuse, dans la mesure où l’endroit concerné devient un vaste terrain vague au cœur de Bruxelles. Morizet propose de renouer avec les premières expositions, qui ont laissé à Paris de nombreux monuments : le Trocadéro en 1878, la tour Eiffel en 1889, les Petit et Grand Palais en 1900, alors que les Expositions des arts décoratifs de 1925 et l’Exposition coloniale de 1931 ont constitué selon lui de « véritables ratages », la dernière ne laissant que le musée des Colonies d’Albert Laprade, mais alors sans destination précise et utile. L’année précédente, il souhaitait déjà que la future Exposition « laisse des constructions utiles, alors que les expositions de 1925 et 1931 n’ont rien laissé derrière elles12 ». Pourtant, dès 1867, la place avait manqué et l’exposition des animaux vivants avait dû avoir lieu sur l’île de Billancourt. En 1878, une partie de l’Exposition avait dû se tenir à Vincennes et à Courbevoie.

  • 13 Voir notamment l’amendement Morizet, devenu article 160 de la loi de finances de 1932 [Journal off (...)
  • 14 L’architecte novateur Georges-Henri Pingusson – qui a travaillé à Boulogne – exprime dans des note (...)
  • 15 Voir la contribution de Jean-François Pinchon, op. cit.

8En fait, le projet d’Exposition de 1937 reprend celui de 1925 et doit rester sur l’emplacement classique des expositions antérieures, c’est-à-dire sur les rives de la Seine, en l’occurrence 27 hectares, puis finalement 100 hectares au cœur de Paris. Morizet estime qu’il s’agit d’une hérésie et déplore que le plan d’exposition dressé en 1933 par Auguste Perret – grâce à la bienveillance de son ami le ministre de l’Instruction publique Anatole de Monzie – ne puisse voir le jour, faute de crédits suffisants et de volonté politique. Ce plan avait l’avantage de libérer plus de neuf hectares : « Cette solution pratique est la solution d’urbanisme sans laquelle il n’y a pas d’exposition justifiable. Car elle libère pour l’avenir tous les terrains destinés au regroupement des ministères », idée de rationalisation de l’administration que Morizet soutient depuis le début des années 1930. En 1932, il dépose au Sénat un amendement à la loi des Finances qui réserve définitivement pour le regroupement des ministères tous les terrains du Quai d’Orsay, de la place Fontenoy et de la Manutention militaire, à savoir 140 000 mètres carrés, « la plus belle réserve foncière de terrains dont l’État dispose à Paris13 ». Cette solution permettait aussi le regroupement des collections nationales d’art au Louvre (grâce au départ d’une partie du ministère des Finances du pavillon de Flore) et le tracé d’une avenue – les « Champs-Elysées de la rive gauche »  – de l’avenue de Saxe à la gare Montparnasse. Certes, un comité d’étude, présidé par l’architecte Frantz Jourdain, lance un concours d’idées sur l’emplacement de l’Exposition. Les architectes Baudouin et Lods, qui ont réalisé une partie des cités-jardins chères à Henri Sellier, président du conseil général de la Seine, envisagent d’installer le site principal sur le Mont-Valérien. Morizet relaie donc les préoccupations d’architectes et urbanistes modernes et novateurs, voyant dans l’Exposition de 1937 l’occasion de mettre en application un plan d’urbanisme et le point de départ d’une organisation du Grand Paris14. Mais l’Exposition de 1931 avait laissé un mauvais souvenir : elle avait été installée à la porte de Vincennes, et les professionnels de la restauration et du commerce de luxe parisiens s’étaient plaints de l’absence de retombées économiques. Ils font donc pression sur les pouvoirs publics, notamment sur la ville de Paris, pour le choix d’un emplacement plus central en 1937. Ils emportent finalement la bataille15.

  • 16 Auguste Perret, ainsi écarté, construit en revanche le musée des Travaux publics, devenu le siège (...)
  • 17 Très clairement, les choix effectués au début des années 1930 par les pouvoirs publics privilégien (...)

9Ainsi, même si l’Exposition dispose d’un architecte en chef en la personne de Jacques Gréber, le plan d’ensemble est introuvable, la disposition des 200 pavillons se fait sans plan directeur, à l’exception de l’esplanade du Trocadéro. D’ailleurs, l’absence de volontarisme se traduit aussi à travers le choix par les pouvoirs publics des architectes réalisant les pavillons pérennes. Le concours de 1934 pour la construction du palais de Tokyo, occasion pour l’État de créer enfin un Musée national d’art moderne afin de remplacer l’Orangerie du Luxembourg et pour la ville une annexe du Petit Palais, attire quelque 300 architectes. À l’étonnement général, les candidats de renom, tels Robert Mallet-Stevens, Le Corbusier et Auguste Perret16, sont écartés alors que deux jeunes architectes adoptant un style palatial néoclassique, Dondel et Aubert, sont désignés. Pour le palais de Chaillot, les architectes lauréats Carlu, Boileau et Azéma traduisent aussi les choix conservateurs de Gréber, s’inscrivent dans la tradition monumentale française17 et font preuve d’un certain académisme néoromain, sorte d’architecture de compensation par temps de crise et assumant ses ressemblances avec les pavillons soviétique et allemand. Ainsi, la reconstruction du palais du Trocadéro s’est faite dans le plus grand désordre. Après avoir décidé de démolir le palais de 1878 et organisé un concours où domine le projet de Perret, on opte pour son camouflage. Puis on confie l’édification du nouveau Trocadéro à Carlu, Boileau et Azéma, guère remarqués jusque-là, dans le pur style monumental néo-romain. Ce qui précisément relève de la modernité est relégué dans l’une des rares annexes de l’Exposition, à savoir le pavillon des Temps nouveaux de Le Corbusier à la porte Maillot. Seul le pavillon de l’Électricité, confié à Robert Mallet-Stevens, et celui de la Publicité échappent à cet académisme, mais il faut préciser que ce sont deux réalisations qui voient le jour très tardivement, grâce au gouvernement du Front populaire.

  • 18 Journal officiel, Sénat, débats, 12 mai 1933, intervention d’André Morizet, p. 1020.
  • 19 Ibid.
  • 20 Journal officiel, Sénat, débats, 26 juin 1934, intervention d’André Morizet, p. 817.
  • 21 L’antimilitarisme de Morizet s’est manifesté tout au long de sa vie. En 1919, il publie aux éditio (...)
  • 22 Ibid., 19 mars 1936, intervention d’André Morizet, p. 355.

10Morizet souhaiterait que l’Exposition établisse un programme digne d’un « ministre réalisateur » et que l’axe de l’Exposition soit perpendiculaire à la Seine, du Trocadéro à la place de Fontenoy18. « Cela, c’était une conception d’envergure, c’était une conception d’urbanisme moderne, c’était un avantage permanent, un résultat tangible qui résulterait de l’Exposition. Hélas, il nous faut renoncer aux grands desseins ; l’heure n’est pas propice aux vastes entreprises, ou du moins la volonté manque pour en mener à bien. Bornons donc nos ambitions, mais si nous devons nous contenter d’ambitions modestes, tâchons de faire convenablement et proprement ce que nous faisons », alerte Morizet dès 193319. En juin 1934, il dénonce « le manque d’audace, l’étroitesse de vue et la mesquinerie20 » du projet, mais il espère des révisions et l’ajout de conventions complémentaires à la convention initiale. Le socialiste Morizet, fidèle à son antimilitarisme de jeunesse21, s’en prend particulièrement aux intérêts de l’armée, qu’il considère comme des intérêts privés, faisant fi de l’intérêt général. Ainsi, en mars 1936, il rappelle le vœu de la commission supérieure de l’exposition, émis l’année précédente sur l’ajout aux terrains attribués, d’au moins une langue de terre du VIIe arrondissement située entre le garde-meubles et l’avenue Rapp, constituée, entre autres, des écuries de l’Élysée sur laquelle doit se trouver l’entrée principale de l’Exposition. Morizet estime que les négociations auxquelles il a pris part n’ont donné « aucun résultat », malgré le plan de relogement des personnels de l’armée. En mars 1936, deux mois avant la victoire électorale de la coalition de Front populaire, il supplie le radical-socialiste Georges Bonnet, ministre du Commerce, d’intervenir auprès de l’Élysée afin que « les pauvres petits intérêts privés, qui jouent trop en cette occasion, ne soient pas mis en balance avec les intérêts supérieurs du pays22 ». Le ministre ignorera la doléance de Morizet.

L’Exposition qui aurait dû valoriser la banlieue

11Selon Morizet, l’Exposition ignore la banlieue. Selon lui, elle aurait dû se dérouler en dehors de Paris, dans une partie de la région encore insuffisamment urbanisée. Le sénateur-maire met à nouveau en évidence les exemples étrangers : dès 1873, l’Exposition de Vienne s’est déroulée dans la périphérie de la capitale de l’Empire ; celle de Philadelphie, en 1876, a eu lieu sur les collines du Fairmont Park, immense espace vert à l’ouest de la ville ; celle de Saint-Louis a eu lieu à Forest Park, à huit kilomètres du centre-ville. En revanche, Paris reste dans ses murs, même si la manifestation doit se dérouler sur deux vastes esplanades sans plantations séculaires à respecter, les Invalides et le Champ-de-Mars. L’armée est propriétaire du Champ-de-Mars, mais est tolérante sur la présence temporaire de l’Exposition, tout en exigeant la restitution des lieux dans leur nudité première.

12En fait, seule l’exposition des jardins doit se dérouler en banlieue, dans le parc de Sceaux, mais « rien de neuf ne sortira de l’Exposition » affirme Morizet. Il faut néanmoins relativiser cette centralité parisienne dans la mesure où l’Exposition se déroule aussi dans d’autres annexes, terme alors utilisé pour désigner des installations périphériques aux portes de la capitale, voire en banlieue proche. L’annexe de la porte de Saint-Cloud est dédiée aux sports, à la chasse et à l’eugénisme (il reste les fontaines de l’entrée de cette annexe, réalisées par Landowski). Celle de la porte Maillot est consacrée à l’artisanat, à l’habitat rural, à l’hygiène et aux « temps nouveaux ». Celle dite Kellermann, du nom du grand parc créé ici sur la zone laissée par l’ancienne ceinture de Thiers, près de la porte d’Italie, accueille les auberges de jeunesse et des scènes de théâtre. Mais ce ne sont que de petites sections, et précisément des annexes, de surcroît fort peu éloignées de la capitale.

  • 23 Ibid.

13Ce que craint aussi Morizet, en se référant à une lettre du préfet de police au ministre du Commerce, ce sont les encombrements de circulation et la difficulté pour les banlieusards à se déplacer dans le Grand Paris. Il soutient qu’étant donnée la configuration spatiale de l’Exposition, l’ouest de l’agglomération – dont il est l’élu – sera totalement coupé du centre, entraînant ainsi de gigantesques embouteillages. Il observe qu’au lieu de récupérer les deux hectares des écuries, l’Exposition occupe seulement des morceaux de trottoirs et de quais et la petite île aux Cygnes, située à l’ouest de Paris dans le XVIe arrondissement, où se trouve une réplique de la statue de la Liberté : « Nous nous sommes heurtés, chez les fonctionnaires à qui nous avons eu affaire, à une fin de non-recevoir absolue. C’est pour conserver leurs logements gratuits à ces messieurs qui n’y ont aucun droit, qu’on s’apprête à embouteiller Paris et à rendre la circulation impossible à des centaines de milliers d’habitants. Je ne puis, moi, représentant de la région intéressée, admettre que pour des commodités domestiques, l’intérêt général soit ainsi méconnu23 ».

  • 24 Ibid.

14Néanmoins, jusqu’en mars 1936, Morizet croit encore au projet et à sa possible amélioration. Le jour même de son intervention au Sénat, le 19 mars 1936, celui qui se veut un homme de terrain, pour démontrer le bien-fondé de ses propositions, visite le chantier de l’Exposition avec le commissaire général Edmond Labbé, haut fonctionnaire promoteur de l’enseignement technique, « qui apporte dans sa tâche une foi dont nous lui devons d’être reconnaissants », et il célèbre « une grandiose manifestation à laquelle 36 [finalement 44] nations vont participer et sur le chantier de laquelle on travaille avec zèle et en avance sur l’horaire établi24 ».

Espoirs et désillusions du Front populaire

  • 25 Journal officiel, Sénat, débats, 13 août 1936, intervention d’André Morizet, p. 1325-1327.

15Après l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Léon Blum, des rallonges budgétaires successives arrivent : 200 millions en août 1936, puis 142 millions sur des fonds destinés aux grands travaux, et enfin 5,7 millions en octobre 1937. Cependant, lorsqu’il se rend compte que le projet voit ses ambitions réduites, estimant les premiers besoins à au moins 255 millions, Morizet ne se gêne pas pour attaquer ses propres amis politiques du gouvernement de Front populaire. En cette courte phase d’intense activité réformatrice de l’été 1936, il déclare au Sénat le 13 août 1936 : « On n’organise pas une exposition internationale avec des crédits insuffisants. Je me refuse pour ma part à voter l’avenant qui nous est soumis. Je demande au gouvernement de ne pas endosser le projet que les circonstances l’amènent à vous présenter, de ne pas le faire sien25 ».

  • 26 Ibid.

16Morizet ne cède pas, préférant s’aliéner le soutien des siens plutôt que de cautionner ou de laisser prendre des mesures qu’il juge contraires à l’intérêt général, preuve que chez lui l’administratif prend le pas sur la politique. Fustigeant l’absence de volonté politique et la défense des intérêts particuliers, Morizet n’hésite pas à qualifier sévèrement l’Exposition : si aucune modification n’a lieu, elle sera « une entreprise indigne de notre pays », « le plus piteux des ratages », « un fiasco »26. Fustigeant l’ambiguïté de l’alliance entre art et technique, il ironise même sur ce que l’on va exposer à cette Exposition. Il craint que la France n’ait rien à montrer de significatif, au contraire de l’Exposition de Bruxelles de 1935 qui montrait une rétrospective des maîtres flamands, « en sorte que dans le pays le plus riche en trésors d’art, on se demande encore si l’Exposition aura à montrer à ses visiteurs autre chose que des attractions foraines ». Il n’hésite pas à affirmer que la France risque ainsi de s’exposer à « se trouver demain devant le monde en posture ridicule ».

  • 27 Ibid.

17Il incite alors le nouveau gouvernement « à ne pas persévérer » et donc à modifier le plan général de l’Exposition, quitte à retarder d’un an l’ouverture de la manifestation, en renonçant à l’occupation des quais des deux rives et en annexant les écuries de l’Élysée. Morizet appuie d’ailleurs sa démonstration en faveur d’une ouverture différée par les arguments des retards et des grèves qui affectent le chantier. Surtout, même s’il reconnaît que le gouvernement hérite d’une situation qu’il n’a pas créée, il l’invite à « faire acte de gouvernement27 ».

  • 28 Ibid. Voir aussi l’intervention du 2 septembre 1936 au Sénat et les notes d’André Morizet sur ce p (...)

18Morizet reçoit une fin de non-recevoir de la part de la majorité à laquelle il appartient. Certes, en tant qu’élu socialiste et figure tutélaire du mouvement ouvrier en banlieue, il contribue à la victoire du Front populaire. Mais il n’a aucun poids dans l’appareil du Parti socialiste, n’y exerce aucune responsabilité, préférant se replier sur sa mairie et se présentant davantage comme un réformateur compétent plutôt que comme un homme de parti. En formant son gouvernement, Léon Blum privilégie Henri Sellier, nommé ministre de la Santé plutôt que Morizet, comme lui élu du département de la Seine et sénateur, alors que ce dernier caressait l’ambition d’être nommé ministre des Travaux publics. Pierre Bastid, ministre du Commerce, regrette le caractère tardif de ces critiques, ou du moins sans effet depuis deux ans. Joseph Caillaux, président de la commission des finances, se dit « incompétent sur les questions d’ordre technique que [Morizet] a soulevées ». Léon Blum, président du Conseil, défend le « contrôle vigilant » des dépenses publiques et soutient explicitement l’ancien projet : « Messieurs, il y a une continuité gouvernementale, même quand les majorités changent ». La gauche de gouvernement se veut garante de la continuité républicaine. C’est ainsi que, considérant que l’avenant présenté aboutit à de « véritables absurdités », il décide de ne plus collaborer ni au conseil supérieur, ni au comité permanent de l’exposition, qu’il considère pourtant comme « l’enfant des sénateurs de la Seine » : « Messieurs, tout a des limites. Je viens aujourd’hui – je ne dirais pas libérer ma conscience, le mot serait trop fort – mais dégager du moins ma responsabilité en vous faisant connaître ce que j’ai été à même de constater28 ».

Des préoccupations contrariées en matière d’urbanisme

  • 29 L’École de Paris, certes marquée par un pluralisme de styles, allant de la figuration allusive à l (...)
  • 30 Alors que les compagnies de chemin de fer ne sont pas encore nationalisées, la mesure de billet de (...)
  • 31 Le Corbusier, de son vrai nom Charles-Édouard Jeanneret, est à l’origine du Plan Voisin pour la ca (...)
  • 32 Georges Henri Rivière, ethnologue, est à l’origine du Musée français, dit des Arts et traditions p (...)
  • 33 Pascale Goetschel, « La salle V : visite en Front populaire », dans Histoires d’O. Mélanges d’hist (...)
  • 34 Christian Zervos, éditeur d’art, directeur éditorial et maquettiste de la revue Cahiers d’art, ass (...)

19Paradoxalement, Morizet ne commente pas les nouvelles orientations de l’Exposition prises par le gouvernement de Front populaire. Comme l’écrit Pascal Ory, « [ce dernier] gauchit l’entreprise initiale ». Il encourage en effet l’art mural et les créations collectives d’artistes : les peintres de l’École de Paris29, communauté internationale d’artistes ayant vécu et travaillé à Paris dans l’entre-deux-guerres, Maurice Estève, Eugène Bissière, ou encore les artistes faisant référence à la modernité, célébrant la machine, le rythme et la vie urbaine, comme le couple Delaunay ou Fernand Léger. Pas moins de 718 commandes (dont 345 décorations murales) sont passées par l’État auprès des artistes, pour un total de 20 millions de francs avec la participation de la Ville de Paris. Ainsi naissent de véritables ensembles décoratifs en lieu et place de sculptures décoratives plaquées sur des bâtiments, comme par exemple l’œuvre monumentale de Fernand Léger à la gloire du travail et de la modernité, Transport de forces, dans le nouveau palais de la Découverte créé par le gouvernement de Léon Blum au sein du Grand Palais. De même, celui-ci veut rendre l’Exposition plus attractive, la « populariser » en quelque sorte, notamment auprès des plus modestes. Ainsi, le billet populaire de congé annuel voulu par le secrétaire d’État aux Loisirs et aux Sports, Léo Lagrange, permet à quelque 200 000 personnes de visiter l’Exposition30. Max Hymans, nommé commissaire général de l’Exposition par le Front populaire, met toute son énergie à populariser la mesure, si bien qu’on parle de « trains Max Hymans ». De même, il propose dans le même sens une journée hebdomadaire à demi-tarif et facilite l’hébergement dans des auberges de jeunesse, dont le réseau se développe aussi grâce à Léo Lagrange. Léon Blum, personnellement, s’engage à donner une place à l’architecture moderne, et notamment à Le Corbusier, figure tutélaire de l’architecture moderne31, avec son pavillon des Temps nouveaux, marqué par un renouveau stylistique, héritier du pavillon révolutionnaire de l’Esprit nouveau, au style puriste, créé pour l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 à Paris. Ce pavillon présente les réalisations technologiques et architecturales les plus avancées de l’époque. Grâce à des personnalités comme Julien Cain, Jean Cassou et Henri-Georges Rivière, tous trois antifascistes et préoccupés par la place de la culture – notamment populaire – dans la société32, on permet l’ouverture de « sites de gauche », pour reprendre l’expression de Pascal Ory : le pavillon de l’organisation des loisirs et de l’assistance publique (Robert Delaunay), celui du syndicalisme (Fernand Léger) et celui du travail et de la solidarité (rôle de Jean-Baptiste Lebas). Surtout, au sein de ce dernier, la salle V, comme l’écrit Pascale Goetschel, « offre une mise en scène exemplaire des loisirs de masse et […] en dit beaucoup sur le lien entre progrès social, recherche du bonheur individuel et accomplissement des masses33 ». Enfin, le Front populaire est à l’origine d’expositions de très grand éclat : l’exposition des chefs-d’œuvre de l’art français, initiative de Léon Blum lui-même, et celle sur « les origines et découverte de la peinture internationale contemporaine » confiée à l’éditeur d’art Christian Zervos et à Paul Éluard, liés tous deux au mouvement surréaliste34, avec dans le jury notamment les artistes Georges Braque et Pablo Picasso.

  • 35 Voir sur cette question le chapitre consacré à l’écologie urbaine dans l’ouvrage de Pascal Guillot (...)

20Morizet ignore ces aspects positifs et ces entreprises en ordre dispersé. Il récuse une démarche qu’il juge incohérente. Il raisonne en termes d’urbanisme et d’architecture dans une Exposition qui précisément ne s’en préoccupe guère, pas davantage que de plan directeur ou de rationalisation. Tandis que Henri Sellier veut amener les eaux de la Loire à Paris pour alimenter l’agglomération en eau potable et juguler les maladies, Morizet a d’autres préoccupations qui l’amènent à pourfendre la vision à ses yeux étriquée de l’Exposition : déjà à l’origine de plusieurs lois d’écologie urbaine, dont celle de 1932 portant son nom relative aux fumées industrielles et une autre sur le classement des rues privées35, il rêve d’urbanisme, de jardins, de terrains de sport et d’une capitale capable de rivaliser avec les autres métropoles européennes.

  • 36 Fondation Le Corbusier, H3-11 (17), lettre de Le Corbusier à André Morizet, 25 février 1936.
  • 37 Fondation Le Corbusier, E2-16 (360),lettre de Le Corbusier à André Morizet, 7 juillet 1936.

21Ce n’est pas sans raisons que Le Corbusier, qui entretient un échange épistolaire avec Morizet et le rencontre pour des projets municipaux, voit en lui « un homme ouvert aux solutions modernes ». Reconnaissant à Morizet le fait d’ouvrir des brèches utiles à la croissance urbaine dans sa ville (par les unités d’habitations collectives, la possibilité de construire en hauteur et la régulation des flux par le percement d’avenues et le prolongement du métropolitain en banlieue), il imagine que le projet urbain initié à Boulogne peut faire tache d’huile sur l’ensemble de la région parisienne : « L’urbanisation de Boulogne représente une opération extrêmement significative, étant donné l’esprit qui guide son administration et la nature de sa population, et surtout la nature si favorable du sol, ainsi que l’état précaire des habitations de la commune. Pourquoi Boulogne ne serait-elle pas la commune qui déclencherait le grand mouvement que Paris espère36 ? ». Morizet, propagateur du Grand Paris, fort de sa légitimité d’édile d’une commune limitrophe de la capitale, et Le Corbusier déplorent tous deux l’absence d’ambition de l’Exposition de 1937, voire l’étroitesse d’esprit de Paris en matière d’urbanisme depuis les travaux d’Haussmann : « Ce qui manque à la ville de Paris actuellement, conviction que nous partageons tous deux, écrit Le Corbusier, c’est de reprendre sa grande ambition historique et de tourner le dos une fois pour toutes aux mesures de crainte, de petitesse et de médiocrité qui ont sévi depuis Haussmann37 ».

  • 38 Il faut noter que le périmètre d’intervention du département de la Seine ne correspond plus à la f (...)
  • 39 Archives nationales, F60 507, arrêté de nomination. Voir aussi Archives nationales, F2 2951 et le (...)

22Morizet paie le prix fort de son engagement. Son intervention en août 1936 sur les ratages de l’Exposition de 1937 met fin à son ambition. Sur 231 votants, seuls trois sénateurs – dont lui-même – refusent d’adopter l’avenant prévu pour l’Exposition. Une position si tranchée et si peu amène du sénateur envers le gouvernement prédispose d’autant moins son chef à le nommer à la tête d’un éventuel haut-commissariat de la région parisienne. Léon Blum se contente de remanier le Comité supérieur d’aménagement et d’organisation de la région parisienne (CSAORP) de 192838, d’en modifier la composition et les attributions, et de nommer Morizet à sa présidence sans en élargir fondamentalement les compétences39. Le Comité est doté d’une commission exécutive et est rattaché directement à la présidence du conseil. Mais par conséquent, la gestion administrative du département de la Seine continue de relever des deux préfets et la réforme se réduit à l’aménagement de la région parisienne, tandis que Morizet se voit dans l’impossibilité d’avoir accès au conseil des ministres. Une fois nommé, il rencontre les mêmes difficultés que son prédécesseur, Louis Dausset, à faire vivre l’organisme et à lui conférer un certain crédit auprès du gouvernement de Front populaire. Paradoxalement, il faut attendre la démission de Blum pour voir une relance des activités du Comité, sous la présidence du conseil de Camille Chautemps.

23Certes, les motivations politiciennes ne sont nullement absentes de l’appréciation négative de Morizet : il critique le projet en 1933 et 1934, mais vote les avenants et n’intervient pas une seule fois sur la question en 1935. Mais de façon plus générale, il pourfend une vision étriquée de la manifestation culturelle, et son corollaire : une absence de volonté politique forte de l’État et de pensée urbaine digne de ce nom. Transparaît ainsi clairement la vision de la politique de Morizet, partisan d’une intervention forte de l’État dans les domaines économique et culturel – ne cessant de souligner d’ailleurs la dimension économique de la culture – et d’une vision à long terme de la ville. L’impératif « Ne marchons plus sans savoir où nous allons », employé à trois reprises dans ses discours sur l’Exposition, ou des variantes : « Il faudrait qu’un programme fût rédigé », insistent sur les méfaits de l’improvisation et la nécessité d’une planification. Selon lui, dans une logique keynésienne, seuls une régulation publique et des moyens financiers suffisants permettent à la fois une politique culturelle ambitieuse et une lutte contre le chômage. Un gouvernement, pour faire acte de gouvernement, doit montrer sa capacité à agir sur le long terme et à impulser des orientations clairement définies. Loin de la pensée anti-étatique de sa jeunesse, fidèle cependant à un certain antimilitarisme, Morizet défend une sorte de réformisme esthétisant, conjuguant efficacité et volonté de rendre la ville plus belle, plus juste et plus praticable. Notamment, désormais, les arts doivent supplanter la chose militaire.

24Avec 31 millions d’entrées, l’Exposition remporte certes un succès populaire auquel contribue largement le Front populaire. Mais elle n’en est pas moins la plus bâclée et la plus catastrophique des expositions parisiennes. Le président Lebrun l’inaugure le 24 mai 1937 – au lieu du 1er mai – dans le chaos d’un chantier inachevé. Jean Zay, dans ses Mémoires, relate cette situation que Morizet avait pressentie : « L’Exposition de 1937 connut un destin injuste. Elle porta jusqu’au bout la malédiction de son retard initial. […] Quand, au jour de l’inauguration, le cortège officiel […] eut sous les yeux le spectacle d’un immense chantier où tant de constructions n’étaient qu’un squelette informe, ce fut une minute humiliante ». À sa fermeture, en novembre, elle accuse surtout un déficit colossal de 750 millions de francs.

  • 40 Danielle Tartakowsky, Le Front populaire. La vie est à nous, Paris, Gallimard, 2007, 144 p., p. 98

25Néanmoins, l’Exposition de 1937 contribue, grâce à l’action du Front populaire, à faire du patrimoine culturel un bien commun et s’attache à démocratiser son accès. Mais si le gouvernement de Front populaire se permet, pour la première fois dans l’histoire culturelle du pays, de promouvoir l’avant-garde artistique et de pourfendre l’académisme propre aux précédents régimes politiques de la Troisième République, il n’en demeure pas moins, comme l’écrit Danielle Tartakowsky, que ce gouvernement « rejette résolument toute idée de culture officielle […] et s’interdit d’intervenir sur le contenu des œuvres40 ». En tout cas, l’esthète Morizet voit dans l’exposition une occasion perdue de remodeler et d’urbaniser la région parisienne alors en formation, un espoir déçu d’imaginer un « Grand Paris » capable tout autant de rivaliser avec les autres capitales européennes que de lutter contre les inégalités sociales et territoriales.

Haut de page

Notes

1 Voir l’ouvrage d’André Morizet, Du vieux Paris au Paris moderne. Haussmann et ses prédécesseurs, publié chez Hachette en 1932. L’ouvrage a été réédité récemment par Thierry Paquot chez Infolio (André Morizet, Du vieux Paris…, éditions Infolio, 640 p., 2015, préface de Thierry Paquot). Voir aussi sur ce point Pascal Guillot, André Morizet, un maire constructeur dans le Grand Paris, Éditions Créaphis, 2013, 509 p., p. 351-358.

2 Emmanuel Bellanger, « La traversée du Grand Paris », Mouvements, 2013/2, n° 74, p. 52-62. Voir aussi, sur cette question, entre autres, Emmanuel Bellanger, Annie Fourcaut et Mathieu Flonneau (dir.), Paris/Banlieues. Conflits et solidarités, Grâne, Éditions Créaphis, 2007, 480 p. ; Emmanuel Bellanger, Annie Fourcaut et Mathieu Flonneau, « Aux origines du Grand Paris », L’œil des chercheurs, Paris, Belin, 2008, p. 153-173 et Pascal Guillot, op. cit., p. 250-270.

3 Journal officiel, Sénat, débats, 25 février 1932. Voir sur cette question la contribution de Madeleine Rebérioux, « L’Exposition de 1937 et le contexte politique des années trente », dans Bertrand Lemoine (dir.), Cinquantenaire de l’Exposition internationale des Arts et Techniques de la vie moderne, IFA/Le Moniteur, 1987, 510 p., p. 26-35.

4 Le Bureau international des expositions (BIE dans la suite du texte) a été créé en 1931 et existe toujours aujourd’hui, avec comme but de réglementer les expositions internationales.

5 Madeleine Rebérioux, « L’Exposition de 1937… », op. cit., p. 29.

6 Voir sur ce point la contribution de Jean-François Pinchon, « La conception et l’organisation de l’Exposition de 1937 », dans Bertrand Lemoine (dir.), Cinquantenaire…, op. cit., p. 38-45.

7 Le territoire de Boulogne, fief électoral de Morizet, situé dans un méandre de la Seine, sur la rive droite, fait partie du département de la Seine. La Seine-et-Oise, comprenant entre autres les communes situées sur la rive gauche de la Seine (comme Sèvres) et celles les plus éloignées de la capitale, constitue l’autre département de la région parisienne en formation.

8 Journal officiel, Sénat, débats, 26 juin 1934, intervention d’André Morizet, p. 816.

9 Pascal Ory, Les Expositions universelles de Paris, Paris, Ramsay, 1982, 158 p.

10 Avant 1928, n’importe quel État peut, s’il le désire, organiser une exposition. Ce n’est qu’à partir de cette date que l’on réglemente la fréquence des expositions. En l’occurrence, elles ont lieu en général tous les cinq ans.

11 Ibid.

12 Journal officiel, Sénat, séance du 12 mai 1933, intervention d’André Morizet, p. 1020. Sur l’Exposition de 1931, voir notamment la contribution de Sylviane Leprun, « L’Exposition coloniale internationale de 1931 », dans Les Expositions universelles à Paris de 1855 à 1937, Action artistique de la Ville de Paris, 207 p., 2005, p. 167-171.

13 Voir notamment l’amendement Morizet, devenu article 160 de la loi de finances de 1932 [Journal officiel, Sénat, 29 mars 1932] ; voir aussi le fonds Morizet conservé aux Archives de Paris [AP, DE 1, fonds Morizet, carton 2, en particulier le texte dactylographié d’André Morizet, « Pour un ministère du Domaine », non publié.

14 L’architecte novateur Georges-Henri Pingusson – qui a travaillé à Boulogne – exprime dans des notes manuscrites les mêmes préoccupations que Morizet [Cité de l’Architecture et du Patrimoine, IFA, fonds Pingusson, n° 46, notes manuscrites, 024/214]. Pingusson a toutefois édifié un bâtiment de l’Exposition, celui de l’Union des artistes modernes (UAM) ainsi que le mât totalisateur des entrées.

15 Voir la contribution de Jean-François Pinchon, op. cit.

16 Auguste Perret, ainsi écarté, construit en revanche le musée des Travaux publics, devenu le siège de l’Union française, puis de la Communauté française, puis enfin du Conseil économique, social et environnemental, en quelque sorte un lot de consolation.

17 Très clairement, les choix effectués au début des années 1930 par les pouvoirs publics privilégient cette tradition monumentale néoclassique, dans la filiation de Mansart et Ledoux, et pourfendent la modernité architecturale incarnée soit par le style international des architectes Mallet-Stevens et Le Corbusier, soit par le maître du béton armé Auguste Perret. Les choix effectués lors de l’Exposition de 1900 ont de même écarté l’innovation architecturale représentée alors par l’art nouveau.

18 Journal officiel, Sénat, débats, 12 mai 1933, intervention d’André Morizet, p. 1020.

19 Ibid.

20 Journal officiel, Sénat, débats, 26 juin 1934, intervention d’André Morizet, p. 817.

21 L’antimilitarisme de Morizet s’est manifesté tout au long de sa vie. En 1919, il publie aux éditions de l’Humanité : Le Plan 17. Étude sur l’incapacité de l’état-major, avant et pendant la guerre, un violent réquisitoire contre les officiers de l’armée. Son renvoi des cartons d’invitation pour la revue militaire du 14 Juillet à Longchamp, au Bois de Boulogne, lui vaut une révocation de sa fonction de maire en 1922.

22 Ibid., 19 mars 1936, intervention d’André Morizet, p. 355.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Journal officiel, Sénat, débats, 13 août 1936, intervention d’André Morizet, p. 1325-1327.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid. Voir aussi l’intervention du 2 septembre 1936 au Sénat et les notes d’André Morizet sur ce point conservées aux Archives de Paris [AP, DE 1, fonds Morizet, carton 1].

29 L’École de Paris, certes marquée par un pluralisme de styles, allant de la figuration allusive à l’abstraction, est un symbole de l’internationalisme culturel et rassemble des artistes ayant contribué à faire de Paris le foyer mondial de la création artistique jusque dans les années 1960. Ces artistes, pour beaucoup d’entre eux venus de l’étranger, sont attirés par Paris, ville marquée par une absence de répression, par la présence de grands maîtres dont Picasso et par un réseau florissant de galeries d’art, de critiques d’art et de collectionneurs. Voir Lydia Harambourg, L’École de Paris, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1993, 350 p.

30 Alors que les compagnies de chemin de fer ne sont pas encore nationalisées, la mesure de billet de congé annuel, adoptée le 2 août 1936, accorde une réduction de 40 % sur le prix du trajet. En 1936, 600 000 billets sont distribués, et 1,7 million l’année suivante. Le dispositif existe encore aujourd’hui, mais avec une moindre réduction (25 %).

31 Le Corbusier, de son vrai nom Charles-Édouard Jeanneret, est à l’origine du Plan Voisin pour la capitale (1925) et fonde les Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) en 1928. Urbaniste et architecte, partisan du zonage fonctionnel, ses constructions des années 1930 sont caractérisées, entre autres, par un épiderme lisse, un plan libre de surface, un toit terrasse et des pilotis.

32 Georges Henri Rivière, ethnologue, est à l’origine du Musée français, dit des Arts et traditions populaires, voué à la connaissance de la culture populaire, créé sous le Front populaire (voir notamment Isaac Chiva, « Georges Henri Rivière. Un demi-siècle d’ethnologie de la France », Terrain, octobre 1985, p. 76-83). Jean Cassou, membre du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, participe au cabinet de Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-arts, en préfigurant le futur musée national d’Art moderne. Julien Cain, administrateur général de la Bibliothèque nationale depuis 1930, à la tête d’un vaste réseau de relations artistiques et intellectuelles, préside la classe III (bibliothèques et manifestations littéraires) de l’Exposition de 1937.

33 Pascale Goetschel, « La salle V : visite en Front populaire », dans Histoires d’O. Mélanges d’histoire culturelle offerts à Pascal Ory, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017, 412 p., p. 137-141.

34 Christian Zervos, éditeur d’art, directeur éditorial et maquettiste de la revue Cahiers d’art, associe à son entreprise une pléiade d’artistes et de critiques d’art, pour beaucoup d’entre eux liés au mouvement surréaliste et manifestant un goût prononcé pour les arts dits alors « primitifs ». Christian Zervos donne à sa revue une coloration communisante à ses débuts et épouse la cause de la République espagnole.

35 Voir sur cette question le chapitre consacré à l’écologie urbaine dans l’ouvrage de Pascal Guillot, André Morizet…, op. cit., p. 380-390, et aussi André Guillerme, Anne-Cécile Lefort et Gérard Jigaudon, Dangereux, insalubres et incommodes. Paysages industriels en banlieue parisienne, XIXe-XXe siècles, Paris, Champ Vallon, 2004, 343 p., p. 184 et 319.

36 Fondation Le Corbusier, H3-11 (17), lettre de Le Corbusier à André Morizet, 25 février 1936.

37 Fondation Le Corbusier, E2-16 (360),lettre de Le Corbusier à André Morizet, 7 juillet 1936.

38 Il faut noter que le périmètre d’intervention du département de la Seine ne correspond plus à la fin des années 1920 aux demandes sociales et à la réalité urbaine de l’agglomération parisienne en formation. Le CSAORP est créé en 1928 pour remédier à cette situation. Jusqu’à cette date, les communes de Seine-et-Oise, sous forte pression démographique, étaient exclues de la solidarité de la capitale et surtout sous-équipées et sous-administrées. Le champ du CSAORP s’étend sur un cercle de trente-cinq kilomètres de rayon autour de Notre-Dame, cadre d’élaboration du plan d’aménagement de la région parisienne publié en 1934.

39 Archives nationales, F60 507, arrêté de nomination. Voir aussi Archives nationales, F2 2951 et le Journal officiel, n° 259, 3 novembre 1936, et n° 260, 5 novembre 1936. Voir de plus amples développements sur ce point dans le chapitre « Morizet et la question urbaine : vers le Grand Paris » dans Pascal Guillot, André Morizet…, op. cit.

40 Danielle Tartakowsky, Le Front populaire. La vie est à nous, Paris, Gallimard, 2007, 144 p., p. 98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guillot, « Faire de l’Exposition de 1937 une occasion de révolution urbanistique : Morizet et le rêve du « Grand Paris » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 53-69.

Référence électronique

Pascal Guillot, « Faire de l’Exposition de 1937 une occasion de révolution urbanistique : Morizet et le rêve du « Grand Paris » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 135 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5904

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

PRAG à l’Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page