Navigation – Plan du site
DOSSIER

« Quelque chose, tout de suite ! »

Paul Vaillant-Couturier et l’Exposition internationale des Arts et Techniques de 1937
Annie Burger-Roussennac
p. 21-37

Résumé

La défense de l’Exposition de 1937 fut l’une des batailles menées par le Parti communiste français de juillet 1936 à janvier 1938. Paul Vaillant-Couturier, Parisien enraciné dans la banlieue de Paris et interlocuteur des intellectuels depuis 1932, y joue un rôle clé grâce au cumul des différentes fonctions de député-maire de Villejuif, rédacteur en chef de l’Humanité et dirigeant communiste de rang national (membre du comité central). Menée au nom de la fidélité au programme du Front populaire, cette lutte met particulièrement en valeur la politique culturelle du Parti communiste, dont il est le promoteur, contribuant à lui forger une identité singulière, le faisant exister comme un « je » dans une structure dominée par le « nous ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Danielle Tartakowsky, Claude Willard, Les lendemains qui chantent, Paris, Messidor, 1986, p. 213.
  • 2 Jacques Duclos, Mémoires, Paris, Fayard, 1969, tome 2, p. 208.
  • 3 Maurice Thorez, Fils du peuple, Paris, ESI, 1937. On trouve la photo en 1937, 1949 et 1960. La phot (...)
  • 4 Paul Vaillant-Couturier, « Nous continuons la France », l’Humanité, 24 septembre 1937.

1La mémoire communiste assume l’Exposition de 1937 de façon critique, sans honte ni réserve. Elle y relève de ce que les historiens ont appelé la « grande fécondité culturelle du Front populaire1 ». Jacques Duclos reconstruit une image nuancée et favorable à l’Exposition des Arts et Techniques. Il revient sur les retards pris par les chantiers et l’inachèvement des pavillons à l’ouverture le 24 mai. Mais pour lui, l’Exposition internationale a tenu ses promesses et elle a marqué les esprits. L’affluence record, plus de 30 millions de visites, les réalisations architecturales dont le pavillon soviétique, l’attestent à ses yeux. « En juin, tous les travaux furent achevés et l’Exposition connut un grand succès. (..) On peut dire qu’elle ne décevait pas ceux qui s’y rendaient, en raison de la variété des pavillons et de leur emplacement sur le bord de la Seine et au Champ-de-Mars, au pied de Chaillot2 ». Sa contribution de communiste est celle d’un visiteur venu deux fois, dans le cortège des officiels pour l’inauguration, puis à titre personnel. Les différentes versions de Fils du Peuple de Maurice Thorez3 contiennent la photographie d’une troisième visite, faite le 23 septembre par douze des principaux dirigeants communistes à la rétrospective des chefs-d’œuvre de l’art français au palais de Tokyo. Elle y figure sans autre explication. Pourtant, cette visite à fort caractère symbolique revendique pour le mouvement communiste ses liens avec le patrimoine artistique français, une réappropriation essentielle résumée par la formule de Paul Vaillant-Couturier : « nous continuons la France4 ».

  • 5 Danielle Tartakowsky, Michel Margairaz, L’avenir nous appartient, Paris, Larousse, 2006, p. 166.

2Ce bilan mémoriel masque les actions des communistes en faveur et au sein de celle que tous les contemporains considèrent, pour la célébrer ou la dénigrer, comme l’exposition du Front populaire. Or, le PCF milite après la victoire électorale aux côtés des autres acteurs du « Rassemblement pour l’existence de l’Exposition » et son prolongement, comme si pour lui l’exposition avait su échapper aux tensions qui minent dans le même temps le Rassemblement. Lieu avec d’autres de la révolution culturelle en cours, l’Exposition produit comme les fêtes un espace propre aux organisations ouvrières et devient avec elles, selon Danielle Tartakowsky, une des « éphémères figures de l’utopie5 ».

  • 6 Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Pa (...)
  • 7 Hugo Delarbre, Construire l’Exposition de 1937. Perception et réception de l’événement au miroir de (...)

3Sont aussi laissés dans l’ombre les dirigeants communistes ayant incarné cette lutte. La figure de Paul Vaillant-Couturier en fait partie. Pour qualifier son action et son rôle dans le domaine de la culture au sein du Rassemblement populaire, Pascal Ory convoque dans sa thèse un ensemble de qualificatifs laudatifs dont « figure de proue » et « génie tutélaire ». Il souligne ce que la politique culturelle communiste doit au dirigeant : « Il marqua par son dynamisme personnel et son esprit d’ouverture la nouvelle ligne du parti6 ». Un mémoire de master dirigé en 2010 par Marie-Anne Matard-Bonucci, consacré à la réception de l’architecture de l’Exposition, a analysé les efforts du rédacteur en chef et des journalistes de l’Humanité pour la défendre et la populariser7.

  • 8 Jules Moch, Le Front populaire, grande espérance, Paris, Perrin, 1971, p. 224. Jules Moch fut missi (...)
  • 9 Le titre de cet article est une formule empruntée à Paul Vaillant-Couturier, Le malheur d’être jeun (...)

4Prolonger ces questionnements en examinant spécifiquement la place et le rôle de Paul Vaillant-Couturier dans ce qui fut appelé « la bataille de l’Exposition8 » est l’ambition de cet article9.

Des expositions de classe à « l’Exposition10 »

  • 10 Marcel Gitton, « Le succès de l’Exposition s’impose », l’Humanité, 1er janvier 1937.
  • 11 l’Humanité, 15 mai 1925, p. 2, a.i, « On inaugure », une demi-colonne.
  • 12 l’Humanité, 17 juin 1925, p. 2. a.i, « La nuit au Grand Palais », une colonne.
  • 13 l’Humanité, 7 juin 1925, p. 2, a.i., « On inaugure », une demi-colonne.
  • 14 Alexandre Courban, « L’exaltation de la modernité dans l’Humanité, 1918-1939 », dans Jean Vigreux e (...)
  • 15 l’Humanité, 17 mai 1925, p. 2. A.D, « L’art individualiste et vieillot des peintres avancés ».
  • 16 l’Humanité, 21 juin 1925, p. 2. a.i, « Une maison originale », brève.
  • 17 l’Humanité, 2 juin 1925,p. 2, a.i, « Spectacle bourgeois, foire des arts décoratifs ».
  • 18 l’Humanité, 18 juin 1925, p. 2. a.i, brève.
  • 19 Charles-Robert Ageron, « L’Exposition coloniale de 1931 : mythe républicain ou mythe impérial ? », (...)
  • 20 Jules Verger, L’Exposition a-t-elle été sabotée ? Par qui ? Comment ? Pourquoi ?, Paris, Plon, 1937 (...)
  • 21 Danielle Tartakowsky, Colette Chambelland, « Le mouvement syndical à l’Exposition internationale de (...)

5Soutenir et participer à l’Exposition de 1937 est loin d’aller de soi pour les communistes. Ils ont critiqué avec virulence dans leurs organes de presse toutes les expositions parisiennes précédentes. L’Exposition des Arts décoratifs de 1925 est condamnée par l’Humanité jusque dans ses principes. Les articles, en dévoilant le caractère de classe des attractions, tentent tous de dissuader les lecteurs du quotidien de se rendre à la manifestation. « L’Exposition des arts décoratifs – exposition des industries de luxe – n’est pas faite pour intéresser la classe ouvrière11 », note-t-on le jour de son ouverture. Luxe et luxure y sont inséparables, selon les communistes. Les fêtes que le prix des places réserve aux riches, souligne-t-on, exposent le spectacle de leurs mœurs jugées décadentes. « Exhibitions de fesses, de femmes nues, de riches toilettes, de pierreries. Avant-goût de pourriture… Byzance. (...) C’est ainsi que s’amusent nos maîtres12 ». Ailleurs, on parle de « chaos de mauvais goût » et de « chauvinisme13 ». Cette condamnation n’est pas exempte d’ambiguïtés, car la bolchévisation n’empêche ni la recherche de la démocratisation culturelle, ni le goût pour le progrès, car il fait partie de la vision de la modernité communiste14. Les ouvriers se voient conseiller d’aller passer une matinée au salon des Tuileries pour admirer l’art des « peintres avancés », qualifié pourtant d’«individualiste et vieillot15 ». Quelques réalisations techniques sont rapportées, une « maison isotherme16 » par exemple. Le journal communiste tient manifestement compte de la popularité dans le monde ouvrier parisien de ce loisir de masse. Il s’emploie aussi à faire connaître « la cabane de verre des soviets » et les productions soviétiques, forcément à l’opposé du luxe et de la laideur ambiante17. À plusieurs reprises, il propose même à ses lecteurs des entrées à prix réduit (1 franc au lieu de 2,50 francs)18. L’Exposition coloniale de 1931 fait l’objet d’initiatives et d’une condamnation plus conséquentes. Une grande campagne voulue par le Komintern cherche à persuader les ouvriers de protester contre la colonisation et à les dissuader de se rendre à l’Exposition. Dans ce but, le PCF organise avec l’appui des surréalistes une contre-exposition baptisée « La vérité sur les colonies ». Elle est présentée sans grand succès près d’une année entière au pavillon des Soviets, l’annexe de la Maison des syndicats19. En juillet 1935 encore, l’Exposition prévue pour 1937 est mise en cause par André Marty, à partir de prémisses similaires20. Ce refus systématique de participer aux expositions est au même moment également celui du mouvement syndical, alors qu’il y était présent au XIXe siècle à travers des investissements spécifiques. Danielle Tartakowsky et Colette Chambelland21 font le constat d’un divorce depuis 1900 entre les syndicats et ce lieu de la « fierté ouvrière ».

  • 22 Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Pa (...)
  • 23 Winfried Kretschmer, Geschichte der Weltaustellungen, Francfort-New York, Campus-Verlag, 1999, p. 2 (...)
  • 24 Pascal Ory, « Paris, capitale des Expositions universelles », dans Paris et ses Expositions univers (...)

6La victoire électorale et la mise en place du gouvernement de Front populaire changent la place et la perception de l’Exposition des Arts et Techniques. Elle devient pour l’ensemble du Rassemblement un enjeu politique et un défi à relever, dont Léon Blum s’empare personnellement22. Les démarches sont largement engagées depuis 1934 et les décisions prises conjointement par l’État et la Ville de Paris. Cette dernière s’étant partiellement retirée, le gouvernement s’y substitue et intervient, pour reprendre les travaux en mains, sous la direction d’Edmond Labbé, son commissaire, de Jean Locquin, le délégué de la présidence du Conseil, auxquels se joint ensuite Jules Moch, puis en juin 1937 Max Hymans. Le gouvernement de Front populaire ne peut en redéfinir le contenu, mais l’infléchir. La thématique des arts et des techniques est en phase avec les préoccupations de nombreux acteurs du Rassemblement populaire. Économiquement, une telle exposition est une aubaine. Attraction touristique majeure, elle draine des millions de visiteurs venus du monde entier. Immense chantier, elle fournit du travail aux ouvriers du bâtiment, aux techniciens de divers corps de métiers, aux décorateurs, aux artistes23, et s’impose comme un outil de relance. Politiquement, au sein des pavillons voulus par le gouvernement, les acteurs du Rassemblement peuvent présenter leurs idées et actions (de vulgarisation culturelle, de loisirs pour les masses par exemple), faire un bilan de leurs centres d’intérêt et de la manière dont ils envisagent le futur, les utiliser comme un merveilleux outil de propagande. Une des huit fonctions de toute exposition est en effet d’être la garden party24 du gouvernement qui invite.

  • 25 Paul Vaillant-Couturier, « Vers la mise en œuvre de la politique voulue par le pays », l’Humanité, (...)
  • 26 Serge Wolikow, 1936, le monde du Front populaire, Paris, Éditions du Cherche Midi, 2016, p. 174.
  • 27 Hugo Delarbre, Construire l’Exposition de 1937. Perception et réception de l’événement au miroir de (...)
  • 28 Rgaspi, 495/10a/12. « Tirage général de l’Humanité », « camarade Dutilleul ». s.d (janvier 1938).
  • 29 Rgaspi, 495/10a/12. A.i. 10 p. dactylographiées. Avec deux tableaux récapitulant les tirages.
  • 30 Rgaspi, 495/10a/12. Rapport, 10 p. dactylographiées, p. 9.
  • 31 Procès-verbal de la commission de l’Enseignement et des Beaux-Arts, 22 juillet 1936. Vaillant-Coutu (...)

7Quand l’Exposition s’invite dans le calendrier politique, à la fin du printemps 1936, il est évident que les communistes en seront davantage spectateurs qu’acteurs. Extérieur au gouvernement, le PCF vient de refuser l’offre de participation faite par Léon Blum, sa politique officielle est le soutien loyal dans une forme d’activisme difficile à tenir dans la durée, que suggère la formule de Paul Vaillant-Couturier : le « ministère des masses25 ». Il lui faut éviter les dérapages, continuer à dynamiser les comités de Front populaire, développer encore le mouvement associatif où il est très présent, mais sans être sûr de recueillir en termes d’image les bénéfices des réformes réalisées par le gouvernement26. La CGT réunifiée, les rapports du PCF avec le syndicat ont changé et lui compliquent encore la tâche. Ils laissent douter de la force de son influence sur les ouvriers syndiqués. Le PCF est absent de l’Exposition au niveau institutionnel. Y opèrent le président du Conseil, les différents ministères, celui du Commerce, de l’Enseignement et des Beaux-Arts étant les deux plus influents. L’action communiste en revanche peut se déployer sur le terrain parlementaire, dans sa presse, sur le terrain municipal à Paris, en banlieue, dans le monde associatif, autant de lieux où les progrès spectaculaires de ses effectifs depuis 1934 lui donnent une présence, un poids et une visibilité importante. Le Parlement est décisif pour le volet financier, la presse pour l’écho qu’elle donne à cet événement médiatique car il le construit et assure en partie son succès populaire27, les municipalités du département de la Seine pour la participation sous toutes les formes (du public, des exposants). l’Humanité, qui tire à 300 000 exemplaires en mai 1936, monte durant les 18 mois suivants à 400 000 exemplaires avec une pointe à 500 000 en juin 193728. « l’Humanité a conquis la troisième place des journaux français. (…) En trois ans, notre tirage a plus que doublé29 », précise le rapport adressé par le PCF à l’IC, et d’insister sur l’importance acquise en région parisienne. « l’Humanité est répandue à raison de 242 000 exemplaires dans la région parisienne, soit 56 % du tirage total pour une population de 6 700 000 habitants30. ». Dans le groupe parlementaire communiste, fort de 72 membres dont de nombreux élus du département de la Seine, beaucoup sont aussi, à l’instar de Vaillant-Couturier, maires de leurs communes. Le PCF est omniprésent aussi dans le monde associatif, des sportifs de la FSGT, des sans-filistes de Radio-Liberté, de la Fédération de l’aviation populaire, des artistes et techniciens de l’AEAR devenue Maison de la Culture dirigée désormais par Louis Aragon, de Ciné-Liberté… Un secteur longtemps considéré comme marginal que Paul Vaillant-Couturier contribue à structurer depuis 1932. En 1936, il devient président de Radio-Liberté et fait du développement de l’aviation populaire son nouveau combat31.

Vaillant-Couturier et Gitton, initiateurs et chefs d’orchestre

  • 32 Paul Vaillant-Couturier, « Discours prononcé le 23 juillet 1937 au Comité central du PCF », reprodu (...)

« Qu’il s’agisse de la Commission de l’Exposition des Arts et Techniques que je préside, ou du groupe de députés de Paris, présidé par Gitton, nous avons poussé de toutes nos forces au succès de l’Exposition32 ».

  • 33 Danielle Tartakowsky, Colette Chambelland, op. cit., p. 71.
  • 34 Correspondance parlementaire, septembre 1936, n° 1-2, p. 12, « Pour vivifier l’industrie d’art et p (...)
  • 35 Procès-verbal de la commission de l’Enseignement et des Beaux-arts, 1er juillet 1936.

8La CGT proclame dès le 14 mai sa volonté de s’engager dans l’aventure de l’Exposition33. Deux semaines plus tard, le 28 mai, dans une lettre aux députés de la Seine34 signée Marcel Gitton, le Parti communiste évoque l’Exposition comme la possibilité du développement touristique de la capitale. La volonté d’action communiste émerge clairement le 1er juillet, quand Paul Vaillant-Couturier propose à la commission parlementaire de l’Enseignement et des Beaux-Arts, dont il est l’un des secrétaires et Georges Cogniot l’un des vice-présidents, la désignation d’une « sous-commission de l’Exposition chargée d’étudier la qualité et de contrôler la distribution des commandes et des constructions, ainsi que d’examiner l’emploi et la répartition des budgets afférents aux différentes sections d’exposants35 » et précise ses attentes :

  • 36 Idem.

« La commission de l’Enseignement et des Beaux-Arts doit avoir le souci de faire réserver dans les projets relatifs à l’Exposition de 1937 une place égale aux questions d’enseignement et aux questions artistiques. Il convient qu’elle prenne également la défense des sites de la capitale contre tous enlaidissements éventuels. Elle doit veiller aussi à ce que, dans la répartition des emplacements, les grands magasins ne soient pas favorisés aux dépens de l’artisanat. Enfin, elle ne saurait laisser transformer en de simples exhibitions les expositions d’arts exotiques envisagées. »36

  • 37 Bulletin des commissions, 16e législature, tome II et tome III., n° 6, p. 146, 22 juillet 1936.
  • 38 <http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/4045>.
  • 39 <http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/5076>.
  • 40 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article87717>, consulté le 30 juillet 2017. Notice écrite par Guillaume Bourgeois, Jean Maitron et Claude Pennet</http>
  • 41 Jean Zay, Souvenirs et solitude, Le Roeulx, Éditions Talus d’approche, 1987, p. 296.

9Trois semaines plus tard, il devient le président de ladite sous-commission37 et donne au PCF, avec cette forme de supervision du contrôle parlementaire, une première présence et un moyen d’intervention direct sur l’Exposition. Dans cette sous-commission siègent treize députés dont douze élus du Front populaire. Les vice-présidents Édouard Jonas38 et Joseph Massé39 appartiennent à l’Union socialiste et républicaine et à la conservatrice Union républicaine. Seuls Paul Vaillant-Couturier et Maurice Honel40, député de Levallois-Perret et défenseur des artisans, sont communistes. Mais les expositions en France font traditionnellement consensus et soudent les majorités. Les grandes lignes fixées antérieurement par Vaillant-Couturier, y compris sa volonté de ne pas transformer l’art des colonies en exhibition, disent sa volonté d’être en phase avec les combats de cette majorité. En insistant sur le poids égal à donner à l’enseignement et aux beaux-arts, elles font la part belle aux initiatives du nouveau ministre Jean Zay et leur affichent un soutien franc et massif41.

  • 42 Archives du PCF, BMP série 787, secrétariat, 31 août 1936.
  • 43 Archives du PCF, BMP série 787, secrétariat, 17 décembre 1936. Décisions 9 à 17.
  • 44 Voir notre Annexe 1. Nous les reproduisons.
  • 45 l’Humanité, 17 août 1937, Paul Vaillant-Couturier, « 292 000 visiteurs hier à l’Expo ! ».
  • 46 Cahiers du Communisme, n° 1, 15 janvier 1937, p. 135, Procès-verbal du Bureau politique.
  • 47 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49885>, Gitton Marcel (1903-1941), notice établie par Guillaume Bourgeois.
  • 48 Archives du PCF, BMP 818, secrétariat du 1er mars 1937 : « 7. Le camarade Gitton écrira un article (...)

10Cette action est sans doute une initiative du nouveau député du canton de Villejuif. Nous n’en avons pas trouvé de traces dans les procès-verbaux du bureau politique et du secrétariat, ni d’article dans les Cahiers du communisme. Le secrétariat s’exprime fin août, alors que les choses sont déjà bien avancées à la Chambre (le débat sur les crédits supplémentaires nécessaires a eu lieu le 4 août), et suggère de faire réaliser une enquête sur l’Exposition dans l’Humanité42. Après le décret-loi sur les mêmes crédits, d’autres décisions du secrétariat suivent le 17 décembre 193643. Elles impliquent, outre l’Humanité, les ouvriers des chantiers, les députés, les municipalités de la Seine et Radio-Liberté44. Elles fixent l’ensemble des modalités de la participation des acteurs communistes pour l’Exposition, telles qu’elles seront mises en place et réalisées ensuite. Ultérieurement, l’accent est presque uniquement mis sur le rôle de l’Humanité comme si, le cadre ayant été posé, seule l’action du quotidien méritait ponctuellement d’être précisée. L’engagement du PCF pour et dans l’Exposition dure dès lors jusqu’en janvier 1938. Les communistes se battent à partir d’août 1937, aux côtés des socialistes et de nombreux radicaux, pour la prolongation de l’Exposition au-delà de sa date de fermeture, une deuxième année en 1938, une idée que Paul Vaillant-Couturier dit aux lecteurs de l’Humanité avoir reprise d’Édouard Jonas45. Cette campagne, sur les terrains où elle se déploie, Paul Vaillant-Couturier et Marcel Gitton semblent en être conjointement les initiateurs et les chefs d’orchestre. Ouvrier du bâtiment, Marcel Gitton est en 1936 le président du groupe des parlementaires de la Seine46, l’un des trois membres du secrétariat47 et l’interlocuteur des ouvriers des chantiers48. Sur la photo de la visite du 23 septembre 1937, il se tient directement à gauche de Jacques Duclos, auquel il ressemble un peu par la corpulence. Après la guerre, considéré comme un « traître », mort assassiné en 1941 par un résistant communiste, un photomontage le fait disparaître.

11Tout se passe initialement comme si le soutien à l’Exposition ne nécessitait pas de décisions des instances dirigeantes communistes, mais faisait consensus et permettait aux députés communistes de la Seine de faire preuve de souplesse politique. Une remarque de Maurice Thorez le suggère, lors du congrès d’Arles en décembre 1937. La reconduction de l’Exposition semble à certains, dont Renaud Jean, une affaire très parisienne :

  • 49 9e congrès du PCF, Rgaspi, 517-1-184, cité par Serge Wolikow, La France du Front populaire, Bruxell (...)

« Quand il s’agit de la ligne fondamentale de notre parti, alors homogénéité absolue, mais quand il s’agit de faire voir si on reconsidère ou non l’Exposition, disputez-vous, même dans les groupes parlementaires ; ce ne sera pas un mal mais un bien pour notre parti, car les ouvriers parisiens veulent voir en leurs députés des interprètes fidèles, des militants qui les comprennent et suivent une politique conforme aux intérêts des ouvriers et des paysans. Il faut savoir nuancer notre politique, savoir avoir une grande fermeté de principes, appliquer dans telle ou telle question, selon la situation, telle ou telle méthode. » 49

  • 50 Alexandre Courban, l’Humanité de Jean Jaurès à Marcel Cachin (1904-1939), Ivry-sur-Seine, Éditions (...)
  • 51 Archives du PCF, BMP, Fonds Paul Vaillant-Couturier, XB12, d.69. Tous les éloges cités proviennent (...)
  • 52 Stéphane Sirot, « Les archives de Maurice Thorez et Jeannette Vermeersch aux Archives nationales », (...)

12La manière modérément directive dont le secrétariat et le bureau politique supervisent le travail sur l’Exposition, entre juillet 1936 et janvier 1937, laisse à penser que l’attitude préconisée par le secrétaire du PCF peut s’être appliquée antérieurement. Il est possible aussi que Paul Vaillant-Couturier soit alors en lien direct avec la direction et qu’elle lui donne carte blanche. Rédacteur en chef officiellement depuis octobre 193550, il bénéficie d’un statut d’invité permanent au bureau politique. Sa place sur la photo lors de la visite de la rétrospective des chefs-d’œuvre de l’art français au palais de Tokyo laisse entrevoir des liens étroits avec le secrétariat. Comme Gaston Monmousseau et Florimond Bonte, il est placé au deuxième rang. Plutôt petit, on l’aperçoit seulement, mais il se trouve directement entre les deux hommes au centre de l’image, Maurice Thorez et Marcel Cachin, faisant comme une charnière entre le fondateur et le chef du parti. Un éloge privé écrit par Maurice Thorez, à l’occasion du 45e anniversaire du rédacteur en chef, indique une proximité réelle entre les deux hommes. Une douzaine de dirigeants du bureau politique et du secrétariat se retrouvent à déjeuner le 6 janvier 1937, dans un restaurant près du siège du quotidien. Dans leurs éloges, tous cherchent à qualifier l’action de Vaillant-Couturier en 1936-1937, soulignent ses talents et traits de caractère. Marcel Gitton, par exemple, écrit : « Au pionnier de l’union de l’intelligence française au virtuose du journalisme ». Eugen Fried, émissaire de l’IC et éminence grise de Maurice Thorez, signe de son pseudonyme : « Au président du ministère des masses, mes hommages respectueux (et mes amitiés), Clément ». Seul Maurice Thorez évoque des souvenirs personnels, signe de son prénom et s’adresse à lui comme à un ami. « À Paul, avec Raymond pionnier de la 3e à Noyelles, puis mon cuisinier en 1927, et toujours le militant ardent et dévoué, Maurice51 ». Les carnets de Maurice Thorez permettront de préciser ces aspects52.

Le beau rôle. « Une grande victoire de la France populaire53 »

  • 53 Paul Vaillant-Couturier, « Victoire de la France populaire », l’Humanité, 4 août 1937.
  • 54 Jean Zay, op. cit., p. 294.
  • 55 Paul Vaillant-Couturier, « Pour le succès de l’Exposition », l’Humanité, 19 mai 1937, p. 1.
  • 56 Jules Verger, op. cit., p. 8.
  • 57 Ciné-Archives, Le Temps des cerises, 1937. La réalisation est de Jean-Paul Le Chanois. Il cosigne l (...)
  • 58 <http://www.cinearchives.org/Catalogue-d-exploitation-494-21-0-0.html>. Le Temps des cerises, de 00 (...)

13L’investissement dans la bataille pour l’Exposition est pour Paul Vaillant-Couturier un beau rôle, mais difficile. Il est dans son élément, il peut contribuer à bâtir, à réaliser sans attendre, mais doit sans cesse composer avec le réel. Il passe en effet d’abord avant l’ouverture de l’Exposition par la défense inconditionnelle des ouvriers des chantiers, que la presse conservatrice, Le Figaro en tête, rend responsables des retards pris par les chantiers, retards dont Jean Zay dit qu’ils furent la « malédiction originelle » dont l’Exposition n’a pas su se défaire54. Dans tous les articles parus avec l’aval du rédacteur en chef, il s’agit toujours d’absoudre les ouvriers de cette responsabilité et de transférer celle-ci sur leurs patrons, coupables de refuser l’application des réformes adoptées par le Front populaire (la semaine de 40 heures par exemple), d’encourager les heures supplémentaires au lieu de favoriser l’embauche. « Il faut comprendre les ouvriers de l’Exposition. Et ce ne sera pas pour eux le moindre des encouragements que de voir qu’on leur rend justice55 », écrit le rédacteur en chef à la veille de l’ouverture de l’Exposition. Les reproches se transforment en accusation, l’Humanité parle à plusieurs reprises de « sabotage patronal ». Jules Verger, l’auteur d’un pamphlet sur les chantiers de l’Exposition, met en cause le quotidien qu’il accuse de désinformation et cite comme preuve deux articles de Vaillant-Couturier. Il intitule le premier chapitre « Les prétendus sabotages patronaux56 ». Jules Verger est en 1938 le président du syndicat des installateurs électriciens français, et le chef d’une entreprise d’électricité basée à Puteaux. Paul Vaillant-Couturier s’emploie aussi à montrer que l’Exposition s’est construite malgré tout, que les ouvriers ont donné le meilleur d’eux-mêmes, qu’ils en sont de facto les bâtisseurs, qu’elle est leur œuvre comme les expositions antérieures ont été leur œuvre. Ce message est également développé dans le film tourné pendant l’Exposition, Le Temps des cerises57. Dans la scène de la promenade de l’ouvrier Pierre Ravaux et de son amoureuse la dactylographe Gilberte, à l’Exposition, filmés depuis le haut de l’escalier du Trocadéro, donnant ainsi au spectateur un aperçu sur l’ensemble de l’Exposition, notamment du pavillon soviétique, Pierre dit : « Je suis un de ceux qui ont fait ça ». « C’est drôle, on est si fier de tout ça. On en parle comme si on en était les propriétaires58», lui répond Gilberte.

  • 59 Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Pa (...)
  • 60 P.V. Commission de l’Enseignement et des Beaux-Arts, 17 novembre 1937.

14L’engagement en faveur de l’Exposition stimule aussi « la vraie explosion créatrice59 » du dirigeant et renforce son insertion dans le champ de la culture. L’éloge d’Hippolyte Ducos, le président radical socialiste de la commission de l’Enseignement et des Beaux-Arts, en trace les contours : « un collègue aimable et courtois, extrêmement averti des problèmes de l’éducation populaire et avant tout soucieux de maintenir dans le monde le renom artistique de notre pays60 ». Paul Vaillant-Couturier théorise sa pratique et expose à deux reprises ses conclusions dans des rapports présentés devant le comité central, en octobre 1936 puis en juillet 1937. La deuxième fois, il a développé d’abord ses idées face au public des matinées de l’Humanité, au pavillon de la Presse, au sein de l’Exposition. Il y redéfinit la place des intellectuels aux côtés des ouvriers, comme des auxiliaires solidaires des combats mais libres de créer comme ils l’entendent, selon les principes artistiques de leur choix :

  • 61 Paul Vaillant-Couturier, L’avenir de la culture, Comité populaire de propagande, 1937, p. 12-13. BM (...)

« Je n’aime pas qu’un écrivain me dise : “Maintenant que j’ai compris, je vois que c’est inutile d’écrire, je veux agir, je veux servir”. Eh bien, non, non et non ! Agir, servir, pour un écrivain, c’est avant tout écrire, pour un peintre c’est peindre, pour un musicien, c’est chanter. Nous ne voulons pas transformer en caporaux des hommes dont la voix peut faire lever des armées. »61

  • 62 <http://www.kinoglaz.fr/u_fiche_film.php?lang=fr&num=214. Le film est tourné en 1936, il sort en 19 (...)

15La projection du film, Le député de la Baltique, de Iossif Keiffits62, termine la matinée. Ce film soviétique primé par l’Exposition raconte l’histoire d’un intellectuel russe de Saint-Pétersbourg qui choisit en 1917, contre son milieu, de soutenir la révolution russe.

  • 63 l’Humanité, 29 juillet 1937, p. 8A. « La 3e manifestation d’art et technique organisée par l’Humani (...)

16Paul Vaillant-Couturier y développe une pensée sur la culture. Sa définition : il la voit large, il inclut les beaux-arts, les sciences et les techniques. Chaque branche de la culture se doit d’être accessible aux publics populaires. Les matinées organisées par l’Humanité à l’Exposition (huit en tout) illustrent cette définition en proposant du cinéma, du théâtre63, de la musique classique (piano, chant) avec des interprètes reconnus, une rencontre avec des aviateurs soviétiques, une conférence de Georges-Henri Rivière, entre autres. La visite des dirigeants communistes à la rétrospective des chefs-d’œuvre de l’art français est aussi une illustration de cette démocratisation culturelle. L’élite masculine du peuple communiste se rend au musée sous la conduite d’un historien de l’art, Georges Besson, pour admirer des peintures, des sculptures, de l’orfèvrerie, etc. Une seule femme participe à cette visite, Jeannette Vermeersch, elle y représente l’Union des jeunes filles de France (UJFF). Elle ne figure pas sur la photo, de même que Louis Aragon, qui y participe également.

17Paul Vaillant-Couturier affiche aussi sa volonté d’effacer les hiérarchies existantes entre les phénomènes culturels et de créer un continuum entre les formes populaires et les formes savantes. Le 12 juillet 1937, il évoque l’effacement des hiérarchies dans le domaine des techniques :

  • 64 Archives du PCF, BMP, fonds Paul Vaillant-Couturier, B-10 d-60. Liasse dactylographiée de 34 p. Tex (...)

« Demandez à un ouvrier mécanicien de vous expliquer le détail de la mise au point d’une machine et vous serez étonné de la somme de connaissances, d’expérience, de culture en un mot dont il fera preuve. Il en sera de même du paysan qui vous parlera de l’art du labour ou de l’art du vin, du chasseur qui vous dira la vie des bêtes et la science de la chasse. » 64

  • 65 Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation (...)
  • 66 Voir annexe 2.

18Le PCF prolonge cette réflexion en organisant au congrès d’Arles en décembre 1937 une « Exposition du travail » montrant le savoir-faire du « peuple des producteurs65 ». La conférence de Georges-Henri Rivière, qui vient d’être nommé à la tête du nouveau musée des Arts et Traditions populaires, porte sur le folklore, entendu par lui dans le sens non passéiste de culture du peuple. Les fêtes organisées parallèlement à l’Exposition dans le canton de Villejuif mettent en scène des Auvergnats, des Bretons, mais aussi des jeunes66.

  • 67 L’œuvre, 17 octobre 1937, p. 1.
  • 68 Ce soir, 17 octobre 1937, p. 1, « Derrière le cercueil de Paul Vaillant-Couturier, une foule immens (...)
  • 69 L’œuvre, 17 octobre 1937, p. 1, « Une foule immense et recueillie ».
  • 70 Louis Aragon, « Adieu », dans Commune, n° 51, novembre 1937. La revue Commune, d’une périodicité me (...)
  • 71 Bernard Pudal, op. cit.

19Ce travail militant, dont l’Exposition est le vecteur, contribue à notre avis à forger une image plutôt consensuelle, qui lui assure dans « les milieux du Front populaire67 » une visibilité et une notoriété importantes, que révèlent publiquement les jours qui suivent sa mort inattendue le 10 octobre 1937. Notoriété auprès du peuple de Paris : son enterrement au Père-Lachaise, décidé par le bureau politique, conduit à l’un des derniers grands rassemblements parisiens du Front populaire. « Une foule immense s’est mise en marche68 », rapporte Ce Soir, « Une foule immense et recueillie69 » titre L’Œuvre, illustrant son article d’une photo d’un boulevard noir de gens en casquette ou chapeau. Louis Aragon en a fait un récit lyrique. Il paraît immédiatement dans la revue Commune, organe officiel de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR)70. Il est republié à la Libération dans L’homme communiste. Il fixe dans la légende de Vaillant-Couturier la possibilité pour un intellectuel communiste d’appareil d’avoir une place de choix dans un parti en train de se construire comme parti de la classe ouvrière, le parti de Maurice Thorez, mineur devenu chef du Parti communiste, une légitimation que Bernard Pudal nomme le « cadre thorézien71 ».

Annexes :

1. Bureau politique du 17 décembre 1936, décisions 9 à 18.

20(Source : Archives du PCF, bobines BMP, 787, AD 93).

219 : Mettre tout en œuvre pour que l’Exposition ouvre à la date fixée.

2210 : Discuter avec les camarades du bâtiment pour que le travail sur les chantiers s’effectue sans arrêt, tout en garantissant les 40 heures.

2311 : l’Humanité doit accorder une grande place à l’Exposition

2412 : Prendre l’initiative d’un grand reportage sur l’Exposition.

2513 : Dans tous les comptes rendus de mandat, parler de l’Exposition et dénoncer le sabotage organisé par le grand patronat.

2614 : Examiner la participation de la Fédération des municipalités aux stands de l’Exposition.

2715 : l’Humanité devra demander sa participation au stand de la presse.

2816 : Radio-Liberté devrait faire la même demande pour le stand de la radio.

2917 : Organiser dans nos municipalités des réjouissances populaires à l’occasion de l’Exposition.

3018 : Organiser des assemblées d’information dans les 5 régions parisiennes sur les questions de l’Exposition.

31(Remarque : toutes les décisions sont formulées à l’identique le même jour par le secrétariat. Paul Vaillant-Couturier assiste au bureau politique en qualité d’invité).

2. Paul Vaillant-Couturier : « Nous aurons aussi notre exposition et nos fêtes »

32(Paru le 15 janvier 1937 dans l’hebdomadaire communiste du canton de Villejuif, Front Rouge, qui porte en 1936-1937 le sous-titre : « Hebdomadaire politique et d’informations pour le canton de Villejuif »).

33« L’Exposition internationale de 1937, qui attirera sur les bords de la Seine des millions de Français et de touristes étrangers, ne doit pas bénéficier seulement aux quartiers du centre de Paris. Nous la concevons comme une vaste exposition centrale entourée d’expositions satellites. Il serait injuste, en effet, que les quartiers de la périphérie et les localités du grand Paris ne puissent avoir leur part dans ce grand événement national. C’est dans ce sens qu’il convient d’orienter, à notre avis, les efforts.

  • 72 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16030>. Georges Beaugrand est un ouvrier et militant communiste, maire communiste de Gentilly depuis 1934</http>

34« En ce qui concerne notre canton, nous avons déjà prévu une série de fêtes, de manifestations artistiques, sportives, éducatives et d’exposition proprement dites, qui seront de nature à amener dans nos localités un grand afflux de visiteurs. Notre ami Beaugrand72 a déjà exprimé cette idée devant le conseil général de la Seine. Nous ne doutons pas que toutes les municipalités du canton, quelle que soit leur couleur politique, tiendront à l’honneur de participer à cet effort destiné à animer la vie locale, à donner au petit commerce un regain d’activité et à mettre en valeur nos richesses industrielles, notre passé et notre présent.

35« L’acquisition par le département de la Roseraie de l’Haÿ donnera un cadre merveilleux aux grandes fêtes qui pourront être organisées en l’honneur de la Rose et – dans notre région de pépiniéristes – en l’honneur de l’Arbre.

36« Il ne sera pas jusqu’à Fresnes, à Chevilly et à Rungis qui n’auront leur place dans les réjouissances en organisant la grande fête champêtre de la Moisson, en même temps que l’exposition de motoculture.

37« La vallée de la Bièvre est la vallée où sont nées les plus vieilles industries de la région parisienne : teintureries, peausseries, sans parler des blanchisseries. Quel thème pour une exposition locale, à la fois moderne et rétrospective pour le groupe Gentilly, Arcueil et Cachan !

38« Que diriez-vous d’une grande kermesse des jeunes fêtant les vieux de Villejuif et de Bicêtre ?

39« N’oublions pas non plus les vestiges du passé, allant de la maison de Victor Hugo à Gentilly aux ruines romaines d’Arcueil, ou le folklore de nos provinces dans nos localités peuplées de gars d’Auvergne et de Bretons.

40« Enfin le stade Karl-Marx, avec son école et le terrain de vol à voile de la Belle-Épine, pourront être des centres d’attractions sportives magnifiques.

41« Mais il faut se hâter… Envoyez-nous vos suggestions, aidez-nous à rendre le courant irrésistible !

42« L’exposition ouvrira le 1er mai. Il faut que d’ici-là notre calendrier soit mis au point pour nos fêtes des mois d’été. »

3. « Visite des membres du BP et de militants communistes au Musée d’Art français de l’Exposition de 1937 »

43(Photo parue dans l’Humanité le 24 septembre 1937, p. 1, au sein de l’article de Paul Vaillant-Couturier : « Nous continuons la France », coll. Musée de l’histoire vivante).

44Nous empruntons le titre et la légende à l’édition de 1937, de Fils du peuple, où elle paraît quelques semaines plus tard.

« De gauche à droite : Racamond, secrétaire adjoint de la CGT ; Sémard, membre du bureau politique, secrétaire général de la Fédération des cheminots ; Bonte, député, membre du comité central ; Frachon, secrétaire adjoint de la CGT ; Monmousseau, député, membre du bureau politique ; Marcel Cachin, sénateur, directeur de l’Humanité, membre du bureau politique ; Vaillant-Couturier, député, rédacteur en chef de l’Humanité, membre du comité central ; Maurice Thorez ; Duclos, vice-président de la Chambre des députés, secrétaire du Parti communiste français ; Gitton, député, secrétaire du Parti communiste ; Guyot, président de la Fédération des jeunesses communistes ; Sampaix, secrétaire général de l’Humanité. »

Haut de page

Notes

1 Danielle Tartakowsky, Claude Willard, Les lendemains qui chantent, Paris, Messidor, 1986, p. 213.

2 Jacques Duclos, Mémoires, Paris, Fayard, 1969, tome 2, p. 208.

3 Maurice Thorez, Fils du peuple, Paris, ESI, 1937. On trouve la photo en 1937, 1949 et 1960. La photo des versions d’après-guerre a été retouchée. Marcel Gitton, placé à côté de Jacques Duclos, a été retiré. Nous reproduisons la photo de la première édition. Elle est mise à notre disposition gracieusement par Éric Lafon pour le Musée d’histoire vivante de Montreuil, dans les collections duquel elle figure. Qu’il en soit remercié. (Musée d’histoire vivante, musée d’histoire sociale et ouvrière, Parc Montreau, 31 bd Théophile-Sueur, 93100 Montreuil. Site du musée : <museehistoirevivante.fr>.

4 Paul Vaillant-Couturier, « Nous continuons la France », l’Humanité, 24 septembre 1937.

5 Danielle Tartakowsky, Michel Margairaz, L’avenir nous appartient, Paris, Larousse, 2006, p. 166.

6 Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Paris, Plon, 1994, p. 68 et suiv.

7 Hugo Delarbre, Construire l’Exposition de 1937. Perception et réception de l’événement au miroir de l’architecture. UPMF Grenoble, 2011. En ligne : <dumas-00736792>.

8 Jules Moch, Le Front populaire, grande espérance, Paris, Perrin, 1971, p. 224. Jules Moch fut missionné par Léon Blum en janvier 1937 sur les chantiers de l’Exposition. L’expression est répandue dans toute la gauche, dans les milieux politiques et syndicaux.

9 Le titre de cet article est une formule empruntée à Paul Vaillant-Couturier, Le malheur d’être jeune, Paris, Éditions nouvelles, 1935, chapitre XXXI, p. 269.

10 Marcel Gitton, « Le succès de l’Exposition s’impose », l’Humanité, 1er janvier 1937.

11 l’Humanité, 15 mai 1925, p. 2, a.i, « On inaugure », une demi-colonne.

12 l’Humanité, 17 juin 1925, p. 2. a.i, « La nuit au Grand Palais », une colonne.

13 l’Humanité, 7 juin 1925, p. 2, a.i., « On inaugure », une demi-colonne.

14 Alexandre Courban, « L’exaltation de la modernité dans l’Humanité, 1918-1939 », dans Jean Vigreux et Serge Wolikow, Cultures communistes au XXe siècle. Entre guerre et modernité, Paris, La Dispute, 2003, 317 p., p. 219-230.

15 l’Humanité, 17 mai 1925, p. 2. A.D, « L’art individualiste et vieillot des peintres avancés ».

16 l’Humanité, 21 juin 1925, p. 2. a.i, « Une maison originale », brève.

17 l’Humanité, 2 juin 1925,p. 2, a.i, « Spectacle bourgeois, foire des arts décoratifs ».

18 l’Humanité, 18 juin 1925, p. 2. a.i, brève.

19 Charles-Robert Ageron, « L’Exposition coloniale de 1931 : mythe républicain ou mythe impérial ? », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, tome 1 : la République, Paris, Gallimard, 1984, rééd. 1997, p. 493-515, en ligne depuis le 25 août 2006 : <http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2006/08/25/2840733.html>.

20 Jules Verger, L’Exposition a-t-elle été sabotée ? Par qui ? Comment ? Pourquoi ?, Paris, Plon, 1937, p. 8. Jules Verger cite cette déclaration d’André Marty, faite le 12 juillet 1935 en séance du conseil municipal de Paris.

21 Danielle Tartakowsky, Colette Chambelland, « Le mouvement syndical à l’Exposition internationale de 1937 », dans Le mouvement social, n° 188, juillet 1999, p. 70.

22 Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Paris, Plon, 1994, p. 601 et suiv.

23 Winfried Kretschmer, Geschichte der Weltaustellungen, Francfort-New York, Campus-Verlag, 1999, p. 200.

24 Pascal Ory, « Paris, capitale des Expositions universelles », dans Paris et ses Expositions universelles, Paris, Éditions du patrimoine, 2008, p. 8 à 13.

25 Paul Vaillant-Couturier, « Vers la mise en œuvre de la politique voulue par le pays », l’Humanité, 12 mai 1936.

26 Serge Wolikow, 1936, le monde du Front populaire, Paris, Éditions du Cherche Midi, 2016, p. 174.

27 Hugo Delarbre, Construire l’Exposition de 1937. Perception et réception de l’événement au miroir de l’architecture, UPMF Grenoble, 2011, p. 64 et suiv.

28 Rgaspi, 495/10a/12. « Tirage général de l’Humanité », « camarade Dutilleul ». s.d (janvier 1938).

29 Rgaspi, 495/10a/12. A.i. 10 p. dactylographiées. Avec deux tableaux récapitulant les tirages.

30 Rgaspi, 495/10a/12. Rapport, 10 p. dactylographiées, p. 9.

31 Procès-verbal de la commission de l’Enseignement et des Beaux-Arts, 22 juillet 1936. Vaillant-Couturier défend ce jour le projet d’un enseignement des « sports de l’aéronautique dans les écoles primaires, primaires supérieures et dans les lycées ».

32 Paul Vaillant-Couturier, « Discours prononcé le 23 juillet 1937 au Comité central du PCF », reproduit dans L’avenir de la culture, Paris, Comité populaire de propagande, 1937. (BMP, brb 1868).

33 Danielle Tartakowsky, Colette Chambelland, op. cit., p. 71.

34 Correspondance parlementaire, septembre 1936, n° 1-2, p. 12, « Pour vivifier l’industrie d’art et pour augmenter l’attrait de Paris ».

35 Procès-verbal de la commission de l’Enseignement et des Beaux-arts, 1er juillet 1936.

36 Idem.

37 Bulletin des commissions, 16e législature, tome II et tome III., n° 6, p. 146, 22 juillet 1936.

38 <http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/4045>.

39 <http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/5076>.

40 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article87717>, consulté le 30 juillet 2017. Notice écrite par Guillaume Bourgeois, Jean Maitron et Claude Pennetier.

41 Jean Zay, Souvenirs et solitude, Le Roeulx, Éditions Talus d’approche, 1987, p. 296.

42 Archives du PCF, BMP série 787, secrétariat, 31 août 1936.

43 Archives du PCF, BMP série 787, secrétariat, 17 décembre 1936. Décisions 9 à 17.

44 Voir notre Annexe 1. Nous les reproduisons.

45 l’Humanité, 17 août 1937, Paul Vaillant-Couturier, « 292 000 visiteurs hier à l’Expo ! ».

46 Cahiers du Communisme, n° 1, 15 janvier 1937, p. 135, Procès-verbal du Bureau politique.

47 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49885>, Gitton Marcel (1903-1941), notice établie par Guillaume Bourgeois.

48 Archives du PCF, BMP 818, secrétariat du 1er mars 1937 : « 7. Le camarade Gitton écrira un article à propos du travail sur les chantiers de l’Exposition ».

49 9e congrès du PCF, Rgaspi, 517-1-184, cité par Serge Wolikow, La France du Front populaire, Bruxelles, Éditions Complexe, 1996, p. 240, note 38, souligné par nous.

50 Alexandre Courban, l’Humanité de Jean Jaurès à Marcel Cachin (1904-1939), Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2014, p. 199 à 207.

51 Archives du PCF, BMP, Fonds Paul Vaillant-Couturier, XB12, d.69. Tous les éloges cités proviennent de la même carte de menu conservée par Marie-Claude Vaillant-Couturier et ayant résisté aux divers « désherbages » dont le fonds a fait l’objet par différents administrateurs de la Bibliothèque marxiste de Paris.

52 Stéphane Sirot, « Les archives de Maurice Thorez et Jeannette Vermeersch aux Archives nationales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, 2002, p. 135-143, mis en ligne le 1er juillet 2005, consulté le 31 juillet 2017. URL : <http://chrhc.revues.org/1606>.

53 Paul Vaillant-Couturier, « Victoire de la France populaire », l’Humanité, 4 août 1937.

54 Jean Zay, op. cit., p. 294.

55 Paul Vaillant-Couturier, « Pour le succès de l’Exposition », l’Humanité, 19 mai 1937, p. 1.

56 Jules Verger, op. cit., p. 8.

57 Ciné-Archives, Le Temps des cerises, 1937. La réalisation est de Jean-Paul Le Chanois. Il cosigne le scénario avec Pierre Unik. Ce dernier est aussi journaliste à l’Humanité.

58 <http://www.cinearchives.org/Catalogue-d-exploitation-494-21-0-0.html>. Le Temps des cerises, de 00:41:10 jusqu’à 00:42:09.

59 Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938, Paris, Plon, 1994, p. 68.

60 P.V. Commission de l’Enseignement et des Beaux-Arts, 17 novembre 1937.

61 Paul Vaillant-Couturier, L’avenir de la culture, Comité populaire de propagande, 1937, p. 12-13. BMP, Brb1868.

62 <http://www.kinoglaz.fr/u_fiche_film.php?lang=fr&num=214>. Le film est tourné en 1936, il sort en 1937.

63 l’Humanité, 29 juillet 1937, p. 8A. « La 3e manifestation d’art et technique organisée par l’Humanité » mêle une discussion sur le théâtre et le public populaire avec Joanny Berlioz et Georges Pitoëff, la présentation d’une scène de « National film » de Jean-Jacques Bernard et quelques œuvres de Debussy au piano par monsieur Cliquet-Pleyel.

64 Archives du PCF, BMP, fonds Paul Vaillant-Couturier, B-10 d-60. Liasse dactylographiée de 34 p. Texte de la conférence faite à l’Exposition en juillet 1937.

65 Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989, 329 p.

66 Voir annexe 2.

67 L’œuvre, 17 octobre 1937, p. 1.

68 Ce soir, 17 octobre 1937, p. 1, « Derrière le cercueil de Paul Vaillant-Couturier, une foule immense s’est mise en marche ».

69 L’œuvre, 17 octobre 1937, p. 1, « Une foule immense et recueillie ».

70 Louis Aragon, « Adieu », dans Commune, n° 51, novembre 1937. La revue Commune, d’une périodicité mensuelle, est publiée de 1933 à 1939.

71 Bernard Pudal, op. cit.

72 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article16030>. Georges Beaugrand est un ouvrier et militant communiste, maire communiste de Gentilly depuis 1934.

Haut de page

Table des illustrations

Légende « De gauche à droite : Racamond, secrétaire adjoint de la CGT ; Sémard, membre du bureau politique, secrétaire général de la Fédération des cheminots ; Bonte, député, membre du comité central ; Frachon, secrétaire adjoint de la CGT ; Monmousseau, député, membre du bureau politique ; Marcel Cachin, sénateur, directeur de l’Humanité, membre du bureau politique ; Vaillant-Couturier, député, rédacteur en chef de l’Humanité, membre du comité central ; Maurice Thorez ; Duclos, vice-président de la Chambre des députés, secrétaire du Parti communiste français ; Gitton, député, secrétaire du Parti communiste ; Guyot, président de la Fédération des jeunesses communistes ; Sampaix, secrétaire général de l’Humanité. »
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Burger-Roussennac, « « Quelque chose, tout de suite ! » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 21-37.

Référence électronique

Annie Burger-Roussennac, « « Quelque chose, tout de suite ! » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 135 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5851

Haut de page

Auteur

Annie Burger-Roussennac

Doctorante ERHIMOR (EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page