Skip to navigation – Site map
LIVRES LUS

Pascal Guillot, André Morizet. Un maire constructeur dans le Grand Paris

Préface de Jacques Girault, Créaphis, 2012, 512 p.
Gilles Candar
Bibliographical reference

Pascal Guillot, André Morizet. Un maire constructeur dans le Grand Paris, préface de Jacques Girault, Créaphis, 2012, 512 p.

Full text

1Le livre de Pascal Guillot est issu d’une thèse d’histoire dirigée par Jacques Girault et soutenue à l’université Paris-XIII. André Morizet est un personnage de la IIIe République, assez méconnu aujourd’hui, mais l’étude de son cas permet de poser des questions importantes. Comme le faisait remarquer un jour Lucien Febvre, il s’agit toujours de « savoir, à travers l’histoire d’une partie, la crise tragique d’un tout ». L’auteur justifie son choix de plusieurs manières qui peuvent se résumer ainsi : qu’est-ce être de gauche, socialiste ou communiste, entre la fin de l’avant-dernier siècle et la Seconde Guerre mondiale ? Comment le maire d’une importante ville de la banlieue parisienne peut-il ou non influer sur la société de son temps ? Toute investigation biographique peut se révéler des plus fructueuses si elle est bien pensée et conduite. Pascal Guillot est donc fondé à suivre l’itinéraire de cet homme public, militant de gauche, journaliste socialiste, un temps communiste, longtemps maire de Boulogne-Billancourt (1919-1942, Boulogne devenant Boulogne-Billancourt en 1925) et sénateur de la Seine (1927-1942).

2Quelques coquilles (Mimram au lieu de Mirman, etc.) en nombre très réduit pour un si imposant et bien illustré ouvrage, n’enlèvent rien à la qualité fondamentale du livre et de la recherche. D’abord, nous disposons ainsi d’une belle biographie politique. Les premières années d’une vie sont toujours passionnantes. André Morizet est un jeune bourgeois, mais aussi un « déclassé », cas si fréquent dans les milieux socialistes que Guesde et Lafargue s’avisèrent à l’occasion de théoriser sur le sujet. Morizet est issu d’une famille rémoise apparentée aux Piper-Heidsieck, déjà bien implantés dans le champagne. Léon Bourgeois, une des plus importantes personnalités du monde radical, est lié à la famille et reste une autorité protectrice. Le père d’André, Charles Morizet, est un notaire, maire-adjoint de Reims (1884-1896), mais il fait faillite et doit finir sa vie comme directeur de l’établissement pénitentiaire de Poulo-Condore. Là aussi, nous retrouvons une figure classique de l’histoire républicaine et coloniale, facilitée par les réseaux familiaux et le ralliement radical à la colonisation, acté par la nomination de Paul Doumer comme gouverneur général de l’Indochine. Sans tomber dans la déchéance, les Morizet sont atteints et presque ruinés. Avant même cet événement funeste, le jeune André s’était affirmé d’idées très avancées, socialistes, à la fois en provocation juvénile... et dans le prolongement de l’engagement républicain et radical de son père. Il fait son droit à Paris, réussit sans trop d’excès, à la manière de Jean Longuet : ces jeunes gens militent beaucoup et savent probablement s’amuser un peu. Morizet passe licence, doctorat, et devient rédacteur, fonction modeste qui permet d’échapper à la misère. Très utilement, le biographe nous indique le montant de son premier salaire mensuel : 225 F, à mi-chemin entre l’instituteur (environ 100 F) et le professeur agrégé (environ 400/500 F) en cette époque de forte hiérarchisation des traitements.

3De toute façon, Morizet s’investit dans la politique, aux Étudiants collectivistes et à la Ligue démocratique des écoles, comme Longuet et bien d’autres, puis dans la presse socialiste. Il collabore à la revue Le Mouvement socialiste, animée par ses amis, à la sortie de la faculté, et à bien d’autres, dont Le Courrier européen... Fin 1906, il entre à la rédaction de l’Humanité. Un double emploi, mais dès l’année suivante, il est révoqué de l’administration par le gouvernement Clemenceau : le Tigre apprécie la polémique, mais ne fait pas de cadeau à ses adversaires. Le parcours politique de Morizet est somme toute celui d’une bonne part des camarades de sa génération : socialiste, avec Jaurès dans le combat dreyfusard, puis critique face aux déceptions de la participation ministérielle et du Bloc, rallié non au guesdisme, mais à un socialisme plus oppositionnel au moment du PSDF, « unifié » ensuite et sympathisant avec le courant appelé « insurrectionnel », « ouvrier » ou « révolutionnaire » d’Hervé et de Lagardelle. Guillot hésite parfois un peu lui-même au milieu de ces évolutions et tergiversations, mais il perçoit bien que son héros s’intègre ainsi au combat socialiste et syndicaliste en se plaçant auprès de l’axe majoritaire, sur ses marges pourrait-on dire. Les « insurrectionnels » font partie de la majorité de la SFIO et c’est à ce titre que Morizet siège à la commission administrative permanente entre 1907 et 1909. En quelque sorte, les choix de Morizet le situent entre Longuet, plus rassembleur et « homme de parti », et Lagardelle, plus « doctrinaire ». Comme la plupart de ses amis, il cherche à s’implanter électoralement et jette son dévolu sur Boulogne. Pendant la Grande Guerre, il suit encore l’évolution du socialisme français : majoritaire, partisan de la défense nationale, il choisit même de donner l’exemple et va combattre malgré ses 38 ans. Il évolue après l’armistice vers une critique plus sévère du conflit et des erreurs de l’état-major, collaborant à La Vague de son vieil ami Pierre Brizon. C’est en gros le chemin de son parti et du socialisme français avec la victoire de l’ancienne « minorité » en octobre 1918. Au congrès de Tours (1920), Morizet est toujours dans la majorité et vote avec Frossard et Cachin l’adhésion à l’Internationale communiste. Actif et efficace coopérateur à Boulogne, il a remporté les élections municipales de 1919.

4C’est le début de la grande époque et de la grande œuvre de Morizet : il devient un maire important de Boulogne de 1919 à sa mort, avec une brève interruption pour révocation ministérielle (1922-1923) en raison de la vivacité de sa propagande antimilitariste, qui contribue aussi à son prestige et à son autorité politique locale. Ses autres mandats viennent en complément : conseiller général (1925-1927) et consécration majeure : sénateur de la Seine (1927-1942). Pascal Guillot démontre parfaitement l’importance de son rôle. L’essentiel n’est plus le parcours politique : Morizet quitte le PCF avec Frossard au début de 1923, participe à l’Union socialiste-communiste et rejoint la « vieille maison » SFIO en 1928, après Frossard et avant Dunois. Mais c’est dans sa ville qu’il s’investit. L’homme dispose d’une forte armature intellectuelle : il pense sa ville en urbaniste, connaissant les travaux de la revue Vie urbaine et de Marcel Poëte, en liaison avec l’action de son ami Henri Sellier au conseil général de la Seine. Il souhaite une forte centralité des équipements afin de réunifier une ville duale et développe une politique audacieuse de logement et d’amélioration générale du cadre de vie (hygiène, assainissement, colonies de vacances). La ville s’associe avec les plus notoires représentants de l’architecture moderne : Tony Garnier, Debat-Ponsan, beau-frère de Morizet, Augustin Perret, Le Corbusier... Morizet n’oublie pas toutefois la préservation du patrimoine et tente de se situer dans une perspective historique. Il publie Du vieux Paris au Paris moderne, Haussmann et ses prédécesseurs (Hachette, 1932), où il n’hésite pas à réhabiliter l’œuvre du préfet Haussmann pour son esprit de système et son sens novateur des échelles de conception des problèmes. Certes, Morizet connaît quelques mésaventures ou traverses dans sa gestion, mais il demeure populaire, renommé, et l’aspect de sa ville est sensiblement modifié. Boulogne-Billancourt devient un modèle d’aménagement urbain, dont les réalisations sont encore très visibles aujourd’hui et participent à l’identité revendiquée de la commune.

5Curieusement, Morizet semble plus en phase avec les gouvernements radicaux des années 1930, avant ou juste après le Front populaire, qu’avec l’expérience de celui-ci. Il est déçu par Léon Blum, qui non seulement ne le prend pas dans son gouvernement, où siège son ami Henri Sellier, mais surtout ne lui confie pas le haut-commissariat espéré ou du moins les moyens de mettre en chantier le Grand Paris souhaité. Le sénateur-maire doit se contenter d’une assez honorifique présidence du comité du schéma d’aménagement et d’organisation de la région parisienne. Le chef du gouvernement, probablement, ne souhaite pas multiplier les fronts et hiérarchise ses priorités. L’heure n’est pas à une déstabilisatrice réforme du cadre régional. Morizet trouve plus d’écoute chez Chautemps, mais la situation internationale ne permet pas à ses projets de se concrétiser vraiment. Il faut dire que, technicien accompli, Morizet, un peu comme Sellier au département, s’est engagé dans une voie réformatrice certes, mais aussi gestionnaire et administrative. Sa démarche est moins politisée... et l’urgence n’est pas aux approches dépolitisées. En tout cas, la cristallisation escomptée ne se produit pas vraiment, ni pour l’Exposition universelle, ni pour l’aménagement de la région parisienne. Peut-être Morizet a-t-il alors un peu négligé aussi de « faire de la politique » ? Il est républicain, mais passionné aussi, comme Sellier, par les réalisations allemandes, qu’il connaît fort bien en germaniste avisé. En 1940, Morizet analyse la situation avec une grande lucidité. Il ne croit pas en la victoire finale des Allemands et n’apprécie pas du tout Vichy qu’il assimile à Ubu. Il accueille chez lui l’essentiel de la résistance socialiste en gestation. Mais il veut aussi rester maire de Boulogne et dans le jeu politique, maintenant de bonnes relations avec des cadres de ce régime méprisé, tels les anciens camarades Adrien Marquet ou Pierre Laval. Pascal Guillot utilise très intelligemment, et peut-être aussi avec un peu de sévérité, son Journal (1940-1941) dont des extraits furent publiés en 1960 par la revue L’Actualité de l’histoire.

6La mort prématurée de Morizet, le 30 mars 1942, ne lui permet pas de faire les choix décisifs et heureux qui auraient sans doute pu glorifier pleinement sa mémoire. Il demeure localement une référence, puisqu’il inspire les maires de sa ville pour plusieurs décennies, Boulogne-Billancourt s’embourgeoisant et ne passant vraiment à droite qu’avec l’UDR, mais ancien député et ministre SFIO, Georges Gorse, maire de 1971 à 1991, et nationalement comme modèle de la modernité municipale, au cœur des transformations et de l’aménagement urbain. Il n’a pas pleinement réussi la liaison entre son militantisme politique et ses activités édilitaires, mais c’est justement cet écart qu’éclaire au mieux le riche et convaincant travail de Pascal Guillot.

Top of page

References

Electronic reference

Gilles Candar, « Pascal Guillot, André Morizet. Un maire constructeur dans le Grand Paris », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 134 | 2017, Online since 26 May 2017, connection on 22 September 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5822

Top of page

About the author

Gilles Candar

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page