Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

John Waller, Les danseurs fous de Strasbourg. Une épidémie de transe collective en 1518

Strasbourg, La Nuée Bleue, 2016, 219 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

John Waller, Les danseurs fous de Strasbourg. Une épidémie de transe collective en 1518, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2016, 219 p.

Texte intégral

1Comment peut-on traiter historiquement les phénomènes de transe collective ? C’est à cette question aussi difficile que passionnante que John Waller tente de répondre dans cet ouvrage richement illustré. L’enquête se porte sur une « épidémie de danse » (p. 11) à Strasbourg pendant l’été 1518. Cette chorémanie collective commence lorsque Frau Troffea s’élance dans une danse à peine interrompue par l’épuisement ou le sommeil. Cette transe sans joie saisit d’autres habitants de la ville, entraînant une anxiété croissante de ceux qui assistaient sans solution à ce spectacle étrange. À partir de sources locales et de comptes rendus médicaux, John Waller livre une analyse de l’arrière-plan politique, social et culturel sur lequel la transe collective a fait fond, en même temps qu’il propose une interprétation historique de cette manifestation d’angoisse collective.

2Les chorémanies sont exceptionnelles mais pas totalement inconnues dans le répertoire des dérèglements médicaux : en 1017 à Kolbeck, en 1188 au pays de Galles, à Erfurt en 1278 ainsi que dans toute la Rhénanie en 1374, des danses collectives traversées de douleurs et de souffrances ont été relevées par les contemporains.

3En replaçant l’épisode dansant de 1518 dans le contexte plus large d’une crise sociale, économique et culturelle, John Waller entreprend de cerner les désajustements à l’œuvre. L’analogisme médiéval constitue l’ancrage ontologique le plus stable : « Beaucoup croyaient que Dieu avait créé dans le ciel un équivalent exact de chaque chose terrestre (…). C’est cette symétrie entre le royaume terrestre et le royaume des cieux qui permettait aux sages de prévoir l’avenir en étudiant les configurations futures des planètes et des constellations » (p. 30). Le monde naturel est perçu comme un ensemble de signes à décrypter pour comprendre le sens de l’existence. Sébastien Brant, l’auteur de La Nef des fous, s’interroge sur les menaces qui pèsent alors sur la chrétienté : il invite l’empereur à « restaurer le règne de la foi et de la raison » (p. 31). À Strasbourg, Jean Geiler de Kaysersberg fait le procès des religieux qui se vautrent dans le péché. Il dénonce une cléricature ayant renoncé au magistère moral. Si les prélats sont horrifiés par ses discours, une grande partie du peuple devant lequel il s’exprime le suit. La crise morale se double d’une crise alimentaire récurrente. Le clergé et les marchands spéculent sur les mauvaises récoltes alors que la plupart des paysans souffrent atrocement de la faim. La cyclicité des mauvaises récoltes renforce les effets de la malnutrition entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle. Plusieurs épisodes séditieux ont également secoué la région. Un certain Joss Fritz se mit en tête de mener une « purification de l’Église » et de restaurer les « droits du petit peuple » (p. 51). L’augmentation continuelle du prix des grains fournissait davantage de partisans à cette révolte sourde. Mais les conjurés étaient régulièrement dénoncés, ce qui refermait immédiatement l’horizon politique des soulèvements.

4C’est sur cette douleur sociale aiguë et dans l’espace vide d’une révolte politique sans débouché que prend naissance la chorémanie strasbourgeoise de 1518. Frau Troffea se met à danser dans les rues de la ville, sans pouvoir s’arrêter. Ses pieds se couvrent de plaies ; « elle était en proie à une détresse absolue » (p. 77). Dans la complexion angoissante qui travaille la population à l’époque, cette soudaine ferveur dansante est perçue comme « un châtiment divin, l’œuvre du Malin, ou peut-être un sortilège de sorcière » (p. 77). John Waller reconnaît que l’historien ne peut avoir aucune certitude sur ce qui a conduit Frau Troffea à entrer dans cette transe de douleur. Mais il ajoute qu’il est « probable toutefois que ce comportement démentiel est à mettre en relation avec la condition pitoyable de la population de Strasbourg après trois ans de famine, des épidémies à répétition et des décennies de délaissement spirituel » (p. 79). Il est aussi possible de supposer que, comme de nombreuses femmes d’origine modeste, soumises à l’autorité arbitraire de leur mari, elle subissait sa condition domestique – Paracelse, qui relate son cas, soutient qu’elle « s’entendait mal avec son mari » (p. 83).

5Mais il faut s’enfoncer encore davantage dans la culture et la société du début de la modernité pour comprendre comment la danse furieuse de Frau Troffea a pu se diffuser dans la population. Quelque chose dans la façon de faire société a motivé cette soudaine chorémanie. John Waller retrace l’histoire du rapport à la danse dans la société du début du XVIe siècle en rappelant notamment l’importance du carnaval et de ses valeurs subversives. Il montre également que l’association de la danse incontrôlée de Frau Troffea et de ses semblables à saint Guy repose sur un culte rendu à celui qui pouvait soigner le « haut mal », i.e. l’épilepsie (p. 89). On ne connaît pas la raison exacte qui a poussé les populations craignant la folie dansante à prier saint Guy ; mais les offrandes et les pèlerinages attestent un ancrage puissant de l’intercession attendue. Saint Guy n’est pas seulement considéré comme un guérisseur ; il est aussi celui qui peut « entraîner dans une danse maniaque quiconque l’avait offensé » (p. 94). Se croire maudit par saint Guy pouvait déclencher une chorémanie furieuse dans « la vallée du Rhin et de la Moselle » ainsi que le « long de la frontière occidentale du Saint-Empire » (p. 95).

6C’est dans ce climat marqué par la détresse sociale et morale, où la danse peut signifier un châtiment divin, que l’épidémie chorémaniaque gagne Strasbourg à l’été 1518. John Waller soutient que l’épidémie s’étend « parce que la population s’y attendait » (p. 103). La vue d’autres danseurs, pris par cette transe angoissée, suffit à propager le mouvement. Les réponses des autorités de la ville (le Conseil des XXI) ont d’abord consisté en une application des prescriptions données par le corps médical. La nosographie repose alors sur une explication humorale du mal : la danse est causée par un échauffement trop important du sang (p. 112). Écartant a priori les causes religieuses, les médecins recommandent de « danser davantage » (p. 116), s’inspirant ainsi d’une « croyance populaire » selon laquelle seule la danse pouvait guérir l’épidémie (p. 118). La ville organise donc la thérapie dansante en dégageant le Marché-aux-Grains, en dressant une « construction spéciale » sur « le Marché-aux-Chevaux » (p. 121) et en payant des « musiciens professionnels » pour stimuler la danse. L’effet est immédiat : l’épidémie s’étend dangereusement. Après que la médecine eut montré ses limites, le Conseil des XXI prend en compte le désir de réfection morale. Mais rien n’y fait, ni l’arrêt de la musique, ni la soustraction des danseurs à la vue du public, ni la prière ne jugulent la chorémanie strasbourgeoise. Les danseurs sont amenés à quelques distances de la ville, à Saverne où se trouve une chapelle dédiée à saint Guy. Ils sont chaussés de rouge et disposent d’une petite croix. La couleur rouge scande l’histoire des manies dansantes (p. 152), rappelant peut-être le supplice enflammé de saint Guy (p. 154). Après cette procession, l’épidémie décroît. La crise frumentaire était également dépassée ; la Réforme luthérienne gagne, en même temps, Strasbourg dès le début des années 1520.

7John Waller conclut son ouvrage en récapitulant les causes psychologiques éventuelles à cette danse furieuse. Surtout, il historicise la chorémanie en reliant la manifestation de détresse morale profonde des populations strasbourgeoises à la gamme des réponses émotionnelles qui était à leur disposition. La manie dansante de l’été 1518 était probablement une réaction configurée aux formes des croyances culturelles de l’époque à une affliction généralisée.

8Dans cet ouvrage à l’écriture limpide et aux développements érudits, John Waller parvient à restituer tout à la fois l’étrangeté d’une pulsion dansante soudainement exprimée, en même temps qu’il conserve une exigence historienne d’indexation des phénomènes psychologiques au fond culturel et social d’une époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « John Waller, Les danseurs fous de Strasbourg. Une épidémie de transe collective en 1518 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 134 | 2017, mis en ligne le 26 mai 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5820

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page