Skip to navigation – Site map
LIVRES LUS

Sylvain Piron, Dialectique du monstre, enquête sur Opicino de Canistris

Bruxelles, Zones Sensibles, 2015, 205 p., 26 euros.
Jérôme Lamy
Bibliographical reference

Sylvain Piron, Dialectique du monstre, enquête sur Opicino de Canistris, Bruxelles, Zones Sensibles, 2015, 205 p., 26 euros.

Full text

1Voici un livre d’une grande originalité, tant par son objet (les manuscrits luxuriants d’un prêtre du XIVe siècle, Opicino de Canistris), son traitement (une analyse serrée des affects moraux et psychiques de ce clerc tourmenté) que son format (une abondance de documents en couleurs superbement reproduits). Il s’agit d’un ouvrage d’histoire, mais sa valeur dépasse le seul cadre disciplinaire et académique : en s’intéressant à la façon dont un individu au Moyen Âge en vient à composer ses peines, ses douleurs morales, ses afflictions mentales dans une série de dessins et de textes emboîtés, Sylvain Piron interroge notre rapport à la psyché et à ses manifestations épochales.

2Il s’agit d’abord de cerner la façon dont ce corpus étrange et fascinant est remonté à la surface, comment il a été exhumé. Certes, l’activité d’Opicino de Canistris, tant administrative que théologique, « a laissé quelques traces dans les archives », mais les manuscrits ont été très largement ignorés pendant « des siècles » (p. 15). C’est au début du XXe siècle, sous la double curiosité des archivistes du Vatican et de l’historien Aby Warburg, que l’œuvre d’Opicino de Canistris est (re)découverte. Cet intérêt pour la série de manuscrits inclassables concerne simultanément des membres du « cercle  Warburg » (notamment Richard Salomon) et des membres de l’Église (en particulier Faustino Gianani, qui rédige une monographie sur Opicino de Canistris). L’édition de Richard Salomon se centrait principalement sur les éléments textuels. Le géographe italien Roberto Almagià ajouta, au manuscrit Palatinus latinus 1993 d’Opicino de Canistris, un autre manuscrit, Vaticanus latinus 6435, comprenant 88 compositions du clerc. Enfin, en 2003, un dernier fragment a été mis au jour dans la bibliothèque du Vatican.

3Salomon, le premier, avait mis l’accent dans ses travaux sur la psyché d’Opicino de Canistris : « personnalité rongée par la culpabilité, obsédée au-delà du raisonnable par les innombrables péchés qu’elle se découvre, dominée par une peur indicible de la damnation éternelle, en lutte permanente contre elle-même » (p. 22). Mais Salomon n’articule pas ces manifestations d’une âme tourmentée aux possibles de son époque. Les analyses ultérieures (comme celle d’Ernst Kris) reprennent, sur un mode assez superficiel, le motif de la création artistique chez les psychotiques. Plus récemment, les études de Victoria Morse ou de Catherine Harding ont, a contrario, presque exclu « toute interprétation psychiatrique ou psychanalytique » (p. 24). Mais Sylvain Piron propose de ne pas chercher à saisir la trajectoire d’Opicino de Canistris selon une indéterminable normalité. Il envisage davantage de comprendre pour elles-mêmes les spécificités des dessins et des textes du clerc, tout en intégrant la question de « la souffrance psychique » (p. 26). En prenant les dessins et les textes d’Opicino de Canistris comme le « théâtre » du combat intérieur qui l’anime, comme la restitution patiente d’une douleur morale contenue, Sylvain Piron parvient à maintenir une tension heuristique forte entre « connaissance imparfaite des troubles » exprimés sur parchemin et nécessité absolue d’en tenir compte pour fournir un cadre d’intellection à leur existence. L’historien fait ainsi un usage très fructueux de la « notion de double bind » proposée par l’anthropologue Gregory Bateson, décrivant l’individu tenaillé entre des exigences contradictoires.

4Entraînant le lecteur dans un véritable « labyrinthe » (p. 49) de textes et de dessins mêlés, l’historien rend compte d’une intrication forte des différentes formes d’expression écrite qu’emploie le clerc, comme si elles ne formaient qu’une même texture graphique. Décrivant une étrange représentation humaine comprise dans deux cercles concentriques, entourée d’un veau, d’un lionceau, d’un enfant et d’un aiglon, Sylvain Piron dresse également l’inventaire des éléments de la vie d’Opicino de Canistris que ce dernier a inscrit dans les divisions graphiques ainsi ménagées. Le mouvement est clair, il s’agit pour le clerc « d’échapper aux cercles du labyrinthe de sa vie terrestre » (p. 52).

5Né à Pavie, Opicino de Canistris y a connu les luttes politiques citadines traditionnelles dans l’Italie médiévale. Son père est un marchand qui se déplace dans la région (ce qui expliquerait sa naissance « accidentelle » à Lomello [p. 56]). Il apprend le grec et le latin. Les événements politiques et militaires qui prennent la ville de Pavie pour théâtre interdisent à Opicino de Canistris de faire des études universitaires. La prêtrise qu’il embrasse lui permet d’être élu à la paroisse de Santa Maria Capella en 1323. Il continue de défendre le pape dans un climat particulièrement hostile (p. 62), et quitte finalement Pavie pour Valenza. Le clerc connaît alors des tourments psychiques intenses. Il entreprend peu après une ascension dans l’administration ecclésiale et rédige un texte « polémique » pour soutenir le pape (p. 64). Il en rédige un second pour consolider l’autorité religieuse en arguant du fait que « tous les pouvoirs civils tirent leur origine d’une usurpation ; le seul pouvoir légitime est celui dont a joui le Christ et qu’il a transmis à son vicaire » (p. 64). En 1330, Opicino de Canistris rédige un Livre des louanges de la ville de Pavie, particulièrement précis. Ces travaux érudits et patients lui permettent d’obtenir du pape une nomination à la Pénitencerie. À Avignon, le clerc vit « dans l’angoisse du péché » (p. 71) ; la fonction qu’il occupe semble être moins un objectif de reconnaissance dans sa carrière qu’un lieu crucial pour fixer ses tensions de culpabilité.

6Sylvain Piron remarque, très justement, que les écrits et les dessins d’Opicino de Canistris ne sont pas une longue rumination solitaire : les liens qui sont dénoués dans le cours du récit et dans les figures tracées ne cessent de rappeler le monde auquel appartient le prêtre. En entrant plus précisément dans l’épaisseur des manuscrits débordant de dessins et de textes, l’historien restitue d’abord la matérialité et la texture des objets qui portent les tourments du prêtre. Le travail éditorial admirable vient relayer cette patiente restitution d’une gerbe de manuscrits particulièrement riches et difficiles à décrire. Sylvain Piron note que le codex d’Opicino de Canistris présente une « parenté formelle avec des pratiques institutionnelles » comme la cancellation notariale (p. 82). Par-delà la fragmentation iconographique et discursive, l’ensemble constitue une œuvre à part entière. La grande majorité des planches sont « inscrites à l’intérieur d’une forme géométrique », des oblongs arrondis ou des cercles (p. 92). Mines de plomb et compas servent à tracer des éléments graphiques empruntés à la cartographie maritime (notamment l’orientation vers l’est des planches et les lignes des vents). Les cercles ne sont que rarement des références « aux sphères célestes » (p. 96). En fait, Opicino de Canistris manipule les signes et les codes graphiques de son temps. Et la cartographie est particulièrement prégnante, comme fonds culturel auquel le prêtre se réfère. La montée en puissance des figures monstrueuses témoigne d’une maîtrise narrative certaine. Sylvain Piron décrit ainsi la « métamorphose » d’une carte marine comme l’irruption d’éléments anatomiques venant s’imbriquer autant que se superposer aux découpes géographiques.

7Le corpus que trace Opicino de Canistris est un « jugement » autant qu’un « témoignage » qu’il porte « contre lui-même » (p. 101). Son intériorité angoissée par la culpabilité est mise en procès, par le truchement d’une confession au cœur de laquelle gisent des monstres effrayants. Le prêtre a commencé à connaître des tourments douloureux « le jour de son ordination » (p. 105). Il ne cessera d’être tenaillé par une « panique sacramentelle » qui lui fait douter de la justesse des paroles tenues lors des rites, d’autant qu’Opicino de Canistris semble affecté d’un défaut d’élocution. De même, il est peu à l’aise avec les « abstractions juridiques » (p. 107). Finalement, la lutte intérieure le met aux prises avec lui-même, comme si le renoncement à ses ambitions avait accompagné une déchéance morale profonde. Il cherche à s’élever au-delà des basses matérialités et à se montrer digne d’un accès aux choses célestes. Il s’en veut de juger les autres, de porter sur leurs mérites éventuels des verdicts plus ou moins bienveillants. Cette agonistique interne combine parfois le singulier et le pluriel. L’ego est « haïssable » (p. 114) et toutes ses duplications extérieures sont surveillées. L’identité sacerdotale elle-même est clivée : il refoule son être mortel pour mieux se fondre « dans une totalité » (p. 115).

8En 1330, Opicino de Canistris conçoit son Confessionnal de mes péchés, qui témoigne d’une certaine ambition. Il dénoncera ensuite « cette présomption » (p. 119). Les représentations graphiques qu’il donne de lui offrent une diaprure de figures qui organise des autoportraits contrastés d’une personnalité en quête de sens. Sylvain Piron suggère qu’à l’instar d’Antonin Artaud reprenant vie après 1945, Opicino de Canistris parvient à surmonter l’épreuve d’une léthargie prolongée grâce à ses œuvres écrites et dessinées. Le prêtre se convainc de suivre la « voie moyenne du clerc séculier » (p. 124). S’inscrire dans un ordre religieux permettait à Opicino de Canistris d’unifier sa vie fragmentée.

9Dans un chapitre particulièrement dense et éclairant, intitulé « Les mondes superposés », Sylvain Piron analyse l’exercice graphique très complexe auquel s’astreint Opicino de Canistris en travaillant un feuilleté de cartes « d’échelles différentes » (p. 127). Corps et régions de l’Europe se joignent, se calquent, s’identifient dans un jeu spéculaire sans cesse renouvelé. La capacité du clerc à construire de véritables cartes géographiques s’enracine dans une conscience plus générale du territoire, de son parcours, de ses formes. Opicino de Canistris s’inspire d’une carte d’Angelino Dulcet (points de référence identiques, échelle des distances…), mais il y insère un symbolisme protéiforme. Il pousse à l’extrême des usages culturels courants en les intensifiant : sa recherche étymologique des noms de villes (qu’Isidore de Séville incitait à mener) est ici transformée en une quête de la résonance linguistique. Mais c’est surtout dans l’articulation du somatique et du géographique (qui n’est pas inconnu au Moyen Âge, loin s’en faut), qu’Opicino de Canistris témoigne d’une inventivité extraordinaire. Inscrit dans un « rapport herméneutique au monde » (p. 137), le clerc cherche à construire, par des diagrammes enchevêtrés, un dépassement vers « la providence divine » (p. 146).

10Le prêtre essaie aussi de définir l’Église comme un corps, ce qui est très classique. Mais la mise en scène graphique qu’il propose est, elle, exceptionnelle : figures emboîtées, gestes provocateurs de la Vierge, anatomie ecclésiale complète. Deux plans se joignent, se distinguent, se côtoient dans ces planches : une Église sacramentelle et une Église spirituelle. Mais Opicino de Canistris n’est pas un mystique cherchant à se joindre au divin ; il est soucieux d’ancrer la dignité sacerdotale tout en renonçant à l’orgueil que peut conférer une telle position pour un homme. En recomposant la « dialectique du monstre » qui anime un clerc du XIVe siècle, Sylvain Piron parvient à rendre raison d’une certaine épaisseur de la réalité sociale qui voit s’affirmer « la construction institutionnelle » de l’Église (p. 169). De même, l’assignation géographique constitue un élément déterminant de l’affirmation subjective au Moyen Âge.

11Cet ouvrage, à la fois érudit et innovant, instruit une microhistoire des angoisses qui travaillent la psyché d’un clerc œuvrant dans l’administration ecclésiale du XIVe siècle. Mais il offre surtout une analyse fine et détaillée d’un mouvement lent et difficile qui voit les individus nécessairement inclus dans l’Église peiner à se définir par et pour eux-mêmes. Les tourments d’Opicino de Canistris, sa crainte de ne pas réaliser les bons gestes, son obsession de faire se superposer les monstres et les territoires révèlent, en creux, la difficile ascension d’un « moi » à la conscience.

Top of page

References

Electronic reference

Jérôme Lamy, « Sylvain Piron, Dialectique du monstre, enquête sur Opicino de Canistris », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 134 | 2017, Online since 26 May 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5818

Top of page

About the author

Jérôme Lamy

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page