Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Document sans titre

Nelcya Delanoë
p. 201-204

Texte intégral

1Il court, il court, le travail documentaire de Gilles Perret, depuis dix ans : Ma Mondialisation, ou la globalisation vue de Savoie (2006) ; Walter, retour en Résistance, l’ancien résistant, déporté et syndicaliste, défenseur de l’héritage du CNR (2009) ; De mémoires d’ouvriers, le prolétariat savoyard et sa destruction (2012) ; Les Jours heureux, retour sur le programme du CNR avec Raymond Aubrac, Stéphane Hessel et autres (2013) ; et enfin La Sociale. En somme, un travail toujours rattaché à l’histoire de la Savoie et de ses travailleurs, jusqu’à la « grande » histoire de France.

2On connaît le propos de La Sociale : conter l’histoire de la Sécurité sociale depuis sa création par les ordonnances d’octobre 1945, sujet a priori aride.

3Encore que ? Dans le cadre de la campagne des élections françaises de 2017, le sujet a capté de plus en plus l’attention de tous ceux qui vivent et travaillent en France, particulièrement de ceux qui vont voter. C’est que cette vénérable institution est menacée, plus ou moins ouvertement selon les cas, par une vague de néolibéralisme apparemment difficile à contenir. Et si tous les programmes n’en meurent pas, tous ou presque en sont frappés.

4Gilles Perret propose donc une fresque qui rend hommage à Ambroise Croizat, constructeur et pilier de ce qu’on appelle aujourd’hui « la Sécu », diminutif un peu réducteur et auquel le réalisateur préfère « La Sociale », en hommage entre autres au « Vive la Sociale » de la Commune. Non seulement Gilles Perret rend hommage à Croizat, mais il lui rend sa place.

5En effet, on cite généralement Pierre Laroque comme le fondateur de la Sécurité sociale, ce qui n’est pas faux. Conseiller d’État gaulliste qui a rejoint Londres en 1941, il a été marqué par le rapport Beveridge (novembre 1942), base du futur État-providence des travaillistes. Autre gaulliste, Alexandre Parodi est nommé délégué général du gouvernement provisoire de la République, puis ministre du Travail et de la Sécurité sociale (septembre 1944 à novembre 1945) dans le premier gouvernement De Gaulle, et François Billoux, communiste, devient ministre de la Santé publique. Parodi charge alors Pierre Laroque de mettre en place la Sécurité sociale et de donner forme à l’idée selon laquelle le politique doit s’imposer à l’économique. Peut-être une des meilleures façons de faire avancer les idées du CNR tout en concurrençant les communistes après la Libération ?

6Toujours est-il que c’est Ambroise Croizat qui succède à Parodi au poste de ministre du Travail, de novembre 1945 à janvier 1946, dans le deuxième gouvernement De Gaulle – les communistes ont eu plus de cinq millions de voix aux législatives et raflé 159 sièges. L’année suivante, Croizat devient carrément ministre de la Sécurité sociale, de janvier 1946 à mai 1947, sous la présidence Auriol et les débuts de la IVe République. Précisons que ces divers rappels historiques et politiques ne figurent pas dans le documentaire, qui se libère ainsi de la complexité et de l’ambiguïté des rapports de forces, disons pour faire court, entre communistes, socialistes et gaullistes de l’après-guerre.

7Fils d’ouvrier, militant communiste, au travail dans la métallurgie dès l’âge de 16 ans (1914), membre du Syndicat des métaux de Lyon en 1916, puis élu député communiste en 1936, Ambroise Croizat avait très tôt pris part aux discussions en vue de l’élaboration de lois sociales. Mais son approbation, bien stalinienne, du pacte germano-soviétique d’août 1939, lui valut d’être déchu de son mandat en février 1940, puis d’être condamné à cinq ans de prison et une lourde amende par un tribunal militaire. Emprisonné à Marseille, transféré en 1941 au bagne de Maison-Carrée à Alger, il n’est libéré par les Alliés, suite au débarquement américain, qu’en 1943.

8Et Croizat devient ministre... Il commence par demander à la CGT, très puissante, de s’impliquer dans la création des caisses départementales, ce qui est fait en six mois. Il a aussi œuvré au rétablissement de la semaine de quarante heures, à la création de la troisième semaine de congés payés pour les jeunes travailleurs, des prestations familiales, de l’aide aux économiquement faibles, de la rémunération des heures supplémentaires ainsi qu’à la suppression de l’abattement de 10 % sur les salaires des femmes.

9La CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens) proteste toutefois contre le fait que les élections aux conseils d’administration des caisses départementales vont avoir lieu après la création de ces dernières, et donc assurer l’hégémonie cégétiste. Mais les conseils paritaires sont mis en place sur la base de ¾ de représentants salariés et de ¼ de représentants patronaux. Cette distribution en dit long sur la force de négociation et d’organisation des syndicats, qui obtiennent des cotisations sociales gérées par des représentants ouvriers et patronaux. Le but est de pourvoir, avec une caisse unique pour l’ensemble de la population, à quatre des insécurités qui font de la vie des travailleurs un parcours hasardeux et difficile : les accidents du travail, la santé, la famille, la vieillesse. Ainsi tout est allé très vite, et il le fallait : avec le retour de la paix, c’est le début des conflits politiques et tous savent que chaque camp veut prendre l’autre de vitesse.

10En effet, s’opposent frontalement à la réalisation de cette couverture sociale le patronat, l’Église, les médecins libéraux, tandis que la CFTC traîne les pieds en dénonçant là encore une CGT monopoliste. À ces obstacles s’ajoutent ceux qui sont liés à la préexistence de diverses caisses – corporations, entreprises – et aux régimes d’assurance d’agriculteurs, de fonctionnaires et de salariés du public. C’est ainsi que le régime dit général (mai 1946) ne concerne finalement que les salariés de l’industrie et du commerce et n’intègre pas la couverture du chômage, mise en place à l’extérieur de la Sécurité sociale en 1958 – précisions qui manquent d’ailleurs dans le film.

11N’empêche. Nous sommes embarqués par le récit des riches heures de la vie d’Ambroise Croizat, sans doute par trop enluminée – photos/flashback et entretiens – mais également contée par un homme étonnant, l’autre personnage central de ce film et devenu l’aura de Croizat. Il s’agit de Jolfred Frégonara, militant CGT de 96 ans à l’époque du tournage, chargé de la mise en place des caisses de Sécurité sociale en Haute-Savoie en 1946 et toujours bon pied bon œil en 2015. Sa participation au documentaire est cruciale, lui qui explique entre autres aux étudiants de l’École nationale supérieure de la Sécurité sociale (désormais École nationale supérieure de Sécurité sociale, grande école des dirigeants de la protection sociale, EN3S,) les luttes de Croizat pour une démocratie sociale solidaire, voire fraternelle. Sa parole, claire dans sa combativité souriante et parfois mélancolique, mais toujours dans le vif du sujet, fait de ce jeune « ancien » une des lumières de ce documentaire et permet d’échapper au côté « vie édifiante d’Ambroise Croizat» qui menace ici et là.

12On y échappe d’autant mieux qu’aux côtés de Fregonara apparaissent de jeunes spécialistes, dotés d’une énergie et d’un calme roboratifs. Ainsi des sociologues Colette Bec, Frédéric Pierru ou Bernard Friot, de l’historien Michel Étiévent, de l’hépatologue et porte-parole du Mouvement de défense de l’hôpital public Anne Gervais, remarquable. Ajoutons enfin qu’à ces voix et à ces portraits, le réalisateur a offert une toile de fond splendide, celle des archives toutes plus lumineuses, émouvantes, riches et peu connues les unes que les autres.

13Ainsi traversons-nous ces vies avec des moments de jubilation intense. Ces dernières constituent une spirale dynamique autour d’acteurs et de témoins au propos libre et à l’humour sec, le sens de la répartie au bout de la langue, et que porte la force du regard et du caractère. D’autres paroles s’intercalent, dont celles du MEDEF et autres opposants aux prestations sociales qui, lors de conférences chics, dénoncent la Sécurité sociale comme le vampire de la libre entreprise, qu’elle saigne à mort (sic). Bien sûr, est voué aux gémonies le fameux « trou de la sécu », terme qui fait désormais partie du vocabulaire du management néolibéral partout infiltré et qui, ici, supplante celui de solidarité, mettant ainsi en péril la valeur du travail et de l’éthique – et avec elle l’hôpital, par exemple. Soudain, on ne sourit plus.

14Devenu député en 1936, Ambroise Croizat, a conservé ce siège jusqu’au 10 février 1951, date de sa mort. On est sous le gouvernement Pleven, dont font partie Guy Mollet, SFIO, Jules Moch, SFIO, François Mitterrand, UDSR, tout un monde nouveau qui a pris ses fonctions. Les obsèques de Croizat furent suivies par un important cortège de Parisiennes et de Parisiens, ainsi que de dirigeants politiques et syndicaux, depuis les locaux de la CGT jusqu’au Père-Lachaise. Ces hommes et femmes reconnaissants savaient qu’il était devenu possible, grâce à sa ténacité, de « Vivre sans l’angoisse du lendemain, de la maladie ou de l’accident de travail, en cotisant selon ses moyens et en recevant selon ses besoins ».

15Ils ne pouvaient pas deviner qu’en deux générations, cette réussite serait menacée d’être vendue au plus offrant, dans la foulée du désenchantement du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelcya Delanoë, « Document sans titre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 134 | 2017, 201-204.

Référence électronique

Nelcya Delanoë, « Document sans titre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 134 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5815

Haut de page

Auteur

Nelcya Delanoë

Université Paris10-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page