Navigation – Plan du site
DÉBATS

Décentrer le regard : l’histoire populaire des luttes et des résistances

Entretien avec Michelle Zancarini-Fournel à propos de son livre Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, Zones, 2016, réalisé par Anne Jollet le 16 décembre 2016.
Michelle Zancarini-Fournel et Anne Jollet
p. 155-173

Résumé

Michelle Zancarini-Fournel, professeur émérite à l’université Claude-Bernard Lyon-I, est une historienne, chercheuse, profondément aussi une formatrice, comme on le sent à la lecture de ses ouvrages et de cet entretien. Son intérêt pour le croisement entre histoire ouvrière et histoire du genre s’est manifesté notamment dans sa thèse, dirigée par Yves Lequin et publiée dans une version largement remaniée en 1993, avec Mathilde Dubesset, Parcours de femmes : réalités et représentations, Saint-Étienne (1880-1950)1. Les problématiques contemporaines des migrations2, du syndicalisme et des luttes sociales et politiques3 ont organisé son parcours de recherche. Elle a depuis beaucoup travaillé à rendre les femmes et leurs activités diverses visibles en se souciant toujours d’insérer cette histoire dans une histoire sociale que l’on pourrait dire « globale », analysant les rapports de genre dans la diversité des processus de domination. Elle vient de publier, en 2016, l’ouvrage important, la somme, une histoire « de la France », assumant par son titre un point de vue de lecture : « Des luttes et des rêves ». Cette dimension de choix assumé, renforcée par le sous-titre « Une histoire populaire » nous a, comme beaucoup d’autres, interpellés et nous a incités à interroger Michelle Zancarini-Fournel sur son projet. Les dominations, les rapports de forces, les révoltes, les reconstructions populaires des forces politiques structurent en effet l’argumentation de façon neuve4. L’ampleur du livre, la réaffirmation d’une histoire critique qu’il exprime nous ont passionnés et nous avons eu envie d’en savoir plus sur les choix effectués par l’auteure.

Haut de page

Texte intégral

1Anne Jollet (AJ) : Ma première question est d’ordre général et porte sur ce qui t’a amenée à l’écriture de ce livre : comment fait-on pour écrire une somme pareille, près de 1000 pages, presque 100 pages de notes ? Aussi avec quel public en tête ? Pour qui écrit-on un tel livre ?

  • 5 Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2003. La (...)
  • 6 URL : <http://fr.calameo.com/read/000215022aec09629c518>.

2Michèle Zancarini-Fournel (MZF) : Le livre est une commande des éditions La Découverte, à l’automne 2014. Évidemment, cela correspond aussi à des recherches que je fais depuis quarante-cinq ou cinquante ans. J’avais un peu de matière déjà prête et quelques réflexions sur le sujet. Par ailleurs, j’ai été pendant vingt ans dans la formation des professeurs et je pense que c’est une tâche qui permet de saisir les questions historiques d’une façon large et de réfléchir sur l’écriture de l’histoire. Quand est sortie en 2002 l’Histoire populaire des États-Unis d’Howard Zinn en français5, je me suis dit : « Il faudrait faire une histoire populaire pour la France… », ce qui fait que lorsque les éditions La Découverte me l’ont proposé, j’ai sauté sur l’occasion, j’étais absolument ravie. Je me suis donc lancée dans cette écriture qui est particulière par sa forme, qui n’est pas totalement académique, bien qu’elle soit maîtrisée, car je la voulais destinée à un public le plus large possible, sans mots incompréhensibles ni phrases trop complexes. J’ai dû beaucoup me maîtriser, parce que j’ai l’habitude de mettre trois phrases en une, j’ai dû couper des phrases pour les raccourcir, de façon que ce soit plus lisible. La recherche de lisibilité est la raison pour laquelle les notes sont à la fin de l’ouvrage, et non en bas de page, et il n’y a pas de bibliographie, justement parce que l’éditeur a trouvé que ça faisait trop. La bibliographie est en ligne, on peut bien sûr la consulter sur le site de Zones6.

3AJ : Donc un public large… Mais pourquoi écrire maintenant une « histoire populaire » ?

4MZF : Pour moi, c’était une manière de manifester mon opposition à la situation politique et sociale actuelle, et je voulais le publier avant la campagne électorale. C’est ma participation personnelle à la campagne électorale de 2017.

5AJ : Tu assumes cette forme d’engagement dans le débat politique actuel ?

6MZF : Oui, et d’autant plus que cela a été complètement légitimé a posteriori par les déclarations d’un certain nombre de candidats à propos du « roman national ». Ça tombe à pic, si je puis dire. Ce n’était pas prévu, parce que je ne pensais pas que l’histoire deviendrait un enjeu de la campagne à ce point, mais visiblement elle l’est devenue. On aurait pu le prévoir, parce que tout ce qui s’est fait sur la question de l’identité nationale, ce rejet des étrangers qui est très fort en ce moment en France, avec la question des réfugiés et des musulmans, permettait de penser que l’histoire serait un enjeu. Mais je ne pensais pas qu’elle le serait à ce point.

7AJ : Pourtant, elle l’a déjà été en 2005, en 2012…

8MZF : Oui, mais je n’imaginais pas que cela ressortirait à ce point. Pour moi, la situation faite aux réfugiés ne passe pas. En tant qu’enseignante d’histoire, il est évident que la question des réfugiés montre à quel point la question de l’universalisme est problématique. Il existe un universalisme dans les principes, dans les textes, mais en réalité cet universalisme est dans la pratique beaucoup plus limité. Pour moi, cela confirme un certain nombre de choses que nous avons déjà vues avec l’histoire des femmes, notamment. C’est ce que Joan Scott appelle « l’universalisme paradoxal ». Cela dit, les principes servent aussi à faire bouger les choses, donc je ne rejette pas l’universalisme. Mais là, on est devant quelque chose d’effrayant : 6 000 à 10 000 réfugiés en France, quand l’Allemagne en accueille un million, pour le pays des droits de l’homme, c’est effrayant.

9AJ : De ce point de vue-là, tu t’inscris explicitement dans le même positionnement social qu’Howard Zinn dans son Histoire populaire des États-Unis ?

10MZF : C’est la consigne que m’a donnée La Découverte : « On veut une histoire populaire à la Howard Zinn ». J’avais lu le livre en 2002, mais je n’ai pas voulu le relire car je ne voulais absolument pas le « décalquer ». Je voulais faire mon propre chemin. Évidemment, je pense qu'il s’inscrit globalement dans un projet similaire.

  • 7 Dimension réflexive assumée, voir Bernard Lahire, À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte (...)

11AJ : N’est-il pas étonnant que des synthèses de ce type soient arrivées plus tard en France qu’aux États-Unis, ou qu’il y ait davantage de travaux de synthèse grand public chez les sociologues7 ? Les historien-nes ont été plus longs à sortir du monde académique, en dépit des interpellations. À propos des repères historiographiques, dans ton introduction, tu parles aussi de Gramsci, auquel se référent beaucoup d’auteurs qui évoquent la société en termes de dominations et de luttes contre les dominations.

  • 8 Jean-Claude Zancarini, professeur émérite à l’ENS de Lyon, spécialiste de la pensée politique itali (...)

12MZF : Il se trouve que je vis avec un professeur d’études italiennes, qui fait avec un de ses collègues, depuis plusieurs années, un séminaire sur Gramsci, et que j’ai eu l’occasion de suivre ce séminaire avant l’écriture du livre8. J’ai pu ainsi approfondir vraiment mon approche de Gramsci, et en particulier à partir des nouvelles études en Italie où il y a un courant extrêmement important de recherches sur Gramsci. J’ai donc pu me confronter vraiment à l’écriture, la langue, les mots qui sont différents des premières traductions qu’on a eues en France à partir de 1975.

13AJ : Ce sont les traductions des Éditions sociales ?

  • 9 Robert Paris est un écrivain et un important traducteur de littérature contemporaine de l’italien v (...)
  • 10 « Antonio Gramsci », Actuel Marx, n° 57, 2015.

14MZF : Voilà. Aujourd’hui c’est un retour aux œuvres telles qu’elles ont été écrites. Et puis il y a eu une nouvelle traduction dirigée par Robert Paris en 19919, et depuis il y a tout un travail fait par cette école italienne gramscienne. C’est par exemple grâce à eux que j’ai découvert à la fois le sens du mot « subalterne », tel qu’il est employé par Gramsci et qui se réfère aussi à une domination politique, alors qu’il est souvent employé en France dans le sens d’une domination sociale. On dit souvent, ce qui n’est pas juste, que ce terme a été employé pour ne pas employer « classe ». Gramsci parle de « classe subalterne », donc il emploie bien le mot « classe ». Il y a un numéro d’Actuel Marx10 qui vient de sortir, qui fait le point en français sur les recherches gramsciennes en Italie. Par ailleurs, je connaissais antérieurement l’histoire de Gramsci dans le Parti communiste italien.

15AJ : C’est comme beaucoup de relectures actuelles, une interprétation un peu moins « économiciste » de Gramsci que celles qui ont précédé, avec une ouverture plus grande sur les déterminations culturelles.

16MZF : Politique surtout, et sur une interprétation du marxisme qui n’est pas forcément complètement orthodoxe par rapport à la situation au moment où il écrit, par rapport à l’Union soviétique et au PCI, puisqu'un de ses cahiers – qu’on appelle Cahiers de prison – est consacré aux « subalternes » (été 1934-janvier 1935).

17AJ : Par ailleurs, dans l’ensemble des références avec lesquelles tu t’engages, au moins dans l’introduction de l’ouvrage, qui est peut-être un engagement a posteriori, tu évoques aussi Thompson, mais pas Hobsbawm, et ensuite ce dernier ne revient pas beaucoup dans les références.

18MZF : Ce n’est pas un rejet d’Hobsbawm, mais c’est parce que mon éditeur ne voulait pas de références épistémologiques. L’épistémologie est là, sous le tapis, en permanence. Mais c’est un livre grand public et il fallait vraiment limiter toutes les références épistémologiques qui auraient pu être des freins à la lecture, donc j’ai limité le nombre des références à un minimum. Même dans l’introduction, il y en a très peu. Mais je me suis malgré tout servie d’Hobsbawm, qui a nourri ma réflexion sur de nombreux points. Pourquoi ai-je cité Thompson ? Je pense qu’il est aujourd’hui redécouvert, mais partiellement. Par exemple, on a aujourd’hui un usage, dans tout ce qui est histoire des femmes et du genre, du terme « agency », qui est attribué à Judith Butler, qui l’utilise certes, mais l’agency a été développée bien avant par Thompson, Hobsbawm, toute l’école sociale culturelle anglaise, et on oublie à quel point ce concept d’agency venait de cette histoire sociale et culturelle. C’est donc une forme de dépolitisation du terme agency et c’est pour cette raison que j’ai voulu insister sur Thompson. C’est encore une forme d’épistémologie sous le tapis…

  • 11 Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Pari (...)

19AJ : La première partie du livre s’intitule « Les subalternes face à l’autorité royale ». La formulation est assez peu habituelle en histoire moderne en France. Pourrais-tu donc revenir sur ton rapport aux Subaltern Studies, et plus globalement sur cette valorisation anglo-saxonne d’un certain nombre de concepts ? Dans cette perspective, peut-être pourrais-tu nous dire quelques mots sur la façon dont tu situes le travail de Jean Nicolas  par rapport à tes réflexions11 ?

  • 12 Michelle Zancarini-Fournel, « À propos du “retard” de la réception en France des Subaltern Studies  (...)
  • 13 Dans les traductions récentes de textes connus depuis longtemps dans le monde anglophone, voir le r (...)
  • 14 Des textes cruciaux pour cette historiographie sont rassemblés dans Ranajit Guha, Gayatri Spivak (e (...)
  • 15 Jean Nicolas, op. cit.
  • 16 Ibidem.

20MZF : J’ai rédigé un article dans Actuel Marx, en 2012, pour montrer justement que, contrairement à ce qu’on pensait, les thèses de Thompson avait été connues plus précocement qu’on ne le dit, c’est-à-dire bien avant la traduction de 198812. Dans les séminaires, dans les colloques, dans les revues, circulaient déjà des extraits de La formation de la classe ouvrière anglaise. Je montre dans cet article comment Thompson a eu une certaine influence sur la première école de Subaltern Studies, celle des historiens indiens13. D’ailleurs Thompson a prononcé des conférences en Inde, comme Hobsbawm, et tous les deux ont noué des liens avec ce groupe. La plupart d’entre eux sont issus d’un groupe marxiste-léniniste maoïste de l’Inde. Le contexte politique est alors très particulier : au début des années 1980, les Subaltern s’intéressent aux masses paysannes en voulant se démarquer à la fois de l’histoire coloniale anglaise, mais aussi de l’histoire indienne, d’une histoire nationaliste et nationale indienne, qui a partie liée avec la bourgeoisie ayant libéré l’Inde du colonialisme. C’est donc pour se démarquer de ces deux voies historiographiques que les Subaltern développent cette histoire des masses paysannes en montrant comment, par un certain nombre de gestes, de rites, de chants, de paroles, ils expriment une forme d’insubordination par rapport à leur situation14. Cette démarche est directement héritée de Gramsci, qu’on présente souvent comme le grand connaisseur de la classe ouvrière italienne, mais qui en fait, c’est en tout cas son point de départ, est un grand connaisseur des paysans, en particulier des paysans sardes. Il réfléchit beaucoup sur la question paysanne, ce qu’il a appelé la « question méridionale », et cette description de ce qu’il appelle le « folklore », les Subaltern Studies de la première mouture s’en inspirent beaucoup pour leur étude des paysans indiens. Et c’est tout à fait proche des travaux de Jean Nicolas, qui a été pour moi une grande source d’inspiration, car La Rébellion française, parue en 200215, est un très grand livre, trop peu connu. C’est pourquoi j’ai mis en tête du deuxième chapitre ce qui pour moi est la clé de mon livre, la citation de Nicolas qui dit : « Ne risque-t-on pas de gauchir l’image du réel en isolant la continuité des jours et l’écoulement répétitif de la vie quotidienne, les accès et les phases de la contestation16 ». C’est-à-dire qu’on ne fait pas grève tout le temps, on ne manifeste pas tout le temps, on ne se révolte pas tout le temps. Et ce que j’ai essayé de faire dans le livre – je ne sais pas si j’y réussis dans tous les chapitres –, c’est justement de montrer aussi cette continuité des jours.

  • 17 Notamment son dernier ouvrage : Bernard Lepetit, Les formes de l’expérience. Une autre histoire soc (...)

21AJ : Le livre de Jean Nicolas est peut-être arrivé à contretemps, dans une période où l’histoire sociale semblait avoir épuisé ses ressources et l’histoire quantitative aussi (pensons aux critiques radicales de Bernard Lepetit)17. Il a fait l’objet d’une forme de « sous-lecture ». Vois-tu ton livre comme s’inscrivant dans un renouvellement de l’approche sociale et politique, ou comme un écrit un peu atypique ou décalé par rapport à la production historiographique dominante en France ?

  • 18 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, (...)
  • 19 Créée en juin 2013, l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT) rassemble (...)

22MZF : Je suis d’accord avec toi sur la question de l’histoire sociale, qui a subi une délégitimation à partir du début des années 1980, mais il y a eu à partir des années 1995-2000 un renouveau, que ce soit sur le XIXe ou le XXe siècle, avec de jeunes historiens comme Xavier Vigna, François Jarrige18 pour le XIXe, qui justement approfondissent les chemins déjà tracés. Une association a été créée en France pour « l’histoire des mondes du travail » (AFHMT), alors que, dans les années 1980, il était presque indécent d'en parler19.

23AJ : Je partage tout à fait. Nous avons publié en 2003 un numéro des Cahiers d’histoire intitulé « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », auquel a participé Michel Pigenet, spécialiste d’histoire du travail, devenu depuis premier président de l’AFHMT. Tous ceux qui étudiaient ces questions étaient encore assez pessimistes, disaient leurs difficultés à avoir des étudiants, leur sentiment de ne pas être entendus.

24MZF : C’est vrai, mais il y a aussi un problème que nous avons du mal à saisir : les étudiants sont dans une telle précarité par rapport au travail… Je le vois bien dans les séminaires, les étudiants n’aiment pas parler de ça, parce qu’ils n’ont pas de travail ; ce n’est pas seulement un problème épistémologique, c’est une réalité sociale. Le travail n’a plus du tout la forme qu’il pouvait avoir alors.

25AJ : On comprend que ces analyses font partie de ce qui t’a guidée pendant cette écriture. Dans le livre, tu t’appuies sur ces travaux récents qu’on voit se multiplier en histoire sociale, que ce soit sur la question des résistances à l’esclavage, à la colonisation, à l’exploitation ouvrière ou des révoltes. À travers cette histoire des acteurs inscrits dans des rapports de domination que tu valorises, on revient à une politisation des problématiques, y compris dans des historiographies des sensibilités, des émotions, qui ont pu en éloigner. En même temps, ton  analyse des révoltes procède de façon assez différente de celle de Jean Nicolas, que nous avons évoquée précédemment.

  • 20 Jean Nicolas (dir.), Mouvements populaires et conscience sociale (XVIe-XIXe siècles), Actes du coll (...)

26MZF : Pour moi, il a été une source d’inspiration, pour tout. Bien avant ce livre, lorsque j’ai étudié les révoltes urbaines des années 1980-1990 par exemple. Il a été pour moi extrêmement important. Le colloque qu’il a publié, bien antérieur à 2002, – que je cite dans la biographie, que j’utilise dans mon article d’Actuel Marx – a été important pour justement montrer que l’histoire sociale a été enterrée un peu trop vite, qu’elle n’a pas disparu20. Des gens comme Nicolas, justement, l’ont portée à bout de bras, y compris durant les « années noires » de l’histoire sociale.

27AJ : On voit bien, à travers les notes, que tu as construit un réseau de références qui finalement construit ta bibliographie.

28MZF : Au départ, l’éditeur ne voulait pas de notes. Mais j’ai dit que je ne ferais pas le livre s’il n’y avait pas de notes. J’ai emprunté énormément à beaucoup d’historiennes et d’historiens, il était impératif que je les cite.

29AJ : Tu assumes, dans ton livre, de ne pas tout couvrir et de choisir des séquences particulièrement oubliées ou traitées d’un point de vue qui efface les dominé-es, sans forcément reprendre toute la chronologie consacrée de l’histoire de France. Tes chapitres sont amples chronologiquement, mais l’ensemble assume la discontinuité, c’est dire que toute histoire est faite de choix.

  • 21 Dominique Kalifa, « Histoires ordinaires », Libération, 2 décembre 2016. URL : <http://next.liberation.fr/livres/2016/12/02/histoires-ordinaires_1532556>.
  • 22 Une grande attention est portée aux travaux récents sur les résistances au rétablissement de l’escl (...)
  • 23 Allusion à la thèse récente de Nicolas Cadet, Honneurs et violences de guerre au temps de Napoléon. (...)

30MZF : Pourtant, on m’a reproché de m’inscrire dans la chronologie établie… Dans son compte rendu, Dominique Kalifa a remarqué que j’avais suivi scrupuleusement la chronologie habituelle de l’histoire de France21. Il y a des lectures différentes. Ce qui est certain, c’est que j’ai voulu garder un cadre pour que les lecteurs ne soient pas perdus par rapport à une histoire connue, qu’ils retrouvent de grandes périodes, de grandes séquences qu’ils connaissent. Il n’y a pas de bouleversement ; il y a des changements dans la délimitation de ces périodes-là, mais globalement j’ai quand même gardé les grandes périodes. Après, ce qui change, plus que les grandes séquences que je crois avoir gardées – peut-être moins en histoire moderne – ce sont les points de vue. Par exemple, un des points de vue qui change complètement, et je l’assume totalement, c’est l’écriture du Premier Empire. Le chapitre 5 qui en traite s’intitule « Ordre et désordres sous Napoléon ». Le titre dit le choix d’une lecture sociale. En lisant un certain nombre de livres qui venaient d’être publiés, j’ai transformé ma vision de l’Empire22. Je me suis aperçue, dès le début, qu’il y avait une série de défaites absolument inconnues : la défaite à Saint-Domingue reste méconnue, malgré des travaux récents ; de même la défaite en Calabre est rarement mentionnée23. Et mettant tous ces éléments bout à bout, je me suis aperçue que ce qu’on connaissait, les défaites en Espagne et au Portugal en 1807, 1808 et 1809, se situaient dans la même lignée. C’est-à-dire que, chaque fois qu’il y avait une population locale qui s’insurgeait contre les exactions, les viols, les pillages, etc., l’armée napoléonienne était battue. Les victoires napoléoniennes étaient des victoires dans des affrontements entre deux armées classiques, parce que Napoléon était sans doute un tacticien de génie. Cela change complètement l’histoire de l’Empire, ce qui fait que je n’ai absolument pas parlé des victoires, j’ai pensé que l’historiographie existante suffisait. Ce n’est pas un déni de ces victoires, je ne mets pas en cause la victoire d’Austerlitz. C’est simplement un changement complet de point de vue.

31AJ :À propos de Louis XIV, tu as un peu le même regard. La focale est mise sur « 1685, l’année terrible et ses suites », sur les violences destructrices de l’absolutisme, le sort fait aux protestants, mais à tous les acteurs de la production des indiennes. Le chapitre suivant traite des « Vies ordinaires » entre « compromis et rébellions ». Donc là aussi des choix, et le choix de l’histoire de ceux qui subissent, mais aussi agissent.

  • 24 Pierre Goubert, Louis XIV et vingt millions de Français, Paris, Fayard, 1966.

32MZF : Mais je ne suis pas la première à aborder le XVIIe siècle vu « d’en bas ». Il ne faudrait pas oublier ce qu’a été le renouvellement de l’histoire par Pierre Goubert, pour l’époque moderne, quand il a écrit Louis XIV et vingt millions de Français, plaçant alors de façon inédite la focale sur le peuple24. C’est une question que l’on m’a posée dans d’autres cadres : « Pourquoi une telle place faite aux protestants ? » Pour moi, le sens du livre est là aussi : ce sont des catégories de population pas forcément pauvres – il y avait des riches, des nobles, etc. – mais qui étaient opprimées de façon terrible, justement au nom de l’unité religieuse et du catholicisme de la monarchie. Pour moi, il était évident que je devais évoquer les protestants, de même que les esclaves, pour des raisons identiques.

  • 25 Claude Mazauric, « L’“histoire-monde” de France face au prétendu “roman national” », l’Humanité, 8  (...)

33AJ : Il s’agit donc d’une volonté d’interroger la domination de façon globale, et non pas seulement de se concentrer sur la domination économique. Il n’y a pas tout, parce qu’il y a ce point de vue qui est toujours celui « d’en bas ». Et en ce sens, il s’agit bien d’une histoire « populaire » au sens où elle fait apparaître « un peuple », un peuple aux figures et gestes multiples, à l’opposé de celui que dessinent les romans nationaux : la rédaction a un point de vue assumé, qui est maintenu à travers l’ensemble du livre. Cette interrogation sur les multiples figures des résistances et luttes contre des dominations plurielles rejoint les remarques récentes de Claude Mazauric dans l’Humanité, qui affirmait que la place des révoltes des subalternes n’avait pas été assez grande concernant les colonies25.

34MZF : C’est la première fois à ma connaissance que dans une histoire de France une telle place est faite aux colonies. Je crois que ce que Claude Mazauric voulait dire, et là-dessus je pense qu’il a en partie raison, c’est que c’est aux gens des colonies de faire leur propre histoire, d’écrire leur propre histoire. C’est ce que j’ai compris. Et sur ce point, il a absolument raison, ce qui fait que, par exemple, je n’ai pas du tout fait l’histoire de la révolte algérienne, parce que je pense que ce n’est pas à moi de la faire. J’ai fait l’histoire des années algériennes, de la guerre d’Algérie telle qu’elle était, mais je n’ai pas fait l’histoire de l’intérieur de la révolution algérienne. Et pour ce qui concerne les Antilles et la Réunion, je m’appuie très fortement sur une historiographie qui est presque inconnue ici, qui n’est d’ailleurs jamais citée, et qui est celle des historiens antillais et réunionnais. Donc je pense en partie que Claude Mazauric a raison, mais qu’en partie il a tort dans le sens où il n’adopte pas cette réserve.

35Comme pour l’histoire des femmes, je suis persuadée qu’il ne faut pas faire d’histoires séparées : ni histoire des femmes séparée, ni histoire impériale séparée, mais qu’il faut intégrer cette histoire-là à l’ensemble de l’histoire et voir comment elle a pesé. De ce point de vue, mon premier chapitre est complètement emblématique de ce que j’ai voulu montrer. Cela peut paraître étrange à certaines personnes, mais quand je parle des indiennes – les toiles peintes –, de la façon dont elles sont fabriquées et portées, cela me permet de pointer le lien avec les deux sujets que j’avais évoqués précédemment, à la fois la colonisation, puisqu’on plante des indigotiers à la Guadeloupe et à Saint-Domingue, et puis les protestants, parce que ce sont les entrepreneurs protestants exilés dans les villes franches d’Alsace, en Suisse, etc. qui fabriquent ces indiennes. De plus, ces indiennes étant elles-mêmes un produit du commerce – qu’on n’appelle plus triangulaire – avec l’Afrique et les Antilles, des indiennes de mauvaise qualité échangées contre des esclaves, c’est une histoire intégrée qui émerge à partir de ce produit textile. C’est-à-dire que cette histoire-là n’est pas seulement l’histoire des Antilles ou l’histoire des protestants. Ce sont ces connexions entre des historiographies séparées que j’ai essayé de faire. Le premier chapitre est une espèce de manifeste en faveur de cette démarche.

36AJ : Et paradoxalement, c’était peut-être plus facile pour toi de construire cela pour le XVIIe siècle, parce que c’est plus loin de ta spécialité. Avec le XIXe siècle, il y a un changement d’échelle et peut-être une scansion plus classique dans l’histoire du mouvement ouvrier. Le chapitre 8 évoque « Les espoirs déçus du moment 1848 », le chapitre 9, « Les communes, le peuple au pouvoir ? ». Mais là aussi, la dimension internationale est très présente et l’analyse est bien moins gallo-centrée. L’importance de l’esclavage, de ses combats ne disparaît pas de la politique hexagonale.

  • 26 L’exposition « Les anneaux de la mémoire » s’est tenue à Nantes de décembre 1992 à mai 1994 au musé (...)

37MZF : Je vais préciser un peu. J’étais allée visiter en 1992 ou 1993, à Nantes, l’exposition « Les anneaux de mémoire26 ». Dans une des salles, il y avait une carte, que je n’ai jamais retrouvée d’ailleurs, où il y avait des points pour toutes les entreprises liées à l’économie esclavagiste sur le territoire hexagonal. Cela a été, pour moi, une espèce d’illumination. C’est tout simple, mais je me suis aperçue que, contrairement à ce que je croyais, et ce qui était par ailleurs aussi porté par l’exposition, ce n’étaient pas seulement les ports négriers mais l’ensemble du territoire qui était touché par la fabrication de produits qui arrivaient là, par les canaux, les routes.

38AJ : Une des questions également transversales que tu abordes, c’est celle de la participation des femmes à toutes les luttes (notamment contre l’esclavage) en même temps que le maintien de leur exclusion du droit de vote, de l’institutionnalisation de la vie politique. Comment analyses-tu l’importance des forces qui finalement s’opposent à cette émancipation civique des femmes ?

  • 27 Serge Aberdam, Serge Bianchi, Robert Demede, Émile Ducoudray, Bernard Gainot, Maurice Gentil, Claud (...)
  • 28 Leora Auslander, Michelle Zancarini-Fournel, éditorial « Le genre de la nation et le genre de l'Éta (...)

39MZF : C’est une affaire, là aussi, que j’ai débusquée en lisant des articles et des études d’autres historien-nes. Cette exclusion civique, c’est plus compliqué qu’on ne le pense, parce qu’on trouve – c’est l’un des apports de l’ouvrage collectif Voter, élire pendant la Révolution française paru en 200627 – des femmes qui votent, qui sont sur des listes électorales pendant la Révolution française, parce qu’elles sont chefs de famille et propriétaires, et qu’elles ont le droit de vote. Cela permet d’introduire de la complexité dans l’analyse. Mais globalement, il y a une exclusion des femmes du politique, c’est évident, on peut dire qu’elle est l’œuvre des jacobins au pouvoir en 1793, parce que ce qui est mis en avant, c’est en fait la « fonction maternelle » des femmes. C’est une question que nous avons beaucoup travaillée avec une collègue américaine, Leora Auslander, dans un article de la revue Clio en 200028. Les femmes sont mobilisées pour la nation, c’est-à-dire pour l’éducation des futurs citoyens. Elles ont cette place-là dans le politique : comme épouses, comme mères et comme éducatrices. D’ailleurs, soigner, éduquer et nourrir sont les fonctions traditionnelles assignées aux femmes, dans une perspective de longue durée. Donc cette fonction qu’on leur attribue pendant la Révolution est réelle, et si on les exclut des clubs politiques, alors qu’elles ont été très présentes pendant les premières années de la Révolution, c’est que justement on ne veut pas qu’elles assument un rôle politique, qui est dévolu aux hommes, qui est le propre des hommes. Et parce qu’elles demandent la cocarde, parce qu’elles demandent à porter les armes, qui sont les signes de la citoyenneté (la Garde nationale, etc.), on leur refuse toute irruption dans l’arène politique. C’est une constante en dépit de la réalité de leur activité, de leur insertion dans les débats, dans les circulations internationales aussi. On retrouve cette exclusion en 1830 et en 1848, et c’est aussi parce qu’on a toujours considéré que les femmes étaient dépendantes. C'est ce que j’ai appelé, avec d’autres, « L’universel, sans les femmes ». Le Code civil, contrairement à ce qui se dit parfois rapidement, ne concerne que les femmes mariées. Mais le contrecoup, c’est la délégitimation des femmes qui ne sont pas mariées. On voit apparaître le personnage de la « vieille fille », qui naît au XIXe siècle, et c’est comme ça que revient aussi le rite des « catherinettes » : à 25 ans, si une femme n’est pas mariée, il y a une cérémonie pour montrer qu’elle n’est pas une femme « normale ». Cette exclusion est très importante dans le processus de catégorisation des rôles sociaux.

40AJ : Tu signales dans l’ouvrage l’importance des corps dans les luttes. Comment est-ce qu’on peut envisager une vision politique de cette anthropologie des révoltes, qui insiste sur les gestes, sur les cris, sur les odeurs, sur le rapport au sang, à la violence ?

  • 29 Thomas Bouchet, Le roi et les barricades, une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, SeliArslan, 200 (...)

41MZF : Je pense qu’il y a deux choses qu’il faut tenir. C’est, d’une part, la notion d’événement, c’est-à-dire que ces gestes, ces rites, ces cris, ces émotions doivent être étudiés en revenant très précisément à l’événement lui-même. Je pense à Thomas Bouchet, bien sûr, à son ouvrage Le roi et les barricades, une histoire des 5 et 6 juin 183229. Il s’agit, d’autre part, de relier l’événement et la langue, c’est-à-dire retrouver des textes de l’époque, des mots employés, éventuellement l’image, la gravure publiée sur le moment. Si on tient ces deux bouts, c’est-à-dire toujours l’idée de la conjoncture et du processus, et puis la langue ou la représentation, je veux dire l’image – ce ne sont pas seulement les mots, mais les mots essentiellement, et la représentation graphique –, si on tient ces deux bouts, on ne dépolitise pas et on renouvelle. Je crois que les nouveaux historiens du XIXe siècle se sont bien emparés de ces questions. Mais on peut aussi faire une histoire uniquement des émotions, qui ne s’intéresse qu’aux formes, une histoire formaliste, et là, effectivement, il s’agit d’une dépolitisation manifeste.

42AJ : Prenons un exemple. À propos de « la guerre des rues et des maisons » de juin 1848, tu explores les conditions sociologiques de l’engagement qui ne sont pas que socio-économiques. Notamment, dans tout le livre d’ailleurs, tu montres la diversité des territoires de la France, qui n’est pas que Paris, problématique ô combien actuelle. Peux-tu revenir sur cette appréciation ?

43MZF : Ce qui est intéressant, c’est que l’on trouve des gens des mêmes catégories sociales, avec les mêmes parcours, d’un côté et de l’autre de la barricade, c’est-à-dire des gens qui tirent et des gens qui se défendent. Et un certain nombre d’études, que je reprends, montrent que des gens sont au départ du côté de la Garde nationale et vont tirer, se charger de la répression, puis trouvent que ça ne va pas et deviennent insurgés. C’est-à-dire qu’il y a des acteurs qui ont des attitudes différentes à des moments différents. Ce qui opère aussi, c’est un écart entre provinciaux et urbains : on fait venir des gardes nationaux de province, des ruraux qui en veulent beaucoup aux urbains en raison de l’imposition supplémentaire exigée par le pouvoir. Il y a donc des haines anciennes qui jouent dans ces mobilisations ; c’est aussi une contradiction forte, violente, qui explose. En 1848, cette opposition entre les différents espaces géographiques est structurante. C’est dans les campagnes qu’il y a eu, par exemple, l’opposition la plus vive au coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte : les ruraux n’acceptaient pas l’Empire.

44AJ : Concernant la colonisation sous la IIIe République, tu fais là aussi usage de travaux neufs et tu insistes sur le fait qu’existaient des formes de « résistance plurielle », comme la danse et le chant par exemple. Peux-tu revenir sur ces résistances par le corps ?

45MZF : « Résistance » ? Je dirais plutôt « existence » ! Existence, puisque résistance. On peut dire que ces pratiques traduisent des manifestations de joie, de plaisir, de résistance à une forme de domination. Mais ça ne veut pas dire que ces expressions par le corps, par la danse, par le chant, soient toujours des résistances conscientes, conceptualisées. Ce sont des formes de culture, de plaisir aussi, plaisir d’être entre hommes ou entre femmes, et d’exprimer des choses par le corps. Alors pourquoi en parler ici ? Parce que je trouvais important qu’il n’y ait pas seulement des formes « classiques » de manifestations. Montrer qu’il y avait des pratiques d’expression du corps compliquées, avec ces hommes qui nient l’expression politique des femmes, m’a paru intéressant. L’historicisation des rapports au corps est une dimension importante du renouveau des lectures sociales.

  • 30 Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves, op. cit., p. 469.

46Les chansons sont aussi des expressions, pour partie corporelles, qui parlent du peuple ou par lesquelles le peuple se dit. J’ai mis plusieurs chansons dans l’ouvrage, et j’ai fait exprès de conclure mon chapitre 11, « Extension du domaine impérial », sur les couplets d’une chanson : c’est une chanson qui exprime le rejet subi par un expatrié, parti pour rapporter de l’argent au groupe familial élargi, et désormais considéré comme un étranger chez lui parce qu’il s’est expatrié, qu’il a une autre vie. « Ô ! Ils m’ont dit rentre chez toi l’Étranger30 ». C’est une chanson de souffrance qui montre là aussi la complexité des réalités sociales, des histoires de l’émigration, une histoire faite de contradictions entre les personnes, mais aussi dans une même personne entre les temps des vies, contradictions que j’ai cherché à dire dans cette histoire populaire.

47AJ : La place des migrants est une dimension très forte du renouvellement de ton approche de l’histoire de la France, et c’est une façon de dire qu’il n’y a pas d’histoire populaire sans une histoire des migrations. Là, il y a un déplacement par rapport aux histoires du mouvement ouvrier français. Le renouvellement des connaissances sur les migrations à toutes les époques de l’histoire de la France te permet cette synthèse qui prend place dans une conception d’un peuple en constante recomposition.

  • 31 Gérard Noiriel, Longwy. Immigrés et prolétaires (1880-1980), Paris, Presses Universitaires de Franc (...)

48MZF : Il y a eu bien sûr les travaux de Gérard Noiriel, l’importance de l’apport de son étude sur Longwy et les immigrés italiens31. Il y a une somme de travaux considérable, comme on le voit dans la bibliographie en ligne. Mais ce qui a été essentiellement mis en évidence, ce sont les migrations européennes : on a étudié les Polonais, les Italiens, les Espagnols, les Portugais. Ce que j’ai cherché à signaler, c’est l’importance des migrations d’ailleurs, d’Indochine, de Madagascar, d’Afrique subsaharienne, que les historiens français ont peu prises en compte alors qu’elles sont aussi une partie de l’histoire du pays.

49AJ : Peut-être la différence est que, comme ce que tu disais pour les indiennes, les migrations ne constituent pas dans « ton » histoire un phénomène à part, mais une constante de la société française, que tu montres constamment faite par des migrations, même si les flux de migrants sont divers, en importance numérique comme en impact social. De façon très convaincante, tu articules aussi les migrations ville-campagne et les migrations extérieures au territoire national.

50MZF : J’aborde cette question en montrant, comme je l’avais vu à Saint-Étienne, que des proches étaient considérés par les gens de la ville comme des étrangers. C’est-à-dire qu’au début du XXe siècle encore, et même entre les deux guerres, les gens qui venaient de Haute-Loire à Saint-Étienne étaient considérés comme des étrangers, donc étaient moqués comme d’autres étrangers étaient moqués, ils avaient des surnoms, etc. Et c’est effectivement quand l’immigration étrangère est devenue plus importante, donc dans l’entre-deux-guerres essentiellement, que cette opposition s’est progressivement atténuée. Ce que je n’ai pas étudié effectivement – mais je suis loin d’avoir tout étudié ! – ce sont les ruraux qui s’acclimatent à la ville. Il faudra développer sur ce que ces émigrés arrivant dans les villes apportent aux quartiers où ils vivent et rapportent aux campagnes.

  • 32 Roger Thabaud, Mon village, ses hommes, ses routes, son école, Presses de la fondation des sciences (...)

51De ce point de vue-là, l’ouvrage Mon village, ses hommes, ses routes, son école, écrit en 194332, est très important. C’est l’étude d’un village, et de la transformation de ce village, qui a été faite par un instituteur. Et m’a semblé intéressant, malgré son aspect téléologique, le fait qu’il privilégie notamment l’école. J’ai intitulé une partie du chapitre 10 « Paysans, ouvriers nous sommes », « Mon village à l’heure des changements », c’est-à-dire quand les changements venus de la ville transforment le village.

52AJ : Tu abordes pour le XXe siècle la question des liens entre colonialisme et luttes anticoloniales, et notamment le rôle des partis de gauche. Un exemple bien étudié est celui de la dimension coloniale de l’exposition coloniale de 1931 et la construction face à elle d’une exposition anticoloniale. De façon plus générale, ton histoire de la France exprime un point de vue critique sur les luttes anticoloniales en France comme moyen de réappropriation de l’expression politique par les « subalternes » ?

  • 33 Voir à ce sujet les analyses récentes d’Alain Ruscio, « Fernand Iveton, communiste algérien, victim (...)

53MZF : Oui, la contre-exposition coloniale a été un échec total. Et ceci d’autant plus que les principaux activistes venus des colonies n’ont pas eu droit à la parole et à la tribune. C’est-à-dire que ceux qui ont représenté la lutte anticoloniale, ce sont les responsables du PCF et les intellectuels métropolitains, qui avaient été en partie à l’initiative de cette contre-exposition. Par ailleurs, il y a eu moins de 5 000 visiteurs, contre plusieurs dizaines de millions pour l’exposition coloniale. On n’a pas donné la parole aux dominés lors de cette contre-exposition. Les partis de gauche, et particulièrement le Parti communiste, ont toujours été partisans de mouvements anticolonialistes qu’ils pouvaient contrôler totalement. D’ailleurs, c’est quand Messali Hadj a pris ses distances par rapport au Parti communiste que celui-ci a commencé à le combattre. Il faut rappeler que pendant la guerre d’Algérie, le Parti communiste était pour la paix et non pour l’indépendance de l’Algérie. Et ne parlons pas du Parti socialiste qui était au gouvernement et a fait la guerre. Un des rares militants communistes algériens qui a été condamné à mort et exécuté, Fernand Iveton, a été peu défendu par le Parti lorsqu’il a été arrêté pour avoir tenté un attentat dans son usine33.

54AJ : Je voudrais évoquer à présent la question qu’amène la visée de ton livre, celle de l’efficacité d’une démarche militante dans la réappropriation de son histoire par le peuple et l’impact de la mémoire des luttes dans les mobilisations présentes, ce qu’Howard Zinn disait avoir visé avec son Histoire populaire des États-Unis. Tu commences d’ailleurs l’écriture de ton « Histoire populaire de la France » par une introduction qui dit l’importance pour toi de la mémoire des événements, transmis par la famille : « J’ai été nourrie par les récits de mes grands-parents et de mes parents [...] » sont les tout premiers mots du livre.

55MZF : Il y a une transmission d’expériences (correspondant plus ou moins à la réalité historique) qui sert d’appui à l’action et qui contribue à la construction de l’histoire. J’ai pris un exemple qui semble criant, qui est le Chant des Canuts. Tout le monde croit que c’est un chant écrit par les canuts lyonnais en 1831 ou 1834, un chant de révolte. En fait, pas du tout, c’est un chant écrit par Aristide Bruant à la fin du XIXe siècle qui travestit cette histoire-là et exprime la conviction de penseurs marxistes de son époque, qui font de cette révolte une révolte de prolétaires. Or, quand on connaît l’organisation de la fabrique lyonnaise, on sait que les canuts étaient des petits patrons qui employaient des ouvriers et qui, dans ce moment d’insurrection, se sont battus pour d’abord avoir un tarif et ensuite pour la République. Ils ont été unis avec les compagnons et compagnonnes, mais ensuite leurs intérêts ont divergé de ceux de leurs ouvriers : ce n’étaient pas les mêmes intérêts sociaux. L’image qui a été construite des canuts correspondait aux ouvriers prolétaires du tissage ; on a donc là une transformation de la mémoire. Il y a un autre épisode qui m’a beaucoup frappée : c’est l’histoire de ce professeur de la faculté d’Alger, un bon colonialiste, qui fait une enquête à la fin du XIXe siècle avec ses étudiants sur les exactions commises par l’armée au moment de la conquête de l’Algérie, en particulier les fameuses « enfumades ». Il raconte que les colons installés depuis longtemps n’avaient absolument aucun souvenir de ça, mais qu’en revanche les « indigènes » s’en souvenaient très bien et se transmettaient l’histoire, en particulier par les contes des mères et des grands-mères, ce qui m’évoquait des choses dans ma propre histoire. C’étaient des contes autour de l’ogre, un ogre qui s’appelait Bugeaud… Ferhat Abbas raconte dans ses mémoires que sa grand-mère lui parlait de l’ogre Bugeaud. On voit ainsi que la mémoire peut servir à la transmission de l’histoire. Je crois que pour moi, indirectement, justifier cet appel à la mémoire, c’est s’insurger contre l’idée d’un lieu de mémoire fixe, un lieu de mémoire symbolique qui ne bouge pas, qui est le même pour tous et toutes.

56AJ : C’est le problème aussi qu’on retrouve avec le roman national, un lieu de mémoire collectif qui devrait être stable et le même pour tous. Donc, tu reviens à l’idée d’une mémoire marquée par l’appartenance sociale.

57MZF : J’ai toujours vu ça dans mon travail de recherche. Par exemple, j’ai fait pour ma thèse des entretiens sur les mémoires de l’accouchement auprès de femmes. Et cette expérience, qu’on pensait être une expérience commune, quand on interrogeait une institutrice ou une ouvrière, n’était pas racontée de la même façon. Il n’y avait pas une forme homogène de récit de l’accouchement. Et pour moi, cela a été un révélateur : l’expérience féminine par excellence, qui était une expérience vécue évidemment, n’était pas racontée de la même façon parce qu’il y avait un autre rapport au langage, à la manière de dire la douleur, de parler du corps. Et je crois que c’est en cela que la mémoire est « socialement construite ».

58AJ : Est-ce que tu penses, avec ton livre, aider des mémoires à se dire, aider des gens à penser leur histoire ?

59MZF : Oui, bien sûr, je l’espère bien ! Oui, j’espère contribuer à faire penser aux gens l’histoire qu’ils ont vécue, penser leur propre histoire. De toute façon, j’écris l’histoire pour penser le présent. Cela a été dit par beaucoup d’autres et c’est une évidence pour moi qu’on se pose toujours les questions à partir du présent. Si je me suis autant interrogée sur les colonisés ou les immigrés, c’est parce que je trouve que le rejet actuel des migrants est insupportable.

60AJ : Insupportable, c’est un point de vue politique, moral. Donc, cette histoire populaire vise à mettre en évidence la place du peuple dans l’histoire, ce qui est une façon de dire au présent, à chacun du peuple, qu’il est dans l’histoire et qu’il a des responsabilités dans l’histoire ?

61MZF : Qu’il ait dans l’histoire des responsabilités, oui. L’histoire du peuple n’est pas toujours une histoire rigolote, riante, ni toujours une histoire qui montre la voie, parce qu’il y a des contradictions, il y a des aspects sombres dans cette histoire. Parce que le peuple, c’est un concept polysémique et que son histoire n’est pas toujours héroïque. Ce qui est certain, c’est qu’il ne faut pas faire seulement une histoire « par en-haut ». L’histoire des pouvoirs est intéressante, et il faut la faire. D’ailleurs, c’est parce qu’elle a été faite qu’on peut maintenant écrire une histoire « par en bas ».

Haut de page

Notes

1 Mathilde Dubesset, Michelle Zancarini-Fournel, Parcours de femmes : réalités et représentations, Saint-Étienne (1880-1950), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1993.

2 Michelle Zancarini-Fournel, « La construction d’un “problème national” : l’immigration 1973, un tournant ? », Cahiers de la Méditerranée, vol. 61, 2000, p. 147-157.

3 Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective, Paris, La Découverte, 2008.

4 Michelle Zancarini-Fournel, Des luttes et des rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, Zones/La Découverte, 2016.

5 Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2003. La version originale en anglais : Howard Zinn, A People’s History of the United States, New York, Harper&Row, 1980.

6 URL : <http://fr.calameo.com/read/000215022aec09629c518>.

7 Dimension réflexive assumée, voir Bernard Lahire, À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte, 2002.

8 Jean-Claude Zancarini, professeur émérite à l’ENS de Lyon, spécialiste de la pensée politique italienne de l’époque moderne, et Romain Descendre, professeur d'études italiennes à l'ENS de Lyon.

9 Robert Paris est un écrivain et un important traducteur de littérature contemporaine de l’italien vers le français.

10 « Antonio Gramsci », Actuel Marx, n° 57, 2015.

11 Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Le Seuil, 2002, rééd. Folio Gallimard, 2008.

12 Michelle Zancarini-Fournel, « À propos du “retard” de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, n° 51, 2012, p. 150-164.

13 Dans les traductions récentes de textes connus depuis longtemps dans le monde anglophone, voir le recueil d’articles : Edward P. Thompson, Les usages de la coutume. Traditions et résistances populaires en Angleterre (XVIIe-XIXe siècles), traduit par Jean Boutier et Arundhati Virmani, Paris, EHESS, 2015 ; et Edward P. Thompson, La Guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, éd. Par Philippe Minard, Paris, La Découverte, 2014.

14 Des textes cruciaux pour cette historiographie sont rassemblés dans Ranajit Guha, Gayatri Spivak (eds), Selected Subaltern Studies, New York, Oxford University Press, 1988. Une synthèse sur l’historiographie indienne du second XXe siècle : Mamadou Diouf, L’historiographie indienne en débat. Colonialisme, nationalisme et sociétés postcoloniales, Paris-Amsterdam, Karthala-Sephis, 1999.

15 Jean Nicolas, op. cit.

16 Ibidem.

17 Notamment son dernier ouvrage : Bernard Lepetit, Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995.

18 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007 ; François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de la machine à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

19 Créée en juin 2013, l’Association française pour l’histoire des mondes du travail (AFHMT) rassemble les spécialistes de l’histoire du travail, des travailleurs et travailleuses. Elle se donne comme but de promouvoir cette histoire.

20 Jean Nicolas (dir.), Mouvements populaires et conscience sociale (XVIe-XIXe siècles), Actes du colloque de Paris, 24-26 mai 1984, Paris, Maloine, 1985.

21 Dominique Kalifa, « Histoires ordinaires », Libération, 2 décembre 2016. URL : <http://next.liberation.fr/livres/2016/12/02/histoires-ordinaires_1532556>.

22 Une grande attention est portée aux travaux récents sur les résistances au rétablissement de l’esclavage et la violence de la répression, ainsi qu’à l’étude de façon générale des violences liées à la guerre. Notes du chapitre 5, p. 926-928.

23 Allusion à la thèse récente de Nicolas Cadet, Honneurs et violences de guerre au temps de Napoléon. La campagne de Calabre, Paris, Vendémiaire, 2015.

24 Pierre Goubert, Louis XIV et vingt millions de Français, Paris, Fayard, 1966.

25 Claude Mazauric, « L’“histoire-monde” de France face au prétendu “roman national” », l’Humanité, 8 décembre 2016. URL : <http://www.humanite.fr/l-histoire-monde-de-france-face-au-pretendu-roman-national-628060>.

26 L’exposition « Les anneaux de la mémoire » s’est tenue à Nantes de décembre 1992 à mai 1994 au musée municipal, au cœur de la ville, dans le château des ducs de Bretagne, avec le soutien de l’UNESCO. C’est la plus grande exposition organisée sur le sujet dans une des grandes villes enrichies par le commerce des esclaves au XVIIIe siècle.

27 Serge Aberdam, Serge Bianchi, Robert Demede, Émile Ducoudray, Bernard Gainot, Maurice Gentil, Claudine Wolikow, Voter, élire pendant la Révolution française, 1789-1799, Paris, Éditions du CTHS, 2006.

28 Leora Auslander, Michelle Zancarini-Fournel, éditorial « Le genre de la nation et le genre de l'État », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, n° 12, 2000, en ligne : <http://clio.revues.org/161>.

29 Thomas Bouchet, Le roi et les barricades, une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, SeliArslan, 2000.

30 Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves, op. cit., p. 469.

31 Gérard Noiriel, Longwy. Immigrés et prolétaires (1880-1980), Paris, Presses Universitaires de France, 1984.

32 Roger Thabaud, Mon village, ses hommes, ses routes, son école, Presses de la fondation des sciences politiques, Paris, 1993 (1943).

33 Voir à ce sujet les analyses récentes d’Alain Ruscio, « Fernand Iveton, communiste algérien, victime du colonialisme », à paraître en 2017 dans les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Zancarini-Fournel et Anne Jollet, « Décentrer le regard : l’histoire populaire des luttes et des résistances », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 134 | 2017, 155-173.

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel et Anne Jollet, « Décentrer le regard : l’histoire populaire des luttes et des résistances », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 134 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5800

Haut de page

Auteurs

Michelle Zancarini-Fournel

Professeure émérite à l’université Claude-Bernard Lyon-I

Articles du même auteur

Anne Jollet

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page