Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’État et la science

Histoire du régime régulatoire (France, XVIe-XXe siècles)
Jérôme Lamy
p. 87-111

Résumé

Il est possible de caractériser le régime régulatoire organisant les rapports entre l’État et les sciences requises à son service par la mobilisation du droit, la professionnalisation des acteurs impliqués, l’édification d’une bureaucratie dédiée ainsi qu’un réseau de valeurs sur lesquelles reposent toutes les actions entreprises. Pour définir historiquement ce régime régulatoire, cet article envisage, pour la France, trois grandes époques qui singularisent des configurations spécifiques du rapport savoir/pouvoir. Du XVIe au XVIIIe siècle, la construction de l’État absolutiste moderne se fonde sur une politique des frontières, des cadastres et des sous-sols qui recourt à la géographie, la cartographie et la géologie pour asseoir sa légitimité. À partir de la fin du XVIIIe siècle et jusqu’aux années 1870, la biopolitique vise à maîtriser et contrôler les populations, leur état sanitaire et leurs intentions politiques. Enfin, depuis la IIIe République, la recherche d’une sécurité complète sur les choses et les hommes justifie une politique de la norme fixée par des indications scientifiques et techniques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, L (...)
  • 2 . Pierre Gros, « Introduction générale. Éditer, commenter et lire Vitruve aujourd’hui », dans Vitru (...)
  • 3 . Claude Denjean, Laurent Feller (dir.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, t. I : Le bes (...)
  • 4 . Marie Dejoux, Les enquêtes de Saint Louis. Gouverner et sauver son âme, Paris, Presses Universita (...)

1Dans la longue durée, les formes constituées de pouvoir et de gouvernement s’articulent de façon très variée à des manières de connaître et des façons de savoir. La structuration politique suppose l’appui sur des corpus de connaissances, des expertises précises, des sciences établies qui renseignent les tenants du pouvoir, leur permettent d’organiser leurs actions ou d’établir leurs décisions. Les configurations qui caractérisent cette association savoir/pouvoir sont historiquement situées : elles renvoient, pour chaque époque, aux spécificités des modes de gouvernement comme aux caractéristiques des pratiques de savoir. Ainsi, Paulin Ismard a montré comment, en Grèce ancienne, ce sont des esclaves publics (les dêmosios) qui ont en charge un certain nombre de tâches d’expertise pour la cité : parce que situés hors du « champ politique », ces savants serviles reconduisent la part d’invisibilité assignée à « la nécessaire administration de la vie publique1 ». De la même manière, à l’époque romaine, la catégorie des apparitores, à laquelle aurait appartenu Vitruve, rassemble « les auxiliaires des responsables politiques ou administratifs » dans une « structure socioprofessionnelle, à la fois bureaucratique et hautement spécialisée, indispensable au bon fonctionnement de l’État2 ». Au Moyen Âge, la figure de l’expert émerge au confluent de questions juridiques, techniques, théologiques et institutionnelles3. Les enquêtes réclamées par saint Louis pour la maîtrise de son administration s’inscrivent dans cette quête d’une puissance politique inquiète de ses propres effets4.

  • 5 . Jérôme Lamy, « Des sciences par et pour le gouvernement. Sur le régime régulatoire des sciences c (...)
  • 6 . Cédric Michon (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, (...)

2L’émergence, en Occident, d’une forme spécifique d’organisation du pouvoir et de gestion des communautés humaines, l’État, impose de cerner plus précisément la façon dont s’est constituée cette articulation, entre l’action de gouverner et des compétences savantes mobilisées précisément à cette fin. J’ai précédemment conceptualisé ce régime régulatoire des sciences et des techniques en signalant ses quatre grandes caractéristiques : une structuration par le droit, une légitimité professionnelle disputée, une bureaucratie dédiée et un ensemble de valeurs caractéristiques (notamment celles organisées autour du bien commun)5. Je propose, dans cet article, de reconstituer la lente constitution de ce régime régulatoire parallèlement à la constitution de la forme étatique moderne, du XVIe au XXe siècle. J’opère une synthèse de travaux existants en les resituant dans une perspective plus globale destinée à reconstituer les transformations historiques du régime régulatoire des sciences et des techniques. Je me concentrerai sur le cas français, afin de caractériser aussi précisément que possible les différentes phases de cette articulation entre les façons de gouverner et les manières de savoir qui les informent. Le cadrage entre des savoirs spécifiques et l’action de l’État s’est construit selon de lentes modalités d’appropriation et de mobilisation : si la figure du conseiller du prince est familière6, d’autres pratiques, parfois plus à distance des lieux de pouvoir, participent de la régulation publique par les sciences et les techniques. Si les cadres de gouvernement (monarchie absolue, régimes impériaux puis autoritaires, et enfin république libérale) ont énormément varié sur près de cinq siècles, je soutiens que les impératifs d’État et les pratiques savantes transcendent les conjonctures politiques et constitutionnelles.

  • 7 . Michel Foucault, « Il faut défendre la société », Paris, Gallimard, 1997, p. 212 et p. 215-216.
  • 8 . Jean Kerhervé, Histoire de la France : la naissance de l’État moderne, 1180-1492, Paris, Hachette (...)

3Certains impératifs de constitution de la puissance publique ont requis des connaissances spécifiques dès le début : la géographie, la cartographie et, plus généralement, la connaissance du territoire (du sol aux productions végétales qui y poussent) ont été abondamment intégrées dans l’appareil d’État, dès le début de l’époque moderne. À partir de la fin du XVIIIe siècle, le basculement vers une politique qui prend la vie pour objet7 impose un recentrage du gouvernement public sur les questions d’hygiène et de statistique : la population dans ses manifestations les plus diverses (épidémies, comportement politique ou social) occupe le cœur du régime régulatoire. Enfin, à partir de la fin du XIXe siècle, l’État français structure ses réponses sur la sécurité des deux éléments constitués en fondement du régime régalien aux siècles précédents, le territoire et la population. Il s’agit désormais de produire des normes (notamment concernant les risques alimentaires) et de disposer de savoirs efficaces en temps de guerre. Si ces trois temps apparaissent comme des cristallisations assez remarquables, il convient toutefois de ne pas les envisager comme des durcissements excessifs des modes de régulation : ce sont davantage des nappes successives de pratiques politiques et scientifiques qui configurent des époques et qui, sans disparaître par la suite, servent de soubassement à de nouveaux arrangements. Ainsi, la géographie et la cartographie ne cessent pas d’être une préoccupation des acteurs publics au XIXe siècle, mais le régime régulatoire se trouve alors pris dans des exigences politiques et scientifiques qui relèguent ces questions territoriales au second plan. L’absorption bureaucratique des configurations régulatoires antérieures contribuent, davantage encore, à cette oblitération continuelle. Cette démarche permet en outre de miner, par avance, toutes les tentations téléologiques qui font non seulement de l’avènement de l’État français tel que nous le connaissons une nécessité historique8, mais également de la forme de régulation actuelle l’inéluctable mode d’articulation du savoir/pouvoir.

Maîtriser l’espace : frontières, limites, sous-sol

  • 9 . Giovanni Botero, De la raison d’État (1589-1598), Paris, Gallimard, 2013, p. 114-115.
  • 10 . Eric H. Ash, « Expertise and the Early Modern State », Osiris, vol. 25, 2010, p. 14-15.
  • 11 . Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France (...)
  • 12 . Michael S. Mahoney, « Organizing Expertise : Engineering and Public Works under Jean-Baptiste Col (...)

4Les premières tentatives, au XVIe siècle, pour construire une théorie politique de l’État, principalement en Italie, ont interrogé la nécessité pour les princes d’être savants. Giovanni Botero, par exemple, soutenait dans De la raison d’État qu’il leur fallait maîtriser « la connaissance des choses naturelles qui sont le fondement des choses artificielles, (…) parce que connaître la disposition du monde, l’ordre de la nature, les mouvements des cieux, les qualités des corps simples, et composés, la génération et corruption des choses, l’essence de l’âme, ses facultés, les propriétés des herbes, des plantes, des pierres, des minéraux, les affections et, pour ainsi dire, les mœurs des animaux, la production des mixtes imparfaits9 ». Encore inscrite dans la relation très personnelle qui lie le souverain à l’exercice du pouvoir, cette modalité d’incarnation d’un gouvernement éclairé par ceux qui dirigent directement laisse peu à peu la place à des formes plus anonymes et plus collectives de distribution du savoir/pouvoir. Les points d’articulation, dès le XVIe siècle, se concentrent, sur les domaines de savoirs qui peuvent renforcer la légitimité de l’État, faire l’objet d’un suivi précis et permettre la délégation des tâches10. Aurélien Ruellet, en parcourant la Maison de Salomon pour cartographier les premiers points d’appui du patronage scientifique et technique au XVIIe siècle, signale qu’il existe dès le début de l’époque moderne des « sites institutionnels » à partir desquels s’organise l’action royale. Des « offices » et des « charges à dimension technique » du règne d’Henri IV visent des aires spécifiques d’activités liées à la maîtrise du territoire : le « grand voyer » pour les voies de communication et le « grand maître surintendant des mines et minières11 ». Les grands ouvrages techniques (comme le canal du Midi) sont, dès le XVIe siècle, contrôlés par la puissance publique, quand bien même leur réalisation mêlerait des intérêts privés et des intérêts d’État12. Même si l’effectivité des pratiques se déprend du découpage stricto sensu de ces fonctions administratives, c’est bien par le déploiement de structures techniques dédiées à la gestion du territoire que s’opèrent les premières régulations par la mobilisation des savoirs.

  • 13 . Roger Hahn, Anatomie d’une institution scientifique : l’Académie des sciences de Paris (1666-1803 (...)
  • 14 . Alice Stroup, « The Political Theory and Practice of Technology under Louis XIV », dans Bruce T.  (...)
  • 15 . Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon, op. cit., p. 133. La guerre est centrale dès la Renaissan (...)

5La création de l’Académie des sciences sous l’égide de Colbert et de Louis XIV, en 1666, marque un point d’achoppement dans la constitution du régime régulatoire : à la croisée d’une aspiration scientifique de professionnalisation et d’un souci, pour les acteurs publics, de se doter d’un corps d’experts pour les problèmes de la gestion de l’État, l’Académie émerge comme une bureaucratie spécialisée (partiellement) au service du pouvoir13. Les domaines d’action de l’Académie sont vastes et ses interventions visent à rationaliser des secteurs entiers de l’activité par le concours de la science et de la technique. Les enjeux commerciaux et administratifs se nouent dans les travaux des académiciens, notamment en ce qui concerne les machines agricoles, les longitudes ou la navigation14. Les recherches militaires (armes, fortifications) sont un pôle puissant de l’investissement public dans un secteur précis des techniques15. Mais c’est probablement dans le domaine de la géographie, de la cartographie et, plus généralement, de la connaissance, du contrôle et de la maîtrise du territoire, que s’organisent avec le plus de solidité les formes modernes du régime régulatoire.

  • 16 . Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières. L’espace politique français (1380-1515), Seysse (...)
  • 17 . Daniel Nordman, Jacques Revel, « La formation de l’espace français », dans André Burguière, Jacqu (...)
  • 18 . Monique Pelletier, « Cartographie et pouvoir sous les règnes de Louis XIV et Louis XV », Comité F (...)
  • 19 . David Bitterling, L’invention du pré carré. Construction de l’espace français sous l’Ancien Régim (...)
  • 20 . Ibidem, p. 129-134. Voir également : Bruno-Henri Vayssière, Philippe Pinchemel, « À propos d’une (...)
  • 21 . Monique Pelletier, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières(...)
  • 22 . César-François Cassini de Thury, Avertissement ou introduction à la Carte générale et particulièr (...)
  • 23 . Monique Pelletier, « La Carte de France en 1756 », Comité Français de Cartographie, n° 191, 2007, (...)
  • 24 . Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, (...)
  • 25 . Ibidem, p. 185.
  • 26 . François de Dainville, « Enseignement des “géographes” et des “géomètres” », dans René Taton (dir (...)
  • 27 . Ibidem, p. 487.
  • 28 . Ibidem, p. 488.

6La connaissance du territoire, sa délimitation, son quadrillage, sont consubstantiels à la formation de l’État français16. Comme le notent Daniel Nordman et Jacques Revel, la saisie savante de l’espace géographique du royaume est « très tôt (…) devenue inséparable de l’exercice de la souveraineté17 » : il s’agit bien sûr de contrôler une légitimité géopolitique sur les frontières, de connaître avec précision les supports physiques de l’impôt, les « limites administratives18 », mais c'est aussi « la volonté de mettre à la disposition de l’État un outil lui permettant d’exploiter les richesses territoriales à son profit19 ». La représentation graphique du royaume structure donc, dès le XVIe siècle, une attente politique forte : d’Oronce Fine à Louis le Boulenger, les premières cartes sont des instruments d’exercice du pouvoir20. L’introduction progressive de ces productions dans le régime s’opère précisément au moment où l’Académie des sciences offre la surface scientifique, technique et bureaucratique qui permet la réalisation d’un projet d’ampleur. L’abbé Picard, le premier, imagine, en 1681, une triangulation du royaume qui restituerait graphiquement la réalité de l’espace souverain. Colbert confie finalement une première réalisation à Jean-Dominique Cassini, qui dirige le tout nouvel Observatoire de Paris. La construction de la méridienne est ensuite interrompue ; la controverse sur la forme de la Terre déborde le cadre stato-épistémique initial. Par la suite, c’est Cassini de Thury qui convainc Louis XV de généraliser le principe de la triangulation et de cartographier l’intégralité du royaume21. L’enjeu est bien de fournir une connaissance publique du royaume et de ses richesses. Cassini de Thury précise : « Autant qu’il est avantageux à un Souverain de bien connoître les pays qui sont sous sa domination, autant il est utile à ses sujets de bien connoître la position des lieux où leurs intérêts et leur commerce peuvent les conduire22 ». D’abord soutenue financièrement par le roi, l’entreprise doit rapidement trouver d’autres sources de financement ; elle inaugure une privatisation par l’entremise d’une société prenant en charge la réalisation d’un objet cartographique d’ampleur23. L’assise régulatoire du projet de représentation géographique du royaume est d’abord administrative. Si l’Académie et l’Observatoire ont constitué les pôles d’impulsion scientifique, ce sont les ingénieurs effectuant les levées sur le terrain qui ont formé une vraie bureaucratie de la carte. Hélène Vérin avait montré, dans son maître-ouvrage La gloire des ingénieurs, que deux formes d’exercice de la puissance cohabitent à l’époque moderne : l’une vise « le gouvernement des hommes et l’autre l’administration des choses24 ». Précisément, la maîtrise des choses « suppose que soit créée une hiérarchie administrative, c’est-à-dire que les hommes envoyés par le roi dans ses provinces vont être définis par l’autorité que leurs fonctions techniques exigent et que leurs fonctions politiques représentent25 ». L’ingénieur géographe occupe donc une place particulière dans l’ordre administratif qui s’ébauche : il n’appartient plus à ce cercle étroit et confiné des conseillers du prince qui renseignent directement le souverain ; il procède à des tâches techniques et scientifiques dont il doit assurer la qualité et la fiabilité ; de la précision de son travail dépendent les possibilités d’une action politique à distance. Voilà donc les principaux points d’appui du régime régulatoire qui se trouvent en place dans l’entreprise de cartographie royale. Il existait, comme l’a montré François de Dainville, des formes très diverses de fonctions d’ingénieur géographe à l’époque moderne : les agents intervenants pour l’extension du réseau routier sont formés au sein d’un bureau conçu par Trudaine. La coagulation des expériences locales aboutit finalement à l’École des ponts et chaussées26. À l’École du génie de Mézières, les « ingénieurs géographes27 » informent la pratique militaire. Pour la carte Cassini, un personnel spécifique est recruté et éduqué : le dessin, l’observation, le calcul, l’usage des instruments (notamment le « graphomètre à lunette28 ») forment le socle des apprentissages.

  • 29 . Andrée Corvol, L’homme et l’arbre sous l’Ancien Régime, Paris, Économica, 1984, p. 19.
  • 30 . Ibidem, p. 22.
  • 31 . Jean-Louis Guérin, « Histoire d’une forêt écartelée entre colbertisme et libéralisme. Des capitul (...)
  • 32 . Matthieu de Oliveira, « Un nouveau corps de fonctionnaires techniciens : les ingénieurs et géomèt (...)
  • 33 . Ibidem, p. 182.
  • 34 . Ibidem, p. 183.

7Cette administration du savoir géographe et cartographique, qui s’incarne dans des structures dédiées, ne se limite pas à la seule entreprise de Cassini. L’arpentage et la géométrisation du royaume deviennent des éléments incontournables de la régulation publique des ressources. Andrée Corvol a montré par exemple une « existence (…) chaotique29 », de la catégorie des « arpenteurs-mesureurs » des forêts, qui « occupent (…) une position centrale dans les travaux destinés à maîtriser le peuplement sylvicole30 ». La gestion politique des biens végétaux, qui intéressent au plus haut point les instances centralisatrices du pouvoir sous l’impulsion de Colbert31, dépend donc d’un ensemble d’agents dont les compétences – rares – sont reconnues et légitimées. Voici donc un savoir qui organise la gestion collective des ressources végétales et ligneuses, adossé à des exigences étatiques fortes. Par la suite, le durcissement administratif progressif de certaines fonctions d’arpentage révéleront, davantage encore, la position centrale de cette régulation par la saisie géométrique du territoire. Dès la fin du XVIIIe siècle, « la réalisation d’un cadastre sur l’ensemble du territoire, prélude à une connaissance exacte de la valeur de toutes les propriétés », s’impose comme un impératif politique ; « elle renforce progressivement l’idée qu’un corps d’agents publics est désormais nécessaire32 ». L’Empire, au début du XIXe siècle, organise des opérations cadastrales qui exigent une administration d’arpenteurs fonctionnant « selon une structure pyramidale et bureaucratique à trois échelons33 ». Ce « corps des géomètres du cadastre est directement rattaché à la direction départementale des contributions directes34 ».

  • 35 . James E. McClellan III, François Regourd, The Colonial Machine : French Science and Overseas Expa (...)

8La maîtrise politique et scientifique du territoire s’étend jusqu’aux colonies : le Dépôt des cartes, plans et journaux de la marine, installé à Paris en 1720, participe de ce que James McClellan et François Regourd appellent la « machine coloniale », en instaurant une bureaucratie centrale de la cartographie et de la navigation destinée à soutenir l’action prédatrice de la royauté35.

  • 36 . Ken Alder, Mesurer le monde, 1792-1799. L’incroyable histoire de l’invention du mètre, Paris, Fla (...)

9Rationalisation et densification de tous les projets cartographiques antérieurs, cette opération cadastrale symptomatise un régime régulatoire puissamment structuré par l’État et constitué autour d’une bureaucratie dédiée. Durant toute l’époque moderne, l’action publique exige la production de connaissances pour construire le périmètre géographique de son action. La Révolution française poursuit cet effort avec la détermination du mètre comme unité de mesure universelle fondée sur la définition exacte de la méridienne36.

  • 37 . Christian Demeulenaere-Douyère, David J. Sturdy, « Introduction », dans L’Enquête du Régent, 1716 (...)
  • 38 . Ibidem, p. 43.

10Parallèlement à cette mesure politique des surfaces de la nation, les ressources du sol, les richesses minérales disponibles, intéressent également les acteurs du pouvoir : ce sont des ressources stratégiques pour l’industrie et le commerce, qu’il convient de ne pas négliger. C’est au début du XVIIIe siècle que l’enquête du Régent étend à tout le territoire l’inventaire et le repérage des mines et des matériaux que l’on peut exploiter. Appuyée sur l’administration des intendants, cette vaste recherche s’organise sur le principe d’une « collaboration entre l’Académie royale des sciences et les officiers de l’État37 » : les agents sur le terrain doivent prélever des échantillons (pour que l’Académie les examine) et, au final, donner à voir l’ « état des richesses minérales et naturelles de la France » en indiquant « les contributions que leur exploitation pouvait apporter à l’avancement des arts et métiers38 ».

  • 39 . Isabelle Laboulais, La Maison des mines. La genèse révolutionnaire d’un corps d’ingénieurs civils (...)
  • 40 . Ibidem, p. 27.
  • 41 . Ibidem, p. 28

11Avec la Révolution française, la « science des mines », comme l’a montré Isabelle Laboulais, délimite un domaine spécifique d’ « administration des ressources minérales39 ». La maison des Mines naît d’un désir politique de satisfaire l’ « intérêt général40 » (même si la propriété privée reste très prégnante dans le processus de rationalisation) : la guerre, l’industrie, « mais aussi la gestion administrative du territoire41 » favorisent la constitution d’un corps d’ingénieurs dédiés aux savoirs miniers.

  • 42 . C’est Michel Foucher, le premier, qui a repris la racine grecque « horoi » pour créer le terme ho (...)
  • 43 . Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p (...)
  • 44 . Patrice Bret, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1 (...)

12Le territoire, parce qu’il est le lieu princeps de la souveraineté, fait donc l’objet de toutes les attentions de la puissance publique depuis le XVIe siècle : l’importance des frontières, des ressources minières et de la levée de l’impôt a très tôt convergé vers une bureaucratisation des tâches techniques associées à la collecte d’informations. L’époque moderne se caractérise donc par une horopolitique (le terme grec horoi renvoyant ici à la notion de frontière42), c’est-à-dire à un gouvernement par les sciences visant à stabiliser le socle géographique et géologique de l’État. J’ai mis l’accent sur ce segment particulier de recherches savantes, mais d’autres secteurs sont concernés, avec moins de continuité parfois ou moins d’épaisseur administrative. C’est ainsi que le domaine de l’invention est particulièrement surveillé, contrôlé, quadrillé par les agents publics tout au long de l’époque moderne en France43. De la même façon, l’époque révolutionnaire, comme l’a montré Patrice Bret, est marquée par une incorporation, dans le cœur même de l’appareil d’État, d’un « programme » de recherche publique voué aux activités militaires44.

13Toutefois, c’est davantage dans le domaine de la gestion des populations que de grands et lents mouvements du régime régulatoire sont observables au XIXe siècle.

Connaître la population : hygiène et sciences du monde social

  • 45 . Michel Foucault, « Il faut défendre la société », Paris, Gallimard, Le Seuil, 1997, p. 216.
  • 46 . Pour un aperçu général des rapports entre science et politique de la fin de l’Ancien Régime jusqu (...)

14La thèse foucaldienne d’une rupture biopolitique à la fin du XVIIIe siècle signale le passage d’une « technique disciplinaire » à une technique d’administration étatique visant « l’homme-espèce », comme « masse globale affectée de processus d’ensemble qui sont propres à la vie, et qui sont des processus comme la naissance, la mort, la production, la maladie, etc.45 » Bien sûr, pour repérer ces indicateurs biopolitiques, c'est toute une série de savoirs, d’enquêtes, de tableaux nosographiques, vétérinaires et statistiques qui est élaborée, distribuée, mise à l’épreuve. Le cadrage administratif, qui s’est considérablement renouvelé et renforcé après la Révolution et l’Empire46, ainsi que le maillage politique plus fin du territoire contribuent à renforcer l’efficacité du régime régulatoire prenant pour objet les épidémies et l’état sanitaire des populations.

  • 47 . Jean Meyer, « Une enquête de l’Académie de médecine sur les épidémies (1774-1794) », Annales. Éco (...)
  • 48 . Ibidem, p. 733.

15La grande enquête menée par l’Académie de médecine à partir de 1776 est ordonnée par « un arrêt du Conseil d’État47 ». Elle vise à repérer sur l’ensemble du territoire les affections épidémiques et épizootiques. Le réseau des hommes de l’art dans toutes les provinces sert de point d’appui à une analyse fouillée des liens entre « la succession des saisons et les épidémies », à l’élaboration d’un spicilège « des particularités géographiques » ainsi qu’à un repérage des stratifications sociales des nosologies48.

  • 49 . Ibidem, p. 734.

16Cette enquête inaugure une nouvelle conception du rapport entre les fonctions régaliennes et l’état de la population ; elle signale également l’incorporation d’une structure savante (i.e. l’Académie de médecine) dans l’ordre administratif en place (notamment en s’articulant directement avec la bureaucratie de l’intendance)49.

  • 50 . Pour un aperçu des rapports entre science et État au XIXe siècle, voir : Robert Fox, The Savant a (...)
  • 51 . Georges Vigarello, Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Pa (...)
  • 52 . René Le Mée, « Le choléra et la question des logements insalubres à Paris (1832-1849) », Populati (...)
  • 53 . Georges Vigarello, Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Pa (...)

17Avec les effets de la révolution industrielle sur les populations, la puissance régulatoire de l’État s’exerce plus largement50. L’action publique institue ce que Georges Vigarello appelle un « État hygiéniste » : les « conseils départementaux de salubrité », instaurés par l’Empire, permettent aux agents de se documenter « sur les fièvres, sur les odeurs ou sur les infections venues des fabriques, sur le danger des denrées falsifiées51 ». Les villes sont auscultées comme des foyers d’infection particulièrement dangereux (notamment en raison des épidémies de choléra52). Cependant, la faiblesse des investissements financiers réduit considérablement les possibilités d’une assise régulatoire continue : les « relais administratifs » font défaut et le corpus des connaissances est encore insuffisant53.

  • 54 . Pierre Darmon, « L’odyssée pionnière des premières vaccinations françaises au XIXe siècle », Hist (...)
  • 55 . Ibidem, p. 141.

18La diffusion de la vaccination au XIXe siècle, étudiée par Pierre Darmon, illustre à la fois ce nouvel investissement étatique et l’insuffisance des financements qui lui sont associés. L’Empire et ses relais préfectoraux constituent le substrat administratif et légal de l’organisation hygiéniste de l’État vaccinateur. Dès 1804, des « arrêtés » circulent qui visent une « diffusion massive de la vaccine54 ». Il s’agit d’éradiquer la petite vérole par l’entremise d’un assainissement public. Cependant, les limites financières accordées à ce projet ont réduit sa portée : « le gouvernement n’a pas été en mesure d’imposer la vaccination obligatoire avant 190355 ». L’injonction libérale réduisant la mobilisation des fonds a considérablement restreint le périmètre du régime régulatoire de la vaccination : il n’existe aucune administration dédiée, aucun corps constitué de médecins traduisant par des vaccinations continues la volonté de l’État. La bureaucratie régulatoire, parce qu’elle opère le travail routinisé de collecte des données ou d’administration des traitements, ne peut être remplacée par des politiques fondées sur la recommandation à des acteurs privés ou indépendants.

  • 56 . Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle, P (...)

19Les configurations historiques d’un gouvernement par les sciences et les techniques ne relèvent pas seulement des grandes orientations politiques d’une époque : les acteurs publics du XIXe siècle se sont, globalement, engagés en France dans un soutien aux mesures de salubrité56 ; mais ce choix social et savant se heurte à d’autres contraintes, celles, notamment d’une limitation de la surface financière de l’État dans un cadre économique très libéral.

  • 57 . Voir François Jarrige, Techno-critiques. Du refus des machines à la contestation des technoscienc (...)

20Il faut d’ailleurs relativiser la portée du discours et des pratiques hygiénistes face aux logiques industrielles : la politique de prévention ou de surveillance sert surtout à faire admettre des seuils de risque et de danger davantage qu’à les réduire ou à les annihiler57.

  • 58 . Voir Lars Behrisch, « “Des chiffres politiques”. La statistique, dispositif et activité pratique (...)
  • 59 . Éric Brian, La mesure de l’État. Administration et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Miche (...)
  • 60 . Ibidem.
  • 61 . Ibidem, p. 204.
  • 62 . Ibidem, p. 205.

21Dans ce jeu de surveillance des corps pris dans leur ensemble, le dénombrement des populations, et plus généralement la statistique du pays, sont des enjeux politiques majeurs58. Les modalités même de gouvernement (de la monarchie des Lumières aux différents régimes du XIXe siècle) transforment assez considérablement le périmètre et la légitimité d’une mathématique des cohortes humaines. Éric Brian a montré comment, à la fin du XVIIIe siècle, une jonction s’est opérée entre quelques « jeunes géomètres de l’Académie » désireux d’appliquer les principes des probabilités aux opérations de dénombrement et une « élite réformatrice de l’administration monarchique » cherchant précisément « un instrument très précis de la population et de ses variations locales et conjoncturelles59 ». Cependant, le cadre disciplinaire de l’Académie était trop étroit pour que s’organise une véritable bureaucratie du dénombrement adossée à une philosophie politique régulatoire. Si l’Académie avait, à ses débuts, la surface épistémique et politique suffisante pour assumer (partiellement) une cartographie du royaume, assurant ainsi les fondements scientifiques de sa souveraineté, les durcissements progressifs des « classes académiques60 » ont considérablement réduit la possibilité pour ses membres de construire des objets régulatoires légitimes. Le renouvellement est intervenu par l’entremise d’un surcroît de « publications d’économie politique61 » ainsi que la densification des « relations intellectuelles62 » autour du salon de Julie de Lespinasse. Par-delà l’échec de Turgot (qui devait opérer la réalisation politique du nouvel ordre régulatoire), c’est une configuration politico-épistémique nouvelle qui s’ouvrait et à laquelle la Révolution puis l’Empire allaient donner une forme particulière.

  • 63 . Marie-Noëlle Bourguet, « Race et folklore. L’image officielle de la France en 1800 », Annales. Éc (...)
  • 64 . Ibidem, p. 820.
  • 65 . Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La  (...)
  • 66 . Ibidem, p. 186.
  • 67 . Jacques Dupâquier, René Le Mée, « La connaissance des faits démographiques de 1789 à 1914 », dans (...)

22Marie-Noëlle Bourguet a bien montré comment, sous le Directoire « à l’initiative de François de Neufchâteau », puis pendant la période impériale avec l’élan de Chaptal, « les autorités souhaitent tout connaître de la situation géographique, économique, sociale et morale de la France63 ». L’enjeu est de constituer une « anthropologie de la France » qui donne des points d’appui au pouvoir pour agir. Mais c’est aussi l’élaboration d’une « confrontation refusée dans la réalité politique entre culture dominante et cultures dominées64 ». Cette volonté politique affirmée de trouver des données informant les agents de l’État sur l’état des populations s’incarne peu à peu dans des structures bureaucratiques qui routinisent progressivement le travail statistique. Ainsi, la « Statistique générale de la France », dès les années 1830, mobilise les états civils et les données des recensements pour établir une vision quantifiée des Français. Comme l’a souligné Alain Desrosières, l’histoire de cette cellule administrative dédiée est celle « de la progressive construction d’une légitimité discrète, assise sur une austère technicité65 ». La coagulation progressive de domaines d’activités surveillés et mis aux formes de la statistique ne va pas de soi : si l’état des populations a constitué le socle de ces enquêtes régulatoires, l’insertion des informations sur l’industrie, l’agriculture ou le commerce s’est faite plus progressivement tout au long du XIXe siècle66. Les acteurs de la IIIe République vont donner une nouvelle ampleur à l’institution statistique. Placé sous la tutelle du ministère du Travail, le cadre législatif qui définit ses prérogatives et ses missions est fixé par deux décrets promulgués en 1907 et 1910. Son objectif est alors de « centraliser les informations et les données numériques indispensables à la connaissance de l’état économique et social du pays, à la préparation des lois et au contrôle de leur application67 ». La Statistique générale devient donc un outil intégré de la rationalisation bureaucratique républicaine, en charge non seulement de détailler l’état des populations (dans une acception très large), mais également d’anticiper le travail législatif.

23Le régime régulatoire biopolitique vise donc le corps social dans son ensemble ; il organise la saisie fine des mouvements biologiques, économiques, sociaux mais aussi politiques du pays. C’est la vie tout entière qui est visée, non pas seulement ses manifestations nosologiques ou industrieuses. Le corps politique est donc ausculté dans ce cadre-là, et deux grands ensembles de savoirs et d’institutions sont mis à contribution.

  • 68 . Pierre Karila-Cohen, L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848)(...)
  • 69 . Ibidem.
  • 70 . Ibidem, p. 350.
  • 71 . Ibidem.
  • 72 . Ibidem, p. 351.
  • 73 . Ibidem.
  • 74 . Gérard Leclerc, L’observation de l’homme, une histoire des enquêtes sociales, Paris, Le Seuil, 19 (...)

24Il y a, d’une part, à partir de la Restauration, la création d’une « pratique administrative de la mesure de l’opinion qui n’existait pas auparavant d’une manière aussi aboutie 68». Il s’agit de construire un « instrument pérenne de statistique morale et politique du Royaume69 » ; les régimes politiques suivants, jusqu’à la IIIe République, poursuivent la saisie de l’opinion par des « indicateurs70 ». Ce sont donc les « préfets, les gendarmes et les magistrats71 » qui rendent compte de ce qui travaille le corps politique. Bureaucratie tout à la fois formelle (puisque ce sont des agents publics) et informelle (puisque le réseau qu’ils forment n’a pas de structure repérable), ce maillage du territoire de l’opinion organise une véritable « concurrence (…) entre différents services de l’État, alors que se forgent des cultures différenciées de la surveillance selon les ministères et les corps72 ». Pierre Karila-Cohen note, très justement, que cette attention soutenue aux mouvements de l’opinion « se trouve aussi aux sources de la sociologie politique73 ». De façon plus générale encore, les sciences sociales émergent à la fin du XIXe siècle comme des savoirs pratiques et administratifs appliqués au corps social et politique74.

  • 75 . Corinne Delmas, Instituer des savoirs d’État, L’Académie des sciences morales et politiques au XI (...)
  • 76 . Ibidem.
  • 77 . Pascale Laborier, Frédéric Audren, Paolo Napoli, Jakob Vogel (dir.), Les sciences camérales. Acti (...)
  • 78 . Corinne Delmas, Instituer des savoirs d’État, L’Académie des sciences morales et politiques au XI (...)
  • 79 . Ibidem, p. 7.
  • 80 . Ibidem, p. 131.
  • 81 . Ibidem, p. 177.
  • 82 . Ibidem, p. 238.

25L’institutionnalisation des savoirs moraux et politiques au sein d’une académie dédiée constitue un deuxième processus d’assimilation des connaissances sur le pays et la population au XIXe siècle. Créée en 1832, l’Académie des sciences morales et politiques « signe (…) la reconnaissance des savoirs en quête de légitimité, parmi lesquels l’économie politique75 ». Véritables « sciences de gouvernement76 », inscrites dans la continuité des sciences camérales allemandes77, ces domaines d’expertise sont désormais rassemblés dans une organisation chargée de formaliser des « savoirs d’État78 ». Comme le remarque Corinne Delmas, les académiciens (principalement « des publicistes, hommes et politiques, fonctionnaires [et] universitaires ») « s’approprient des questions en débat et mettent en œuvre un savoir pratique orienté vers l’action79 ». Il s’agit de peser dans les discussions publiques et d’informer les centres de pouvoir. Globalement, tout au long du XIXe siècle, l’Académie reconduit plutôt une « visée conservatrice80 » de la société. Avec la IIIe République et la concurrence des universités, l’Académie « tend à devenir une instance morale81 », surtout centrée sur « une lecture libérale de la question sociale82 ».

  • 83 . Antoine Savoye, Les débuts de la sociologie empirique, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1994.
  • 84 . Bernard Kalaora, Antoine Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs : aux origi (...)

26Comme l’a montré Antoine Savoye, une véritable « sociologie empirique » se développe au XIXe siècle, qui informe le pouvoir aussi bien sur la condition ouvrière que sur l’urbanisation83. Les travaux de Frédéric Le Play, en particulier, documentent la vie des ouvriers dans toutes leurs dimensions84.

27Au cœur de l’État, au XIXe siècle, ce sont donc des coagulations de discours, d’institutions, de savoirs, de techniques et d’administrations qui prennent la population pour objet. Il faut entendre la configuration biopolitique du régime régulatoire sur cette période comme une prise très générale sur les corps : non seulement leurs fondements biologiques, leurs manifestations nosologiques, mais aussi leurs comportements moraux, politiques et sociaux.

28À partir de la fin du XIXe siècle et jusqu’au second conflit mondial, un nouvel ordre régulatoire s’organise en France. Ce sont la prévention des périls, la sécurisation des produits de consommation et la gestion militaire qui occupent alors l’essentiel de l’effort savant de l’État.

Gouverner par la sécurité : normes et guerre

  • 85 . Jean-Victor Vernhes, « Étymologie grecque : autour de la racine *Ark », Connaissance hellénique, (...)
  • 86 . Frédéric Gros, Le Principe Sécurité, Paris, Gallimard, 2012.
  • 87 . Soraya Boudia, Nathalie Jas, « Gouverner un monde contaminé. Les risques techniques, sanitaires e (...)

29Avec la IIIe République, c’est une nouvelle configuration du régime régulatoire qui émerge. Le travail politique, juridique, philosophique et scientifique – ce que peut et doit être une société républicaine – s’organise autour d’un certain nombre de questions relatives à la sécurité. C’est donc une archéopolitique qui se met en place en même temps qu’un nouveau système de gouvernement (j’emprunte la racine grecque άρκέω qui renvoie à la protection et à l’aide85). Frédéric Gros a théorisé ce qu’il appelle le « principe sécurité » comme l’association de quatre grandes pratiques de protection organisée : un état d’esprit orienté vers la confiance, l’absence de danger, la garantie par l’État d’une sécurité collective et, enfin, la biosécurité comme contrôle des « flux vitaux86 ». C’est la combinaison de ces différentes formes de sécurité qui organise, en France, à partir de la fin du XIXe siècle la régulation politique des sciences et des techniques au service de l’action publique. Le principe de sécurité qui organise la philosophie politique de la IIIe République en France se déploie, concrètement, dans la production de normes. Comme le notent Soraya Boudia et Nathalie Jas, les transformations industrielles du XIXe siècle donnent lieu à de nouvelles « formes de gestion » qui par delà « leur grande variété » visent à « mettre en place un gouvernement des dangers techniques, sanitaires et environnementaux » fondé sur « l’idée de la maîtrise et du contrôle : maîtrise de techniques dangereuses, les explosions de machines à vapeur par exemple, ou contrôle des flux des contaminants et de leurs effets par la mise en place de normes techniques ou de valeurs limites d’émission et d’exposition87 ».

  • 88 . Christian Topalov (dir.), Laboratoire du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux (...)

30Cette montée en puissance de la sécurité comme socle de gouvernement s’opère à partir d’une série de réflexions portées par les réformateurs républicains de la fin du siècle88.

31C’est par la construction progressive de la notion de service public que le régime régulatoire se configure autour des politiques de sécurité. En densifiant, légalement et institutionnellement, les principes organisant l’intervention de l’État dans la vie sociale, les réformateurs de la IIIe République envisagent une nouvelle façon d’articuler l’action publique et les pratiques scientifiques.

  • 89 . Jean-Louis Mestre, « La notion de service public d’après les débats de l’Assemblée constituante » (...)
  • 90 . Michel Margairaz, « Les services publics économiques entre experts, praticiens et gouvernants dan (...)

32Le service public comme principe juridique et mode d’organisation des rapports sociaux n’émerge qu’au XIXe siècle : l’Assemblée constituante, entre 1789 et 1791, a posé les bases d’une action de l’État centrée sur l’égalité des traitements, la continuation des activités et la recherche d’un effort collectif89. L’absence de conceptualisation formalisée dans le droit, qui caractérise la première moitié du XIXe siècle, ne doit pas cacher la persistance d’une mise en œuvre pratique du service public comme mode d’organisation sociale. Elle prend alors, le plus souvent, « la forme d’une concession à un gestionnaire privé90 ».

  • 91 . Ibidem, p. 132.
  • 92 . Ibidem, p. 134.
  • 93 . Jacques Chevallier, Le service public, Paris, Presses Universitaires de France, 2005, p. 10-11.
  • 94 . Michel Margairaz, art. cit., p. 141-142.
  • 95 . Jacques Chevallier, op. cit., p. 11.
  • 96 . Ibidem.
  • 97 . Michel Margairaz, art. cit., p. 148.

33La IIIe République instaure une rupture en organisant son régime de valeurs politiques autour de la notion de service public91. Les services publics s’inscrivent matériellement sur le territoire (écoles, gares, bureaux de poste92). Parallèlement, l’action de l’État est étendue à de nombreux domaines (agriculture, industrie, infrastructures, enseignement, protection sociale93) par les tenants du régime républicain. Cette plus forte immixtion de l’État contrevient autant aux libéraux qu’aux socialistes. Les premiers souhaitent limiter le recours à l’appareil étatique94, les seconds craignent les ingérences d’un État qualifié de « bourgeois95 ». Cette tension structurante permet, sous la forme d’un compromis rassemblant la totalité de l’arc politique, l’émergence du « solidarisme96 ». La solidarité justifie, pour le régime républicain, l’engagement de l’État dans les secteurs où le besoin public est manifeste. Aux traits caractéristiques du service public que sont l’égalité et la continuité, s’ajoute désormais la mutualité, c’est-à-dire l’obligation de faire « profiter les usagers des progrès techniques97 ».

  • 98 . Léon Duguit, Traité de droit constitutionnel, t. I : Théorie générale de l’État, Paris, Fontemoin (...)
  • 99 . Claude Didry, « Léon Duguit, ou le service public en action », Revue d’histoire moderne et contem (...)
  • 100 . Évelyne Pisier-Kouchner, Le service public dans la théorie de l’État de Léon Duguit, Paris, Libra (...)
  • 101 . Gaston Jèze, Les principes généraux du droit administratif, t. II : La notion de service public, (...)

34Les juristes – notamment ceux de l’École de Bordeaux – se saisissent donc de la définition légale des activités contrôlées par la collectivité publique. Léon Duguit et Gaston Jèze ont avancé, au début du XXe siècle, les premières architectures théoriques du service public comme objet juridique. Chez Duguit, le service public est dégagé de toute transcendance juridique98. Il n’est pas commandé par des impératifs extérieurs à la société, bien au contraire, il s’ancre dans une « nécessité sociologique99 ». Dès lors, comme l’a souligné Évelyne Pisier-Kouchner, le service public issu de la réalité sociale « en exprime le caractère normatif : par là, il acquiert l’aspect d’une fonction obligatoire à la charge des gouvernants, donc d’une limitation juridique et matérielle de leur pouvoir100 ». Pour Jèze, il n’est nullement question d’un primat sociologique. La notion émerge du droit administratif et participe de sa fondation101.

  • 102 . Gilles J. Guglielmi, « Les juristes, le service public et les entreprises publiques aux XIXe et X (...)
  • 103 . Claude Nicolet, L’idée républicaine en France (1789-1924). Essai d’histoire critique, Paris, Gall (...)
  • 104 . Ibidem.
  • 105 . Annie Petit, « Les mouvements positivistes », dans Isabelle Poutrin (dir.), Le XIXe siècle. Scien (...)

35Malgré leurs fondements distincts – mais non contradictoires –, les théories du service public qu’établissent Léon Duguit et Gaston Jèze à l’aube du XXe siècle convergent pour inscrire la notion dans l’ordre institutionnel et juridique. Ils ont donné corps et sens à un concept déjà à l’œuvre102. Le point d’appui commun à ces différentes définitions du service public est le recours à la norme pour penser l’administration du bien commun. L’ancrage juridique du service public implique donc un référentiel légal qui vient cadrer l’ordre social et l’action publique. La norme, parce qu’elle implique le respect d’une définition préalable des actions, de leurs périmètres et de leurs effets, est l’instrument privilégié du régime régulatoire des sciences et des techniques tel qu’il émerge avec la IIIe République. L’idéologie républicaine, comme l’a montré Claude Nicolet, porte en elle « le sentiment affirmé d’être une forme d’organisation politique qui non seulement favorise la science, mais en grande partie dépend d’elle. Elle en dépend pour achever d’abord de se libérer des dernières prétentions du dogmatisme religieux à régler la vie civile et intellectuelle des citoyens103 ». Surtout, elle en dépend « pour sa propre réalisation en tant que régime104 ». L’influence, puissante et durable, du positivisme sur les élites républicaines105 joue ici un rôle considérable dans l’incorporation aux structures de l’État des valeurs rationnelles et universalistes de la science. La pratique savante est donc envisagée, dès le milieu des années 1870, comme un moyen de mettre en œuvre les idéaux républicains. Le cadre étatique nouvellement reconstruit et la plus grande place des services publics constituent les points d’appui essentiels d’un régime régulatoire centré sur la protection et la sécurité du plus grand nombre.

36Les normes, leur production, leur mise en œuvre et leur contrôle occupent une place considérable dans la politique régulatoire du régime républicain. Les pratiques scientifiques sont donc mobilisées pour construire et réguler cette nouvelle manière d’envisager le fonctionnement du corps social.

  • 106 . Ronald Hubscher, « L’invention d’une profession : les vétérinaires au XIXe siècle », Revue d’hist (...)
  • 107 . Ibidem, p. 706.
  • 108 . Séverin Muller, « Les abattoirs sous haute surveillance. Politiques et normalisation sanitaires à (...)
  • 109 . Ibidem, p. 115.
  • 110 . Ibidem, p. 119.

37L’alimentation, parce qu’elle condense des enjeux sanitaires et politiques cruciaux, fait l’objet d’un contrôle normatif particulièrement poussé sous la IIIe République. Les vétérinaires, qui intervenaient déjà tout au long du XIXe siècle dans la surveillance des viandes, intègrent progressivement, sous le régime républicain, l’administration publique. Une ordonnance de 1875 crée un service vétérinaire. À la fin du XIXe siècle, « le service sanitaire des principales villes comporte au moins un vétérinaire et, un peu partout, le service des épizooties est réorganisé et partiellement fonctionnarisé106 ». Enfin, en 1908, le service national vétérinaire est créé en lien direct avec le ministère de l’Agriculture107. De la même manière, dans les abattoirs, la présence des vétérinaires s’officialise sous la IIIe République. La loi du 21 juillet 1881 charge les vétérinaires de « l’inspection municipale des viandes108 ».Après 1884, un décret oblige les municipalités à « employer les vétérinaires à temps plein pour l’inspection des viandes109 ». Séverin Muller remarque que la nouvelle conception des politiques sanitaires menées dans le domaine de l’alimentation transforme peu à peu « les acteurs et les formes de la gestion sanitaire de l’activité bouchère110 ».

38Fixation et circulation des normes, inscription dans des structures bureaucratiques, l’administration vétérinaire devient une institution stable du service public de la IIIe République.

  • 111 . Martin Bruegel, Alessandro Stanziani, « Pour une histoire de la “sécurité alimentaire” », Revue d (...)
  • 112 . Jérôme Bourdieu, Laetitia Pet, Alessandro Stanziani, « Crise sanitaire et stabilisation du marché (...)
  • 113 . Ibidem, p. 132.
  • 114 . Ibidem, p. 136.

39Le travail d’encadrement de la production des viandes opéré par la régulation républicaine de la fin du XIXe siècle permet de mettre au jour une « imbrication étroite » entre « normes et produits, institutions et marchés111 ». Les normes prennent sens, non seulement par rapport à un référentiel scientifique de la sécurité alimentaire, mais aussi par rapport au fonctionnement d’un marché des denrées susceptible de faire primer les intérêts économiques sur les obligations sanitaires. La gestion d’une « épidémie de trichinose112 » et de la « tuberculose bovine113 » à la fin du XIXe siècle a mis en évidence la prise en compte de l’incertitude scientifique pour définir une politique de sécurité alimentaire. Les réponses apportées pouvaient diverger : soit la recherche d’« instruments de mesure » plus performants, soit « l’adoption de mesures d’interdiction114 ». Le cadrage juridique des maladies affectant les animaux s’articule donc à des procédures scientifiques qui visent à réduire l’incertitude sur la qualité des produits. La norme, définie conjointement par des pratiques politiques, scientifiques, administratives et légales, devient donc le point d’appui central du régime régulatoire.

  • 115 . Pierre-Antoine Dessaux, « Chemical Expertise and Food Market Regulation in Belle-Époque France », (...)
  • 116 . Ibidem, p. 359.
  • 117 . Ibidem, p. 361.
  • 118 . Ibidem, p. 362.

40Ce travail normatif impliquant une administration dédiée au service de l’État se répand dans l’appareil bureaucratique à la fin du XIXe siècle et tout au long de la première moitié du XXe siècle. L’exemple du Laboratoire de la Ville de Paris, étudié par Pierre-Antoine Dessaux, met en exergue les procédures d’expertise et de régulation du marché de la viande. C’est à partir des années 1880 que la fixation, par les scientifiques, d’un certain nombre de normes pour servir à la régulation marchande devient évidente115. C’est la logique de la répression des fraudes contestées qui organise le travail de surveillance et de contrôle : recherche de la sécurité pour les consommateurs, appui d’un service public et puissance marchande s’articulent et s’affrontent autour de la définition de « bonnes pratiques116 ». Si le Laboratoire de la Ville de Paris a bien constitué un service public capable de valider certains aspects de la sécurité alimentaire, il n’est cependant pas devenu la tête de pont d’un réseau national, par crainte que ses propres prérogatives se dissolvent ou se dispersent dans une structure plus large117. Peu à peu également, l’intégration des attentes commerciales au processus d’expertise va diminuer la puissance d’édiction des normes du Laboratoire118.

  • 119 . Ville de Paris, préfecture de police, Le laboratoire municipal de Paris, son organisation, son fo (...)

41Il n’empêche, l’assurance d’une sécurité visée et garantie par un corps scientifique qui met en œuvre l’action publique continue d’être au principe du fonctionnement du Laboratoire de Paris au début du XXe siècle. Dans la présentation qui en est faite en 1915, il est précisé que l’établissement « est à la fois un conseil technique et un organisme de contrôle » qui peut renseigner « le Conseil d’hygiène du département de la Seine sur les questions qui lui sont posées (poussières du Métropolitain, conditions du fonctionnement des fosses septiques, conditions de stabilité du celluloïd, etc.). Surtout, les membres du Laboratoire interviennent également « d’urgence, à l’occasion d’accidents tels qu’explosions, incendies d’usines ou de dépôts de produits chimiques ou dangereux, pour indiquer les précautions à prendre afin de protéger gens et choses119 ».

  • 120 . Arnaud Saint-Martin, « L’astronomie française à la Belle Époque. Professionnalisation d’une activ (...)
  • 121 . Ernest Mouchez, Rapport annuel sur l’état de l’observatoire de Paris pendant l’année 1880, Paris, (...)

42C’est bien la structuration fine de l’ordre social qui est progressivement prise en charge par l’organisation de services publics de la science. Bien des domaines de la vie courante sont saisis par cette régulation normative appuyée par et sur des pratiques scientifiques. L’établissement et la distribution d’une heure universelle dans tout le pays constitue le parangon de la production de normes sociales. L’Observatoire de Paris dispose ainsi, depuis la fin du XIXe siècle d’un « service de l’heure120 » qui fixe l’heure civile. L’enjeu est donc de certifier une norme horaire identique sur laquelle toute la population puisse se fonder pour organiser le travail et les activités. D’abord distribuée dans Paris, l’heure civile est bientôt envoyée dans les villes de province. Ernest Mouchez, le directeur de l’Observatoire de Paris, estime en 1880 qu’« il y aurait une grande utilité à étendre à toute la province l’envoi de l’heure. (…) Les ports de mer pour le règlement des chronomètres de la marine, les gares de chemin de fer, les grandes administrations, les villes où l’on s’occupe d’horlogerie auraient un intérêt de premier ordre à avoir, chaque jour, l’heure exacte de l’Observatoire de Paris, et pour les villes qui n’y trouveraient pas une utilité immédiate, il y aurait toujours dans l’établissement de ce service l’avantage de faire prendre des habitudes d’ordre et d’exactitude121 ». Circulation des biens et des personnes, uniformisation des repères temporels, surveillance des horaires : le service public de l’heure s’impose comme un cadrage politique de l’espace social, porté par les pratiques scientifiques de l’Observatoire.

  • 122 . Jérôme Lamy, « Science et guerre en France, 1914-1918 », dans Serge Joyal et Serge Bernier (dir.) (...)
  • 123 . Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en (...)
  • 124 . Ibidem, p. 250.
  • 125 . Ibidem.
  • 126 . Ibidem, p. 252.
  • 127 . Ibidem, p. 253.
  • 128 . Marina Schiavon, Itinéraires de la précision. Géodésiens, artilleurs et fabricants d’instruments (...)

43Il est un domaine particulièrement transformé par l’émergence d’une bureaucratie normalisatrice et régulatoire, c’est celui de l’action militaire. Le premier conflit mondial a intensifié les rapports entre science et État122, au prétexte d’une sécurisation du territoire national. La création, en 1915, d’une « Direction des inventions intéressant la défense nationale123 » marque l’avènement d’une administration simultanément technique et militaire. Par la suite, le « sous-secrétariat d’État des Inventions124 » politisa les ambitions scientifiques d’une institution destinée à examiner « des propositions d’inventeurs125 » mais également à apporter une réponse active aux demandes du ministère de l’Armement. Il s’agit d’installer une bureaucratie transversale capable à la fois de colliger les dispositifs utiles proposés par les citoyens et de travailler à la coalition des forces techniques présentes dans les différentes administrations. Toutefois, le sous-secrétariat d’État comme la Direction des inventions ont été contestés, notamment par le « monde parlementaire126 ». Mais, comme le souligne Gabriel Galvez-Béhar, « malgré toutes ces critiques, l’expérience de la Direction des inventions s’avérait particulièrement originale. Sous l’impulsion conjointe de savants et d’hommes politiques avait été mise en place une structure qui, dans un contexte de pénurie et de bouleversements, détournait une partie des ressources de l’économie nationale pour des recherches dont personne ne pouvait dire a priori si elles aboutiraient127 ». Pari sur la vitalité des inventeurs et d’un service public de l’ingéniosité dédié à la sécurité militaire, ce dispositif administratif traduit une nouvelle forme de rapport entre la science et l’État : il s’agit désormais d’impliquer le plus grand nombre possible de citoyens dans une archéopolitique totale. De la même façon, la création du « service géographique de l’armée » transforme les rapports internes à l’armée en installant la pratique scientifique géodésique au cœur même du travail militaire128.

  • 129 . Christophe Bonneuil, François Hochereau, « Gouverner le “progrès génétique”. Biopolitique et métr (...)
  • 130 . Olivier Godard (dir.), Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines, Paris, É (...)
  • 131 . Dominique Pestre, « Néolibéralisme et gouvernement. Retour sur une catégorie et ses usages », dan (...)
  • 132 . Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, Zones, 2 (...)
  • 133 . Patrick Zylberman, Tempêtes microbiennes. Essai sur la politique de sécurité sanitaire dans le mo (...)

44Dans les années d’après-guerre, la mobilisation étatique des sciences et des techniques pour la sécurité reste un enjeu majeur de l’action publique. Ainsi la création et le contrôle de normes variétales dans l’agriculture française sont organisées dans le cadre d’un État « “phytogénéticien”, à la fois organisateur de filières, producteur de normes, créateur de variétés et rempart contre l’irruption des innovations variétales129 ». De la même façon, l’inscription récente du principe de précaution130 dans la Constitution signale la fixation légale d’une archéopolitique plaçant la sécurité par les sciences et les techniques au cœur des dispositifs d’évaluation publique des risques. Toutefois, cette perpétuation du principe de sécurité s’accompagne de transformations politiques et économiques majeures qui fragilisent ou rendent plus difficile la mise en place de dispositifs concrets. L’avancée du néolibéralisme depuis les années 1980, en France comme dans le reste des pays occidentaux, s’est traduite par une marchandisation de l’écologie131 (droits à polluer, financiarisation de la nature132) qui dégrade les conditions d’organisation d’une sécurisation publique des biens naturels communs. De la même façon, la globalisation des échanges, comme l’a montré Patrick Zylberman, complexifie la « politique de sécurité sanitaire » en mobilisant des scénarios épidémiques dramatiques finalement peu réalistes et en imposant un « civisme au superlatif133 ».

45L’analyse longitudinale du régime régulatoire des sciences et des techniques permet de repérer, depuis le XVIe siècle, trois grandes époques, correspondant à des étapes successives de la construction parallèle et articulée de l’État et des pratiques scientifiques. L’effort de rationalisation entrepris dans ces deux grands domaines d’activité a conduit à la formalisation progressive d’administrations dédiées. Les systèmes de valeurs mobilisés ont varié ; les enjeux politiques, économiques et philosophiques délimitant les terrains d’intervention de la bureaucratie régulatoire ont également évolué. Trois grands enjeux se sont succédé, sans que cette succession signifie la disparition définitive des principes précédents.

46D’abord, l’holopolitique a servi au pouvoir monarchique absolu, du XVIIe au XVIIIe siècle, pour assurer une légitimité territoriale par la géographie, la cartographie et la géologie. Le gouvernement d’une science des frontières, des cadastres et des sous-sols conforte une assise politique fondée sur la maîtrise de l’espace.

47La biopolitique, qui organise le rapport science/État de la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux années 1870, se fonde sur une gestion rationnelle de la population : épidémies, hygiène publique, statistiques et connaissance du corps social signalent les transformations de l’action publique. Les différentes révolutions qui agitent le XIXe siècle inquiètent des gouvernements qui s’empressent donc de requérir des données savantes sur l’état physique et moral des populations.

48L’archéopolitique, qui prend son essor sous la IIIe République et domine jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, envisage la sécurité comme son principe directeur. La production de normes (dans l’alimentation mais aussi dans la diffusion de l’heure) devient alors le mode dominant du régime régulatoire. L’ancrage réformateur des républicains a configuré sous cette spécificité normative le rôle des sciences pour l’État. Depuis les années 1950, le principe de sécurité reste actif, mais il est largement remis en cause par les poussées néolibérales visant la privatisation des biens communs.

49La caractérisation historique du régime régulatoire et de ses configurations successives met en exergue la longue durée des critères fixant peu à peu son fonctionnement. L’élaboration de principes de gouvernement fondés sur des valeurs qui varient d’une époque à une autre (en fonction des intérêts des régimes politiques agissant), le recours au droit, la construction de bureaucraties adaptées et la professionnalisation d’acteurs produisant les données attendues par le pouvoir délimitent une pratique très spécifique de la science articulée à la légitimitation autant qu’à l’action de l’État depuis le début de l’époque moderne.

Haut de page

Notes

1 . Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Le Seuil, 2015, p. 172.

2 . Pierre Gros, « Introduction générale. Éditer, commenter et lire Vitruve aujourd’hui », dans Vitruve, De l’architecture, Paris, Belles Lettres, 2015, p. xiii.

3 . Claude Denjean, Laurent Feller (dir.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, t. I : Le besoin d’expertise, Madrid, Casa de Velázquez, 2013, collection « Casa de Velázquez » ; Laurent Feller, Ana Rodríguez (dir.), Expertise et valeur des choses au Moyen Âge, t. II : Savoirs, écritures, pratiques, Madrid, Casa de Velázquez, 2016, collection « Casa de Velázquez » ; Experts et expertise au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito. XLLe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Oxford, 31 mars-3 avril 2011), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012.

4 . Marie Dejoux, Les enquêtes de Saint Louis. Gouverner et sauver son âme, Paris, Presses Universitaires de France, 2013.

5 . Jérôme Lamy, « Des sciences par et pour le gouvernement. Sur le régime régulatoire des sciences contemporaines », Sociologie et Sociétés, vol. XLVII, n° 2, 2015, p. 287-209.

6 . Cédric Michon (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

7 . Michel Foucault, « Il faut défendre la société », Paris, Gallimard, 1997, p. 212 et p. 215-216.

8 . Jean Kerhervé, Histoire de la France : la naissance de l’État moderne, 1180-1492, Paris, Hachette, 2004, p. 249.

9 . Giovanni Botero, De la raison d’État (1589-1598), Paris, Gallimard, 2013, p. 114-115.

10 . Eric H. Ash, « Expertise and the Early Modern State », Osiris, vol. 25, 2010, p. 14-15.

11 . Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 132.

12 . Michael S. Mahoney, « Organizing Expertise : Engineering and Public Works under Jean-Baptiste Colbert, 1662-83 », Osiris, vol. 25, 2010, p. 149-179.

13 . Roger Hahn, Anatomie d’une institution scientifique : l’Académie des sciences de Paris (1666-1803), Paris, Bruxelles, Éditions des Archives Contemporaines, 1993, p. 71-72.

14 . Alice Stroup, « The Political Theory and Practice of Technology under Louis XIV », dans Bruce T. Moran, Patronage and Institutions. Science, Technology, and Medicine in the European Court 1500-1750, Rochester, The Boydell Press, 1991, p. 228.

15 . Aurélien Ruellet, La Maison de Salomon, op. cit., p. 133. La guerre est centrale dès la Renaissance pour que se structure une action politique en faveur des savoirs et des techniques. (Voir Pascal Brioist, Léonard de Vinci, homme de guerre, Paris, Alma, 2013 ; Patrick Boucheron, Léonard et Machiavel, Lagrasse, Verdier, 2008). Mais le lien entre le roi et l’acte de guerre étant très puissant, l’action publique par une administration s’organise plus tardivement.

16 . Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières. L’espace politique français (1380-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2012. Pour une histoire des représentations géographiques au Moyen Âge, voir Paul Zumthor, La mesure du monde. Représentation de l’espace au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1993.

17 . Daniel Nordman, Jacques Revel, « La formation de l’espace français », dans André Burguière, Jacques Revel (dir.), Histoire de la France. L’espace français (dirigé par Jacques Revel), Paris, Le Seuil, 2000, p. 108. Plus généralement, voir Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècles, Paris, Gallimard, 1999.

18 . Monique Pelletier, « Cartographie et pouvoir sous les règnes de Louis XIV et Louis XV », Comité Français de Cartographie, n° 141, 1994, p. 7.

19 . David Bitterling, L’invention du pré carré. Construction de l’espace français sous l’Ancien Régime, Paris, Albin Michel, 2009, p. 108.

20 . Ibidem, p. 129-134. Voir également : Bruno-Henri Vayssière, Philippe Pinchemel, « À propos d’une nouvelle économie politique sous l’Ancien Régime : formation du territoire national et travaux de la carte de France », Bulletin de l’Association des géographes français, n° 463, 1979, p. 251-252 ; Chandra Mukerji, « Voir le pouvoir : la cartographie au début de l’époque moderne », Culture Technique, n° 14, 1985, p. 209-223.

21 . Monique Pelletier, Cartographie de la France et du monde de la Renaissance au siècle des Lumières, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2001, p. 82-89. Voir plus généralement : Monique Pelletier, Les cartes de Cassini. La science au service de l’État et des provinces, Paris, Éditions du CTHS, 2013 ; François de Dainville, « La Carte de Cassini et son intérêt géographique », Bulletin de l’Association des géographes français, vol. 32, n° 251, 1955, p. 138-147.

22 . César-François Cassini de Thury, Avertissement ou introduction à la Carte générale et particulière de la France, Paris, 1755, p. 4.

23 . Monique Pelletier, « La Carte de France en 1756 », Comité Français de Cartographie, n° 191, 2007, p. 8-9.

24 . Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, p. 185.

25 . Ibidem, p. 185.

26 . François de Dainville, « Enseignement des “géographes” et des “géomètres” », dans René Taton (dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 1964, p. 485.

27 . Ibidem, p. 487.

28 . Ibidem, p. 488.

29 . Andrée Corvol, L’homme et l’arbre sous l’Ancien Régime, Paris, Économica, 1984, p. 19.

30 . Ibidem, p. 22.

31 . Jean-Louis Guérin, « Histoire d’une forêt écartelée entre colbertisme et libéralisme. Des capitulaires de Charlemagne au Grenelle de l’environnement, en passant par Vauban », Annales des Mines. Responsabilité et environnement, n° 53, 2009, p. 13-14. Voir également Andrée Corvol, « Le nouvel ordre sylvicole », Histoire, économie et société, vol. 3, n° 1, 1984, p. 53-65.

32 . Matthieu de Oliveira, « Un nouveau corps de fonctionnaires techniciens : les ingénieurs et géomètres du cadastre, 1800-1830 », dans Florence Bourillon, Pierre Clergeot, Nadine Vivier (dir.), De l’estime au cadastre en Europe. Les systèmes cadastraux aux XIXe et XXe siècles, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 2008, p. 177.

33 . Ibidem, p. 182.

34 . Ibidem, p. 183.

35 . James E. McClellan III, François Regourd, The Colonial Machine : French Science and Overseas Expansion in the Old Regime, Turnhout, Brepols, 2011, p. 60-61.

36 . Ken Alder, Mesurer le monde, 1792-1799. L’incroyable histoire de l’invention du mètre, Paris, Flammarion, 2008.

37 . Christian Demeulenaere-Douyère, David J. Sturdy, « Introduction », dans L’Enquête du Régent, 1716-1718. Sciences, Techniques et Politique dans la France pré-industrielle, Turnhout, Brepols, 2008, p. 31.

38 . Ibidem, p. 43.

39 . Isabelle Laboulais, La Maison des mines. La genèse révolutionnaire d’un corps d’ingénieurs civils (1794-1814), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 25.

40 . Ibidem, p. 27.

41 . Ibidem, p. 28

42 . C’est Michel Foucher, le premier, qui a repris la racine grecque « horoi » pour créer le terme horographie visant à saisir les processus de construction politique des frontières (Michel Fournier, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1991, p. 49). Avec Arnaud Saint-Martin, nous avions repris le concept d’horographie dans une précédente étude, pour examiner les rapports disciplinaires entre histoire et sociologie dans la revue les Annales (Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin, « La frontière comme enjeu. Les Annales et la sociologie », Revue de Synthèse, T. 131, 6e série, n° 1, 2010, p. 99-127).

43 . Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. 52-54 ; Christine Lehmann, « Pierre-Joseph Macquer an Eighteenth-Century Artisanal Scientific Expert », Annals of Science, vol. 69, n° 3, 2012, p. 332.

44 . Patrice Bret, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 402 (sur la notion de programme, voir Ibidem, p. 24).

45 . Michel Foucault, « Il faut défendre la société », Paris, Gallimard, Le Seuil, 1997, p. 216.

46 . Pour un aperçu général des rapports entre science et politique de la fin de l’Ancien Régime jusqu’à la période napoléonienne, voir : Charles C. Gillispie, Science and Polity in France at the End of the Old Regime, Princeton, Princeton University Press, 1980, et Charles C. Gillispie, Science and Polity in France : The Revolutionary and Napoleonic Years, Princeton, Princeton University Press, 2004.

47 . Jean Meyer, « Une enquête de l’Académie de médecine sur les épidémies (1774-1794) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 21e année, n° 4, 1966, p. 729.

48 . Ibidem, p. 733.

49 . Ibidem, p. 734.

50 . Pour un aperçu des rapports entre science et État au XIXe siècle, voir : Robert Fox, The Savant and the State. Science and Cultural Politics in Nineteenth-Century France, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2012.

51 . Georges Vigarello, Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1999, p. 198.

52 . René Le Mée, « Le choléra et la question des logements insalubres à Paris (1832-1849) », Population, vol. 53, n° 1, 1998, p. 379-297.

53 . Georges Vigarello, Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1999, p. 198.

54 . Pierre Darmon, « L’odyssée pionnière des premières vaccinations françaises au XIXe siècle », Histoire, économie et société, n° 1, 1982, p. 106.

55 . Ibidem, p. 141.

56 . Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle, Paris, Gallimard, 2010.

57 . Voir François Jarrige, Techno-critiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014, p. 76-77. Voir également Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles : Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, p. 505-506.

58 . Voir Lars Behrisch, « “Des chiffres politiques”. La statistique, dispositif et activité pratique au XVIIIe siècle », dans Pascale Laborier, Frédéric Audren, Paolo Napoli, Jakob Vogel (dir.), Les sciences camérales. Activités pratiques et histoire des dispositifs publics, Paris, PUF, 2011, p. 509-510.

59 . Éric Brian, La mesure de l’État. Administration et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 191.

60 . Ibidem.

61 . Ibidem, p. 204.

62 . Ibidem, p. 205.

63 . Marie-Noëlle Bourguet, « Race et folklore. L’image officielle de la France en 1800 », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 31, n° 4, 1976, p. 803.

64 . Ibidem, p. 820.

65 . Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2000, p. 185.

66 . Ibidem, p. 186.

67 . Jacques Dupâquier, René Le Mée, « La connaissance des faits démographiques de 1789 à 1914 », dans Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, T. III, De 1789 à 1914, Paris, Presses Universitaires de France, 1988, p. 43.

68 . Pierre Karila-Cohen, L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 349.

69 . Ibidem.

70 . Ibidem, p. 350.

71 . Ibidem.

72 . Ibidem, p. 351.

73 . Ibidem.

74 . Gérard Leclerc, L’observation de l’homme, une histoire des enquêtes sociales, Paris, Le Seuil, 1979, cité par Pierre Karila-Cohen, L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 351-352.

75 . Corinne Delmas, Instituer des savoirs d’État, L’Académie des sciences morales et politiques au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 7.

76 . Ibidem.

77 . Pascale Laborier, Frédéric Audren, Paolo Napoli, Jakob Vogel (dir.), Les sciences camérales. Activités pratiques et histoire des dispositifs publics, Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

78 . Corinne Delmas, Instituer des savoirs d’État, L’Académie des sciences morales et politiques au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 21.

79 . Ibidem, p. 7.

80 . Ibidem, p. 131.

81 . Ibidem, p. 177.

82 . Ibidem, p. 238.

83 . Antoine Savoye, Les débuts de la sociologie empirique, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1994.

84 . Bernard Kalaora, Antoine Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs : aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989 ; Françoise Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1993.

85 . Jean-Victor Vernhes, « Étymologie grecque : autour de la racine *Ark », Connaissance hellénique, 3 décembre 2012, ch.hypotheses.org/123.

86 . Frédéric Gros, Le Principe Sécurité, Paris, Gallimard, 2012.

87 . Soraya Boudia, Nathalie Jas, « Gouverner un monde contaminé. Les risques techniques, sanitaires et environnementaux », dans Dominique Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, vol. III : Le siècle des technosciences (sous la dir. de Christophe Bonneuil et Dominique Pestre), Paris, Le Seuil, 2015, p. 383. Pour une histoire plus ancienne des tentatives de régulation des pollutions, voir : Thomas Leroux, Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011.

88 . Christian Topalov (dir.), Laboratoire du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1800-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

89 . Jean-Louis Mestre, « La notion de service public d’après les débats de l’Assemblée constituante », Conseil d’État. Études et documents, n° 40, 1987, p. 198-200.

90 . Michel Margairaz, « Les services publics économiques entre experts, praticiens et gouvernants dans le premier XXe siècle : d’une configuration historique à l’autre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 52/3, juillet-septembre 2005, p. 134.

91 . Ibidem, p. 132.

92 . Ibidem, p. 134.

93 . Jacques Chevallier, Le service public, Paris, Presses Universitaires de France, 2005, p. 10-11.

94 . Michel Margairaz, art. cit., p. 141-142.

95 . Jacques Chevallier, op. cit., p. 11.

96 . Ibidem.

97 . Michel Margairaz, art. cit., p. 148.

98 . Léon Duguit, Traité de droit constitutionnel, t. I : Théorie générale de l’État, Paris, Fontemoing et Cie éditeurs, 1911, p. 99-100.

99 . Claude Didry, « Léon Duguit, ou le service public en action », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 52/3, juillet-septembre 2005, p. 104.

100 . Évelyne Pisier-Kouchner, Le service public dans la théorie de l’État de Léon Duguit, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1972, p. 17.

101 . Gaston Jèze, Les principes généraux du droit administratif, t. II : La notion de service public, Paris, Dalloz, 2004.

102 . Gilles J. Guglielmi, « Les juristes, le service public et les entreprises publiques aux XIXe et XXe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 52/3, juillet-septembre 2005, p. 105.

103 . Claude Nicolet, L’idée républicaine en France (1789-1924). Essai d’histoire critique, Paris, Gallimard, 1982, p. 310.

104 . Ibidem.

105 . Annie Petit, « Les mouvements positivistes », dans Isabelle Poutrin (dir.), Le XIXe siècle. Science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, 1995, p. 473-451.

106 . Ronald Hubscher, « L’invention d’une profession : les vétérinaires au XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 43/4, octobre-décembre 1996, p. 705.

107 . Ibidem, p. 706.

108 . Séverin Muller, « Les abattoirs sous haute surveillance. Politiques et normalisation sanitaires à Saint-Maixent-l’École, du XIXe au milieu du XXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51/3, juillet-septembre 2004, p. 112.

109 . Ibidem, p. 115.

110 . Ibidem, p. 119.

111 . Martin Bruegel, Alessandro Stanziani, « Pour une histoire de la “sécurité alimentaire” », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51-3, 2003, p. 12. Plus généralement, sur cette question de la sécurité alimentaire, voir : Alessandro Stanziani, Histoire de la qualité alimentaire, 18e-20siècles, Paris, Le Seuil, 2005.

112 . Jérôme Bourdieu, Laetitia Pet, Alessandro Stanziani, « Crise sanitaire et stabilisation du marché de la viande en France, XVIIIe-XIXe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51-3, 2004 p. 130.

113 . Ibidem, p. 132.

114 . Ibidem, p. 136.

115 . Pierre-Antoine Dessaux, « Chemical Expertise and Food Market Regulation in Belle-Époque France », History and Technology, vol. 23, n° 4, 2007, p. 353.

116 . Ibidem, p. 359.

117 . Ibidem, p. 361.

118 . Ibidem, p. 362.

119 . Ville de Paris, préfecture de police, Le laboratoire municipal de Paris, son organisation, son fonctionnement, ses opérations, Melun, Imprimerie administrative, 1915, p. 8.

120 . Arnaud Saint-Martin, « L’astronomie française à la Belle Époque. Professionnalisation d’une activité scientifique », Sociologie du travail, vol. 53, 2011, p. 259.

121 . Ernest Mouchez, Rapport annuel sur l’état de l’observatoire de Paris pendant l’année 1880, Paris, Gauthier-Villars, 1881, p. 12.

122 . Jérôme Lamy, « Science et guerre en France, 1914-1918 », dans Serge Joyal et Serge Bernier (dir.), Le Canada et la France dans la Grande Guerre, 1914-1918, Montréal, Art Global, 2016, p. 609-632.

123 . Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 249.

124 . Ibidem, p. 250.

125 . Ibidem.

126 . Ibidem, p. 252.

127 . Ibidem, p. 253.

128 . Marina Schiavon, Itinéraires de la précision. Géodésiens, artilleurs et fabricants d’instruments de précision en France, 1870-1930, Nancy, PUN-Éditions Universitaires de Lorraine, 2013, p. 108-111.

129 . Christophe Bonneuil, François Hochereau, « Gouverner le “progrès génétique”. Biopolitique et métrologie de la construction d’un standard variétal dans la France agricole d’après-guerre », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 63e année, 2008, p. 1307.

130 . Olivier Godard (dir.), Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, Institut National de la recherche agronomique, 1997.

131 . Dominique Pestre, « Néolibéralisme et gouvernement. Retour sur une catégorie et ses usages », dans Dominique Pestre (dir.), Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945, Paris, La Découverte, 2014, p. 261-284.

132 . Razmig Keucheyan, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, Zones, 2014.

133 . Patrick Zylberman, Tempêtes microbiennes. Essai sur la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique, Paris, Gallimard, 2013, p. 395.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « L’État et la science », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 134 | 2017, 87-111.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « L’État et la science », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 134 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5774

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

CNRS – UMR 5044 – Université de Toulouse Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page