Skip to navigation – Site map
DOSSIER

Les chemins de l’État antique : l’exemple des royaumes hellénistiques

Laurent Capdetrey
p. 21-40

Abstract

Cette contribution propose une réflexion sur la pertinence de la notion d’État pour aborder et pour décrire les royaumes hellénistiques (IIIe-Ier siècles avant notre ère). Bien que l’« État » ne soit jamais pensé par les acteurs de cette période, le pouvoir royal n’est jamais réductible à une expression strictement personnelle et patrimoniale, ni à une conception exclusivement fondée sur la performance et sur l’interaction. L’existence d’appareils d’État puissants, la mise en œuvre de processus d’arraisonnement du territoire et d’articulation des souverainetés offraient une armature essentielle à l’inscription de la domination dans la durée, à la transformation de l’imperium en souveraineté royale, source de légitimité non seulement du pouvoir du roi, mais aussi des entités politiques qui lui étaient soumises. Pour comprendre ces phénomènes, il faut savoir dépasser la conception de l’État royal simplement spoliateur pour souligner, au contraire, ce qui était la condition d’une domination durable : les stratégies d’entretien, de protection et de préservation du territoire.

Top of page

Full text

Introduction. L’État antique : un oxymore ?

  • 1 . Déjà, notamment, Numa Fustel de Coulanges, La cité antique, Paris, 1864.

1Si la réflexion sur les États antiques n’est pas nouvelle1, il faut bien constater que ce sont d’autres thèmes et d’autres approches qui ont animé la recherche en histoire ancienne au cours des trente dernières années, à l’image de ce qui s’est passé dans les sciences sociales en général.

  • 2 . On verra par exemple Mogens Hansen, Polis. Une introduction à la cité grecque, Paris, Belles Lett (...)
  • 3 . Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, L (...)

2Il suffit de penser au renouveau de l’histoire économique, à l’émergence des études de genre, ou encore aux progrès spectaculaires de l’archéologie et des analyses spatiales. Pourtant, les questionnements sur l’État, sur ses formes, sur ses pratiques et sur la pertinence même de la notion d’État n’ont cessé d’irriguer des domaines entiers de la recherche. Dans le champ de l’histoire du monde grec, la réflexion a essentiellement porté sur le modèle de la cité ou, plus précisément, et pour l’interroger, sur le concept de « cité-État2 », soit pour contester la pertinence de cette équation, soit au contraire pour en souligner la légitimité, notamment pour mieux pouvoir importer certaines catégories de la sociologie de l’État moderne dans l’analyse des sociétés anciennes3.

  • 4 . Il suffit de penser à la Politique d’Aristote pour s’en convaincre. Cf. Pierre Carlier, La royaut (...)
  • 5 . Jean-Philippe Genêt, « La Genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », Act (...)

3Sans doute fascinant par sa plasticité sur le long terme comme par sa diffusion, le modèle de la cité n’épuise évidemment pas les formes étatiques ou para-étatiques de l’Antiquité. Je voudrais donc centrer mon propos sur un autre objet, celui des royaumes hellénistiques, en tentant de penser la pertinence des catégories conceptuelles liées à la notion d’État pour aborder la forme de pouvoir qui devient politiquement dominante à partir des conquêtes d’Alexandre, autour de l’espace égéen comme dans le Proche-Orient. Pour les historiens et singulièrement pour ceux de l’Antiquité, la notion d’État pose un problème de méthode dans la mesure où, s’il existe une réflexion ancienne sur la royauté4, et bien sûr sur le pouvoir, il n’existe pas de théorie antique de l’État. Il faut donc construire l’objet à partir de catégories importées, et notamment des catégories forgées pour décrire les formes modernes de l’État tel qu’il se met en place entre le XVIIet le XIXe siècle. Les historiens médiévistes, qui ont une autre acception – beaucoup plus large – de la notion de modernité, ont montré que ce décalage n’invalidait ni le discours sur l’État, ni la pertinence de cette notion pour les sociétés prémodernes5. Mais cela suppose, me semble-t-il, un certain nombre de conditions : savoir souligner les écarts, renoncer à une conception téléologique qui ferait des formes d’État antiques ou médiévaux des objets inachevés et par définition lacunaires, distinguer autant que possible les notions de souveraineté, de pouvoir et d’État, intimement liées dans le cadre des États-nations modernes. D’emblée, il faut donc poser une évidence : l’État royal hellénistique, quelles que furent ses formes précises, ne fut pas un État au sens moderne : l’absence d’institutions intermédiaires autonomes, la non-représentation des individus ou des groupes, l’absence de discours de conceptualisation de l’État comme forme désencastrée du pouvoir sont des faits qui invalident tout parallèle forcé et viennent poser l’altérité fondamentale de ces formes d’État, sauf à postuler que toute société ou tout pouvoir fait État au sens moderne, ce qui n’a pas de sens pour un historien.

  • 6 . Sur le culte royal lagide en Égypte comme adaptation aux traditions indigènes des temples : Dorot (...)

4Mais alors qu’est-ce qu’un État antique ? À défaut de pouvoir être général, le propos portera sur ces formes singulières de pouvoir qui émergent à partir de la conquête d’Alexandre et qui constituent le fondement des royaumes hellénistiques, de la fin du IVe au Ier siècle avant notre ère. La difficulté de l’analyse tient à la diversité de ces pouvoirs et de ces constructions territoriales, au-delà de certaines caractéristiques communes. En effet, et à rebours d’une opinion répandue et ancienne, il faut rappeler qu’il est vain de chercher une forme unique de pouvoir royal hellénistique, au-delà d’indiscutables traits communs. Il est fondamental de souligner que la nature du pouvoir royal était surdéterminée par le territoire sur lequel il s’exerçait, un territoire marqué par des traditions politiques et étatiques antérieures, et un territoire dont la composition et l’emprise venaient donner des formes singulières au pouvoir. Centré sur la Macédoine historique et sur l’héritage de la dynastie des Argéades, le royaume de Macédoine de l’époque hellénistique fut, dans ses fondements, très différent du royaume séleucide, héritier territorial – par-delà Alexandre – de l’immense Empire achéménide. Et ces deux premiers royaumes doivent encore être distingués de l’Égypte lagide, où la royauté comme l’État furent en partie adaptés au puissant substrat égyptien local et à des traditions très implantées, auxquelles il fallut s’adapter6.

5S’il paraît donc aventureux d’établir un idéal-type du pouvoir royal hellénistique parfaitement opératoire, il demeure pertinent d’en analyser les mutations selon les contextes territoriaux, de poser dans ce cadre la question des formes de l’État, et notamment de l’articulation entre une définition personnelle de la royauté et la double exigence d’une continuité du pouvoir et d’une efficacité du contrôle sur des territoires vastes et divers. En d’autres termes, sur quoi reposaient l’efficacité et l’effectivité des pouvoirs personnels dans les principaux royaumes hellénistiques ? Et l’inscription dans la durée de ces royaumes doit-elle être lue comme la marque d’une emprise étatique ? Dans ce domaine, le fait hellénistique – héritier du passé achéménide et anticipant la réalité impériale romaine – est celui d’une impérialité singulière, c’est-à-dire de l’absorption de territoires variés et de l’intégration de structures locales de pouvoir à un ensemble surplombant. C’est là un constat qui invite à poser la question de la nature de l’État royal dans ce contexte singulier de souverainetés enchâssées et, sans doute aussi, à distinguer la notion d’État de celles de pouvoir et de domination.

Les rois hellénistiques : un pouvoir sans État ?

Conquête, charisme, mouvement : le pouvoir comme performance

  • 7 . Victor Ehrenberg, The Greek State, Londres, Methuen and Co, 1969, p. 159 : « The Hellenistic stat (...)
  • 8 . Miltiade Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings, Athènes, 1996, p. 261-360, et Pier (...)

6S’il faut bien identifier une idée largement répandue concernant le monde hellénistique, c’est bien celle d’une définition strictement personnelle de la royauté et du principe d’autorité qui lui était associé7. Et cette opinion repose en effet sur des observations incontestables. Les décrets des cités, comme les lettres ou les édits des rois, n’offrent pas d’expression pour qualifier le principe royal dans son rapport à un territoire propre. Le royaume comme la royauté sont toujours évoqués par une énumération d’éléments constitutifs du pouvoir : le roi, ses amis (philoi), les armées (dunameis), les affaires (ta pragmata) éventuellement sa famille. Dans le royaume de Macédoine, l’expression « le roi et les Macédoniens » fait référence à l’assemblée des soldats macédoniens, source de légitimité de la royauté avant comme après le règne d’Alexandre8. On voit donc que la constitution de royaumes sur des territoires parfois extrêmement distendus et toujours composites, à partir de la fin du IVe siècle, ne s’est pas accompagnée d’une redéfinition théorique de la royauté et d’une adaptation de sa définition aux données particulières de chaque territoire, ni même à leur dimension impériale. En d’autres termes, l’armature idéologique des royautés hellénistiques, reflétée par leur propre discours, fut durablement marquée par un décalage avec la nature et l’ampleur des territoires contrôlés ou revendiqués.

  • 9 . Victor Ehrenberg, op. cit., p. 135-158.
  • 10 . Max Weber, La domination, Paris, La Découverte 2013, p. 269-334.
  • 11 . Ivana Savalli-Lestrade, Les Philoi royaux dans l’Asie hellénistique, Genève, Droz, 1998, p. 216-2 (...)
  • 12 . À titre d’exemple, le décret de la cité d’Ilion pour le roi Antiochos Ier, qui se présente vainqu (...)

7Il est possible d’identifier quelques motifs fondamentaux largement communs aux principales royautés : la conquête initiale du territoire par la lance, son héritage par la dynastie, l’affirmation de la personne royale comme source d’autorité principale et éminente, le fait que l’autorité des agents royaux procédait exclusivement de la volonté royale et de la proximité avec le roi9. Cette conception de la royauté, telle qu’elle se constitue à l’époque hellénistique, reposait au fond sur une acception principalement charismatique du pouvoir, pour reprendre les catégories wébériennes10. En l’absence de successeur légitime, le long conflit multiforme pour le partage de l’empire d’Alexandre, entre 323 et 280, imposa en effet à tous les acteurs un effort de fondation de leur propre souveraineté dans lequel la part charismatique fut essentielle. Il fallait en effet affirmer une capacité à attirer des partisans et des soutiens11, démontrer sa puissance militaire et sa capacité de victoire12, s’inscrire en somme pleinement dans l’imitatio Alexandri, qui constitua une machine symbolique à fabriquer de la légitimité pendant toute la haute époque hellénistique et sans doute au-delà.

  • 13 . Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique, II, Nancy, Faculté de lettres et de scie (...)
  • 14 . Papyrus de Gourob, qui expose les victoires prétendues de Ptolémée III lors de la 3e guerre de Sy (...)
  • 15 . Sur ce point, Paul J. Kosmin, The Land of the Elephant Kings : Space, Territory, and Ideology in (...)
  • 16 . Édouard Will, op. cit., p. 94-95.

8Par sa dimension fondatrice, la matrice charismatique fut essentielle dans le moment d’instauration des royautés entre la fin du IVe et le début du IIIe siècle, mais elle demeura opératoire, sous une forme en partie institutionnalisée, pendant toute l’époque hellénistique. L’exemple le plus évident est sans doute celui du roi Antiochos III, dont on sait qu’il entreprit à partir des années 220-210 une reconquête méthodique des territoires dynastiques séleucides, notamment par une longue anabase dans les régions d’Iran et d’Asie centrale, entre 212 et 20513. L’enjeu de légitimation idéologique était double. En parcourant à son tour ces régions, Antiochos III reproduisait le parcours de Séleucos Ier, le fondateur de la dynastie, mais aussi celui d’Alexandre le Grand. Il (re)fondait ainsi sa propre légitimité par le mouvement et par la reproduction des mobilités de conquête de ses prédécesseurs. Si cet exemple est un des plus paradigmatiques du volet charismatique du pouvoir royal, il révèle des pratiques et des conceptions plus générales qui trouvent des illustrations dans d’autres royaumes, notamment dans le royaume lagide14. La conquête et le mouvement, associés en temps de paix à une dimension épiphanique du pouvoir15, plaçaient les rois hellénistiques dans l’exigence de la « performance », réelle ou revendiquée, pour affirmer, légitimer, exprimer leur pouvoir. En ce sens, dans la définition même de ce pouvoir, la question de l’État comme structure de domination, comme entité et comme concept, ne se posait nullement, du moins en théorie, si bien d’ailleurs que l’on a pu voir des rois un temps sans territoire, comme ce fut le cas de Démétrios Poliorcète dans les années 286-28316.

Le roi en sa Maison ou le royaume-patrimoine ?

  • 17 . Pierre Bourdieu, « De la Maison du roi à la raison d’État : un modèle de la genèse du champ burea (...)
  • 18 . Max Weber, op. cit., p. 269-334, p. 172-181.
  • 19 . À titre d’exemple, la nomination d’un Grand Prêtre en Asie Mineure par Antiochos III en 209 avant (...)

9Dans son analyse de la genèse de l’État moderne, et après d’autres, Pierre Bourdieu a montré la place centrale de la notion de « Maison du roi » dans la conception de l’État dynastique prémoderne, notamment en ce qu’elle supposait une conception patrimoniale du royaume et une réduction des rapports de domination à des rapports de fidélité personnelle ou à des relations de parenté17. Conçue pour décrire les États dynastiques médiévaux, dans une approche idéale-typique, la grille d’analyse nous semble globalement pertinente pour aborder les États royaux hellénistiques où, en effet, la structure de pouvoir était fondamentalement associée à une définition personnelle et patrimoniale de la royauté, comme le soulignait déjà Max Weber dans son analyse de la domination patrimoniale18. Les principaux agents royaux étaient ainsi choisis et désignés en fonction de leur proximité personnelle ou familiale avec le roi, une proximité soulignée par le roi lui-même lorsqu’il justifiait ces nominations19. L’encadrement et le contrôle du territoire royal procédaient ainsi de la personne royale ou, plus exactement, de la Maison royale conçue comme une unité familiale et dynastique, mais aussi comme une structure essentielle à l’exercice, à la répartition et à la distribution des pouvoirs.

  • 20 . Polybe XVIII, 49-52.
  • 21 . Pierre Briant, « L’économie royale entre public et privé », dans Raymond Descat (dir.), Approches (...)
  • 22 . Cf. Laura Boffo, « Lo statuto di terre, insediamenti e personenell’Anatoliaellenistica. Documenti (...)
  • 23 . Sur les temples babyloniens : Philippe Clancier et Julien Monerie, « Les sanctuaires babyloniens (...)
  • 24 . Sur ce point : John Ma, « Les rois », dans Andrew Erskine (dir.), Le monde hellénistique. Espaces (...)
  • 25 . Pierre Briant, op. cit., p. 343-358.
  • 26 . Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France. 1989-1992, Paris, Le Seuil, Raison d’Agi (...)

10Dans le prolongement de la structure d’encadrement, c’est en fait l’ensemble du territoire qui recevait une définition patrimoniale. Ainsi, lorsque, face à Rome en 196 avant notre ère, il justifia ses prétentions sur l’Asie Mineure occidentale, Antiochos III invoqua sa légitimité à reprendre les territoires conquis par son ancêtre Séleucos Ier20. Le royaume, comme espace d’extension de la basileia, était clairement conçu comme un héritage dynastique à conserver, à entretenir ou à reconquérir. Encore faut-il s’entendre sur le sens de patrimoine et l’articuler avec la notion de souveraineté. Il faut en effet garder à l’esprit que le royaume, comme la couronne, étaient des patrimoines particuliers qui ne relevaient pas d’une appropriation au sens plein. Certes, on sait l’existence de domaines royaux, souvent destinés à des productions particulières, qui relevaient d’une administration directe du roi et de ses représentants21. Certes encore, en Égypte lagide, en Macédoine ou dans le royaume séleucide, les rois pouvaient attribuer des domaines et les retirer, et recomposer certaines parties des territoires avec une grande liberté22. Mais, à bien y regarder, le roi agissait moins comme un propriétaire que comme le détenteur d’une souveraineté, et d’abord parce qu’il incarnait le principe – toujours menacé – de cohésion de territoires à la composition très diverse. Réduire la relation roi-territoire à un rapport de propriété, même médiatisé, revient à araser la topographie complexe des différents statuts et des multiples entités qui composaient les territoires royaux. Structures sacerdotales égyptiennes, cités grecques en Égée comme dans le Proche-Orient, temples babyloniens, toutes ces entités avaient pour le moins une autonomie, si ce n’est une identité politique, jusqu’à exercer des formes parfois très poussées de souveraineté23. Si le paradigme patrimonial était parfaitement opératoire pour dire la royauté, il demeure donc impropre à rendre compte de la complexité des formes de domination qui supposait l’exercice d’une souveraineté englobante, seule condition de l’émergence d’une légitimité politique sur l’ensemble du territoire24. La notion de « Maison du roi », qui existe déjà dans l’empire achéménide et dans les royautés proche-orientales25, était une façon de dire cette forme d’État antique constituée par les royaumes hellénistiques, une forme d’État échappant à l’opposition entre « public » et « privé », elle-même identifiée comme le marqueur du passage à la forme moderne de l’État26.

Pratiques de souveraineté, appareils d’État et processus d’arraisonnement

Construire le territoire, dire le temps, forger la mémoire : l’exemple du royaume séleucide

  • 27 . Par exemple : William W. Tarn, Hellenistic Civilization, 3rd ed., Londres, E. Arnold, 1952, p. 4.
  • 28 . Paul J. Kosmin, op. cit. ; Laurent Capdetrey, Le pouvoir séleucide, Rennes, Presses Universitaire (...)
  • 29 Joseph Roisman et Ian Worthington (dir.), A Companion to Ancient Macedonia, Malden, Wiley-Blackwell (...)
  • 30 . Laurianne Martinez-Sève, « Rois et cités en Asie centrale : un roi indispensable ? », dans Christ (...)
  • 31 . Sur le rapport au territoire : Laurent Capdetrey, « La Table du roi : une institution hellénistiq (...)

11Au-delà de caractères généraux communs, incontestables, les historiens du monde hellénistique ont souvent voulu souligner des différences profondes entre les royaumes sous l’angle de l’encadrement administratif et, au fond, sous celui de la conception étatique, en opposant notamment l’Égypte lagide, qui aurait été fortement encadrée et dotée d’un État efficace, au royaume séleucide, souvent conçu comme une coquille vide car sous-administré27. Récemment, de nombreux travaux sur le royaume séleucide28, comme sur le royaume de Macédoine29, sont venus contester cette perception en soulignant au contraire l’efficacité de la structure administrative locale et le souci d’encadrement des territoires régionaux, y compris dans des régions très périphériques comme les satrapies d’Asie centrale30. Il est cependant bien évident que le substrat régional, la forme de la construction territoriale et les antécédents politiques et administratifs jouèrent un rôle essentiel dans la nature des constructions étatiques. Ainsi, le royaume lagide put prendre appui sur une tradition évidemment très ancienne d’encadrement de la chôra égyptienne, quand le royaume séleucide dut construire un système complexe d’arraisonnement de territoires très divers, en partie dans la continuité des pratiques impériales achéménides, mais aussi en rupture partielle avec ces pratiques qui étaient notamment fondées sur un autre rapport idéologique au territoire impérial31. Quant au royaume de Macédoine, il est évident que l’inscription dans un cadre régional clairement défini, en dépit de ces possessions extérieures, et la continuité administrative et idéologique depuis le IVe siècle furent un facteur de stabilité de la structure de pouvoir antigonide. Tous les royaumes hellénistiques furent aussi, et avant tout, des royaumes territoriaux, inscrits dans un espace approprié et identifiés à un pouvoir, à l’exception peut-être des marges de ces royaumes.

  • 32 . Paul J. Kosmin, op. cit., p. 31-58.
  • 33 . Laurent Capdetrey, « Fondations, diasporas et territoire dans l’Asie hellénistique », Pallas, n°  (...)
  • 34 . Laurent Capdetrey, Le pouvoir…, op. cit., p. 59-76.

12Les rois hellénistiques se heurtaient à des enjeux multiples : fonder leur légitimité dans un monde de concurrence très vive, contrôler et exploiter un territoire, inscrire leur pouvoir dans le temps. Si, comme on l’a vu, le processus de fondation des légitimités reposa sur une conception charismatique du pouvoir, cette dimension ne pouvait suffire. Il fallait aussi inscrire le pouvoir dans un espace, en d’autres termes le territorialiser durablement, même si les outils idéologiques nécessaires à cette territorialisation faisaient défaut. Sous cet angle, l’exemple du royaume séleucide est certainement le plus intéressant à analyser, car l’ambition des rois séleucides était bien de se faire, dans les régions proche-orientales et iraniennes, les continuateurs du royaume d’Alexandre et de l’Empire achéménide. Autant dire qu’il se confrontait, plus que tout autre royaume, aux exigences de l’impérialité. Les modalités de clôture, de construction de la frontière et d’arraisonnement du territoire furent adaptées aux contextes régionaux. Dans le moment de fondation du royaume, à la toute fin du IVe siècle, en Arachosie, c’est-à-dire dans les régions frontières du monde indien, Séleucos Ier passa un accord avec l’empereur Chandragupta Maurya pour définir une zone frontière reconnue par les deux pouvoirs32. Plus au nord, dans les satrapies d’Asie centrale (Bactriane, Sogdiane, etc.), la clôture du royaume prit d’autres formes, à commencer par la mise en place d’un réseau de fondations gréco-macédoniennes le long des principales routes et dans les plaines agricoles33. Mais l’arraisonnement de ce territoire prit une forme beaucoup plus spectaculaire lorsque, peu après 300, le pouvoir séleucide entreprit la fondation volontariste et simultanée d’un ensemble de cités en Syrie du Nord (la Tétrapole syrienne), lui-même associé à la mise en place d’un réseau de colonies et de fondations plus modestes dans l’ensemble de la région. Il s’agissait d’articuler les possessions proche-orientales et iraniennes du roi séleucide avec la Méditerranée, mais aussi de construire très consciemment, notamment par l’effet des noms dynastiques donnés aux cités, un territoire identifié au pouvoir séleucide34. Ainsi, une génération après la conquête d’Alexandre, le pouvoir royal séleucide traduisait concrètement la nécessité d’associer au principe royal un territoire approprié et remodelé à son image, comme l’avait fait Ptolémée en Égypte dès 320, d’abord en tant que satrape puis comme roi, dans un effet évident de territorialisation du pouvoir.

  • 35 . Ivana Savalli-Lestrade, « Les rois hellénistiques, maîtres du temps », dans Ivana Savalli-Lestrad (...)

13À cette sémiotique dynastique du territoire séleucide fut associée une mesure du temps parfaitement inédite. À la différence en effet des autres royaumes hellénistiques, où le système de datation respectait les années de règne du roi en place, le pouvoir séleucide imposa une ère dynastique continue débutant en 312, date de la reconquête de la Satrapie de Babylonie par Séleucos. Et il est frappant de constater combien cette ère séleucide, qui relevait d’un contrôle du temps par le pouvoir royal, fut imposée avec succès partout dans le royaume, de l’Égée au golfe Persique. Très tôt dans l’histoire du royaume séleucide, on constate ainsi le souci de créer une origine, puis un temps dynastique, marqueur de légitimité et intégrateur de la diversité territoriale d’un royaume très distendu. Cette pratique, prolongée jusqu’à la fin de la dynastie, avait au fond une double fonction. Il s’agissait tout d’abord d’assurer une continuité symbolique de la dynastie et une mémoire du pouvoir pour mieux en fonder la légitimité. Elle permettait aussi plus profondément, par l’imposition de ce système de datation aux documents des communautés sujettes35, de créer une appartenance à ce qui doit être compris, nous semble-t-il, comme un État royal conscient de lui-même et soucieux de mettre en scène la continuité de son principe par-delà les changements d’incarnation.

Pouvoir-discours et pouvoir-armature : les voies de la domination

  • 36 . John Ma, Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, Oxford University Press, 199 (...)
  • 37 . Paul J. Kosmin, op. cit.
  • 38 . Pierre Briant, Histoire de l’Empire perse, Paris, Fayard, 1996, p. 369-528.
  • 39 . Elizabeth Kosmetatou, « Pisidia and the Hellenistic Kings from 323 to 133 B.C. », Ancient Society(...)

14Au seuil des années 2000, les travaux de John Ma sur le règne d’Antiochos III ont contribué à mettre en évidence la place du discours dans la conception de l’action royale, et plus précisément la dimension performative de la parole du roi comme l’articulation assez subtile entre les discours royaux et ceux des entités dominées36. Il faut souligner l’intérêt et l’apport de ces analyses, imprégnées des catégories du linguistic turn, qui ont montré que l’effort de légitimation des pouvoirs royaux passait aussi par ces voies. Plus récemment, l’attention portée à la mobilité royale et aux processus de territorialisation par les travaux de Paul Kosmin est venue prolonger cette approche dans le sens du spatial turn37. Mais il faut aussi garder à l’esprit que l’État royal hellénistique n’était pas seulement un État de paroles, un État fait de mots et de gestes, de mouvements et de proclamations. Rien de tout cela n’était possible sans structures, sans infrastructures, sans modalités et sans moyens très concrets de coercition. Pour le dire plus clairement, le pouvoir royal était partout en premier lieu une affaire de bureaucratie et d’encadrement militaire, y compris dans les royaumes et les régions réputés avoir été très périphériques. Il faut ici souligner la continuité avec les antécédents achéménides, qui avaient posé les principes d’une pratique impériale du pouvoir dans les mêmes espaces en articulant l’encadrement territorial et la souveraineté politique38. Avant comme après la conquête d’Alexandre, l’autorité royale comme la capacité de domination passaient d’abord par l’entretien d’un réseau de garnisons ou de colonies à vocation plus moins directement militaire. Dans le royaume de Macédoine comme dans l’Asie Mineure séleucide, par exemple, la documentation épigraphique montre que les territoires assujettis aux rois étaient l’objet d’un encadrement militaire étroit, à l’exception cependant de certaines zones parfois difficiles d’accès ou traditionnellement plus délicates à tenir pour des pouvoirs centraux, notamment la Pisidie dans l’Ouest de l’Asie Mineure39. Au fond, cette présence militaire assez dense contribuait à inscrire le pouvoir royal dans la durée et à lui conférer les outils d’un État qui, loin de se résumer à un simple principe de souveraineté ou de suzeraineté, avait vocation à agir et à incarner très concrètement le pouvoir, en un mot à lui donner les moyens matériels de sa légitimité comme de son autorité.

  • 40 . Dorothy Thompson, « L’Égypte des Ptolémée » dans Andrew Erskine (dir.), op. cit., p. 152-161.
  • 41 . Cette évolution est très perceptible à partir de la fin du IIIe siècle, sous le règne d’Antiochos (...)
  • 42 . Jeanne et Louis Robert, La Carie II, Paris, A. Maisonneuve, 1954, n° 166, p. 285-302.

15L’encadrement militaire du territoire était en effet la condition d’une autre forme d’action : la mise en valeur et l’exploitation des royaumes. Les modalités d’encadrement de la chôra égyptienne par le pouvoir royal lagide sont naturellement mieux connues, grâce notamment à la documentation papyrologique qui révèle un contrôle étroit du territoire par une armature administrative diversifiée, placée notamment sous l’autorité du dioiketès d’Alexandrie pour ce qui relevait de la perception et de la gestion des revenus40. Pour les autres royaumes, il est possible de montrer, à partir de l’exemple de l’Asie Mineure séleucide, que l’encadrement régional reposait aussi sur une diversification poussée des domaines d’intervention de l’administration royale (gestion des cultes, administration des revenus, etc.) avec une articulation complexe entre les niveaux hiérarchiques41. En d’autres termes, en Égypte lagide comme dans les principaux royaumes hellénistiques, il faut constater la mise en place d’une réelle bureaucratie royale, adaptée aux substrats et aux traditions locales mais relevant toujours d’un souci d’appropriation administrative du territoire. Pour mieux se convaincre de cette réalité, on pourra penser à un document d’Apollonia de la Salbakè en Carie orientale, au sud-ouest de l’Asie Mineure. Au tournant des IIIe et IIe siècles, le décret de cette petite cité honore en effet un commandant de la garnison royale séleucide pour avoir multiplié les déplacements à Sardes dans le but de faire valoir les revendications de la cité sur des « villages sacrés » voisins42. Sardes était alors la capitale de l’Asie Mineure séleucide et l’on apprend que le chef de garnison eut à accompagner les ambassadeurs de la cité dans les méandres des différents bureaux administratifs chargés des sanctuaires, des revenus sacrés, de l’administration financière, etc., pour en rencontrer les différents responsables et faire reconnaître leurs intérêts. C’est ainsi une partie de l’armature administrative royale en même temps que la complexité de cette structure qui sont implicitement révélées par un document qui, à lui seul, illustre les aspects essentiels de l’armature territoriale : un réseau de garnisons articulé à une structure administrative soucieuse de contrôler étroitement les statuts des territoires, notamment sur le plan fiscal.

  • 43 Boris Chrubasik, Kings and Usurpers in the Seleukid Empire : The Men Who Would Be King, Oxford, Oxf (...)
  • 44 Et c’est un phénomène qui trouve des parallèles aussi en Macédoine et dans le royaume de Pergame.

16Il y aurait cependant quelque naïveté à plaquer la notion d’État au sens moderne sur ces réalités hellénistiques comme on a pu le faire pour la cité classique, dans la mesure notamment où la structure administrative ne trouvait pas d’autonomie théorique par rapport au pouvoir et à celui qui l’incarnait. Les enjeux de l’État étaient désignés comme les « affaires du roi » et les responsables administratifs ne trouvaient de légitimité que dans la relation directe ou indirecte au roi. On a vu que, dans les documents administratifs, la nomination des responsables était toujours justifiée par le dévouement aux intérêts du roi, et éventuellement à ceux de ses ancêtres, selon une conception qui faisait de la famille royale une clef de voûte et le seul système de référence. L’État royal hellénistique demeurait un État encastré dans le principe dynastique. Ainsi, au cœur du IIe siècle, en Syrie, dans le contexte de forte instabilité du pouvoir royal séleucide43, les différents usurpateurs se devaient de fonder leur légitimité sur un lien de sang, réel ou imaginaire, avec la dynastie en place depuis la fin du IVe siècle, un lien permettant de justifier une ascendance royale44.

  • 45 Omar Coloru, Da Alessandro a Menandro. Il regnogreco di Battriana, Pise, F. Serra, 2009, p. 157-168

17Mais si le principe de tout pouvoir procédait de la dynastie, l’étude des sécessions régionales, notamment dans le royaume séleucide, invite à une lecture un peu plus complexe de cette réalité. Au milieu du IIIe siècle, dans les années 250-240, le pouvoir royal séleucide perdit progressivement le contrôle des satrapies les plus orientales, la Bactriane notamment, dont le satrape s’émancipa jusqu’à prendre le titre royal. Mais cette émancipation se fit selon un processus très singulier, bien éloigné d’une rupture brutale. Les monnayages en argent frappés en Bactriane montrent en effet une affirmation très progressive, sur plusieurs années, de l’indépendance de la région sous l’autorité du nouveau roi Diodotos. Il semble avoir été particulièrement délicat de contester l’autorité du roi séleucide Antiochos II, le représentant de la dynastie qui incarnait la légitimité du pouvoir depuis le IVe siècle. Dans un premier temps, son portrait se maintint en effet sur les tétradrachmes d’argent, alors même que son nom disparaissait de la légende pour laisser la place à celui de Diodotos45. Cette évolution progressive des types monétaires dans un contexte de sécession apporte une confirmation : la légitimité dynastique était essentielle à l’articulation et à la validation des pouvoirs subordonnés. Il faut donc comprendre la sécession de la Bactriane moins comme une contestation du pouvoir royal par un rival ambitieux que comme le constat d’une incapacité circonstancielle de ce pouvoir à s’incarner et à s’exercer dans ces régions, compte tenu des enjeux occidentaux. Elle est surtout révélatrice de l’existence d’une armature administrative régionale dense et relativement efficace, permettant au pouvoir satrapique de se transformer en pouvoir royal. En d’autres termes, la sécession de la Bactriane illustre moins la faiblesse structurelle de l’État royal séleucide qu’elle ne met en évidence la faiblesse du lien entre le centre et la périphérie dans un royaume très distendu et dans des circonstances difficiles. Elle montre surtout que, face aux menaces d’effondrement, l’armature administrative régionale pouvait trouver le moyen de se sauver, au prix d’une rupture avec le principe même de sa légitimité. Si l’État royal était un État encastré, l’exemple bactrien montre qu’il pouvait aussi se recomposer, au besoin sans l’autorité royale défaillante et in fine contre elle, en retournant les appareils d’État contre l’autorité centrale, au prix d’une refondation, à l’échelle régionale, d’un nouveau pouvoir royal.

L’État royal hellénistique : processus de spécialisation et principe de légitimation

18La capacité de coercition offerte par l’encadrement territorial constituait la condition même de la domination royale et l’expression de sa souveraineté. Pour autant, il ne faudrait pas limiter l’action du pouvoir royal à un enjeu de contraintes purement verticales, fondées sur un simple souci de prédation. En réalité, l’inscription de ces pouvoirs dans le temps supposait des pratiques de limitation de la domination et des politiques d’entretien du domaine.

Spécialistes et administrateurs : effets de bureaucratisation ?

  • 46 . Philippe Clancier et Julien Monerie, op. cit., p. 181-237.
  • 47 . C’est le mode fondamental d’intégration des cités grecques, mais aussi des villes babyloniennes, (...)

19Les grands royaumes hellénistiques étaient toujours composites, dans des mesures différentes cependant. Leur capacité d’action reposait donc sur une articulation assez fine entre les différentes entités politiques soumises à la souveraineté royale. Dès le début de l’époque hellénistique, on voit ainsi les administrations royales prendre appui sur les structures politiques existantes pour relayer leur autorité à l’échelon le plus local, en jouant sur les capacités de ces structures à administrer le territoire, pour elles-mêmes et, sous l’effet d’une contrainte plus ou moins forte, pour le roi. C’était évidemment le cas des cités grecques de l’espace égéen ou des fondations civiques proche-orientales, mais aussi par exemple des structures sacrées comme les temples de Babylonie ou d’Égypte, qui virent la mise en place de relais royaux à leur tête sans modification substantielle de leur fonctionnement46. Il faut donc concevoir les États royaux hellénistiques comme des superstructures – au sens d’armature – sachant, avec plus ou moins de succès, articuler des entités locales dont le rôle et une certaine autonomie étaient essentiels au fonctionnement de bien des États royaux. Cette articulation prenait toujours la forme d’une négociation asymétrique fondée sur la dialectique d’une reconnaissance en miroir, mise en scène dans une relation de don/contre-don inégal47. C’est la raison pour laquelle le pouvoir royal hellénistique, à l’exception sans doute du territoire de l’Égypte lagide, ne pouvait exercer un réel monopole de la violence légitime qui relevait en partie de certaines communautés sujettes.

20Un des domaines qui illustrent le mieux les formes de complémentarité entre l’État royal et les entités soumises est celui de la frappe monétaire. À l’exception du royaume lagide, qui imposa un étalon propre et le monopole de la frappe monétaire dans son domaine, les autres pouvoirs hellénistiques, à commencer par les rois séleucides, firent le choix d’adopter un système monétaire fondé sur l’étalon attique dominant et d’accepter toutes les monnaies frappées selon cet étalon. La frappe d’un monnayage royal n’imposait donc aucun monopole monétaire et c’est là une pratique qui illustre une adaptation de la souveraineté royale aux conditions matérielles de son exercice. Devant l’immensité des territoires à contrôler, l’État royal séleucide fit le choix d’une souplesse évidente, fondée sur la production monétaire des cités grecques, sans renoncer pour autant à frapper son propre monnayage, dans une sorte d’articulation des souverainetés et de leur expression.

  • 48 . Sur ce point : Ivana Savalli-Lestrade, Les Philoi royaux dans l’Asie hellénistique…, op. cit., p. (...)
  • 49 . Cf. Ps-Aristote, L’Économique, II ; Raymond Descat, « Qu'est-ce que l'économie royale ? » dans Fr (...)
  • 50 . Abuzer Kizil, Patrice Brun, Laurent Capdetrey, Raymond Descat, Pierre Fröhlich, Kora Konuk, « Pid (...)
  • 51 . À titre d’exemple : Claude Orrieux, Les papyrus de Zénon. L’horizon d’un Grec en Égypte au IIIe s (...)
  • 52 . Ainsi, par exemple, une famille de Cos au service des rois lagides : Iscr. Cos., ED, 229.

21Cela supposait, en fait, une évidente porosité entre les administrations royales et les structures des entités plus modestes. Cette porosité était celle des hommes et des pratiques. On sait la place que tinrent, dès le début de l’époque hellénistique, les Grecs des cités dans les administrations royales dont ils fournirent le personnel et une partie des compétences48. Le texte du pseudo-Aristote montre que le dernier tiers du IVe siècle fut le moment d’une réflexion théorique sur l’articulation entre les économies civiques et l’économie royale49. Les conquêtes d’Alexandre puis la mise en place des royaumes offrirent l’occasion de mettre en œuvre ces réflexions. Un document de 320 avant notre ère récemment publié montre, par exemple, que la toute petite cité de Pidasa en Carie vit ses comptes assainis par un trio d’administrateurs, de Lesbos et d’Eubée, au service du satrape de Carie Asandros50. Ce décret illustre à une échelle très modeste plusieurs aspects. Il montre d’une part le phénomène d’articulation entre le pouvoir royal (ou satrapique) et les cités et, par ailleurs, le fait que les cités grecques de l’Égée constituèrent un réservoir inépuisable de spécialistes et d’agents royaux que les États royaux surent s’attacher, comme le montrent amplement la documentation lagide51 mais aussi, en fait, celle de l’ensemble des royaumes hellénistiques. La constitution de structures auliques puissantes, cadre de redistribution de richesses, à Alexandrie notamment mais aussi à Antioche, la mise en place d’échelons administratifs nombreux entretinrent une compétition pour attirer des spécialistes et des administrateurs qu’il fallait fidéliser. Et c’est à un double phénomène que l’on assiste dans le courant du IIIe siècle et plus encore au IIe siècle : d’une part la cristallisation d’une identité – aulique et administrative – autour des dynasties en place et, d’autre part, la bureaucratisation, la spécialisation et la hiérarchisation, progressives mais incontestables, de ces structures. Il est ainsi possible de mettre en évidence la fidélité, sur plusieurs générations, de certaines familles d’administrateurs et de philoi à une même dynastie royale, c’est-à-dire à un même principe d’autorité dynastique et au fond au même État royal, plus qu’à la personne même du roi régnant52. L’inscription dans le temps des pouvoirs royaux hellénistiques eut donc pour effet de précipiter la routinisation du charisme et de constituer une structure de pouvoir partiellement autonome de celui qui incarnait l’autorité royale.

  • 53 Sur l’emprise accrue de l’administration royale sur les temples au IIe siècle : Damien Agut et Gill (...)
  • 54 Laurent Capdetrey, Le pouvoir…, op. cit., p. 321-329.

22Ce n’est là qu’un aspect d’un processus plus vaste, celui d’une emprise et d’une efficacité croissante de la structure administrative des royaumes. Les études récentes sur l’Égypte hellénistique ont ainsi montré combien, à rebours d’une opinion ancienne, l’Égypte du IIe siècle avait vu une accentuation et un approfondissement de l’emprise de l’administration sur le pays53. L’exemple de la réorganisation de l’administration des cultes dans l’Asie Mineure séleucide à la fin du IIIe siècle illustre, dans un autre contexte, une même logique, celle d’une recherche d’efficacité accrue de la structure étatique54.

Du pouvoir prédateur à l’autorité protectrice : protection, légitimation et redistribution

  • 55 . À titre d’exemple, Polybe, XV, 24, 4 : « Sans doute tous les rois au début de leur règne brandiss (...)

23Forgée dès l’Antiquité par des sources romaines hostiles55, l’opinion sur les royaumes et les rois hellénistiques est assez négative, en ce sens qu’ils apparaissent souvent comme des pouvoirs parasites et des facteurs exclusifs de troubles et de destructions. Et objectivement, il ne viendrait à l’esprit de personne de contester la violence inhérente à la construction et au maintien des pouvoirs royaux. Guerres multiples, systèmes fiscaux oppressants, mobilités forcées des communautés, etc. : telles étaient les pratiques des États royaux hellénistiques. Il faut pourtant dessiner un autre visage, sans lequel on ne comprend rien à la durée de ces royaumes et, au fond, à leur fonctionnement.

  • 56 . Un décret d’Érythrées honore par exemple un citoyen de la cité, Polykritos, actif dans le context (...)
  • 57 . Cf. Pierre Briant, « Contrainte militaire, dépendance rurale et exploitation des territoires en A (...)

24Le roi porteur de paix et de stabilité, voilà aussi une image possible et légitime. Pour ne prendre qu’un exemple, dans les années 270, le roi séleucide Antiochos Ier agit pour protéger les cités du nord-ouest de l’Asie Mineure des invasions des Galates56, des tribus celtes passées en Asie Mineure et sources de nombreuses destructions. On touche là à l’ambivalence de la présence militaire royale : élément de contrainte sur les communautés locales et condition de la protection de ces mêmes communautés. En Asie Mineure, sur la terre royale, les communautés villageoises dépendaient aussi de la protection du roi fondée sur un système de places fortes, qui offrait des protections en cas de besoin57. On a voulu voir dans les décrets honorifiques accordés aux rois, dans les statues qui leur étaient décernées, dans les cultes qui leur étaient rendus, de simples marques de soumission et d’obséquiosité. C’est oublier combien, à l’époque hellénistique, les cités et les autres communautés étaient des entités fragiles face aux différentes menaces et combien la protection royale pouvait apparaître souhaitable dans bien des circonstances, et sur la durée.

  • 58 . Fergus Millar, The Emperor in the Roman World, Londres, Duckworth, 1977, p. 363-549.
  • 59 . Joseph Mélèze-Modrzejewski, « Law and Justice in Ptolemaic Egypt », dans Markham J. Maehler et He (...)
  • 60 . Philippe Gauthier, « Les rois hellénistiques et les juges étrangers : à propos de décrets de Kimo (...)

25Mais la dimension protectrice de l’État royal n’en est qu’un aspect. De nombreux documents montrent en effet que l’autorité royale était sollicitée comme source de légitimité juridique, anticipant en cela une des fonctions essentielles de l’empereur romain58. Cela est évident pour l’Égypte lagide, où le roi et son administration étaient les acteurs essentiels de l’exercice de la justice et de la régulation des relations juridiques entre les différentes populations, selon leur statut59. Dans l’Asie Mineure séleucide, on voit l’autorité royale intervenir à un autre niveau, celui de l’arbitrage entre les communautés civiques, en particulier par l’organisation de la pratique des juges étrangers, envoyés par le roi dans une cité pour apporter des solutions à une situation de crise60. L’autorité royale apparaît alors comme la régulatrice des tensions internes aux communautés locales soumises à son autorité. Mais elle était aussi la puissance ordonnatrice des rapports territoriaux entre ces communautés lorsque le roi procédait à un arbitrage concernant des territoires ou des revenus. Au sein du champ de sa souveraineté, l’autorité royale servait ainsi à juguler les tensions, mais aussi à fonder ou refonder les légitimités statutaires et territoriales en validant ou invalidant les revendications des cités, des sanctuaires et des autres entités, et en inscrivant ces décisions dans le temps et dans l’espace grâce à sa structure administrative dotée d’archives et de moyens de diffusion de l’information. L’État royal était aussi un ordonnateur du monde.

  • 61 . Laurent Capdetrey, « Le basilikon et les cités grecques d’Asie Mineure », dans Véronique Chankows (...)

26Enfin, je crois qu’il faut insister sur un dernier aspect, souvent négligé car il n’entre pas dans les catégories habituelles d’appréhension des États prémodernes : la dimension redistributrice des États royaux hellénistiques. Il serait certes absurde de voir dans ces États la préfiguration d’un quelconque welfare state ; pourtant les capacités du trésor royal (basilikon) permettaient des formes de redistribution en faveur de certaines communautés. Le phénomène est assez clairement identifiable dans l’Asie Mineure des cités où la documentation montre sans ambiguïté que le basilikon pouvait, un temps au moins, financer les besoins de communautés civiques en difficulté, notamment l’approvisionnement en céréales et en huile pour le fonctionnement du gymnase, élément essentiel de l’identité civique, voire pour l’administration (dioikèsis) de la cité elle-même61. En d’autres termes, le trésor royal usait de sa capacité de prélèvement et de stockage, en nature notamment, pour maintenir à flot certaines communautés fragilisées, ou des communautés dont l’implantation était récente. Non seulement l’État royal assurait ainsi l’entretien du domaine, mais il devenait aussi, par son action, la condition même de l’existence de certaines des entités intégrées à sa souveraineté, forgeant un lien de dépendance de fait qui venait prolonger avec beaucoup d’efficacité les formes habituelles de coercition. Ces observations conduisent à penser l’État royal hellénistique sous l’angle de la complexité de l’action et des pratiques. Elles révèlent une pensée de l’action politique et, au fond, une pratique de l’État comme produit nécessaire du rapport entre un pouvoir et son territoire lorsque ce rapport s’inscrivait dans le temps.

27Sans doute est-il délicat de raisonner sur les États antiques, et tout particulièrement sur les royaumes hellénistiques, avec des catégories à la pertinence imparfaite. Non sans paradoxe, « L’État, c’est moi » est une phrase impossible pour un roi hellénistique, tant la disjonction entre la personne royale et une entité – l’État – qui en serait théoriquement distincte n’est jamais formulée ou pensée. Ce qui aux yeux des historiens est le plus perceptible, c’est toujours la représentation du pouvoir (images, discours, cultes, etc.) et beaucoup moins celle de l’État. Pourtant, l’État royal hellénistique existait bien, ne serait-ce que comme conséquence du processus de production du territoire (la guerre et l’encadrement militaire) et du rapport de production de la richesse (les prélèvements). Il faut donc constater le net décalage entre l’armature idéologique et la pratique des pouvoirs royaux, la discordance entre les pratiques et les outils pour les nommer. Au fond, l’État royal, quelles que furent ses formes, était sans doute moins un principe abstrait qu’une réalité et une exigence. Mais il faut aussi souligner les différences entre les royaumes eux-mêmes. Partout dominait une conception personnelle du pouvoir et de sa légitimité, mais la nature des territoires royaux influença la forme prise par les structures étatiques de chaque royaume. Si le royaume de Macédoine put prendre appui sur une identité macédonienne assurée, si les Lagides surent prolonger en les transformant les cadres de la tradition royale égyptienne, les rois séleucides furent plus que tous les autres confrontés à la question de l’impérialité et durent bricoler des pratiques de domination inspirées à la fois de certains antécédents perses achéménides et de catégories gréco-macédoniennes adaptées tant bien que mal aux données de leur immense territoire. La notion d’État royal hellénistique est donc nécessairement plurielle. Partout, pourtant, le pouvoir se devait d’articuler la performance charismatique, source essentielle de légitimité, à l’effort de structuration de sa domination, condition de sa souveraineté.

  • 62 . Jean Bodin, Les six livres de la République, Paris, Chez Jacques du Puys, 1576, préface.

28Précisément, je crois important de ne pas réduire cette souveraineté au seul imperium, pour reprendre une opposition classique forgée par Jean Bodin62. Certes, la souveraineté, c’est-à-dire la capacité à se faire reconnaître comme une autorité légitime dans la durée, reposait à la fois sur une capacité de domination et sur une capacité d’incarnation, celle d’une unité, d’un territoire, d’un principe organisateur. Sous cet angle, la mise en place d’une armature administrative fut étayée par des pratiques intégratrices comme les cultes royaux ou la mesure royale du temps, en même temps que la structuration de l’administration se faisait partout plus complexe et plus diversifiée, selon un processus qui n’est donc pas propre aux États modernes. Mais pour assurer leur souveraineté, les États royaux hellénistiques, notamment ceux qui étaient confrontés à une forte diversité territoriale, se devaient aussi de proposer d’autres pratiques, plus intégratrices, fondées par exemple sur la médiation mais aussi sur la légitimation des communautés locales soumises à la souveraineté royale et dépendantes de cette autorité pour la reconnaissance de leur propre existence, ou du moins de leurs privilèges. Structures hybrides, inabouties pour un regard de moderne, les États royaux hellénistiques n’en étaient pas moins des constructions complexes, aux pratiques diversifiées, productrices de normes et de légitimité, en un mot : efficientes.

Top of page

Notes

1 . Déjà, notamment, Numa Fustel de Coulanges, La cité antique, Paris, 1864.

2 . On verra par exemple Mogens Hansen, Polis. Une introduction à la cité grecque, Paris, Belles Lettres, 2008.

3 . Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Le Seuil, 2015. Sur l’importation des catégories sociologiques pour penser l’État antique : Christophe Pébarthe, « Sur l’État… grec ? Pierre Bourdieu et les cités grecques », Revue d’Études Anciennes, t. 114, n° 2, 2012, p. 543-565.

4 . Il suffit de penser à la Politique d’Aristote pour s’en convaincre. Cf. Pierre Carlier, La royauté en Grèce avant Alexandre, Strasbourg, Association pour l’étude de la civilisation romaine, 1984.

5 . Jean-Philippe Genêt, « La Genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 118, 1997, p. 3-18, et Jean-Philippe Genêt (dir.), L’État moderne : genèse. Bilan et perspectives, Paris, Éditions du CNRS, 1990.

6 . Sur le culte royal lagide en Égypte comme adaptation aux traditions indigènes des temples : Dorothy Thompson, « The high priest of Memphis under Ptolemaic Rule », dans Mary Beard et John North (dir.), Pagan Priests. Religion and Power in the Ancient World, Londres, Duckworth, 1990, p. 95-116.

7 . Victor Ehrenberg, The Greek State, Londres, Methuen and Co, 1969, p. 159 : « The Hellenistic state was a monarchy. It consisted of the king and his subjects ; but just because of that, it was no state in the sens of a human community or even a “common weal” (res publica) ».

8 . Miltiade Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings, Athènes, 1996, p. 261-360, et Pierre Briant, Antigone le Borgne. Les débuts de sa carrière et le problème de l’assemblée macédonienne, Paris, Belles Lettres, 1973.

9 . Victor Ehrenberg, op. cit., p. 135-158.

10 . Max Weber, La domination, Paris, La Découverte 2013, p. 269-334.

11 . Ivana Savalli-Lestrade, Les Philoi royaux dans l’Asie hellénistique, Genève, Droz, 1998, p. 216-250.

12 . À titre d’exemple, le décret de la cité d’Ilion pour le roi Antiochos Ier, qui se présente vainqueur dans la cité avec ses amis, ses armées et la reine : I. Ilion, n° 32, l. 2-10.

13 . Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique, II, Nancy, Faculté de lettres et de sciences humaines de l’Université de Nancy, 1982, p. 51-69.

14 . Papyrus de Gourob, qui expose les victoires prétendues de Ptolémée III lors de la 3e guerre de Syrie contre les Séleucides (246-241) : Flinder Petrie Papyri, II, 45 et III, 144.

15 . Sur ce point, Paul J. Kosmin, The Land of the Elephant Kings : Space, Territory, and Ideology in the Seleucid Empire, Cambridge MA/Londres, Harvard University Press, 2014, p. 129-180. Sur les déplacements des rois lagides dans le pays égyptien : Willy Clarysse, « The Ptolemies visiting Egypt », dans Léon Mooren (dir.), Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman Egypt, Louvain, Peeters Publishers, 2000, p. 29-53.

16 . Édouard Will, op. cit., p. 94-95.

17 . Pierre Bourdieu, « De la Maison du roi à la raison d’État : un modèle de la genèse du champ bureaucratique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 118, 1997, p. 56-61.

18 . Max Weber, op. cit., p. 269-334, p. 172-181.

19 . À titre d’exemple, la nomination d’un Grand Prêtre en Asie Mineure par Antiochos III en 209 avant notre ère, où le roi souligne son appartenance au cercle des Amis, la confiance dont il bénéficie et le fait qu’il ait été élevé avec lui : SEG, 37, 1010, l. 20-26.

20 . Polybe XVIII, 49-52.

21 . Pierre Briant, « L’économie royale entre public et privé », dans Raymond Descat (dir.), Approches de l’économie hellénistique, Saint-Bertrand-de-Comminges, Musée archéologique de Saint-Bertrand-de-Comminges, 2006, p. 343-356.

22 . Cf. Laura Boffo, « Lo statuto di terre, insediamenti e personenell’Anatoliaellenistica. Documenti recenti et problemiantichi », Dikè, n° 4, 2001, p. 233-255.

23 . Sur les temples babyloniens : Philippe Clancier et Julien Monerie, « Les sanctuaires babyloniens à l’époque hellénistique. Évolution d’un relais de pouvoir », Topoi, vol. 19, n° 1, 2014, p. 181-237. Sur les cités : Laurent Capdetrey, « Droit de la force ou force du droit ? Paradigme juridique et sujétion des cités à la haute époque hellénistique », dans Christophe Feyel et alii (dir.), Communautés locales et pouvoir central dans l’Orient hellénistique et romain, Nancy, ADRA, 2012, p. 31-64.

24 . Sur ce point : John Ma, « Les rois », dans Andrew Erskine (dir.), Le monde hellénistique. Espaces, sociétés, cultures. 323-31 av. JC, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 248-252.

25 . Pierre Briant, op. cit., p. 343-358.

26 . Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France. 1989-1992, Paris, Le Seuil, Raison d’Agir, 2012, p. 480-486.

27 . Par exemple : William W. Tarn, Hellenistic Civilization, 3rd ed., Londres, E. Arnold, 1952, p. 4.

28 . Paul J. Kosmin, op. cit. ; Laurent Capdetrey, Le pouvoir séleucide, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

29 Joseph Roisman et Ian Worthington (dir.), A Companion to Ancient Macedonia, Malden, Wiley-Blackwell, 2010, et surtout Miltiade Hatzopoulos, op. cit.

30 . Laurianne Martinez-Sève, « Rois et cités en Asie centrale : un roi indispensable ? », dans Christiphe Feyel, Julien Fournier, Laëtitia Graslin-Thomé (éd.), Communautés locales et pouvoir central dans l’Orient hellénistique et romain, Nancy, ADRA, 2012, p. 211-233.

31 . Sur le rapport au territoire : Laurent Capdetrey, « La Table du roi : une institution hellénistique ? » dans Catherine Grandjean, Christophe Hugoniot, Brigitte Lion (dir.), Le banquet du monarque dans le monde antique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2013, p. 173-198.

32 . Paul J. Kosmin, op. cit., p. 31-58.

33 . Laurent Capdetrey, « Fondations, diasporas et territoire dans l’Asie hellénistique », Pallas, n° 89, 2012, p. 319-344.

34 . Laurent Capdetrey, Le pouvoir…, op. cit., p. 59-76.

35 . Ivana Savalli-Lestrade, « Les rois hellénistiques, maîtres du temps », dans Ivana Savalli-Lestrade, Isabelle Cogitore (dir.), Des Rois au Prince. Pratiques du pouvoir monarchique dans l’Orient hellénistique et romain (IVe siècle av. J.-C.-IIe siècle ap. J.-C.), Grenoble, ELLUG, p. 55-83 ; Paul J. Kosmin, op. cit., p. 100-103.

36 . John Ma, Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 182-242.

37 . Paul J. Kosmin, op. cit.

38 . Pierre Briant, Histoire de l’Empire perse, Paris, Fayard, 1996, p. 369-528.

39 . Elizabeth Kosmetatou, « Pisidia and the Hellenistic Kings from 323 to 133 B.C. », Ancient Society , vol. 28, 1997, p. 5-37.

40 . Dorothy Thompson, « L’Égypte des Ptolémée » dans Andrew Erskine (dir.), op. cit., p. 152-161.

41 . Cette évolution est très perceptible à partir de la fin du IIIe siècle, sous le règne d’Antiochos III : Laurent Capdetrey, Le pouvoir…, op. cit., p. 227-329.

42 . Jeanne et Louis Robert, La Carie II, Paris, A. Maisonneuve, 1954, n° 166, p. 285-302.

43 Boris Chrubasik, Kings and Usurpers in the Seleukid Empire : The Men Who Would Be King, Oxford, Oxford University Press, 2016.

44 Et c’est un phénomène qui trouve des parallèles aussi en Macédoine et dans le royaume de Pergame.

45 Omar Coloru, Da Alessandro a Menandro. Il regnogreco di Battriana, Pise, F. Serra, 2009, p. 157-168.

46 . Philippe Clancier et Julien Monerie, op. cit., p. 181-237.

47 . C’est le mode fondamental d’intégration des cités grecques, mais aussi des villes babyloniennes, à la souveraineté royale. Cf. John Ma, op. cit., p. 174-242.

48 . Sur ce point : Ivana Savalli-Lestrade, Les Philoi royaux dans l’Asie hellénistique…, op. cit., p. 215-250.

49 . Cf. Ps-Aristote, L’Économique, II ; Raymond Descat, « Qu'est-ce que l'économie royale ? » dans Francis Prost (dir.), L'Orient méditerranéen de la mort d'Alexandre aux campagnes de Pompée. Cités et royaumes à l'époque hellénistique. Actes du colloque de la SOPHAU, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2003, p. 149-168.

50 . Abuzer Kizil, Patrice Brun, Laurent Capdetrey, Raymond Descat, Pierre Fröhlich, Kora Konuk, « Pidasa et Asandros : une nouvelle inscription (321/0) », Revue des Études Anciennes, t. 117, 2015, p. 371-408.

51 . À titre d’exemple : Claude Orrieux, Les papyrus de Zénon. L’horizon d’un Grec en Égypte au IIIe siècle, Paris, Macula, 1983 et Claude Orrieux, Zénon de Caunos, « parépidémos », et le destin grec, Paris, Belles Lettres, 1985.

52 . Ainsi, par exemple, une famille de Cos au service des rois lagides : Iscr. Cos., ED, 229.

53 Sur l’emprise accrue de l’administration royale sur les temples au IIe siècle : Damien Agut et Gilles Gorre, « De l’autonomie à l’intégration. Les temples égyptiens face à la couronne, des Saïtes aux Ptolémées », Topoi, vol. 19, n° 1, 2014, p. 17-55.

54 Laurent Capdetrey, Le pouvoir…, op. cit., p. 321-329.

55 . À titre d’exemple, Polybe, XV, 24, 4 : « Sans doute tous les rois au début de leur règne brandissent aux yeux de chacun le mot de liberté et donnent les noms d'amis et d'alliés à ceux qui se sont associés à leurs espérances ; mais une fois parvenus à leurs fins, ils se conduisent immédiatement en maîtres et non plus en alliés avec ceux qui leur ont fait confiance ».

56 . Un décret d’Érythrées honore par exemple un citoyen de la cité, Polykritos, actif dans le contexte de guerre contre les Galates. Le décret souligne l’implication du pouvoir séleucide dans la défense de la cité : I. Erythrai, n° 28.

57 . Cf. Pierre Briant, « Contrainte militaire, dépendance rurale et exploitation des territoires en Asie Mineure », Index, 8, 1978/9, p. 48-98 (=Rois, tributs et paysans, Paris, 1982, p. 175-215).

58 . Fergus Millar, The Emperor in the Roman World, Londres, Duckworth, 1977, p. 363-549.

59 . Joseph Mélèze-Modrzejewski, « Law and Justice in Ptolemaic Egypt », dans Markham J. Maehler et Herving Geller (dir.), Legal documents of the Hellenistic world, Londres, The Warburg Institut/University of London, 1995, p. 1-11.

60 . Philippe Gauthier, « Les rois hellénistiques et les juges étrangers : à propos de décrets de Kimolôs et de Laodicée du Lykos », Journal des Savants, 1994, vol. 2, n° 1, p. 165-195.

61 . Laurent Capdetrey, « Le basilikon et les cités grecques d’Asie Mineure », dans Véronique Chankowski et Frédérique Duyrat (dir.), Le roi et l’économie, Topoi, Suppl. 6, 2004, p. 105-129.

62 . Jean Bodin, Les six livres de la République, Paris, Chez Jacques du Puys, 1576, préface.

Top of page

References

Bibliographical reference

Laurent Capdetrey, « Les chemins de l’État antique : l’exemple des royaumes hellénistiques », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 134 | 2017, 21-40.

Electronic reference

Laurent Capdetrey, « Les chemins de l’État antique : l’exemple des royaumes hellénistiques », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 134 | 2017, Online since 01 April 2017, connection on 22 September 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5717

Top of page

About the author

Laurent Capdetrey

UMR Ausonius - Université Bordeaux Montaigne

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page