Skip to navigation – Site map
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962

Lectures et suggestions de lectures
Catherine Coquery-Vidrovitch
p. 147-152

Full text

1Il s’agit donc de l’Afrique coloniale française. Je me contenterai de suggérer, à côté de la bibliographie déjà préparée et fort complète, quelques ouvrages assez récents, publiés pour certains en langue étrangère et traduits en français, qu’il me paraît important de consulter. Dans cette bibliographie, voici quelques ouvrages d’historiens de premier plan :

2Frederick Cooper, Français et Africains ? Être citoyen au temps de la décolonisation (traduit de l’américain, Princeton University Press, 2014, par Christian Jeanmougin), Paris, Payot & Rivages, 2014, 633 p.

  • 1 Ruth Morgenthau, Le multipartisme en Afrique de l'Ouest francophone jusqu'aux indépendances, Paris, (...)

3Cet ouvrage est indispensable à tous ceux qui s’intéressent à l’Afrique subsaharienne francophone et/ou à l’histoire de la IVe République, car celle-ci est indissociable de l’histoire de la décolonisation, depuis la création de l’Union française et la guerre d’Indochine jusqu’à la guerre d’Algérie et l’institution de la Communauté conduisant à l’indépendance des colonies africaines subsahariennes. Ce travail de fond complète admirablement un ouvrage qui fut à son époque une somme injustement méconnue des historiens français : Political parties in French-Speaking West Africa, publié dès 1964 par une jeune politiste américaine hardie, Ruth Morgenthau, que sa nationalité en même temps que sa jeunesse protégeaient des méfiances africaines envers les Français1.

4Ce livre montre à quel point la position française actuelle, d’une nation clairement définie comme se défendant contre les étrangers, a « exigé l’effacement (…) d’une importante période, entre 1945 et 1960, qui débattit de différentes versions d’une France plurielle », affirmant « dans un esprit radicalement novateur que ces différentes formes étaient compatibles avec l’égalité politique et sociale » (p. 457).

5Tout tourne en effet, dans ces débats complexes et passionnés entre responsables français et leaders africains, sur les solutions à trouver pour résoudre les contradictions entre les concepts de citoyenneté (pour tous) et de nationalité (française) tels que défendus avec acharnement de part et d’autre, afin d’aboutir à une solution de consensus au prix de combats et de concessions mutuelles qui n’ont pas cessé durant toute la période.

6L’ouvrage a pour sujet les débats sur l’étendue de la citoyenneté, qu’elle fût impériale – avec la création de l’Union française – ou nationale – à partir de la Communauté de 1958 conduisant aux indépendances en 1960. En 1946, les sujets africains de la France « acquirent le droit d’avoir des droits, et donc le droit de revendiquer » (p. 21). Ils ne s’en privèrent pas, et l’un des grands mérites de l’ouvrage est d’examiner à part égale les intentions françaises et les revendications africaines, les unes comme les autres non univoques et évolutives tout au long de la période. L’analyse précise, quasiment au jour le jour, les discussions entre les différents partenaires, de part et d’autre et face à face, ce qui permet de comprendre à quel point les choses n’étaient pas jouées d’avance. Au finish, ni les Africains (aussi bien du côté de Senghor que du côté d’Houphouët-Boigny), ni les Français n’obtinrent ce qu’ils voulaient. Ils furent au fil des événements et des débats contraints de consentir en permanence à des compromis qui semblèrent un court moment – dans les années 1959-1963 – aboutir à un consensus obtenu de haute lutte. Il fallut en somme quinze ans pour faire accepter des deux côtés l’extension de la citoyenneté française à l’outre-mer, réalité bientôt rejetée par les États indépendants qui lui préférèrent à la fois la nationalité et la citoyenneté de leur propre État, au moment même où la France s’y raccrochait. La loi dite Lamine Gueye avait pourtant été votée à l’unanimité dès le 7 mai 1946, avant même que la première Constituante française ait terminé ses travaux, mais elle avait, dans sa seconde phrase, laissé l’essentiel dans un vague prudent : elle stipulait que « tous les ressortissants des territoires d’outre-mer (Algérie comprise) ont la qualité de citoyen au même titre que les nationaux de la métropole ou des territoires d’outre-mer. Des lois particulières établiront les conditions dans lesquelles ils exerceront leurs droits de citoyens ».

7Tous les débats tournèrent donc peu ou prou sur ce que pourraient définir ces éventuelles « lois particulières » dont on ne parla plus guère. Car être citoyen ne donnait pas les droits des nationaux français : n’étaient précisés ni le mode de scrutin électoral (il faudra la loi cadre de 1956 pour décréter le suffrage universel à collège unique pour les élections territoriales), ni les droits de représentation au Parlement, ni le statut social (seuls les « originaires » des quatre communes du Sénégal étaient de nationalité française, quel que soit leur statut civil). Bref, que signifiait être citoyen français quand on était Africain ? La notion évolua mais ne devint jamais synonyme de nationalité.

8Eric Jennings, La France libre fut africaine, Paris, Perrin, 2014, 352 p.

  • 2 Marc Michel, Les Africains et la Grande Guerre. L’appel à l’Afrique, 1914-1918, Paris, éditions Kar (...)

9Cet ouvrage démontre que le général De Gaulle fut sans doute aussi présent en Afrique équatoriale, notamment auprès de Leclerc, qu’à Londres, et que le rôle de l’AEF fut fondamental dans la Seconde Guerre mondiale, non seulement par le ralliement des Français libres sous la conduite du gouverneur du Tchad Félix Éboué, mais aussi et peut-être surtout par l’effort de guerre formidable réalisé par les troupes noires parties de Douala et de Pointe Noire. La place prise entre 1940 et 1943 par l’Afrique équatoriale fut essentielle pour la construction même de la France libre, dont elle constituait alors quasiment le seul territoire. C’est, de façon surprenante, un sujet peu abordé par les historiens français, alors qu’une somme fondamentale et déjà ancienne existe sur la Première Guerre mondiale2.

10C’est un travail superbement documenté, nourri des archives les plus diverses, militaires et coloniales, de France et d’Afrique, et de nombreux ouvrages de témoignages.

11Les soldats noirs d’AEF et du Cameroun, probablement 20 000 environ en 1940, constituaient, à l’été 1943, à peu près la moitié du total des forces françaises libres (30 000 soldats coloniaux, évaluation basse, contre 39 000 citoyens français, p. 11).

12La première partie est consacrée à la prise de pouvoir difficile des Français d'AEF ralliés à la France libre face à leurs adversaires, civils et militaires, colons ou non, plutôt majoritairement vichystes. On suit quasiment au jour le jour les débats sur place, voire les combats entre Français de l’un et l’autre bord. Il fallut plusieurs mois pour voir triompher le choix gaulliste de Félix Éboué : Brazzaville ne cède que fin août, et le Gabon seulement en novembre ; son ralliement n’est obtenu qu’au prix d’une guerre civile sérieuse entre Français, où colons et missionnaires s’opposent à la tentation de ralliement de l’administration (une centaine de morts). Le tout est nourri d’archives, qui font découvrir la complexité des atermoiements et des incertitudes, des problèmes et des rivalités, accompagné d’une solide défiance envers les Africains qui demeurent, pour les uns comme pour les autres, avant tout des « indigènes » sur lesquels les uns et les autres posent un regard raciste. Leclerc l’emporte finalement en s'emparant en mars 1941, par un véritable coup de main avec l’aide de 300 tirailleurs, du poste de Koufra (Libye) pris aux Italiens.

13La deuxième partie est consacrée aux opérations de guerre, mais vues dans leur totalité : non seulement les opérations, mais toutes les questions posées par le recrutement, la formation, l’équipement et le ravitaillement des troupes. La cadence de recrutement devint frénétique entre 1940 et 1943. Militaires et surtout administrateurs coloniaux étaient coutumiers de méthodes autoritaires, et les engagements ne furent pas tous volontaires. Les dérapages furent parfois érigés en système. Le recrutement des auxiliaires, comme les porteurs, se faisait de façon souvent expéditive. Si les tirailleurs devaient signer un contrat, celui-ci n’était pas toujours volontaire, aussi bien au Cameroun qu’en AEF, malgré dans certains cas une prime d’engagement de 50 francs. En fait, le recrutement reposait, comme dans les décennies précédentes, sur la désignation d’un contingent de recrues par l’administration, auprès des chefs coutumiers ou des notables élus chargés de l’exécution. On parla en 1943 d’organiser un recrutement obligatoire, ce qui aurait été illégal au Cameroun sous mandat international. Néanmoins, le recrutement volontaire existait surtout dans les villes, pour échapper au travail obligatoire, par patriotisme, ou bien pour acquérir une qualification (comme chauffeur par exemple). On continuait de recruter sur critères « ethniques », certaines populations (surtout tchadiennes) étant supposées plus guerrières que d’autres. Surtout, l’entretien des troupes pesa d’un poids très lourd sur l’économie de colonies dépourvues de tout : la vie renchérit, colons comme « indigènes » n’étaient pas convaincus par une politique locale qui leur paraissait faire empirer plutôt qu’améliorer les conditions de vie. Bref, Leclerc et ses compagnons s’inquiétaient d’une impopularité préoccupante. Enfin, autant Leclerc appréciait les soldats maghrébins, qu’il qualifie en 1942 de « combattants superbes » (p. 132), autant il avait a priori les préjugés de son époque et de sa classe sur les Noirs. Ses commentaires auprès du général De Gaulle, dès décembre1940, sont explicites : une « troupe noire ne possède une réelle valeur que moyennant un Européen pour dix indigènes ». Il récidive en 1942 : les tirailleurs de l’AEF sont « peu aptes à cette forme de combat moderne » (p. 131). Un ancien combattant camerounais rapporte : « Leclerc était mauvais pour les Camerounais, [déclarant que] quel que soit le mérite du Noir, il ne peut dépasser le grade d’adjudant-chef » (p. 131). Ce n’est qu’en 1942 que les Africains commencent à accéder au grade de sous-officier. L’argument selon lequel ce sont les Américains qui auraient obtenu de Leclerc qu’il « blanchisse » ses troupes est valable en 1943, mais gageons que celui-ci n’a pas eu trop de mal à accéder à leur demande. C’est à son corps défendant qu’il fit grand usage des troupes issues du Cameroun et d’AEF (p. 132).

14La dernière partie met en scène de façon plus directe les Africains. C’est une étude économique et sociale qui se poursuit en marge des combats, car les pénuries exigent du pays un effort épuisant. En même temps que des troupes, on demande aux paysans africains de produire toujours plus. Les impératifs de guerre exigent le travail forcé, pour construire les routes et pousser la production du caoutchouc et de l’or, car l’AEF a toujours besoin de plus de financement.

15Signalons aussi, car non présents dans la bibliographie principale :

16Charles-Robert Ageron, Catherine Coquery-Vidrovitch, Gilbert Meynier et Jacques Thobie, Histoire de la France coloniale, 1914-1990, Paris, Armand Colin, tome II, rééd. 2016 (1ère édition 1990).

17Albert Sarraut, La mise en valeur des colonies, 1923, Payot. Non réédité malheureusement, aisé à lire et très instructif sur les programmes français aux colonies entre les deux guerres.

18Philippe Dewitte, Les Mouvements nègres en France, 1919-1939, Paris, L’Harmattan, 1985. Excellent et précis.

19Sébastien Jahan et Alain Ruscio (dir.), Histoire de la colonisation : réhabilitations, falsifications et instrumentalisations, Paris, Les Indes savantes, 2007.

20François Malye et Benjamin Stora, François Mitterrand et la guerre d’Algérie, Paris, Calmann-Lévy, 2010, 302 p. (rééd. Pluriel, 2012).

21Laurent Colantonio et Sébastien Jahan (dir.), Les empires ébranlés. La colonisation mise en échec, des rives de l’Uruguay à Dien Bien Phu (XVIIe-XXe siècles), Paris, Les Indes savantes, 2017.

22Catherine Coquery-Vidrovitch et Odile Goerg (dir.), L'Afrique occidentale au temps des Français. Colonisateurs et colonisés, 1860-1960, Paris, La Découverte, 1992, 465 p.

23Hélène d’Almeida et Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), L'Afrique et la crise de 1930, Numéro spécial de la Revue Française d'Histoire d'Outre-Mer, n° 232-233, 1976 (parution 1978, toujours disponible).

24Catherine Coquery-Vidrovitch, Dominique Bellec (éd.), Le rapport Brazza. Mission d’enquête du Congo : rapports et documents, 1905-1907, Paris, Le Passager clandestin, 2014.

25Et remarquons, pour terminer, que l'énoncé du sujet donne leur place aux Français, mais non aux Africains, acteurs en Afrique.

Top of page

Notes

1 Ruth Morgenthau, Le multipartisme en Afrique de l'Ouest francophone jusqu'aux indépendances, Paris, L’Harmattan, 1998 (Oxford Clarendon Press, 1964, traduit en français particulièrement tardivement).

2 Marc Michel, Les Africains et la Grande Guerre. L’appel à l’Afrique, 1914-1918, Paris, éditions Karthala, 1ère édition 2003, rééd. 2014.

Top of page

References

Bibliographical reference

Catherine Coquery-Vidrovitch, « L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 134 | 2017, 147-152.

Electronic reference

Catherine Coquery-Vidrovitch, « L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 134 | 2017, Online since 01 April 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5715

Top of page

About the author

Catherine Coquery-Vidrovitch

Professeure émérite, université Paris 7-Denis Diderot

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page