Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962

À propos du programme d’histoire contemporaine des ENS et de l’ENC aux concours 2017
Joëlle Alazard
p. 139-145

Texte intégral

  • 1 La lettre de cadrage est en ligne sur le site des ENS et de l’ENC : <http://www.ens.fr/IMG/file/concours/2017/cadrage%20histoire%20contemporaine_v2.pdf>.
  • 2 Sophie Dulucq et al., « L'écriture de l'histoire de la colonisation en France depuis 1960 », Afriqu (...)
  • 3 On citera notamment Isabelle Surun (dir.), Les sociétés coloniales à l’ère des Empires 1850-1960, P (...)
  • 4 Dans les manuels de référence permettant de traiter l’ensemble du programme, citons ceux de Jacques (...)

1« L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962 » : tel est l’intitulé du programme d’histoire contemporaine retenu par les ENS (Écoles normales supérieures) et l’ENC (École nationale des Chartes) pour l’année 2016-20171. Bien que les deux heures hebdomadaires de cours ne nous permettent pas toujours de traiter dans le détail l’historiographie foisonnante de la question, la construction des grands repères du programme conduit à comprendre comment les historiens ont revisité le fait colonial2. Conformément aux recommandations des jurys, le travail s’effectue dans une perspective politique largement renouvelée, sous laquelle affleurent les interrogations nées d’une demande sociale ou de combats mémoriels. La bibliographie, réactualisée par la question de concours sur les sociétés coloniales3, s’avère par ailleurs assez accessible aux étudiants de deuxième année de classe préparatoire littéraire : les lectures ne manquent pas, qu’il s’agisse de sources ou d’études4, alors que l’exploration d’un certain nombre de lieux de l’oubli fait écho à quelques débats contemporains.

Le temps des conquêtes, de l’appropriation et des recompositions (1871-1914)

  • 5 Chantal Chanson-Jabeur, Alain Forest, Patrice Morlat, Colonisations et répressions, Paris, Les Inde (...)
  • 6 Vincent Joly, Guerres d’Afrique. 130 ans de guerres coloniales, l’expérience française, Rennes, PUR (...)
  • 7 Edward Berenson, Les héros de l’Empire. Brazza, Marchand, Liautey, Gordon et Stanley à la conquête (...)
  • 8 Émile Dussaulx, Journal du Soudan (1894-1898). Texte établi, préfacé et commenté par Sophie Dulucq, (...)
  • 9 Chantal Ahounou (éd.), À la recherche de Voulet. Sur les traces sanglantes de la mission Afrique ce (...)

2Au-delà de la chronologie des conquêtes et des rivalités coloniales qu’il faut dresser, tout en retraçant les débats qui opposent Jules Ferry à Clemenceau et Pelletan, il s’avère éclairant d’analyser les objectifs et la progression des différents acteurs de la colonisation à la fin du XIXe siècle. Explorateurs, soldats, commerçants ou missionnaires n’entretiennent pas le même rapport à l’Afrique et, si leurs actions peuvent se révéler complémentaires en contribuant à asseoir la domination métropolitaine, elles peuvent aussi entrer en concurrence ou s’avérer contradictoires. On essaiera ainsi de réfléchir à la construction de la sujétion à plusieurs échelles : celle de la métropole et de son empire, celle des différentes terres conquises sur le continent africain ou celle d’un échelon plus régional où la question de l’indigénat apparaît centrale5. L’analyse des grandes phases d’établissement de la France en Afrique permet en outre de souligner les singularités de ces guerres de conquête6, matricielles dans l’histoire des sociétés coloniales et souvent réalisées par des soldats africains. Elle revisite également la figure des « héros de l’Empire » dont la bravoure, encensée par la presse en plein essor, contribuèrent à populariser l’idéal colonial auprès d’une société métropolitaine profondément divisée et très inégalement informée des réalités de la présence française en Afrique7. Deux sources stupéfiantes peuvent être aisément utilisées pour incarner la diversité des expériences militaires françaises en Afrique. Le journal d’Émile Dussaulx, composé de lettres écrites à sa famille, souligne le rôle stratégique joué par l’armée dans la mise en place des grands cadres administratifs de l’Empire8. Les atrocités commises par la colonne Voulet-Chanoine en 1898-1899, présentées dans un dossier de sources récemment réédité, permettent de mesurer l’indépendance laissée aux colonisateurs et la folie meurtrière qui peut jaillir dans un climat de compétition nationale exacerbée9.

3Comme la question des violences consubstantielles à la phase de conquête et d’établissement militaire, la question des oppositions et des résistances à la colonisation, qui traverse la totalité de la période et apparaît comme l’un des fils rouges de celle-ci, émerge rapidement. Le programme s’ouvre en effet avec la révolte d’El-Mokrani qui, en impliquant 250 tribus et un tiers de l’Algérie, se révèle être le soulèvement le plus massif contre la France avant 1954. Le soutien apporté par les confréries musulmanes permet d’envisager le rôle de l’islam comme obstacle à l’expansion européenne, thème que l’on pourra aussi retrouver dans d’autres grandes résistances armées à la conquête française : celle d’Amadou, à la tête des Toucouleurs, ou celle de Samory, dont le royaume s’était largement étendu dans la haute vallée du Niger. Il permet aussi de rappeler que si le XIXe siècle constitue un siècle de percée européenne en Afrique, il a également été celui d’une progression de l’islam du Sénégal au Tchad, aboutissant à la formation de puissants royaumes. Avec de nombreux textes et images légitimant la colonisation, la France se dote d’une culture coloniale, dont l’école et la presse, qui reprennent l’essentiel du discours assimilationniste de la République, constituent des relais. Unis sous la férule de Marianne, les différents peuples assujettis par la République doivent être progressivement développés par la France qui œuvre à sa « mission civilisatrice ». Cartes, lithographies, affiches, photographies et produits contribuent à améliorer la connaissance de l’Empire dans sa diversité, tout en édifiant un imaginaire commun aux métropolitains.

La France et l’Afrique : un apogée en trompe-l’œil (1914-1945)

  • 10 Laurent Dornel, Les étrangers dans la Grande Guerre, Paris, La Documentation française, 2014.
  • 11 Claude Liauzu, Histoire de l’anticolonialisme en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Armand C (...)

4En étudiant l’implication des populations africaines dans la Première Guerre mondiale, on reviendra sur le quotidien de tous les mobilisés envoyés en Europe et qui combattirent tant sur le front du nord-est de la France que sur ceux d’Orient. L’emploi des troupes coloniales, très populaires et sans lesquelles jamais la domination française n’aurait pu s’instaurer durablement en Afrique, s’inscrivait dans un racialisme courant et banal qui célébrait des « races guerrières » (Algériens, Tunisiens, Marocains, Sénégalais pour l’essentiel) tandis que d’autres peuples assujettis étaient majoritairement affectés à des tâches d’entretien, de logistique ou envoyés à l’arrière dans les industries d’armement. Si ces indigènes, qui ne sont pas systématiquement envoyés au front, nouent alors des relations plus chaleureuses avec la population française, ils ne deviennent pour autant pas les égaux des Européens : rares sont les Africains ayant connu une promotion par les armes, malgré la fraternité des tranchées (l’encadrement reste français et on construit des camps spécifiques pour leurs permissions, souvent dans le sud de la France) ; à l’arrière, ces hommes restent très surveillés, comme en témoigne le décret du 21 avril 1917 concernant le recrutement, la circulation et la surveillance de la main-d'œuvre coloniale10. Quant aux populations colonisées demeurées en Afrique, elles contribuent également à l’effort de guerre en produisant pour le ravitaillement ou les industries de guerre : les cultures vivrières continuent à reculer au profit de cultures tournées vers l’exportation. Le conflit constitue une légitimation supplémentaire du transfert systématique des biens et des capitaux vers la métropole. Au terme de l’affrontement, bien qu’une critique anticoloniale ressurgisse avec la diffusion des idées communistes11, l’opinion publique est largement convaincue du bien-fondé de la présence française en Afrique : la possession des neuf millions de km2 et la domination d’une vingtaine de millions d’âmes supplémentaires semble avoir constitué l’un des éléments de la victoire ; les gains opérés sur les possessions africaines de l’Allemagne ne sont que juste punition de l’ennemi.

  • 12 Catherine Hodeir, Michel Pierre, L’Exposition coloniale de 1931, Paris, André Versaille, 2011.
  • 13 Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme, Paris, Vendémiaire, 2016.
  • 14 Benjamin Stora, Messali Hadj, pionnier du nationalisme algérien, Paris, L’Harmattan, 1982.

5Si les expositions coloniales naissent dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’entre-deux-guerres voit la République célébrer « la plus grande France » avec un faste inédit (sans pour autant employer l’expression « zoos humains » dont la formule, qui s’est répandue au début du XXIe siècle, correspond mieux aux exhibitions des barnums Hagenbeck). Le centenaire de la conquête de l’Algérie (1930) et l’exposition coloniale de 193112 permettent de souligner la popularité de l’Empire dans l’opinion publique ; la promotion d’un tourisme colonial13 interroge l’identité de cette république impérialiste dont l’historiographie récente a largement souligné les contradictions, alors que les discours généreux ne parviennent pas à occulter les profondes inégalités des sociétés coloniales et les réalités du travail forcé. Celui-ci commence à être plus largement perçu par l’opinion publique métropolitaine. André Gide, dans son Voyage au Congo paru en 1927, dénonce les conditions de travail des ouvriers qui construisent la ligne Congo-Océan. Cette lente prise de conscience ne développe que très partiellement l’anticolonialisme en métropole : alors que l’Exposition coloniale de 1931 accueille huit millions de visiteurs, la contre-exposition « la vérité sur les colonies », organisée par les surréalistes à l’instigation du PCF et de la CGTU, n’attire que 5 000 visiteurs en huit mois. C’est en revanche dans ces années que progresse le sentiment national des colonisés et qu’apparaissent, souvent en métropole, les grandes figures de leaders nationalistes de l’après-guerre. Ces populations issues des colonies, en cherchant à améliorer leur quotidien en travaillant en France, prennent la mesure du fossé existant entre la métropole et leur pays d’origine ; de plus en plus nombreux dans les grandes villes, où ils diffusent aussi leur culture (c’est notamment le cas des migrants issus du Maghreb, qui font connaître couscous, tagines et cornes de gazelle en France), ils se mobilisent peu à peu. L’expérience de l’Étoile nord-africaine permet de revenir sur la constitution de ce parti laboratoire du nationalisme et sur la figure de Messali Hadj, dont on sait à quel point elle fut déterminante dans l’éveil de la conscience algérienne14. Le projet Blum-Violette, qui visait à accorder la citoyenneté à une mince élite algérienne, est dénoncé par les élus d’Algérie comme par la presse conservatrice de métropole. Enterré dès 1936, il entérine l’échec de la politique d’assimilation et pose la question de l’impossible réforme de l’Empire colonial français à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Le débarquement allié du 8 novembre 1942, les encouragements fournis par les Américains aux tenants de l’indépendance ou le rôle stratégique joué par l’Afrique pour la France libre suscitent un immense espoir à la fin de la guerre.

L’ère de la décolonisation en question (1945-1962)

  • 15 Abderrahmane Bouchene, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari-Tengour, Sylvie Thénault, Histoire de (...)

6Les espérances nées de la Seconde Guerre mondiale sont éclipsées dès la conférence de Brazzaville qui, en janvier 1944, promet de construire des rapports plus égaux entre la métropole et ses colonies, mais exclut toute possibilité de marche vers l’indépendance. Ce sont ensuite les répressions féroces (et longuement tues) menées par la France à Sétif en mai 1945 et lors de l’insurrection de Madagascar en 194715. Les Français, relativement peu informés des soulèvements dans ces territoires, pensent la situation durablement « pacifiée » par l’armée et restent très majoritairement favorables à la possession d’un empire. Les discours nationalistes, loin de pousser la France à repenser de fond en comble sa politique impériale, ne trouvent alors qu’un faible écho en métropole. Le déclenchement de l’insurrection par le FLN, le 1er novembre 1954, est un coup de tonnerre dans un ciel qui semblait de nouveau serein.

  • 16 Marc Michel, Décolonisations et émergence du tiers monde, Hachette (coll. Carré Histoire), 2005 ; B (...)
  • 17 Marc Michel, « Une décolonisation confisquée ? Perspectives sur la décolonisation du Cameroun sous (...)

7La période de la décolonisation est certainement celle où les étudiants ont le plus à apprendre et à lire – quelle meilleure occasion de découvrir Aimé Césaire, Albert Memmi ou Frantz Fanon ? – tout en déconstruisant quelques idées reçues : la guerre d’Algérie faisant écran, les décolonisations de la Tunisie, du Maroc ou de l’Afrique subsaharienne sont souvent perçues sous un jour relativement irénique. Il semble donc important de revenir sur les grands exemples nationaux, les répressions brutales de manifestations, les arrestations des grandes figures nationalistes que l’on veut neutraliser et l’implication de plus en plus large de la société civile (en Tunisie et au Maroc notamment). Les processus d’indépendance de l’Afrique subsaharienne peuvent être étudiés dans une perspective comparatiste, pour y décerner des variantes mais aussi quelques constantes16. Le cas de la Guinée de Sekou Touré, refusant la communauté franco-africaine proposée par De Gaulle, ou celui du Cameroun, dont la décolonisation tragique est encore entourée d’un silence traumatique17, s’avèrent particulièrement éclairants pour comprendre la manière dont l’ancienne métropole cherche à conserver son influence sur le continent africain, posant ainsi les jalons de la « Françafrique ».

  • 18 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Paris, Gallimard, 2001.
  • 19 Jean-Luc Einaudi, La bataille de Paris, 17 octobre 1961, Paris, Le Seuil, 2001 ; Alain Dewerpe, Cha (...)
  • 20 Frédéric Abecassis, Gilbert Meynier (dir.), Pour une histoire franco-algérienne, Paris, La Découver (...)

8L’étude de la guerre d’Algérie constitue un point d’orgue de l’année. Tout en présentant les événements majeurs de celle-ci, il faut également montrer qu’elle fut aussi une guerre civile algérienne doublée d’une guerre « franco-française » (Benjamin Stora) qui fit basculer l’opinion publique métropolitaine en faveur de la décolonisation. Les violences de guerre sont dès lors au cœur de la réflexion, qu’il s’agisse du terrorisme du FLN, de l’emploi de la torture dans les rangs de l’armée française18 ou des massacres perpétrés à Paris le 17 octobre 1961 et le 8 février 196219. L’engagement des intellectuels, déterminant pour l’issue de la guerre comme pour les années qui suivent, ainsi que la douloureuse mémoire des vaincus – qu’il s’agisse des appelés, des rapatriés sur une terre qui leur semblait souvent étrangère ou des harkis, largement abandonnés par la France20 – contribuent de manière décisive à écrire une nouvelle page de l’histoire nationale.

9Si nombre de préparateurs et d’universitaires ont regretté les choix opérés par le jury dans la lettre de cadrage du programme, semblant reléguer l’Afrique au second plan de la question alors qu’elle était première dans l’intitulé, celle-ci s’avère malgré tout centrale. Exigeant, mais loin d’être asséchant, ce programme permet aux étudiants de mieux comprendre les sollicitations mémorielles et de réfléchir aux débats qui renaissent, plus d’un demi-siècle après l’indépendance de l’Algérie, dans une sphère politique parcimonieusement informée des réalités historiques ou cherchant à instrumentaliser le passé pour mieux stigmatiser au présent.

Haut de page

Notes

1 La lettre de cadrage est en ligne sur le site des ENS et de l’ENC : <http://www.ens.fr/IMG/file/concours/2017/cadrage%20histoire%20contemporaine_v2.pdf>.

2 Sophie Dulucq et al., « L'écriture de l'histoire de la colonisation en France depuis 1960 », Afrique & histoire, 2006/2 (vol. 6), p. 235-276.

3 On citera notamment Isabelle Surun (dir.), Les sociétés coloniales à l’ère des Empires 1850-1960, Paris, Atlande, 2012, ainsi que François Dumazy, Odile Goerg, Xavier Huetz de Lemps, Les sociétés coloniales à l'âge des Empires, Bréal, Paris, 2012. Le livre de Marie-Albane de Suremain, Sophie Dulucq et David Lambert, Enseigner les colonisations et les décolonisations, paru au Canopé en 2016, réunit par ailleurs de belles mises au point tout en offrant des documents particulièrement éclairants pour ce programme des ENS.

4 Dans les manuels de référence permettant de traiter l’ensemble du programme, citons ceux de Jacques Frémeaux, Les empires coloniaux dans le processus de mondialisation, Paris, Maisonneuve & Larose, 2002 (réédité en poche) et de Pierre Singaravelou (dir.), Les empires coloniaux, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2013 ; les préparateurs disposent par ailleurs d’un outil bien conçu : Marcel Dorigny, Jean-François Klein, Jean-Pierre Peyroulou, Pierre Singaravelou, Marie-Albane de Suremain, Grand Atlas des empires coloniaux, Paris, Autrement, 2015.

5 Chantal Chanson-Jabeur, Alain Forest, Patrice Morlat, Colonisations et répressions, Paris, Les Indes savantes, 2015.

6 Vincent Joly, Guerres d’Afrique. 130 ans de guerres coloniales, l’expérience française, Rennes, PUR, 2009.

7 Edward Berenson, Les héros de l’Empire. Brazza, Marchand, Liautey, Gordon et Stanley à la conquête de l’Afrique, Paris, Perrin, 2012.

8 Émile Dussaulx, Journal du Soudan (1894-1898). Texte établi, préfacé et commenté par Sophie Dulucq, Paris, L’Harmattan, 2000.

9 Chantal Ahounou (éd.), À la recherche de Voulet. Sur les traces sanglantes de la mission Afrique centrale (1898-1899), Paris, Cosmopole, 2009.

10 Laurent Dornel, Les étrangers dans la Grande Guerre, Paris, La Documentation française, 2014.

11 Claude Liauzu, Histoire de l’anticolonialisme en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Armand Colin, 2007.

12 Catherine Hodeir, Michel Pierre, L’Exposition coloniale de 1931, Paris, André Versaille, 2011.

13 Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme, Paris, Vendémiaire, 2016.

14 Benjamin Stora, Messali Hadj, pionnier du nationalisme algérien, Paris, L’Harmattan, 1982.

15 Abderrahmane Bouchene, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari-Tengour, Sylvie Thénault, Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830-1962), Paris/Alger, La Découverte/Barzakh, 2012 ; Benjamin Stora, Histoire de l'Algérie coloniale, Paris, La Découverte, 1991, et Histoire de la guerre d'Algérie 1954-1962, Paris, La Découverte, 2004 ; Jean-Pierre Bat, Nicolas Courtin, Maintenir l’ordre colonial. Afrique et Madagascar, XIXe–XXe siècles, Rennes, PUR, 2012.

16 Marc Michel, Décolonisations et émergence du tiers monde, Hachette (coll. Carré Histoire), 2005 ; Bernard Droz, Histoire de la décolonisation au XXe siècle, Paris, Le Seuil, 2006 ; Jean-Pierre, Peyroulou, Atlas des décolonisations. Une histoire inachevée, Paris, Autrement, 2014.

17 Marc Michel, « Une décolonisation confisquée ? Perspectives sur la décolonisation du Cameroun sous tutelle de la France, 1955-1960 », Revue française d’histoire d’outre-mer, 1999, vol. 86, n° 324, p. 229-258 ; Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa, La Guerre du Cameroun. L’invention de la Françafrique, Paris, La Découverte, 2016.

18 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, Paris, Gallimard, 2001.

19 Jean-Luc Einaudi, La bataille de Paris, 17 octobre 1961, Paris, Le Seuil, 2001 ; Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962 : anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006.

20 Frédéric Abecassis, Gilbert Meynier (dir.), Pour une histoire franco-algérienne, Paris, La Découverte, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Alazard, « L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 134 | 2017, 139-145.

Référence électronique

Joëlle Alazard, « L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 134 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5697

Haut de page

Auteur

Joëlle Alazard

Professeure d’histoire en khâgne Ulm et Chartes B, lycée Faidherbe, Lille.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page