Skip to navigation – Site map
DOSSIER

L’État dans tous ses états. Esquisse de définition

Jérôme Lamy and Arnaud Saint-Martin
p. 11-20

Full text

  • 1 . Saint Augustin, Confessions, Livre XI, chapitre XIV, 17.2.
  • 2 . Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Le Seuil, 1994, p. 99-133  (...)

1« Si personne ne me le demande, je le sais ; si je cherche à l’expliquer à celui qui m’interroge, je ne le sais plus1 » : à l’instar du temps chez saint Augustin, il est difficile de définir historiquement l’État. Évidence saturant nos existences et nos manières de penser, disséminée dans les ordres pratiques et discursifs, l’État paraît échapper à toutes les tentatives de définition et de caractérisation qui vaudraient une fois pour toutes. Cette difficulté est redoublée par le fait, bien repéré par Pierre Bourdieu, que les catégories que nous mobilisons pour expliquer l’État sont d’abord des catégories construites au sein même de l’État (et donc pour lui)2. Il est certes tentant d’en sortir par le jeu de catégories extrinsèques appliquées ex post sur cette macro-entité chargée d’attendus culturels (et cultuels) qui ne cesse pas de résister, mais on n’est jamais sûr de parvenir à l’épure d’une théorisation : le terrain est miné. Le piège est double donc, et c’est pourquoi ce dossier entend l’interroger, autant que faire se peut, au moyen d’enquêtes à la fois ciblées dans leur objet et générales par la mise au jour de régularités de diverse nature.

2La stratégie que nous avons mise en œuvre dans ce dossier pour approcher la question de l’ancrage historique de l’État combine deux plans distincts mais possiblement complémentaires. Le premier propose de repérer dans la littérature historique et sociologique les techniques et les approches utilisées pour définir l’État, de façon générale et transhistorique. Utile et même indispensable, ce travail de caractérisation et d’identification « structurale » n’en présente pas moins l’inconvénient de n’être jamais consensuel – il y a des définitions concurrentes, parfois antagoniques – et de rendre toujours plus difficile l’abstraction de la forme « État ». On imagine aussi combien il faudra déconstruire et se déprendre d’un statocentrisme qui, dans certaines cultures de l’« État-nation », à commencer par celles qui continuent de prévaloir en France – malgré les doutes instillés par l’histoire connectée ou les focales transnationales ou globales –, ne manquent pas de coloniser les analyses présentées ou vécues comme universelles. Le second plan consiste à décentrer cette forme « État » en la projetant sur d’autres périodes plus anciennes, ce qui autorise à terme des comparaisons et des recoupements. L’intérêt n’est pas mince, puisque cela étend voire surprend les façons habituelles de considérer celle-ci, qu’il s’agisse des cités-États grecques et médiévales ou des États africains. L’un et l’autre de ces plans façonnent et/ou défont des représentations toujours plus sophistiquées et subtiles de ce que l’on aurait tort de figer dans une essence intemporelle, en même temps qu’ils partent de la conviction qu’il est de bonne méthode de saisir l’État en général dans tous ses états particuliers.

Philosophie politique de l’État moderne

  • 3 . Arnault Skornicki, La grande soif de l’État. Michel Foucault avec les sciences sociales, Paris, L (...)
  • 4 . Ibidem, p. 102.
  • 5 . Ibidem, p. 113.
  • 6 . Ibidem, p. 151.
  • 7 . Ibidem, p. 191.

3Les recherches récentes en philosophie politique ont contribué à renouveler la problématique de l’État dans la perspective de son analyse historique longitudinale. Croisant la lecture de Foucault avec celle de Poulantzas, Arnault Skornicki a par exemple avancé l’idée d’une rationalité gouvernementale de l’État qui vise classiquement « le monopole de la violence physique légitime3 » tout en identifiant les forces qui s’opposent en continu à cette structuration du pouvoir étatique. Les configurations historiques particulières incarnent diverses formes de rationalisation. La dissémination du pouvoir chez Foucault doit composer avec des processus de cristallisation qui produisent l’efficacité politique : le pouvoir n’est pas seulement dispersé, il peut être institutionnalisé, organisé et monopolisé, et c’est précisément l’État qui concrétise cette captation. Skornicki propose d’ajouter à la théorie foucaldienne de la puissance politique quatre composantes, constitutives de l’histoire de l’État. D’abord, l’importance d’une co-extensivité de la rationalité étatique et de la montée en puissance du capitalisme à partir de l’époque moderne. Le calcul capitaliste est, rappelle-t-il, particulièrement approprié pour la concentration du pouvoir4 : en fournissant des moyens pour estimer les forces économiques, militaires, diplomatiques et techniques, il garantit une monopolisation plus aisée des puissances d’agir de la part des agents de l’État. Ensuite, toujours chez Foucault, Skornicki décèle l’importance du cadrage juridique comme appui fonctionnel de l’État : les règles de droit sont un analyseur précieux sur la longue histoire de la surveillance centralisée des êtres et des choses, comme l’illustrent les règles qui légitiment la découpe du territoire et le contrôle des populations5. La troisième composante au principe de l’architecture normative des États modernes occidentaux est celle qui met en rapport leur substrat théologico-politique. Le souci chrétien d’une « obéissance pure6 » marque notamment le point d’origine de la configuration paternaliste de l’État. Enfin, dernière composante : la place de la bureaucratie en tant qu’instrument de rationalisation. L’envisager – en lien avec les autres éléments – permet de repenser les liens complexes qui se nouent entre l’organisation d’un corps plus ou moins autonome de serviteurs de l’État et des principes appliqués de gouvernement7. Ces idées très générales nous aident en première lecture à (ré)introduire le problème de la tension entre catégories universelles et instanciations particulières, via des configurations historiques précises. Des points d’appui relativement stables de la puissance d’expression étatique peuvent être isolés dans l’histoire : mobilisation du juridique, bureaucratisation, formalisation d’instruments de contrôle des biens et des personnes, définition d’un ensemble de valeurs qui assurent la cohérence de tous ces éléments. Ces repères ne sont pas des invariants historiques absolus – ce serait faire passer le théologique en fraude –, mais pour autant leurs associations aussi bien que leurs disjonctions selon les époques laissent apparaître in fine des processus sociaux, techniques, idéologico-politiques et culturels identifiables dans l’histoire.

  • 8 . Frédéric Lordon, Imperium. Structures et affects des corps politiques, Paris, La Fabrique, 2015, (...)
  • 9 . Ibidem, p. 111.
  • 10 Ibidem, p. 115.

4Dans un registre d’analyse très « méta » et nourri de Spinoza, les propositions de Frédéric Lordon ne laisseront pas indifférentes non plus les historiographies des formes « État ». Qu’est-ce qui pousse les individus à consentir à/dans la communauté que représente l’État ? Question vertigineuse, à laquelle l’auteur tente de répondre en réanimant la longue histoire des formes d’affectation de la « potentia multitudinis8 ». Sans entrer dans le détail des configurations empiriques, car il se place résolument à un autre niveau d’observation, volontiers surplombant, Lordon s’efforce de reconstituer ainsi ce processus fondamental : « Il suffit d’une première capture pour que tout le massif institutionnel se mette à buissonner irréversiblement – et les institutions s’engendrent les unes les autres, par une dynamique en quelque sorte autocatalytique. Par exemple, de la capture théologique primitive, celle qui convertit l’affect commun superstitieux en pouvoir ecclésial, suit par simple prolongement la capture théologico-politique, qui adosse un pouvoir proprement temporel à l’institution spirituelle – plus tard, quand les institutions de l’État auront été consolidées, on pourra retirer le cintre de la religion9 ». Ceci a valeur d’invitation pour quiconque s’aventure dans les fonds d’archives des formes historiques d’État. Transcrire cette histoire en ce sens consiste à comprendre le mouvement progressif de « capture » de la « puissance de la multitude10 ».

5Quel intérêt ces philosophies récentes de l’État présentent-elles pour l’histoire et la sociologie de l’État ? À condition de ne pas les appliquer comme autant de mantras qui reconduiraient une division du travail finalement peu engageante – d’un côté les philosophes méditant sur les cimes, de l’autre les artisans de la preuve historique –, ces idées ont de quoi stimuler l’imagination théorique. Elles obligent à considérer frontalement la tension entre l’universel et le particulier, les États dans l’État, à travers les modes de rationalisation comme les logiques des affects. À un moment où à un autre du travail sociohistorique, il est inévitable de relier ces régularités observables et situées à des référentiels anthropologiques aussi chargés de philosophie politique que la violence ou le consentement à la soumission. Sans mélanger les genres ni égarer les études de cas sur des chemins philosophiques qui ne mèneraient nulle part, l’une des entrées de ce dossier est d’observer à l’œuvre ces principes qui semblent transcender les périodes historiques, mais qui n’en sont pas moins « capturés » dans des situations déterminées.

Par-delà la violence légitime ?

  • 11 . Max Weber, Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2003, p. 118. Voir également : Cather (...)
  • 12 . Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1973.
  • 13 . Charles Tilly, Contrainte et capital dans la formation de l’Euripe, 990-1990, Paris, Aubier, 1993

6Les tentatives de définition de l’État s’organisent, depuis Max Weber, autour de la question de la violence. « L’État, écrivait le sociologue, est cette communauté humaine qui, à l’intérieur d’un territoire déterminé (le “territoire” appartient à sa caractérisation), revendique pour elle-même et parvient à imposer le monopole de la violence physique11 ». L’approche a fait florès et s’est imposée dans le commentaire comme dans l’analyse in situ des formes historiques de l’État. Norbert Elias, de son côté, a reconstitué l’appropriation progressive et légitimante de la violence physique par les structures de pouvoir : le procès de civilisation qu’il infère de la rationalisation des pulsions individuelles conduit à une centralisation étatique de la capacité de contrainte12. Bien que son approche ne se focalise pas sur la mise en relation des conduites individuelles et des dynamiques d’ensemble, Charles Tilly aboutit à une conclusion analogue : les États européens se sont formés par et grâce à la guerre, laquelle tend à surdéterminer par l’administration les frontières et l’identité de segments entiers de la vie sociale13. Ainsi la structuration étatique naît-elle ici de la violence guerrière.

  • 14 . Pierre Clastres, La société contre l’État. Recherche d’anthropologie politique, Paris, Éditions d (...)
  • 15 . Gérard Noiriel, Introduction à la sociohistoire, Paris, La Découverte, 2006, p. 62.
  • 16 . Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, (...)
  • 17 . Marie-Bénédicte Vincent, Serviteurs de l’État : les élites administratives en Prusse de 1871 à 19 (...)

7L’État résulterait donc d’un processus d’accaparement et de concentration des formes de domination physique, se stabilisant peu à peu depuis la fin du Moyen Âge. Les ethnologues ont fait leur miel de ce grand récit occidental. Ils disposaient d’une trame étalon pour mesurer les écarts avec les sociétés qu’ils découvraient. La recherche de Pierre Clastres est marquante à cet égard : il a ainsi soutenu l’idée qu’il existerait des organisations humaines sans État et que le pouvoir constituerait un universel plus à même de documenter les soubassements anthropologiques des sociétés14. Difficile de décentrer davantage le regard sur les formes de l’État. Pour autant, en histoire comme en sociologie historique comparée, l’idée que l’État est comme le centre de monopolisation de la violence physique reste dans l’ensemble peu contestée dans l’historiographie. Il n’empêche qu’elle a été précisée et rectifiée par d’innombrables monographies, qui pour certaines mettaient moins l’accent sur la seule question de la contrainte. On peut mentionner, par exemple, les développements récents de la sociohistoire, qui ont attiré l’attention sur les « instruments d’action à distance15 » par lesquels l’intervention étatique s’accomplit et est reconduite : outre les études sur les agents de l’administration16, le travail s’est centré sur les processus de qualification, de légitimation et d’attribution de tâches dévolues à l’État. Les services attendus au sein de l’État ou les répertoires de valeurs qui sous-tendent le service public sont autant d’objets attendus pour comprendre la logique de l’action publique. Parmi les références disponibles, les recherches de Marie-Bénédicte Vincent sur les élites administratives de Prusse révèlent la façon dont la transition entre l’Empire et la République de Weimar a considérablement transformé les carrières administratives et, partant, le rôle attribué à l’État17.

Avant l’État moderne

  • 18 . Voir : Jean-Philippe Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleter (...)
  • 19 . Mogens Herman Hansen, Polis. An Introduction to the Ancient Greek City-State, Oxford, Oxford Univ (...)
  • 20 . Ibidem, p. 3.
  • 21 . Mario Ascheri, « La cité-État italienne du Moyen Âge. Culture et liberté », Médiévales. Langues, (...)

8Le découpage classique des périodes historiques a parfois produit des réifications de la forme « État ». C’est ainsi que la période moderne a littéralement aspiré les analyses sur la genèse des structures étatiques telles que nous les connaissons. L’effet téléologique tend à rendre inéluctable l’État occidental. Si les synthèses récentes sur la genèse des États modernes essaient de réduire cette fatalité historique18, ce sont surtout les études sur les structures étatiques antérieures qui ont ouvert le cadre d’intelligibilité. On en trouve les linéaments chez Pierre Vidal-Naquet (sur la rationalité dans la cité grecque) ou Mogens Herman Hansen (sur la cité-État). Ces recherches ont souligné avec force l’idée d’une structuration précoce des ressources collectives et administratives dans la gestion des sociétés humaines19, tout en justifiant la nécessité de réfléchir sur les mutations de longue durée. Les institutions de la Grèce antique ont disparu, mais il en est resté un certain nombre de caractéristiques sociales, politiques, économiques et culturelles, qui se sont disséminées dans les organisations étatiques ultérieures20, ce qui ne s’est pas déroulé de façon mécanique ni linéaire. Il y a eu des accrocs et des à-coups. Entre autres brisures dans l’historiographie jusque-là lisse de l’étatisation, les cités-États médiévales italiennes ont retardé la formation étatique unifiée21.

  • 22 . Patrick Boucheron, Conjurer la peur. Sienne, 1338, Essai sur la force politique des images, Paris (...)

9L’histoire médiévale récente a profondément renouvelé les approches de l’État. La modernité ne constitue pas (ou plus) le point d’inflexion à partir duquel penser l’efficacité étatique. Il ne s’agit pas non plus de voir dans l’État du Moyen Âge une anticipation ou une épure de l’État moderne. La recherche de Patrick Boucheron sur la fresque du « Bon Gouvernement » à Sienne au XVIe siècle contribue à mieux comprendre les représentations des valeurs d’un État communal qui doit en permanence prouver, par l’action concrète, sa légitimité obsidionale. La puissance étatique est alors un discours autant qu’une pratique22. Les manifestations graphiques ou architecturales sont centrales ici pour interroger la montée en puissance d’un absolutisme dont la force gouvernementale s’incarnera notamment dans la France moderne.

Modernités plurielles de l’État

  • 23 . Jean-Philippe Genet, « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », Act (...)
  • 24 . Ibidem, p. 4.
  • 25 . Ibidem, p. 4.
  • 26 . Ibidem, p. 5.
  • 27 . Ibidem, p. 6.
  • 28 . Jacques Le Goff, « Introduction », dans Histoire de la France (sous la dir. d’André Burguière et (...)
  • 29 . Richard Bonney (dir.), Système économique et finances publiques, Paris, Presses Universitaires de (...)
  • 30 . Wolfgang Reinhard (dir.), Élites du pouvoir et construction de l’État, Paris, Presses Universitai (...)
  • 31 . Antonio Padoa-Schioppa (dir.), Justice et législation, Paris, Presses Universitaires de France, 2 (...)
  • 32 . Allan Ellenius (dir.), Iconographie, propagande et légitimation, Paris, Presses Universitaires de (...)
  • 33 . Loïc Wacquant, « La fabrique de l’État néolibéral. “Workfare”, ”Prisonfare” et insécurité sociale (...)
  • 34 . Jérôme Lamy, « Les sources libérales de la biopolitique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire c (...)
  • 35 . Emmanuel Didier, « L’État néolibéral ment-il ? “Chanstique” et statistiques de police », Terrain, (...)

10Les recherches sur l’État moderne ont également fait l’objet d’un profond renouvellement, en particulier par l’intermédiaire des programmes menés dans les années 1980 et 1990 par le CNRS et la fondation européenne de la science. Jean-Philippe Genet en a rendu compte en 1997 dans un article fouillé des Actes de la recherche en sciences sociales23. Les analyses croisées des différents intervenants ont eu pour mérite de stabiliser une définition de l’État moderne. Entendu comme « forme d’organisation sociale qui, au nom de sa propre légitimité, garantie sa propre sécurité et celle de ses membres/sujets24 » à l’aide d’instruments de justice et d’action militaire, l’État moderne combine un recours à la « fiscalité publique25 »consentie, une « société politique26 », un élargissement de la surface territoriale au-delà de la cité et une mobilisation de tous les individus concernés. Cette définition a été le prélude à une analyse des genèses possibles de l’État moderne : l’épaisseur temporelle a été privilégiée, puisque c’est entre le XIIIe et le XIVe siècle que les éléments essentiels d’une constitution étatique ont été repérés. Les liens entre féodalisme, chrétienté et développement économique ont dès lors fait l’objet d’une attention soutenue27. Cette chronologie a été confortée dans le volume de l’Histoire de la France consacré à « la longue durée de l’État » : Jacques Le Goff y soutient qu’en France, « l’État émerge lentement entre le Xe et le XIIIe siècle. Il s’affirme dans un long XIIIe siècle qui va de Philippe Auguste (…) au dernier des fils de Philippe le Bel28 ». Tout en écartant les risques d’une approche trop réduite aux particularismes nationaux, ces perspectives ont été l’occasion d’une floraison particulièrement riche d’études novatrices : finances publiques29, place des élites30, importance des instruments juridiques31 et multiplicité des processus de légitimation32 sont autant d’aspects des modernités étatiques à documenter. D’autres recherches sur l’État contemporain ont pris le relais. Les transformations néolibérales du gouvernement et de la maîtrise de la puissance publique sont les sources d’une littérature considérable. Emblématiques de cette matrice de questions, les recherches de Loïc Wacquant sur la gestion sécuritaire des prisons montrent le remodelage néolibéral des pratiques étatiques33. La puissance normative défendue par les tenants de la doxa néolibérale reconfigure non seulement les manières de considérer les rapports entre les individus34 en essentialisant le principe d’une concurrence généralisée, mais également les façons de gouverner par les données renseignant sur l’état de la population35.

Une histoire longitudinale de la forme « État »

11Ne nous méprenons pas : ce dossier n’ambitionne en aucun cas de stabiliser pour toujours une définition transhistorique de ce que serait l’État. Non seulement la tâche serait démesurément immense, mais aussi probablement vaine. Il ne pourrait résulter de ce travail d’entomologie des configurations étatiques qu’un tableau fatalement incomplet et décevant. On n’en viendra donc pas à bout, et tant mieux. Notre but est autre. Nous souhaitons bien plutôt documenter des manifestations à la fois situées et propices à la généralisation sociohistorique de la forme « État ». Quelles sont les formes reconnaissables d’expression d’un pouvoir relativement centralisé ? Comment se forment et se décomposent les structures bureaucratiques ? Dans quels domaines s’exprime l’effort public d’une maîtrise et d’un contrôle publics des personnes et des choses ? Ce sont les productions historiques de configurations spécifiques de l’État qui occupent le cœur de ce dossier.

12Dans un article consacré aux royaumes hellénistiques, Laurent Capdetrey donne chair à cet ensemble de questionnements. Il montre comment, dans l’Antiquité, la forme « État » s’est construite à partir d’un souci de protection et de sécurisation du territoire. La structuration d’un pouvoir centralisé, par une administration spécialement dédiée, s’accompagne de la fondation d’une souveraineté royale construisant sa domination dans le long terme. Jérémie Ferrer-Bartomeu propose ensuite une étude de la production et de la circulation des informations politiques dans les arcanes de l’administration royale française aux XVIe et XVIIe siècles. La naissance d’une bureaucratie dédiée se double d’une mutation rapide de leurs rôles, puisque les secrétariats de la monarchie doivent concentrer leur attention sur le souverain lui-même, placé au centre du dispositif politique. Dans l’article qu’il consacre à l’étude des rapports entre science et État en France, du XVIe au XXe siècle, Jérôme Lamy étend et historicise le concept de régime régulatoire. La combinaison d’une administration spécialisée, d’un cadre professionnel stabilisé, d’une série de valeurs centrée sur la légitimité étatique ainsi que le recours au droit, forme le substrat d’une régulation publique des pratiques scientifiques informant l’action publique. De la maîtrise du territoire et de ses sous-sols à l’époque moderne jusqu’au gouvernement par les normes au XXe siècle, en passant par la gestion et le contrôle des populations, c’est un ensemble conséquent d’inflexions dans la façon de réguler l’activité étatique qui est disséqué. Émilien Ruiz, enfin, analyse les discours successifs, tenus tout au long des XIXe et XXe siècles, pour contester le nombre jugé trop important de fonctionnaires. Il met en évidence les variations importantes des soubassements politiques sous-tendant ces appels à la réduction du nombre d’agents de l’État. Dans un mouvement contradictoire, cette prolifération des dénonciations du nombre de fonctionnaires marque l’acceptation progressive de leur présence dans la structure de l’État. Par touches successives, ce sont donc les contours et les états d’une forme historique qui apparaissent de nouveau. Ce qui justifie d’enquêter encore.

Top of page

Notes

1 . Saint Augustin, Confessions, Livre XI, chapitre XIV, 17.2.

2 . Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Le Seuil, 1994, p. 99-133 ; Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Raisons d’Agir, Le Seuil, 2012.

3 . Arnault Skornicki, La grande soif de l’État. Michel Foucault avec les sciences sociales, Paris, Les Prairies ordinaires, 2015, p. 67.

4 . Ibidem, p. 102.

5 . Ibidem, p. 113.

6 . Ibidem, p. 151.

7 . Ibidem, p. 191.

8 . Frédéric Lordon, Imperium. Structures et affects des corps politiques, Paris, La Fabrique, 2015, p. 111.

9 . Ibidem, p. 111.

10 Ibidem, p. 115.

11 . Max Weber, Le savant et le politique, Paris, La Découverte, 2003, p. 118. Voir également : Catherine Colliot-Thélène, « La fin du monopole de la violence légitime ? », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 34, n° 1, 2003, p. 5-31 et Marian Eabrasu, « Les états de la définition wébérienne de l’État », Raisons politiques, n° 45, 2012, p. 187-209.

12 . Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

13 . Charles Tilly, Contrainte et capital dans la formation de l’Euripe, 990-1990, Paris, Aubier, 1993.

14 . Pierre Clastres, La société contre l’État. Recherche d’anthropologie politique, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

15 . Gérard Noiriel, Introduction à la sociohistoire, Paris, La Découverte, 2006, p. 62.

16 . Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998 ; Émilien Ruiz, « Compter : l’invention de la statistique des fonctionnaires en France (années 1890-1930) », Sociologie du Travail, vol. 53, n° 2, 2010, p. 212-233.

17 . Marie-Bénédicte Vincent, Serviteurs de l’État : les élites administratives en Prusse de 1871 à 1933, Paris, Belin, 2006.

18 . Voir : Jean-Philippe Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, Presses Universitaires de France, 2003 ; Jean-Philippe Genet, « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 118, 1997, p. 3-18 ; Jean-Marie Constant, Naissance des États modernes, Paris, Belin, 2008 ; Jean Kerhervé, Histoire de la France : la naissance de l’État moderne, 1180-1492, Paris, Hachette, 2004 ; André Burguière, Jacques Revel, Histoire de la France, la longue durée de l’État (dirigé par Jacques Le Goff), Paris, Le Seuil, 2000 ; Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1993.

19 . Mogens Herman Hansen, Polis. An Introduction to the Ancient Greek City-State, Oxford, Oxford University Press, 2006.

20 . Ibidem, p. 3.

21 . Mario Ascheri, « La cité-État italienne du Moyen Âge. Culture et liberté », Médiévales. Langues, Textes, Histoire, vol. 48, 2005 [en ligne, consulté le 10 février 2017].

22 . Patrick Boucheron, Conjurer la peur. Sienne, 1338, Essai sur la force politique des images, Paris, Le Seuil, 2013 ; Patrick Boucheron, « “Tournez les yeux pour admirer, vous qui exercez le pouvoir, celle qui est peinte ici”. La fresque du Bon Gouvernement d’Ambriogio Lorenzetti », Annales. Histoire, Sciences sociales, 60e année, n° 6, 2005, p. 1137-1199.

23 . Jean-Philippe Genet, « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 118, 1997, p. 3-18.

24 . Ibidem, p. 4.

25 . Ibidem, p. 4.

26 . Ibidem, p. 5.

27 . Ibidem, p. 6.

28 . Jacques Le Goff, « Introduction », dans Histoire de la France (sous la dir. d’André Burguière et Jacques Revel), La longue durée de l’État (sous la dir. de Jacques Le Goff), Paris, Le Seuil, 2000, p. 8.

29 . Richard Bonney (dir.), Système économique et finances publiques, Paris, Presses Universitaires de France, 1996.

30 . Wolfgang Reinhard (dir.), Élites du pouvoir et construction de l’État, Paris, Presses Universitaires de France, 1996.

31 . Antonio Padoa-Schioppa (dir.), Justice et législation, Paris, Presses Universitaires de France, 2000.

32 . Allan Ellenius (dir.), Iconographie, propagande et légitimation, Paris, Presses Universitaires de France, 2001.

33 . Loïc Wacquant, « La fabrique de l’État néolibéral. “Workfare”, ”Prisonfare” et insécurité sociale »,  Civilisations. Revue internationale d’anthropologie et de sciences humaines, vol. 59, n° 1, 2010, p. 151-174.

34 . Jérôme Lamy, « Les sources libérales de la biopolitique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 123, 2014, p. 57-72.

35 . Emmanuel Didier, « L’État néolibéral ment-il ? “Chanstique” et statistiques de police », Terrain, n° 57, 2011, p. 66-81.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jérôme Lamy and Arnaud Saint-Martin, « L’État dans tous ses états. Esquisse de définition », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 134 | 2017, 11-20.

Electronic reference

Jérôme Lamy and Arnaud Saint-Martin, « L’État dans tous ses états. Esquisse de définition », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 134 | 2017, Online since 01 April 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5696

Top of page

About the authors

Jérôme Lamy

(CNRS, CERTOP, Université Toulouse Jean-Jaurès)

By this author

Arnaud Saint-Martin

(CNRS, PRINTEMPS, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page