Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet et Jérôme Lamy
p. 5-8

Texte intégral

1Les temps troublés qui sont les nôtres appellent une réflexion historique exigeante et patiente. Si la haine identitaire affleure dans les votes et si la parole raciste se fait décomplexée, la réponse des historiennes et des historiens doit être ferme et forte. C’est tout le projet d’histoire critique que portent les Cahiers d’histoire et que nous nous efforçons, numéro après numéro, de construire et de défendre. Il s’agit donc de nouer à la fois un point de vue scientifique informé sur les manières d’administrer la preuve (et l’on sait à quel point cette pratique est indispensable aux historien-nes) et une analyse politiquement structurée des rapports de force qui organisent le monde. Cette attitude critique est au cœur de ce numéro 134 des Cahiers d’histoire. Le dossier interroge l’État en tant qu’objet historique construit sur le long terme. L’enjeu est de relever les configurations politiques, sociales, économiques et culturelles qui ont modelé la forme « État ». Dans cette perspective, Laurent Capdetrey interroge la constitution antique de l’État : la maîtrise du territoire ainsi que sa délimitation constituent les linéaments d’une structuration étatique développant des administrations dédiées. Jérémie Ferrer-Bartomeu, quant à lui, examine la façon dont, au début de l’époque moderne, la bureaucratie royale a constitué un point d’appui essentiel à l’étatisation du pouvoir. C’est dans les actes administratifs les plus variés que se construisent les instruments politiques de l’action publique. Émilien Ruiz explore l’antienne du « trop de fonctionnaires » qui, à l’époque contemporaine, organise les réflexions des dirigeants politiques. Le discours visant à réduire le nombre des agents publics s’est heurté à des besoins contradictoires de l’appareil d’État. Enfin, Jérôme Lamy analyse, sur le long terme, l’histoire des formes de régulation entre État et pratiques scientifiques destinées à le soutenir dans sa constitution et son fonctionnement.

2Voici donc, posée dans une perspective analytique ample, la question centrale de l’État dans nos sociétés. Les rapports de force, les effets de domination, les puissances politiques, noués dans les configurations historiques successives, donnent à voir les voies complexes d’une gestion des communs.

3La rubrique « Chantiers » présente un texte de la spécialiste des organismes internationaux, Chloé Maurel. Ici, il s’agit bien de l’intervention de l’UNESCO, mais aussi de puissance et d’intervention de l’État puisque que le « festival des arts nègres de Dakar » a été voulu et soutenu par le président sénégalais Léopold Sédar Senghor. Cette grande rencontre de la culture africaine de l’ensemble du globe a rassemblé plus de 2 500 artistes et près d’une quarantaine de pays, dont trente États d’Afrique. Il s’agit donc bien à la fois de l’affirmation de la puissance des États africains, récemment sortis de la dépendance coloniale, en même temps que de la mise en œuvre de la « négritude », concept qui transcende les appartenances nationales. L’article évoque l’effervescence d’une époque pleine d’espoirs au cours de laquelle les chefs d’État africains utilisent leur pouvoir politique, la puissance de l’État, pour affirmer la singularité en même temps que la richesse des cultures « nègres ». Ces cultures doivent, à travers le festival, gagner en notoriété et être reconnues comme participant de la « civilisation de l’universel ».

4L’importance que nous accordons à l’histoire de l’Afrique se retrouve dans « Métiers ». Dans la rubrique « Transmettre », nous avons souhaité présenter le sujet d’histoire proposé aux concours des Écoles normales supérieures et de l’École des Chartes : « L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962 ». Nous nous réjouissons que les liens entre la France et l’Afrique, à travers les multiples dimensions de la colonisation, mais aussi des rivalités des puissances pour y défendre leurs intérêts, soient mis au cœur de la formation des jeunes étudiant-es. Joëlle Alazard, professeure d’histoire préparant à ces concours, a bien voulu nous donner son analyse du sujet. Catherine Coquery-Vidrovitch commente pour les lecteurs des Cahiers quelques livres qui lui paraissent particulièrement nécessaires à la compréhension des enjeux. Les études neuves ne manquent pas, comme l’a montré récemment notre dossier sur la longue durée de l’histoire africaine1. Nous poursuivrons ce passionnant enrichissement de l’histoire africaine en retrouvant Catherine Coquery-Vidrovitch et l’exposition du musée du Quai Branly, « L’Afrique des routes », dans une prochaine livraison de « Transmettre2 ». Et au-delà, de futurs dossiers permettront de partager avec nos lectrices et lecteurs les recherches récentes sur les innovations politiques et culturelles des indépendances et les dramatiques échecs économiques et démocratiques des dernières décennies dans ce vaste continent.

5Dans « Débats », nous avons choisi d’interroger Michelle Zancarini-Fournel à propos de son dernier ouvrage, Des luttes et des rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours. L’historienne revient sur son choix de constituer une histoire « par en bas », des luttes mais aussi de « la suite des jours », en même temps qu’une histoire accessible à un public large. Une histoire qui donne à penser le sens du « populaire », en écho à l’usage renouvelé du mot, désormais « écho monde3 ». Nous nous saisissons de cette grosse somme de près de 1000 pages, découpée en grands chapitres chronologiques, qui s’inscrit dans une voie historiographique féconde. Elle ne se contente pas de contrer le récit national téléologique ; elle offre des outils de compréhension nouveaux en montrant une société française constamment en interaction avec des mondes parfois très lointains. Il s’agit d’une histoire de la France qui prend le large. De l’attention portée à l’exil des protestants du XVIIe siècle à l’étude des réseaux de circulation des indiennes au XVIIIe siècle, sans parler des circuits liés aux colonisations, aux exils politiques, aux migrations du travail des XIXe et XXe siècles, l’histoire de la France apparaît comme constamment faite d’interactions entre des hommes d’ici et d’ailleurs qui transforment ses équilibres. Le renouveau des publications d’histoires de France ou d’histoires de « la » France traduit un intérêt vif pour une compréhension globale d’un devenir collectif, sans que celui-ci ait nécessairement à voir avec la fresque, héroïque, figée et volontiers exclusive du roman national : aussi l’association des Ami-es des Cahiers, qui soutient désormais les activités de la rédaction, proposera-t-elle un échange autour de ce questionnement partagé : « Quelle histoire critique de (la) France ?4 ». Ami-es lecteurs, lectrices, nous vous rappelons l’existence de cette association qui compte sur votre soutien actif5.

6Vous retrouverez ensuite dans les Cahiers notre rubrique cinéma et histoire, « Un certain regard». Ici, c’est le film de Gilles Perret, La Sociale, dont notre collègue Nelcya Delanoë salue la capacité à rendre émouvant un sujet qui peut paraître a priori austère, l’histoire de la Sécurité sociale de 1945 à nos jours. Le film est un hommage à Ambroise Croizat, qui a su imposer cette création, mais aussi à tous les militant-es qui localement ont mis en place les caisses départementales, tel Jolfred Fregonara, militant CGT de 96 ans à l’époque du tournage, chargé de la mise en place des caisses de Sécurité sociale en Haute-Savoie en 1946. « Une des lumières de ce documentaire » écrit l’auteur, qui rappelle en conclusion l’ambition communiste de Croizat, « Vivre sans l’angoisse du lendemain, […] en cotisant selon ses moyens et en recevant selon ses besoins ». Après la revue des livres qui traduit la diversité de l’histoire en train de se faire, nous proposons un parcours dans l’actualité des suggestions historiennes qui associe savoirs historiens, mémoires, inventivité romanesque, graphique, filmique. « Les Cahiers recommandent » nous font faire le tour du monde des voix qui disent les injustices subies en même temps qu’une inaltérable soif de justice, des hobos, vagabonds des marges étasuniennes, à la figure contemporaine construite par Ken Loach d’un Daniel Blake, travailleur broyé par les injonctions invivables de la « personnalité bureaucratique ». Retour donc aux figures historiques prises par l’État, question cruciale de notre présent, dont les historien-nes retrouvent l’acuité dans le contexte de crise économique et démocratique de notre temps. Les prochains dossiers des Cahiers poursuivront cette exploration, des ambitions du Front populaire quant aux enjeux de la culture et, singulièrement, de l’exposition universelle de 1937, à celle des révolutions européennes de 1917 aux années 1920, en passant par l’articulation des sciences et des pouvoirs à l’époque moderne. Autour de ces dossiers, nous préparons des rendez-vous autour desquels nous souhaitons vous rencontrer, lecteurs, lectrices, ami-es curieux et critiques, de ce 17 juin 2017 à un riche automne qui passera par le Village du livre de la fête de l’Humanité, les tables rondes des Rendez-vous de l’histoire de Blois et les 5e Rencontres d’histoire critique à Gennevilliers les 23-24-25 novembre 2017, pour penser ensemble histoire et « Révolution(s) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet et Jérôme Lamy, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 134 | 2017, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet et Jérôme Lamy, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 134 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5695

Haut de page

Auteurs

Anne Jollet

Articles du même auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page