Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Fanny Gallot, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société

Paris, La Découverte, 2015, 288 p.
Claudette Toulmonde
Référence(s) :

Fanny Gallot, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société, Paris, La Découverte, 2015, 288 p.

Texte intégral

1L’auteure mène une étude ambitieuse sur la vie et les luttes des ouvrières, en particulier celles des entreprises Moulinex et Chantelle, de 1968 aux années 2000. Il s’agit d’une recherche sociohistorique d’envergure, poursuivant sur le plan historique les études fondatrices de la philosophe Judith Butler, qui a montré « comment les normes de genre […] produisent les corps et les identités genrés ».

2Fanny Gallot s’interroge à leur propos en posant deux questions : comment les ouvrières ont-elles mis en œuvre leur capacité à agir et comment les identités de genre et de classe ont-elles été modifiées ? Elles appartiennent « aux classes populaires », peu intégrées à la société et aussi très éloignées de la « culture savante ». L’étude s’articule en douze chapitres, reposant sur des sources nombreuses, rares et d’origines multiples. Certaines sont écrites et variées (gouvernementales, patronales, syndicales, militantes et individuelles), d’autres sont orales, souvent des entretiens auprès des ouvrières, enfin les dernières sont audiovisuelles et filmiques.

3Le choix de la période correspond à la mutation de la géographie industrielle de la France dans le cadre de la décentralisation gouvernementale volontariste afin de répondre à une meilleure répartition de l’activité sur l’ensemble du territoire. Il s’agit essentiellement d’installer de nouveaux sites de fabrication, à Saint Herblain pour lentreprise Chantelle et à Alençon pour Moulinex, car les sièges sociaux restent en Île-de-France. Cette réorganisation a conduit à l’entrée des femmes dans l’emploi industriel dont elles étaient encore très souvent écartées, sauf dans certains secteurs comme le textile ou la confection. Le patronat a su utiliser les disparités entre ouvriers et ouvrières en les accentuant, car en milieu rural l’ignorance du travail industriel s’ajoute à une sortie d’études plus précoce. De plus, il prêtait aux femmes des compétences « naturelles » d’habileté et de précision, mais qu’il n’était pas nécessaire de rémunérer mieux, car le recours à des travailleuses non qualifiées ou n’ayant qu’une formation professionnelle réduite, comme un CAP coiffure ou couture, se combinait à des salaires toujours inférieurs. Enfin, les ouvrières n’ayant ni formation ni tradition syndicale, les entrepreneurs les espéraient plus dociles que les hommes.

4L’étude porte sur cette génération entrant dans le monde du travail dans les années 1968, mais constituant aussi la seule génération d’ouvrières de l’industrie. La période retenue est remarquable, car elle débute en s’inscrivant dans le contexte général de la décennie de contestation suivant Mai 68, même si la plupart des ouvrières rencontrées par l’auteure n’ont pas participé au mouvement. Elle s’achève après des décennies de carrières ponctuées par des luttes, avec les fermetures des usines accompagnant la désindustrialisation.

5Au même moment, une nouvelle figure de la mère apparaît. Alors que jusqu’en 1962 la politique familiale favorisait les mères restant à la maison et que la législation accordait des congés de maternité, la maîtrise de la fécondité est désormais encouragée. Aussi ces femmes se sont-elles posé la question de continuer ou d’arrêter de travailler après le mariage ou la première naissance. Or, elles ont choisi de garder leur activité, en raison de la dévalorisation du statut de la femme au foyer. Il s’est produit dans ces années un changement de normes sociales et de mentalités qui a conduit à une redéfinition des rôles de genre et de classe. L’accès à la contraception et à l’avortement dans les années suivantes change le regard sur la place de la femme dans la société. C’est sur leur lieu de travail que les ouvrières vont en parler et revendiquer des congés pour enfants malades ou au moment de la rentrée scolaire.

6Pour les féministes, souvent perçues comme « intellos » et parisiennes, le refus de la maternité non désirée va susciter des divergences entre organisations syndicales à propos de l’articulation entre lutte des classes et lutte des femmes. Une nouvelle question se pose alors : comment concilier le travail et la maternité ? La notion de « double journée de travail » pour les femmes se développe alors, mais le patronat l’utilise aussi, en l’ajoutant à une inaptitude physique supposée, pour opérer une discrimination à l’encontre des femmes en les confinant dans des postes subalternes empêchant l’égalité d’accès aux emplois supérieurs et donc aux mêmes salaires que les hommes.

7La dureté du labeur est un élément discriminant entre ouvriers et ouvrières, et la division du travail a conduit à des maux spécifiques. Mais les conditions de travail sont maintenant prises en compte indépendamment, malgré les persistances des préjugés. La « crise de nerfs » est encore considérée dans les années 1970 comme spécifiquement féminine : qu’il s’agisse de « fatigue nerveuse » ou de « dépression nerveuse », cette souffrance est d’abord considérée comme liée aux contraintes de temps dans le travail et à la double journée liée au travail domestique. Mais c’est parfois aussi le point de départ d’une revendication ou d’une grève.

8L’usine est également un lieu de convivialité, résultat de discours paternalistes et dœuvres sociales ainsi que de politiques économiques. Au xixe siècle, le paternalisme a pour but de maintenir l’ordre patriarcal en liant le lieu de travail et le domicile. L’usine est alors ressentie, à travers les réunions festives – « apéro », arbre de Noël, etc. – comme un lieu de vie qui contribue à forger l’unité de ces femmes dans les ateliers. La fête des « catherinettes » a traversé les années tout en se transformant. Cette fête traditionnelle, si elle a plus de résonnance dans le milieu rural qu’en ville, fut aussi un enjeu entre les syndicats CGT et CFDT. La médaille du travail, remise solennellement aux ouvrières les plus anciennes et méritantes, est accueillie différemment au fil du temps, car plus que la mise à l’honneur, c’est la remise du chèque qui importe.

9Après 1968, le « néopaternalisme » s’adresse aux ouvrières à deux titres, d’une part comme consommatrices en les valorisant, d’autre part comme salariées en les maintenant dans un statut subalterne. L’utilisation du terme « les filles » dit bien cette dépendance que ne recouvre pas l’appellation « les gars ». L’expression « fille d’usine » a souvent été péjorative et synonyme de « fille facile ». La transposition du langage familial à l’atelier montre le rapport de pouvoir et de discipline instauré. De plus l’utilisation de « mes filles » infantilise les ouvrières, tout comme l’utilisation de leur beauté comme un critère de virilité des chefs d’atelier.

10Dans les années 1990, la dignité devient un facteur de mobilisation dans les luttes syndicales des ouvrières. Ainsi, celles contre le harcèlement sexuel (autre nom du droit de cuissage), qui ne fut nommé ainsi qu’après la publication d'un livre sur ce sujet par Marie-France Irrigoyen. Ces combats de la dignité n’étaient pas une nouveauté, comme Simone Weil le notait déjà à la fin des années 1930 dans La condition ouvrière, mais l’exigence de meilleurs salaires va s’accompagner de revendications d’une égalité professionnelle avec leurs compagnons puis, dans l’esprit du slogan « travail égal, salaire égal », l’établissement d’une égalité réelle entre hommes et femmes.

11Les combats des féministes ont permis de différencier les luttes des ouvrières en permettant de distinguer entre « grève de femmes » et « femmes en grève », comme l’a mis en évidence Margaret Marouani. Ces ouvrières sont ainsi sorties de l’anonymat où elles ont été longtemps confinées. La syndicalisation des ouvrières est un fait minoritaire : se sentant peu représentées, elles sont peu tentées par l’action syndicale au quotidien. D’autre part, celles qui militent n’ont souvent que peu de responsabilités et leur nombre se raréfie au fur et à mesure que l’on s’élève dans les structures. Cependant, avec la « génération 1968 » on voit leur nombre s’accroître. Pour les syndicalistes hommes, les grèves des ouvrières sont souvent incompréhensibles car ne reprenant pas leurs critères habituels de revendications de salaires, mais mettant davantage l’accent sur les conditions de travail. Or, même si la syndicalisation des ouvrières reste faible, une solidarité de genre s’ajoute à la solidarité de classe.

12Les fermetures des usines et le cortège de licenciements collectifs font voler en éclats les vies au travail mais aussi hors travail. La génération de ces femmes entrées ensemble à lusine dans les années 1970 est touchée très violemment, car c’est toute une vie de travail et de luttes qui est anéantie. Elles passent brusquement d’un temps trop plein à un temps où l’ennui s’installe et où le retour à la maison est vécu comme un recul. Cette « souffrance morale » n’est pas spécifique, mais elle provoque bien des maladies et dépressions. Il est donc important de conserver ces paroles d’ouvrières, car ces femmes sont peu à peu parvenues à peser sur les enjeux de société, même si sur le plan médiatique le registre est encore trop souvent celui de l’émotion. Aussi ne peut-on adhérer à l’affirmation selon laquelle les ouvrières de cette génération sont « manichéennes, désuètes et surannées ».

13L’auteure est maître de conférences à l’université de Paris-Est-Créteil. Ce livre est issu de sa thèse conduite sous la direction de Michelle Zancarini-Fournel, primée en 2013 par l’Institut du genre du CNRS. Cet ouvrage majeur, s’appuyant sur des sources multiples analysées avec beaucoup de soin, présente des contradictions vécues et en tire de multiples conclusions, souvent originales, sur les capacités d’action de ces femmes qui, au fil des années, ont accompli une révolution silencieuse en changeant le travail et la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudette Toulmonde, « Fanny Gallot, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5653

Haut de page

Auteur

Claudette Toulmonde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page