Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Claire Judde de Larivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511

Paris, Fayard, coll. « L’épreuve de l’histoire », 2014, 355 p., 22 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Claire Judde de Larivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511, Paris, Fayard, coll. « L’épreuve de l’histoire », 2014, 355 p.

Texte intégral

1Voilà un livre qui fera date, à n’en pas douter, dans l’historiographie. L’objet saisi comme la méthode mise en œuvre, le mode de restitution comme les approches théoriques auxquelles il s’adosse, tout concourt à une œuvre majeure dans le champ de l’histoire.

2Le point de départ que prend Claire Judde de Larivière est à la fois singulier et banal : le 27 janvier 1511, sur l’île de Murano, près de Venise, lors du passage de relais entre deux podestats de Venise, une partie des personnes présentes se mettent à lancer des boules de neige, notamment depuis le campanile, sur le représentant de la Sérénissime quittant l’insularité. Chassé sur le rythme d’une chanson au refrain ravageur (« Chasse ce chien qui a ruiné Muran ! »), Vitturi traverse la lagune, humilié et meurtri. L’événement est exceptionnel en ce que les manifestations visant directement le pouvoir de Venise et ses représentants ne sont pas si fréquentes. Mais l’épisode est aussi marqué du sceau de la banalité en ce que cette révolte glacée n’a rien d’un déchaînement mortifère de violence. Claire Judde de Larivière entreprend donc à partir de cet événement « exceptionnel normal » (pour reprendre l’heureuse expression d’Edoardo Grendi) de reconstituer les strates sous-jacentes d’une tectonique sociale et politique complexe, clivée, fracturée par endroits et recouverte de mille ajustements quotidiens. L’auteure propose d’abord une vue grand angle sur l’île de Murano : la territorialisation des pratiques artisanales et agricoles marque le paysage lagunaire. Les verriers constituent la catégorie la plus fortunée, mais aussi la plus stratifiée de l’île. Les fours qui ne s’arrêtent que l’été organisent le tissu social de la production verrière ; les maîtres ont une équipe autour d’eux (travailleurs, souffleurs, préparateurs, apprentis) et les femmes ne semblent pas exclues des relations hiérarchiques. Murano est aussi un lieu réputé pour ses jardins et ses productions végétales. Le nord de l’île consacre la présence des pêcheurs dans le paysage : exploitation de bassins naturels et travail dans la lagune constituent les deux activités de prélèvements. Lîle-ville est organisée en ruelles, rues et surtout ponts, qui permettent une circulation dense ; c’est cette dernière qui donne à Murano son identité incertaine entre artisanat spécialisé, agriculture vivrière et pêche locale. Venise est le point de ralliement de la lagune, le centre politique et industrieux de l’espace aqueux. Les habitants de Murano ont donc une double appréhension de ce voisinage encombrant : une certaine distance vis-à-vis des intrusions jugées inappropriées et le sentiment d’une commune appartenance à la géographie morcelée de la lagune.

3Murano est aussi une communauté politique bien structurée : le podestat, renouvelé tous les seize mois et représentant la Sérénissime, est le garant des équilibres fragiles (notamment concernant les ressources) du bassin maritime, les Muranais ont leurs institutions (l’assemblée générale [arengo], le conseil des Trente et les magistrats), et certains citoyens ont des fonctions spécifiques (le chancelier, le crieur public). Jusqu’au prélèvement de certaines taxes, la vie communautaire implique concrètement les habitants dans le gouvernement de leur île. Bien sûr, les hiérarchies ne disparaissent pas et les rapports de force ne sont pas renversés par ce partage politique, mais la chose publique n’est pas indifférente aux membres de la communauté muranaise.

4Une fois l’arrière-plan exploré, Claire Judde de Larivière décrit avec minutie les événements du 27 janvier 1511. La passation de pouvoir entre les podestats est un rituel politique qui respecte une grammaire précise : membres du conseil des Trente, population de Murano, patriciens de Venise, c’est un composé d’ordres sociaux qui se rassemble. Les archives permettent de comprendre combien les élites sont aveugles à la bigarrure du peuple ; elles sont incapables de discerner les structures fines du corps social. À l’inverse, le peuple de Murano est parfaitement conscient des puissances politiques, de leurs rôles et de leurs hiérarchies. Le déchaînement gelé de boules de neige déstabilise l’ordonnancement politique jusqu’ici immuable : les puissants sont ridiculisés, le clocher sert de point de contestation, le brouillage des frontières est paroxystique en cet instant.

5Claire Judde de Larivière restitue l’état des tensions qui animent l’Italie du Nord (et la lagune en particulier) au début du xvie siècle : les guerres d’Italie ont fait surgir des remugles xénophobes, des craquelures se font jour à la surface des relations muranaises, les alliances géopolitiques se réfractent jusque dans les arrière-boutiques des artisans locaux. Le rôle du podestat Vitturi (qui lève des sommes importantes pour la guerre) n’est pas neutre, bien évidemment, dans cette lente accumulation des récriminations. C’est aussi parce que les Muranais disposent d’un certain sens de la justice (construit à partir de leurs pratiques juridiques locales négociées avec Venise) qu’ils peuvent faire montre d’une certaine exaspération à l’endroit du podestat. La montée des tensions est corrélative à une quasi-rupture de cadre de l’édile : l’histoire pragmatiste ici mise en œuvre permet de cerner les épreuves qui travaillent une activité de justice communément admise et soudainement débordée lorsque le sens profond de la loi semble transgressé.

6Le procès révèle enfin comment les habitants mis en cause (et notamment le crieur Antonio Malcanton) mettent en scène leur défense. La justice vénitienne ne désire pas attirer l’attention sur un événement qui, selon qu’elle le criminalise ou non, étendrait sa portée politique. Les justiciables connaissent le prix d’une rébellion. C’est sur cette forme quasi entendue de déflation politique des gestes adressés au podestat que la concorde s’opère. Les prévenus sont relâchés, l’affaire est délestée de sa potentialité subversive.

7En déployant toutes les nappes de singularité d’un événement comme la révolte des boules de neige de Murano, Claire Judde de Larivière est parvenue à construire une histoire sociale et politique totale : prenant l’épisode comme un fait dont la profondeur et l’épaisseur renseignaient non pas seulement sur ses causes, mais sur les conditions de sa possibilité, l’historienne restitue les coordonnées mouvantes d’une politisation du peuple. C’est dans cette attention aux scintillements de surface comme aux mouvements tectoniques que l’enquête se révèle tout à la fois exaltante, pertinente et passionnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Claire Judde de Larivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5645

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page