Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Lévi-Strauss en socialisme

Vincent Chambarlhac
p. 83-99

Résumé

Tristes Tropiques commence par un chapitre intitulé : « La fin des voyages ». Mais pourquoi les voyages sont-ils au juste finis et pourquoi le Brésil est-il un lieu privilégié pour la vérification de cette fin ? Ces deux questions en présupposent une autre : qu’est-ce que voyager si on entend par là non pas simplement un déplacement des corps mais une aventure de l’esprit1 ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  Daniel Fabre, « L’ethnologie française à la croisée des engagements », In Jean-Yves Boursier et al (...)

1Claude Lévi-Strauss fut militant socialiste de 1927 à 1936 ; il n’était pas encore anthropologue. La réussite du savant après-guerre occulte l’activité passée du politique. La reconnaissance et la position du premier dans le champ scientifique tiennent au renoncement à tout combat partisan du second. L’affirmation médiatique du socialisme de Lévi-Strauss est le fait -en 1974- de Georges Lefranc, alors historien du socialisme français, naguère militant de la S.F.I.O. au sein du groupe Révolution constructive, auquel Claude Lévi-Strauss appartenait. Ce dernier n’a jamais nié ces années militantes, les évoquant dans de nombreux entretiens radiophoniques ou de presse écrite. Ces propos participent pourtant d’un art de la parenthèse ; chaque lecture rétrospective donnée rappelle le caractère insignifiant de cet engagement en regard de l’œuvre à venir, comme l’échec d’une ambition personnelle à devenir le philosophe officiel de la S.F.I.O. Puisque l’engagement n’est pas tu mais anodin, il n’est pas nécessaire de le dévoiler. Cette stratégie discursive affirme ainsi une coupure radicale entre le savant et le politique. Dans cette disjonction, seule la figure du militant est en jeu ; son échec, et la naïveté d’ambitions rétrospectivement confessées par le savant, valide cette seconde facette de l’homme. L’étrangeté du socialisme de Claude Lévi-Strauss naît de cette gestion des réminiscences de son passé militant dans le récit de son itinéraire scientifique. Pourtant, la minoration de ce passé militant n’appartient pas seulement au regard rétrospectif de l’homme sur son œuvre, elle questionne de façon plus large, le processus cathartique de fondation de l’anthropologie française après-guerre2. L’oubli de l’engagement -à tout le moins sa constante minoration- serait alors le prix à payer pour la reconnaissance de l’anthropologue après-guerre.

  • 3  Ce travail poursuit une recherche sur les liens tissés entre socialisme et sciences sociales nouée (...)

2Questionner Lévi-Strauss en socialisme ne revient pas à porter l’accent sur ce qu’un engagement préfigure éventuellement d’une œuvre et d’une pensée à venir3. Une première configuration intellectuelle s’esquisse dans laquelle l’invention de son socialisme questionne l’histoire politique et, de manière incidente, l’épistémologie de l’anthropologie par l’histoire des intellectuels. Ici, unir le savant au politique vaut procès historiographique à l’anthropologie. Il faut ensuite se déprendre du savant pour saisir le militant. A distance de l’anthropologue au fait de son oeuvre, Claude Lévi-Strauss militant devient un point d’observation pour l’observation de la S.F.I.O. entre 1928-1936 dans son rapport aux jeunes intellectuels. Dans cette seconde configuration, reconstruite à partir de la position tenue dans le champ du socialisme français, des éléments d’une culture socialiste propre au milieu intellectuel fréquenté par Claude Lévi-Strauss se repèrent, rappelant les liens tissés par la question sociale entre le socialisme et l’ethnographie. En somme, il ne s’agit plus alors de construire le socialisme de Lévi-Strauss en énigme dont la révélation éclairerait tout ou partie d’une œuvre à venir, mais plus simplement de peser la fin d’un engagement socialiste signifié par le voyage au Brésil en 1935.

Le savant et la minoration du politique

3Dans ce premier moment de l’enquête, la manière dont la révélation du socialisme de Claude Lévi-Strauss vaut indice d’autres dispositifs heuristiques focalise l’attention. L’argument d’une discontinuité revendiquée entre l’engagement socialiste et la position du savant procède d’une histoire de l’ethnologie française, où Claude Lévi-Strauss est à la fois acteur et conteur, mesurant dans son rapport au socialisme un rapport singulier à une œuvre, un rapport collectif de l’ethnologie au marxisme, à l’engagement.

  • 4  Cf. la manière dont il objective ses souvenirs militants : Georges Lefranc, « Comment on devient s (...)
  • 5  L’ouvrage de Jean-Louis Loubet Del Bayle (Les non-conformistes des années trente. Une tentative de (...)
  • 6  Par la création de la Société d’études jaurésiennes en 1959, et la qualité des bulletins informant (...)
  • 7  Anecdote rapportée par Stéphane Clouet (De la rénovation à l’utopie socialiste, Nancy, Presses Uni (...)

4Pour notre propos, Georges Lefranc invente le socialisme de Claude Lévi-Strauss. Son invention découle du rappel de ce que fut Révolution constructive, son importance dans le socialisme français de l’entre-deux-guerres. Acteur majeur de cette aventure, Georges Lefranc s’en fait ensuite l’historien. À l’inverse de Claude Lévi-Strauss, il n’établit pas de coupure entre son passé de militant et son présent d’historien du socialisme français. Ses souvenirs militants servent le dessein qu’il s’est assigné depuis la fin de son itinéraire socialiste après la Seconde Guerre mondiale4 : restituer au parti socialiste de l’entre-deux-guerres sa singularité. En une période marquée par une forme d’hégémonie culturelle communiste, il est l’un des seuls à maintenir la S.F.I.O. de l’entre-deux-guerres comme objet d’histoire singulier, riche de potentialités et distinct de l’entreprise communiste comme des virtualités des non-conformistes des années Trente5. Il sert son propos d’une érudition quasi-militante, d’autant plus remarquable qu’elle construit sa position d’historien du mouvement socialiste. Celle-ci se comprend dans une double extériorité : celle d’une extériorité politique face à un parti qui ne le réintégra pas après-guerre, celle également d’un travail d’historien bâti à l’écart de l’historiographie universitaire qui, à la suite de Madeleine Rebérioux, s’empare du socialisme français de la Belle Époque6. Membre fondateur de Révolution constructive, Georges Lefranc exhume cette dernière et postule rétrospectivement, par la qualité de ceux qui s’y agrégèrent, les potentialités et la modernité de cette aventure intellectuelle. Cette réévaluation nécessite, entre autre, le rappel du passé militant de Claude Lévi-Strauss. L’érudition de Georges Lefranc ne vise pas à discerner dans l’engagement de jeunesse les racines de la réussite de l’anthropologue, elle se conçoit davantage comme une lutte contre l’oubli, un souci d’établissement des faits. En juillet 1974, Roger Caillois prononce le discours de réception de Claude Lévi-Strauss à l’Académie française. Selon lui, la politique n’occupe qu’une place marginale dans le parcours de l’anthropologue. Les protestations de Georges Lefranc, rappelant l’itinéraire politique de Lévi-Strauss, s’attirent de sa part cette réponse laconique : ta mémoire est impitoyable7.

5Ce rappel de l’engagement socialiste s’inscrit alors dans une configuration historiographique marquée par l’avènement de l’histoire des intellectuels. En 1986, Jean-François Sirinelli soutient sa thèse d’Etat, Khâgneux et normaliens des années vingt. Histoire politique d’une génération d’intellectuels (1919-1945). Révolution constructive y figure en bonne place, comme Claude Lévi-Strauss et George Lefranc. L’analyse de Jean-François Sirinelli se déplace de l’histoire des idées à celle des sociabilités. Elle démontre le caractère minoritaire de l’engagement socialiste de la génération à laquelle appartient Claude Lévi-Strauss. Elle précise l’intégration de ce socialisme normalien aux institutions universitaires par le biais d’hommes comme Marcel Mauss et Marcel Déat, de lieux comme le centre de documentation sociale de l’ENS dirigé par Célestin Bouglé. Dans cette même conjoncture historiographique, Stéphane Clouet soutient en 1989 sa thèse à Nancy consacrée à Révolution constructive ; le sous-titre précise : un groupe d’intellectuels socialistes des années 1930. Si Georges Lefranc a nourri ce travail de ses souvenirs, l’essentiel de la thèse repose sur des entretiens de l’auteur avec les membres encore en vie de Révolution constructive. Claude Lévi-Strauss devient le témoin et le dépositaire de la mémoire d’une aventure, d’où les nombreuses sollicitations qu’il indique recevoir dans un entretien pour le Magazine littéraire en 1985 :

  • 8  Claude Lévi Strauss, « Autoportrait, propos recueillis par Catherine Clément et Dominique A. Griso (...)

« En revanche, un petit groupe de militants dont j’étais a formé un mouvement – aujourd’hui on dirait une tendance-, qui s’appelait « Révolution constructive ». Je ne sais pourquoi, actuellement, il intéresse quantité de thésards, et comme je dois être le dernier survivant, je ne cesse de recevoir des lettres, auxquelles je serais incapable de répondre car je ne me souviens de rien… Sinon que nous pensions qu’il était possible de construire la société socialiste à l’intérieur du monde capitaliste, de la faire grandir, pousser, et nous décrétions que lorsqu’elle serait suffisamment grosse le capitalisme s’effondrerait tout seul8. »

  • 9  Benjamin Matalon, Bernard-Pierre Lécuyer, « Jalons pour une histoire des sciences de l'homme », Re (...)
  • 10  Jean Jamin, « L'histoire de l'ethnologie est-elle une histoire comme les autres? », Revue de synth (...)

6Publié en 1986 par Jean-François Sirinelli et Pascal Ory, Les intellectuels en France de l’affaire Dreyfus à nos jours consacre l’histoire des intellectuels où le socialisme de Claude Lévi-Strauss fait sens pour le chercheur. Les concepts de réseaux et de sociabilités contribuent à affranchir celle-ci d’une réflexion uniquement fondée sous les auspices de l’engagement ; la description des liens entre politique et sciences s’affine. Le renouvellement de l’histoire politique, proclamé par Pour une histoire politique (René Rémond, 1986) procède en partie de ce travail. La question du socialisme de Lévi-Strauss dans cette conjoncture dépasse le seul cadre de la révélation et se lit comme un clin d’œil aux combats historiographiques en cours. D’un point de vue épistémologique, l’affirmation de l’histoire politique se comprend dans la conjoncture d’une nouvelle histoire en miettes, naguère portée sur les fonts baptismaux par la rencontre des Annales avec l’anthropologie. L’histoire politique saisit alors le savant, posant la question du sort réservé aux années de jeunesse dans l’appréciation d’un parcours scientifique. Sur son versant anthropologique, le rappel d'un passé socialiste croise également les débats de la décennie 1970 entre structuralisme et marxisme. L’interrogation participe de la réflexion sur l’historicité des sciences humaines et sociales qui s'affirme au soir de la décennie 19809. L'histoire de l'ethnologie, alors balbutiante en France, procède par la construction d’un héros épistémique dont « le génie précurseur ou fondateur était d'autant mieux reconnu et affirmé qu'il n'était pas ou presque pas remplacé dans son contexte d'émergence10 ». Dans ce moment où s'établit l'historicité du structuralisme, Claude Lévi-Strauss symbolise l'entrée de l’anthropologie française dans l'âge scientifique. Ce travail identitaire se construit dans la discontinuité, proclamant une coupure irrémédiable entre un âge finalement pré-scientifique et l'adoption du modèle de scientificité structuraliste. Ce qui se solde dans ce mouvement est le legs compliqué de l'ethnologie française de l'entre-deux-guerres et du régime de Vichy. Pour Jean Jamin :

  • 11  François Dosse, Histoire du structuralisme, Paris, Livre de poche, 1995 (1992), tome 1, p. 33.

« L’anthropologie biologique, physique, a été tellement compromise avec les racismes de toutes sortes, qu’il était difficile d’emprunter à cette discipline et de fonder ce mirage d’une sorte de science générale, d’anthropologie générale intégrant aussi bien le physique que le culturel. Il y a eu une liquidation historique de l’anthropologie physique, ce qui a provoqué l’économie d’un débat théorique. Claude Lévi-Strauss arrive et la place a été nettoyée par l’histoire11 »

7Dans cette configuration d'héroïsation épistémique où se refonde l’anthropologie se situe la manière dont Claude Lévi-Strauss conte sa jeunesse socialiste. Dans les nombreux entretiens qu’il accorde, les traits saillants de cet engagement sont régulièrement évoqués. Il confesse une ambition, une déception :

8Une ambition :

  • 12  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, De près et de loin, Paris, Odile Jacob, 2001 (1988), p. 26.

« Je vous avouerai qu’à ce moment-là, je me voyais très bien devenir le philosophe du parti socialiste12 »

9Une déception :

  • 13  Claude Lévi-Strauss, « Autoportrait… », op. cit., note 9 p. 20.

« Je suis revenu en France en 1937, pendant les vacances. Je me suis évidemment rendu à ma vieille XVIe section : elle avait beaucoup changé, elle était désormais une des anti-chambres du pouvoir, et au lieu de la quinzaine de purs que j’y avais connu quelque temps auparavant, j’ai trouvé deux à trois cents personnes, pas toutes pures. L’arrivisme, le carriérisme était évident. J’avoue que là, ma déception s’est nettement accrue13 ».

10Ces courtes citations informent notre propos. Leur écart balise un souhait ambitieux mesuré à l’aune d’une déception d’autant plus grande qu’elle survient dans le temps fort de la mémoire socialiste qu’est le Front populaire. L’échec d’une ambition s’éclaire de la naïveté du projet initial : l’antichambre du pouvoir dessille les yeux du jeune homme. Sa jeunesse finit là ; le choix du métier d’ethnologue peut se dessiner. L’engagement socialiste de Claude Lévi-Strauss ainsi borné, sa réussite scientifique se comprend hors de la sphère du politique où pourtant, chronologiquement, semble naître sa vocation d’ethnologue. Son art réside dans la manière dont il construit ce moment socialiste comme extérieur à son activité future. L’ambition du militant participe semble-t-il d’une vulgate dans les milieux arpentés par François Dosse pour son Histoire du structuralisme ; il cite ainsi Philippe Descola, membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale :

  • 14  François Dosse, Histoire du structuralisme, op. cit., note 11, tome 1, p. 31.

« Mon pari, c’est qu’il était marxiste. Il avait été en passe de devenir le philosophe officiel de la S.F.I.O. (…). Manifestement, il s’est passé quelque chose au Brésil qui fait que ce qu’il était quand il est arrivé, il ne l’était plus après. Ce doit être le contact avec le terrain, mais pas uniquement14. »

  • 15  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, De près et de loin, op. cit., note 12, p. 5, p. 253.
  • 16  Gaston Bachelard, L’activité rationaliste de la physique contemporaine, Paris, PUF, 1965. Et Claud (...)

11Peu de mots suffisent à réaffirmer la coupure épistémologique entre le politique et l’anthropologue. L’éloignement géographique crée le savant, implique une conversion du regard où l’argument du terrain paraît déterminant dans la déprise du marxisme. Le congé donné au militant annonce le savant et un autre type d’engagement. Sa mémoire ravageuse, autodestructrice, fonde sa propension à l’oubli des détails. Elle l’oppose à l’érudition des historiens. Georges Lefranc a une mémoire impitoyable en 1974 ; « la thèse de Stéphane Clouet -véritable somme- rassemble sur ce mouvement <Révolution constructive> quantité de faits et d’informations dont je <Claude Lévi-Strauss> serais autrement incapable de me souvenir15 », confie-t-il à Didier Eribon en 1988. En somme, les historiens abondent les souvenirs militants de l’anthropologue. Dans ce mouvement, la reconstitution de son passé socialiste s’inscrit implicitement dans la distinction bachelardienne sur l’histoire des sciences devant les choix du présentisme ou de l’érudition sans enjeux contemporains16. Face à l’œuvre scientifique accomplie, et dans la perspective d’une histoire de l’ethnologie, l’engagement socialiste de Claude Lévi-Strauss est contingent, dénué de toute signification ultérieure. L’arpenter relèverait de l’anecdote ; au miroir de l’anthropologue, le socialisme du militant participe d’une étrange étrangeté. La discontinuité sied à cette mise en récit d’un itinéraire :

  • 17  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, De près et de loin, op. cit., note 12, p. 17.

« J’ai dit dans Tristes Tropiques que j’ai l’intelligence néolithique : je ne suis pas quelqu’un qui capitalise, qui fait fructifier son acquis ; plutôt qui se déplace sur une frontière toujours mouvante. Seul compte le travail du moment. Et très rapidement, il s’abolit. Je n’ai pas le goût et ne ressens pas le besoin d’en conserver la trace17. »

  • 18  Alexandre Pajon, « Claude Lévi-Strauss, d’une métaphysique socialiste à l’ethnologie », Gradhiva n (...)

12Claude Lévi-Strauss présente son parcours par les facettes irréductiblement disjointes du militant et du savant. On peut entendre cette construction de différentes manières, tout en tenant pour acquis que sa clé de voûte procède de la re-fondation disciplinaire de l’anthropologie après-guerre. Alexandre Pajon fait le choix de la continuité, traquant dans les textes du militant une métaphysique socialiste qui le conduit à l’ethnologie18. Dans une autre perspective Claude Lévi-Strauss représente un lieu à partir duquel questionner les liens entre le socialisme français et l’ethnologie au mitan des années Trente. L’interrogation pointe de la sorte le milieu que constitue la S.F.I.O. pour une part de l’ethnologie française, se plaçant sur la frontière toujours mouvante entre celle-ci et le politique par le biais de la question sociale.

Le voyage, une aventure de l’esprit ?

  • 19  Mon hypothèse se nourrit de discussions nouées lors du colloque international Les autres lieux du (...)

13L’échec d’un voeu –devenir philosophe officiel de la S.F.I.O.- construit ainsi les récits d’un parcours en socialisme ; la désillusion de 1936 clôt la période socialiste et le savant peut advenir. La disjonction des termes se comprend rétrospectivement. Dans son immédiateté, elle questionne : lors de son retrait du politique, quid pour Claude Lévi-Strauss des apprentissages, des pratiques et de sa connaissance du monde politique -et intellectuel- forgés par ces années militantes ? L’interrogation nourrit la perspective d’une quête indiciaire d’éléments propres à éclairer ce que le second peut reconvertir de l’expérience du premier19. Ce capital militant d’expériences se construit progressivement par une stratégie et des pratiques. La première rend compte de l’hypothèse d’une carrière politique ; comparer à d’autres trajectoires contemporaines, ce dessein de Claude Lévi-Strauss s’inscrit dans un moment où la question de l’ethnologie produit du politique. À ce point –celui du départ pour le Brésil en 1935, coupure rétrospective entre le militant et le savant- il est possible de soupeser ce qui, d’un parcours militant, participe de la conversion d’un regard et de pratiques du politique à l’ethnologie.

  • 20  Christian Delporte, « Les jeunesses socialistes dans l’entre-deux-guerres », Le Mouvement social, (...)

14La récapitulation des postes occupés par Claude Lévi-Strauss durant sa période militante (Fédération des étudiants socialistes), comme son poids dans le groupe Révolution constructive, donne à voir une stratégie dont les temps et les rythmes accompagnent l’histoire de la S.F.I.O. durant l’entre-deux-guerres. Il est membre de la XVIe section à Paris depuis 1926. Par son activité au sein du groupe des étudiants socialistes aux écoles normales supérieures, Claude Lévi-Strauss est un proche de la Ve section –où milite Georges Lefranc- ; celle-ci compte parmi ses membres Marcel Mauss, Marcel Déat. Claude Lévi-Strauss assure le secrétariat de la Fédération Nationale des Etudiants socialistes de 1927 à 1929, quand il s’agit de reconstruire pour le parti socialiste français ses organisations de jeunesse20 ; les positions qu’il défend vont dans le sens d’une autonomie de ces organisations face au contrôle du parti. Il participe à la fondation de Révolution constructive autour de Georges Lefranc, Pierre Boivin, Maurice Deixonne notamment ; ce groupe d’intellectuels souhaite peser sur la S.F.I.O., se fixant comme objectif l’idéal d’une civilisation socialiste progressivement réalisée à partir du parti et des institutions gravitant dans son orbite. Le groupe souhaite également apparaître sur une base parlementaire : Claude Lévi-Strauss tente de manière extrêmement fugace de faire campagne à Mont-de-Marsan pour les législatives de 1928. Sa connaissance des arcanes socialistes lui vaut finalement le rôle de secrétaire auprès de Georges Monnet (1928-1929) :

  • 21  Claude Lévi-Strauss, « Autoportrait… », op. cit., note 8, p. 21.

« Aux élections de 1928 avait été élu un jeune et brillant parlementaire : Georges Monnet, lequel posait un problème au parti. Son adhésion au socialisme ne reposait ni sur la connaissance de son histoire, ni sur la maîtrise de sa doctrine, il fallait donc quelqu’un auprès de lui pour l’aider, un secrétaire, et ce fut moi que l’on désigna. Ainsi existe-t-il nombre de propositions de lois dont les exposés sont de ma plume… L’homme était délicieux et possédait un charme certain. Ce fut une belle expérience… Là-dessus je pars au Brésil et survient l’inespéré21 ».

  • 22  Stéphane Clouet, De la rénovation à l’utopie socialiste…, op. cit., note 7, chapitre 5.

15L’inespéré est le Front populaire, Claude Lévi-Strauss ne sera jamais rappelé… La déception redouble l’éloignement géographique, le militant s’efface. Il quitte la scène politique pour le Brésil au moment où la S.F.I.O. s’engage dans une phase nouvelle, marquée par l’antifascisme et l’acceptation des responsabilités gouvernementales. La brièveté de ce rappel décrit moins une trajectoire qu’un parcours dans la S.F.I.O. La nature des postes occupés, l’aventure même de Révolution constructive, semblent difficilement se nouer avec la pratique ethnologique à venir. La confrontation de ce parcours à d’autres trajectoires contemporaines entre socialisme et ethnologie -au premier chef Marcel Mauss, Paul Rivet- indique pourtant un moment singulier où le choix d’une carrière peut s’entrevoir. Claude Lévi-Strauss connaît Marcel Mauss militant socialiste à la Ve section, comme il peut en connaître les réflexions scientifiques. Mauss milite et écrit à la Vie socialiste, tendance de droite de la S.F.I.O., pour laquelle il est l'exemple même d'un savant socialiste. La tendance est favorable à la participation ministérielle, penchant ainsi pour Marcel Déat, Pierre Renaudel contre l’avis de Léon Blum et de la majorité du Parti. En novembre 1933, la scission des néo-socialistes tranche définitivement le débat. Marcel Mauss demeure à la S.F.I.O. Claude Lévi-Strauss n’est pas associé à la Vie socialiste, puisque militant à Révolution constructive. Sa plume dans l’Étudiant socialiste (ES) paraît favorable à Marcel Déat ; son poste d’assistant parlementaire l’amène d’ailleurs à côtoyer ce dernier et, dans l’année 1933, il se fait l’écho au sein de Révolution constructive des critiques néo-socialistes sur les tergiversations du parti22. Il semble progressivement s’éloigner de Révolution constructive à la fin de 1933. Prenant au mot Claude Lévi-Strauss sur sa désillusion engendrée par le Front populaire, on peut esquisser l’hypothèse d’un regret fondé sur le rapport au pouvoir, et la prise de conscience d’une stratégie caduque au tournant de 1934 ; c’est d’ailleurs à l’automne 1934 que Célestin Bouglé l’appelle, lui proposant un poste à Sao Paulo.

  • 23  Martine Segalen, Vie d’un musée 1937-2005, Paris, Stock, 2005. Sur le lien entre la vulgarisation (...)
  • 24  Sur ce parcours qu’il faudrait développer plus longuement, cf. Christine Laurière, « Paul Rivet, v (...)
  • 25  François Dosse, Histoire du structuralisme, op. cit., note 11, tome 1, p. 440.

16La comparaison avec la trajectoire politique de Paul Rivet nourrit cette hypothèse. Il est, avec Marcel Mauss et Lucien Lévy-Bruhl, fondateur de l’Institut d’Ethnologie (1925), promouvant une ethnographie distincte de l’anthropologie raciale de Louis Marin. Membre de la S.F.I.O. sans doute depuis 1919, Paul Rivet vulgarise l’ethnologie en l’investissant, par la nouvelle muséologie du Trocadéro notamment, d’une fonction critique. Après le 6 février 1934, cette conception de l’ethnologie trouve un point d’application politique : science du social vulgarisée, elle donne à voir l’unité du peuple français dans la diversité de ses coutumes et traditions. Le projet muséographique des ATP, réalisé par le Front populaire, participera de cette problématique23. Président du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, Paul Rivet est élu conseiller général de la Seine le 12 mai 1935 ; son élection préfigure et symbolise le Front populaire. Il est ainsi pleinement savant et politique24. Sa réussite ressort, dans l’économie de la S.F.I.O., à un calcul finalement opposé au positionnement du jeune militant qu’était alors Claude Lévi-Strauss, puisque pour Rivet la question de l’exercice du pouvoir se pose dans la logique de l’antifascisme du Rassemblement populaire, et non dans la perspective d’une construction de la société socialiste par le Parti socialiste. L’élection de Paul Rivet correspond avec le départ de Claude Lévi-Strauss pour le Brésil (février 1935) ; elle coïncide également avec ses premières véritables lectures d’ouvrages d’ethnologie, se souciant alors de la question du terrain. Si Claude Lévi-Strauss affirme l’irréductible discontinuité de son apprentissage de l’ethnologie et de ses préoccupations politiques, celles-ci sont chronologiquement contiguës. Dans la déprise du politique pour l’activité scientifique, l’ethnologie semble d’autant plus constituer une passerelle qu’elle est devenue, grâce aux efforts notamment de Rivet, « une arme idéologique, un élément majeur dans le débat intellectuel des années Trente, permettant ainsi son institutionnalisation25. » Plus que de coupure radicale, il faut ainsi, à la suite même de Claude Lévi-Strauss, évoquer une divergence progressive de l’un à l’autre, rendant rétrospectivement compte d’une impossible conciliation du savant et du politique, modèle pourtant incarné dans les années Trente par Paul Rivet, Marcel Mauss :

  • 26  Lettre de Claude Lévi-Strauss à Alexandre Pajon du 3/XII/1991. In Alexandre Pajon, « Claude Lévi-S (...)

« En fait, mes intérêts scientifiques et politiques ont évolué en raison inverse des autres. Ils ont divergé –même si, à l’époque, je n’en avais pas clairement conscience- quand j’ai choisi de courir le monde plutôt que de continuer à prendre part aux affaires de mon pays26. »

17L’hypothèse de cette impossible conciliation suppose la conversion d’un capital d’expériences du politique à l’ethnologie. Sonder ce capital suppose de prêter davantage attention aux pratiques qu’aux textes que retient la postérité de l’engagement socialiste de Claude Lévi-Strauss. Son activité militante s’apparente à un jeu sur les marges du socialisme français, assorti d’une attention soutenue portée à la société et aux matériaux qui permettent de la saisir. Ce positionnement sur les marges de la S.F.I.O. tient au rapport particulier tissé entre le socialisme de Claude Lévi-Strauss et la Belgique. Il doit sa conversion au marxisme à Arthur Wauters, militant belge, son adhésion à la S.F.I.O. à Georges Lefranc. Le modèle incarné par le Parti Ouvrier Belge (POB) colore sa représentation de l’action politique. Il confie à Didier Eribon :

  • 27  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, De près et de loin, op. cit., note 12, p. 253-254.

« J’ai déjà mentionné le rôle formateur qu’avait joué pour moi le Parti Ouvrier Belge et son ambition, par ses syndicats, ses maisons du peuple, ses coopératives, de créer un embryon de société socialiste au sein du monde capitaliste. (…) Si jour après jour on s’appliquait à construire des institutions d’esprit socialiste, elles grossiraient peu à peu, en vertu de leur supériorité, comme la chrysalide dans le cocon capitaliste, et celui-ci finirait par tomber à la façon d’une enveloppe morte et desséchée. C’était, bien sûr, ignorer tout de l’économie moderne, de sa complexité, de son dynamisme, de sa puissance. Au moins nous efforcions-nous de penser en termes économiques, et cet apprentissage, pour négatif qu’il ait été par rapport au but que nous poursuivions, ne fut pas complètement inutile…27»

  • 28  L’attention portée par les socialistes français à leur homologue belge donne peu de textes théoriq (...)
  • 29  Par exemple avec Stéphane Clouet, De la rénovation à l’utopie socialiste…, op. cit., note 7, p. 13 (...)

18La citation informe l’une des références de Révolution constructive, comme de la droite de la S.F.I.O., Henri de Man. Mais ce n’est là qu’une des significations possibles du rôle formateur du POB. Cette référence omniprésente situe Claude Lévi-Strauss dans le droit-fil du socialisme de la Belle Époque où le militant est socialiste, syndicaliste et coopérateur. Du point de vue du socialisme des intellectuels, la Belgique représente pour les socialistes français une source constante d’inspiration, distincte du modèle, qu’un temps la social-démocratie allemande représentait. Le socialisme belge paraît davantage, dans l’attention que lui prêtent les socialistes français, porté à un travail sur le local, se déployant par la coopérative, la maison du peuple, dans les interstices de la société28. Claude Lévi-Strauss reprend l’image à son compte par la métaphore de la chrysalide –image dont il use dans d’autres entretiens, inédits29. Elle suppose une position d’extériorité dans la civilisation capitaliste et une volonté de construction. La position ressort au constat de crise de la civilisation occidentale qui parcourt la fin des années 20 ; le but de construction progressive d’une société socialiste nécessite –plus que les pétitions de principes que seront les textes de Révolution constructive- la construction d’un savoir objectif sur la société capitaliste, les expérimentations en cours, et les propositions concurrentes dans l’espace politique. Dans cette configuration, la pratique des comptes-rendus livrés par Claude Lévi-Strauss à l’ES importe dans sa continuité (1928-1933) ; il est d’ailleurs un temps (1930) seul responsable de cette rubrique. La lecture des comptes rendus montre un positionnement et un regard sur la société qui constitueraient une part du capital reconverti ultérieurement dans le choix de l’ethnologie. L’ES réitère la position marginale de Claude Lévi-Strauss dans le champ du socialisme : la feuille est commune aux étudiants belges et français. Son aire de réception –un faible lectorat- importe moins que les choix des comptes rendus. Ceux-ci constituent simultanément un instrument d’échanges intellectuels entre étudiants sur les questions relatives au socialisme, et l’un des lieux où ces jeunes intellectuels peuvent s’inscrire dans des débats plus englobants, construisant ainsi une position singulière. La postérité retient quelques textes du corpus des notules et articles que Claude Lévi-Strauss donna : ses critiques du Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline (ES n° 4, janvier 1933), d’Aden-Arabie de Paul Nizan (ES n° 8, mai 1931). L’appétence pour l’avant-garde du futur ethnologue se marque ainsi.

  • 30  Jean-Michel Péru, Des ouvriers écrivent. Le débat sur la littérature prolétarienne en France (1925 (...)

19Pour autant, ces critiques s’inscrivent dans un horizon où l’avant-garde (esthétique, politique) importe moins que ce qu’engageait la métaphore de la chrysalide. L’image, bien qu’étrangère à ce champ, se noue aisément à la question de la littérature prolétarienne, récurrente dans les chroniques de l’ES, dans les choix de critiques et les réflexions de Claude Lévi-Strauss. Il s’inscrit dans ce registre dès son premier article (« Littérature prolétarienne », ES Juillet / août 1928). Ouvert par l’enquête de l’hebdomadaire d’Henri Barbusse –Monde-, le débat s’inscrit dans les suites de la querelle littéraire qui opposa Trotski à Staline sur la possibilité d’une culture prolétarienne. Monde apparaît également l’objet des polémiques. Schématiquement, trois positions vont, dans le champ littéraire, circonscrire pour la France et la Belgique ce débat. La première s’inscrit dans la filiation moscovite ; elle est portée par les critiques de L’Humanité, par Monde dans une moindre mesure. La seconde, symbolisée par Henry Poulaille, s’ancre dans les traditions du mouvement ouvrier français, où la littérature -la poésie- représente le prolétaire ; l’Ecole populiste de Thérive et Lemonnier s’oppose à ces deux premières conceptions, pour lesquelles il n’est pas de discordance entre littérature ouvrière et littérature révolutionnaire, se fixant l’exotisme du populaire comme sujet d’écriture. Le débat s’étire en France de 1925 à 1935, liant politique, littérature et question de la représentation des classes populaires30. Claude Lévi-Strauss répond à l’enquête de Monde sur la possibilité d’une littérature prolétarienne révolutionnaire ; dans les colonnes de l’ES, l’article trouve une suite dans une polémique avec la revue Les Humbles fondée par Maurice Wullens, dissident du communisme, proche des positions d’Henry Poulaille. Claude Lévi-Strauss s’inscrit ainsi dans une polémique opérant sur plusieurs plans. D’une part, l’ES s’orne, en couverture, d’une citation d’Henri Barbusse, compagnon de route du communisme. Attaché à défendre avec un réel talent de polémiste la position du socialisme étudiant, Claude Lévi-Strauss se démarque de ce patronage ; en novembre 1930 (ES n°2), chroniquant la polémique des Humbles avec Barbusse, il conclut :

« Il se dégage de ce numéro une physionomie d’Henri Barbusse que nos amis belges devraient bien contempler un peu avant de maintenir sur la couverture de notre revue le nom de ce triste personnage ».

20 La polémique avec Les Humbles procède également de ce souci de positionnement politique face à l’extrême gauche. Pour Claude Lévi-Strauss, le choix de l’engagement doit se faire entre la S.F.I.C. (PCF) et la S.F.I.O. Chroniquant à nouveau les Humbles, en février 1931 (ES n° 5) :

« Cela débute par une laborieuse « mise au point » de la position politique des « Humbles » : contre le Parti Communiste Français, pour la Révolution russe. On sait trop ce que cela veut dire. Nous sommes tous pour la Révolution Russe ; mais pour ou contre le gouvernement bolcheviste ? Si vous êtes contre, soyez socialiste, et si vous êtes pour suivez le parti communiste qui n’est que le docile exécutant des ordres de ce même gouvernement. Tout le reste n’est que confusion. »

  • 31  Claude Lévi-Strauss, « Carlo Rosselli : socialisme libéral », l’ES, mars 1931, n°6.

21La plume est ici pleinement politique, la question de la possibilité d’une littérature prolétarienne cristallisant, par les polémiques qu’elle suscite, des positions politiques. La revue des revues constitue le cadre de ces textes. Elle s’apparente à un dispositif disciplinaire. Sa visée procède d’un quadrillage de l’espace entre militantisme et culture, où l’identité socialiste s’exprime et se réaffirme constamment. Le débat opère également sur un autre plan, quand la réflexion du critique s’éloigne du commentaire strictement tactique pour gagner des rivages plus prospectifs. Dans cette perspective, la valeur accordée aux livres et articles que chronique Claude Lévi-Strauss est essentiellement documentaire. Elle se déploie sur deux axes, intrinsèquement liés : l’un tient au constat de crise de la civilisation bourgeoise, l’autre à l’altérité géographique et –ou- sociale. Ce constat de crise de la civilisation bourgeoise s’inscrit dans la thématique de la chrysalide. L’intérêt manifesté par Claude Lévi-Strauss au théâtre de Meyerhold, au cinéma de S.M Eisenstein, tient sans doute pour partie à la question de la construction d’une société nouvelle sur les ruines de la civilisation bourgeoise. Les préoccupations sont autant esthétiques que techniques. Il faut lire son article de novembre 1928 pour l’ES (Alerte) contre l’emménagement de la SFIO dans un immeuble bourgeois dans cette perspective. Il ne s’agit pas de s’accommoder ou de dénoncer la civilisation bourgeoise mais de s’y développer de l’intérieur, au prix d’un constant effort sur soi-même31, pour parvenir au développement d’une civilisation socialiste :

  • 32  Claude Lévi-Strauss, « Les Humbles », l’ES, décembre 1930, n°3.

 « Il y a une civilisation bourgeoise, et celle-là, plutôt que de la pourfendre par delà les océans pour le plus patriotique réconfort de nos propres philistins, c’est en nous-mêmes –je veux dire dans notre continent, dans notre pays, dans notre ville et dans notre personne –qu’il nous faut avant tout la détruire32 ».

22Cette déprise de soi-même construit la position du critique dans l’ES. Cet effort, il faut le nourrir de lectures. Les comptes rendus de Claude Lévi-Strauss insistent régulièrement sur la valeur documentaire des ouvrages dont il esquisse pour partie le caractère engagé. Une remarque faite à André Chamson à propos d’une étude sur la politique précise ce lien :

  • 33  Claude Lévi-Strauss, « Revues. Europe (15 novembre 1931) », l’ES, janvier 1932, n°4.

« Car je le demande à Chamson, l’écrivain n’est-il pas foncièrement conservateur tant que le politique ne le commente pas, tant que lui-même il n’est pas politique33 ? »

23L’interrogation implique le surplomb politique du critique sur l’écrivain. Le sens conféré par le premier à l’œuvre du second mérite questionnement. L’essentiel des chroniques de Claude Lévi-Strauss cherche dans les romans et les poèmes un témoignage, la visibilité d’une frontière sociale. Héritages d’André Chamson permet ainsi d’apercevoir « l’inaptitude foncière du capitalisme à s’assimiler certains éléments essentiels de la civilisation (ES, n° 9, juin-juillet 1932) ». Ce souci frontalier se note aussi dans la conclusion de sa critique du Voyage au bout de la nuit :

  • 34  Claude Lévi-Strauss, « L.F. Céline : Voyage au bout de la Nuit », l’ES, n° 4, janvier 1933.

« Il serait sans doute abusif de prétendre faire de Louis Ferdinand Céline un des nôtres. Mais nous pouvons cependant être légitimement fier de voir une telle œuvre née, sinon exactement dans notre camp, au moins aussi loin des frontières à l’intérieur desquelles se tient un ennemi commun34 ».

  • 35  Marc Angenot, La critique au service de la Révolution, Montréal, Cahiers du CIADEST, 1997.
  • 36  Marc Angenot, L’utopie collectiviste. Le grand récit socialiste sous la Deuxième Internationale, P (...)
  • 37  Claude Lévi-Strauss, « Marcel Déat : Perspectives Socialistes », l’ES, n° 6, mars 1931, p. 14.

24Ce sens des frontières participe des débats en cours sur la littérature prolétarienne, toujours implicites –hors son premier article- dans les critiques de Claude Lévi-Strauss. L’originalité de son positionnement tient en partie à la forte empreinte des problématiques du POB sur son socialisme. Elle lui enjoint une lecture de la tâche des socialistes, qui se comprend comme la construction d’un lieu dans la civilisation capitaliste, à partir duquel accoucher d’autres formes de rapports sociaux. Aussi la frontière tracée à partir de la valeur documentaire des romans et articles chroniquées n’est-elle jamais exactement la stricte séparation entre eux et nous, propre aux approches de la littérature prolétarienne35. Son abord se corrèle toujours à la question de la civilisation qui nécessite d’autres développements sur les sciences sociales –la psychanalyse-, la sexualité. Claude Lévi-Strauss s’inscrit ici dans la filiation des tableaux utopiques de la IIèmeInternationale au prix d’une torsion significative qui lui fait abandonner toute dimension anticipatrice au profit du seul impératif du présent de l’œuvre à accomplir36. Chemin faisant, le critère de « civilisation » participe, mais sur son seul versant politique, des réflexions en cours dans l’ethnologie de « gauche » dont l’un des signes serait la publication en 1929 par Marcel Mauss de son ouvrage : Les Civilisations, éléments et formes. À cette date, rien n’indique un intérêt manifeste de Claude Lévi-Strauss pour l’ethnologie, si ce n’est en 1931 une courte notation : l’ethnologie qui n’existait « pas au temps de Marx et qu’aujourd’hui le marxisme a tout intérêt à utiliser37 ». La valeur d’usage de l’ethnologie se repère dans ses chroniques autour du sort fait à la frontière. Sous sa plume, elle importe finalement moins que son franchissement comme acte de connaissance : l’ailleurs et le lointain se rapportent à un présent capitaliste qu’il faut combattre, à un monde à l'intérieur duquel le socialisme doit se développer. La chronique d’Aden-Arabie de Paul Nizan explicite ce mouvement. Partant du dégoût et du malaise que suscite chez Nizan la civilisation bourgeoise, il loue cette prise de conscience mais déplore qu’il ait fallu un voyage outremer pour saisir ce qu’ici comme là-bas il faut rejeter, le capitalisme. S’il critique la position de dandy de Paul Nizan promenant son mal du siècle à Aden, Claude Lévi-Strauss conclut cependant :

  • 38  Claude Lévi-Strauss, « Paul Nizan : Aden Arabie (Rieder) », l’ES, n°8, mai 1930, p. 9.

« J’y vois moins (le voyage) la découverte du semblable que celle du tout autre, moins la rencontre avec les hommes que la rencontre avec le monde. Ce qui fait la valeur de l’expérience de Paul Nizan, ce n’est pas qu’il soit revenu d’Aden, mais qu’il y soit allé38. »

25La rencontre, telle qu’il l’exprime ici, n’implique aucune subordination du regard jeté sur l’autre ; elle est essentiellement informative. Ce n’est pas non plus le regard éloigné que serait la prise en compte d’une radicale altérité. La connaissance politique procède du mouvement qui la définit. Chroniquant une plaquette poétique américaine, il écrit :

  • 39  Claude Lévi-Strauss, « Red Renaissance by H.H. Lewis », l’ES, n° 3, décembre 1930, p. 15.

« Quoi qu’il en soit, ce message d’Amérique nous est un témoignage de l’existence, là-bas, malgré tout, des mêmes sentiments, des mêmes défauts, des mêmes espoirs, qui sont aussi les nôtres39 ».

  • 40  Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en soc (...)

26L’homologie des positions construit le sens politique des lectures proposées. Le monde rencontré est un monde fermé dans l’horizon du capitalisme. La question politique bloque alors ce que sa démarche –le mouvement comme acte de connaissance- peut avoir d’analogie avec la pratique ethnographique, notamment dans la manière où chaque roman se conçoit comme un témoignage propre à fournir les clés du fonctionnement d’une société donnée. En pratique, la valeur d’usage accordée au roman recoupe ce que représente la monographie pour l’ethnologie40. Le regard, et la position tenue dans un espace social que l’on partage mais dont on se sent étranger, indiquent des dispositions futures à la pratique de l’ethnographie. Soit un capital militant, auquel il faut adjoindre ce que l’analyse ne peut qu’esquisser : un tissu serré de relations entre socialisme et sciences sociales où les noms de Marcel Mauss ou Paul Rivet indiquent une constante circulation entre les pôles du politique et du scientifique. Claude Lévi-Strauss alla de l’un à l’autre, conjurant le premier dès lors qu’il toucha aux rives du second.

Seuil

  • 41  Daniel Fabre, « L’ethnologie française à la croisée des engagements »…, op. cit., note 2, p. 322.
  • 42  Claude Lévi-Strauss parle, face à la caméra de Christine Ockrent, de violence rituelle entre la ga (...)
  • 43  Ce travail sur Claude Lévi-Strauss reprend une interrogation plus ample entamée à partir du social (...)
  • 44  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, op. cit., note 12,p. 5.

27Le parcours de Claude Lévi-Strauss en socialisme peut-il se lire comme la trajectoire du politique au savant ? La tentation paraît d’autant plus grande qu’elle se nourrit de son statut singulier dans l’histoire de l’ethnologie française. Héros épistémique, il en symbolise la refondation après-guerre. On peut saisir ce processus de refondation dans le cadre plus large brossé par l’histoire culturelle des sorties de guerre. La question des liens de l’ethnologie française à Vichy et à la résistance fait problème, Daniel Fabre évoque alors un processus cathartique dans la refondation de l’ethnologie française autour de l’anthropologie41 . Dans cette configuration, l’engagement socialiste de Claude Lévi-Strauss n’appartient pas au clair-obscur des fondations de l’ethnographie française, il est simplement négligeable. Ici réside sans doute l’étrangeté de Claude Lévi-Strauss en socialisme. Au titre des sciences sociales –singulièrement du structuralisme- ce caractère anodin s’assortit chez lui d’un art du récit constamment placé sous le signe de la discontinuité. Tristes tropiques (1955) fonde, dans un projet oscillant entre le roman d’apprentissage et l’autobiographie, cette expulsion du politique dans le choix de l’ethnologie. Hasard et contingences se conjuguent dans une mise en récit reprise stricto sensu par Claude Lévi-Strauss dans ses entretiens des décennies 1980-1990 nécessités par l’assomption d’une carrière, d’une œuvre : le savant éclipse la fugacité du militant. En soi, cette construction rhétorique sous le signe d’une radicale disjonction entre le savant et le politique participe d’une mise en scène où le premier use de ses armes pour minorer le second42. Pour l’historien, l’analyse de cette expulsion participe d’une biographie intellectuelle, d’une histoire de l’ethnologie. Trace et indice simultanément, le socialisme de Claude Lévi-Strauss vaut pour ce qu’il permet d’appréhender. La SFIO s’aperçoit comme un environnement réceptif à la réflexion ethnographique dans l’horizon d’une représentation du populaire, de l’autre. L’image du milieu saisit au plus près ce qui se perpétue dans l’engagement de Paul Rivet, Marcel Mauss : un nouage entre sciences sociales et socialisme. La conversion du second au premier chez Claude Lévi-Strauss dit cette circulation possible, entretenue par les problématiques de l’époque autour de la littérature –culture- prolétarienne, par le constat d’une crise de la civilisation occidentale. Elle rappelle également, mezza voce, la prégnance d’une autre conception de l’engagement socialiste où la question de la coopération, sur le modèle belge, paraît d’autant plus vive qu’elle suscite l’intérêt des sociologues, dont Marcel Mauss. L’essentiel dès lors n’est plus dans une vaine quête en généalogie du rapport du militant au politique ; l’étonnant n’est ni l’engagement socialiste de Claude Lévi-Strauss, ni son effacement. La surprise réside dans ce que cette question repère : une frontière perméable, poreuse, entre les sciences sociales et le socialisme43. Sa clôture participe de l’après Seconde Guerre mondiale ; dans l’après-coup, la reconstitution des faits paraît problématique, parfois vide de sens : « J’ai une mémoire ravageuse, autodestructrice. Je supprime au fur et à mesure les éléments de ma vie personnelle et professionnelle. Et je n’arrive pas ensuite à reconstituer des faits44 ».

Haut de page

Notes

1  Jacques Rancière, « Voyage au pays des derniers sociologues », Chronique des temps consensuels, Paris, Seuil, 2005, p. 49.

2  Daniel Fabre, « L’ethnologie française à la croisée des engagements », In Jean-Yves Boursier et alii, Résistants et résistance, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 319-400.

3  Ce travail poursuit une recherche sur les liens tissés entre socialisme et sciences sociales nouée à partir du projet collectif d’une histoire documentaire du parti socialiste dont les deux premiers tomes sont parus aux EUD en 2005. Une première formalisation de ces axes de recherche pour la Belle Époque a eu lieu : cf. Vincent Chambarlhac, « L’Encyclopédie socialiste, une forme singulière pour une cause politique ? », Genèses, Décembre 2004. Et « SHS versus socialisme ? Les écritures intellectuelles du socialisme à la Belle Époque. », Recherche socialiste, n° 29, décembre 2004.

4  Cf. la manière dont il objective ses souvenirs militants : Georges Lefranc, « Comment on devient socialiste. À travers un demi-siècle de mouvement ouvrier (1920-1970) -1 ». Cahier et revue de l’OURS, n° 116, janvier 1981.

5  L’ouvrage de Jean-Louis Loubet Del Bayle (Les non-conformistes des années trente. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Seuil, 1969) fonde cette thématique reprise, entre autres, par Olivier Dard (Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF « Le nœud gordien », 2002).

6  Par la création de la Société d’études jaurésiennes en 1959, et la qualité des bulletins informant régulièrement la recherche universitaire sur le socialisme français. Cf. l’introduction à Vincent Chambarlhac et alii, Histoire documentaire du parti socialiste, tome 1, L’entreprise socialiste, Dijon, EUD, 2005.

7  Anecdote rapportée par Stéphane Clouet (De la rénovation à l’utopie socialiste, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1991, p. 229.).

8  Claude Lévi Strauss, « Autoportrait, propos recueillis par Catherine Clément et Dominique A. Grisoni » Magazine littéraire, n° 223, Octobre 1985, p. 19.

9  Benjamin Matalon, Bernard-Pierre Lécuyer, « Jalons pour une histoire des sciences de l'homme », Revue de synthèse, 3-4, juillet / décembre 1988, p. 373-377.

10  Jean Jamin, « L'histoire de l'ethnologie est-elle une histoire comme les autres? », Revue de synthèse, 3-4, op. cit., note 9, p. 471.

11  François Dosse, Histoire du structuralisme, Paris, Livre de poche, 1995 (1992), tome 1, p. 33.

12  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, De près et de loin, Paris, Odile Jacob, 2001 (1988), p. 26.

13  Claude Lévi-Strauss, « Autoportrait… », op. cit., note 9 p. 20.

14  François Dosse, Histoire du structuralisme, op. cit., note 11, tome 1, p. 31.

15  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, De près et de loin, op. cit., note 12, p. 5, p. 253.

16  Gaston Bachelard, L’activité rationaliste de la physique contemporaine, Paris, PUF, 1965. Et Claude Blanckaert, « Story et History de l’ethnologie », Revue de synthèse 3-4, op. cit., note 9, p. 451-453.

17  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, De près et de loin, op. cit., note 12, p. 17.

18  Alexandre Pajon, « Claude Lévi-Strauss, d’une métaphysique socialiste à l’ethnologie », Gradhiva n° 28 (décembre 2000), n° 29 (juillet 2001). Il s’agit d’extraits d’une thèse soutenue à l’IEP de Paris en 1997 sous la direction de Serge Berstein intitulée : Les sociologues français de l’entre-deux-guerres et la tentation du politique.

19  Mon hypothèse se nourrit de discussions nouées lors du colloque international Les autres lieux du politique tenu à Dijon les 27 et 28 septembre 2002, organisé par la MSH de l’Université de Bourgogne et la maison d’Oxford. Cf. Vincent Chambarlhac, Le politique implicite. Eléments de topographie (à paraître). Le rapport du militant au savant emprunte beaucoup à Frédérique Matonti et Franck Poupeau, « Le capital militant. Essai de définition. », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 155, décembre 2004.

20  Christian Delporte, « Les jeunesses socialistes dans l’entre-deux-guerres », Le Mouvement social, n° 157, octobre / décembre 1991.

21  Claude Lévi-Strauss, « Autoportrait… », op. cit., note 8, p. 21.

22  Stéphane Clouet, De la rénovation à l’utopie socialiste…, op. cit., note 7, chapitre 5.

23  Martine Segalen, Vie d’un musée 1937-2005, Paris, Stock, 2005. Sur le lien entre la vulgarisation ethnologique et le politique au temps du Front populaire, cf. Vincent Chambarlhac, « Savoirs politiques sur le peuple et Front populaire ». Communication au colloque international « Expériences et inscriptions du Front populaire. Militants, territoires et mémoires », Université de Bourgogne, jeudi 22 juin 2006, à paraître aux Editions sociales.

24  Sur ce parcours qu’il faudrait développer plus longuement, cf. Christine Laurière, « Paul Rivet, vie et œuvre », Gradhiva n° 26, 2000. Et, Jean Jamin, « Le savant et le politique : Paul Rivet (1876-1958) », Bulletin et mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris, n°3-4, 1989.

25  François Dosse, Histoire du structuralisme, op. cit., note 11, tome 1, p. 440.

26  Lettre de Claude Lévi-Strauss à Alexandre Pajon du 3/XII/1991. In Alexandre Pajon, « Claude Lévi-Strauss, d’une métaphysique socialiste à l’ethnologie (2) », op. cit., note 18, p. 1.

27  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, De près et de loin, op. cit., note 12, p. 253-254.

28  L’attention portée par les socialistes français à leur homologue belge donne peu de textes théoriques. Elle s’observe plutôt dans la littérature grise des brochures et des comptes rendus des revues socialistes. Cf. Vincent Chambarlhac, « Le mouvement socialiste, l’écriture d’un mouvement ?», communication au colloque international Les siècles des socialistes, Dijon, 27-29 novembre 2003. A paraître en 2006.

29  Par exemple avec Stéphane Clouet, De la rénovation à l’utopie socialiste…, op. cit., note 7, p. 133.

30  Jean-Michel Péru, Des ouvriers écrivent. Le débat sur la littérature prolétarienne en France (1925-1935). Thèse de doctorat. Paris VII. 1987.

31  Claude Lévi-Strauss, « Carlo Rosselli : socialisme libéral », l’ES, mars 1931, n°6.

32  Claude Lévi-Strauss, « Les Humbles », l’ES, décembre 1930, n°3.

33  Claude Lévi-Strauss, « Revues. Europe (15 novembre 1931) », l’ES, janvier 1932, n°4.

34  Claude Lévi-Strauss, « L.F. Céline : Voyage au bout de la Nuit », l’ES, n° 4, janvier 1933.

35  Marc Angenot, La critique au service de la Révolution, Montréal, Cahiers du CIADEST, 1997.

36  Marc Angenot, L’utopie collectiviste. Le grand récit socialiste sous la Deuxième Internationale, Paris, PUF, 1993.

37  Claude Lévi-Strauss, « Marcel Déat : Perspectives Socialistes », l’ES, n° 6, mars 1931, p. 14.

38  Claude Lévi-Strauss, « Paul Nizan : Aden Arabie (Rieder) », l’ES, n°8, mai 1930, p. 9.

39  Claude Lévi-Strauss, « Red Renaissance by H.H. Lewis », l’ES, n° 3, décembre 1930, p. 15.

40  Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil / Gallimard, 1990. Et Florence Weber, « Politiques du folklore en France (1930-1960) », In Philippe Poirrier et Loïc Valdelorge, Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, Comité d’Histoire du ministère de la Culture / Fondation Maison des sciences de l’Homme, 2003.

41  Daniel Fabre, « L’ethnologie française à la croisée des engagements »…, op. cit., note 2, p. 322.

42  Claude Lévi-Strauss parle, face à la caméra de Christine Ockrent, de violence rituelle entre la gauche et la droite au Quartier latin (Antenne 2, 1990). Dans Tristes tropiques, il applique un traitement sociologique à son passé d’étudiant (Comment on devient ethnographe ? Tristes Tropiques, Paris, Presses-Pocket « Terre Humaine poche », 1984, p. 56-58).

43  Ce travail sur Claude Lévi-Strauss reprend une interrogation plus ample entamée à partir du socialisme de la Belle Époque sur le nouage des SHS au socialisme français par le biais de la question sociale.

44  Claude Lévi-Strauss, Didier Eribon, op. cit., note 12,p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Chambarlhac, « Lévi-Strauss en socialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 101 | 2007, 83-99.

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Lévi-Strauss en socialisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/563

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

IHC, Ub, UMR CNRS 5605, Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page