Navigation – Plan du site
DÉBATS

Mutualité et coopération : une histoire par trop méconnue

Michel Dreyfus
p. 169-180

Résumé

L’histoire sociale a longtemps privilégié le conflit à la réforme et à la gestion du social. Ces dernières semblaient un objet d’étude négligeable il y a encore quatre décennies. L’histoire était essentiellement pensée en termes d’affrontements et de luttes mais, inversement, négociations et compromis n’y avaient pas de place. La majorité des historiens qui se consacraient au politique étaient attirés bien davantage par le coup d’éclat que par la réforme, et ceux qui travaillaient sur le social le faisaient le plus souvent dans le même état d’esprit. Telle est la raison pour laquelle l’histoire de la coopération et de la mutualité a été négligée. Pourtant, ces deux mouvements sont les plus anciens de notre pays. Les premières sociétés de secours mutuel apparaissent à la veille de la Révolution française et la coopération fait ses premiers pas sous la monarchie de Juillet : ces deux mouvements sont donc bien antérieurs aux syndicats. Leurs forces sont également beaucoup plus importantes, puisqu’en 1914 coopérateurs et mutualistes sont dix fois plus nombreux que les syndicalistes. Cet article explique les raisons d’un tel oubli, fait le point sur l’histoire de la coopération et de la mutualité et propose un certain nombre de pistes de recherches.

Haut de page

Texte intégral

1L'historien n’est pas un spécialiste enfermé dans sa tour d’ivoire ; bien au contraire, il est tributaire du contexte intellectuel et idéologique de son temps. L’histoire sociale a été écrite le plus souvent à partir des années 1960 par des chercheurs influencés par les organisations politiques et syndicales, en premier lieu le PCF et la CGT. Une décennie plus tard, cette dernière et la CFDT ont ressenti un « besoin d’histoire » et la nécessité de se rapprocher des historiens : cette démarche a stimulé alors de nouvelles recherches. En 1992, Guy Groux et René Mouriaux recensaient 750 travaux de toutes sortes sur la seule CGT depuis ses origines ; trois ans plus tard, Dominique Labbé en comptabilisait 530 sur la même confédération, pour la période allant de 1945 à 1993. Le nombre de travaux concernant cette centrale dépasse aujourd’hui très largement le millier. La CFTC, la CFDT et le syndicalisme enseignant font également l’objet de multiples recherches scientifiques ; en revanche, l’histoire de FO reste à écrire sur encore bien des points, en dépit de quelques travaux récents.

  • 1 Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à (...)

2L’histoire sociale a d’abord privilégié le conflit à la réforme et à la gestion du social. Ces dernières semblaient un objet d’étude peu digne d’intérêt, voire négligeable il y a quatre décennies. L’histoire était essentiellement pensée en termes d’affrontements et de luttes mais, inversement, négociations et compromis n’y avaient pas de place. La plupart des historiens qui se consacraient au politique étaient attirés bien davantage par le coup d’éclat que par la réforme. Ceux qui travaillaient sur le social le faisaient le plus souvent dans le même état d’esprit. Ce dernier n’a pas disparu de nos jours : dans une vaste synthèse parue récemment sur les mouvements sociaux en France depuis deux siècles, pas un mot n’est dit sur la mutualité et pas davantage sur la coopération1. Pourtant ces deux mouvements sont les plus anciens de notre pays. Les premières sociétés de secours mutuel apparaissent à la veille de la Révolution française et la coopération fait ses premiers pas sous la monarchie de Juillet : ces deux mouvements sont donc bien antérieurs aux syndicats. Leurs forces sont également largement supérieures puisqu’en 1914, il y a en France dix fois plus de mutualistes que de syndicalistes.

  • 2 Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, tome 4, Colère et politique, Paris, Payot, 2003, (...)

3Il est facile de relever les différences avec lesquelles sont traitées certaines questions. Ainsi, la prise de position d’Émile Zola durant l’affaire Dreyfus a fait, à juste titre, l’objet des exégèses les plus fouillées. Mais on ne remarque jamais qu’elle est, à quelques semaines près, contemporaine de deux lois essentielles de l’histoire sociale de notre pays : la Charte de la mutualité et la première loi sur les accidents du travail (1er et 9 avril 1898). Aucun des innombrables travaux consacrés à l’affaire n’a relevé cette coïncidence. Il y a bien là le signe qu’en histoire, tous les sujets ne se valent pas, que certains sont plus porteurs que d’autres. La remarque faite en 1973 par Theodor Zeldin reste valable aujourd’hui : il se demandait alors dans sa grande Histoire des passions françaises pourquoi aucun historien ne s’était jamais intéressé à l’histoire de la mutualité « alors que bon nombre d’entre eux [s’étaient penchés] sur les activités des socialistes dont les forces étaient bien moins importantes2 ».

  • 3 Romain Lavielle, Histoire de la mutualité, sa place dans le régime français de protection sociale, (...)
  • 4 Michel Radelet, Mutualisme et syndicalisme. Rupture et convergences de l’Ancien Régime à nos jours,(...)

4Pendant longtemps, les mutualistes n’ont manifesté aucune demande sociale sur leur histoire. Cette dernière était négligée et la mutualité dissuadait de l’entreprendre les rares historiens qui auraient pu s’intéresser à elle. La formation intellectuelle de ces historiens, qui privilégiait les questions idéologiques et politiques, ne les poussait guère sur ce terrain. Les choses ont peu changé aujourd’hui. À première vue, les discussions idéologiques apparaissent en effet absentes de l’histoire de la mutualité. Pourtant, et pour ne prendre qu’un exemple, le débat entre partisans de la liberté et de l’obligation est aussi fondamental que celui qui a lieu au même moment sur l’intervention de l’État dans léconomique et le social. Apparemment peu spectaculaires, les enjeux de la mutualité semblent fort éloignés des grands moments de l’histoire sociale de notre pays. Comment et où insérer la mutualité dans des épisodes tels que la Révolution française, la Commune, le Front populaire ou la Résistance ? On comprend mieux dans ces conditions pourquoi un seul responsable mutualiste a pris la plume dans la décennie 1960 pour retracer une histoire de son mouvement3. Ce récit est d’ailleurs bien sommaire. Il faut attendre ensuite trois décennies supplémentaires pour qu’un autre dirigeant mutualiste se penche à nouveau sur cette question4, là encore de façon bien trop brève.

  • 5 Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la Sécurité sociale, 1850-1940. Essai sur les origines de la Sécuri (...)
  • 6 De nombreux colloques ont été organisés par ce comité depuis 1978.
  • 7 Simon-Pierre Zonza, Histoire d’une mutuelle. La Mutuelle générale de l’éducation nationale, Univers (...)
  • 8 Dominique Simon, Les origines des Assurances sociales au début des années 1930, Université Paris 1, (...)
  • 9 Madeleine Rebérioux (dir.), « Autour du premier congrès des sociétés de secours mutuel. Lyon, 1883- (...)
  • 10 Michel Dreyfus et Bernard Gibaud (dir.), Mutualités de tous les pays. Un passé riche d’avenir, Pari (...)

5Des questions que l’on croyait résolues sont réapparues depuis la fin des années 1970 et des Trente Glorieuses. Parmi elles, la protection sociale a connu des difficultés grandissantes : l’envolée du chômage a entraîné un dysfonctionnement du système se traduisant par un déficit croissant de la Sécurité sociale. Cette évolution a contribué au renouvellement de la problématique de l’histoire sociale, mais elle l’a fait avec une extrême lenteur. L’ouvrage publié en 1971 par Henri Hatzfeld sur les origines de la Sécurité sociale5 a été accueilli dans l’indifférence. Une décennie plus tard, mutualité et protection sociale ont commencé à être reconnues comme des objets de recherche scientifique : colloques du Comité d’histoire de la Sécurité sociale fondé en 19736, soutenance de quelques thèses sur l’histoire de la mutualité7 et des Assurances sociales8, premier colloque sur l’histoire de la mutualité9. Mais un grand retard restait à combler sur le plan de la connaissance de ce mouvement. L’histoire de la principale composante de la mutualité, la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF), fondée en 1902, est encore pratiquement une page blanche de nos jours. Cette situation est loin d’être spécifique à la France. Elle concerne également l’Europe et les autres continents où l’histoire de la mutualité reste le plus souvent un parent pauvre de l’historiographie, comme l’ont noté la plupart des participants du premier colloque tenu en 1992 sur l’histoire internationale de la mutualité10.

  • 11 Jean Bennet entra à la FNMF en 1938 et y fit toute sa carrière jusqu’en 1976. Il fut le pionnier de (...)
  • 12 Jean-Luc Souchet, Denis Roux, La Mutualité en Loire-Atlantique. Dix générations de tradition et d’i (...)
  • 13 Jean-Louis Souchet (dir.), La Mutualité tourangelle, creuset de solidarité, Tours, Mutualité de l’I (...)
  • 14 Edwige Praca, Les sociétés de secours mutuels et leur Union dans les Pyrénées-Orientales (xix-xxe s (...)

6Léopold Mabilleau, qui fut le premier président de la FNMF de 1902 à 1921, est un inconnu, à l’inverse de Jean Jaurès. Les carrières des deux hommes, qui se croisèrent dans les années 1880, connurent pourtant un certain parallélisme. Lui et des centaines de mutualistes attendent toujours leur biographe. Certes, Léopold Mabilleau figure parmi les 76 responsables mutualistes nationaux qui ont été tirés de l’oubli par Jean Bennet, également mutualiste qui se fit historien11. Mais les recherches de ce dernier doivent être approfondies car elles sont très lacunaires : ainsi Jean Bennet ne recense que la moitié des membres du comité exécutif de la FNMF à la veille de la Seconde Guerre mondiale… qu’en est-il des autres ? À l’exception d’une centaine de biographies de mutualistes de Loire-Atlantique12, de deux ouvrages traitant de l’histoire des groupements dans l’Indre-et-Loire13 et les Pyrénées-Orientales14, aucun travail n’a été fait sur ces responsables, qu’ils soient nationaux, départementaux ou en charge d’une fédération professionnelle.

  • 15 Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940, Paris, PUF, depuis 1960.
  • 16 Steven M. Zdatny, Les artisans en France au xxe siècle, Paris, Belin, 1999. La mutualité est absent (...)
  • 17 Bruno Palier, Gouverner la Sécurité sociale, Paris, PUF, 2005.

7Dans le même ordre d’idées, on doit relever la faiblesse ou l’absence de références à l’engagement mutualiste de nombreux députés et sénateurs dans le Dictionnaire des parlementaires français15. Cette activité fut cependant essentielle pour un grand nombre d’entre eux. Sur un autre plan, la redécouverte du monde artisanal, « ce grand absent de l’histoire du xxe siècle16 », n’a entraîné aucun intérêt pour la mutualité, qui l’organisa pourtant largement. Les historiens du mouvement ouvrier ne sont pas les seuls à avoir négligé l’histoire de la mutualité. La plupart des historiens en ont fait autant, ainsi que les politologues et les sociologues. Ainsi, un ouvrage assez récent sur l’histoire de la Sécurité sociale ignore à peu près complètement l’existence de la mutualité17.

L’histoire écrite par les mutualistes

  • 18 Outre 15 ouvrages édités de 1988 à 1996 dans la collection « Racines mutualistes », la FNMF a publi (...)
  • 19 Michel Dreyfus, Clotilde Drulle-Korn, Francis Juchereau, Bernard Lacorre L’économie sociale : histo (...)

8La FNMF a commencé à se soucier de ses archives à partir du milieu des années 1980 et a même manifesté une certaine attention pour son histoire en publiant une quinzaine d’ouvrages de 1988 à 199518. Mais cet élan est retombé peu à peu à partir du début des années 2000. La question des archives est, on le sait, essentielle pour les historiens. Or, beaucoup de retard a été pris pour le sauvetage des archives de la mutualité. Souhaitons que le projet national de recensement des archives coopératives et mutualistes, entrepris depuis 2014 par le Pôle international de ressources de Limoges et du Limousin pour l’histoire de l’économie sociale (PR2L), puisse être mené à bien19. Ce projet repose sur deux axes. Tout d’abord, le repérage des fonds d’archives mutualistes de toutes sortes, (livres, périodiques, manuscrits, objets, sans oublier les bâtiments) déposés ou conservés par les différentes instances de la FNMF. Ensuite, la réalisation d’un inventaire général détaillé permettant le classement raisonné de tous ces documents. Ce travail devrait inciter de nombreux groupements à déposer leurs fonds dans les archives départementales ou municipales, selon les règles en vigueur. Le soutien de la FNMF à ce projet est donc indispensable.

  • 20 Michel Dreyfus, La Mutualité durant la Seconde Guerre mondiale, 2000, manuscrit inédit.
  • 21 Michel Dreyfus, Biographie des dirigeants mutualistes, de la fin du xixe siècle au début du xxie, P (...)
  • 22 Michel Dreyfus, Les femmes et la Mutualité française, Paris, Éditions Pascal/Mutualité française, 2 (...)
  • 23 Bernard Gibaud, Olivier Vernier, David Lamoueux, Hervé Tiffon, Histoire de la Mutualité dans les Al (...)
  • 24 Jérémy Dupuy, Histoire de la Mutualité dans les Ardennes, Sedan, Mutualité française Ardennes/Terre (...)
  • 25 Patricia Toucas, Le Fraternel rapprochement. Le secours mutuel en Charente-Maritime, des origines à (...)
  • 26 Edwige Praca, Histoire de la Mutualité dans l’Hérault, Toulouse, Privat, 2003.
  • 27 Stève Desgré, avec la coopération de Alain Mélo, Amellis, Histoire de la Mutualité dans le Jura, Sa (...)
  • 28 Michel Dreyfus, 1905-2005, la Mutualité dans le Morbihan : 100ans d’engagement solidaire, Lorient, (...)
  • 29 Stève Desgré, Jean-Louis Souchet, La force des solidarités vendéennes, Mutualité française Vendée, (...)
  • 30 100  ans de la FMP, Paris FMP, 2003.

9La FNMF a soutenu jusqu’en 2006 trois études sur son histoire durant la Seconde Guerre mondiale20, sur les dirigeants mutualistes21 et sur les femmes en mutualité22. Puis elle a mis fin à ce soutien. Cet abandon a eu des conséquences négatives sur le plan de la recherche universitaire, où la situation était déjà loin d’être bonne. Plusieurs groupements sont toutefois partis à la recherche de leur histoire, notamment dans les Alpes-Maritimes23, les Ardennes24, la Charente-Maritime25, l’Hérault26, le Jura27, le Morbihan28, la Vendée29… Mais ces publications ont souvent leurs limites, comme le montre le cas de la mutualité parisienne qui n’a eu droit qu’à une modeste plaquette30. Et les travaux proprement universitaires sur l’histoire de la mutualité sont aujourd’hui bien rares.

L’histoire écrite par les universitaires

  • 31 André Gueslin, L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et mu (...)
  • 32 Bernard Gibaud, Mutualité, assurances (1850-1914) : les enjeux, Paris, Economica, 1998.
  • 33 Michel Dreyfus, Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme (1852-1967), Paris, Édition (...)
  • 34 Bruno Dumons, Gilles Pollet, L’État et les retraites. Genèse d’une politique, Paris, Belin, 1996.
  • 35 Michel Dreyfus, Michèle Ruffat, Vincent Viet, Danièle Voldman, avec la collaboration de Bruno Valat (...)
  • 36 Bruno Valat, Histoire de la Sécurité sociale (1945-1967). L’État, l’institution et la santé, Paris, (...)
  • 37 Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps, Paris, Presses de l’École normale supérie (...)

10Une remarquable synthèse de l’histoire des mouvements coopératifs et mutualistes au xixe siècle a été dressée par André Gueslin31. De notre côté, nous préparons une histoire de l’économie sociale au xxe siècle qui devrait paraître en 2017. Bernard Gibaud a mesuré les enjeux existant entre mutualité et compagnies d’assurances durant le grand demi-siècle qui précède la Première Guerre mondiale32. Nous avons publié un ouvrage sur les rapports entre mutualisme et syndicalisme, du Second Empire aux débuts de la Ve République33. Des ouvrages ont également été écrits sur les retraites ouvrières et paysannes (1910) 34, les Assurances sociales (1930) 35 et la Sécurité sociale (1945) 36 : ces trois étapes essentielles de la protection sociale concernent la mutualité sur de nombreux points. Ce mouvement rencontre aussi l’histoire d’institutions originales, parmi lesquelles le Musée social occupe une place de choix37.

  • 38 Claire Andrieu, Les sociétés municipales de secours parisiennes des xixe et XXe arrondissements de (...)
  • 39 Charlotte Siney, Soigner autrement ? La politique médico-sociale de la MGEN (1947-1991), MGEN, 2007
  • 40 Michel Dreyfus, Une histoire d’être ensemble. La MGEN (1946-2006), Paris, Jacob Duvernet, 2006.
  • 41 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Didier Nourrisson, La Mutualité de la Loire face aux défis : e (...)
  • 42 Yann Delbrel, La Mutualité à Bordeaux au xixe siècle, Pessac, Fédération historique du Sud-Ouest, 2 (...)
  • 43 Cf. les travaux de Yannick Marec, en particulier sur Henri Vermont.
  • 44 Olivier Boned, Inter-coopération identitaire et rôle du dirigeant : le positionnement de la MGEN, U (...)
  • 45 Charlotte Siney (dir.), « La Mutualité : enjeux passés, défis actuels et perspectives d’avenir », V (...)

11Répétons-le, les travaux universitaires portant sur l’histoire de la mutualité brillent par leur absence. Il est difficile d’intéresser des étudiants, historiens débutants, à l’histoire de ce mouvement et l’auteur de ces lignes en a fait l’expérience durant trois décennies. En dépit de ses efforts, il n’a pu que susciter trois mémoires de maîtrise : deux sur les sociétés de secours mutuels dans la capitale, le troisième sur la mutualité pendant la Grande Guerre38. Charlotte Lange-Siney, l’auteur de ce dernier travail, a poursuivi avec une thèse sur la politique médicosociale de la MGEN39, qui vient compléter l’histoire de cette mutuelle écrite un peu auparavant par moi-même40. Des universitaires ont retracé l’histoire de la mutualité dans la Loire41, à Bordeaux42 et en partie dans la région de Rouen43. Olivier Boned a soutenu une thèse sur le positionnement européen de la MGEN44. Quelques articles historiques ont été publiés dans la Revue de l’économie sociale (1983-1991) et un plus grand nombre dans la Revue d’études coopératives fondée en 1921 et qui paraît aujourd’hui sous le nom Revue d’études mutualistes, coopératives et associatives (RECMA). Mais la plupart de ces travaux traitent des origines de la coopération et de la mutualité dans la première partie du xixe siècle ; les périodes suivantes sont bien moins abordées. Enfin, un numéro spécial de Vie sociale, la revue du CEDIAS-Musée social, a été consacré à la mutualité et un autre à l’économie sociale45. On le voit, la situation est un peu moins mauvaise qu’il y a trente ans, mais elle reste encore très médiocre.

Pistes de recherches possibles sur l’histoire de la mutualité

12Dans quelles directions de futures recherches pourraient-elles s’organiser ? Nous suggérons de les mener autour des axes suivants, après avoir dit quelques mots sur une étude en cours réalisée par Charlotte Siney. Les premiers établissements sociaux et médicaux mutualistes – centres de soins, sanatoriums, etc. – ont vu le jour un peu avant la Grande Guerre puis au lendemain de cette dernière. Les cliniques mutualistes ont pris leur essor dans la décennie 1930 ; ces réalisations se sont poursuivies et se sont amplifiées après 1945. La plupart des études régionales que nous avons signalées mentionnent ces établissements, mais ce tableau reste très incomplet et il n’existe à ce jour aucun panorama d’ensemble de ces réalisations. Le travail de Charlotte Siney sera très utile à la mutualité et pas seulement pour des raisons historiques : il sera en effet nécessaire pour cette dernière de mieux connaître son propre patrimoine et de voir comment il a évolué depuis un siècle.

13L’histoire de la mutualité est maintenant mieux connue pour le xixe siècle, mais il n’en est pas de même ensuite. Le centenaire de la Grande Guerre a suscité un flot de publications depuis 2014, mais on ignore à peu près tout de la mutualité pendant ces quatre ans. Beaucoup reste aussi à faire sur la période de l’entre-deux-guerres, notamment au niveau des études régionales. Le constat est valable également pour la Seconde Guerre mondiale : comment les choses se passèrent-elles sur le terrain ? Quel rôle jouèrent les mutualistes dans la Résistance ? On sait dans les grandes lignes que la mutualité a vécu à la Libération une période difficile aux débuts de la Sécurité sociale, mais là encore, des études locales ou régionales seraient indispensables pour mieux cerner la réalité. Comment la mutualité s’est-elle adaptée ensuite à la « Sécu » ? Cela pose la question qui reste très actuelle de son rapport avec l’État, avec qui elle a dû apprendre à composer. Quelles furent durant la même période ses relations avec les syndicats, la CGT, la CFTC puis la CFDT et FO ?

14Il reste ensuite beaucoup à faire pour que l’histoire de la mutualité soit connue sur le plan national. Rien n’a encore été écrit pour la majorité des départements. On attend toujours une étude de l’histoire du mouvement à Paris, ainsi qu’en banlieue. Une recherche en cours sur la mutualité en banlieue parisienne de 1852 à 1914 devrait aboutir, mais pas avant trois ans. Qu’en est-il de l’histoire de la mutualité dans le Nord, en Alsace, et dans de nombreux départements de l’est de la France ? La question se pose également pour le centre de la France, le Limousin, les Pyrénées, etc.

15Un immense chantier est à ouvrir pour mieux connaître les responsables mutualistes, du Second Empire jusqu’à nos jours. Les quelques travaux que nous avons signalés doivent être approfondis. Là encore, l’approche régionale est indispensable. Quelle a été la place des mutualistes dans la vie politique du pays, au niveau municipal, départemental et national ? Beaucoup menèrent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, du moins semble-t-il, des carrières de maires, de députés, de conseillers généraux. Tout ceci est à vérifier. Cette recherche permettra une réévaluation du poids du mouvement dans la vie nationale et révélera sans doute sa proximité avec la vie politique.

16Rien n’a été fait sur le rôle économique de la mutualité depuis ses origines. Il a pourtant été considérable. Les mutualistes étaient 250 000 en 1848, près de 4 millions en 1914, 15 millions en 1945 ; ils sont 38 millions aujourd’hui. Leur poids économique s’est accru à partir de la création de la « mutualité impériale » par Napoléon III. Le mouvement a été confié alors aux notables et il a reçu de la Caisse des dépôts et consignations une aide substantielle, puisque les mutualistes ont pu déposer alors leurs fonds dans cet établissement qui les a rémunérés de façon avantageuse, à 4,5 %. Cette disposition est connue, répétée. Mais il faut aller plus loin maintenant.

17Concluons enfin en constatant que la place de la mutualité dans l’économie sociale, depuis son essor à la fin des années 1970, est très mal connue. Cette question ne relève pas seulement de la recherche historique, mais elle rejoint l’actualité la plus immédiate. Les mouvements coopératifs et associatifs sont les deux autres composantes de l’économie sociale. Nous ne pouvons traiter ici du mouvement associatif, mais nous allons évoquer ce qu’il en est pour la coopération.

La coopération

  • 46 « La Coopération », dans Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvr (...)

18À la différence de la mutualité, qui a manifesté peu d’intérêt pour son histoire, le mouvement coopératif s’y est davantage consacré, tout du moins à ses débuts. On a eu trop souvent tendance à rattacher les premiers pas du mouvement coopératif, qu’il soit de production ou de consommation, au socialisme utopique. Cette vision des choses n’est pas fausse mais elle est très réductrice. L’histoire du mouvement coopératif est en effet infiniment plus complexe que ce qu’en retient aujourd’hui la mémoire des mouvements d’économie sociale : cette histoire est en effet tributaire de plusieurs courants de pensée depuis un siècle. Depuis les débuts de la révolution industrielle, le monde du travail a cherché à s’organiser à travers de multiples formes collectives. Il s’est également mobilisé en faveur de réformes de la société, issues des sources intellectuelles les plus variées : socialistes46 mais aussi chrétiennes, libérales et radicales.

  • 47 Jean Gaumont, Histoire générale de la coopération en France, Paris, FNCC, 1924.
  • 48 Paris, Armand Colin.
  • 49 François Boudot, La coopération en France. Consommation et production, Paris, Éditions ouvrières, 1 (...)
  • 50 Paris, Éditions ouvrières puis Éditions de l’Atelier.
  • 51 Cf. notamment sa thèse ainsi que ses articles dans la Revue de l’économie sociale.
  • 52 Soutenue en 2003 et publiée en 2012, La Prolétarienne, l’Union, La Ménagère… Les coopératives ouvri (...)
  • 53 Jean-Louis Robert, Les ouvriers parisiens pendant la Grande Guerre, thèse, Paris 1, 1992.
  • 54 Jean-Jacques Meusy (dir.), La Bellevilloise (1877-1939). Une page de l’histoire de la coopération e (...)
  • 55 Notamment, 111 ans d’histoire de la Confédération générale des sociétés coopératives ouvrières de p (...)
  • 56 Les sociétés coopératives ouvrières de production en France de 1945 à nos jours, thèse, Paris VII, (...)
  • 57 Patricia Toucas, Michel Dreyfus (dir.), Les coopérateurs. Deux siècles de pratiques coopératives, P (...)
  • 58 Bruxelles, Larcier.
  • 59 Financer les utopies. Une histoire du Crédit coopératif (1893-2013), Actes Sud/IMEC, 2013.
  • 60 Niccolò Mignemi, Coopérer pour travailler la terre, coopérer pour exploiter la terre : Itinéraires (...)
  • 61 Valérie Tesnière, Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire (1860-1968), Paris, PUF, 2001.

19Jusqu’aux années 1920, le mouvement coopératif a été davantage attentif à son histoire que la mutualité. Ainsi un de ses militants, Jean Gaumont, a mené à bien une vaste histoire de la coopération depuis ses origines jusqu’au lendemain de la Grande Guerre. Son ouvrage, qui traite des deux composantes du mouvement : consommation et production, a été publié en 192447. Un an plus tôt, Bernard Lavergne avait écrit un petit livre sur les coopératives de consommation en France48. Mais il a fallu ensuite attendre 1956 pour que la coopération fasse l’objet d’une nouvelle synthèse, également limitée49. Des informations sur les militants coopératifs, souvent rédigées par Jean Gaumont, figurent dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français dirigé par Jean Maitron50. Elles sont utiles mais elles laissent penser que la coopération fut essentiellement liée au mouvement socialiste, ce qui est réducteur. Les recherches de Robert Verdier51 vont dans le même sens. Or, la thèse de Robert Gautier52 sur les coopératives de consommation en Bretagne montre la grande diversité des sources d’inspiration et des pratiques du mouvement coopératif. Jean-Louis Robert a consacré une partie importante de sa thèse au mouvement coopératif à Paris et en banlieue pendant la Grande Guerre53. L’histoire de la Bellevilloise a été retracée dans un ouvrage fort bien édité54. Ancien responsable du mouvement coopératif de production, François Espagne lui a consacré plusieurs écrits55 et Sylvie Zaidman une thèse56. Une présentation de l’ensemble du mouvement coopératif a été pu être réalisée en 2005 avec le soutien du Crédit coopératif57. Jean-François Draperi a publié sa République coopérative en 201258 et, un an plus tard, nous avons traité de l’histoire de la coopération de production dans notre livre sur le Crédit coopératif59. Niccolo Mignemi a soutenu récemment une thèse sur l’histoire de la coopération agricole de la fin du xixe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale60. Aux marges de la coopération, signalons enfin un ouvrage sur les PUF61. Cette recension n’est pas exhaustive. Mais force est bien de constater que ces travaux, pour importants qu’ils soient, laissent de nombreux aspects de l’histoire du mouvement coopératif dans l’ombre. Là encore, les articles publiés dans la Revue de l’économie sociale et bien davantage dans la RECMA ne suffisent pas à combler ces lacunes. À l’heure l’économie sociale touche un public de plus en plus large, il faut partir à la recherche de son histoire.

Haut de page

Notes

1 Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, 800 p.

2 Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, tome 4, Colère et politique, Paris, Payot, 2003, p. 431.

3 Romain Lavielle, Histoire de la mutualité, sa place dans le régime français de protection sociale, Paris, Hachette, 1964.

4 Michel Radelet, Mutualisme et syndicalisme. Rupture et convergences de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, PUF, 1991.

5 Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la Sécurité sociale, 1850-1940. Essai sur les origines de la Sécurité sociale en France, Paris, Armand Colin, 1971, réédition aux Presses universitaires de Nancy, 1989.

6 De nombreux colloques ont été organisés par ce comité depuis 1978.

7 Simon-Pierre Zonza, Histoire d’une mutuelle. La Mutuelle générale de l’éducation nationale, Université de Paris 1, 1977 ; Jean-Louis Morgenthaler, La Mutualité française de 1945 à 1976, Université de Nancy II, 1981 ; Bernard Gibaud, De la mutualité à la Sécurité sociale. Conflits et convergences, Paris, Éditions ouvrières, 1981 ; Yves Saint-Jours, Michel Dreyfus, Dominique Du Rand, La Mutualité. Histoire, droit, sociologie, Paris, Éditions LGDJ, 1990 ; Patricia Toucas, La Mutualité au sein des populations littorales en Charente-Inférieure (1850-1945), Paris, Librairie de l’Inde, 1998.

8 Dominique Simon, Les origines des Assurances sociales au début des années 1930, Université Paris 1, 1983.

9 Madeleine Rebérioux (dir.), « Autour du premier congrès des sociétés de secours mutuel. Lyon, 1883-1884 », Prévenir, n° 9, mai 1984.

10 Michel Dreyfus et Bernard Gibaud (dir.), Mutualités de tous les pays. Un passé riche d’avenir, Paris, FNMF, 1995.

11 Jean Bennet entra à la FNMF en 1938 et y fit toute sa carrière jusqu’en 1976. Il fut le pionnier de l’histoire de la mutualité à travers trois ouvrages : La mutualité française à travers sept siècles, Paris, CIEM, 1975 ; La mutualité française, des origines à la Révolution de 1789, Paris, CIEM, 1981 ; Biographies de personnalités mutualistes, xix-xxe siècles, Paris, Mutualité française, 1987. Il tint également une chronique historique dans La Revue de la mutualité.

12 Jean-Luc Souchet, Denis Roux, La Mutualité en Loire-Atlantique. Dix générations de tradition et d’innovations solidaires, Nantes, Mutuelles de Loire-Atlantique, 1996.

13 Jean-Louis Souchet (dir.), La Mutualité tourangelle, creuset de solidarité, Tours, Mutualité de l’Indre-et-Loire, 2000.

14 Edwige Praca, Les sociétés de secours mutuels et leur Union dans les Pyrénées-Orientales (xix-xxe siècles), Mutualité française-Pyrénées-Orientales/Trabucaire, 2000.

15 Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940, Paris, PUF, depuis 1960.

16 Steven M. Zdatny, Les artisans en France au xxe siècle, Paris, Belin, 1999. La mutualité est absente de cet ouvrage.

17 Bruno Palier, Gouverner la Sécurité sociale, Paris, PUF, 2005.

18 Outre 15 ouvrages édités de 1988 à 1996 dans la collection « Racines mutualistes », la FNMF a publié : Bernard Gibaud, 1789-1989. Aux sources de la mutualité moderne (1989). Mutualités de tous les pays…, op. cit. ; Patricia Toucas-Truyen, Histoire de la mutualité et des assurances. L’actualité d’un choix ; Michel Dreyfus, Bernard Gibaud et André Gueslin (dir.), Démocratie, solidarité et mutualité. Autour de la loi de 1898 (co-édité avec Economica, 1999). Pierre Guillaume, Mutualistes et médecins. Conflits et convergences, xix-xxe siècles, Paris, Éditions de l’Atelier/Mutualité française, 2000 ; Michel Dreyfus, Bernard Gibaud, 1900-2000. La Mutualité dans le siècle, 2000.

19 Michel Dreyfus, Clotilde Drulle-Korn, Francis Juchereau, Bernard Lacorre L’économie sociale : histoire d’hier, patrimoine pour demain. Du Limousin à l’Europe, Limoges, PULIM, 2014.

20 Michel Dreyfus, La Mutualité durant la Seconde Guerre mondiale, 2000, manuscrit inédit.

21 Michel Dreyfus, Biographie des dirigeants mutualistes, de la fin du xixe siècle au début du xxie, Paris, Mutualité française, 2003.

22 Michel Dreyfus, Les femmes et la Mutualité française, Paris, Éditions Pascal/Mutualité française, 2006.

23 Bernard Gibaud, Olivier Vernier, David Lamoueux, Hervé Tiffon, Histoire de la Mutualité dans les Alpes-Maritimes de 1832 à nos jours, Nice, Mutualité française Alpes-Maritimes, 2004.

24 Jérémy Dupuy, Histoire de la Mutualité dans les Ardennes, Sedan, Mutualité française Ardennes/Terre ardennaises, 2006.

25 Patricia Toucas, Le Fraternel rapprochement. Le secours mutuel en Charente-Maritime, des origines à nos jours, Le Tiers livre, 2007.

26 Edwige Praca, Histoire de la Mutualité dans l’Hérault, Toulouse, Privat, 2003.

27 Stève Desgré, avec la coopération de Alain Mélo, Amellis, Histoire de la Mutualité dans le Jura, Saint-Claude, Amellis.

28 Michel Dreyfus, 1905-2005, la Mutualité dans le Morbihan : 100ans d’engagement solidaire, Lorient, Mutualité française Morbihan, 2005.

29 Stève Desgré, Jean-Louis Souchet, La force des solidarités vendéennes, Mutualité française Vendée, 2005.

30 100  ans de la FMP, Paris FMP, 2003.

31 André Gueslin, L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et mutualistes dans la France du xixe siècle, Paris, Economica, 1987, nouvelle édition augmentée, 1998.

32 Bernard Gibaud, Mutualité, assurances (1850-1914) : les enjeux, Paris, Economica, 1998.

33 Michel Dreyfus, Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme (1852-1967), Paris, Éditions de l’Atelier, 2001.

34 Bruno Dumons, Gilles Pollet, L’État et les retraites. Genèse d’une politique, Paris, Belin, 1996.

35 Michel Dreyfus, Michèle Ruffat, Vincent Viet, Danièle Voldman, avec la collaboration de Bruno Valat, Se protéger, être protégé. Une histoire des Assurances sociales en France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

36 Bruno Valat, Histoire de la Sécurité sociale (1945-1967). L’État, l’institution et la santé, Paris, Economica, 2001.

37 Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1998 ; Janet Horne, Le Musée social : aux origines de l’État providence, Paris, Belin, 2004. Mais cet ouvrage s’arrête en 1914 alors que l’histoire du Musée social se poursuit jusqu’à nos jours.

38 Claire Andrieu, Les sociétés municipales de secours parisiennes des xixe et XXe arrondissements de Paris (1865-1950), Paris 1, 1997 ; Leïla Boyer, Les sociétés de secours mutuels à Paris, à la fin du xixe siècle, Paris 1, 1999 ; Charlotte Lange, La Mutualité pendant la Grande Guerre, Paris 1, 2000 ; Anne Boutrais, Les sociétés de secours mutuels parisiennes sous le Second Empire, Paris VII, 1996. Signalons enfin la contribution de Lori Weintrob « L’apprentissage de la solidarité républicaine, les sociétés de secours mutuels à Lyon, 1804-1914 », à Démocratie, solidarité…, op. cit.

39 Charlotte Siney, Soigner autrement ? La politique médico-sociale de la MGEN (1947-1991), MGEN, 2007.

40 Michel Dreyfus, Une histoire d’être ensemble. La MGEN (1946-2006), Paris, Jacob Duvernet, 2006.

41 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Didier Nourrisson, La Mutualité de la Loire face aux défis : enracinement local et enjeux nationaux (1850-1980), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005.

42 Yann Delbrel, La Mutualité à Bordeaux au xixe siècle, Pessac, Fédération historique du Sud-Ouest, 2006.

43 Cf. les travaux de Yannick Marec, en particulier sur Henri Vermont.

44 Olivier Boned, Inter-coopération identitaire et rôle du dirigeant : le positionnement de la MGEN, Université de Toulouse 1, 2005.

45 Charlotte Siney (dir.), « La Mutualité : enjeux passés, défis actuels et perspectives d’avenir », Vie sociale, n° 4, 2008 ; Michel Dreyfus (dir.), Le Musée social et l’économie sociale d’hier à aujourd’hui, Idem, n° 7, 2014.

46 « La Coopération », dans Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, sous la direction de Compère-Morel, Paris, Quillet, 1913.

47 Jean Gaumont, Histoire générale de la coopération en France, Paris, FNCC, 1924.

48 Paris, Armand Colin.

49 François Boudot, La coopération en France. Consommation et production, Paris, Éditions ouvrières, 1956.

50 Paris, Éditions ouvrières puis Éditions de l’Atelier.

51 Cf. notamment sa thèse ainsi que ses articles dans la Revue de l’économie sociale.

52 Soutenue en 2003 et publiée en 2012, La Prolétarienne, l’Union, La Ménagère… Les coopératives ouvrières de consommation dans la Basse-Loire (1880-1980), Nantes, Éditions du Centre d’histoire du travail.

53 Jean-Louis Robert, Les ouvriers parisiens pendant la Grande Guerre, thèse, Paris 1, 1992.

54 Jean-Jacques Meusy (dir.), La Bellevilloise (1877-1939). Une page de l’histoire de la coopération et du mouvement ouvrier français, Grâne, Créaphis, 2001.

55 Notamment, 111 ans d’histoire de la Confédération générale des sociétés coopératives ouvrières de production, texte dactylographié, 2001.

56 Les sociétés coopératives ouvrières de production en France de 1945 à nos jours, thèse, Paris VII, 1989.

57 Patricia Toucas, Michel Dreyfus (dir.), Les coopérateurs. Deux siècles de pratiques coopératives, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005.

58 Bruxelles, Larcier.

59 Financer les utopies. Une histoire du Crédit coopératif (1893-2013), Actes Sud/IMEC, 2013.

60 Niccolò Mignemi, Coopérer pour travailler la terre, coopérer pour exploiter la terre : Itinéraires comparés des coopératives agricoles en Italie et en France dans la première moitié du xxe siècle, Paris, EHESS, 2012.

61 Valérie Tesnière, Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire (1860-1968), Paris, PUF, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Dreyfus, « Mutualité et coopération : une histoire par trop méconnue », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 133 | 2016, 169-180.

Référence électronique

Michel Dreyfus, « Mutualité et coopération : une histoire par trop méconnue », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5627

Haut de page

Auteur

Michel Dreyfus

Directeur de recherche émérite au CNRS-Université de Paris 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page