Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Georges Guingouin, héros et hors-la-loi

Le réveil de la mémoire d’un résistant communiste1
Philippe Daumas
p. 149-166

Résumé

Militant communiste, à l’initiative d’un des premiers maquis de France, organisateur de la libération de Limoges, Georges Guingouin apparaît comme l’un des chefs les plus prestigieux de la Résistance intérieure française. Pourtant, il fut confronté après la guerre à de terribles épreuves, victime de règlements de comptes et d’une machination qui faillit lui coûter la vie. Après une longue période d’oubli, plusieurs publications et une réalisation audiovisuelle ont fait récemment ressurgir la mémoire de cet homme d’exception, dont elle restituent, dans des registres très différents et malgré leurs imperfections, les actions et la pensée. Elles contribuent en même temps à faire vivre un « esprit de la Résistance » que notre actualité politique rend plus que jamais nécessaire.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Limousin, Limoges

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement madame Michèle Guingouin pour sa relecture attentive de cet article et ses pré (...)
  • 2 Extrait de la citation de Georges Guingouin au grade de chevalier de la Légion d’honneur, Journal o (...)
  • 3 Signalons particulièrement, pour son originalité et sa puissance évocatrice, le long « poème épique (...)
  • 4 Trois documentaires sont disponibles sur le site de l’INA (< http://www.ina.fr/recherche/search?sea (...)
  • 5 Cette association, fondée en 1987 par Georges Guingouin lui-même, publie un bulletin, dont le n° 10 (...)
  • 6 Henri Noguères (dir.), Histoire de la Résistance en France, 5 vol., 3608 p., Paris, Robert Laffont, (...)
  • 7 Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance (1940-1945), Paris, L. A. Perrin, 2013, 574 p.
  • 8 Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, Période 19 (...)
  • 9 En particulier : Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, t. 2, p. 35-37, et t.  (...)
  • 10 En particulier : Michel Taubmann, L’affaire Guingouin, Limoges, Éd. Lucien Souny, 1994, 334 p. ; Ra (...)
  • 11 Notamment : Le parti communiste français dans la Résistance, écrit par un collectif sous la préside (...)

1« Une des plus belles figures de la Résistance »… C’est dans ces termes que le général De Gaulle présente en 1945 Georges Guingouin, ancien chef de maquis du Limousin, l’un des rares militants communistes élevés au grade de Compagnon de la Libération2. Pourtant, quelques années plus tard, Georges Guingouin se retrouve en prison, emporté par une campagne de calomnies et de règlements de comptes à laquelle participent non seulement d’anciens collaborateurs restés dans les rouages de l’État, mais aussi des notables socialistes à qui il avait repris la mairie de Limoges et, plus curieusement, des membres de la direction de son propre parti. Après avoir subi plusieurs mois d’emprisonnement et une tentative d’assassinat, Georges Guingouin est finalement lavé de tout soupçon, au terme de plusieurs années d’un combat judiciaire où s’illustrent deux jeunes avocats promis à un brillant avenir : Robert Badinter et Roland Dumas. Puis vient une longue période de silence, à peine troublée par quelques initiatives locales – cérémonies, publications3, réalisations audiovisuelles4 – jusqu’aux hommages rendus discrètement à son décès en 2005. Si sa mémoire reste bien vivante en Limousin, notamment grâce aux initiatives de l’association des « Amis du musée de la Résistance de Limoges »5, il est peu cité dans les livres d’histoire, hormis bien sûr ceux qui traitent de manière détaillée de la Résistance et des maquis, comme les grandes synthèses d’Henri Noguères6 ou d’Olivier Wieviorka7. Démarches plus politiques, une notice biographique très détaillée lui est consacrée dans le « Maitron »8, et certains ouvrages – le plus souvent critiques – sur l’histoire interne du PCF lui consacrent au moins un chapitre9. Quelques auteurs, plus souvent journalistes qu’historiens, se sont appliqués à dénoncer, voire à réparer cette injustice, sans que leurs écrits, peut-être jugés trop polémiques, aient été reconnus par la communauté scientifique10. Du côté du PCF, le silence dure longtemps : aucune mention de Georges Guingouin dans les livres produits par ce parti sur la Résistance, y compris les plus récents11.

  • 12 Le Grand Georges, téléfilm de François Marthouret et Patrick Rotman, 2013, 94 min. Production Kuiv/ (...)
  • 13 Jean-Pierre Le Dantec, Un héros, vie et mort de Georges Guingouin, Paris, Gallimard, 2015, 232 p.
  • 14 Yann Fastier, Guingouin, un chef du maquis, Le Puy-en-Velay, L’Atelier du poisson soluble, 2015, 42 (...)
  • 15 Fabrice Grenard, Une légende du maquis, Georges Guingouin, du mythe à l’histoire, Paris, Vendémiair (...)

2Mais tout récemment, une série de publications a fait ressurgir la mémoire de Georges Guingouin : un documentaire-fiction12, un roman historique13, un livre pour enfants14, un ouvrage universitaire15. Tous entendent, dans leur domaine et à leur manière, apporter un éclairage sur la vie et les combats de ce personnage hors du commun, dont il convient tout d’abord de rappeler l’essentiel.

Militant et résistant

  • 16 Dans l’organisation du PCF à cette époque, le « rayon » est le niveau intermédiaire entre les cellu (...)

3En 1935, à l’âge de 22 ans, Georges Guingouin est nommé à son premier poste d’instituteur à Saint-Gilles-les-Forêts, un village du canton d’Eymoutiers, près de Limoges, et adhère aussitôt au PCF. Militant actif et théoricien éprouvé, il accède rapidement à des responsabilités au sein de son parti : en quelques mois, il devient secrétaire du « rayon »16 d’Eymoutiers, fonction qui l’amène à parcourir la région et à constituer un réseau de contacts dont le rôle sera déterminant par la suite.

4Mobilisé en 1939, il est blessé sur le front en juin 1940 et quitte l’hôpital pour éviter d’être fait prisonnier. De retour dans son village après avoir été démobilisé, il reprend ses fonctions d’instituteur et de secrétaire de mairie, mais aussi son activité militante : réorganisation des cellules du PCF, diffusion de tracts et de l’Humanité clandestine, fabrication de faux papiers pour des militants poursuivis. Mais en février 1941, menacé d’arrestation, il s’enfuit et entre dans la clandestinité. Pendant plusieurs mois, il poursuit son action de propagande dans les pires conditions : seul, traqué par la police de Vichy, hébergé dans des fermes ou terré dans des caches aménagées dans les bois, mais soutenu par un solide réseau de militants et d’amis, il continue à diffuser tracts et numéros de l’Humanité, notamment lors des foires et marchés de la région. Au cours de l’année 1942, il parvient à constituer un réseau solidement organisé, doté de moyens militaires (armes, explosifs), et passe des actions de propagande à la lutte armée : sabotages de voies ferrées, d’installations industrielles ou agricoles, représailles contre des collaborateurs, dénonciateurs ou trafiquants notoires, affrontements avec la police de Vichy et la Milice.

5Le maquis mis en place par Georges Guingouin présente deux caractères originaux. Le premier est son enracinement dans le milieu rural. Dans une campagne qu’il connaît particulièrement bien, il bénéficie de protections et d’un soutien logistique permanent. En retour, son action est animée d’un souci constant de protéger les populations civiles et de défendre leurs intérêts. Le sabotage en décembre 1942 des botteleuses destinées au conditionnement du fourrage réquisitionné par l’occupant, la destruction l’année suivante des batteuses mobilisées par le gouvernement de Vichy pour les réquisitions de grains lui valent la reconnaissance et le soutien des agriculteurs de la région. C’est parmi eux qu’il recrute le gros de ses troupes, notamment ces « légaux » qui, tout en menant dans leur ferme ou leur village une vie « normale », lui fournissent une aide primordiale : renseignements, ravitaillement, matériel, parfois une participation ponctuelle à des opérations sur le terrain. L’autre originalité de ce maquis est son implication dans la vie économique et sociale de la région. Par des arrêtés placardés dans les villages et signés du « Préfet du maquis », il condamne le rationnement et les réquisitions, menace les spéculateurs, réprime le marché noir, mais aussi réglemente les barèmes agricoles, fixe les prix du blé, du fourrage, de la viande de porc… Le caractère politique de ces interventions est clairement affiché : à travers la défense des plus pauvres, la répression des abus, la référence constante à la justice sociale et à l’égalité des droits, la moralisation et le strict encadrement de l’économie, Georges Guingouin prépare l’après-guerre et jette les bases d’un « communisme rural » dont l’impact persistera dans le Limousin longtemps après la guerre.

6La popularité des maquisards et le retentissement de leurs actions attirent rapidement de nouvelles recrues, parmi lesquelles de nombreux jeunes réfractaires au STO. En octobre 1943, Georges Guingouin a sous ses ordres environ 150 hommes, organisés en petites unités réparties dans des camps dissimulés dans la forêt ou dans des fermes avoisinantes. Ses effectifs ne cessent de croître jusqu’à la Libération, l’obligeant à mettre en place une organisation militaire extrêmement stricte et une stratégie fondée sur l’éparpillement des groupes, la mobilité et la rapidité d’intervention. Au printemps 1944, les maquisards sont déjà plusieurs centaines et contrôlent totalement le secteur de Châteauneuf-Eymoutiers, une région que les Allemands surnomment « la petite Russie » et dont ils ne parviendront jamais à reprendre le contrôle, malgré les offensives d’envergure lancées en avril et juillet 1944. Entre le 17 et le 24 juillet, Guingouin et ses compagnons résistent victorieusement aux assauts des troupes allemandes et de la Milice sur les pentes du mont Gargan. Un mois plus tard, il encercle la ville de Limoges avec une armée de plus de 8 000 hommes et obtient la capitulation de la garnison allemande sans avoir à combattre.

7À la fin de la guerre, Georges Guingouin jouit dans toute la région d’un immense prestige lié à son image de héros de la Résistance. Élu maire de Limoges en mai 1945, élevé aux plus hautes distinctions, le personnage du « libérateur » paraît alors incontestable et promis sans doute à une brillante carrière politique. Mais il se heurte très vite à de violentes manifestations d’hostilité, auxquelles participent tous ceux qui ont avec lui des comptes à régler, y compris dans son propre parti.

Un communiste face à son parti

  • 17 La Vie du parti, n° 9, septembre 1940.
  • 18 Fabrice Grenard, op. cit., p. 83-84.
  • 19 Fabrice Grenard, op. cit., p. 106-110.
  • 20 Archives du PCF, « Affaire Guingouin », AD 93, 261-J6/6, cité par Fabrice Grenard, op. cit., p. 160 (...)

8Les premières tensions entre Georges Guingouin et la direction du PCF remontent aux débuts de son action clandestine. En septembre 1940, il refuse de diffuser un numéro de La Vie du parti, bulletin intérieur du PCF, qui désigne conjointement De Gaulle et Pétain comme les ennemis prioritaires et proclame : « Nous devons être sans haine vis-à-vis des soldats allemands17 ». En mars 1941, un rappel à l’ordre lui est adressé concernant ses premières distributions de tracts sur les marchés : on lui reproche d’en avoir pris seul l’initiative, sans avoir consulté la direction locale du parti18. Un mois plus tard, fin avril, alors que l’organisation de son maquis commence à se mettre en place, Gabriel Roucaute, responsable du parti pour la région Sud-Ouest, lui demande de mettre un terme à son action et de quitter son secteur, la direction du PCF ne souhaitant engager la lutte armée qu’en milieu urbain. Guingouin refuse, et l’entretien tourne mal : Roucaute le relève de ses fonction dans l’organisation du parti, le privant ainsi de tout soutien matériel et financier19. En août 1943 encore, le sabotage des batteuses est sévèrement critiqué par les responsables régionaux du parti. Guingouin, qualifié d’« indiscipliné de la pire espèce », reçoit l’ordre de quitter la région et bien sûr refuse à nouveau. Il reproche alors à Nédélec, responsable départemental, son « travail de bureaucrate » et sa « manière de discréditer les copains qui travaillent dans les pires conditions20 ». Un seuil est franchi dans la rupture, et la question semble alors posée, pour la direction du PCF, de l’élimination physique d’un élément jugé incontrôlable, donc dangereux, désormais considéré comme un « ennemi du parti ».

  • 21 Michel Taubmann, op. cit., p. 91-95. Cet auteur met en cause également la direction du PCF dans un (...)
  • 22 Fabrice Grenard, op. cit., p. 164-166.
  • 23 Michel Taubmann, op. cit., p. 92-95.
  • 24 Interview au journal L’Unité, n° 579, 16 novembre 1984.

9En septembre 1943, Georges Guingouin assure avoir démasqué un militant du PCF infiltré dans une de ses unités avec l’intention de l’assassiner. L’existence de ce personnage, un certain Pierre Lerouge, ancien des Brigades internationales, est clairement attestée par de nombreux témoignages, notamment des proches de Guingouin, mais le sens de sa mission n’est pas clairement établi. Michel Taubmann, auteur d’une enquête détaillée sur « l’affaire Guingouin »21, adhère sans hésiter à la thèse de la tentative d’assassinat. Fabrice Grenard, plus réservé, croit davantage à une simple tentative de déstabilisation. Il doit cependant reconnaître que la question de son élimination physique a clairement été posée dans des réunions de la direction régionale du PCF, comme l’indiquent de nombreux témoignages de résistants et de responsables du parti22. Toutefois, il ne met en cause ni les responsabilités personnelles de Léon Mauvais et de Jacques Duclos, comme le fait Michel Taubmann23, ni même globalement celle de la direction nationale du parti, comme le fait Georges Guingouin lui-même24.

10En 1944, il n’est plus question de se débarrasser de Guingouin, que le succès de ses actions et sa popularité rendent incontournable. Mais il persiste à affirmer son indépendance : début juin, sommé par Léon Mauvais, alors responsable du PCF dans la zone sud, de lancer une opération militaire pour libérer Limoges, il refuse fermement, soucieux d’éviter un bain de sang, s’attirant ainsi une inimitié qui le poursuivra durant des années. Aux élections municipales d’avril-mai 1945, la direction du PCF voit dans la candidature de Georges Guingouin une chance de prendre au Parti socialiste une mairie qu’il tient depuis 1912. Élu au terme d’une campagne électorale particulièrement virulente, il devient maire de Limoges le 17 mai 1945, mais ce succès ne met pas fin à ses difficultés avec son parti : en octobre de la même année, sa candidature n’est pas retenue pour les élections à l’Assemblée constituante ; le 12 novembre, sa gestion municipale est publiquement critiquée par un membre du comité central, Auguste Gillot ; le 16 décembre, il est démis de ses fonctions au sein de la fédération de la Haute-Vienne, sans la moindre explication. Battu aux élections municipales de 1947 par l’ancien maire socialiste Léon Betoulle, qui non seulement n’a jamais été résistant mais a voté les pleins pouvoirs à Pétain en juin 1940, il se met en retrait de la vie politique et connaît alors une période d’apaisement à l’égard de son parti.

  • 25 Dans un article du 1er novembre 1952, l’Humanité va jusqu’à reprendre des accusations de détourneme (...)

11Mais elle est de courte durée : les accusations dont il a été victime pendant les campagnes électorales ont laissé des traces, y compris dans sa fédération où il est régulièrement l’objet de critiques. En octobre 1949, il remet à Maurice Thorez un rapport détaillé sur ses activités pendant la guerre, son action comme maire de Limoges et ses divergences avec certains dirigeants du PCF. Il attend de son parti la reconnaissance de ses actions et surtout une autocritique que, bien évidemment, il n’obtiendra jamais. Aux élections législatives de juin 1951, il n’est pas présenté en position éligible et attaque à nouveau la direction du parti, provoquant dans sa fédération une crise interne de plusieurs mois. Finalement, le 6 janvier 1952, le comité central lui fait parvenir un ultimatum : il doit admettre que toutes les questions concernant la période de la guerre ont été tranchées, cesser de contester la politique du parti dans cette période et mettre un terme à ses attaques contre des membres du comité central. La réponse négative de Georges Guingouin déclenche le processus de son exclusion, finalement prononcée par la conférence fédérale du 9 novembre 1952. Très affecté par les accusations mensongères qui ont été proférées contre lui pour justifier son exclusion25, il préfère quitter la région : ayant repris un poste d’instituteur à la rentrée 1952, il obtient l’année suivante une mutation pour la région de Troyes. Il ne reviendra en Limousin que pour y connaître de nouvelles épreuves.

  • 26 Depuis ses premiers articles dans Le Travailleur, journal communiste régional, entre 1937 et 1939 ( (...)

12Georges Guingouin n’a pas été exclu du PCF pour des raisons idéologiques. Il n’a jamais eu de divergence politique fondamentale avec son parti. Tous ses écrits témoignent d’une adhésion sans réserve à la ligne du PCF : références constantes à Marx, Lénine, Staline et Thorez, justification constante de la politique de l’URSS26. Il porte à Maurice Thorez une admiration sans faille, qui l’incitera à en attendre jusqu’au bout, mais en vain, qu’il prenne sa défense et lui rende justice face à ses détracteurs, notamment Léon Mauvais et Jacques Duclos. Même au plus fort de l’affrontement, il ne remet jamais en cause son attachement à son parti. Cependant, sa conception personnelle du fonctionnement d’un parti communiste, accordant aux militants de base le droit de réfléchir, de prendre des initiatives, et même de peser par le débat démocratique sur la ligne du parti, n’est pas compatible avec les pratiques de la direction du PCF de cette époque. En fait il n’a pas compris ce qu’est le stalinisme, et sa vision idéalisée du parti l’incite à mettre les décisions qu’il désapprouve sur le compte d’erreurs d’analyse, commises par des responsables mal informés. Homme de terrain, il s’estime en droit d’avoir raison contre l’appareil du parti et s’obstine à en exiger une autocritique sur sa politique durant les années de guerre, ce qui pour la direction du PCF est tout simplement inacceptable.

13De plus, dans son acharnement à obtenir gain de cause, il persiste à considérer que son statut de héros de la Résistance lui confère un prestige et une légitimité incontestables, ce qui en réalité n’est plus le cas. Au début des années 1950, le PCF semble désireux de dépasser son image de « parti des fusillés » et tourner la page d’une période où il ne s’est pas toujours montré à son avantage. Les cadres du parti issus des luttes et de la Résistance ne sont plus un modèle et deviennent même gênants, surtout lorsqu’ils se référent constamment au passé et formulent des critiques à l’égard de la direction. Animé avant tout par un profond sentiment d’injustice, Georges Guingouin n’a pas pris conscience de cette évolution et s’est obstiné en pure perte dans un combat nécessairement voué à l’échec.

« L’affaire Guingouin »

  • 27 Tribunal correctionnel de Limoges, jugements des 4 avril et 15 octobre 1946, confirmés par la cour (...)

14À peine élu maire de Limoges, Georges Guingouin a déjà été confronté à de violentes campagnes de dénigrement orchestrées par la presse de la droite collaborationniste. En décembre 1945, le journal L’Époque lui consacre une série d’articles sous le titre « Banditisme et lâcheté », l’accusant de s’être enrichi par des détournements de fonds et d’avoir « fait fusiller un nombre incalculable de personnes ». Ayant assigné le journal en justice pour diffamation, Georges Guingouin obtient sa condamnation à de lourdes peines27. Mais ces attaques sont cependant à l’origine d’une « légende noire » qui retombera sur lui quelques années plus tard.

  • 28 Paris-Match du 9 janvier 1954.
  • 29 France Soir du 29 décembre 1953.
  • 30 Le Figaro des 26-27 décembre 1953.

15Après avoir été exclu du PCF en novembre 1952, Georges Guingouin se retrouve isolé et vulnérable face à des adversaires qui n’ont pas renoncé à régler leurs comptes avec lui. Le 24 décembre 1953, il répond à une convocation du juge d’instruction de Tulle pour témoigner dans une affaire d’assassinat remontant à novembre 1945, dans laquelle sont mis en cause deux anciens membres du maquis. À son grand étonnement, il ressort du bureau du juge menottes aux mains : accusé de « complicité d’assassinat », il est aussitôt incarcéré à la prison de Brive. Cette arrestation intervient sur fond d’une nouvelle campagne de calomnies, initiée cette fois par le socialiste Jean Le Bail, battu par Guingouin aux municipales de 1945 mais élu député de Limoges en 1946. Dans Le Populaire du Centre, organe de la SFIO en Limousin, il a publié les 4 et 9 décembre 1953, sous le titre « Limousin terre d’épouvante », une série d’articles reprenant les accusations lancées huit ans plus tôt par L’Époque sur de prétendues exécutions massives commises par les maquisards. L’arrestation de Guingouin amplifie la campagne, donnant lieu à un véritable déchaînement médiatique : Paris-Match voit derrière l’affaire Guingouin « l’ombre d’une république soviétique dans les monts du Limousin28 » ; pour France Soir, l’arrestation de Guingouin a « dissipé un sortilège qui envoûtait toute une région29 » ; Le Figaro dénonce « la terreur rouge dans toute la région30 »… des excès de langage qui témoignent avant tout, au-delà de l’affaire elle-même, de la violence de l’anticommunisme au plus fort de la guerre froide.

  • 31 Jean Chaintron, Le vent soufflait devant ma porte, Paris, Seuil, 1993, p. 332-337.
  • 32 Compte rendu d’audience du 16 octobre 1959, mentionné par Fabrice Grenard, op. cit., p. 371, et plu (...)

16Cependant, l’enquête piétine et les charges retenues contre Georges Guingouin restent inexistantes. Le 23 février 1954, alors que sa libération semble imminente, il est violemment agressé dans sa cellule par deux de ses gardiens. Gravement blessé, déclaré « fou » par l’administration pénitentiaire qui tente de faire passer son agression pour une tentative de suicide, transféré dans une prison de Toulouse puis dans un hôpital psychiatrique, il attendra encore près de quatre mois sa libération définitive, le 14 juin 1954. Entre-temps, son agression a suscité une vive émotion et de nombreuses réactions de personnalités, notamment parmi les anciens résistants, gaullistes compris. Un comité de soutien est constitué, de nouveaux avocats engagés pour une bataille juridique et médiatique de grande ampleur, qui va durer plusieurs années du fait des multiples renvois de l’affaire d’une juridiction à l’autre. Dans cette mobilisation de militants et d’intellectuels, on remarque l’absence totale du PCF et de son journal l’Humanité, l’ancien préfet Jean Chaintron, ancien compagnon de maquis de Georges Guingouin, allant même jusqu’à se désolidariser de lui publiquement lors d’un meeting à Limoges le 28 avril 1954, attitude qu’il jugera lui-même plus tard « peu honorable » dans ses mémoires31. Au terme d’un « marathon juridique » de plusieurs années, Georges Guingouin obtient finalement un non-lieu devant la chambre des mises en accusation de Lyon, le 13 novembre 1959, le substitut du procureur ayant déclaré « ne pas comprendre, en son âme et conscience, qu’on ait engagé des poursuites contre lui32 ».

  • 33 Juridiction d’exception instituée par le gouvernement de Vichy en août 1941 pour juger les ennemis (...)
  • 34 Récit détaillé de la carrière de ces quatre fonctionnaires dans le numéro spécial de Notre flamme, (...)

17L’explication est pourtant simple : l’affaire a été montée et suivie par d’anciens fonctionnaires du gouvernement de Vichy, restés à leurs postes ou réintégrés après la Libération : les inspecteurs de police Caverivière et Alifat, qui appartenaient à la police de Vichy et avaient participé aux poursuites contre Georges Guingouin en 1943 et 1944 ; le juge Debord, qui siégeait à la « Section spéciale33 » de Limoges et avait prononcé contre Guingouin deux condamnations par contumace en 1943 ; le juge Morer, suspendu à la Libération pour « faits de collaboration » et réintégré un an plus tard, qui s’était opposé à lui dans des affaires concernant la mairie de Limoges34. C’est donc à juste titre que l’affaire Guingouin a été présentée comme la « revanche de Vichy » contre un héros de la Résistance.

  • 35 Georges Guingouin, Quatre ans de lutte sur le sol limousin, Paris, Hachette, 1974, 287 p. (dernière (...)
  • 36 Fabrice Grenard, op. cit., p. 397.

18Réintégré dans son poste d’instituteur, Georges Guingouin se consacre désormais à ses élèves, écrit ses mémoires35 et abandonne toute activité politique. Il lui faudra attendre 1998 pour que le PCF lui accorde, dans un contexte politique radicalement transformé, une réhabilitation sans conditions. Au secrétaire général Robert Hue, qui lui propose alors de reprendre sa carte, il ne juge même pas utile de répondre. Il livre alors dans une interview la fameuse formule : « Le communisme, pour moi c’est un idéal, pas un parti36 ». Après son décès, survenu le 27 octobre 2005, il fait l’objet d’une célébration unanime où se retrouvent aussi bien ses amis que ses anciens ennemis. À Limoges et dans plusieurs villages de la région, des rues et des établissements scolaires portent aujourd’hui son nom.

Le réveil de la mémoire

19Les récentes productions consacrées à Georges Guingouin ne peuvent faire l’objet d’une analyse comparative tant elles diffèrent les unes des autres, que ce soit par leur approche du sujet, leur cadre chronologique ou le public auquel elles s’adressent. Il convient donc de les aborder séparément, même si en définitive leur complémentarité permet d’y reconnaître, en tant que travail de mémoire, un ensemble cohérent.

20Le téléfilm réalisé par François Marthouret sur un scénario de Patrick Rotman, tourné avec des moyens modestes mais avec un grand souci de véracité dans la reconstitution du cadre et de l’ambiance de l’époque, est fortement centré sur la personne de Georges Guingouin. Le personnage est omniprésent, le récit s’attache constamment à justifier ses actes, ses décisions, à dévoiler sa personnalité, ses sentiments, les ressorts psychologiques de son action. On y retrouve, peut-être forcée de manière un peu caricaturale, la vision qu’en ont donné la plupart des témoins et des auteurs : celle d’un homme attaché à ses convictions et soucieux de mettre toujours ses actes en accord avec ses idées, un « pur » capable de pousser l’intégrité et la droiture jusqu’à une obstination et une incapacité à la concession qui, finalement, lui seront fatales. Le scénario privilégie nettement l’après-guerre et les « affaires Guingouin » par rapport aux années de la Résistance et du maquis, un choix politique assumé, qui l’amène à décrire avec précision le conflit entre Georges Guingouin et la direction de son parti, un long processus de rupture émaillé d’incompréhensions et d’injustices, qui le mène inéluctablement à son exclusion. La psychologie des autres personnages est également rendue avec soin : haine tenace de Léon Mauvais, froide intransigeance de Jacques Duclos, duplicité de Maurice Thorez, désarroi des militants proches de Guingouin, comme Jean Chaintron, partagés entre leur amitié pour le compagnon de lutte et leur soumission au parti. Mais l’appareil, machine implacable, inhumaine, sans principes, finit nécessairement par l’emporter : une description du stalinisme en action, bien plus efficace qu’un long exposé théorique.

21Bien sûr, certains choix du réalisateur peuvent être critiqués, comme l’évocation très rapide et discontinue de la période de guerre, ramenée à quelques scènes jugées les plus édifiantes, mais qui ne rend pas compte de l’histoire du maquis ni du travail accompli par Georges Guingouin et ses compagnons. Regrettons également l’absence totale des notables et de la presse socialistes, qui ont pourtant pris une part importante aux campagnes de calomnies dont il a été victime. On peut encore s’étonner de certains changements de nom (Léon Mauvais rebaptisé Rouvet, le commissaire Caverivière rebaptisé Malot), et plus encore de certains raccourcis, erreurs de chronologie ou confusions dans les actes de certains personnages. Le réalisateur choisit un positionnement difficile entre histoire et fiction, comme le montre son interview à la chaîne de télévision locale 7ALimoges37, où il déclare à la fois réaliser « une fiction, avec tous ses aléas et toutes ses imperfections » et vouloir être « au plus près de la vérité historique ». Cela explique sans doute certains raccourcis et ses nombreuses prises de liberté avec les faits, ce qui toutefois n’enlève rien aux qualités de ce téléfilm, techniquement très réussi, au scénario dense et sans temps mort, sans effets de mise en scène, évocation d’une période trouble de notre histoire dont il restitue avec justesse la dimension humaine.

22  

23Jean-Pierre Le Dantec entend lui aussi concilier histoire et fiction, et l’annonce dès son préambule. Son livre est un « roman historique » au sens strict du terme : il met en scène des personnages réels dans des lieux et un cadre chronologique réels, mais les situations décrites, les propos tenus et les sentiments prêtés aux personnages sont fictifs. Cette fois, le récit est centré sur la période de la Résistance et du maquis. Les événements de l’après-guerre ne sont évoqués que brièvement : un court premier chapitre, destiné à instaurer l’atmosphère dramatique du livre, relate l’agression dont est victime Georges Guingouin dans sa cellule de la prison de Brive en 1954 ; les deux derniers chapitres et l’épilogue couvrent très rapidement, sans entrer dans les détails, les événements de sa vie entre la Libération et son décès en 2005. Comme l’affirme d’emblée le titre du livre, l’auteur voit en Georges Guingouin un héros, dont le personnage est omniprésent et occupe une position centrale dans le récit. Ses actions sont décrites avec un maximum de détails et systématiquement justifiées, sa vision personnelle des événements étant acceptée sans la moindre réserve. En dépit de ce caractère hagiographique clairement assumé, l’ouvrage présente d’incontestables qualités.

24Il est tout d’abord d’une lecture très agréable : une écriture sobre et alerte, sans effets de style, des phrases courtes, des dialogues rapides et naturels, produisent une impression de vérité et un rythme soutenu qui font de ce livre un roman d’aventures autant que d’histoire, dans lequel on ne s’ennuie pas une seconde. Les questions politiques elles-mêmes sont posées dans l’action, sans alourdir le récit, mais néanmoins bien présentes, qu’il s’agisse des questions agricoles, de la collaboration, de la politique du PCF ou des rapports entre les différents courants de la Résistance : rien n’y manque, et ce n’est pas la moindre qualité de ce livre.

25Sur le plan historique, abstraction faite bien sûr des propos et des sentiments prêtés aux différents protagonistes, aucune erreur n’est à signaler concernant les faits, la chronologie, les lieux ou les personnages. L’auteur s’est visiblement très bien documenté et offre une description très réaliste des conditions de vie dans le maquis, ainsi qu’une approche psychologique des comportements qui en souligne bien la complexité : ses personnages, notamment celui de Georges Guingouin, connaissent des sentiments incertains ou même contradictoires, avec des doutes, des hésitations, des angoisses, bien loin des images stéréotypées du héros, du traître ou du corrompu. Le récit y gagne en force et en crédibilité.

26L’historien ne pourra bien sûr satisfaire sa curiosité avec cet ouvrage plus narratif qu’explicatif, dépourvu de références et d’appareil scientifique. Cependant, destiné à un large public, il entend plus modestement proposer une approche vivante d’un personnage important de l’histoire des maquis français. Ses qualités littéraires, sa fidélité à la trame historique et à l’esprit de la Résistance, lui permettent d’atteindre pleinement cet objectif.

27  

28L’album que Yann Fastier consacre à Georges Guingouin est publié par « L’Atelier du poisson soluble », un éditeur installé au Puy-en-Velay et spécialisé dans les productions pour la jeunesse, avec une prédilection pour les œuvres originales ou atypiques, tant par leur thème que par leur présentation. Les quarante-deux pages du livre sont divisées en deux parties, respectivement narrative et documentaire. La première propose une série de quatorze témoignages de personnages réels ou fictifs, retraçant dans l’ordre chronologique les épisodes les plus marquants de l’activité de Georges Guingouin dans la Résistance. Ils sont accompagnés d’illustrations réalisées en linogravure, inspirées d’images d’époque, et dont la technique – importance du noir, forts aplats de couleurs vives, postures des personnages – souligne l’aspect héroïque et dramatique du récit. La seconde partie de l’album, plus strictement documentaire, propose une biographie détaillée de Georges Guingouin relatant avec précision les actions de son maquis. Chaque page est divisée en deux colonnes, l’une occupée par le texte, l’autre par une série de documents, principalement photographiques, illustrant non seulement les actions relatées mais aussi, de manière plus générale, celles des maquis et de la Résistance. En fin d’ouvrage, un lexique bien conçu donne d’utiles précisions et une bibliographie-filmographie comportant aussi des sites Internet permet le prolongement de la recherche autant que l’exploitation pédagogique.

29La grande qualité de cet album tient aussi bien à sa réalisation et à sa présentation, techniquement irréprochables, qu’à la pertinence et à la précision de son contenu. Le récit, comme l’indique son titre, est centré sur la période de la guerre et ne s’étend pas sur les déboires de Georges Guingouin après la Libération, notamment sur le plan politique, ce qui est bien compréhensible dans un ouvrage destiné à un public jeune. Dans la partie narrative, les témoignages sont d’une lecture agréable, apportant non seulement un éclairage vivant sur l’homme et ses actions, mais aussi sur la diversité des protagonistes de cette histoire et sur l’esprit de la Résistance. Les titres sont pertinents et les illustrations très parlantes, même si leur graphisme peut être diversement apprécié. Dans la partie documentation, la biographie ne comporte aucune erreur ni interprétation contestable, les documents sont bien choisis et légendés, la bibliographie très complète. Ce bel album, à la fois sérieux, documenté et d’une lecture agréable, peut également faire l’objet d’une exploitation pédagogique, notamment en classe de troisième, dont le programme d’histoire inclut cette période. En revanche, les prérequis qu’exige la compréhension des faits, ou plus simplement celle des mots utilisés, ne permettent sans doute pas de le proposer à un public plus jeune. Mais il peut aussi être lu, aussi bien par des jeunes que par des adultes, simplement pour le plaisir.

30  

31Avec le livre publié par Fabrice Grenard aux éditions Vendémiaire, nous changeons totalement de registre : il s’agit d’un ouvrage universitaire de plus de six cents pages, réalisé dans le cadre d’une habilitation à diriger les recherches, et pourvu d’un appareil scientifique très important : 170 pages d’annexes, comportant des textes, des cartes, des notices biographiques, l’état des sources consultées, une bibliographie conséquente, et surtout plus d’un millier de notes infrapaginales, dont on peut seulement regretter qu’elles soient placées en fin de texte et non en bas de page. Il y manque juste un index des noms propres, une omission mineure et imputable sans doute à l’éditeur plutôt qu’à l’auteur. Contrairement à ce que suggèrent les titres des deux premiers chapitres (« Le militant », « Le combattant »), l’auteur ne dissocie jamais les actions de Georges Guingouin de son engagement politique. Il associe de manière permanente un récit détaillé et minutieux, constamment étayé par des références aux sources et à la bibliographie, avec une mise en contexte – notamment politique – et une analyse critique de toutes les questions restées en débat ou faisant l’objet de versions contradictoires. La chronologie couvre toute la vie de Georges Guingouin et ne néglige ni les années d’avant-guerre, ni la fin de sa vie, des périodes essentielles à la compréhension de son évolution politique. La biographie se veut donc explicative autant que descriptive, comme en atteste une conclusion très étoffée, vingt-quatre pages pour revenir dans une démarche synthétique sur la personnalité de Georges Guingouin, les caractères originaux de son maquis, son importance dans le dispositif armé de la Résistance, enfin sur le conflit qui l’a opposé, pendant et après la guerre, à la direction de son parti.

  • 38 La décision, prise lors d’une réunion des chefs départementaux des différents mouvements, tenue au (...)

32Le récit est minutieusement détaillé et sans cesse nourri d’une documentation dont il faut souligner la grande diversité : archives de la Résistance, témoignages, presse, mais aussi archives policières, militaires (y compris allemandes), judiciaires, archives du PCF. Le croisement des sources permet à l’auteur, sur de nombreux points, de confronter les points de vue et de nuancer des interprétations communément admises. Il estime par exemple que si le maquis mis en place par Georges Guingouin durant l’année 1943 fut l’un des premiers en France, il ne fut pas « le » premier, d’autres expériences l’ayant précédé dans les Alpes ou en Auvergne, notamment dans le département de la Corrèze (p. 419). Il montre également que la décision de ne pas donner l’assaut à la ville de Limoges ne fut pas prise par le seul Georges Guingouin mais par l’état-major régional des FFI38 (p. 236-238), ce qui bien sûr ne diminue en rien son mérite à avoir pris cette position dès le mois de juin 1944, et surtout à l’avoir défendue face aux injonctions de son parti.

  • 39 En affirmant que ce corps d’armée n’avait pas pour objectif de gagner le front de Normandie (p. 238 (...)

33On peut toutefois se demander si Fabrice Grenard ne pousse pas un peu trop loin son désir de « démonter le mythe », ce qui le conduit à réduire de manière peut-être excessive l’importance des actions militaires du maquis de Georges Guingouin : ses arguments paraissent en effet peu convaincants lorsqu’il minimise la portée des combats du mont Gargan, victoire purement défensive malgré les lourdes pertes infligées à l’ennemi, et plus encore celle des affrontements avec la division « Das Reich », retardée pendant deux jours dans son mouvement vers le front de Normandie39. On peut enfin lui reprocher une attitude un peu trop « bienveillante » à l’égard de la direction du PCF : en présentant la logique stalinienne de l’appareil du parti comme cohérente et inéluctable, en renvoyant dos à dos les protagonistes dans le conflit qui aboutit à l’exclusion de Georges Guingouin, en s’abstenant de toute mise en cause de la direction du parti dans les tentatives d’élimination physique dont il a fait l’objet, l’auteur se prive d’un regard critique et de questionnements sur les pratiques de la direction du PCF, qui n’auraient pourtant pas été « hors sujet ». Bien sûr, ces quelques réserves ne remettent nullement en question les qualités scientifiques de l’ouvrage : par sa clarté, sa précision, son exhaustivité, la richesse de sa documentation, il constitue désormais une référence, non seulement sur la vie et les actions personnelles de Georges Guingouin, mais de manière plus générale sur les maquis et la Résistance dans le Limousin.

34  

35Dix ans après sa disparition, il était temps de rendre à Georges Guingouin la place qui lui revient dans l’historiographie de la Résistance française. Ces différentes réalisations y contribuent chacune à leur manière, et il serait bien réducteur de n’y voir qu’une volonté de commémoration. Dans une récente interview, l’un des auteurs, Yann Fastier, donne à cette évocation son véritable sens politique : « Ce n’est pas seulement un travail de mémoire, c’est aussi un travail en direction de l’avenir, et qui pose la question de l’engagement. […] Que feront mes lecteurs si demain la situation se reproduit ? 40 ». En effet, la mémoire de Georges Guingouin porte en elle non seulement les valeurs de la Résistance, le refus du fascisme, la volonté et le courage de l’engagement politique, mais aussi l’aspiration à un monde plus juste et plus humain. Dans le contexte politique actuel, face aux menaces qui pèsent sur la France et sur l’Europe entière, il est plus que jamais nécessaire de la faire revivre et de la transmettre aux jeunes générations.

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement madame Michèle Guingouin pour sa relecture attentive de cet article et ses précieuses indications. Fille aînée de Georges Guingouin, elle organise chaque été des « balades en terre de Résistance » commentées sur les lieux des actions de son père, entre Saint-Gilles-les-Forêts et le mont Gargan (renseignements sur le site : < http://les-amis-du-musee-de-la-resistance-de-limoges.com/association/nos-activites.html >.

2 Extrait de la citation de Georges Guingouin au grade de chevalier de la Légion d’honneur, Journal officiel du 12 août 1945. Le 19 octobre de la même année, il est fait Compagnon de la Libération.

3 Signalons particulièrement, pour son originalité et sa puissance évocatrice, le long « poème épique » d’Armand Gatti : Les cinq noms de Résistance de Georges Guingouin, Éd. Le Bruit des Autres, 2006, 140 p., réalisé à l’initiative du Cercle Gramsci de Limoges.

4 Trois documentaires sont disponibles sur le site de l’INA (< http://www.ina.fr/recherche/search?search=guingouin >) : 1944, l’été sanglant du Limousin, production ORTF, 1974, 51 min. ; « Lo Grand », premier maquisard de France, production FR3-Limoges, 1984, 63 min. ; Colonel Guingouin, production INA, 2002, 31 min.

5 Cette association, fondée en 1987 par Georges Guingouin lui-même, publie un bulletin, dont le n° 100 vient de paraître, et a organisé en 2007 et 2010 deux colloques dont les actes ont été publiés : Communisme et Résistance de Georges Guingouin, actes du colloque du 24 mars 2007, Éd. Le Temps des Cerises, 2008, 206 p. ; Mémoire de la Résistance en Limousin, actes du colloque du 6 mars 2010, Éd. Le Temps des Cerises, 2011, 190 p. Site Internet : <http://les-amis-du-musee-de-la-resistance-de-limoges.com/>.

6 Henri Noguères (dir.), Histoire de la Résistance en France, 5 vol., 3608 p., Paris, Robert Laffont, 1967-1981.

7 Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance (1940-1945), Paris, L. A. Perrin, 2013, 574 p.

8 Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, Période 1940-1968, tome 6, Paris, Éditions de l’Atelier, 2010, p. 227-232.

9 En particulier : Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, t. 2, p. 35-37, et t. 4, p. 282-286 ; Guy Serbat, Le PCF et la lutte armée (1943-1944), Paris, L’Harmattan, 2001, p. 35-39 et p. 61-73.

10 En particulier : Michel Taubmann, L’affaire Guingouin, Limoges, Éd. Lucien Souny, 1994, 334 p. ; Raymond Ruffin, Ces chefs de maquis qui gênaient, Paris, Presses de la Cité, 1980, 286 p.

11 Notamment : Le parti communiste français dans la Résistance, écrit par un collectif sous la présidence de Jacques Duclos, Paris, Éditions sociales, 1967, 354 p. ; Alain Guérin (dir.), La Résistance, chronique illustrée, 1930-1950, 5 volumes et un dossier de documents, Paris, Livre Club Diderot, 1973-1976. ; Roger Bourderon et Germaine Willard, La France dans la tourmente, 1939-1944, Paris, Éditions sociales, 1982, 529 p. ; Roger Bourderon, Le PCF à l’épreuve de la guerre (1940-1943) : de la guerre impérialiste à la lutte armée, Paris, Syllepse, 2012, 186 p.

12 Le Grand Georges, téléfilm de François Marthouret et Patrick Rotman, 2013, 94 min. Production Kuiv/FR3, non commercialisé en DVD, disponible sur demande auprès de la société Kuiv-Productions.

13 Jean-Pierre Le Dantec, Un héros, vie et mort de Georges Guingouin, Paris, Gallimard, 2015, 232 p.

14 Yann Fastier, Guingouin, un chef du maquis, Le Puy-en-Velay, L’Atelier du poisson soluble, 2015, 42 p.

15 Fabrice Grenard, Une légende du maquis, Georges Guingouin, du mythe à l’histoire, Paris, Vendémiaire, 2015, 608 p.

16 Dans l’organisation du PCF à cette époque, le « rayon » est le niveau intermédiaire entre les cellules et le département. Regroupant les cellules de plusieurs communes, souvent sur l’étendue d’un canton, il correspond à peu près à ce qu’est la section dans l’organisation actuelle.

17 La Vie du parti, n° 9, septembre 1940.

18 Fabrice Grenard, op. cit., p. 83-84.

19 Fabrice Grenard, op. cit., p. 106-110.

20 Archives du PCF, « Affaire Guingouin », AD 93, 261-J6/6, cité par Fabrice Grenard, op. cit., p. 160-161.

21 Michel Taubmann, op. cit., p. 91-95. Cet auteur met en cause également la direction du PCF dans un attentat commis contre Georges Guingouin le 20 novembre 1944, un grave accident dont il est victime suite au sabotage de sa voiture (Idem, p. 142-146).

22 Fabrice Grenard, op. cit., p. 164-166.

23 Michel Taubmann, op. cit., p. 92-95.

24 Interview au journal L’Unité, n° 579, 16 novembre 1984.

25 Dans un article du 1er novembre 1952, l’Humanité va jusqu’à reprendre des accusations de détournement de fonds déjà proférées en 1945 par le journal d’extrême droite L’Époque, alors lourdement condamné pour diffamation (jugement de la cour d’appel de Grenoble du 19 mai 1947). Le 15 novembre, un éditorial très virulent le qualifie d’« ennemi de la pire espèce ».

26 Depuis ses premiers articles dans Le Travailleur, journal communiste régional, entre 1937 et 1939 (cités par Fabrice Grenard, op. cit., p. 45-50) jusqu’à son rapport remis à Maurice Thorez le 28 octobre 1949 (Idem, p. 322-325).

27 Tribunal correctionnel de Limoges, jugements des 4 avril et 15 octobre 1946, confirmés par la cour d’appel de Grenoble le 19 mai 1947.

28 Paris-Match du 9 janvier 1954.

29 France Soir du 29 décembre 1953.

30 Le Figaro des 26-27 décembre 1953.

31 Jean Chaintron, Le vent soufflait devant ma porte, Paris, Seuil, 1993, p. 332-337.

32 Compte rendu d’audience du 16 octobre 1959, mentionné par Fabrice Grenard, op. cit., p. 371, et plus largement cité par Raymond Ruffin, op. cit. , p. 66.

33 Juridiction d’exception instituée par le gouvernement de Vichy en août 1941 pour juger les ennemis du régime, en particulier « communistes et anarchistes » (Journal officiel du 23 août 1941).

34 Récit détaillé de la carrière de ces quatre fonctionnaires dans le numéro spécial de Notre flamme, journal du Comité d’action de la Résistance en Haute-Garonne, mars 1955, cité par Fabrice Grenard, op. cit., p. 369-370.

35 Georges Guingouin, Quatre ans de lutte sur le sol limousin, Paris, Hachette, 1974, 287 p. (dernière réédition : Limoges, Éd. Lucien Souny, 2015, 296 p.) ; Georges Guingouin et Gérard Monédiaire, Georges Guingouin, premier maquisard de France, Limoges, Éd. Lucien Souny, 1983, 238 p.

36 Fabrice Grenard, op. cit., p. 397.

37 Visible sur le site 7ALimoges, < http://cinemaenlimousin.fr/Le-Grand-Georges#.WEk8SHd7SCc >.

38 La décision, prise lors d’une réunion des chefs départementaux des différents mouvements, tenue au château d’Esnac le 8 août 1944, fut confirmée le 14 août par une directive de l’état-major FFI régional (Fabrice Grenard, op. cit., p. 267).

39 En affirmant que ce corps d’armée n’avait pas pour objectif de gagner le front de Normandie (p. 238-239), il ne prend en compte ni l’injonction de l’OKW (haut commandement de la Wehrmacht) du 8 juin 1944 lui ordonnant de « rejoindre la Normandie de toute urgence », ni la déclaration du général Eisenhower estimant que ce retard eut une importance stratégique décisive pour le succès du débarquement (citée par Emmanuel d’Astier de la Vigerie devant l’Assemblée nationale, séance du 9 mars 1954).

40 Interview sur FR3-Limousin le 2 octobre 2015, < http://france3-regions.francetvinfo.fr/limousin/un-album-documentaire-sur-le-resistant-limousin-georges-guingouin-821215.html >.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5611/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Daumas, « Georges Guingouin, héros et hors-la-loi », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 133 | 2016, 149-166.

Référence électronique

Philippe Daumas, « Georges Guingouin, héros et hors-la-loi », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5611

Haut de page

Auteur

Philippe Daumas

Membre du Comité de Rédaction des Cahiers d'histoire - RHC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page