Navigation – Plan du site
DOSSIER

Migrations utopiques et révolutions silencieuses néorurales depuis les années 1960

Catherine Rouvière
p. 127-146

Résumé

À partir des années 1960, suivant les mouvements contre-culturels partis des États-Unis avant de gagner l’Europe, des vagues successives de populations fuient les villes pour retourner à la terre dans les espaces désertifiés du territoire français disqualifiés par la société capitaliste, industrielle et urbaine, afin d’y vivre totalement ou partiellement d’une activité agricole. Ces « néoruraux », venus contrecarrer un exode rural plus que séculaire, sont les initiateurs d’un mouvement migratoire continu de la ville vers la campagne, qui connaît aujourd’hui, sous un double visage (« pirate » et « citoyen »), une ampleur numérique et géographique renouvelée. En stimulant l’arrivée d’autres catégories de populations néorurales au sens large, ils entraînent un « retournement » du territoire qui rend attractifs des espaces isolés et éloignés jadis répulsifs, réduisant ainsi la « diagonale du vide ». Depuis les années 1990, au terme d’un long et difficile processus d’intégration au sein de la population locale, ils ont accompli, avec les éléments les plus actifs de celle-ci, une véritable « révolution silencieuse » multidimensionnelle en matière de développement local, donnant naissance à de nouvelles campagnes, innovantes, socialement et culturellement recomposées.

Haut de page

Texte intégral

Des arrivées en vagues successives bien différenciées mais animées de préoccupations communes

  • 1 Au sens large, cela désigne toute personne quittant la ville pour s’installer à la campagne, dans u (...)
  • 2 Bertrand Hervieu et Danièle Léger, Le retour à la nature, 1979, Le Seuil, 238 p., réédition, précéd (...)

1Précédées, au début des années soixante, par quelques précurseurs isolés qui contestent les dégâts causés par la société capitaliste et urbaine sur l’être humain et sur la nature, tel Pierre Rabhi, arrivé en Ardèche en 1961, l’implantation néorurale1 s’effectue surtout après Mai 68. Elle se décompose en cinq vagues successives, aux profils et projets différenciés2.

  • 3 Roger-Paul Droit et Antoine Gallien, La chasse au bonheur ou les nouvelles communautés en France, P (...)
  • 4 Hélène Chauchat, La voie communautaire, Paris, Presses de la Sorbonne, 1980 ; Michel Chevallier, L’ (...)

2La première est composée des « hippies » ou « vrais marginaux », arrivés parfois un peu avant Mai 68 (1967 à Rochebesse en Ardèche et Le Courtal en Ariège), mais essentiellement après (1969-1973). Elle marque le plus les populations et les médias, par son refus global du système et sa recherche d’une autarcie maximale. C’est le temps des communautés, culminant en France entre 300 et 500 de 1971 à 1973, soit 5 000 à 10 000 communards l’hiver, et 30 000 à 50 000 l’été, période d’intense circulation3.Elles s’implantent de manière sélective dans les angles morts du développement accéléré des Trente Glorieuses, c’est-à-dire essentiellement les zones de moyenne montagne du sud de la France : bordure sud-est du Massif central où se trouve la zone de plus forte densité néorurale (notamment en Cévennes), Pyrénées4 et Alpes-de-Haute-Provence autour de Forcalquier. Cependant, certaines parties des Vosges, du Jura et des Alpes, ainsi que de Bretagne, sont aussi concernées. L’Ardèche, département le plus précocement et massivement concerné, compte une quinzaine de communautés, libertaires, révolutionnaires, mystiques ou hippies, situées surtout au sud-ouest du département, dans la zone des pentes (Cévennes, Boutières) et beaucoup moins dans celles de plateau (Montagne, Bas-Vivarais) ou dans le Haut-Vivarais. Cette première vague, qui stimule les suivantes, est motivée, selon les cas, par le refus des contraintes imposées par la société libérale, industrielle et urbaine, par le militantisme écologiste et antinucléaire ou encore par le combat révolutionnaire. Elle porte un projet de refondation de la société et de l’économie capitalistes par l’exemplarité, nourri de l’opposition aux guerres coloniales et des revendications politiques déçues au lendemain de Mai 68.

  • 5 Cette dénomination est utilisée par l’administration dans les années 1970. Elle est employée ici au (...)
  • 6 L’expression est due à Bertrand Hervieu et Danièle Léger, dans « Les immigrés de l’utopie », Autrem (...)

3La grande majorité des néoruraux5 appartient à la deuxième vague, celle des « néoruraux » proprement dits, arrivée entre 1975 et 1985 et qui inclut aussi une partie de ceux de la première vague en reconversion, ainsi que des enfants de paysans revenus sur l’exploitation de leurs parents dans le sillage des néoruraux post-soixante-huitards. Plutôt que bâtir les fondements d’une société et d’un homme nouveaux, ses membres recherchent un revenu, une certaine intégration sociale et un mode de vie plus sain et convivial, proche de la nature. Ce « déplacement de l’utopie6 », de la première à la deuxième vague, observé en 1979 par les sociologues Bertrand Hervieu et Danièle Léger, correspond à la fin de la croissance économique ainsi qu’à la naissance de l’écologie politique, symbolisée en 1974 par la candidature de René Dumont à l’élection présidentielle. Il véhicule une nouvelle représentation du sens de la vie, qui remplace la croyance dans le progrès sans fin générateur de bonheur pour l’humanité et se diffuse alors par capillarité dans une partie de plus en plus large du corps social.

4Ces deux premières vagues ouvrent la voie aux deux suivantes, qui s’en différencient cependant par leur composition sociale et leurs motivations. En effet, à un moment où l’urbanité a gagné la campagne, elles optent, par choix ou par défaut, pour celle-ci, non plus en raison du genre de vie qu’elle autorise mais du cadre de vie qu’elle offre. Cette différence ne crée toutefois pas de cloisonnements. En effet, les néoruraux de la troisièmevague (1985-1995), venus exercer leur profession à la campagne, partagent souvent des affinités culturelles avec leurs devanciers qui, par ailleurs, utilisent leurs réseaux pour venir en aide à ceux de la quatrième vague (1995-2005), espérant vivre moins durement en milieu rural leur grande précarité économique.

  • 7 Sylvain Besson, « Sur la piste des nouveaux autarciques », Le Temps, 23 avril 2009.
  • 8 Anne-Marie Chapelan, « Autoconstruction et écohabitat : des cabanes “poussent” dans les Cévennes », (...)
  • 9 Françoise Clavairolle, « Les “néo-Cévenols” : retour sur une immigration (de 1970 à nos jours) », d (...)
  • 10 Reconversions professionnelles vers l’agriculture, Les Champs des possibles, 2016 ; Fanny Lermin et (...)

5Enfin, les années autour de 2005 voient arriver une cinquième vague, mouvement de fond transcendant les catégories sociales, qui représente 30 % des installations agricoles, soit deux fois plus qu’il y a dix ans. Son visage est double. D’abord, celui des « nouveaux autarciques »7 appartenant à la mouvance libertaire, radicale, altermondialiste et écologiste et qui inclut tous les « nouveaux mouvements sociaux ». Ses membres s’installent, de manière subie ou choisie, hors de tout cadre réglementaire, dans des tipis, yourtes ou cabanes8. Ils renouent ainsi avec une démarche politique porteuse d’un projet de société proche de l’utopie communautaire post-soixante-huitarde. Confrontés à la politique de « décabanisation » (destruction des cabanes) des pouvoirs publics, ils sont souvent en conflit avec les édiles et diversement accueillis par les habitants, selon une ligne de clivage qui ne recoupe pas forcément la distinction entre néoruraux et autochtones, même si les premiers les soutiennent majoritairement9. Parallèlement à ce « retour à la terre » sur le mode « pirate », grossit un courant « civique ». Celui-ci rassemble des citoyens autour de la transition écologique et s’illustre chez les néopaysans qui donnent à leurs gestes une portée politique, en montrant qu’il est possible de changer de vie afin de se mettre en accord avec ses valeurs et de reconquérir du pouvoir sur sa vie (empowerment) tout en transformant sa ferme en enjeux d’intérêt général (emploi, aménagement du territoire)10.

6Au-delà du caractère nécessairement simplificateur de cette typologie, la migration néorurale s’est donc complexifiée depuis les années 1960, sur les plans spatial et social. En effet, elle concerne un nombre croissant de communes et de profils répertoriés de manière imagée par les nouveaux habitants :

  • « archéos » ou « paléos » (autochtones) ;

  • « néolithiques » (néoruraux post-1968) ;

  • « néo-néos » (3e et 4e vagues) ;

    • 11 Laurent Rieutord, « Nouveaux habitants et liens aux territoires sur les hauts cantons du Massif cen (...)

    « alters » ou « réfugiés de la décroissance » et acteurs de la transition écologique (5e et dernière vague)11.

  • 12 Cyril Dion, Demain. Un nouveau monde en marche, Arles, Actes Sud, 2015 ; Rob Hopkins, Ils changent (...)

7À l’instar de leurs aînés, les néoruraux de la cinquième vague fuient la ville et son mode de vie « hors sol », veulent prendre ou reprendre en main leur vie, penser et agir par eux-mêmes (cf. Do it de Jerry Rubin, 1973) au lieu d’obéir aux injonctions venues d’en haut. Ils veulent aussi mettre en cohérence leurs valeurs avec leurs actes, retrouver un sens à leur existence (nourrir les gens avec des produits sains) et une créativité au travail. Ils affichent une sensibilité aux valeurs écologiques et féministes, ainsi qu’un intérêt pour le développement personnel et spirituel. Avec eux, ils partagent le même projet de changer le monde par le bas, expression du discrédit porté sur la capacité de l’action collective à transformer radicalement le monde, depuis les désillusions révolutionnaires de Mai 68. Néanmoins, aujourd’hui, leur volonté de s’engager autrement est, du moins pour ce qui est du courant civique majoritaire, moins idéologique que celle des post-soixante-huitards et davantage centrée sur des « utopies concrètes » d’échelle locale ou micro-locale (permaculture, agroécologie, circuits courts, systèmes d’échanges locaux)12. Leur rapport à l’écologie met en avant le souhait de se sentir utile en produisant d’une manière respectueuse pour la terre et les hommes (63 % des néopaysans non issus du milieu agricole s’orientent vers l’agriculture biologique et 58 % vers les circuits courts) et de recréer une agriculture (les 13 000 installations en 2015 étant loin de compenser les 32 000 départs) en œuvrant, avec les enfants d’agriculteurs, à la transition agricole.

  • 13 La Coopérative européenne de Longo Maï (« Que cela dure toujours » en provençal) est une communauté (...)

8Chez les « nouveaux autarciques » faisant de l’agriculture un lieu du combat politique pour un changement de société, les motivations ne sont guère différentes, bien que plus radicales : vivre simplement en se séparant des biens matériels inutiles à la vie quotidienne, réduire l’espace de l’habitat en adoptant un HLM (habitat léger et mobile) qui permet en outre un contact très proche avec la nature, diminuer ses dépenses et sa consommation (troc, entraide, monnaies complémentaires, circuits courts dont les AMAP, les SEL), utiliser et recycler des objets de récupération, s’émanciper dans un cadre de vie paisible, préserver l’environnement et offrir un nouveau cadre de vie aux générations futures. Ce faisant, ils renouent avec la démarche communautaire post-soixante-huitarde, à la différence près qu’au lieu de rechercher l’autarcie en se coupant de la population locale, ils préfèrent « intensifier la circulation » et entrer en contact avec elle. En effet, leur démarche d’installation relève d’une stratégie politique qui en fait le ferment d’une révolution à venir (cf. ferme de Caracoles de Suc, Ardèche), héritière de celle des membres de la Coopérative européenne de Longo Maï13 créée en 1973 qui, grâce à leur radio, Radio Zinzine, irriguent la région et soutiennent les mouvements sociaux.

  • 14 Emmanuel Daniel, Le tour de France des alternatives, Paris, Seuil/Reporterre, 2014, p. 113-114.

9Les deux branches de la 5e vague partagent avec leurs devancières la volonté farouche de lutter contre les « grands projets inutiles » (cf. extension du camp militaire du Larzac, barrage de Sivens, aéroport de Notre-Dame-des-Landes, exploitation des gaz de schiste). Cependant, leur militantisme attire plus facilement les citoyens ordinaires autour des valeurs prônées, grâce à son caractère volontiers festif14.

  • 15 Pascal Waldschmidt, « Construire à Beaumont », dans Patrick Bouchain (dir.), Pas de toit sans toi. (...)
  • 16 RELIER : Réseau d’expérimentation et de liaison des initiatives en espace rural.
  • 17 REPAS : Réseau d’échanges et de pratiques alternatives et solidaires.
  • 18 ADIR : Agence de diffusion et d’information rurales (association d’édition).
  • 19 ALDEA : Agence de liaison pour le développement d’une économie alternative.
  • 20 InPACT : Initiative pour l’agriculture citoyenne et territoriale qui rassemble, à l’échelle nationa (...)
  • 21 ADEAR : Association pour le développement de l’emploi agricole et rural. Elle propose un accompagne (...)
  • 22 AMAP : Association pour le maintien d’une agriculture paysanne.
  • 23 MIRAMAP : Mouvement interrégional des AMAP.
  • 24 RENETA : Réseau national des espaces-tests agricoles (fermes-tests) qui développe des pépinières po (...)
  • 25 GAB : Groupements d’agriculteurs biologiques (certifiés AB ou en conversion).
  • 26 FNSEA : Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, majoritaire dans la profession.

10S’ils rencontrent des obstacles moins nombreux que les néoruraux des deux premières vagues auprès des instances professionnelles, des pouvoirs publics et des élus locaux, notamment en termes de formation, d’accès à l’information et d’ouverture d’esprit, ils se heurtent encore à des freins importants. Le passage d’une agriculture conventionnelle à une agriculture biologique s’avère ainsi très difficile, faute de cohérence entre les politiques publiques et de critères adaptés pour l’octroi des aides. L’obstacle foncier reste majeur, car aux blocages culturels et psychologiques existant chez les paysans dans la transmission de terres, à l’inflation des prix, à la prédation des terres par l’urbanisation et les infrastructures de transport, aux pratiques illégales (pots-de-vin), s’ajoutent l’inefficacité des organismes régulant ce marché (SAFER)et l’orientation vers les grandes structures proposée par les démarches d’accompagnement des chambres d’agriculture. C’est pourquoi les deux tiers des installations en agriculture ne bénéficient d’aucune aide institutionnelle. Elles ne peuvent compter que sur celles émanant de quelques municipalités courageuses, qui constituent des réserves foncières et s’engagent dans la construction d’habitats sociaux écologiques (cf. Beaumont15, Cévenne ardéchoise), et celles du secteur associatif. Ainsi Terre de liens (issue du réseau RELIER16) fait appel à l’épargne solidaire pour acheter des terres et les louer à de jeunes agriculteurs. Malgré un impact très minime (122 fermes acquises sur 620 000), elle a le mérite de faire circuler des idées (se réapproprier la terre comme bien commun). Les nouveaux agriculteurs sont aussi épaulés par des associations ou fondations (Fondation de France, Fondation Raoul Follereau), les réseaux alternatifs généralistes (RELIER, REPAS17, Reclaim the fields, ADIR18, ALDEA19, InPACT20, ADEAR21) ou spécialisés (Blog maraîcher Île-de-France, Hybrides F1, Agrosemences, Kokopelli, AMAP22 et MIRAMAP23, RENETA24, le GAB25, le pôle Abiosol, groupement d’AMAP en Île-de-France, Blue Bees, Miimosa, Cigales, La Nef, France Active) et les syndicats (surtout la Confédération paysanne et, sur le terrain, des syndicalistes dissidents de la FNSEA26).

11Les initiatives des néopaysans restent très dispersées, sans doute à cause de l’individualisme caché derrière la quête d’autonomie. Si un certain nombre d’entre eux adhèrent à la Confédération paysanne, la plupart peinent à dépasser l’horizon de leur ferme. Là se situe la faille majeure, car la somme des actes individuels sera impuissante à changer le modèle dominant, lequel s’accommode des alternatives tant qu’elles demeurent périphériques et même s’en nourrit pour mieux se renouveler afin de se maintenir.

12Depuis les années 1990, qui ont vu l’intégration des premières vagues, les pouvoirs publics s’intéressent de plus en plus aux néoruraux au sens administratif et statistique du terme et développent des politiques d’accueil. En effet, 1,8 million de personnes, dont plus de 800 000 actifs, ont quitté un pôle urbain et l’espace à dominante rurale a gagné 247 000 habitants entre 1990 et 1999, avec un taux d’accroissement de 1,5 % par an de 1999 à 2006, soit deux fois plus que durant la période 1982-1999, ce que confirment les enquêtes annuelles effectuées pour les recensements de 2004 et 2006.

13Les acteurs publics et privés tentent donc d’organiser la poursuite et le renforcement de cette migration, à travers divers dispositifs. Il s’agit d’une part de favoriser le développement local, notamment dans les espaces où un tel apport démographique représente un enjeu stratégique pour le maintien d’une vie active, et d’autre part de répondre aux besoins croissants des candidats à l’installation, des territoires et des pouvoirs publics. La France fait figure de pionnière en la matière, étant le seul pays à intégrer une thématique « Accueil des nouveaux acteurs locaux et nouvelles entreprises » au programme européen LEADER (Liaison entre actions de développement de l’économie rurale), destiné à encourager les démarches intégrées et pilotes de développement rural autour de thèmes fédérateurs. L’initiative la plus récente est la thématique « Offres de services et accueil de nouvelles populations » dans le cadre des pôles d’excellence rurale (2006). Certaines régions, comme le Limousin, ont créé des politiques d’accueil spécifiques.

Une « révolution silencieuse » multidimensionnelle

14Depuis le début et surtout la fin des années 1960, la pérennisation du phénomène néorural a produit une véritable « révolution silencieuse » dans les espaces d’installation, formant désormais un archipel de laboratoires multidimensionnels.

15Dans le domaine agricole, la remise en question du modèle productiviste, pour des raisons à la fois idéologiques et économiques, conduit les néoruraux à s’engager dans des systèmes de production inédits. Ceux-ci reposent sur des créneaux soit totalement nouveaux pour la région (petits fruits, légumes, apiculture, plantes médicinales et aromatiques), soit ressuscités (châtaigne, laine de mouton) ou revalorisés (élevage ovin et caprin). Bien que très divers (caprins, ovins, brebis laitières, bovins, élevages fermiers, équins, canins, maraîchage, apiculture, petits fruits, châtaignes etc.), ils présentent des caractéristiques identifiables et résultent le plus souvent d’une démarche pragmatique, faite de tâtonnements, en fonction des contraintes économiques et techniques de l’exploitation. Leurs systèmes agricoles, inédits, se caractérisent par une forme d’agriculture poly-active combinant autoconsommation et limitation des coûts, vente directe et intégration d’activités non agricoles (transformation et accueil à la ferme).

  • 27 CIEPAD : Carrefour international d’études et de pratiques appliquées au développement.

16Ils sont aussi fondés sur une professionnalisation de certains pans de l’agriculture (développement d’espèces animales et végétales locales, recours aux techniques issues des derniers progrès de la recherche scientifique) ; sur l’utilisation de techniques agricoles douces (compost, homéopathie vétérinaire, énergies renouvelables) ; sur l’amélioration de l’efficacité des techniques traditionnelles (différentes étapes du traitement de la châtaigne : ramassage, tri, criblage, calibrage, séchage) et, pour une minorité d’entre eux, sur la pratique de l’agriculture biologique ou de l’agroécologie popularisée par Pierre Rabhi. En effet, celui-ci a développé une importante activité de formation dans ce domaine (CIEPAD27, Ferme de Beaulieu, Centre agroécologique des Amanins) aux côtés de mouvements à visée plus politique tels « Oasis en tous lieux » ou, plus récemment les « Colibris », et d’une abondante production audiovisuelle et éditoriale (revues, livres, notamment chez Actes Sud dans la collection « Domaine des possibles »).

  • 28 SICA : Société d’intérêt coopératif agricole.
  • 29 GIE : Groupement d’intérêt économique.

17Enfin, les « néoruraux » font appel à de nouvelles méthodes (clôture des champs substituée à la garde des troupeaux, élevage des cochons en plein air ou semi plein air) et utilisent des formes collectives de production, transformation et commercialisation. Ainsi, en Cévennes, la production de plantes médicinales débouche-t-elle sur la création du syndicat des S.I.M.P.L.E.S. (1982), de la SICA28 Biotope des montagnes à Soudorgues (1985) puis du GIE29 Plante infuse (1989).

18Ce faisant, les néoruraux se situent dans une double rupture : d’une part avec les pratiques agricoles paysannes traditionnelles, en œuvrant dans le sens d’une professionnalisation des productions, d’autre part avec le discours officiel des organismes agricoles, tenants de l’agriculture productiviste, en valorisant la qualité des produits.

19Cependant, les politiques d’aménagement du territoire et de développement agricole commencent au milieu des années 1970 à prêter attention à leurs expérimentations, qui répondent à l’impératif de promouvoir une agriculture plus économe et plus autonome tout en représentant une solution, à faible risque, au déclin du « rural profond ».

20En promouvant une agriculture respectueuse de l’environnement, en mettant en place une économie fondée sur des produits à fort marqueur culturel identitaire et en relocalisant l’économie grâce aux circuits courts (AMAP, magasins de producteurs, vente sur les marchés de proximité) afin de capter la clientèle locale et touristique, les néoruraux prouvent que le productivisme n’est pas incontournable et que la désertification n’est pas une fatalité. Ils repensent ainsi le territoire en faisant évoluer la représentation du milieu rural et du rôle de l’agriculteur. Désormais minoritaire, celui-ci demeure, par le biais d’une agriculture extensive de qualité répondant à une demande de plus en plus forte des consommateurs urbains, une figure centrale et fondatrice de l’identité nationale, comme incarnation d’un ancrage local nécessaire dans un contexte de mondialisation uniformisatrice.

21Désireux de contribuer à la revitalisation puis au développement économique, social et culturel des espaces désertifiés où ils sont installés, les néoruraux veulent promouvoir l’idée d’un nouveau développement rural, basé sur l’innovation et adapté à la modernité. Un certain nombre contribuent ainsi à la transformation de l’espace rural en fondant, seuls ou en association avec des autochtones, des entreprises alternatives (Ardelaine, Melvita, Terre Adélice en Ardèche, Ambiance Bois en Creuse, SICA Soie-Cévennes dans le Gard), ou innovantes, ou de création culturelle et artistique décentralisée. De fait, ils s’illustrent très fortement dans le domaine de la création et de l’animation culturelle et artistique, en donnant l’impulsion, seuls ou avec des natifs du pays, à un mouvement de création et d’action sociale et culturelle, via une multitude d’associations très diverses. La population locale bénéficie d’une vraie vie culturelle, elle qui devait se contenter jusque-là des fêtes votives du village. La culture devient donc un instrument du développement local, repris en tant que tel par les pouvoirs publics et par nombre des enfants des néoruraux qui, vivant en permanence ou par intermittence « au pays », choisissent ce domaine d’activité. Certains développent même une réflexion sur l’apport des activités culturelles au devenir des espaces désertifiés, en leur conférant un sens nouveau capable de transformer le regard porté sur eux.

22De plus, cela permet de lutter contre la centralisation parisienne de la création française. Ainsi, l’association Ardèche Images (1979), dédiée au cinéma documentaire de création, est née de la volonté d’un « enfant du pays » natif de Lussas, Jean-Marie Barbe, et de deux néoruraux, Jean-Paul Antoine et Jacques Daumas, qui fondent la SARL Ardèche Images Production (1983), une des rares maisons de production implantées hors d’Île-de-France et la seule en milieu rural, produisant à partir de 1986 un ou deux documentaires par an. Depuis 1989, plusieurs pôles d’activités se sont développés à Lussas (moins de 1000 habitants) : un festival (Les États généraux du film documentaire), un pôle de formation national (L’École documentaire), un centre de ressources (La Maison du documentaire, 1994) et un pôle de formation international (Africadoc, Eurasiadoc et DocOI pour l’océan Indien : résidences d’écriture, formations de producteurs). À cela s’ajoutent les associations : Doc Monde (2012), qui initie et développe des programmes de formation et des rencontres à l’international, ainsi que Lumière du Monde (2011), collectif de producteurs indépendants chargé de coordonner les collections de films documentaires de création issus des différents programmes de formation d’Ardèche Images et de Doc Monde. Une plateforme, Le village documentaire, a été créée en 2012 afin de valoriser cet environnement de compétences, conforter son poids économique et sa dynamique dans le sud de Rhône-Alpes, ainsi que coordonner, voire être le maître d’œuvre de projets de développement pour les années à venir. Lussas est devenu un des quatre pôles d’excellence audiovisuels de la région Rhône-Alpes-Auvergne.

  • 30 Cheyne, 30 ans, 30 voix, Le Chambon-sur-Lignon, Cheyne éditeur, 2010, p. 7-10.

23Les néoruraux se font également fondateurs de maisons d’édition – Actes Sud, les Éditions du Cheyne au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) en 198030, Verdier à Lagrasse (Aude) en 1979, Champ Vallon à Seyssel-sur-Rhône (Haute-Savoie) en 1980 –, de revues et de musées. Ainsi, en Ardèche, Serge Tekielski dit « Candide » crée en 1970 Racines, la revue de l’Association pour la sauvegarde des arts marginaux, l’incitation à la création et à l’amélioration de la qualité de la vie, ainsi qu’un Petit Musée du bizarre (Lavilledieu), tous deux consacrés à l’art marginal. Ils bousculent le conformisme des médias locaux en lançant une presse parallèle ou alternative très contestataire à l’égard des autorités locales et des journaux qui les soutiennent. En effet, celle-ci se veut, à l’instar de La Bouche rouge (1975-1979, Ardèche), un « organe militant d’information », l’expression de la vie du pays en ouvrant un espace de débat et de polémique. Elle joue ainsi, pour le milieu néorural, le rôle de caisse de résonance et d’organe de liaison militant. Nombre de ses collaborateurs sont des nouveaux arrivés, qui tirent profit des emplois qu’ils exercent dans différentes administrations pour transmettre de précieuses informations à la revue et entretiennent des contacts avec les autres journaux du même type, comme Écologie Hebdo. Après le départ de son fondateur en 1977 pour fonder un journal hebdomadaire de meilleure tenue inspiré du quotidien Libération, Hebdo Pays (été 1978- octobre 1979, 4 000 exemplaires), mort rapidement des problèmes financiers et de gestion, l’héritage de La Bouche rouge est repris par Rémi Durand et les animateurs du comité de pays Largentière-Joyeuse-Valgorge, qui créent en 1985 L’Écho des Cévennes (en référence à L’Écho des Savanes), animé par des néoruraux et traitant de façon humoristique et percutante des problèmes locaux sud-ardéchois.

  • 31 « Cultures radio locales. Comment présenter Radio Fréquence 7 ? », L’Araignée des Cévennes, n° 5, p (...)

24De même, des médias associatifs de proximité sont créés. Après le 10 mai 1981, de nombreuses radios associatives voient le jour comme Radio Zinzine à la Coopérative européenne de Longo Maï, ou encore Radio Interval (1982), qui donne la parole aux anciens et nouveaux Cévenols ainsi qu’aux agents de terrain du Parc national des Cévennes. En Ardèche méridionale, Radio Fréquence 7 (1982) veut être « un foyer de révolution culturelle pour le Bas-Vivarais », « informer en respectant la pluralité d’opinions » et aussi « un moteur pour la culture de notre pays : culture occitane, culture de nos chanteurs, musiciens, peintres, écrivains, culture de la vie du Bas-Vivarais31 ».

  • 32 Guy Pineau, Télé Millevaches, le magazine du Plateau, INA, avril 1996.
  • 33 Télé Ardèche (Lablachère). Site Internet : <http://www.tvardeche.com>.

25Une expérience pionnière de télévision locale de proximité, Télé Brouette, devenue Télé Millevaches32 (1986) dans la région du lac de Vassivière (Creuse), zone de forte densité néorurale, est menée par un groupe de néoruraux. Le projet vise à revitaliser le plateau de Millevaches en réalisant des films sur la mémoire des événements ayant marqué le paysage du territoire (barrages, chemins de fer et ouvrages lourds fabriqués par des gens du pays), ou bien des épisodes politiques saillants, montrant les multiples initiatives locales. C’est un moyen de lutter contre le pessimisme ambiant qui pronostique la mort prochaine du « pays » et de provoquer une prise de conscience en suscitant le débat et la prise de parole par tous. L’idée fait des émules ailleurs, comme en 2005 avec Télé Ardèche33, une télévision locale associative diffusée sur DVD, tiré à 2000 exemplaires, par l’association éponyme.

  • 34 Le pélardon, petit fromage au lait de chèvre produit dans la garrigue en Cévennes, a été sauvé de l (...)

26Par leur critique de la centralisation et leurs démarches de reconnaissance et légitimation des cultures locales, les néoruraux se font, conjointement ou parallèlement avec les autochtones, les précurseurs et la composante dominante du mouvement de patrimonialisation des campagnes. Cela passe, à l’articulation du local et du global, du marchand et du culturel, par un processus de labellisation en AOC de produits du terroir, précurseur d’une nouvelle économie dite « agri-culturelle », associant étroitement production de biens et de services et valorisation des spécificités culturelles des territoires. Spécialisés en grande partie dans l’élevage caprin, autorisant un faible investissement mais considéré comme secondaire voire méprisé par les agriculteurs locaux, les néoruraux popularisent ainsi les fromages de chèvre et hissent certains d’entre eux au rang d’AOC, à l’instar du Banon en Provence, du Pélardon34 (1999) en Languedoc et du Picodon en Drôme-Ardèche (2005). Les néoruraux manifestent le désir de se réapproprier les marques du local pour construire une mémoire collective de leur lieu d’installation, mais aussi pour se rapprocher de la population de souche en lui restituant une fierté d’exister et de vivre dans un « pays ». Ils répondent ainsi à son besoin identitaire mis à mal, dans les espaces touristiques, par l’afflux d’Européens du Nord à fort pouvoir d’achat.

27Cela passe aussi par l’apprentissage de la langue régionale, des travaux ethnographiques : collecte de la culture orale (contes, chansons populaires), de musiques et transcription de mémoires ; par la création de musées (de la châtaigne, de la laine, de la soie, etc.) et espaces d’animation, ainsi que par la réalisation de films sur la culture et les modes de vie de la population autochtone, comme celui d’Yves Billon, Benlèu ben (Peut-être bien, 1977-1978), en Ardèche.

  • 35 Des travaux de géographes comme ceux de Michel Rouvière, L’aménagement des terrasses agricoles dans (...)
  • 36 Joël Neuschwander, et Patrice Pierron, Essais de cultures nouvelles pour les terrasses en Centre-Ar (...)

28Ils s’attachent aussi à restaurer l’architecture et les paysages ruraux : terrasses de culture avec leurs moyens d’accès, leurs annexes destinées soit à la récupération de l’eau (voûtes sur sourcin capté et puits), soit à l’usage temporaire (resserre à outils, abris, capitelles et grangettes ou « chabottes »), clèdes (séchoirs à châtaignes) et leurs systèmes d’écoulement de l’eau et d’irrigation gravitaire par béalières. Sous leur impulsion, la culture en terrasse, délaissée jusque-là par les organismes agricoles, dont la politique volontariste tendait à privilégier l’agriculture de plaine, est alors l’objet d’un nombre croissant d’études35 et d’un regain d’intérêt, lequel débouche sur des politiques visant à relancer leur utilisation comme l’OGAF (Opération groupée d’aménagement Foncier)Centre-Ardèche, qui propose des d’actions d’amélioration du foncier en montagne où la terrasse tient une place importante36.

29Ils sont aussi à l’origine de fêtes villageoises touchant une activité comme la fête de la transhumance (Die, Drôme), des produits agricoles (épeautre en Provence, châtaigne en Corse et en Ardèche, huile d’olive, clairette de Die), des fêtes pastorales ou des arts populaires, mais aussi des relances, opérations plus ambitieuses visant à associer étroitement une activité économique inscrite dans l’histoire d’un territoire et des manifestations culturelles, comme celle de la sériciculture dans les Cévennes gardoises et ardéchoises.

30Désireux de peser sur la vie locale, les néoruraux s’organisent à partir de 1975 en contre-pouvoir. Seuls ou alliés à un pôle contestataire issu de la population locale, ils créent, sur la base d’un programme, un groupe (le « Groupe pour la participation de tous à la gestion communale » à Thines) ou une association (le GAIL : « Groupe d’animation et d’information locale », à Lablachère) dont l’action s’étend parfois aux activités culturelles et de loisirs (randonnées, séances de ciné-club, projet de création d’une bibliothèque communale).

  • 37 Ruth Stegassy, « Développement durable et territoires à Montagagne en Ariège » avec Dominique Masse (...)

31Après l’élection de François Mitterrand facilitant leur intégration, ils entrent en nombre dans les conseils municipaux aux côtés de la jeune génération autochtone désireuse de « vivre au pays » ou qui y est revenue dans leur sillage, et prennent la tête de certaines mairies à la faveur d’un profond renouvellement des équipes lors des élections de 1983. Parvenus aux responsabilités, les néoruraux font preuve d’ouverture et s’efforcent de surmonter les obstacles à la valorisation, à la commercialisation des productions, à la rémunération des fonctions non marchandes de l’agriculture de montagne et à l’installation de jeunes agriculteurs. Ils promeuvent une démocratie participative (Montagagne en Ariège, Saillans dans la Drôme), héritière de la nécessité éprouvée à leur arrivée d’être solidaires dans un environnement difficile : information de tous, prise en compte de l’avis de la minorité, vote du conseil municipal conforme à celui des consultations publiques, pouvant aller jusqu’à la désobéissance civile en cas de conflit avec les pouvoirs publics37. Aidés par quelques conseillers généraux sensibles aux effets positifs de leur présence, les néoruraux œuvrent à concrétiser leurs aspirations, courantes en milieu urbain, en matière de services publics (crèche, école, cantine et ramassage scolaire), de renouvellement de la population, d’action sociale (permanence d’information sur les droits sociaux, aides) et culturelle (bibliothèque, ciné-club, etc.). Ils militent aussi, avec les jeunes agriculteurs de souche, pour mettre en place un aménagement raisonné de l’espace, préconisant un zonage agriculture-forêt et la fin du reboisement en résineux, la création d’AFP (Associations foncières pastorales) et d’OGAF (Opérations groupées d’aménagement foncier), le remembrement, la réglementation de la construction afin de limiter la présence de résidences secondaires responsable de la hausse du prix du foncier.

  • 38 « Les hippies : pas tous de mauvais agriculteurs parmi les nouveaux venus », La Tribune, rendant co (...)

32Certains néoruraux engagés dans le syndicalisme38 œuvrent à la mise en place d’une nouvelle politique agricole répondant aux aspirations de la société et prenant en compte les fonctions non marchandes exercées par les agriculteurs, en soutenant les propositions ministérielles des contrats territoriaux d’exploitation (CTE). L’un d’entre eux, Jean-Paul Reine, éleveur de chèvres devenu président de la chambre d’agriculture de l’Ardèche (2001-2007), cherche à promouvoir un fonctionnement plus démocratique des instances consulaires, à intégrer les préoccupations qualitatives et environnementales, à favoriser l’installation des jeunes agriculteurs et à redonner le pouvoir aux agriculteurs au sein de coopératives.

  • 39 Témoignage d’un couple arrivé à Valgorge en 1998, rapporté dans l’enquête de Pierre Cornu effectuée (...)
  • 40 Pierre Cornu, Aux origines…, op. cit. et entretien avec l’auteur, avril 2003.
  • 41 Agnès Bonnaud, « La requalification du patrimoine rural et agricole par les exploitants de territoi (...)

33En Ardèche, plusieurs maires néoruraux, désireux de maintenir les agriculteurs en place et de faciliter l’installation de jeunes, s’attaquent au problème du blocage et du mitage du foncier en menant plusieurs types d’action : élévation au niveau maximum des taxes sur le foncier non bâti, rachat des biens vacants récupérés par l’État, baux de vingt ans assurant la sérénité de l’installation en agriculture (Beaumont). Des pratiques foncières infrajuridiques peuvent avoir cours : les installations s’opèrent par « arrangement foncier », y compris pour le logement, certaines maisons servant de point de chute à des néoruraux successifs (Communauté de communes Beaume-Drobie, Cévenne ardéchoise, depuis 2001)39. La propriété n’est alors plus le fondement de l’exploitation : les usages, pastoraux notamment, se font dans une géographie tacite, accolant des parcelles et des cheminements négociés oralement avec les propriétaires, résidents secondaires, collectivités, etc.40 À Beaumont, repeuplée par des néoruraux dans les années 1970, le succès de cette politique explique le caractère fortement agricole (20 agriculteurs sur 179 habitants, en incluant les retraités encore actifs et les pluriactifs) et l’accentuation des spécificités socioculturelles de la commune, qui draine des candidats à l’installation ayant un fort attachement au territoire et des projets professionnels assimilés à des projets de vie, mobilisés pour poursuivre une politique dont ils ont bénéficié41.

Vers une revitalisation du « rural profond » par l’« exode urbain » ?

34Bien que difficile à évaluer, l’implantation néorurale en nombre dans certaines communes a provoqué un incontestable renouveau sur le plan démographique, enrayant la tendance plus que séculaire à l’exode rural. Elle a préservé des hameaux abandonnés de la destruction et incité les enfants de la population locale à « rester au pays ». Dans les années 1980, en même temps que l’arrivée des résidents secondaires et du tourisme, elle a favorisé celle de populations nouvelles d’origine urbaine, constituée de gens venus à la campagne pour y exercer leur profession ou d’enfants de paysans de retour, qui trouvent chez les néoruraux des alliés pour affronter les conflits fonciers et le manque de soutien, voire l’opposition parentale à leurs projets.

  • 42 François De Ravignan, L’avenir d’un désert. Au pays de la Haute-Vallée de l’Aude, Villelongue-d’Aud (...)
  • 43 Laurent Rieutord, « Nouveaux habitants et liens au territoire sur les hauts cantons du Massif centr (...)
  • 44 Marie-Nicole Cappeau, Chantemerle (roman autobiographique), Romagnat, Éd. De Borée, coll. Roman, 20 (...)
  • 45 AGCS : Accord général sur le commerce et les services, en cours de négociation dans le cadre de l’O (...)
  • 46 Sauf pour Saint-Germain-de-Calberte (1975-1982) et Barre-des-Cévennes (1982-1990).
  • 47 Patrick Cabanel, « Émigration et immigration dans l’histoire des Cévennes », dans Patrick Cabanel ( (...)

35Les études menées dans le sud audois (1996, 2003)42, le sud du Massif central43 et le sud de l’Ardèche (2004) sur les nouveaux arrivés entre 1990 et 1999, montrent que l’apport démographique important qu’ils constituent dans certaines zones est récent, postérieur à 1975. Ainsi, à Thines (Cévennes ardéchoise), parmi les néoruraux, ceux des années 1968-1975 sont minoritaires (un peu moins de 50 %), mais à l’origine des vagues migratoires postérieures successives qui, malgré leurs profils différenciés, en ont hérité certains éléments de modes de vie44 et/ou d’engagement : militantisme anti-AGCS45 et anti-OGM très dur, ainsi qu’une forte implantation de la Confédération paysanne, qui a succédé en 1987 au Syndicat des paysans-travailleurs créé en 1972. Dans les 11 cantons cévenols gardois et lozériens, le solde migratoire est presque partout positif depuis 197546, alors que le solde naturel y est continûment négatif, les croissances les plus fortes (1,14 à 2,04 % par an) ayant lieu entre 1975 et 1982. Pour dix cantons (celui d’Anduze non compris), le solde migratoire est de 5 000 personnes, soit 15 000 personnes venues s’installer provisoirement ou durablement en 25 ans dans un quadrilatère passé d’un peu moins de 29 000 habitants en 1975 à 33 000 en 200947.

  • 48 Jean-François Poncet et Claude Brelot, Le nouvel espace rural français, rapport d’information du Sé (...)

36Ce phénomène de croissance démographique rurale, observé partout en France, touchant une partie du « rural profond », s’amplifie48 et, depuis les années 1990, concerne des espaces ruraux de plus en plus isolés et éloignés des villes. Le sud du Massif central est exemplaire de ce « retournement » d’un territoire répulsif devenu attractif, avec un élargissement remarquable des auréoles de gains migratoires entre 1968 et 2009, gagnant l’arrière-pays (Vivarais, Cévennes, Grands Causses) où 25 à 30 % des populations sont nouvellement installées en cinq ans (2002-2007), mais aussi les communes les plus isolées (Limousin). Toutefois, les soldes naturels défaillants entraînent une progression démographique ralentie.

  • 49 E. Julliard, « L’urbanisation des campagnes en Europe occidentale », Études Rurales, 1961, 1, p. 18 (...)
  • 50 Laurence A.G. Moss (ed.), The Amenity Migrations : Seeking and Sustaining Mountains and Their Cultu (...)

37Plutôt que le fruit d’une « urbanisation des campagnes » via une péri-urbanisation de plus en plus étendue et diffuse49, ces migrations d’agrément (amenity migration50) illustrent une « nouvelle » ruralité. En effet, elles ne sont plus déterminées par des préoccupations économiques mais par des valeurs sociales, éthiques et environnementales, tandis qu’un contexte technique et sociétal renouvelé (amélioration de moyens de communication, réduction et aménagement du temps de travail) les facilite, élargissant ainsi l’éventail des lieux de résidence. Émerge une nouvelle hiérarchie spatiale, très favorable à la ruralité et qui modifie les représentations géographiques des arrière-pays, en faisant de la faible densité et de l’isolement, jadis des handicaps, des ressources recherchées.

  • 51 Le sondage IPSOS, effectué du 14 au 28 février 2003, est commandé par le CNASEA, le Collectif Ville (...)
  • 52 Enquête sur les nouveaux arrivés en Sud-Ardèche, réalisée en 2004 par la SCOP Pollen pour le compte (...)
  • 53 « Enquête sur une migration. Une nouvelle population, chance pour le territoire », Dauphiné libéré (...)
  • 54 Laurent Rieutord, op. cit., p. 104.

38Ces arrivées transforment la société. Les migrants sont plus jeunes que la population autochtone (1/4 à 1/3 de moins de 20 ans en Cévennes gardoise et lozérienne), car essentiellement composés de jeunes adultes (46 % de 25-34 ans en Limousin51 contre 19 % à l’échelle nationale), ce qui explique le nombre élevé d’enfants, surtout en bas âge. Les trois quarts des 1 200 nouveaux habitants recensés dans l’arrondissement de Largentière (Ardèche) sont ainsi des actifs, d’âge moyen inférieur à celui de la population autochtone, venus très souvent en famille (2,39 personnes par ménage contre 2,24 en moyenne nationale) afin de trouver une meilleure qualité de vie et un bien-être personnel52. Ils sont plutôt stables, plus de la moitié étant propriétaires de leur lieu d’habitation53. Les retraités sont minoritaires (10 à 15 % en Cévennes)54. En revanche, le sex ratio est variable, favorable aux femmes en Cévennes (10 contre 7) mais aux hommes en Limousin (66 % contre 48 %).

39Cependant, un doute sur la pérennisation de ces tendances ne fait pas disparaître la peur de la désertification future, tandis que l’installation, depuis les années 1990, d’un public en difficulté composé de femmes seules avec enfants venues des métropoles, attirées par les liens de solidarité, plus faciles en milieu rural, les aides diverses ainsi que la mise en place de systèmes économiques autocentrés et solidaires leur permettant de vivoter, constitue un sujet d’inquiétude. Apparaît alors la crainte d’une dualisation sociospatiale génératrice de tensions entre, d’une part cette population en situation de précarité (40 % en Cévennes), ajoutée aux chômeurs composés des nouveaux venus et des jeunes locaux renonçant à chercher un emploi, d’autre part une population croissante de rurbains branchés sur le tertiaire et résidents secondaires, désireuse de jouir des aménités de la campagne, de « touristes verts » et d’agriculteurs de plus en plus spécialisés (notamment en élevage et viticulture) devenus minoritaires dans l’espace rural. La mutation sociale concerne aussi l’activité, car un grand nombre d’actifs change d’emploi ou de statut en s’installant à la campagne, ce qui aboutit à une situation où les catégories traditionnelles du monde rural sont peu représentées, au profit des ouvriers, des employés et surtout des cadres supérieurs et professions libérales. Si on ajoute qu’une part non négligeable des arrivants est d’origine étrangère, essentiellement nord-européenne, on conçoit que la gamme des profils sociaux des nouveaux habitants s’est beaucoup diversifiée.

  • 55 Voir « Vivre “à la marge” à la campagne, une autre galère qu’à la ville », dossier « Monde rural et (...)

40D’un niveau de formation élevé, les néoruraux sont généralement surqualifiés pour l’emploi qu’ils occupent. Les niveaux de diplômes reflètent la répartition observée dans la population nationale tout en comportant une proportion légèrement supérieure (24 % contre 22 %) de bacheliers et légèrement inférieure d’absence ou de faible qualification (44 % contre 46 %)55.

  • 56 Bruno Jean, « Les territoires ruraux dans la modernité avancée et la recomposition des systèmes rur (...)
  • 57 Laurent Rieutord, op. cit., p. 111.

41Par leur volonté d’habiter à la campagne, leur souci de valoriser le patrimoine rural et de renforcer le lien social, ainsi que par leur connaissance antérieure du territoire d’installation via les résidences secondaires (50 % des logements dans la bordure sud du Massif central) ou leurs origines familiales (« émigration à attaches » et retour vers leurs pays des émigrés de souche rurale : 26 %), les migrants participent à la territorialisation des lieux via leurs actions, pratiques et représentations. Le renforcement des liens au territoire s’accompagne cependant d’une emprise croissante de la société urbaine sur la campagne. En témoigne la « patrimonialisation » et l’accroissement des mobilités (pendulaires, multirésidence, « turbulence » résidentielle) favorisant la disparition d’un ancrage local malgré la revendication d’une appartenance à la campagne et à la ruralité. Les différenciations internes de la ruralité tendent parallèlement à s’accroître56, comme en Cévennes où convergent quatre représentations de la ruralité correspondant à celles des migrants : territoire-mémoire des « émigrés à attaches » ou « héritiers urbains » de retour au pays, territoire-refuge pour les personnes précaires ou les marginaux, territoire-pionnier pour les migrants actifs à la recherche d’aménités rurales, territoire-arrière-pays avec l’installation de populations diverses par l’origine et la catégorie sociale, venant exercer leur activité dans un environnement agréable mais peu investies dans la vie locale57.

42Au-delà de son caractère marginal et de la diversité de ses formes, le « retour à la terre » atteste d’une grande constance et d’une cohérence dans sa démarche politique visant à promouvoir le changement de société par la base, en conjuguant à la fois des mobilisations antiétatiques et antilibérales, ainsi que des projets créatifs et innovants centrés sur l’épanouissement humain et le respect de l’environnement. En effet, en développant un nouvel art de vivre fondé sur le décloisonnement, l’échange et la participation, conciliant désir de ville et désir de campagne, tradition, nature et modernité douce, enracinement et mobilité, il constitue un vecteur important de changement multidimensionnel. Celui-ci se manifeste tant à l’échelle locale, avec l’avènement de nouvelles campagnes redynamisées (démographie, économie, culture) et recomposées socialement, qu’à celle de l’englobant. Ce dernier a été lentement gagné par les idées et modes de vie jadis considérés comme marginaux ou décalés. En témoignent le succès des ouvrages (La sobriété heureuse, 300 000 exemplaires) de Pierre Rabhi, précurseur du phénomène au début des années 1960, du film-documentaire de Cyril Dion, Demain (plus d’un million d’entrées depuis sa sortie fin 2015) et la popularité actuelle de la reconversion en agriculture et dans l’artisanat, réponse à un mal-être touchant autant ceux qui sont intégrés au système dominant que ceux qui en sont mis à l’écart. Les migrations néorurales qui en résultent recomposent alors le territoire national, où s’observent un « retournement » spatial et l’effacement de l’opposition ville-campagne. En effet, grâce à son attractivité, la seconde est gagnée par l’urbanité et constitue un modèle d’innovation entraînant la ruralisation de la première.

Haut de page

Notes

1 Au sens large, cela désigne toute personne quittant la ville pour s’installer à la campagne, dans une aire à dominante rurale.

2 Bertrand Hervieu et Danièle Léger, Le retour à la nature, 1979, Le Seuil, 238 p., réédition, précédée de Les néo ruraux trente ans après, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2005, p. 20.

3 Roger-Paul Droit et Antoine Gallien, La chasse au bonheur ou les nouvelles communautés en France, Paris, Calmann-Lévy, 1972.

4 Hélène Chauchat, La voie communautaire, Paris, Presses de la Sorbonne, 1980 ; Michel Chevallier, L’Ariège, Rennes, Ouest-France, 1985 ; Paolo Stuppia, De la communauté à l’éco-village. L’expérience des néoruraux trente ans après, mémoire de master 2, Université Paris 1, 2008.

5 Cette dénomination est utilisée par l’administration dans les années 1970. Elle est employée ici au sens premier ou étroit du terme, incluant une dimension sociologique et idéologique. Celui-ci désigne des urbains, y compris des enfants d’agriculteurs ayant fait le détour par la ville pour y effectuer leurs études ou y exercer leur profession, venus s’installer pour vivre totalement ou partiellement d’une activité agricole. Voir Pierre Derioz, « Les néoruraux à la rencontre de l’espace rural », dans Lucette Davy et René Neboit-Guillot (dir.), Les Français dans leur environnement, Comité national français de géographie, Nathan, 1999, p. 290-295.

6 L’expression est due à Bertrand Hervieu et Danièle Léger, dans « Les immigrés de l’utopie », Autrement, 1978, n° 14, p. 48 à 70. Voir des mêmes auteurs, Le retour à la nature. Au fond de la forêt, l’État, 1979, Le Seuil, 238 p., réédition, précédée de « Les néo ruraux trente ans après », La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2005, 235 p. et « Une enquête sur les néoruraux, quarante ans d’écart… », dans Causses & Cévennes, 2016/3, p. 403-407.

7 Sylvain Besson, « Sur la piste des nouveaux autarciques », Le Temps, 23 avril 2009.

8 Anne-Marie Chapelan, « Autoconstruction et écohabitat : des cabanes “poussent” dans les Cévennes », <http://robin-woodard.eu/spip.phparticle358>.

9 Françoise Clavairolle, « Les “néo-Cévenols” : retour sur une immigration (de 1970 à nos jours) », dans Patrick Cabanel (dir.), Les Cévennes au xxie siècle, une renaissance, Alcide/Club cévenol, Nîmes, 2013, p. 85-88.

10 Reconversions professionnelles vers l’agriculture, Les Champs des possibles, 2016 ; Fanny Lermin et Bruno Auboiron, Âmes de paysans. La montagne ardéchoise n’abandonne pas, EncreS en ScèneS, coll. « Portraits ardéchois », Montpezat-sous-Bauzon, 2016.

11 Laurent Rieutord, « Nouveaux habitants et liens aux territoires sur les hauts cantons du Massif central méridional », dans Patrick Cabanel (dir.), Les Cévennes au xxie siècle, une renaissance, Nîmes, Alcide/Club Cévenol, p. 97.

12 Cyril Dion, Demain. Un nouveau monde en marche, Arles, Actes Sud, 2015 ; Rob Hopkins, Ils changent le monde. 1001 initiatives de transition écologique, Paris, Le Seuil, 2014 ; Isabelle Frémeaux, John Jordan, Les sentiers de l’utopie, livre et DVD-PAL 109 mn, Zone, Éd. La Découverte, Paris, 2011.

13 La Coopérative européenne de Longo Maï (« Que cela dure toujours » en provençal) est une communauté inspirée des thèses de Charles Fourier (cf. Alternatives économiques, n° 189, 02/2001) et fondée à Limans (Alpes-de-Haute-Provence) en 1973 par un groupe de jeunes étudiants gauchistes autrichiens et suisses du groupe Spartakus en lutte contre les néonazis, qui proposent une voie alternative d’autogestion et de construire des villages pionniers européens pouvant servir de refuge en cas de crise. Le premier est créé en 1973 sous la forme d’une SCOP, sur la colline de Zinzine, à Limans. Voir Michel Bernard, « Les coopératives de Longo Maï », Silence, 1995.

14 Emmanuel Daniel, Le tour de France des alternatives, Paris, Seuil/Reporterre, 2014, p. 113-114.

15 Pascal Waldschmidt, « Construire à Beaumont », dans Patrick Bouchain (dir.), Pas de toit sans toi. Réinventer l’habitat social, Arles, Actes Sud, coll. « L’impensé », 2016, 109 p., p. 84-99.

16 RELIER : Réseau d’expérimentation et de liaison des initiatives en espace rural.

17 REPAS : Réseau d’échanges et de pratiques alternatives et solidaires.

18 ADIR : Agence de diffusion et d’information rurales (association d’édition).

19 ALDEA : Agence de liaison pour le développement d’une économie alternative.

20 InPACT : Initiative pour l’agriculture citoyenne et territoriale qui rassemble, à l’échelle nationale, des collectifs engagés dans cette démarche. Ce réseau s’est mobilisé en faveur de l’agroécologie lors du projet de loi d’avenir de 2014.

21 ADEAR : Association pour le développement de l’emploi agricole et rural. Elle propose un accompagnement à l’installation.

22 AMAP : Association pour le maintien d’une agriculture paysanne.

23 MIRAMAP : Mouvement interrégional des AMAP.

24 RENETA : Réseau national des espaces-tests agricoles (fermes-tests) qui développe des pépinières pour permettre aux personnes non issues du milieu agricole de s’essayer au métier pendant un an, sans risque financier.

25 GAB : Groupements d’agriculteurs biologiques (certifiés AB ou en conversion).

26 FNSEA : Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, majoritaire dans la profession.

27 CIEPAD : Carrefour international d’études et de pratiques appliquées au développement.

28 SICA : Société d’intérêt coopératif agricole.

29 GIE : Groupement d’intérêt économique.

30 Cheyne, 30 ans, 30 voix, Le Chambon-sur-Lignon, Cheyne éditeur, 2010, p. 7-10.

31 « Cultures radio locales. Comment présenter Radio Fréquence 7 ? », L’Araignée des Cévennes, n° 5, p. 23.

32 Guy Pineau, Télé Millevaches, le magazine du Plateau, INA, avril 1996.

33 Télé Ardèche (Lablachère). Site Internet : <http://www.tvardeche.com>.

34 Le pélardon, petit fromage au lait de chèvre produit dans la garrigue en Cévennes, a été sauvé de la disparition par des néoruraux installés dans les années 1970, qui ont appris à fromager dans le cadre de stages organisés par les chambres d’agriculture. Voir Laurence Berard et Philippe Marchenay, « Le vivant, le culturel et le marchand. Les produits du terroir », dans Vives campagnes. Le patrimoine rural, projet de société, Éd. Autrement, n° 194, mai 2000, p. 191-216.

35 Des travaux de géographes comme ceux de Michel Rouvière, L’aménagement des terrasses agricoles dans la région de Vinezac (Ardèche), L’Architecture rurale, tome III, 1979, et Jean-François Blanc, Paysages et paysans des terrasses de l’Ardèche, thèse de 3e cycle soutenue en décembre 1983 à l’université Lyon III, Annonay, Impr. du Vivarais, 1984.

36 Joël Neuschwander, et Patrice Pierron, Essais de cultures nouvelles pour les terrasses en Centre-Ardèche, Bureau d’étude du paysage, Paris, Ministère de l’Environnement, 1985.

37 Ruth Stegassy, « Développement durable et territoires à Montagagne en Ariège » avec Dominique Masset, maire de Montagagne, émission Terre à terre, France Culture, le 25 février 2006.

38 « Les hippies : pas tous de mauvais agriculteurs parmi les nouveaux venus », La Tribune, rendant compte du 23e congrès de la FDSEA, tenu à Privas le 8 mars 1979. Il s’agit de Gilbert Vieillerobe, néorural installé à Thines (Cévenne ardéchoise), élu président du Syndicat des producteurs de châtaignes et de marrons de l’Ardèche en 1985.

39 Témoignage d’un couple arrivé à Valgorge en 1998, rapporté dans l’enquête de Pierre Cornu effectuée en 2004 : « Aux origines de la fonction environnementale des exploitations rurales : les conflits pour l’usage des pentes en Cévenne vivaraise aux xixe et xxe siècles » dans Pierre Cornu et Jean-Luc Mayaud (dir.), Nouvelles questions agraires. Exploitants, fonctions et territoires, Laboratoire d’études rurales, région Rhône-Alpes, Cluster 9 (qualité des plantes, agriculture, acteurs, territoires, Grenoble), Paris, La Boutique de l’histoire, 2008.

40 Pierre Cornu, Aux origines…, op. cit. et entretien avec l’auteur, avril 2003.

41 Agnès Bonnaud, « La requalification du patrimoine rural et agricole par les exploitants de territoire à fortes contraintes : le cas des Cévennes ardéchoises », dans Pierre Cornu et Jean-Luc Mayaud (dir.), op. cit.

42 François De Ravignan, L’avenir d’un désert. Au pays de la Haute-Vallée de l’Aude, Villelongue-d’Aude, Atelier du Gué, 1996, 2003, p. 95-107.

43 Laurent Rieutord, « Nouveaux habitants et liens au territoire sur les hauts cantons du Massif central méridional », dans Patrick Cabanel (dir.), op. cit., p. 91-114.

44 Marie-Nicole Cappeau, Chantemerle (roman autobiographique), Romagnat, Éd. De Borée, coll. Roman, 2006, p. 11, 32-33, 36-37 et 163. L’auteure et son mari, installés depuis 1998 près de Sanilhac (Cévenne ardéchoise), ont créé une ferme d’élevage caprin dont ils transforment et commercialisent la production.

45 AGCS : Accord général sur le commerce et les services, en cours de négociation dans le cadre de l’OMC.

46 Sauf pour Saint-Germain-de-Calberte (1975-1982) et Barre-des-Cévennes (1982-1990).

47 Patrick Cabanel, « Émigration et immigration dans l’histoire des Cévennes », dans Patrick Cabanel (dir.), Les Cévennes…, op. cit., p. 15-35, 33-34.

48 Jean-François Poncet et Claude Brelot, Le nouvel espace rural français, rapport d’information du Sénat n° 468, session extraordinaire de 2007-2008, au nom de la DIACT.

49 E. Julliard, « L’urbanisation des campagnes en Europe occidentale », Études Rurales, 1961, 1, p. 18-33.

50 Laurence A.G. Moss (ed.), The Amenity Migrations : Seeking and Sustaining Mountains and Their Cultures, Santa Fe, CABI Publishing, 2006.

51 Le sondage IPSOS, effectué du 14 au 28 février 2003, est commandé par le CNASEA, le Collectif Ville-campagne et la région Limousin, dans le cadre des travaux préparatoires à la deuxième édition de la « foire à l’installation en milieu rural » organisée à Limoges en 2003. Il s’agit de définir le profil sociodémographique des néoruraux grâce à un questionnaire de screening proposé à tous les habitants d’une commune de moins de 2 000 habitants, en considérant comme « néoruraux » toutes les personnes habitant la commune depuis cinq ans au moins et dont le dernier lieu de résidence se situait à plus de 50 km. Il s’agit également d’établir un bilan de l’expérience et du vécu de néoruraux auprès d’un échantillon de néoruraux pré-identifiés.

52 Enquête sur les nouveaux arrivés en Sud-Ardèche, réalisée en 2004 par la SCOP Pollen pour le compte d’Amesud (Association montagne emploi Sud, proposant un parcours d’appui et de formation à ceux qui veulent vivre et travailler en Ardèche) ; « Enquête sur une migration. Une nouvelle population, chance pour le territoire », Dauphiné libéré du 11 juillet 2004, et « Amesud, association pluriactive », Dauphiné libéré du 6 juillet 2004.

53 « Enquête sur une migration. Une nouvelle population, chance pour le territoire », Dauphiné libéré du 11 juillet 2004 ; Enquête sur les nouveaux arrivés en Sud-Ardèche, réalisée par la SCOP Pollen pour le compte d’Amesud, association pluriactive, op. cit., p. 99 (enquêtes de 1986 et 1992).

54 Laurent Rieutord, op. cit., p. 104.

55 Voir « Vivre “à la marge” à la campagne, une autre galère qu’à la ville », dossier « Monde rural et exclusion », Alternatives rurales, n° 56, hiver 1994-1995, p. 4-29, et Marianne Berthod-Wurmser, Roland Ollivier et Michel Raymond (dir.), Pauvreté, précarité, solidarité en milieu rural, rapport à l’Inspection générale des Affaires sociales et au ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche, 2009.

56 Bruno Jean, « Les territoires ruraux dans la modernité avancée et la recomposition des systèmes ruraux », dans Estudos Sociedade e Agricultura, 2002, p. 5-27.

57 Laurent Rieutord, op. cit., p. 111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Rouvière, « Migrations utopiques et révolutions silencieuses néorurales depuis les années 1960 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 133 | 2016, 127-146.

Référence électronique

Catherine Rouvière, « Migrations utopiques et révolutions silencieuses néorurales depuis les années 1960 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5597

Haut de page

Auteur

Catherine Rouvière

Chercheuse associée au Centre d’histoire sociale du xxe siècle (Paris 1-UMR 8058)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page