Navigation – Plan du site
DOSSIER

Utopies communautaires en Allemagne (XIXe-XXe siècles)

Annette Wendt
p. 121-125

Résumé

Les utopies apparaissent souvent en réaction à une période conflictuelle et contradictoire de l’histoire. Elles apportent des réponses aux moments d’incertitude, de déception ou de peur et véhiculent à la fois inquiétude et défiance ainsi que l’espoir d’un avenir meilleur. Les utopies s’articulent autour de deux pôles. Elles peuvent consister en une recherche rétrospective qui invente un passé idéalisé ou idyllique provoquant ainsi une fuite de la réalité. Mais il existe aussi une vision utopique de transformation sociale et une recherche de nouvelles perspectives d’existence.

Haut de page

Texte intégral

« Les rêves, ami, ne déçoivent jamais. »

Erich Mühsam

1Au XIXe siècle, les conditions de vie inhumaines ont fait naître le doute et le scepticisme face au développement industriel en Allemagne dans les domaines économiques, sociaux et psychologiques et provoqué une véritable rupture aux conséquences considérables. Avec le prolétariat sont nés les idéaux socialistes, particulièrement en Allemagne où se constitue un puissant parti social-démocrate (SPD) dès les années 1890, face à la misère de la classe ouvrière.

2Rien d’étonnant à ce que de multiples utopies aient été imaginées et formulées à cette époque puisque les crises sont des périodes au cours desquelles – et ce depuis le siècle des Lumières – émergent des critiques radicales portant sur la société dans son ensemble ainsi que des systèmes rêvés censés résoudre tous les problèmes.

3De fait, une partie de la société allemande, résignée après les échecs des révolutions de la première moitié du XIXe siècle, rêve d’une vie paisible, à l’écart de la vie moderne et des problèmes des grandes villes pour retrouver un monde simple, sain et équilibré. Loin des agglomérations aux conditions de vie néfastes, des individus partent s’installer à la campagne en Allemagne, en Suisse ou bien en Autriche.

4Ainsi Ascona, village suisse de pêcheurs et de paysans, devient-il à la fin du XIXe siècle un lieu de refuge pour quelques personnalités contestataires radicalement opposées à la société bourgeoise et industrielle. Là, la communauté appelée Monte Verità par ses occupants attire à la fin du XIXe siècle beaucoup d’intellectuels allemands et européens, des socialistes fuyant la police impériale allemande et des syndicalistes en difficulté pour élaborer un espace de liberté conforme à leur idéal. De ces liens personnels et des rencontres intellectuelles, artistiques et scientifiques, unissant Occident et Orient, sont nés des renouvellements philosophiques ainsi que de nombreuses utopies sociales et politiques.

5Parmi d’autres, Erich Mühsam, Hermann Hesse, Max Weber, Michel Bakounine y recherchent des idées et des formes de vie nouvelle. Cette bohème a, surtout au début du XIXe siècle, joué un rôle considérable dans la société européenne.

6« Lorsque je reviens après des années à Ascona et y vois des habitants, qui avaient été traînés dans les prisons, brimés par des propriétaires, l’État, la police et la justice, avoir trouvé un foyer et une idée de bonheur, je me réjouis de tout cœur ». Erich Mühsam, Ascona, 1905.

7Par la suite, la première partie du XXe siècle, marquée par les guerres et les crimes contre l’humanité commis par le nazisme qui n’épargne pas les intellectuels et les artistes de gauche comme Mühsam, s’avère peu propice à l’éclosion d’expériences communautaires sur le territoire national.

8Après 1945, dans le climat de guerre froide et de reconstruction à l’Ouest, renait un sentiment de stabilité politique, de liberté et de prospérité inespéré. Mais en RFA, dans les années 1960, le boom économique ne satisfait pas toute la population notamment les jeunes générations qui développent un sentiment d’insatisfaction et de révolte. L’ampleur des mouvements révolutionnaires en Europe, la lutte contre la guerre du Vietnam, le renouveau des luttes de classes et l’explosion de Mai 68 en France créent le climat dans lequel individus et collectivités imagineront une fois de plus d’autres formes sociétales.

9La nouvelle génération, née après 1945, accuse et juge sévèrement ses propres parents à propos de leur attitude à l’égard du national-socialisme. Elle remet aussi en cause l’ensemble du système capitaliste et bourgeois, le culte de la consommation ainsi que la démocratie parlementaire. Cette opposition subit l’influence des mouvements contestataires des années 1960 aux États Unis.

10Insatisfaite des actions du mouvement étudiant en RFA, la Rote Armee Fraktion (RAF, Fraction Armée Rouge) entend réactiver la lutte des classes et appelle à la guerre civile pour changer radicalement une société autoritaire sans idéal et sans principes. De leur côté des communautés pacifistes mènent des expérimentations durant les années 1960 pour donner naissance à un homme nouveau et de ce fait leurs membres développent activement de nouvelles formes alternatives de vie économique et sociale. Ces communautés ont marqué le climat des années 1960 et 1970, et inspiré maints concepts de mutualisation appliqués jusqu’à aujourd’hui dans le contexte du développement régional durable et du concept urbain de « cohabitat » ou d’« habitat groupé » (six millions en Allemagne), permettant de concevoir et de gérer la vie communautaire selon des convictions éthiques, sociales et environnementales.

11De fait, si l’on considère le XIXe comme le siècle de l’émergence des classes sociales contemporaines, le XXe siècle est celui des mouvements sociaux et de l’apparition de ce que l’on pourrait appeler l’espace subpolitique.

12Les mouvements contestataires des années 1980 (pacifiste, écologique et anti-nucléaire) donnent naissance à différentes sortes de communautés. Ainsi les revendications, au début relativement homogènes, prennent rapidement des formes très variées.

13Avec la réunification de la RDA et de la RFA en 1990 s’ouvre une brève période de liberté pour toutes les utopies. Tandis que très rapidement le modèle capitaliste et libéral s’impose à toute l’Allemagne, laissant de moins en moins de place à des politiques alternatives, des Wagenburg investissent des friches et des terrains vagues et se développent de façon inédite. Ces communautés, marginalisées économiquement, mais surtout à la recherche d’autres modes de rapports sociaux, s’installent dans les villes avec des camions, des camionnettes ou des roulottes.

14Au Wagenburg Lohmühle à Berlin-Treptow, il n’y a ni électricité, ni eau courante. Pas de connexion internet et pas de télévision, mais les habitants de ce village mobile apprécient leur vie communautaire. Dans le Wagenburg de la Köpenicker-Strasse à Kreuzberg l’on sent une grande fragilité économique. Mais loin des squats, ces communautés imaginent, tout comme celles du XIXe siècle, outre des stratégies de survie, des nouvelles formes économiques et sociales et influent considérablement sur l’évolution urbaine.

Bibliographie

Communautés d’artistes au XIXe siècle en Allemagne :

15Christoph Conti, Abschied vom Bürgertum : Alternative Bewegungen in Deutschland von 1890 bis heute. Reinbek bei Hamburg, Rowohl, 1984.

16Walter Fähnders, Henning Zimpel (dir), Die Epoche der Vagabunden. Texte und Bilder 1900–1945, Essen, Klartext, 2009.

17Chris Hirte, Erich Mühsam - Eine Biogaphie, Freiburg, Ahriman Verlag, 2009.

18Erich Mühsam, Ascona et autres textes, Quimperlé, La Digitale, 2002 (1ère édition en allemand, Locarno, 1905).

19Erich Mühsam, Bohème et révolution. Journaux intimes (1910-1924), Paris, Editions du Sandre, 2011.

20Kaj Noshis, Monte Verita. Ascona et le génie des lieux, Lausanne, Presses polytechniques romandes, 2011.

21Claus Pese, Künstlerkolonien in Europa. Im Zeichen der Ebene und des Himmels. Catalogue d’exposition, Germanisches Nationalmuseum, Nürnberg, 2002.

22Andrea Rüth, Auf der Suche nach der ursprünglichen Einheit von Mensch und Natur. Eine Untersuchung zum antizivilisatorischen Aspekt im deutschen Expressionismus am Beispiel der Künstlergruppe „Brücke“. Mémoire de thèse en Philosophie, Ludwig-Maximilian-Universität, München, 2008.

Communautés et mouvements à partir des années 60 en Allemagne :

23Hanno Balz, Von Terroristen, Sympathisanten und dem starken Staat : Die öffentliche Debatte über die RAF in den 70er Jahren, Frankfurt am Main, Campus, 2008.

24Ulrich Beck, La Société du risque : Sur la voie d'une autre modernité, Paris, Aubier, 2001.

25Hans Jürgen Degen, Die Wiederkehr der Anarchisten. Anarchistische Versuche 1945-1970, Lich, Edition AV, 2009.

26Georg Haasken, Michael Wigbers, Protest in der Klemme. Soziale Bewegungen in der Bundesrepublik, Frankfurt am Main, Verlag Neue Kritik, 1986.

27Martin Kowalski, Aber ich will etwas getan haben dagegen ! Die RAF als postfaschistisches Phänomen. Berlin, Vergangenheitsverlag, 2010.

28Gerd Koenen, Das rote Jahrzehnt. Unsere kleine deutsche Kulturrevolution 1967–1977, Köln, Kiepenheuer & Witsch, 2001.

29Volker Peters, Martin Stengel (dir.), Eurotopia. Gemeinschaften und Ökodörfer in Europa, Poppau, Volker Peters Verlag, 2014.

30Roland Roth, Dieter Rucht (dir.), Die sozialen Bewegungen in Deutschland seit 1945. Ein Handbuch, Frankfurt am Main, Campus-Verlag, 2008.

Communautés depuis la réunification de la RDA et de la RFA :

31Stefan Canham, Bauwagen. Mobile Squatters, Berlin, Peperoni Books, 2006.

32Burga Kalinowski, War das die Wende, die wir wollten ? Gespräche mit Zeitgenossen, Berlin, Neues Leben, 2015.

33Marsault Ralf, « On the road again ! Nomadisme de l’appartenance et citoyenneté européenne : les Wagenburgen de Berlin », Le sujet dans la cité 1/2010 (n° 1), p. 192-213 
URL : <www.cairn.info/revue-le-sujet-dans-la-cite-2010-1-page-192.htm>.

34Anke Schulz, Fischkistendorf Lurup. Siedlungsprojekte, Schrebergärten, Bauwagen und Lager, 1920 bis 1950, Hamburg, VSA-Verlag, 2002.

Sites web à consulter : <www.kommuja.de> et <www.eurotopia.de>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annette Wendt, « Utopies communautaires en Allemagne (XIXe-XXe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 133 | 2016, 121-125.

Référence électronique

Annette Wendt, « Utopies communautaires en Allemagne (XIXe-XXe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5583

Haut de page

Auteur

Annette Wendt

Historienne d’art et artiste

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page