Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les milieux libres en images

Anne Steiner
p. 59-63

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ces photographies ont été publiées sous forme de cartes postales, à l’initiative de membres de milieux libres, pour développer une forme de propagande en faveur de ce mode de vie. Même si elles ont valeur de témoignage, elles ne sont pas prises sur le vif mais procèdent d’une mise en scène. Elles nous montrent l’idéal vers lequel tendent ces milieux plutôt que leur réalité.

2  

3Le milieu libre de Stockel-Bois, à Bruxelles, L’Expérience, a été fondé en 1905 par l’anarchiste Émile Chapelier, autodidacte qui avait exercé diverses professions dont celle de mineur. Entre 5 et 15 personnes, selon les moments, vécurent dans cette colonie libertaire qui dura trois ans. Sur la façade de la maison principale, on peut lire la célèbre devise « Fay ce que voudras », référence à l’abbaye de Thélème décrite par Rabelais dans Gargantua, un texte très prisé des anarchistes.

4  

5Dans ce cliché, on voit les colons de Stockel exercer des activités liées à l’entretien du milieu libre, telles que lessive, ressemelage, couture, ou des activités artisanales destinées à la commercialisation comme la peinture sur porcelaine. Un adolescent dessine, un jeune garçon scie une planche et deux fillettes jouent. En se mettant ainsi en scène, les colons veulent montrer que la division du travail selon le genre est aboli pour les tâches ménagères (les hommes participent à la lessive) et que le milieu libre doit permettre à chacun de se réaliser sur le plan artistique, intellectuel et manuel.

6  

7Les colons sont réunis pour la leçon d’espéranto, dont Émile Chapelier était un fervent adepte, et qui était très répandu dans les milieux anarchistes, plutôt internationalistes. Toutes les cartes postales produites par le milieu libre L’Expérience sont d’ailleurs légendées en français, flamand et espéranto. À noter qu’à l’exception des très jeunes enfants, tous, femmes et hommes, adultes ou jeunes, participent au cours donné par Émile Chapelier.

8  

9Vue générale du milieu libre L’Essai fondé en 1903 à Aiglemont, au sud de Charleville, dans la clairière du Gesly, par le militant anarchiste Fortuné Henry. On distingue au loin les premiers bâtiments édifiés sur le site : deux hangars en bois et une maison d’habitation en torchis. Trois hommes, une femme et une enfant se livrent à des activités agricoles. À Aiglemont, comme à Stockel, s’exprimait la volonté de mettre fin à la séparation stricte des activités en fonction du genre et de l’âge.

10  

11On voit ici l’intérieur de la grande salle de la dernière maison construite à Aiglemont. En fibrociment, de vastes proportions, éclairée par des verrières et décorée par le peintre Steinlen, elle reflète la volonté de ne pas se priver du confort moderne. Pour Émile Henry, la nécessaire maîtrise des besoins n’est pas synonyme de retour à la nature ou de mode de vie ascétique. La mise en pratique du communisme suppose, au contraire, l’abondance.

12  

13À Châtelaillon, au sud de La Rochelle, chaque été, à partir de 1905, se réunissent des anarchistes de plusieurs nationalités, dont beaucoup vivent à Paris, pour profiter de la mer et du plein air, à une époque où ces plaisirs étaient l’apanage des membres des classes dominantes. Ils vivent en collectif dans une grande liberté de mœurs et de tenue et leur présence bruyante fait fuir les bourgeois de La Rochelle en villégiature. L’émergence des « milieux libres » s’inscrit dans cette dynamique générale de « vie en camaraderie » développée par les anarchistes à travers de multiples pratiques.

14  

15Au milieu libre de Saint-Maur-des-Fossés, quai de la Pie, les colons se regroupaient lors des repas préparés en commun et servis dans un vaste réfectoire, mais les familles disposaient de leur propre espace, sur le mode du familistère.

16  

17L’anarchiste individualiste Louis Raimbault développe, après l’échec du milieu libre de Vaux auquel il prit part, le thème de la réduction des besoins, seul moyen pour lui d’atteindre l’autosuffisance et de cesser toute coopération avec l’ordre dominant. Végétalien, il participe avec Georges Butaud à la création de foyers dédiés à ce mode alimentaire et prône le retour à la nature. En 1923, il crée à Luynes, en Indre-et-Loire, la colonie végétalienne Terre libérée. La carte montre bien l’extrême dénuement des colons. L’intérêt pour le naturisme, le végétalisme, la médecine alternative prend après la guerre une importance croissante chez les partisans des milieux libres, au détriment souvent de leur implication dans le mouvement social en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Steiner, « Les milieux libres en images », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 133 | 2016, 59-63.

Référence électronique

Anne Steiner, « Les milieux libres en images », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5516

Haut de page

Auteur

Anne Steiner

Maître de conférence en sociologie, Université de Paris Ouest Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page