Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les communautés utopiques sont-elles toujours condamnées à disparaître ?

Quelques réflexions sur les motivations, expérimentations, réussites et surtout échecs de quelques « colonies » plutôt libertaires, principalement dans l’aire latino-américaine
Michel Antony
p. 19-42

Résumé

Des milliers de personnes tentent l’aventure communautaire et le mouvement s’amplifie au cours du xixe siècle. Ces utopies concrètes, intentionnelles et/ou expérimentales, appelées colonies, milieux libres ou phalanstères, essaiment dans le monde entier, mais l’Amérique latine est un domaine particulièrement touché, autant pour des raisons réelles que mythifiées. La nécessité, mais aussi l’enthousiasme et la force de l’idéal, sont les grandes raisons qui amènent les gens à traverser l’Atlantique ou à circuler à travers tout le continent américain. La réalité est souvent âpre et les rapports humains conflictuels. L’harmonie rêvée laisse la place à la désillusion et aux antagonismes. La plupart des communautés ont une durée de vie courte et l’échec global semble patent. Les causes sont multiples et montrent que le milieu utopique n’arrive pas vraiment à s’émanciper de l’autoritarisme et du capitalisme qu’ils essaient pourtant de contrer. Mais le phénomène renaît constamment, sous des formes variées, surtout depuis le début du xxie siècle, alors que certaines communautés anciennes sortent du lot commun et réussissent à perdurer ou à changer de forme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre-Luc Abramson, Las utopías sociales en América Latina en el siglo XIX (Thèse, Lille, 1993), M (...)

1Dans le vaste territoire latinoamericano (terme validé par l’utopiste chilien Francisco Bilbao Barquín dans son Iniciativa de América : idea de un Congreso Federal de las Repúblicas de 18561), les idées et les expérimentations utopiques sont multiples.

  • 2 Voir de Michel Antony : A.3.g. Quelques traces libertaires dans les expérimentations utopiques lati (...)
  • 3 Michel Antony, G. Des mouvements libertaires mexicains trop méconnus (environ 1860-1930) & R. Les l (...)
  • 4 Michel Antony, V.C. Quelques expérimentations fouriéristes : Europe et colonies, Amériques, dans Ch (...)
  • 5 Michel Antony, B. Essais utopiques libertaires surtout pédagogiques : des « utopédagogies », dans V (...)
  • 6 Michel Antony, V. Quelques œuvres utopiques libertaires ou résolument anarchistes, Magny Vernois,   (...)

2Depuis quelques dizaines d’années, j’ai constitué un corpus de documents qui s’y réfèrent. Sur les centaines d’expérimentations, j’en ai présenté environ soixante-dix, plus ou moins libertaires ou fouriéristes, actives entre 1830 et 1960 environ, développant surtout les deux expériences qui me semblent les plus importantes (la Cecilia brésilienne et la Comunidad del Sur uruguayenne2). Par ailleurs, j’ai approfondi les essais mexicains, et d’autres alternatives communautaires diverses menées dans toute l’Amérique latine3. Dans un opuscule intitulé Fourier et fouriérismes sont reprises, différemment parfois, les analyses qui évoquent les expérimentations fouriéristes spécifiques4. D’autre part, pour des raisons de place, j’ai exclu dans cet article les très nombreuses utopédagogies5. Enfin, dans mes présentations des principaux écrivains et théoriciens de l’utopie6, on retrouve aussi des évocations de ces communautés.

3La majorité des premières communautés de l’Amérique latine sont créées par les pouvoirs coloniaux ou religieux. Ce sont alors des communautés imposées et transcendantes, non choisies, comme les Hospitales au Mexique, les Misiones de la Vera Paz de Bartolomé de Las Casas, les Reducciones des Jésuites au Paraguay…

4Celles qui nous intéressent sont ce qu’on nomme aujourd’hui les « communautés intentionnelles » (volontaires, militantes) qui, au gré des textes, s’intitulent colonies, communes, milieux libres, phalanstères, arcadies, écovillages, et bien sûr communautés. Le terme très fréquent de colonie renvoie à l’établissement humain de l’Antiquité latine sur une aire essentiellement agraire ; il est plutôt péjorativement utilisé aujourd’hui (zone conquise, occupée et peuplée par la force).

5Elles sont parfois autochtones (fondées par des personnes géographiquement proches) comme une des plus célèbres et des plus longues en durée, l’uruguayenne Comunidad del Sur (Communauté du Sud : des années 1950 à nos jours) ou comme les multiples essais mexicains (dans la région du Chalco à la fin du xixe siècle, d’Oaxaca et du Chiapas aujourd’hui).

  • 7 Benjamin Péret, La Commune des Palmares, Paris, Syllepse, 1999, 126 p.

6Certaines sont créées par des réfugiés (esclaves en fuite, déserteurs, réfractaires…) comme les quilombos ou mocambos brésiliens ou les palenques colombiens ou mexicains. Le Quilombo de Palmares est décrit abusivement comme une « République sociale révolutionnaire » par le surréaliste Benjamin Péret7.

  • 8 Peter Lamborn Wilson, Utopies pirates, Paris, Dagorno, 1998, 144 p.
  • 9 Marcus Rediker, Canaglie di tutto il mondo. L’epoca d’oro della pirateria, Milano, Elèuthera, 2005, (...)
  • 10 Michel Antony, C. « L’anarchisme dans les communautés de fugitifs, de pirates et de flibustiers », (...)

7L’Amérique des côtes et des îles a été également le lieu de plusieurs installations pirates chères à Peter Lamborn Wilson (Hakim Bey)8 et Marcus Redeker9, qui n’hésitent pas à les rattacher à la saga libertaire10.

8Nous allons surtout évoquer celles qui sont initiées et/ou réalisées le plus souvent par des immigrés européens ; ils cumulent ainsi changement géographique et changement sociopolitique et économique. Cependant la frontière entre les différentes sortes de communautés est ténue, car presque toutes sont plutôt ouvertes, et les passages de l’une à l’autre sont assez fréquents. Parfois elles changent de lieu : la Comunidad del Sur, du fait de la dictature, a dû migrer dans d’autres pays proches ou lointains (Suède).

Quelques motivations et moteurs pour se lancer dans l’aventure

Les choix sont le plus souvent imposés et la fuite et/ou l’exil sont jugés nécessaires et urgents

9Les crises agricoles, le chômage, la misère socio-économique, poussent les plus aventureux ou les plus en difficulté à choisir l’exil. C’est le cas des Hauts-Saônois qui quittent leur région en crise (secteur de Champlitte) pour l’État de Veracruz au Mexique (Jicatelpec, 1832-1833). Une bonne partie des Italiens (surtout toscans) qui suivent Giovanni Rossi au Brésil dans les années 1880-1890, malgré leur idéal globalement anarchiste, sont poussés aussi par la nécessité.

10La répression politique, le refus du service militaire, l’instabilité permanente liée à l’activité syndicale ou associative ont le même effet. Les « chevaliers errants (cavalieri erranti) de l’anarchie », selon la belle formule du poète italien Pietro Gori dans Addio Lugano Bella de 1895, le sont autant par goût que par obligation. Gori lui-même est passé par l’Argentine et le Chili et en a profité pour prôner l’idéal et soutenir toutes les alternatives libertaires.

  • 11 < https ://aymare. org/>.

11Lors des Retiradas, bien des exilés républicains espagnols de 1936-1939, qui ont connu les collectivisations de l’été 1936 (plus de 1 500 en milieu rural), atteignent l’Amérique latine et participent parfois à des expériences communautaires locales. Le seul exemple bien documenté est cependant français : la Colonia d’Aymare (Lot)11.

Les Amériques semblent souvent très attractives

12Elles sont longtemps considérées comme le lieu de terres libres et abondantes, aux ressources illimitées (Eldorado), et peu peuplées. En général on se préoccupe peu des autochtones ou indigenas (indigènes), nommés Indiens de manière erronée, sauf rares exceptions, comme le fait chaleureusement l’historien anarchiste José Peirats Valls lors de son passage équatorien. Ce nouveau continent est une sorte d’antithèse d’une Europe surchargée qui offre peu de place aux démunis.

  • 12 Arturo Andrés Roig, La utopía del Ecuador, Quito, Banco Central de Ecuador/Corporación Editora Naci (...)

13Ce sont aussi des terres propices aux expérimentations rêvées et aux essais alternatifs et utopiques, dès la Renaissance : « Le sol de Notre Amérique… [est]… une terre qui débute comme utopie “pour d’autres”, et d’où surgissent des utopies “pour nous-mêmes” », écrit Arturo Andrés Roig12. Amerigo Vespucci, s’adressant aux Médicis, fonde l’Amérique nouvelle comme terre quasiment libertaire, puisque pour lui les habitants de ce nouveau monde « n’ont ni roi ni seigneur, et n’obéissent à personne ; ils vivent en totale liberté ».

  • 13 Michel Antony, V. Quelques œuvres utopiques libertaires ou résolument anarchistes. E. La richesse u (...)

14Quelques grands personnages de l’histoire latino-américaine accentuent ces traits et contribuent à renforcer l’imaginaire utopique de leur continent, à l’instar de Simón Bolívar, lié au couple unissant Mariano Tristán y Moscoso (Péruvien) et Thérèse Laisné (Française), dont la fille Flora Tristán est une célébrité du socialisme utopique. Le général brésilien José Ignacio Abreu y Lima fut un des premiers analystes des penseurs sociaux pour le continent américain (cf. A Cartilha do Povo en 1849 et O Socialismo en 1855). Domingo Faustino Sarmiento évoque en 1850 une ville de l’argent, la Ciudad del Plata : Argyrópolis13, située vers Buenos Aires dans l’île de Martín García.

  • 14 Gisela Heffes, Las ciudades imaginarias en la literatura latinoamericana, Rosario, Beatriz Viterbo (...)
  • 15 Cf. le bel article d’Edgar Montiel, Presencia de América en las utopías de la modernidad, dans Hora (...)
  • 16 Cf. La ciudad anarquista americana. Obra de construcción revolucionaria. Con el plano de la ciudad (...)
  • 17 J’ai tenté d’en faire le tour dans : < http ://www.acratie.eu/FTPUTOP/ANAR-URUG-PRESENTATION-GERARDO-2014.DOC >.

15Ce monde pensé de manière idyllique (tout à la fois « América como utopía o la utopía de América »14) confirme ainsi les espoirs et incite à les réaliser15. Les expérimentations vont se multiplier. Aux xixe et xxe siècles, les théoriciens utopistes sont assez rapidement diffusés outre-Atlantique et bien des militants convaincus s’y rendent. La vaste et méconnue diffusion de l’anarcho-syndicalisme et de l’anarchisme dans tout le continent américain, au moins jusqu’aux années 1930, ne doit pas être ignorée, du fait notamment des informations et appuis fournis, et pas seulement pour ses points forts d’Uruguay, Argentine, Brésil ou Mexique. Une grande floraison d’œuvres littéraires plus ou moins utopiques renforce encore les potentialités, comme celles analysées par Gisela Heffes. Mentionnons les ouvrages du Franco-Argentin Pierre Quiroule (Joaquín Alejo Falconnet)16, les écrits « acrates » du Gréco-Mexicain Plotino Rhodakanaty, de l’Italien Giovanni Rossi au sujet de la Cecilia brésilienne, et quelques productions du Mexicain Ricardo Florès Magón ou de la Portoricaine Luisa Capetillo Perón. Ces exemples ne sont qu’une mince partie d’une liste impressionnante et trop rarement évoquée17.

  • 18 Pietro Gori, Stornelli d’esilio, 1895.

16L’anarchiste, universaliste et citoyen du monde, se sent bien partout : « Nostra patria è il mondo intero, nostra legge è la libertà ed un pensiero ribelle in cor ci sta (Notre patrie est le monde entier, notre loi est la liberté, et nous avons au cœur une pensée rebelle)18 » comme le poétise Gori en 1895. Le libertaire veut tenter sa chance, convaincre, faire des adeptes sans tenir compte des frontières. Si en plus celles-ci sont entrouvertes par des États américains qui cherchent des colons, il faut donc en profiter. Italiens et Espagnols se ruent en Argentine comme au Brésil et aussi dans toute l’Amérique anglo-saxonne.

  • 19 Ronald Creagh pour le cas étatsunien a repris ce terme avec Laboratoires de l’utopie. Les communaut (...)

17Comme Charles Fourier et ses disciples, quelques anarchistes veulent tester leurs idées ou convaincre par l’exemple. Le vétérinaire toscan Giovanni Rossi est le plus représentatif de cette volonté expérimentaliste et donc temporaire : pour lui « colonie socialiste » et « colonie expérimentale » sont synonymes. La communauté devient un vrai laboratoire19 où l’on peut pratiquer des tests grandeur nature. Cette expérimentation concerne autant la vie socio-économique que les aspects culturels et les rapports psychologiques et sexuels. Ce néofouriérisme touche la Cecilia et certaines communautés artistiques chiliennes au tournant du siècle, mais également les tentatives d’amour libre menées par Heinrich Goldberg (sous son pseudonyme de Filareto Kavernido) en Allemagne, en France et pour finir à Saint-Domingue.

  • 20 Michel Lallement, « Le Travail en Harmonie et au Texas », dans « Fourier revient », Critique, Paris (...)

18Sans forcément tout bouleverser, la communauté peut être créée volontairement comme lieu de refuge, d’asile pour les opprimés ou les réfugiés et pour maintenir la pertinence de leurs idéaux : « Ouvrir un champ d’asile à la pensée progressive de l’humanité »20, écrit en 1854 Victor Considerant.

19Expérimentation vue essentiellement comme une réalisation collective, la colonie est tout de même souvent liée à la pugnacité, à l’investissement et au rayonnement de leaders reconnus : Stéphane Guénot (années 1830 dans le Veracruz) ; Albert Kimsey Owen (Métropole socialiste d’Occident à Topolobampo, Mexique, années 1880-1890) ; Plotino Rhodakanaty (école communautaire dès les années 1860-1870 au Mexique) ; Victor Considerant à Réunion au Texas ; le médecin Benoît-Jules Mure au Falansterio de Oliveira, années 1840 ; Giovanni Rossi à la Cecilia (Brésil), années 1880-1890 ; l’archiviste Elias Iltchenko à la Colonia d’Erebango, au début du xxe siècle (Brésil) ; l’anthropologue Mosè Bertoni depuis les années 1880 en Argentine et au Paraguay ; l’artiste Augusto d’Halmar (de son vrai nom Augusto Goemine Thomson) et l’écrivain Fernando Santiván Puga pour les colonies tolstoïennes du début du xxe siècle au Chili ; Charles Simonneau (dit Pedro Prat, né en 1883) pour la colonie de Mastatal dès les années 1920 au Costa Rica… Même une des plus horizontales des communautés (l’uruguayenne Comunidad del Sur dès les années 1950) connaît la forte influence d’un de ses principaux membres (Ruben Prieto).

L’expérience utopique : fuite ou poursuite de l’engagement sous d’autres formes ?

20Chose peu connue, les essais libertaires doivent aussi vaincre les réticences de la majorité des membres de leur propre mouvement. Les grands théoriciens de l’anarchie dénoncent différents travers : les diatribes de P.J. Proudhon contre les dérives et charlataneries utopiques, la dénonciation par Élisée Reclus ou P. Kropotkine de l’égoïsme militant ou les violences d’E. Malatesta contre la fuite, voire la trahison par les militants d’une volonté émancipatrice qui devrait rester globale, en sont de bons exemples.

  • 21 Michel Antony, II. Les libertaires face à l’utopie, entre critiques, analyses, expérimentations et (...)

21Sans refaire l’analyse plus poussée que j’ai développée ailleurs21, on peut retenir comme grandes critiques de fond :

  • 22 Valeriano Orobón Fernández, « La reorganización de la producción », dans Acción, section espagnole (...)

221- Au nom du réalisme, « [les utopies, même les nôtres] ne sont guère que d’ineffables essais littéraires », note en 1925 un des plus talentueux anarchistes ibériques Valeriano Orobón Fernández22.

  • 23 Élisée Reclus, « Les colonies anarchistes », dans Temps Nouveaux, 7-13 juillet 1900.
  • 24 Cité par Isabelle Felici, Les Italiens dans le mouvement anarchiste au Brésil, 1890-1920, Thèse de (...)

232- La mobilisation et l’investissement militants purement localisés se font au détriment de la cause globale. Ces énergies dispersées et leur rare efficacité affaiblissent la lutte générale. « Dans notre plan d’existence et de lutte, ce n’est pas la petite chapelle des compagnons qui nous intéresse, c’est le monde entier », affirme le géographe anarchiste Élisée Reclus en 190023. En 1891, E. Malatesta, pourtant souvent plus mesuré, opère la plus dure critique. Les tentatives d’unité révolutionnaire en Italie (tentative pour créer un Parti socialiste anarchiste révolutionnaire suite au congrès unitaire de Capolago) justifient l’âpreté du débat : « Que Rossi aille au Brésil répéter tardivement, alors que le problème social est devenu gigantesque et réclame des solutions urgentes et générales, les expériences de dilettantes dont les précurseurs du socialisme remplirent la première moitié de ce siècle. Que les révolutionnaires restent à leur poste de bataille. Quand la faim prend à la gorge le prolétariat, et que la révolution se présente comme un dilemme de vie ou de mort devant l’humanité, retirer sa mise du jeu est un acte pusillanime. Il me semble qu’aujourd’hui ceux qui partent désertent devant l’ennemi au moment de la mêlée »24.

  • 25 Stanislas Alcide Masset (Stephen Mac Say), « Familistère », Encyclopédie anarchiste, Paris, Œuvre I (...)

243- La communauté aboutit à la constitution d’un groupe plus ou moins privilégié ou hors du monde, perdu de fait pour la lutte globale. Les meilleurs militants s’immergent dans le travail concret et très prégnant, et en oublient les autres domaines. « Le problème social ne se résout pas par agrégations successives. C’est un problème d’ensemble qui appelle des solutions générales […] Îlots perdus du mieux-être [les essais communautaires] ne suscitent pas assez vite la floraison d’autres essais solidaires et se voient décimer (sic) pour avoir tenté la bataille en ordre dispersé », affirme en 1934 Stephen Mac Say25.

  • 26 C. Arnoult, « Comment te bats-tu ? et autres textes. Han Ryner. Anthologie d’articles », Brissac-Qu (...)
  • 27 Tony Legendre, Expériences de vie communautaire anarchiste en France. Le milieu libre de Vaux (Aisn (...)

254- Le fait de croire qu’on peut atteindre l’harmonie (îlot socialiste) dans un monde qui reste autoritaire et capitaliste, et avec des personnes qui portent avec elles les tares de l’ancienne société, est une pure illusion (une utopie au sens péjoratif). « L’expérience des “Milieux libres” me fait trembler… Tous ont dû se dissoudre à la suite de querelles intestines », pense en 1919 un des écrivains les plus lus alors en milieu « acrate », Han Ryner26. Le journaliste du Libertaire du 22/11/1902, en répondant aux idéaux exprimés par Henri Zisly, qui œuvre pour l’établissement du milieu libre de Vaux, en rajoute dans la dénonciation des illusions : « Vivre mieux que l’on ne vit dans la société capitaliste… Ici, je l’avoue, je ne comprends plus du tout. En quoi ce milieu sera-t-il plus libre que tout autre ? En quoi sera-t-il à côté de la société capitaliste ? On sera naturellement obligé de faire du commerce avec le dehors, on y maniera de l’argent, la colonie sera sur un terrain acheté, frappé d’impôts ; elle ne sera à l’abri d’aucune des lois qui nous écrasent. Notre chère Patrie ira y manger ses enfants, là comme ailleurs. Je ne vois nullement le côté par lequel la société capitaliste sera entamée… »27

  • 28 Cité dans James Guillaume, L’Internationale. Documents et souvenirs, volume II, Paris, Société nouv (...)

265- L’échec est prévisible et répétitif, faute de moyens et de réflexions, du fait d’un contexte hostile, et c’est donc un très mauvais exemple pour la cause. Ce n’est pas un bon usage de la « propagande par le fait » ; l’échec est même répulsif pour la diffusion de la « Idea » (idéal anarchiste). Dès 1877 la Fédération antiautoritaire jurassienne est très claire : « Le Congrès jurassien considère les colonies communistes comme incapables de généraliser leur action, étant donné le milieu dans lequel elles se meuvent, et par suite de réaliser la révolution sociale : comme action de propagande, le fait de ces colonies communistes n’a pas d’importance à cause des échecs qu’elles sont trop souvent sujettes à subir dans la société actuelle, et reste inconnu des masses tout comme les nombreux essais de ce genre déjà faits à d’autres époques. »28

  • 29 Cf. à ce sujet mon article sur la colonie d’Aiglemont dans les Ardennes : < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/UT-MA-AIGLEMONT-DEBON-2015.DOC >.

27Certes, tout cela est très schématique, conflictuel et évolutif. En réalité beaucoup de militants insérés dans les colonies restent au contact des luttes locales et globales, et y contribuent notamment par les nombreuses animations et éditions que les colonies permettent souvent29. Le plus bel exemple est l’intense activité éditrice de la Communidad del Sur (les Nordan ediciones sont toujours actives aujourd’hui) et son souci constant de fédérer et de s’ouvrir sur tout ce qui anime les alternatives en Uruguay et dans le cône Sud. Les riches archives accumulées par Iltchenko dans son coin perdu d’Erebango vont servir à l’ensemble du mouvement, au Brésil et au-delà ; elles furent en grande partie récupérées grâce à Edgar Rodrigues (pseudonyme d’Antonio Francisco Correia), célèbre et prolixe historien de l’anarchisme lusophone.

Comment procéder ?

28Avant le départ, les multiples réflexions et démarches s’accumulent en amont.

29Rares sont les communautés qui bénéficient du don de grands propriétaires ou possédants : les largesses du pacifiste anarchisant Léon Tolstoï ou du romancier anarchiste japonais Arishima Takeo (qui donne ses terres d’Hokkaido pour y établir une communauté coopérative en 1922) sont très rares en Amérique. Hormis ces cas privilégiés et pratiquement imposés par les circonstances, la première phase est plutôt longue et balbutiante ; on rêve, on projette, on lit, on discute… Ensuite, il faut tenter de trouver le lieu propice, si possible pas cher, bien situé et bien pourvu. On reprend donc d’intenses lectures de la presse ou des ouvrages spécialisés, on organise des voyages préparatoires, on contacte les compagnons ou spécialistes sur place, on tente des discussions avec des autochtones (comme Rossi et des Brésiliens de passage en Italie, artistes et représentants de la monarchie).

30Puis il faut passer aux travaux pratiques, rechercher des mécènes (le futur industriel Jean-Baptiste Godin investit énormément pour l’essai texan de Réunion), contacter les banques, lancer des souscriptions… Ainsi les coopérateurs lyonnais soutiennent-ils les phalanstères brésiliens de Michel-Marie Derrion et de B.-J. Mure. Il faut parfois se tourner vers des autorités plus ou moins bienveillantes (peut-être l’empereur du Brésil pour la Cecilia ?). La récolte de fonds et l’organisation du voyage ne pouvant pas être menées par un seul homme, il faut souvent constituer une association : c’est le cas de Victor Considerant avec sa Société de colonisation européo-américaine du Texas (septembre 1854).

31Enfin il faut convaincre les volontaires, se lancer dans des écrits de vulgarisation, multiplier les contacts et les conférences, utiliser la presse favorable, trouver les moyens de transports les moins onéreux, et forcément le bateau pour traverser l’Atlantique…

32Une fois la communauté partiellement établie, il faut mythifier les succès, vanter les bonnes conditions et faire rêver à l’utopie naissante. Nombreux sont donc les rapports mensongers, délibérément ou par optimisme ou naïveté. La confrontation brutale avec la réalité va vite multiplier les reproches justifiés, et l’ouvrage dithyrambique de Considerant (Au Texas, 1854) sur Réunion est cause de scandale, entretenu notamment par le docteur Auguste Savardan qui, dans la colonie, tente de sauver les meubles.

33Sur place, si on ne l’a pas fait déjà avant le départ, il faut prévoir l’organisation sociétaire et son fonctionnement. Tout est à faire. Comment se répartir les charges économiques et administratives ? Comment établir la démocratie nouvelle ? Comment assurer la vie collective et répondre aux besoins de base : scolarité, cuisine collective, activités sportives et culturelles… Comment se lier au milieu local, ne serait-ce que pour obtenir aide et conseils et produits manquants, et pouvoir y vendre les éventuels surplus ou assumer des emplois qui feront vivre la colonie ?

34La plupart des établissements doivent emprunter pour acheter ou louer (plus rarement) les terres et fondent souvent des sortes de petites sociétés par actions.

35Face aux idées généreuses et globales du départ, le pragmatisme, le gradualisme et l’opportunisme sont évidemment de rigueur pour toutes les expérimentations communautaires. Car il y a trop à faire, et l’urgence est à la survie plus qu’à l’organisation des formes harmonieuses de démocratie directe. Les idéaux en prennent vite un sale coup, et seuls les plus optimistes ou les plus décidés résistent. Ils acceptent souvent des formes coopératives (de production surtout) qui sont éloignées des idéaux souvent plus radicaux des initiateurs.

36Cela n’empêche pas de tenter bien des activités. Liée au judaïsme argentin plus ou moins libertaire, Moises-Ville ou Moiseville est fondée vers 1891 dans la Provincia de Santa Fe. Elle connaît un bel essor lié à l’élevage et à la culture de l’alfafa (luzerne). Elle comporte la Cooperativa La Mutua (fondée en 1907) et la Sociedad Ganaderos Unidos. S’étendant sur 200 000 ha, elle aurait compté plus de 500 colons et touché une population de plus de 4 500 personnes. Ses activités sont nombreuses : une Comisión de Fomento (développement), deux écoles, un « hôpital », deux sociétés de loisirs, des cafés, un hôtel et des maisons commerciales. La colonie semble donc bien immergée dans la société environnante.

  • 30 « Comunidad del Sur », dans L’ARC, Paris, n° 91-92, 1984.

37La Comunidad del Sur est particulière. Elle s’autodéfinit comme une « expérience de vie coopérative totale » ou de « coopérativisme intégral » (Raquel Fosalba) qui développe « des formes libertaires et communautaires fédéralistes »30. Sur leur site (http://www.ecocomunidad.org.uy/​) est rappelé que « l’expérience autogestionnaire » de « coopérativisme intégral » s’appuie sur quelques axes essentiels :

38– des structures participatives (et de démocratie directe),

39– une économie solidaire (et coopérative),

40– un processus d’éducation libertaire,

41– des propositions urbanistiques et écologiques.

  • 31 Ruben Prieto, « Une autre économie dans une autre société », dans Réfractions, n° 9, 2002.
  • 32 Hugo Fontana, Historias robadas. Beto y Débora, dos anarquistas uruguayos, Montevideo, Cal y Canto, (...)
  • 33 Una mirada cubista, aprender a ver y a nombrar, < http://www.ecocomunidad.org.uy/ecocom/hist3.html, 31/01/2013 >.

42Ce projet alternatif de vie est donc « intégral »31 au sens où l’économie n’y a qu’une place plus ou moins secondaire par rapport aux autres activités. Sa volonté était d’être une sorte de laboratoire social, pour expérimenter des formes de vie alternatives, mais sans se fermer sur d’autres pensées et d’autres personnes ; c’est pourquoi « elle ne s’est jamais définie comme anarchiste » (Ruben Prieto)32 pour ne pas se fermer et se scléroser. On comprend mieux ainsi sa formulation de « regard cubiste, multiple et interrelationnel. »33

  • 34 Pierre-Luc Abramson, Mondes nouveaux et Nouveau Monde. Les utopies sociales en Amérique latine au X (...)
  • 35 Fernando Aínsa, Necesitad de la utopia, Buenos Aires & Montevideo, Tupac & Nordan-Comunidad, 1990, (...)

43À l’opposé, la pragmatique Métropole socialiste d’Occident (1886-1894) fondée par A. Kimsey Owen à Topolobampo (Sinaloa, Mexique) n’est qu’une « colonie modèle industrielle et agricole ». S’il a su attirer l’attention des anarchistes Max Nettlau et Giovanni Rossi, qui sont parmi les premiers à s’y intéresser, et s’il obtient l’appui des anarchistes francophones de La Révolte, sa communauté n’a en fait directement rien à voir avec l’anarchisme ni même avec le fouriérisme. C’est au contraire un mélange de saint-simonisme, de capitalisme, de colonisation de peuplement (près d’un millier de colons) avec quelques références socialistes, voire un peu fouriéristes (« un curieux socialiste qui se réclame à la fois de Rothschild et de Charles Fourier »34). Owen ne devait donc pas déranger le capitalisme et l’autocratie mexicaine, puisqu’en 1881 il obtient une concession de 99 ans pour établir ville et liaisons ferroviaires35.

Quel bilan peut-on tirer des expérimentations connues ?

44L’échec des communautés semble général si on ne retient que leurs courtes durées et leur disparition quasi systématique. Les causes en sont multiples. Mais c’est un sujet difficile à résoudre, car il faudrait tenir compte des variétés de lieux et d’époque, les milieux libres du xixe siècle n’étant pas forcément comparables aux groupements du xxie siècle, une colonie isolée en milieu tropical n’ayant pas grand-chose à voir avec une usine récupérée et mise en autogestion en pleine mégapole (Buenos Aires). On peut cependant proposer plusieurs pistes et présenter quelques raisons des échecs et des difficultés de la mobilisation communautaire.

451- Les conditions économiques globales sont plutôt défavorables.

46Il y a trop peu de moyens financiers et matériels pour investir/entretenir et donc pour rendre plus performant, plus habitable et accueillant, plus autonome le lieu choisi.

47Les terrains sont souvent peu productifs, depuis trop longtemps à l’abandon, trop difficiles à aménager ; c’est normal, car le faible investissement de départ condamnait à l’acquisition de biens peu intéressants ou depuis longtemps délaissés ou trop isolés.

48Il y a trop de choses à reconstruire ou à entreprendre simultanément : il faut se nourrir, se loger, défricher, construire des ateliers… d’où la dispersion et l’accroissement des coûts.

49Les infrastructures manquent cruellement : Mosè Bertoni remplace l’électricité par des pédales pour actionner son imprimerie vers 1918 au Paraguay. Les conditions de déplacement sont épouvantables à Matastal au Costa Rica dans les années 1920. L’absence de réseaux de commercialisation profitables, ou de trocs et d’échanges solidaires, rend très aléatoire la réussite économique. Les communautés sont souvent trop isolées ou trop difficiles d’accès (sans compter parfois leur volonté de s’isoler) pour pouvoir bénéficier du marché global.

50La coordination et l’entraide avec des milieux plus riches ou plus à l’aise sont insuffisantes, ce qui n’exclut pas le rôle des donateurs, l’appui syndical et affinitaire, etc., qui au moins au départ sont souvent relativement généreux. Des anarcho-syndicalistes participent à bien des communautés d’émigrés juifs en Argentine, les IWW (et le fameux chansonnier libertaire Joe Hill) à celles de Basse Californie au début du xxe siècle. La CGT mexicaine, elle, structure les communautés de Veracruz dans les années 1920.

51Les technologies douces et adaptées font cruellement défaut. Cela pose peut-être moins de problèmes aujourd’hui, notamment dans les communautés qui jouent sur des méthodes plus écologiques et la diffusion de technologies moins onéreuses, ainsi que sur le développement du mutualisme.

  • 36 Pierre-Luc Abramson, op. cit., p.325.

52L’échec économique n’est cependant pas toujours patent, ni prioritaire pour expliquer la dissolution des communautés36. Mais toutes connaissent rareté et frugalité imposées.

  • 37 Jean-Christian Petitfils, Les communautés utopistes au XIXe siècle, Paris, Hachette, Pluriel, 2011, (...)

532- Un milieu hostile et des désastres écologiques ou climatiques augmentent les difficultés économiques et prouvent encore plus l’impréparation des colons, qui sont démunis face aux incendies, inondations, sécheresses, gels tardifs, épidémies ou épizooties37… À Jicaltepec-San Rafael, les colons se heurtent aux vents du nord, aux ouragans, aux crues du fleuve Nautla, et même à cette latitude (20°) à une gelée destructrice en 1899, aux marécages qui sont source de maladies et qui fixent les moustiques. Il faut ajouter la fièvre jaune (« vomito negro ») ou l’ironique « vengeance de Moctezuma » (gastroentérite).

543- L’absence de confort, d’eau courante, de moyens de chauffage, de techniques sanitaires… fragilisent les expérimentations.

55Le camping inconfortable trop longtemps est parfois dur à vivre quand retombe l’enthousiasme. Les familles ou couples avec enfants en bas âge sont plus exigeants et plus rapides à abandonner.

564- Les raisons « humaines » et/ou psychologiques, accentuées souvent par la promiscuité forcée, du fait du manque de place lié aux manques de moyens, sont omniprésentes.

  • 38 Stanislas Alcide Masset, op. cit., p.1005.
  • 39 Michel Antony, A.3.a.1. Rabelais François ou l’anarchisme de l’élite et son ami La Boétie, dans III (...)
  • 40 Stanislas Alcide Masset, op. cit., p. 1008.

57Les colons arrivent avec leurs « tares initiales », les comportements égoïstes du monde capitaliste dans lequel ils se sont battus ou qu’ils ont seulement subi, parfois leur manque d’instruction, et surtout cette « apathie collective », cette « inertie », ce manque de dynamisme qui marque notre époque comme le note déjà en 1934 Stephen Mac Say (Stanislas Masset), sans compter (même chez les libertaires !) le culte du chef ou du responsable à qui on délègue trop facilement38… La servitude volontaire et la délégation passive ont donc touché également des communautés qui portent pourtant aux nues le message de La Boétie39. Pire, ajoute le pessimiste Stephen, ces communautés isolées semblent peut-être plus propices que d’autres pour entretenir de telles tares sociales : « Les essais isolés – qu’ils soient “milieux phalanstériens” ou “clairières anarchistes” – restent inséparés, parce qu’inséparables, d’une ambiance générale qui en vicie les principes, en dénature le sens, et tôt ou tard en annihile les efforts. Et qu’ils sont aussi à la merci de toutes les tares d’individus inévolués, tares parfois assoupies mais toujours renaissantes40 ». La vieille société ne s’élimine pas si vite…

  • 41 Pierre-Luc Abramson, op. cit, p. 215.

58On peut donc largement évoquer des conflits psychologiques comme dans toute collectivité : trop d’égos concurrents, beaucoup de difficultés à prendre en compte de manière harmonieuse besoins personnels et collectifs… Bien des organisateurs essentiels, même anarchistes, semblent parfois trop autoritaires, trop rigides comme Joseph J. Cohen ou Elizabeth Byrne Ferm dans les communautés étatsuniennes, qui imposent trop souvent leurs propres méthodes organisationnelles et pédagogiques ; on apprécie leur dévouement et leurs qualités, mais leurs caractères trop trempés créent inimitiés ou nouveaux départs. L’Anglo-Australien William Lane, malgré un anarchisme supposé, se conduit en minidictateur au Paraguay, au point qu’on peut douter largement de l’idéologie « acrate » d’un leader qui a pourtant côtoyé William Morris à Londres et qui a contribué à implanter le socialisme en Australie avant de se fixer en Amérique latine. Les conflits sont parfois très violents et destructeurs, comme la rivalité entre M.-M. Derrion et B.-J. Mure au Brésil ; tous deux intègres, dévoués, bien formés et apparemment préparés, et pourtant tous deux assurément incontrôlables et excessifs au point de diviser la communauté en deux ensembles rivaux qui n’auront plus de contacts malgré leur proximité : le Falansterio de Oliveira ou del Sahy, et le Falansterio del Palmitar ou Unión Industrial del Sahy. C’est d’autant plus terrible que ces deux personnages sont encore aujourd’hui célèbres pour leur engagement mutualiste, médical et solidaire. Mure est un de ceux qui implantent l’homéopathie au Brésil. Il fonde le premier Institut brésilien et ouvre environ 25 dispensaires homéopathiques dans la province de Rio de Janeiro41.

  • 42 Laura Fernández Cordero, « El nuevo mundo amoroso en Colonia Cecilia », dans Roberto Jacoby (compil (...)

59La tendance naturelle au leadership de gourous ou de responsables autoproclamés ne manque pas. Pour la Cecilia, l’échec provient de « l’hypertrophie du moi », confirme Rossi lui-même42. Dans son expérience brésilienne, Mure est parfois assimilé à un despote, comme Lane déjà cité ou comme le Suisse Jean-Joseph Durando dans la Colonia (ou Falansterio) de San José en Argentine (milieu du xixe siècle). Quand le leader est défaillant(e) ou absent(e), il manque à l’évidence un catalyseur pour limiter les dégâts. Ainsi la responsabilité de Considerant dans l’échec de Réunion est patente, tout comme les absences de Rossi à la Cecilia. Inversement, le rôle permanent et personnel de Jean-Baptiste Godin (revenu amer de l’expérience texane) explique la pérennité du Familistère de Guise (Aisne) et son extraordinaire longévité (années 1850-1968), même si cela a considérablement limité l’aspect libertaire de l’entreprise. Même à Montevideo, Ruben Prieto, anarchiste cohérent et ouvert si on suit ses écrits, est contesté comme gourou trop omniprésent par une partie des compagnons.

  • 43 Giovanni Rossi, Un episodio d’amore nella colonia Cecilia, Pisa, Biblioteca Franco Serantini, réédi (...)

60Les difficultés relationnelles sont multipliées par celles liées à la sexualité, avec apparemment moins de problèmes quand les femmes sont plus nombreuses. Oneida (au nord-est des États-Unis), la Cecilia et maintes communautés hippies des sixties et seventies n’arrivent pas sur le long terme à faire rimer amour libre et coexistence pacifique. L’expérience d’amour43 menée par Rossi laisse des traces d’autant que l’amour libre ou les « mariages complexes » semblent profiter surtout aux responsables : Rossi à Cecilia, John Humphrey Noyes à Oneida, H. Goldberg à Saint-Domingue. Ces attitudes nous rappellent les privautés bien particulières (et explosives pour le saint-simonisme) du père Enfantin avec les saint-simoniennes consentantes dans ses associations parisiennes. Tout cela mine évidemment une collectivité qui rêve d’harmonie plus égalitaire. Le message d’E. Armand, connu en Amérique latine, en faveur de la « camaraderie amoureuse » (ce qu’on nomme aujourd’hui l’amour plural), dont se réclament certains membres de Matastal (Costa Rica), semble difficile à mettre en œuvre.

  • 44 Elena Bignami, « Le schiave degli schiavi ». La question femminile dal socialismo utopistico all’an (...)
  • 45 Isabelle Felici, « La Cecilia, quels enseignements pour le XXIe siècle ? », dans Vivre l’anarchie. (...)
  • 46 Giovanni Rossi, Cecilia comunità anarchica sperimentale, Pisa, Biblioteca Franco Serantini, rééditi (...)
  • 47 Elena Bignami, « Emigrazione femminile in Brasile. Tra lavoro e anarchia », dans Storicamente 5, n° (...)
  • 48 Irèos (Nella Giacomelli), Una colonia comunista, avec une préface d’Oberdan Gigli, Milano, Bibliote (...)

61Pire, la femme reste marginalisée en utopie et demeure trop souvent « l’esclave des esclaves » (les prolétaires44). Le manque de femmes conduit à un vrai « désert sexuel45 » auquel se heurtent la majorité des participants, constituée d’hommes non mariés, ce qui augmente évidemment les tensions. On voit même réapparaître (se maintenir ?) la famille bourgeoise et le maintien de rôles sociaux négatifs : les femmes à la cuisine et à l’alimentation. Rossi reconnaît « l’action meurtrière des rapports de parenté46 » et Elena Bignami a des mots encore plus durs pour évoquer cette marginalité de la femme, hors de tout rôle politique actif, hors de tout rôle économique majeur, et demeurant « domestique ou divertissement (trastullo) » des mâles47. Pourtant la libération des mœurs a sans doute existé, puisqu’avec une hargne malsaine l’individualiste milanais Oberdan Gigli, comme n’importe quel critique bourgeois, dénonce « le phénomène d’érotisme pathologique de la Colonia Cecilia48 ». On croit rêver en lisant cette diatribe de la part d’un anarchiste qui combat pour la libération morale et sociale.

  • 49 Michel Antony, K. « La tradition des kibboutz (ou kibbutz, ou kibboutzim) israéliens », dans VIII. (...)

62L’obligation fréquente de travailler à l’extérieur contribue à limiter la cohérence interne et à réintroduire des pratiques ou idéologies capitalistes, et recrée ou renforce l’inégalité, donc les jalousies, dans un milieu insuffisamment solide sur le plan affinitaire. Par exemple à la Cecilia, la vie demeure impossible sans les subventions ou les apports des colons qui sont employés à l’extérieur. D’une manière plus générale, l’ouverture à des formes de plus en plus capitalistes ravage des communautés initialement communistes ou socialistes, un des exemples les plus frappants étant celui des kibbutzim en Israël49. Lorsque les collectivités persistent, elles n’ont plus le même aspect et ne peuvent plus être considérées comme des formes alternatives purement utopiques et libertaires.

63Le fait que trop de membres n’ont pas suffisamment le sens de la responsabilité collective et sont souvent trop immatures pour vivre en communauté se vérifie presque partout, obligeant des communautés à renforcer les règles ou prévoir des exclusions, voire à recourir à la justice pour se partager biens et fonds. Incroyable contradiction de libertaires hostiles pour la plupart aux institutions étatiques et qui n’hésitent pas parfois à s’en servir et donc à les justifier envers et contre toute leur pensée théorique. Un des pires cas contradictoires eut lieu lors de la transition franquiste lorsque les anarcho-syndicalistes choisirent de passer devant la justice pour que la seule CNT orthodoxe puisse se revendiquer du terme originel. La CNT plus possibiliste est alors obligée de changer de sigle (CGT), au grand dam de bien des militants.

645- L’impréparation initiale est souvent rédhibitoire.

  • 50 Harold B. Barclay, People Without Government : an Anthropology of Anarchy, London, Kahn & Averill (...)

65La méconnaissance des nécessités économiques, des contraintes liées au terrain ou à l’immeuble choisi s’ajoute à la méconnaissance des aspects politiques locaux et souvent de la langue locale. L’obstacle de la langue reste limité, car les langues latines présentent de nombreuses proximités. Le choix des membres n’est pas assez réfléchi, tant en termes techniques (besoins surtout au départ de travailleurs manuels, spécialistes en agriculture ou en artisanat de base) qu’en termes affinitaires. Bref, bien des milieux de vie souffrent du manque de « capacité technique50 » et humaine suffisante pour vaincre l’adversité et assurer une certaine autarcie.

66Il y a peu ou pas de vision à moyen ou long terme, l’établissement spontané initial repose sur l’enthousiasme de l’expérience à vivre immédiatement et la croyance infondée en la réussite économique et la spontanéité créatrice. Cette spontanéité est trop souvent mise en avant de manière acritique par une partie du mouvement libertaire depuis Michel Bakounine.

67Bref, on démarre souvent trop vite, avec trop de monde, et donc on se heurte quasi immédiatement à l’impossibilité de satisfaire l’ensemble et d’accueillir les nouveaux arrivants correctement. Rares sont les communautés qui comme l’Essai d’Aiglemont (Ardennes) trient les demandeurs et refusent de dépasser un seuil maximal. Il est vrai que cette règlementation autoritaire apparaît contradictoire vis-à-vis des analyses libertaires.

  • 51 Ibid., p. 119.

68La plupart des communautés sont donc trop ouvertes par principe. Elles attirent des cas sociaux ou psychologiques et des profiteurs, que les autres membres sont dans l’ensemble mal préparés à recevoir ou intégrer… Tout cela est dur à prendre en charge ou pose vite des problèmes explosifs pour l’unité du groupe, car l’insertion est toujours difficile. L’anthropologue libertaire Harold Barclay note que l’absence de contrôle dans le recrutement, avec l’arrivée de personnes nocives pour la communauté, serait une des principales causes des échecs51. À la Cecilia, le trésorier s’enfuit avec la caisse ; son mauvais passé était pourtant connu des autres colons : naïveté dramatique…

696- Les obstacles extérieurs sont fréquemment durs à surmonter.

  • 52 Texte dans David Doillon, op. cit., p. 19.
  • 53 Alessandro Aruffo, Messico rivoluzionario. Da Zapata al Chiapas, Bolsena, Massari, 1995, p. 23.

70Pressions, surveillance, voire provocations, sont omniprésentes de la part des autorités et notamment des forces de l’ordre ; une certaine hystérie de la part de celles-ci, amusante de loin, est pénible à vivre au quotidien. Parfois, l’hostilité des habitants proches des communautés est palpable. Il y a peu d’entraide, mais au contraire rivalité et concurrence économique, voire exploitation (vente de moyens plus ou moins adaptés à des prix prohibitifs)… Certaines communautés subissent le boycottage des voisins, sauf des indigènes qui se montrent souvent plus compréhensifs. Mais les liens des immigrés avec ceux-ci sont souvent peu importants, voire hostiles comme à Mastatal au Costa Rica, et cela malgré les volontés empathiques de Reclus en Grande Colombie, de Bertoni au Paraguay ou de J. Peirats en Équateur. P. Rhodakanaty au Mexique, qui fait souche rapidement dans les années 1850 grâce à l’école qu’il crée dans le Chalco Bajo (La escuela de la Razón y del socialismo ou La escuela moderna y libre), est une superbe exception. Il intègre tous les Mexicains (métis, indigènes, descendants d’Européens). Un ancien élève, Julio Chávez López (exécuté en 1869), dirigera une des premières insurrections socialistes libertaires sur le continent. Son Manifeste à tous les pauvres et opprimés du Mexique et de l’Univers d’avril 186952 fait figure de premier texte utopique « anarchiste », « fouriériste53 » ou « millénariste » (Valadés) mexicain et démontre un souci étonnant de s’extraire du localisme.

71Plus grave, comme dans le Veracruz, la xénophobie antifrançaise intervient dès 1838 et pousse un grand nombre de colons à repartir malgré l’appui du général Santa-Anna. Dans tout le Mexique, l’intervention française sous l’empire de Maximilien (vers 1863-1867) contribue à faire monter les tensions et le sentiment général contre la France.

727- Les différences politiques ou idéologiques internes contribuent à réduire la force de résistance des communautés.

  • 54 Christian Dupont, Osons l’utopie. Le fol été des communautés, Saint-Georges-d’Oléron, Les Éditions (...)

73Pour beaucoup, le choix communautaire n’était vu que comme un repli temporaire, un asile en attente de choix personnels ou collectifs ultérieurs (c’est une des thèses de Christian Dupont54). La dissolution dans ce cas n’est pas forcément un échec, mais une étape dans un parcours non rigoureusement déterminé en amont. Pragmatisme et opportunisme ont dû guider de nombreux colons.

74En toute cohérence, les principes associatifs libertaires mettent en avant le droit de sécession et d’abandon, et font donc reposer le collectif sur le principe de l’adhésion volontaire. C’est louable, mais le nomadisme des exilés rend le turn-over des communautés souvent incompatible avec la volonté de les faire vivre dans la durée. Certes, les départs sont souvent au moins partiellement compensés par les arrivées, mais cela pose en permanence le problème de l’accueil et de l’effort d’intégration, ce qui est sans doute épuisant et démotivant.

  • 55 Paul Avrich, Voices anarquistas. Historia oral del anarquismo en Estados Unidos (1995), Madrid, FEL (...)

75Les communautés envisagées sont la plupart libertaires, mais très rarement anarchistes (donc déterminées ou unifiées), sauf la Cecilia des premiers colons ; mais même pour cette communauté, l’arrivée nombreuse des nouveaux colons, apparemment moins engagés, rend les choix unitaires plus difficiles. Selon Sam Dolgoff, qui est très critique sur les expériences étatsuniennes, cette hospitalité trop large entraîne un pluralisme souhaité mais trop difficile à canaliser. Les oppositions idéologiques (socialistes libertaires ou étatistes), nationales (juifs, Russes, Italiens…), voire religieuses ou linguistiques (rôle des partisans du yiddish ou du sionisme dans le milieu juif), les différences comportementales ou de mode de vie (colons communautaires ou individualistes forcenés, bohèmes intransigeants ou syndicalistes, anarchistes sociaux ou prédécroissants, « carnivoriens » ou végétaliens/végans, épicuriens ou abstinents…) entraînent conflits, ruptures, (rarement) violences personnelles et minent les collectifs tout en augmentant le turn-over55.

768- Comme toute la société, les communautés subissent les changements de contexte et les crises politiques majeures.

77Pour les exilés forcés, l’appel du retour au pays reste fort. Nombre d’entre eux apprécient les lois d’amnistie : au xixe siècle, le retour chez eux des réfugiés entraîne parfois un affaiblissement au moins qualitatif de communautés ; après 1939, une grande majorité des exilés espagnols reviennent légalement ou clandestinement au pays. Les constructions qu’ils ont contribué à mettre en place se vident donc d’une partie de leur substance.

78Les retombées de l’espoir des années 1960-1970 et la crise générale qui s’établit à partir du milieu des années 1970, avec la montée en puissance de l’individualisme et du repli sur soi, ont multiplié les abandons.

79À ces grandes tendances s’ajoutent des crises majeures, comme par exemple la guerre civile brésilienne pour la Cecilia. La guerre de Sécession aux États-Unis, les conflits d’Europe centrale et orientale, la guerre civile dans la jeune Russie soviétique, l’ère des dictatures pour toute l’Amérique latine, empêchent la bonne marche de nombreux milieux libres et sont souvent la cause principale de leur disparition. Rares sont ceux qui, comme les membres de la Comunidad del Sur, sont capables de recréer un collectif dans des aires pourtant très différentes (Suède). La révolution de 1910 dresse les colons du Veracruz et leurs descendants les uns contre les autres, chacun des deux villages appartenant à des camps différents : Jicaltepec penche pour les carrancistes et San Rafael pour les zapatistes.

80En Espagne, la primauté donnée à la guerre civile, la remontée de l’étatisme (autant à Barcelone qu’à Madrid-Valence), le travail de sape et de destruction des groupes et des armées dominés par le Parti communiste espagnol (les dragonnades menées par Enrique Lister en Aragon) accentuent la destruction du plus grand (en membres et en étendue) mouvement historique de communautés autogestionnaires : les collectivisations ibériques de 1936-1938.

81Enfin, comme on l’a déjà vu en milieu anarchiste, à la suite notable de Malatesta, très dur envers Giovanni Rossi, les condamnations des expériences contribuent à réduire le soutien extérieur nécessaire et à marginaliser encore plus un mouvement déjà bien fragile.

829- Le temps fait son œuvre et émousse plus ou moins rapidement le sens du collectif.

83Malgré leurs volontés, leurs programmes, leurs idéologies, bien des communautés ont du mal à fonctionner comme un collectif uni et solidaire. Les différences persistent et parfois s’amplifient, ce qui est normal dans les communautés fouriéristes puisque Fourier accepte les différences entre travail, capital et talent, ce qui dès le départ entraîne des conditions sociales variées. Souvent les salaires, les coûts des repas, du logement ne sont pas égaux, entre travailleurs, entre sexes…

84Les nouvelles générations, qui n’ont pas connu les difficultés menant à la communauté, n’acceptent plus les privations volontaires ni l’autoritarisme ou la morgue des anciens. L’idéal et/ou la connaissance historique leur font défaut. Soit ils partent s’établir hors de la communauté, soit ils tentent de former une autre colonie plus souple ou de chasser les anciens, comme l’ont fait les jeunes icariens hostiles à l’autoritarisme d’Étienne Cabet à Nauvoo dans l’Illinois.

85Les travaux étant loin d’être attrayants et égalitairement répartis, très vite une hiérarchie de fonctions socio-économiques s’établit. Pire, la rotation souhaitée est rarement appliquée sur le long terme. Comme les fonctions de commandement ou d’organisation sont déjà dissemblables, les personnes rechignent, esquivent les responsabilités, se replient dans des postures individualistes.

Cet échec global est cependant à fortement relativiser et nuancer

86Le mouvement communautaire a été et reste de grande ampleur en Amérique latine, il touche tous les milieux et tous les territoires. Il semble renaître depuis la fin du xxe siècle, surtout dans les Andes, le Rio de la Plata et le sud mexicain.

  • 56 Ernest Callenbach, Ecotopia : The Notebooks and Reports of William Weston, Indore (India), Banyan T (...)
  • 57 Chris Carlsson, Nowtopia, Oakland (USA), AK Press, 2008.

87Quelques communautés anciennes ont perduré et su évoluer, comme la Comunidad del Sur, toujours active, à nouveau en Uruguay. Celles qui ont misé sur un axe principal (l’éducatif ou la production d’un produit phare, on pense aux productions du Familistère Godin) fonctionnent plus longtemps. Les écocommunautés (écotopies56 et écovillages), surtout celles qui misent sur une forme de simplicité volontaire et sur le pragmatisme, non seulement durent plus longtemps, mais développent d’autres paradigmes qui rendent encore moins faciles les comparaisons. C’est aussi le cas pour ce qu’on appelle les nowtopias57, des associations avant tout utilitaires et adaptées à des demandes précises (jardins urbains des mégapoles ou colectivos pour les transports). Celles qui ont reposé sur un axe idéologique ou culturel fort se sont parfois bien maintenues, qu’elles soient fondées sur la culture yiddish (États-Unis, Argentine) ou sur l’engagement fort de pédagogues rationalistes, ou encore qu’il s’agisse de collectivités affinitaires liées aux groupes anarchistes ou anarcho-syndicalistes.

  • 58 Pierre-Luc Abramson, Las utopías sociales en América Latina en el siglo XIX, 1999, p. 322.
  • 59 En portugais : Zelia Gattaï, Anarquistas, graças a Deus, Rio de Janeiro, Record, 1979 ; en italien  (...)

88Ensuite, si l’on prend les communautés dans leur sens d’expérimentations, de tests, d’essais, de laboratoires, on peut comprendre leur faible durée, voire le faible engagement sur le long terme de leurs promoteurs. Pour certains expérimentateurs, il fallait juste prouver la faisabilité, pas forcément s’enkyster dans un lieu isolé : c’est la position de Rossi, qui reproduit sans le dire la pensée de Fourier. L’Italien est constant et cohérent : il a tenté des expérimentations en Italie (dont Cittadella) avant la Cecilia, et après celle-ci il en soutient encore au Brésil et à nouveau en Italie à son retour (Il vivaio cooperativo di Liguria). Le renom de l’expérimentation brésilienne est très grand, disproportionné, plus à l’étranger qu’au Brésil d’ailleurs. Elle reste « de toutes les expériences communautaires latino-américaines du siècle passé [le xixe] celle qui conserve le plus d’actualité58 », surtout dans le domaine de la liberté sexuelle, de la libération de la femme, du respect de l’environnement. Ainsi, dans la foulée des années 1960-1970, de nombreux articles et thèses historiques, pièces et romans, et surtout le film de Jean-Louis Comolli (La Cecilia, 1976), popularisent cette expérience ancienne en la rattachant souvent aux velléités néofouriéristes et libertaires de vie libre. Elle devient le symbole de l’utopie anarchiste et des efforts de libération sexuelle. Avec les belles mises au point d’Isabelle Felici et le film d’Adriano Zecca Un’utopia di nome Cecilia (Une utopie du nom de Cecilia) de 2008, l’utopie est revivifiée et largement réhabilitée, mais également démythifiée. Parmi les colons et leurs descendants, on peut évoquer Zélia Gattai, femme du très célèbre Jorge Amado. Dans ses mémoires, celle qui est pourtant devenue stalinienne loue toujours l’anarchisme de ses parents et celui de Gori (qu’elle écrit Guóri59) ou de Kropotkine. Son grand père Gattai était venu avec sa famille, une compagne et cinq enfants, pour vivre l’utopie communautaire. Il avait eu connaissance de l’expérimentation en lisant justement des textes de Rossi.

  • 60 Peter Lamborn Wilson (Hakim Bey), The Temporary Autonomous Zone, Ontological anarchism, Poetic terr (...)
  • 61 . Michel Antony, A.18. L’hétérotopie, dans la lignée de Foucault et les utopies éphémères, les TAZ (...)
  • 62 Jean-Pierre Bonnel, Paul Gérard, Les communautés libertaires agricoles et artistiques en pays catal (...)

89En mettant en avant le côté volontairement temporaire de ces zones autonomes, les écrits d’Hakim Bey (Peter Lamborn Wilson) sur les TAZ60 renforcent une lecture plus positive des tentatives communautaires et relativisent évidemment encore plus leur durée. Déjà, les analyses sur les situations (Internationale situationniste), les brèches, le sens de la fête (Henri Lefebvre), l’hétérotopie foucaldienne… évoquaient des communautés de l’instant, dont la volonté de durer n’était pas l’essentiel61. Et avec Ronald Creagh on peut aussi dire positivement que « quand un groupe se sépare, il fait encore acte de liberté62 ».

90D’autres communautés se maintiennent en multipliant les liens entre elles (fédérations d’entreprises récupérées qui sont parties d’Argentine et incluent le Chili, le Venezuela, le Brésil ; fédérations des mouvements de paysans sans terre sur le modèle brésilien ; réseaux communautaires) ou en étant insérées dans un plus vaste mouvement qui dépasse même leur continent (coopératives ou communautés du Chiapas, liens avec les Forums sociaux mondiaux). L’habile et ironique sous-commandant Marcos, au Chiapas, a même étendu le rayonnement à tout l’univers…

91Ce mouvement est de plus en plus polymorphe et changeant. Les squats, les centres sociaux ou culturels autogérés (les okupaciones), les communautés punks, les écoles modernes ou autogérées, les athénées, les coopératives et les usines récupérées plus ou moins autogérées, les terres occupées collectivement, les territoires libérés (le Chiapas néo-zapatiste, la récente Commune d’Oaxaca), les écovillages… touchent toute l’Amérique latine et redonnent au rêve alternatif et communautaire une immense dimension et une extraordinaire vitalité.

92Mouvement sans cesse en renouvellement, l’utopie communautaire renaît et s’adapte au contexte (résister à la crise pour les expérimentations argentines des années 2000) ou aux exigences des nouveaux mouvements sociaux (municipalisme plus démocratique dans la lignée des essais de Porto Alegre). Les fouriéristes et libertaires du xixe siècle et du premier xxe siècle, qui se sont efforcés de mettre en œuvre la démocratie directe dans leur communauté, seraient aujourd’hui stupéfaits de voir qu’horizontalisme, assembléisme, respect des participants… sont devenus des thèmes communs et généralisés. Mais ils auraient du mal à s’y retrouver dans les formes qu’ils prennent. Et le drame inverse, c’est que les autogestionnaires d’aujourd’hui ou les indignados de partout ignorent souvent que leurs ancêtres, à leur manière, agissaient pour les mêmes causes. La FORA (Fédération ouvrière de la région argentine), dominante dans le mouvement ouvrier jusque dans les années 1930, n’est presque jamais citée parmi les antécédents des mouvements autonomes d’aujourd’hui. Les femmes des coopératives boliviennes connaissent mal l’importance de la FOF (Fédération ouvrière féminine), qui a maintenu à un haut niveau l’anarcho-syndicalisme jusque dans les années 1950. Certes, le Mexique alternatif sait bien revendiquer l’héritage d’Emiliano Zapata, comme le montre le néozapatisme du Chiapas. Mais hors de l’Oaxaca, sa région natale, celui, essentiel, de Ricardo Flores Magón a du mal à percer.

Haut de page

Notes

1 Pierre-Luc Abramson, Las utopías sociales en América Latina en el siglo XIX (Thèse, Lille, 1993), Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1999, 407 p.

2 Voir de Michel Antony : A.3.g. Quelques traces libertaires dans les expérimentations utopiques latino-américaines : xix-xxie siècles & A.3.h. De l’Italie au Brésil : la « Cecilia » de Giovanni Rossi et quelques autres colonies & A.5 Une communauté « exemplaire » de l’exil : la « Comunidad del Sur » (Uruguay-Suède-Uruguay), dans VII. Essais utopiques libertaires de « petite » dimension, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/U5P-A-MICRO.DOC >, juin 2016 (1995), 222 p.

3 Michel Antony, G. Des mouvements libertaires mexicains trop méconnus (environ 1860-1930) & R. Les laboratoires d’utopie latino-américains fin xxe- début xxie siècles, dans VIII. Essais utopiques libertaires de grande dimension, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/U5-GRAND.DOC >, juin 2016 (1995), 418 p.

4 Michel Antony, V.C. Quelques expérimentations fouriéristes : Europe et colonies, Amériques, dans Charles Fourier (1772-1837) & Présentation des Fouriérismes, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/UTO-FOU2.DOC >, juin 2016 (1995), 144 p.

5 Michel Antony, B. Essais utopiques libertaires surtout pédagogiques : des « utopédagogies », dans VII. Essais utopiques libertaires de « petite » dimension, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/U5P-B-PEDA.DOC >, juin 2016 (1995), 205 p.

6 Michel Antony, V. Quelques œuvres utopiques libertaires ou résolument anarchistes, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/U3C-FERM.DOC >, juin 2016 (1995), 302 p.

7 Benjamin Péret, La Commune des Palmares, Paris, Syllepse, 1999, 126 p.

8 Peter Lamborn Wilson, Utopies pirates, Paris, Dagorno, 1998, 144 p.

9 Marcus Rediker, Canaglie di tutto il mondo. L’epoca d’oro della pirateria, Milano, Elèuthera, 2005, 188 p.

10 Michel Antony, C. « L’anarchisme dans les communautés de fugitifs, de pirates et de flibustiers », dans VI. Traces utopiques et libertaires dans le temps et l’espace, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/U4TRACES.DOC >, mars 2016 (1995), 233 p.

11 < https ://aymare. org/>.

12 Arturo Andrés Roig, La utopía del Ecuador, Quito, Banco Central de Ecuador/Corporación Editora Nacional, 1987, p. 32.

13 Michel Antony, V. Quelques œuvres utopiques libertaires ou résolument anarchistes. E. La richesse utopique anarchiste (fin xixe-début xxe), Magny Vernois, < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/U3C-FERM.DOC >, juin 2016 (1995), 302 p.

14 Gisela Heffes, Las ciudades imaginarias en la literatura latinoamericana, Rosario, Beatriz Viterbo Editora, 2009, p. 25.

15 Cf. le bel article d’Edgar Montiel, Presencia de América en las utopías de la modernidad, dans Horacio Cerutti Guldberg/Jussi Pakkasvirta, Utopía en marcha — Simposio « La concepción de la utopía desde América Latina (en homenaje a Fernando Ainsa) », 52e Congreso Internacional de Americanistas, Sevilla, 2006, Quito, Abya-Yala, p. 11-36, 2009.

16 Cf. La ciudad anarquista americana. Obra de construcción revolucionaria. Con el plano de la ciudad libertaria — La ville anarchiste américaine. Œuvre de construction révolutionnaire. Avec le plan de la cité libertaire (1914).

17 J’ai tenté d’en faire le tour dans : < http ://www.acratie.eu/FTPUTOP/ANAR-URUG-PRESENTATION-GERARDO-2014.DOC >.

18 Pietro Gori, Stornelli d’esilio, 1895.

19 Ronald Creagh pour le cas étatsunien a repris ce terme avec Laboratoires de l’utopie. Les communautés libertaires aux USA, Paris, Payot, 1983, 224 p., qu’il a réédité légèrement modifié depuis.

20 Michel Lallement, « Le Travail en Harmonie et au Texas », dans « Fourier revient », Critique, Paris, n° 812-813, janvier-février 2015, p. 89.

21 Michel Antony, II. Les libertaires face à l’utopie, entre critiques, analyses, expérimentations et projets, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu >, juin 2016 (1995), 271 p.

22 Valeriano Orobón Fernández, « La reorganización de la producción », dans Acción, section espagnole de la Revue internationale anarchiste, n° 5-6, décembre 1925.

23 Élisée Reclus, « Les colonies anarchistes », dans Temps Nouveaux, 7-13 juillet 1900.

24 Cité par Isabelle Felici, Les Italiens dans le mouvement anarchiste au Brésil, 1890-1920, Thèse de doctorat, Paris III, 1994, p. 43.

25 Stanislas Alcide Masset (Stephen Mac Say), « Familistère », Encyclopédie anarchiste, Paris, Œuvre Internationale des Éditions Anarchistes, La Librairie Internationale/La Fraternelle, Vol. II, 1934, p. 1007.

26 C. Arnoult, « Comment te bats-tu ? et autres textes. Han Ryner. Anthologie d’articles », Brissac-Quincé, Le Grognard, n° 16, décembre 2010, p. 30.

27 Tony Legendre, Expériences de vie communautaire anarchiste en France. Le milieu libre de Vaux (Aisne) 1902-1907 et la colonie naturiste et végétalienne de Bascon (Aisne) 1911-1951, Saint-Georges-d’Oléron, Les Éditions libertaires, 2006, p. 13.

28 Cité dans James Guillaume, L’Internationale. Documents et souvenirs, volume II, Paris, Société nouvelle, 1905, p. 235, et accessible sur <https://fr. wikisource. org/wiki/Page : James_Guillaume_-_L % 27Internationale,_III_et_IV. djvu/611 >.

29 Cf. à ce sujet mon article sur la colonie d’Aiglemont dans les Ardennes : < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/UT-MA-AIGLEMONT-DEBON-2015.DOC >.

30 « Comunidad del Sur », dans L’ARC, Paris, n° 91-92, 1984.

31 Ruben Prieto, « Une autre économie dans une autre société », dans Réfractions, n° 9, 2002.

32 Hugo Fontana, Historias robadas. Beto y Débora, dos anarquistas uruguayos, Montevideo, Cal y Canto, 2003, p. 145.

33 Una mirada cubista, aprender a ver y a nombrar, < http://www.ecocomunidad.org.uy/ecocom/hist3.html, 31/01/2013 >.

34 Pierre-Luc Abramson, Mondes nouveaux et Nouveau Monde. Les utopies sociales en Amérique latine au XIXe siècle, Dijon, Presses du Réel, 2014 (1999), p247.

35 Fernando Aínsa, Necesitad de la utopia, Buenos Aires & Montevideo, Tupac & Nordan-Comunidad, 1990, p. 104.

36 Pierre-Luc Abramson, op. cit., p.325.

37 Jean-Christian Petitfils, Les communautés utopistes au XIXe siècle, Paris, Hachette, Pluriel, 2011, p.337-338.

38 Stanislas Alcide Masset, op. cit., p.1005.

39 Michel Antony, A.3.a.1. Rabelais François ou l’anarchisme de l’élite et son ami La Boétie, dans III. Ferments libertaires dans quelques écrits utopiques & utopies libertaires, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu >, juin 2016 (1995), 267 p.

40 Stanislas Alcide Masset, op. cit., p. 1008.

41 Pierre-Luc Abramson, op. cit, p. 215.

42 Laura Fernández Cordero, « El nuevo mundo amoroso en Colonia Cecilia », dans Roberto Jacoby (compilado por), Jornadas Fourier (15-17/04/2004), Buenos Aires, Centro Cultural Rector Ricardo Rojas/Libros del Rojas, 2006, p. 39.

43 Giovanni Rossi, Un episodio d’amore nella colonia Cecilia, Pisa, Biblioteca Franco Serantini, réédition de 1993.

44 Elena Bignami, « Le schiave degli schiavi ». La question femminile dal socialismo utopistico all’anarchismo italiano (1825-1917), Bologna, Clueb, 2011, 300 p.

45 Isabelle Felici, « La Cecilia, quels enseignements pour le XXIe siècle ? », dans Vivre l’anarchie. Expériences communautaires et réalisations alternatives antiautoritaires. Actes du colloque de Ligoure, mai 2009, Lyon, ACL, p. 48-62, novembre 2010, p. 59.

46 Giovanni Rossi, Cecilia comunità anarchica sperimentale, Pisa, Biblioteca Franco Serantini, réédition de 1993.

47 Elena Bignami, « Emigrazione femminile in Brasile. Tra lavoro e anarchia », dans Storicamente 5, n° 3, 2009.

48 Irèos (Nella Giacomelli), Una colonia comunista, avec une préface d’Oberdan Gigli, Milano, Biblioteca della Protesta Umana, 1907, p. 3.

49 Michel Antony, K. « La tradition des kibboutz (ou kibbutz, ou kibboutzim) israéliens », dans VIII. Essais utopiques libertaires de grande dimension, Magny Vernois, < http://www.acratie.eu/FTPUTOP/U5-GRAND.DOC >, juin 2016 (1995), 419 p.

50 Harold B. Barclay, People Without Government : an Anthropology of Anarchy, London, Kahn & Averill & Cienfuegos Press, 2009 (1982), p. 119.

51 Ibid., p. 119.

52 Texte dans David Doillon, op. cit., p. 19.

53 Alessandro Aruffo, Messico rivoluzionario. Da Zapata al Chiapas, Bolsena, Massari, 1995, p. 23.

54 Christian Dupont, Osons l’utopie. Le fol été des communautés, Saint-Georges-d’Oléron, Les Éditions libertaires, 2011, 256 p.

55 Paul Avrich, Voices anarquistas. Historia oral del anarquismo en Estados Unidos (1995), Madrid, FELAL, 2004, p. 648-649.

56 Ernest Callenbach, Ecotopia : The Notebooks and Reports of William Weston, Indore (India), Banyan Tree Books, 1975, 181 p.

57 Chris Carlsson, Nowtopia, Oakland (USA), AK Press, 2008.

58 Pierre-Luc Abramson, Las utopías sociales en América Latina en el siglo XIX, 1999, p. 322.

59 En portugais : Zelia Gattaï, Anarquistas, graças a Deus, Rio de Janeiro, Record, 1979 ; en italien : Anarchici grazie a Dio ! Segrate, Frassinelli, 1983 ; en français : Zélia, Paris, Stock, 1982, p. 130.

60 Peter Lamborn Wilson (Hakim Bey), The Temporary Autonomous Zone, Ontological anarchism, Poetic terrorism, Brooklyn, Autonomedia, 1985.

61 . Michel Antony, A.18. L’hétérotopie, dans la lignée de Foucault et les utopies éphémères, les TAZ et autres brèches, dans I. Quelques précisions et essais de définitions sur les utopies et les anarchismes. Magny Vernois : <http://www.acratie.eu/FTPUTOP/U1-DEFIN.DOC>, 1ère édition 1995, 200 p., octobre 2016.

62 Jean-Pierre Bonnel, Paul Gérard, Les communautés libertaires agricoles et artistiques en pays catalan (1970-2000), Trabucaïre, préface de Ronald Creagh, 2016, p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Antony, « Les communautés utopiques sont-elles toujours condamnées à disparaître ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 133 | 2016, 19-42.

Référence électronique

Michel Antony, « Les communautés utopiques sont-elles toujours condamnées à disparaître ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5480

Haut de page

Auteur

Michel Antony

Chercheur en histoire sociale, spécialisé dans les utopies et alternatives ouvertes et antiautoritaires

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page