Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-10

Texte intégral

1Nous ne le savons que trop, notre temps de mondialisation est paradoxalement celui d’un recours désespéré à la nation comme espace d’appartenance, ultime rempart face à des changements sociaux violents pour les peuples. La revendication d’identité nationale est vive dans un monde par ailleurs gouverné par l’injonction des dominants au libre-échange et par la volonté des dominés d’échapper coûte que coûte à la pire misère en allant chercher ailleurs de possibles mieux-vivre.

  • 1 David Hamelin (coord.), « Partir, travailler, s’organiser (XVIIIe-XXe siècles) », Cahiers d’histoir (...)

2L’histoire nous apprend que ces processus de repli et de recherche d’appartenance sont fréquents dans les sociétés travaillées par d’importants changements. Que ces changements se font aux dépens des plus faibles. Que les oppositions à ces changements douloureux peuvent prendre la voie d’options violemment réactionnaires, d’affirmations d’identités collectives, souvent xénophobes, haineuses. Les Cahiers d’histoire préparent ce travail qui s’impose sur les extrêmes droites. Nous avons, dans le dossier du précédent numéro, abordé les secousses sociales, mais aussi les adaptations, suscitées par les migrations motivées par le travail. Déplacements que les historien-nes nous montrent constants, selon des flux, des formes diverses : les verriers de l’Italie du Nord qui s’installent en France du XVIe au XVIIIe siècle, étudiés dans ce dossier par Corinne Maitte, ont des destins bien différents de ceux des migrants qui partent d’Italie au XIXe siècle pour rejoindre la laborieuse Marseille, ou de ceux qui quittent la Tunisie postcoloniale pour la France des années 19601. Le dossier met en évidence que ces brassages de peuples ne font pas que favoriser le repli sur des identités anciennes : ils contribuent aussi à créer de nouvelles identités, notamment au travers des liens de travail et des identités ouvrières.

  • 2 Le mot « exil » est l’un de ceux qui appellent aujourd’hui le plus de références récentes sur les c (...)

3Mais « partir », le présent nous parle de cela aussi, c’est encore du politique, sans que les deux dimensions soient nécessairement disjointes. Des exils, des fuites, du bannissement. Cela a été bien étudié les dernières décennies, des travaux sur les républicains du XIXe siècle à ceux récemment renouvelés sur la retirada espagnole ou encore l’exil contraint des conventionnels régicides par la monarchie restaurée de 18162. Nous tenions à évoquer le volontarisme politique, pas seulement du côté des vaincus. Nous avons pensé à la vaste diaspora de celles et ceux qui prennent les armes ou la plume pour soutenir des combats qu’ils jugent justes. L’histoire progressiste en a fait une dimension cruciale de l’internationalisme des combats salvateurs pour la liberté. Des Polonais rejoignant les révoltés américains en lutte pour leur indépendance au XVIIIe siècle aux républicains du monde entier rejoignant les Espagnols contre le putsch de Franco, aux guérilleros des luttes émancipatrices de l’Amérique latine, des Antilles, de l’Afrique du XXe siècle, dont le décès de Fidel Castro vient raviver le souvenir, les exemples ne manquent pas. Qu’aujourd’hui cette force qui pousse à partir se battre pour des idées soit allée s’anéantir loin des visées émancipatrices dans les menées morbides de l’État islamique est bien un des symptômes forts d’un monde sans espoir pour sa jeunesse. Mais, dans le même temps, la quête d’un meilleur sur cette Terre reprend des forces, dans des formes neuves. Ainsi des déplacements des militants des ONG à travers le monde, qui pour soigner, qui pour éduquer, qui pour organiser des mobilisations contre des projets dévastateurs développés par les multinationales, avec ou sans l’accord des gouvernants.

  • 3 Voir Chloé Maurel, Histoire des idées des Nations Unies, Paris, L’Harmattan, 2015 ; « Les Nations U (...)

4Ce volontarisme social se déploie à grande vitesse, du plus global (dans lequel certain-es incluent, comme notre amie Chloé Maurel, une refondation démocratique de l’ONU) au plus local, à travers la valorisation de toutes les formes de comportements sociaux contribuant au quotidien à limiter la puissance des multinationales, du marché, de la loi du profit3. Des circuits courts à ceux qui entreprennent de construire leur maison en « open source », avec mise à disposition de plans, de fiches techniques et entraide dans la réalisation, on mesure aujourd’hui combien les voies sont nombreuses de celles et ceux qui cherchent à combattre l’omnipotence du capitalisme mondialisé.

  • 4 <http://www.bastamag.net/Comment-construire-sa-maison-ecologique-en-une-semaine-et-a-petit-prix-grace-a>
  • 5 Sébastien Jahan, Jérôme Lamy (coord.),  « Écosocialisme et histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’ (...)

5Mais comme le dit un article récent à propos des « maisons libres »4, les géants du BTP ont-ils pour autant du souci à se faire ? Sont-ce là des microcosmes qui se satisfont d’une marginalité qui ne pénalise guère les géants de ce monde ou bien sont-ils porteurs, « à bas bruit » comme on aime à dire, d’une forme de subversion des dominations, mises à mal par ce mitage ? Jusqu’à une époque récente, la plupart des mouvements marxistes se sont détournés de ce qui étaient à leurs yeux des expérimentations ne mettant pas à mal l’ordre dominant, et qui étaient suspectes même de discréditer, voire de freiner les nécessaires mobilisations collectives. Parmi d’autres analyses, un récent dossier des Cahiers, « Écosocialisme et histoire », a montré que l’histoire en cours de ces expérimentations témoignait de l’efficacité de penser et de mettre en œuvre l’emboîtement des échelles de la transformation sociale pour ancrer ces transformations dans la durée et dans la démocratie5.

  • 6 Pour mémoire, sur la séquence de « retour » de l’utopie face à l’offensive libérale de la fin de l’ (...)

6Le présent dossier revient sur l’engagement, le volontarisme politique, pas de celles et ceux qui se battent pour prendre le pouvoir, mais de celles et ceux qui partent, justement, pour expérimenter. « L’Expérience », c’est le nom donné par ses volontaires à la communauté libre de Stockel-Bois présentée dans la documentation photographique du dossier. Départs pour changer sa vie à défaut de changer celle de tous les autres. Le dossier montre combien ces expérimentations sociales, qui peuvent être lointaines mais aussi être inscrites en territoire bien connu, sont fondées sur des perspectives de changements globaux. Il s’agit bien d’expérimentation. Le microcosme communautaire est un modèle de vie, mais d’une vie qui doit progressivement concerner l’ensemble de l’humanité, dans la diversité des expérimentations. Les travaux récents ont insisté sur l’importance des « utopies » comme moteur de la créativité et de la capacité humaine à maîtriser son devenir6. Le dossier ne cherche pas à donner un panorama de la diversité de ces départs, réalisés ou rêvés sous forme d’énonciations d’utopies. Il ne revient pas sur les rêves de subversion de l’ordre des sexes, lieu commun de la littérature depuis Aristophane, non plus que sur les textes fondateurs dans la culture occidentale, d’un genre littéraire en même temps que d’une légitimité sociale, de L’Utopie de Thomas More (sous-titré Traité de la meilleure forme de gouvernement), aux multiples voyages dans la lune du XVIIe siècle, de L’homme dans la lune de Godwin aux Empires de la lune de Cyrano de Bergerac. Le dossier constitué par Frank Noulin et Jean-François Wagniart cerne un temps court, celui de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle, temps court dans lequel triomphe l’idée d’une malléabilité de la société, sise dans les mains des hommes depuis les grandes ruptures de la philosophie politique avec les desseins divins. Dans ce temps se déploient désormais en permanence les conflits entre l'affirmation des principes de liberté et d’égalité, et la réalité sociale de l’autoritarisme et de l’oppression du plus grand nombre. Face à ces gigantesques écarts, la colère gronde. Les idées et projets sociaux se multiplient, cherchant les voies les plus efficaces de l’émancipation. Courants socialistes, communistes, anarchistes progressivement dessinés, opposés, recomposés, se déploient dans cette fièvre politique qui innerve des milieux restreints en nombre souvent, mais parfois dominants, dans les temps des révolutions notamment : 1848, Commune de Paris. Autant d’objets dont l’histoire redevient urgente. Hors de ces moments de mobilisations larges où l’égalité prend pied dans l’organisation sociale globale, cheminent, souvent pourchassés, marginalisés, les égaux. Et, certain-es sont saisi-es par l’urgence de vivre maintenant autrement. D’où ces initiatives, partir faire communauté, partir changer de vie.

  • 7 Gerrard Winstanley, L’étendard déployé des vrais niveleurs ou l’état de communisme exposé et offert (...)

7Le dossier se situe donc à un moment, proche de nous dans ces spécificités, mais aussi du mouvement égalitariste de longue durée, souvent fondé sur les textes bibliques. Les diggers, ceux du San Francisco des années 1970, rendus présents grâce au beau travail documentaire réalisé et présenté ici par Alice Gaillard, rappellent la force des filiations imaginaires, certes, mais aussi la mémoire des expérimentations dans le passé, même lointain, et nous replongent dans l’Angleterre du XVIIe siècle et les passions de la première révolution, celle des levellers  et autres « vrais niveleurs », des « bêcheurs », ces diggers que scandalisent l’inégalité des fortunes et qui inventent la pratique du squatt, l’occupation des terres mal cultivées sur lesquelles ils constituent des communautés à vocation égalitaire. Déjà la propriété privée y est vue comme la source de tous les maux. Les textes de Winstanley ont été récemment traduits et publiés à nouveau en français7. Renouveau des diggers, donc, du XVIIe siècle à ceux du XXe siècle. Le dossier témoigne de la diversité de ces fonctionnements communautaires, de la diversité de leurs références idéologiques, de leurs ambitions aussi. Servir d’exemple, permettre des élaborations idéologiques neuves, fournir des outils concrets de lutte contre l’analphabétisme, la misère. Toutes ces ambitions se croisent. Parfois leurs contradictions apparaissent et mettent à mal la communauté. Le dossier est épais. Nous y renvoyons. Sûr qu’il suscitera des débats, des relectures. Aussi espérons-nous l’ouverture d’autres chantiers sur ces mises en œuvre en microcosme de la formidable aspiration à la liberté et l’égalité.

  • 8 Voir notamment Roger Bourderon, Le PCF à l’épreuve de la guerre (1940-1943) : de la guerre impérial (...)

8Métiers et Débats reviennent à leur façon sur ces questions cruciales. Qu’il s’agisse de l’action du résistant communiste du Limousin Georges Guingouin ou de la création de la « coopération », il s’agit bien de l’intervention, volontaire, collective pour rejeter les dominations. Certes, dans des formes bien différentes. De l’obscurité d’un combat mené contre les pires menaces de mort, ralliant petit à petit d’autres rebelles qui finiront par constituer une force armée, à la construction partagée par de vastes pans des organisations sociales, partis et syndicats, qui donne naissance à la mutualité et à la coopération, on est bien sur deux versants de ces constructions du volontarisme politique, moteur des transformations du XXe siècle. Le destin tragique de Guingouin témoigne de la rudesse des luttes de ce siècle habité par la peur du communisme pour les uns et, pour d’autres, par les immenses espoirs soulevés par un rapport de force enfin favorable aux dominés. Guingouin partage ces espoirs depuis sa prime jeunesse et son engagement contre le nazisme est une des formes de cette lutte. L’article revient sur la difficulté rencontrée, par lui comme par bien d’autres de ces combattants de la liberté, à allier un extraordinaire courage, un savoir-faire politique et stratégique exemplaire, avec la soumission aux ordres requise par les partis communistes de l’après-guerre. Partout ces « héros » ont été jugés plus encombrants qu’utiles et souvent, comme Guingouin, ils ont été marginalisés, parfois humiliés, brisés par des directions soucieuses de tourner la page de la guerre. Ces histoires tragiques, internes au mouvement communiste entraîné par la stalinisation et la Guerre froide, bien loin des expérimentations des communistes en liberté, ont été étudiées, développées dans les Cahiers eux-mêmes, notamment quand Roger Bourderon, grand spécialiste de ce communisme de la Seconde guerre, a coordonné la rédaction des Cahiers8. Encore un sujet avec lequel les prochaines livraisons des Cahiers chercheront à renouer.

9Dans l’immédiat, nous rappellerons aux lecteurs, lectrices, ami-es des Cahiers, que notre production ne vaut que si elle répond pour elles, pour eux, à des attentes et qu’elle ne peut continuer à vivre que si elle bénéficie de leur soutien actif. Pour favoriser ces échanges et l’expression de ces soutiens, les Cahiers d’histoire ont créé une association des Ami-es des Cahiers dont la rédaction espère que vous serez des membres attentifs et créatifs. Ami-es, à de prochains rendez-vous.

Haut de page

Notes

1 David Hamelin (coord.), « Partir, travailler, s’organiser (XVIIIe-XXe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 132, 2016.

2 Le mot « exil » est l’un de ceux qui appellent aujourd’hui le plus de références récentes sur les catalogues des bibliothèques. Beaucoup de romans, d’analyses psychologiques, mais aussi de l’histoire. Nous renvoyons aux travaux de Sylvie Aprile sur l’exil des républicains dans l’Europe du XIXe siècle, mais aussi des socialistes, communistes, anarchistes, évoqué aussi dans les Cahiers d’histoire (voir notamment Didier Monciaud, « Pacifisme, antifascisme et anticolonialisme dans l’Égypte des années 1930 : l’expérience de la ligue pacifiste Ansâr al Sâlam », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2015, n° 127, Penser et lutter contre la guerre, XIXe-XXe siècles). Parmi les recherches récentes concernant les conséquences dramatiques de la guerre d’Espagne, voir la traduction en français du livre de Veronica Sierra Blas, Paroles orphelines. Les enfants et la guerre d’Espagne, Rennes, PUR, 2016. Sur les députés régicides de la Convention nationale, colloque à Bruxelles les 21-22 novembre 2016, « Déportations et exils des Conventionnels (1792-1830) ».

3 Voir Chloé Maurel, Histoire des idées des Nations Unies, Paris, L’Harmattan, 2015 ; « Les Nations Unies. 70 ans après », Recherches internationales, n° 103, 2015.

4 <http://www.bastamag.net/Comment-construire-sa-maison-ecologique-en-une-semaine-et-a-petit-prix-grace-a>

5 Sébastien Jahan, Jérôme Lamy (coord.),  « Écosocialisme et histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 130, 2016.

6 Pour mémoire, sur la séquence de « retour » de l’utopie face à l’offensive libérale de la fin de l’histoire des années 1990, Michèle Riot-Sarcey, Le réel de l’utopie. Essai sur le politique au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 ; Michèle Riot-Sarcey, Thomas Bouchet, Antoine Picon, Dictionnaire des utopies, Paris, Larousse, 2002.

7 Gerrard Winstanley, L’étendard déployé des vrais niveleurs ou l’état de communisme exposé et offert aux fils des hommes, Allia, 2007 ; Gerrard Winstanley, La Loi de liberté : Une législation communiste paysanne dans la Révolution anglaise (Londres, 1652), Nuit rouge, 2012.

8 Voir notamment Roger Bourderon, Le PCF à l’épreuve de la guerre (1940-1943) : de la guerre impérialiste à la lutte armée, Syllepse, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 133 | 2016, 5-10.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 133 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5478

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page