Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT

Ls Cahiers recommandent...

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 253-266

Texte intégral

Exposition

1Rétrospective Anselm Kiefer, plasticien hanté par l’histoire.

2Centre Pompidou de Paris du 16 décembre 2015 au 18 avril 2016

Varus, huile et acrylique sur toile de jute, Collection Van Abbemuseum, Eindhoven, 1976.

3Voilà. Un chemin de neige s’engloutit dans la forêt, tâché de sang. L’origine et la fin de l’histoire allemande, à en croire Anselm Kiefer. La forêt de Teutoburg vit le peuple germanique des Chérusques, mené par Arminius, exterminer les trois légions romaines de Varus. Victoire promue comme fondatrice par le roman national allemand, qui fait d’Arminius (germanisé en Hermann) une figure populaire dès le xvie siècle, emblème de l’affirmation identitaire face aux puissances hostiles, comme la France de Napoléon.

4Voilà, nous dit Kiefer. Pour mythe fondateur, un massacre au fin fond d’une forêt inhumaine. Et le chemin nous ramène au cœur de cette selve obscure tant magnifiée par les romantiques allemands, lieu d’enchantements, initiatique, devenue un lieu d’épouvante quand les nazis hérissèrent les forêts d’Europe orientale de fosses communes et de cheminées fumantes. Un Teutoburg gigantesque, à l’échelle d’un continent.

5Anselm Kiefer est né en 1945 dans une Allemagne réduite à l’état de champ de ruines, matérielles comme morales. Dès le début de son travail de plasticien, il combat l’amnésie par des provocations abruptes mais salutaires. De fait, il voue toute son œuvre – d’une force hors du commun – à exhumer, retracer, questionner la généalogie du désastre : comment la culture germanique, dont certains noms illustres scandent Varus, a-t-elle pu engendrer un monstre abject comme le nazisme ? Quel chemin morbide conduit de Kant à Hitler ? Un accident de l’histoire, une déviation ignoble, ou bien une logique profonde, nourrie de pulsions régressives et de volonté de puissance ? L’échec d’une culture ou le produit, voire l’aboutissement, de toute une culture ?

6Pas de réponse tranchée, semble-t-il, mais l’effroi de faire le même constat que Paul Celan dans Fugue de mort, un de ses plus beaux poèmes : Der Tod ist ein Meister aus Deutschland (la mort est un maître venu d’Allemagne). Celan, dont les parents disparurent dans les camps et qui pourtant s’astreignit à exprimer son deuil et sa souffrance dans l’idiome des tueurs, transfiguré en une langue opaque et fulgurante. Celan, auquel Kiefer ne cesse de rendre hommage dans des toiles magnifiques, ainsi qu’à la poétesse autrichienne Ingeborg Bachmann, fille de nazi, elle aussi taraudée par le désastre. Anselm Kiefer est fasciné par la poésie, et d’une manière générale par l’univers du livre, que tant d’autodafés ont réduit en cendres : en lui gît peut-être ce qu’il nous reste d’humanité.

7Une œuvre essentielle donc, empoignant l’histoire à bras le corps pour mieux la faire dégorger en des toiles et installations violentes et denses, d’une matérialité puissante, dont la beauté sombre saisit le spectateur. Un art porté par une mélancolie profonde, voire une inquiétante étrangeté, qui interroge inlassablement notre inhumanité. Un jour peut-être, nous sortirons de notre forêt primitive.

8– Catalogue de l’exposition sous la direction de Jean-Michel Bonhours, Éditions du Centre Pompidou, 288 p., 42 €.

9Anselm Kiefer, l’alchimie du livre : exposition à la B.N.F. du 20/10/2015 au 07/02/2016, catalogue sous la direction de Marie Minssieux-Chamonard, BNF/Éditions du Regard, 256 p., 366 ill., 39 €.

10– Paul Celan, Fugue de mort (Todesfuge), in Choix de poèmes, Poésie/Gallimard n° 326, éd. bilingue, trad. Jean-Pierre Lefebvre.

11– Ingeborg Bachman, Œuvres, Actes Sud, Thesaurus, 2009.

Cinéma

12This is my land, film documentaire franco-israélien de Tamara Erde, 2014, 90min.

13Tamara Erde est une réalisatrice franco-israélienne, née en 1982 à Tel Aviv-Jaffa et installée à Paris. This Is My Land, son premier long métrage, a été récompensé dans de nombreux festivals (Toronto, Rotterdam, The Hamptons, Singapour, Zagreb…).

14Éduquée en Israël, Tamara Erde a commencé à douter de ce qu’elle avait appris sur l’histoire de son pays lors de son service militaire, accompli en 2002 pendant la deuxième intifada.

15Cette histoire partiale et sélective enseignée aux jeunes Palestiniens et jeunes Israéliens est au cœur de ce documentaire. C’est l’histoire d’un rendez-vous manqué des peuples et au-delà des individus, enseignants et enfants, que raconte cette réalisatrice expatriée en France, en butte à la censure quand il s’agit de filmer certains professeurs trop critiques contre leur gouvernement.

16Ce très beau film, souvent poignant, est dur à digérer. De classe en classe, méthodiquement, la réalisatrice montre ce fossé entre les deux peuples, Palestiniens et Israéliens, qui ne semble pas près de se combler : l’école ne brasse pas, elle maintient les divisions et crée un mur virtuel entre les cultures et les expériences. La guerre et la violence sont toujours présentes, même sans être filmées. Elles continuent et continueront à gagner les esprits tant que l’histoire sera considérée comme une arme de propagande et non comme un moyen de développer une réflexion critique permettant aux enfants et aux adolescents de dépasser les préjugés, basés sur une méconnaissance de l’autre largement entretenue dans un pays où la ségrégation scolaire demeure la norme.

17L’espoir pourtant surgit quand, dans plusieurs séquences, la compréhension de l’autre semble l’emporter ou lorsqu’un instituteur palestinien explique au cours d’une séance d’écriture à un de ses jeunes élèves que son rejet des Israéliens ne peut en aucun cas justifier son antisémitisme. Une belle leçon d’humanité malgré l’humiliation quotidienne, et qui renvoie dos à dos ceux qui, ici ou ailleurs, veulent assimiler antisionisme et haine des juifs.

18À noter dans le documentaire de Tamara Erde la séquence où est projeté sur le mur de classe d’une école mixte israélo-palestinienne le film d’animation critique de Nina Paley, This land is mine (2012). Ne pas manquer cette parodie des conflits qui ont baigné de sang la Palestine des origines à nos jours : <https://www.youtube.com/​watch?v=4pKMV6e5kEo>.

19Eva ne dort pas, film franco-hispano-argentin de Pablo Aguero, 2015, 97 min.

20Eva ne dort pas n’est peut-être pas un film totalement achevé au niveau cinématographique, car il peine à maintenir l’atmosphère surréaliste des premières séquences, mais il possède d’indéniables qualités pour ceux qui s’intéressent à l’histoire tumultueuse de l’Argentine des années 1950 à nos jours.

21En prenant comme sujet la lutte autour de la dépouille d’Eva Peron, le scénario fait preuve d’une grande originalité. Oscillant entre réalité et fantastique, à l’image de cette séquence de l’embaumement qui rappelle les vieux Frankenstein et les rêves d’une vie éternelle pour l’héroïne du péronisme. Ce corps trimbalé doit expier, profané par les militaires qui haïssent cette femme du peuple et la traitent, en dignes défenseurs de la bourgeoisie et des oligarques argentins qu’elle a tant dénoncés, comme une putain. Mais il est aussi convoité par les péronistes de gauche et les Montoneros qui veulent récupérer à tout prix le cadavre de leur Evita : lorsqu’ils enlèvent et exécutent le sinistre général Aramburu, ils proposent d’échanger le cadavre du fasciste contre celui de leur pasionaria, devenue leur étendard dans la lutte à mort qu’ils engagent alors contre les militaires argentins.

22Si elle repose aujourd’hui dans la tombe familiale du cimetière de la Recoleta de Buenos Aires, sa voix charismatique et son visage, que l’on retrouve dans les images d’archives qui parsèment intelligemment le film, continuent de hanter la société argentine. Autrefois icône vivante des descamisados (les « sans-chemises »), Evita ne dort toujours pas et reste aujourd’hui un symbole pour de nombreux mouvements sociaux qui se souviennent, au-delà des ambiguïtés politiques du péronisme, de son amour pour les plus pauvres.

23Dalton Trumbo (Trumbo), film étatsunien de Jay Roach, 2015, 124 min.

24Comme son titre l’indique, Dalton Trumbo appartient au redoutable genre cinématographique du « film biographique », ou biopic en anglais, dont Hollywood use et abuse avec un bonheur inégal, les pavés indigestes l’emportant largement sur les réussites.

25Et pourtant, ce film mérite d’être vu. Le réalisateur Jay Roach, auteur de comédies grand public, s’attaque ici à une des victimes les plus célèbres de la « chasse aux sorcières » anticommuniste du début de la guerre froide : Dalton Trumbo, scénariste et romancier talentueux et engagé, qui affronta avec humour et courage la paranoïa et l’intolérance s’abattant sur les États-Unis et sur lui-même sans renoncer à ses convictions.

26En effet, dès 1947, la HCUA (House Committee on Un-American Activities : commission de la Chambre des représentants sur les activités « anti-américaines ») entreprend de débusquer les « rouges » tapis à Hollywood, ennemis de l’intérieur car membres ou sympathisants du CPUSA (Communist Party of the USA), à l’instar de Trumbo. Le sinistre Mac Carthy sévit alors au sein du Sénat.

27La HCUA dresse une liste de dix noms, les fameux « Dix de Hollywood ». Ceux-ci adoptent une stratégie commune sous l’impulsion de Trumbo, leur leader moral : faire obstacle aux questions inquisitoires de la commission en invoquant le premier amendement garantissant la liberté d’expression et de réunion. Les déclarations de Trumbo, pleines d’ironie et de hauteur de vues, sont restées célèbres. Dépitée, la HCUA se venge en les condamnant pour « outrage » au Congrès : Trumbo écope d’un an de prison. Pendant ce temps, les pontes hollywoodiens excluent des studios les « rouges » réels ou supposés, à grands coups de listes noires. Pas question de ramer à contre-courant, d’autant plus que les producteurs subissent de fortes pressions. Le film malmène au passage l’icône John Wayne. Puis il nous raconte avec délices cette période mémorable de la carrière de Trumbo, durant laquelle il continue à exercer son métier de scénariste sous des pseudonymes, voire des prête-noms. Il travaille notamment pour des producteurs indépendants, les pittoresques frères King, qui ne se préoccupent guère du pedigree de leurs employés pourvu qu’ils fabriquent à la chaîne des scénarios de films de genre et de séries Z, ineptes mais rentables. Durant cette période d’ostracisme et d’exil, qui couvre toutes les années 1950, Trumbo décroche deux oscars sous prête-nom, pour Vacances romaines de William Wyler (1953) et Les clameurs se sont tues d’Irving Rapper (1956).

28Trumbo sort enfin de la clandestinité en 1960 grâce à deux grands films, marquants par leur ampleur et leurs sujets. Le réalisateur Otto Preminger impose tout d’abord qu’il soit nommément crédité pour le scénario d’Exodus, qui narre le combat de survivants de la Shoah pour gagner la Palestine. Puis Kirk Douglas, acteur de convictions et de caractère, en fait de même pour Spartacus, mis en scène par Stanley Kubrick d’après le roman éponyme d’Howard Fast, écrivain lui aussi engagé au CPUSA et placé sur liste noire. Spartacus, un esclave qui brise ses chaînes : tout un symbole.

29La suite de la carrière de Dalton Trumbo est moins intense, jusqu’à ce qu’en 1971 il adapte pour le cinéma son roman Johnny got his gun (Johnny s’en va-t-en guerre), bouleversant pamphlet antimilitariste, son unique film en tant que réalisateur, primé à Cannes. Notons d’ailleurs que Jay Roach et son scénariste John Mac Namara font quelque peu l’impasse sur cet aspect de l’œuvre de Trumbo, jugé peut-être moins consensuel. De même ils évoquent peu les motivations profondes de l’engagement social et politique de Trumbo et des Dix, se contentant d’une allusion à une grève au sein d’Hollywood. En revanche, ils n’oublient pas la scène de réhabilitation, assez convenue mais émouvante, qui permet à Trumbo de récupérer ses oscars et d’exprimer une dernière fois, avec dignité et sans ressentiment, les valeurs pour lesquelles il s’est battu toute sa vie. Elle permet aussi à Hollywood de se réconcilier avec lui-même. De fait le film, centré sur le thème de la liberté d’expression, dénonce avec efficacité, en alternant savamment rire et émotion, la mécanique absurde de la persécution et de l’intolérance, sans sombrer dans l’hagiographie. Sur l’époque du maccarthysme, on peut lui préférer le Good Night and Good Luck de George Clooney, mais le film de Jay Roach a le grand mérite de faire revivre pour un large public la belle figure de Dalton Trumbo, dont nous citerons pour conclure la déclaration la plus célèbre devant la HCUA : « Il y a des questions auxquelles il ne peut être répondu par “oui” ou par “non” que par un imbécile ou un esclave ».

30À méditer, en ces temps de simplisme…

31 Johnny got his gun et Good Night and Good Luck (E.U., 2005) sont disponibles en DVD. Celui de Dalton Trumbo sort en septembre 2016.

32– Le site internet de Ciné-archives propose Les 10 d’Hollywood, film documentaire de John Berry (1950) : <parcours.cinearchives.org/Les-films-758-165-0-0>.

33Howard Fast (1914-2003), figure majeure de la littérature étatsunienne du xxe siècle, est méconnu en France. Signalons :

34 Spartacus, publié en 1951 en plein maccarthysme (Agone, coll. « Infidèles », 2016).

35 Sylvia, très beau roman noir de 1960 (Rivages/Noir n° 85, 1990).

36Being Red, dans lequel il évoque son engagement au sein du CPUSA (Mémoires d’un rouge, Rivages/Noir n° 543, 2005).

Littérature

37Centenaire de la mort d’Octave Mirbeau, « l’imprécateur au cœur fidèle ».

38On doit beaucoup à la Société Octave Mirbeau, fondée en 1993 par Pierre Michel, pour avoir maintenu la flamme mirbellienne. Pierre Michel n’a jamais mesuré ses efforts (ouvrages dont une formidable biographie, Octave Mirbeau, l’imprécateur au cœur fidèle, 1990 ; colloques ; parution chaque année du gros volume des Cahiers Mirbeau) pour montrer la modernité toujours plus pénétrante de cet auteur.

39De plus en plus de chercheurs se sont intéressés à cet écrivain à la fois prolixe (plus de 1 400 articles dans une quarantaine de journaux et revues), remarquable polémiste, découvreur de talents (Marguerite Audoux, Charles-Louis Philippe…), engagé dans toutes les causes humanistes et révolutionnaires de la fin du xixe et du début du xxe siècles, sans oublier le goût pour l’art de ce fin esthète qui défend avec passion les œuvres de Monet, Van Gogh, Rodin et Maillol. Tout ceci fait de lui une véritable incarnation de l’intellectuel engagé et éthique de la Belle Époque, transcendant les frontières des genres et des nations. Des éditions de l’œuvre de Mirbeau existent d’ailleurs dans quarante-trois pays et en trente-deux langues.

Plaque apposée en 2000 sur l’un des piliers du portail de la maison dite du Chêne Vert à Rémalard (Orne).

40La préparation du centième anniversaire de sa mort (16 février 1917) permet de constater l’intérêt que suscite encore cet auteur de combat, mélancolique et enragé dans un monde où beaucoup d’intellectuels se sont repliés sur la sphère de la recherche ou de l’intime et renâclent à s’engager dans les grandes causes collectives.

41Parmi les nombreux hommages, on citera d’abord les colloques universitaires consacrés à Mirbeau, dont quatre sont d’ores et déjà programmés en 2017 :


42– À Paris, au Palais du Luxembourg, le 27 janvier : Octave Mirbeau et la société française de la Belle Époque.

43– À Morlaix, le 11 février : Mirbeau et la Bretagne.

44– À Angers, au château du Plessis-Macé le 31 mars et au Musée des Beaux-Arts d’Angers le 1er avril : Octave Mirbeau, postérité et modernité (titre provisoire).

45– À Debrecen (Hongrie), du 8 au 10 juin : Zola, Mirbeau et le naturalisme.

46Le 25 mars, il y aura une journée d’étude à la Sorbonne, sur Les paradoxes d’Octave Mirbeau. À la BNF, une soirée Mirbeau est prévue pour octobre 2017 avec des lectures par des comédiens. D’autres tables rondes ou conférences devraient être organisées à Grenade, Bruxelles, Lódz et peut-être à Belgrade.

47Au chapitre des publications, de nombreux ouvrages commencent à paraître comme celui de Dominique Bussillet, Octave Mirbeau, la force de la vie. Le livre de Samuel Lair sur Octave Mirbeau et la Bretagne sortira en janvier. Un petit volume sur l’anarchisme de Mirbeau devrait être aussi édité. Un éditeur numérique de l’Eure, La Piterne, publiera les dix romans signés Mirbeau.

48L’Europe ne sera pas en reste avec la traduction allemande de Dans le ciel, chez Weidle Verlag, tandis qu’un numéro spécial de la revue italienne Studi francesi, consacré à Mirbeau, une conscience au tournant du siècle et coordonné par Ida Merello, est prévu en février 2018.

49Enfin, Pierre Michel publiera le tome IV et dernier de la Correspondance générale, un outil indispensable à la connaissance des milieux intellectuels, artistiques et politiques depuis 1862.

50Au théâtre, Rédemption va être créé en Belgique en janvier. Le théâtre de l’Échange a commencé sa tournée avec Les Confidentes, adapté du Journal d’une femme de chambre. La compagnie Œildudo va créer en octobre 2016 à Angers un spectacle Mirbeau intitulé De l’épidémie à la grève ; Bernard Martin va monter L’Épidémie en Basse-Normandie avec une troupe d’amateurs ; Claude Merlin mettra en scène Le Portefeuille à Paris, en février-mars ; Anne Revel-Bertrand prépare un spectacle adapté des lettres à Alfred Bansard et les comédiens de La Tour des représentations de plusieurs farces au théâtre Octave Mirbeau de Triel (en février). Enfin, Bruno Courcelle travaille à un spectacle Mirbeau à Bordeaux. Parmi les reprises, signalons celle de Les Affaires sont les affaires par le théâtre des Célestins, à Lyon, dont la tournée 2017 va commencer par Angers en janvier.

51Du côté du cinéma, après l’adaptation honnête et respectueuse (même si assez plate) de Benoît Jacquot du Journal d’une femme de chambre (2015), deux docufictions sont en préparation. Laurent Canches élabore aussi une libre adaptation de L’Abbé Jules, avec Shirel Amitay.

Préambule du Jardin des Supplices (1899).

52Le grand démystificateur fait néanmoins encore peur et sent le soufre. Soutien fidèle des anarchistes, y compris dans leur révolte la plus radicale, et des artistes et écrivains contestés auxquels il a réussi à rendre justice, il n’a rien de l’intellectuel modéré cantonné dans son expertise quand il dénonce avec rage l’armée, les institutions d’État et le supplice, l’humiliation quotidienne que la république bourgeoise fait endurer aux travailleurs, aux plus pauvres et aux plus démunis.

53Beaucoup de médias et d’institutions prestigieuses, à commencer par le musée d’Orsay qui n’a pas souhaité organiser un parcours Mirbeau et deux conférences, semblent peu désireux d’honorer un auteur toujours dérangeant. Cela ternira leur image s’ils maintiennent leur refus, mais n’enlèvera rien à notre plaisir de (re)découvrir et de (re)lire le grand imprécateur au cœur sensible et de fêter, en honorant sa mémoire, la solidarité et l’émancipation qu’il a toujours appelées de ses vœux.

54Pour réactualiser les informations sur « l’année Mirbeau » : <http://www.mirbeau.org>.

55Romans

56Patti Smith, M. Train, Gallimard, 2016.

57Qui cherchera la rock star mondialement connue dans ce livre ne la trouvera guère : pas plus éloignée du monde du show biz que cet ouvrage aux multiples facettes, qui nous fait découvrir une Patti Smith inconnue. Ce sont de petits textes juxtaposés illustrés par des photos ; pas de chronologie précise entre les récits : le quotidien de l’auteure alterne avec des souvenirs du passé, des récits de voyage, des rêves, par association.

58La vie de Patti Smith à New York est celle d’une femme solitaire, avec ses chats, ses objets familiers. Ses habitudes : aller prendre son petit déjeuner au Café Ino, à sa table attitrée, mais le café va bientôt fermer, regarder des séries policières à la télé. Une vie plutôt fermée donc, mais qui s’ouvre par la magie du rêve et du courrier.

59Le courrier l’envoie aux quatre coins du monde : une invitation à Tanger pour rendre hommage à Paul Bowles et aux écrivains beat ; une autre, du Mexique, qui lui demande de prononcer un discours à la Casa Azul en l’honneur de Frida Kahlo ; plus insolite, le « Club de la dérive des continents », dont Patti Smith est membre, la convoque à sa prochaine réunion à Berlin !

60D’autres voyages lui viennent en mémoire, souvent associés à la mort, au deuil : le voyage de noces avec Fred Smith, en Guyane, sur les traces de Jean Genet, dont elle retrouvera la tombe à Tanger, un autre en Angleterre avec sa sœur, sur la tombe de Sylvia Plath. Les cimetières la hantent : un hiver, elle part pour un long pèlerinage au Japon, à la recherche des tombes de Kurosawa et de l’écrivain Dasaï.

61Patti Smith est un personnage qui aime les symboles et les fétiches ; chaque objet, dans sa chambre, est associé à un souvenir : le petit appât de pêche dont elle se servait dans le Michigan avec Fred, son mari mort, donne vie à un récit émouvant de la vie conjugale passée à Détroit ; une chaise de bureau, héritage du père, rappelle l’enfance de la petite Patricia à Philadelphie entre une mère aimante et un père ouvrier, admiré et distant.

62Les photos qu’elle prend durant ses voyages sont des détails, des objets ; autour de ces objets, le vide, l’absence du sujet qu’ils rappellent et représentent : les béquilles de Frida Kahlo, sa robe mexicaine, l’enseigne du café préféré de Fred dans le Michigan, les sculptures, les plaques, les porte-encens dans les cimetières visités. Patti Smith dit la mort et la solitude à travers l’objet symbolique. Sa solitude : sa table et sa chaise, vides, au café Ino qui a fermé.

63Un rêve insistant revient : celui d’un cow-boy (le livre est dédié à Sam Shepard) qui fait la leçon : « Ce n’est pas facile d’écrire sur rien », dit-il, péremptoire. C’est pourtant ce qu’elle a fait, et c’est une splendide réussite.

64Erri De Luca, Le Plus et le Moins, Gallimard, 2016.

65Un nouveau livre d’Erri De Luca vient de paraître : il s’agit d’un recueil de textes courts qui retracent le parcours biographique de l’auteur, par petites touches, s’arrêtant sur les moments-clés de cette vie riche en rebondissements, mais en insistant surtout sur ce qui en fait l’unité et la cohésion.

66L’enfance à Naples : la vie de quartier, les odeurs d’aubergines à la parmesane, le bagout du coiffeur, les travaux d’éternelle reconstruction d’une ville qui n’en finit pas de renaître de ses cendres.

67Mais cette ville, Erri De Luca la quitte vite. Le jeune homme s’exile vers le nord, d’abord poussé par l’idéal politique des années 68 : hommage à Bob Dylan (« une voix de fils de cuivre »), aux écrivains beat, à la fraternité, née de la conscience d’appartenir à une génération particulière. Pourtant, les villes du nord sont hostiles aux gens du sud : les marchands de sommeil affichent « On ne loue pas aux Napolitains » ; le jeune homme connaît l’errance, la faim, décrites dans un bel apologue du chien abandonné, sauvé par ce qu’il croit être un ange.

68La lutte s’intensifie et se radicalise : c’est la période de Lotta continua. Le jeune homme fait ses choix : la vie dure des chantiers, en Italie du Nord et en France, la découverte de la communauté des émigrés du sud qui construisent une Europe du Nord qui les exclut ; et, à côté, l’action politique, l’écriture, la lecture. D’ouvrier autodidacte, Erri De Luca devient peu à peu un intellectuel, un écrivain engagé.

69Retour à Naples : le père, devenu aveugle, a le temps de prendre dans ses mains le premier livre du fils, qui le lui lira à voix haute. L’amour qui le lie à ses parents passe par les livres. La chambre de l’enfant était la bibliothèque du père et la chambre dans laquelle mourra le père est pleine de livres : moments émouvants de l’agonie du père, veillé par son fils.

70Pour Erri De Luca, la maturité est une ascèse ; il se plonge dans l’étude de l’hébreu des textes sacrés, qu’il lit chaque matin et où, sans être croyant, il trouve des échos à ses propres principes de vie : l’exigence du respect et de l’accueil de l’étranger, qu’il cite dans le Lévitique, la parabole de l’aveugle des Évangiles qu’il réécrit en hommage au père mort.

71La pratique de l’alpinisme est aussi pour lui l’occasion d’une méditation : de très belles pages sont consacrées à l’escalade, cette lutte de tout le corps contre la paroi rocheuse, à l’harmonie lointaine des paysages de montagne, qui poussent l’homme à la conquête de cet espace entre terre et ciel.

72Le recueil se clôt sur un envoi poétique en trois temps, qu’il intitule « Gabarit réduit » : un « discours à la jeunesse », loin de tout moralisme d’un homme qui dit n’avoir aucune expérience ; une ode charmante à son pied : le meilleur de lui-même ? ; et enfin, un court poème qui célèbre la « miette de bonheur » qu’il faut saisir au vol.

73Ce livre décrit une quête, un mouvement spirituel, qui pousse un homme, plongé dans le bouillonnement du monde, à s’en extraire peu à peu, sans rien renier de ses engagements. Ce mouvement est poétique aussi, car le style peu à peu s’épure, se condense, devient presque abstrait : du grand art.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Varus, huile et acrylique sur toile de jute, Collection Van Abbemuseum, Eindhoven, 1976.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Plaque apposée en 2000 sur l’un des piliers du portail de la maison dite du Chêne Vert à Rémalard (Orne).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Préambule du Jardin des Supplices (1899).
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/5469/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Ls Cahiers recommandent... », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 132 | 2016, 253-266.

Référence électronique

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Ls Cahiers recommandent... », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5469

Haut de page

Auteurs

Anne Kienast

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page