Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Thomas Noirot et Fabrice Tarrit (coord.), Françafrique. La famille recomposée

Paris, Éditions Syllepse, 2014, 220 p.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Thomas Noirot et Fabrice Tarrit (coord.), Françafrique. La famille recomposée, Paris, Éditions Syllepse, 2014, 220 p.

Texte intégral

1Depuis le début des années 2000, la mort de la Françafrique est régulièrement annoncée. Certains signes laisseraient, en effet, penser qu’une page a été tournée en même temps que s’éteignait une génération : le décès en 1996 de François Mitterrand, dont le second mandat restera irrémédiablement entaché par son engagement du côté des génocidaires rwandais ; la disparition l’année suivante de Jacques Foccart, qui fut le maître d’œuvre d’un système prédateur et mafieux, inventé à l’époque des indépendances pour maintenir sous tutelle les anciennes colonies ; l’effacement enfin de hauts responsables politiques comme Jacques Chirac ou Charles Pasqua, dont les réseaux portèrent à des sommets ces compromissions criminelles de la République française avec les dictatures de son « pré carré ».

2La volonté de rompre avec ces pratiques passéistes fut ainsi affichée en 2007 par le candidat Sarkozy, au nom d’une soi-disant « modernisation des relations franco-africaines » dont l’affligeant discours de Dakar (26 juillet 2007) nous révéla les arrière-pensées. De fait, dissipant la légère cosmétique de propos initiaux rassurants, le quinquennat du promoteur de la « droite décomplexée » fut aussi celui d’une Françafrique libérée de ses inhibitions, où l’entretien de connivences scandaleuses (avec des chefs d’État aussi peu recommandables qu’Omar Bongo ou Kadhafi) se doubla du « retour en grâce de réseaux économiques, politiques et affairistes incarnés par des proches du président, les hommes d’affaires Vincent Bolloré et Martin Bouygues, les conseillers Claude Guéant, Brice Hortefeux et Patrick Balkany, sans oublier l’avocat franco-libanais Robert Bourgi » (p. 20).

3La victoire de François Hollande en 2012 mettait à nouveau à l’ordre du jour un changement radical dont se faisait écho l’engagement n° 58 du candidat « socialiste » : « Je romprai avec la Françafrique, en proposant une relation fondée sur l’égalité, la confiance et la solidarité ». En guise d’aggiornamento, force est de constater que la Françafrique reste aujourd’hui une réalité, bien ancrée dans la norme des relations franco-africaines, d’autant plus nuisible qu’elle s’avère capable de s’adapter aux nouvelles configurations économiques et géostratégiques, comme aux critiques de plus en plus nombreuses qui la prennent pour cible : la famille françafricaine a traversé des tourmentes et connu quelques fêlures, certes, mais elle a su rapidement se recomposer.

  • 1 Samuël Foutoyet, Nicolas Sarkozy, la Françafrique décomplexée, Bruxelles, Tribord, 2009.
  • 2 François-Xavier Verschave, La Françafrique. Le plus long scandale de la République, Stock, 1998.

4Après avoir, dès 2009, réalisé un travail mettant en lumière la continuité de la politique africaine de la France au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy1, l’association Survie propose avec ce petit livre un décryptage de la période 2012-2014, qui illustre le décalage de plus en plus flagrant entre les discours de rupture et la pérennisation du système. Les auteurs ont choisi d’examiner séparément les trois pouvoirs qui collaborent à ce que François-Xavier Verschave appelait « le plus long scandale de la République »2 les « trois E » (Élysée, État-major, Entreprises) –, avec la nébuleuse de réseaux plus ou moins officiels qui les relient entre eux.

  • 3 Sur ce thème, lire Alain Gabet et Sébastien Jahan, « Les faits sont têtus : vingt ans de déni sur l (...)

5La première partie, due à Fabrice Tarrit, rappelle les compromissions passées du PS avec la Françafrique et le caractère marginal ou superficiel de sa ligne réformatrice en matière de relations franco-africaines. L’arrivée au pouvoir de François Hollande n’entraîne donc pas le changement de cap promis, les ministres concernés (Laurent Fabius, Jean-Yves Le Drian), comme leurs conseillers, appartenant au camp des « conservateurs », bien introduits auprès des potentats africains. La ligne diplomatique choisie ressemble donc à s’y méprendre à celle des mandats précédents et l’exécutif garde la mainmise sur les dossiers sensibles. Si des opposants aux chefs d’État du « pré carré » sont plus souvent reçus par le président français que par le passé, c’est moins pour les encourager dans leur lutte que pour donner le change : des despotes notoires continuent à défiler à l’Élysée (à commencer par Ali Bongo dès le 5 juillet 2012) et s’empressent d’utiliser cette caution auprès de leur opinion publique. L’auteur signale aussi (p. 54-55) l’obstination du gouvernement à nier toute responsabilité de la France lors du génocide perpétré en 1994 au Rwanda – alors même que les preuves d’une complicité s’accumulent3 –, jusqu’à commettre, à l’occasion des commémorations d’avril 2014 ce sidérant affront aux victimes en annulant le déplacement à Kigali de la garde des Sceaux, Christiane Taubira. Mais le signe le plus spectaculaire de l’inconsistance des promesses de changement est évidemment le retour des pratiques interventionnistes avec, véritable cas d’école, l’opération « Serval » au Mali, déclenchée au mois de janvier 2013.

6Cette dernière est plus précisément analysée par Raphaël Granvaud dans la deuxième partie. « Serval » se situe dans le sillage d’une ingérence militaire qui fut remise au goût du jour par Nicolas Sarkozy et affublée d’une communication plus attentive à préserver l’image de la France. La nouveauté résidait également dans la récupération, dès 2010, de la rhétorique antiterroriste des néoconservateurs étatsuniens pour justifier le redéploiement du dispositif français en zone sahélienne. Avec le Mali, François Hollande – conseillé par le général Puga, ancien chef d’état-major de Sarkozy – reprend ces slogans martiaux à son compte et endosse la panoplie de chef de guerre contre le terrorisme. La France bénéficie alors d’un prétexte de choix pour repositionner ses forces armées dans plusieurs pays d’Afrique, soumettant même, nous dit l’auteur, le Mali à une quasi-recolonisation : « L’armée malienne sera à disposition de l’armée française qui agira comme chez elle, sans avoir de comptes à rendre aux autorités maliennes. On ne saurait imaginer recul plus important en matière de tutelle militaire, sauf à recoloniser officiellement le pays » (p. 140). La guerre au Mali aura, en outre, servi à remettre en selle le tyran tchadien Idriss Déby, dont la participation aux opérations conduites par la France entretient la longévité politique tout en accréditant le mythe d’un multilatéralisme.

7Le troisième volet de l’ouvrage, co-écrit par Thomas Deltombe, Alain Deneault, Thomas Noirot et Benoît Orval, s’attache à nuancer la thèse convenue d’une mondialisation et d’un capitalisme apatride dans lesquels les intérêts françafricains auraient fatalement fini par se dissoudre à la fin du xxe siècle. Il examine aussi les conséquences de la « nouvelle ruée vers l’Afrique » que l’on prétend avoir surtout profité aux Chinois, dont la concurrence effrénée coûterait de nombreuses parts de marché aux multinationales françaises sur le continent. En réalité, les groupes chinois se positionnent sur des activités où les entreprises françaises ne sont que peu présentes, quand ils ne favorisent pas, dans certains cas, les affaires de prestataires de services hexagonaux (comme Bolloré dans le domaine de la logistique portuaire ou ferroviaire). Dans tous les cas, le contexte de forte croissance de l’économie africaine amortit les effets de la concurrence chinoise en permettant aux entreprises françaises d’accroître leurs profits : même quand la part du gâteau diminue, « cela n’empêche pas de se goinfrer… si la taille du gâteau augmente » (p. 179) ! Enfin, contrairement à la Chine, la France jouit encore d’atouts spécifiques comme le maintien de la tutelle monétaire grâce au franc CFA, les liens privilégiés avec des chefs d’État qui autorisent certains chantages, ainsi qu’une indéniable influence socioculturelle (la coopération, le réseau des centres culturels et des lycées français, les médias francophones…), véritable instrument d’un soft power au service de sa politique économique. Cet héritage colonial est aussi bien souvent mis à disposition de l’oligarchie financière transnationale, dont les intérêts se confondent de plus en plus avec ceux des habituels rentiers de la Françafrique.

8Au final, si la présidence de François Hollande a bien commencé sous le signe d’une normalisation, ce n’est pas celle des relations franco-africaines, mais plutôt celle d’une Françafrique régénérée, banalisée, comme « entrée dans l’ordre des choses » (p. 210), à grand renfort de communication pour légitimer le retour de la domination française. Un constat inquiétant qui marquerait, selon les auteurs, « un recul significatif dans le combat idéologique contre le néocolonialisme en Afrique ». Les deux années écoulées depuis la parution du livre leur donnent malheureusement raison. Citons la bénédiction accordée par Paris au frauduleux référendum congolais d’octobre 2015, qui a récemment permis la réélection de Denis Sassou-Nguesso (au pouvoir depuis 1979), l’installation à N’Djamena du poste de commandement de l’opération « Barkhane » (qui a succédé en août 2014 à « Serval »), confortant Idriss Déby dans sa posture de défenseur de la « stabilité » dans la région sahélienne, ou encore les silences assourdissants des dirigeants français sur les violations flagrantes des droits humains au Tchad, au Gabon ou à Djibouti…

Haut de page

Notes

1 Samuël Foutoyet, Nicolas Sarkozy, la Françafrique décomplexée, Bruxelles, Tribord, 2009.

2 François-Xavier Verschave, La Françafrique. Le plus long scandale de la République, Stock, 1998.

3 Sur ce thème, lire Alain Gabet et Sébastien Jahan, « Les faits sont têtus : vingt ans de déni sur le rôle de la France au Rwanda », dans Cahiers d'histoire, n° 128, p. 163-186 et n° 129, p. 153-173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Thomas Noirot et Fabrice Tarrit (coord.), Françafrique. La famille recomposée », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5459

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page