Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Matthieu Renault, C.L.R. James, La vie révolutionnaire d’un « Platon noir »

Paris, Éditions La Découverte, 2015, 228 p.
Jean-Paul Salles
Référence(s) :

Matthieu Renault, C.L.R. James, La vie révolutionnaire d’un « Platon noir », Paris, Éditions La Découverte, 2015, 228 p.

Texte intégral

1Son œuvre ayant bénéficié d’un écho important dans le monde anglo-saxon après sa mort, C.L.R. James (1901-1989) est beaucoup moins connu en France. Seul son livre Les Jacobins noirs (1938) a été traduit en français par Pierre Naville (1949).

2Né à Trinidad, dans les Antilles anglaises, descendant d’esclaves, boursier, James était familier de la littérature anglaise (de Shakespeare à Dickens), mais il était nourri aussi de culture classique, méditant sur la communauté miniature qu’était la cité-État (la Polis) grecque, d’où le sous-titre du livre « Un Platon noir ».

3Mais, arrivé en Grande-Bretagne en 1932, James découvre la classe ouvrière et le marxisme. Engagé au Labour Party (LP), fasciné par le livre de Trotsky récemment traduit en anglais, Histoire de la révolution russe, il rejoint la scission gauche du LP, l’Independent Labour Party (ILP), dont est également membre George Orwell. Là, il fait partie de la fraction trotskyste, le Marxist Group, très cosmopolite, dont il est un des deux délégués au congrès de fondation de la IVe Internationale, en 1938. Ayant sympathisé avec les deux délégués américains, James P. Cannon et Max Shachtman, il se rend aux États-Unis à leur invitation dès la fin de 1938. Parti pour quelques mois, il y restera jusqu’en 1953, date de son expulsion à l’époque du maccarthysme. Militant du Socialist Workers Party (SWP), l’organisation trotskyste américaine, il s’intéresse à la question noire. Déjà, à Londres, il avait intégré la League of Coloured People (LCP). L’agression de l’Éthiopie par l’Italie fasciste en 1935 l’avait amené à participer à la fondation de l’International African Friends of Abyssinia (IAFA), avec notamment Jomo Kenyatta. Il appelait à l’union entre ouvriers des métropoles et peuples colonisés dans le journal de l’ILP. Déjà sa pensée se définit en rupture avec un marxisme orthodoxe largement aveugle à la spécificité de l’oppression coloniale raciale. Il est persuadé qu’aux États-Unis les Noirs doivent déterminer eux-mêmes leur propre avenir, doivent disposer de leur propre organisation. Ce débat est mené au sein du SWP en parallèle avec la discussion sur la nature de l’Union soviétique : État ouvrier où les conquêtes d’octobre n’ont pas été totalement remises en question, méritant d’être défendu pour les uns (Cannon et les orthodoxes) ou nouveau type de régime, ni socialiste, ni capitaliste, dominé par une nouvelle classe, la bureaucratie, pour les autres (Shachtman, avec qui James scissionne en avril 1940 pour fonder le Workers Party [WP]).

4Bien vite, à l’intérieur du WP, James crée une tendance, la Johnson-Forest Tendency, avec Raya Dunayevskaya, militante/théoricienne d’origine ukrainienne. Ils développent une troisième thèse, l’URSS comme capitalisme d’État, un régime totalitaire qui ne mérite pas d’être défendu, car la classe ouvrière y est exploitée. Par contre ces militants se donnent comme objectif de stimuler/épouser l’auto-activité des masses ouvrières, minorant le rôle du parti d’avant-garde. Persuadés que les masses peuvent parler, penser, agir en leur propre nom, ils partagent les préoccupations de « Socialisme ou Barbarie » (SouB). Ce courant, présent en France, issu lui aussi du trotskysme, incarné notamment par Cornelius Castoriadis (1922-1997), publie les textes des « Johnsonites », accordant ainsi une grande place aux récits sur la condition ouvrière américaine (voir François Dosse, Castoriadis. Une vie, La Découverte, 2014, p.  105 et 111-112).

5Mais James, ce « Caribéen britannique » – comme journaliste, il était un réel spécialiste du cricket, auquel il consacra un livre –, ne perd pas de vue la révolution coloniale. Anciennement lié à Kwame Nkrumah, dont il est un moment le conseiller, il est au Ghana pour la fête de l’indépendance en mars. Revenu au pays natal (Trinidad) en 1958, il est là aussi, pendant peu de temps, rédacteur en chef de The Nation, le journal du People’s National Movement (PNM). Au Ghana comme à Trinidad, il regrette le développement de tendances antidémocratiques (bureaucratie, corruption). Autorisé à rentrer aux États-Unis après 1968, il y devient professeur, conférencier, dénonçant le « préjugé racial », véritable pathologie affectant le bien-être matériel et la santé morale de tout un peuple.

6« Platon noir », mais en même temps rétablissant les masses colonisées-racialisées au rang de sujets de lhistoire, il nest pas étonnant que sa pensée retrouve de lactualité, notamment chez les tenants des études postcoloniales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Salles, « Matthieu Renault, C.L.R. James, La vie révolutionnaire d’un « Platon noir » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5455

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Salles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page