Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre

Paris, Vendémiaire, 2015, 352 p.
Aude-Marie Lalanne-Berdouticq
Référence(s) :

Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre, Paris, Vendémiaire, 2015, 352 p.

Texte intégral

1Dans son Histoire des garçons et des filles, Régis Revenin, maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université Paris-Descartes, se penche sur les relations amoureuses et sexuelles des jeunes dans la France des Trente Glorieuses. Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2012, cet ouvrage remet en cause l’idée selon laquelle mai 1968 aurait constitué une révolution des pratiques sexuelles, une ère de libération succédant à une période conservatrice. L’étude sappuie sur deux fonds darchives inédits. Les dossiers individuels des jeunes garçons placés au Centre d’observation public de l’éducation surveillée (COPES) de Savigny-sur-Orge entre 1945 et 1972 donnent accès à la parole de jeunes déviants de toutes origines sociales. Les dossiers de procédure correctionnelle et criminelle des archives départementales de Paris permettent une approche plus traditionnelle, par des sources judiciaires, telle que l’a menée Anne-Marie Sohn dans Sois un homme, son ouvrage pionnier sur la masculinité du xixe siècle. Régis Revenin s’intéresse donc à la fois aux mineurs « en danger », pris en charge au civil, et aux délinquants, relevant du pénal, pour tenter de définir la norme à partir des pratiques qui se développent à sa marge. À ces archives, qui accordent une place privilégiée à la jeune parole masculine, s’ajoute un vaste échantillon de sources secondaires, des enquêtes et sondages commandées par le ministère de l’Éducation nationale aux supports d’une culture adolescente nouvelle qui construit ses propres codes à travers la littérature de jeunesse, la radio ou encore le cinéma.

2Régis Revenin dessine ainsi les contours d’une sexualité et de rencontres amoureuses adolescentes marquées par une nouvelle permissivité dans la continuité de l’érosion de la pudeur amorcée à la Belle Époque. Il s’attarde d’abord sur « l’éducation sexuelle informelle » (chapitre 1), les supports et les pratiques par lesquelles on tente de s’initier à la sexualité en contournant le silence des familles. Il évoque ensuite les débats qui ont agité les médias concernant « l’éducation sexuelle à l’école » (chapitre 2) et la mixité. Le désir de voir les enfants accéder au savoir sur la sexualité se trouve confronté à la force du discours moral visant la préservation de la jeunesse. Un troisième chapitre est consacré à l’émergence d’une culture adolescente qui renouvelle les codes de la séduction avec des pratiques, comme le flirt, et des moments propices à la rencontre amoureuse, comme les surboums. L’auteur s’intéresse ensuite aux « amitiés et amours entre garçons » (chapitre 4) en se penchant sur une homosexualité masculine juvénile encore peu étudiée. Dans la France des Trente Glorieuses, l’émergence d’une culture homosexuelle se dispute à la réaffirmation de la norme hétérosexuelle. Dans un cinquième chapitre, intitulé « coïts », cest la rencontre sexuelle qui est évoquée. Quoique facilitée, elle continue à faire peser les contraintes du genre davantage sur les filles que sur les garçons. Les interdits entourant la sexualité féminine semblent se lever mais celle-ci reste liée à l’investissement émotionnel et à l’engagement conjugal. D’autant que la révolution sexuelle sert désormais d’argument à une conquête masculine qui s’appuie sur les contradictions de systèmes de valeurs bousculés. Les jeunes filles sont désormais invitées à – ou sommées de – céder au nom d’une libération des mœurs dont il s’agit de prendre acte. Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, on apprend qu’« on ne naît pas viril, on le devient ». L’auteur analyse plus précisément la masculinité des jeunes garçons. Il y décrit un idéal viril renforcé par la montée des prescriptions médicales et psychologiques. Peu d’hommes réussissent à l’incarner, mais il pèse sur la possibilité d’exprimer ses affects et d’échapper à l’injonction de la performance et de la réalisation urgente du désir hétérosexuel.

3Malgré un souci constant de la nuance et une réelle finesse de l’analyse, Une Histoire des garçons et des filles reste avant tout une histoire des garçons. Tissé de références à Michel Foucault ou Simone de Beauvoir, l’ouvrage s’intéresse finement aux coûts de la domination tout en rappelant le poids des privilèges masculins. Il ne cesse de nuancer et relativiser les libérations des Trente Glorieuses en insistant notamment sur le caractère aliénant des identités sexuées. En fait de libération sexuelle, on assiste davantage à une mise en avant du corps féminin, du plaisir masculin et de la sexualité hétérosexuelle. Les trajectoires individuelles restent dépendantes de scenarii qui bornent le champ des possibles et au sein desquels les normes de genre occupent une place prépondérante. Régis Revenin rappelle ainsi que le genre n’est pas seulement une construction et une organisation sociale de la différence des sexes. Il est aussi un rapport hiérarchique qui se surajoute à d’autres effets de domination. L’auteur, et cela contribue à la grande richesse de son étude, évite tout discours généraliste sur le sexe ou les pratiques sexuelles en prenant soin de les différencier selon le genre, l’âge, mais aussi la classe sociale ou l’origine des adolescents qu’il observe. Sous le discours apparemment neutre, il décèle la présence d’un discours dominant qui, loin d’être universel, est toujours situé : un discours masculin, blanc, bourgeois et hétérosexuel.

4L’ouvrage insiste sur le rôle des institutions normatives, comme la médecine ou la justice, dans la persistance d’un discours moral sur la sexualité. Il ouvre ainsi le champ à des analyses qui mettraient l’accent sur les acteurs d’autres institutions au cœur de la fabrique de l’hétérosexualité et des normes de genre. L’influence des entrepreneurs de morale que sont les instituteurs et les curés, et le rôle des organisations de jeunesse, pourraient ainsi considérablement enrichir cette étude qui se déploie dans un contexte de concurrence entre l’Église et l’État en matière d’éducation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude-Marie Lalanne-Berdouticq, « Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5452

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page