Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christian Tessier, Daphné Dedet, Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté

Craponne-sur-Arzon, La Clé du chemin, 2015, 256 p.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

Christian Tessier, Daphné Dedet, Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté, Craponne-sur-Arzon, La Clé du chemin, 2015, 256 p.

Texte intégral

  • 1 Amicale de Mauthausen, <http://www.campmauthausen.org/enseigner/>, consulté le 12/08/2015.

1Cet ouvrage aborde le parcours des hommes internés au camp du Loibl-Pass. Christian Tessier est le petit-fils de Joseph Emery, ancien déporté du camp. Selon les auteurs, l’activité de ce camp constitue un exemple de marchandisation du système concentrationnaire nazi au cours de la dernière phase de son développement, lors de la Seconde Guerre mondiale. Le Loibl-Pass était un camp de travail, annexe du camp de concentration de Mauthausen, situé à la frontière de l’Autriche et de la Yougoslavie (p. 7). Les déportés y furent contraints de creuser un tunnel entre l’Autriche et la Slovénie, dans le massif des Karawanken, de 1943 à 19451. Aujourd’hui, ce tunnel est utilisé par les touristes. Les auteurs ont judicieusement divisé leur ouvrage en deux parties : la première est consacrée à la vie dans le commando du Loibl-Pass, la deuxième à la libération et à l’engagement de douze déportés aux côtés de la résistance yougoslave. En introduction, les auteurs rappellent que le but de ce commando fut de creuser un tunnel reliant la Carinthie en Autriche à la région de Gorenjska en Slovénie. La firme Universale Hosch und Tiefbau AG avait obtenu du Reich la mise à disposition de déportés du camp de Mauthausen. Ces hommes constituaient une main-d’œuvre corvéable. Il s’agissait, bien sûr, de travail forcé, de réduire ces hommes à l’état d’esclaves.

2Le camp du Loibl-Pass

3Les auteurs rappellent le but du camp de Mauthausen, dont viennent les hommes sélectionnés pour le Loibl-Pass : l’extermination, y compris par le travail (p. 26). Les administrateurs de la machine concentrationnaire nazie ont soin de retenir pour ce travail forcé des hommes ayant déclaré la profession de mineur, ou en lien avec le métier de mineur. Puis, certains hommes robustes sont sélectionnés et la description de leur auscultation est emblématique de cette entreprise de déshumanisation des déportés. Ainsi sont-ils auscultés comme s’ils étaient des bêtes de somme (p. 26-27). Dans un premier temps, les déportés sont utilisés pour le déboisement des forêts, côté slovène comme autrichien. Enfin, le 4 décembre 1943 a lieu la jonction entre les deux tunnels. Les auteurs mentionnent plusieurs responsables de ce camp, tel le premier commandant du camp du Loibl-Pass, Julius Ludolf (1893-1947), redouté pour sa cruauté. Il sera condamné à mort par une cour militaire américaine le 13 mai 1946, puis exécuté à la prison de Landsberg en Bavière, le 28 mai 1947. Son successeur fut le Hauptscharführer SS Jakob Winkler (1892-1948). Le 10 novembre 1947, un tribunal militaire anglais le condamnera à mort par pendaison, et il sera exécuté en mars 1948. Sigbert Ramsauer fut médecin des troupes SS de Tchécoslovaquie et de Pologne. Il n’aura aucun état d’âme pour tuer des déportés en leur injectant de l’essence dans le cœur. Il est mentionné une accusation à son encontre le rendant responsable de la mort de plus de 700 détenus. Les auteurs mentionnent des détails prouvant sa cruauté. Il sera condamné à l’emprisonnement à vie par le tribunal militaire de Klagenfurt. Car s’il n’y eut pas d’assassinat de masse au Loibl-Pass, néanmoins les SS, comme le signalent les deux auteurs, ne se privèrent pas de tuer les déportés de leur choix. La déshumanisation des déportés prend parfois le visage de comportements résultant de souffrances et de privations intenses, comme le montre l’histoire de ce déporté que ses camarades surnomment « Trompette ». Ce dernier, taraudé par une faim chronique, ira jusqu’à engloutir le repas des chiens (p. 50). Cependant, ces hommes savent faire preuve de solidarité afin de conserver leur dignité et, in fine, leur humanité : les communistes créent un front national de résistance, les dirigeants du comité demandent aux déportés quelques éléments de nourriture à redistribuer aux plus faibles (p. 51). Il y a également treize évasions ou tentatives d’évasion au Loibl-Pass. Certaines évasions se terminent tragiquement, comme celle du déporté Scilowski le 19 avril 1944, qui après un périple est capturé par les SS le 25 avril. Après avoir été roué de coups, il est exécuté cruellement (p. 90-92). D’autres évasions sont plus chanceuses : celle de Jean-Baptiste Chevallier, un jeune alpiniste savoyard qui réussit à rejoindre les partisans yougoslaves et terminera le conflit à leurs côtés (p. 103-104). Les auteurs signalent encore qu’au cours des vingt-trois mois d’existence du Loibl-Pass, on dénombre moins de quarante décès, mais ce chiffre ne prend en compte que des données partielles (p. 63). Comme le mentionnent les auteurs, les déportés malades ou considérés comme inaptes au travail sont envoyés à Mauthausen (p. 63). Les mauvais traitements et assassinats perpétrés par les nazis dans ce camp sont décrits avec précision, et à chaque fois les auteurs mettent un nom et une personne derrière chaque souffrance, ce qui permet de réintégrer dans la mémoire collective ces vies brisées et assassinées.

4La fin du camp

  • 2 Voir Daniel Blatman, Les marches de la mort : la dernière étape du génocide nazi, été 1944-printemp (...)
  • 3 Sur Henri Hochman : <http://www.monument-mauthausen.org/spip.php?page=print-fiche&id_article=3596>, consulté le 29/09/2015.

5La deuxième partie de l’ouvrage aborde la fin du camp de travail et l’engagement de certains déportés au sein de la résistance yougoslave. Les déportés sont contraints à une marche éprouvante les 7 et 8 mai 1945. Ces dispositifs ne sont pas sans évoquer les fameuses « marches de la mort » que les SS imposèrent aux déportés en Pologne pour tenter de dissimuler aux alliés les crimes de masse dont ils s’étaient rendus coupables2. Enfin, les partisans yougoslaves maîtrisent les SS qui escortaient les déportés (p. 130). Pour terminer, l’ouvrage aborde la création de la Brigade Liberté. Cette brigade est constituée de 122 volontaires parmi lesquels des communistes et des gaullistes (p. 133), avec pour objectif de libérer le pays des derniers nazis, en lien avec la résistance yougoslave. Le passage consacré au rapatriement de ces hommes (p. 203-213) comporte le témoignage sous forme de journal intime d’un membre de la Brigade Liberté, Henri Hochman3. En annexe, les auteurs publient la liste des membres de cette brigade, provenant de l’ambassade de Yougoslavie en 1946.

  • 4 étienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire, Genève, Droz ; Paris, diffusion Champion (...)

6Cet ouvrage est un témoignage précis et émouvant sur le parcours de ces hommes qui connurent le pire, mais choisirent de résister. « La liberté met de la vaillance dans le cœur de ceux qui la défendent » soulignait Étienne de La Boétie (1530-1563)4.

Haut de page

Notes

1 Amicale de Mauthausen, <http://www.campmauthausen.org/enseigner/>, consulté le 12/08/2015.

2 Voir Daniel Blatman, Les marches de la mort : la dernière étape du génocide nazi, été 1944-printemps 1945, Paris, Fayard, 2009, 590 p.

3 Sur Henri Hochman : <http://www.monument-mauthausen.org/spip.php?page=print-fiche&id_article=3596>, consulté le 29/09/2015.

4 étienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire, Genève, Droz ; Paris, diffusion Champion, 1987, 84 p., p. 37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Christian Tessier, Daphné Dedet, Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5449

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page