Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean Batou, Quand l’esprit de Genève s’embrase. Au-delà de la fusillade du 9 novembre 1932

Lausanne, Éditions d’En-bas, 2012, 528 p.
Nicolas Martignoles
Référence(s) :

Jean Batou, Quand l’esprit de Genève s’embrase. Au-delà de la fusillade du 9 novembre 1932, Lausanne, Éditions d’En-bas, 2012, 528 p.

Texte intégral

1Au soir du 9 novembre 1932, une manifestation antifasciste est organisée à Genève contre la tenue d’un meeting de l’Union nationale (UN). Ce parti d’extrême droite dirigé par Georges Oltramare a délibérément choisi la confrontation avec le Parti socialiste genevois (PSG) en organisant une « mise en accusation » de deux de ses responsables, Léon Nicole et Jacques Dicker. Les deux hommes sont en effet à la tête d’une organisation politique particulièrement pugnace, plus à gauche que la structure fédérale du Parti socialiste suisse (PSS). Elle fait l’objet d’une violente détestation de la part de la bourgeoisie genevoise, qui s’inquiète de son enracinement dans le canton, favorisé par la crise économique partie des États-Unis en 1929.

2Bien que la manifestation ne revête aucun caractère révolutionnaire, elle provoque une mobilisation générale de l’armée dans le canton de Genève. Aux abords de la salle communale de Plainpalais, qui abrite le meeting de l’UN, le lieutenant Raymond Burnat lance ses hommes en file indienne dans la foule des manifestants : des échauffourées éclatent, les soldats reçoivent des jets de poivre, certains perdent même leurs armes qui sont brisées par les manifestants. Dans l’obscurité de novembre, le lieutenant Burnat commande le feu : on dénombre treize tués et une centaine de blessés parmi les manifestants et les badauds.

3Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lausanne, Jean Batou revient dans son livre sur cet événement tragique, à première vue surprenant pour quiconque se rappelle que Genève accueille alors la conférence du désarmement, ainsi que le siège de plusieurs organisations internationales favorables à la paix, parmi lesquelles la Société des nations, le Bureau international du travail et la Croix-Rouge. Conscient de la longueur de son ouvrage, l’auteur annonce au lecteur dès les premières pages un « patient périple dans l’espace et dans le temps ». La patience est effectivement de rigueur pour aborder le prologue consacré aux sombres caractéristiques politiques, économiques et culturelles de l’année 1932 à l’échelle mondiale. Il en va de même pour les deux premiers chapitres, récit méticuleux des événements qui précèdent la fusillade du 9 novembre. Si le scénario de celle-ci n’est pas fondamentalement revu par Jean Batou, sa lecture permet cependant d’apprendre qu’aucun coup de feu n’a été tiré sur l’armée, qui porte donc la responsabilité de la tuerie.

4Les chapitres suivants renvoient davantage au sous-titre du livre, « Au-delà de la fusillade du 9 novembre 1932 ». Il s’agit d’une précision importante, dans la mesure où l’étude porte essentiellement sur la situation politique et sociale à Genève dans les années 1930. Les pages les plus convaincantes sont celles consacrées aux caractéristiques de la bourgeoisie genevoise, que Jean Batou désigne sous le terme de « patriciat ». Ce choix est parfaitement justifié, puisqu’il s’agit d’un groupe social au renouvellement restreint, s’inscrivant dans un temps long remontant à l’époque de Calvin. L’auteur note d’ailleurs que « les principaux dirigeants de l’appareil politique et judiciaire se connaissent personnellement », ainsi qu’en témoignent les notices biographiques situées à la fin de l’ouvrage, aussi nombreuses qu’instructives.

5La fin de l’ouvrage amène Jean Batou à revenir sur l’historiographie de la fusillade du 9 novembre 1932 : il réfute la thèse des « responsabilités partagées » défendue par les travaux précédents, qui renvoient dos à dos l’extrême droite et les franges les plus combatives de la gauche genevoise à laquelle il appartient. Elle fait aussi une brève présentation de la gauche suisse après la Seconde Guerre mondiale, marquée par l’antimilitarisme mais aussi par la marginalisation de Léon Nicole en raison de son soutien à l’URSS. Le vieux leader socialiste meurt malade et oublié de tous en 1965.

6Le sujet abordé par Jean Batou a déjà été abondamment traité, ainsi qu’en témoigne l’imposante bibliographie à la fin de son ouvrage. Bien qu’il mette en avant l’utilisation de sources nouvelles, notamment des articles du journal anarchiste Le Réveil, l’auteur ne revisite pas réellement l’événement : il en fait le point de départ d’une monographie particulièrement dense, dont le principal mérite, l’un des fils conducteurs aussi, est de montrer que « l’esprit de Genève » se double d’un esprit genevois dominé par une bourgeoisie conservatrice, consciente de constituer une classe aux intérêts spécifiques et prête au rapport de forces pour les maintenir. Le livre est illustré d’un plan du quartier de Plainpalais, où a eu lieu la fusillade du 9 novembre 1932, ainsi que de plusieurs photographies et dessins réalisés au cours du procès des responsables de la manifestation antifasciste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Martignoles, « Jean Batou, Quand l’esprit de Genève s’embrase. Au-delà de la fusillade du 9 novembre 1932 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5446

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page