Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Olivier Ihl, La barricade renversée. Histoire d’une photographie, Paris 1848

Paris, 2016, Éditions du Croquant, coll. « Champ social », 148 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Olivier Ihl, La barricade renversée. Histoire d’une photographie, Paris 1848, Paris, 2016, Éditions du Croquant, coll. « Champ social », 148 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage d’Olivier Ihl constitue à la fois une enquête sur un objet singulier (une photographie de barricade en 1848), un parcours dans un quartier de Paris (la rue du Faubourg-du-Temple et sa population politisée), ainsi que l’expression d’une béance politique en train de s’agrandir (entre ceux qui souhaitent aller au bout du processus révolutionnaire et ceux qui y renoncent). Cette triple problématique est nouée de mille fils qui réunissent l’essor de la technologie photographique, les combats militaires dans les rues insurgées, les solidarités de classe, le surgissement des forces politiques latentes…

2Olivier Ihl commence par saisir la matérialité la plus brute de son objet de recherche. Le daguerréotype, pris en hauteur, d’une série de trois barricades bloquant la rue du Faubourg-du-Temple est attribué à un certain Thibault. C’est par le fabricant de l’empreinte photographique, Pierre-Ambroise Richebourg, qu’Olivier Ihl recompose les contours de cette « science mondaine » (p. 18) de la représentation. Richebourg a en effet travaillé avec Alfred Donné, du Collège de France, pour fixer sur daguerréotype des « objets microscopiques comme la levure de bière » (p. 18). Mais il s’est aussi intéressé aux représentations politiques. Autour de Richebourg, plusieurs inventeurs participent à ce mouvement d’intérêt pour la technique photographique ; parmi eux un certain Charles-François Thibault s’équipe dun matériel étoffé. Il faut dès lors passer par les plans parcellaires des Archives de Paris pour vérifier si Charles-François Thibault est bien celui qui a immortalisé les barricades de 1848. Le propriétaire de l’immeuble dans lequel loge Thibault se nomme Piver. C’est un « maître maraîcher » reconnu qui règne sur un passage constitué en « lotissement artisanal » (p. 33).

3Poursuivant son archéologie de l’image, Olivier Ihl retrace l’histoire, labile, rapide de la fortification de la rue du Faubourg-du-Temple en 1848. Le 23 juin, l’armée affronte les habitants rebellés dans un combat particulièrement sanglant. Le quartier est politisé depuis longtemps, car les fabriques mécaniques ont rendu commune la sociabilité militante. Les artisans travaillant les métaux ou le bois constituent, pour les moments de soulèvements, des ressources inestimables lorsqu’il s’agit de confectionner des projectiles (p. 47).

4Le daguerréotype de Thibault restitue une rue objectivée par la lentille et la capture des grains de lumière. On peut donc y saisir l’épaisseur du réel à travers ces barricades qui obstruent la chaussée en même temps qu’elles scandent le paysage photographié. Les trois barricades s’organisent comme un tout ; elles doivent permettre la circulation des insurgés ; elles sont aussi construites de façon à ralentir le plus possible l’avancée de l’armée. Le général Lamoricière avait tenté d’encercler les révoltés. Puis il lance l’assaut.

5La vue prise par Thibault est immédiatement politique, en ce sens que l’œil ouvert du daguerréotype saisit non seulement la texture des événements, mais aussi leur inscription dans un ordre du pouvoir. Et Olivier Ihl a raison de rappeler qu’il « s’agit bien, avec les daguerréotypes de Thibault, de montrer une insurrection contre la République » (p. 77). L’insurrection de juin 1848 a surpris les observateurs politiques de l’époque. Elle divise, d’une certaine façon, le camp progressiste. Thibault lui-même est pris dans ce déchirement social. Favorable à la révolution de Février, il a cependant quitté la Société des droits de l’homme « qui voulait inscrire le droit d’insurrection dans la Constitution » (p. 78). Cette question est centrale pour les mouvements politiques les plus actifs et polarise l’attention des clubs. Pris dans les rets de la justice, certains insurgés dévoilent les ressorts politiques profonds d’une révolte soucieuse d’aller au bout d’elle-même.

6Olivier Ihl revient longuement sur les traits sociaux et politiques de la rue du Faubourg-du-Temple. Car c’est bien dans cet espace resserré, entre les ateliers et les jardins, que la contestation a fait souche. En mars 1848, deux habitants du quartier, O’Reilly et Deschapelles publient La loi du peuple pour défendre « une nouvelle constitution républicaine » (p. 101). La démocratie prônée est totale et la garde nationale doit être l’affaire de tous. En plus de ces libelles politiques qui tracent des horizons émancipateurs dégagés, les chansons insurrectionnelles strient l’air du quartier. Les diaprures de l’enracinement socialiste sont nombreuses, diverses, mais fortes.

7Mais qu’a donc fait Charles-François Thibault en saisissant sur le vif une rue suspendue par la révolte ? A-t-il créé, sans le savoir, le photoreportage ? En réalité, la captation photographique de la ville et des moments d’« histoire immédiate » (p. 113) n’est pas une absolue nouveauté en 1848. Cependant, la publication – sous la forme de gravure d’après les daguerréotypes – des images de la rue barricadée dans le journal L’Illustration témoigne d’un rapport nouveau à la médiatisation. Mais surtout, l’image objectivée de la rue en ébullition est aussi – et surtout – une image subjective des convictions de Charles-François Thibault. Pour lui, la révolution de Février s’était accomplie, la révolte de juin marque une rupture ou un déchirement. Il a saisi ce rêve de radicalité dans les grains de lumière d’une chaussée entravée.

8Olivier Ihl conclut son ouvrage en signalant que, sur la plaque représentant la rue du Faubourg-du-Temple, une femme fixe le photographe, le bras légèrement relevé. C’est une lingère qui s’appelle Pauline Pompon. Son regard et son mouvement troublent la représentation politique de la barricade. Charles-François Thibault, qui voulait témoigner de l’évanouissement de son rêve républicain, a laissé entrer dans la chambre noire de son appareil le visage d’une habitante. Il a saisi ce témoin comme une objectivation de sa propre captation photographique. Comme si le miroitement des regards dédoublés n’en finissait pas d’épuiser l’événement. En vain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Olivier Ihl, La barricade renversée. Histoire d’une photographie, Paris 1848 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 132 | 2016, mis en ligne le 29 septembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/5444

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page